Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Raqqa, territoires et pratiques sociales d'une ville syrienne

 | 
Myriam Ababsa

Remerciements

Texte intégral

1La Syrie se mérite. Ce pays complexe jalonne le parcours des apprentis chercheurs de rites de passage qui requièrent patience et soutien avisé. Tout d’abord de professeurs, au premier rang desquels je placerai mon directeur de thèse, Pierre Signoles, qui a su m’orienter quand le terrain devenait difficile, mais aussi Jean Hannoyer, France Métral, Elisabeth Picard, Franck Mermier, Eric Verdeil et Myriam Catusse qui ont permis, par leurs conseils avisés d’orienter, pour les uns, de « polir » pour les autres, mes travaux. Qu’ils soient ici sincèrement remerciés. Dans cette aventure personnelle et scientifique, les pairs comptent, en particulier Fabrice Balanche, Cyril Roussel et Paulo Pinto, avec lesquels il était bon de parler des grandes joies et des petits malheurs du terrain. Un terrain qui fut effectué en deux phases (1997-1998) puis (2001-2004), soit à la transition entre une ère socialiste rigide et le début d’une ère d’ouverture de la Syrie contemporaine.

2Il ne m’aurait pas été possible d’effectuer d’enquêtes à Raqqa sans l’aide précieuse de personnes qui sont devenues, au fil des ans, des amis chers et que je tiens à remercier. Il s’agit, en premier lieu, de Jamal Haj Saleh, adjoint du maire de Raqqa et ancien responsable de l’organisation des festivals culturels du gouvernorat, qui a eu la patience de m’introduire à partir de 2001 auprès de tous les responsables politiques et administratifs du gouvernorat ; de feu le docteur Abd al‑Salam al-Ujaily, véritable mémoire de Raqqa, dont les nouvelles dépeignent avec humanité la société de l’Euphrate et qui fut le premier à m’accueillir à Raqqa en janvier 1997 ; de ses cousines les Khudur, matrones raqqawies fort respectées, qui m’ont fait participer à la sociabilité féminine de la ville ; et enfin, de Taha Taha et de sa fille Rawda, esthètes et amoureux des arts qui confèrent à Raqqa une vitalité artistique inattendue. La ville de Raqqa compte de grands intellectuels qui ont tenu à ce que mon travail témoigne de leurs réflexions. Parmi eux, deux ont une aura nationale : le nouvelliste et enseignant Ibrahim Khalil ainsi que Fayez al-Fawaz, ancien numéro deux du Parti communiste de Ryad Turk. D’autres intellectuels raqqawis sont des érudits locaux : Ustaz Hamad, historien officiel du gouvernorat ; Abd al‑Ghafour Chuib, ancien directeur du centre culturel ; Mohammed al‑Madfa, inspecteur de l’enseignement du français et le docteur Najras, militant baathiste. Que tous sachent combien ma reconnaissance pour leur confiance est grande. Je n’oublierai pas les cheikhs de tribu qui ont pris le temps de me recevoir, la cheikha Fawza bint Muheid des Fedaan et sa fille Moujfa, le cheikh Mohammed al-Howeidî des Afadla, le cheikh Chlach al-Howeidî des Afadla, le cheikh Anouar al-Boursan des Walda, et enfin Abd al-Aziz al‑Oumair des Dana Majed. Je remercie enfin le gouverneur de Raqqa, Faysal Qassem, ainsi que le secrétaire général du Parti Baath, Issa Khalil, qui avaient donné des consignes en 2001-2003 pour faciliter mes travaux de recherche. Toutes ces personnes contribuent à faire de Raqqa une ville qui m’est chère.

3Ce travail n’aurait pu voir le jour sans le soutien de trois institutions dont je tiens à remercier les responsables. Il s’agit tout d’abord de l’Université de Tours qui m’a accordée une allocation de thèse couplée à un monitorat (AMN) de 1997 à 2000 ; m’a ouvert son école doctorale dirigée par Michel Lussault, et dans laquelle j’ai eu le privilège de découvrir les subtilités de la géographie sociale en compagnie d’Anna Madoeuf, Laurent Cailly, Laurent Devisme, Stéphane Loret, Rafaele Cattedra, Gaëlle Gillot et Isabel Ruiz. Il s’agit ensuite du laboratoire URBAMA, dont je remercie tout particulièrement les professeurs Pierre Signoles, Christian Calenge et Jean-François Troin pour leurs encouragements. Il s’agit enfin de l’Institut français du Proche-Orient, où je fus successivement chercheur associée (à Damas de 1997 à 2000), boursière de recherche (au CERMOC d’Amman de 2000 à 2001) et pensionnaire (à Amman de 2006 à 2010). Que son directeur François Burgat, son personnel (`Issam Chehadat, Maha Barakat à Damas ; Brigitte Mermoud, Carmen Elias, Leïla El Jeichi, Aida Maraqa et Mohammed Khalaf à Amman) et ses chercheurs (Jalal Al Husseini, Wladimir Glasman, Jean-Paul Pascual, Sylvia Chiffoleau, Mohammed Dbiyat, Baudouin Dupret, Géraldine Chatelard et Alessandra Peruzzetto) sachent combien leur aide intellectuelle et amicale m’a été précieuse.

  • 1 Ce travail a reçu en 2006 la mention honorable du prix de la meilleure thèse (Best Doctoral Dissert (...)

4Mes pensées les plus tendres sont pour mes parents, mon mari, notre fille Alya qui m’a accompagnée tant de fois à Raqqa, et qui demande encore « à quoi cela sert d’être docteur sans être médecin ?» et enfin notre petit Jad Louis, venu après la bataille1.

Notes

1 Ce travail a reçu en 2006 la mention honorable du prix de la meilleure thèse (Best Doctoral Dissertation Prize, Honorable Mention) décerné tous les deux ans par la Syrian Studies Association, lors de la MESA à Washington. C’était la première fois qu’une thèse rédigée en français était récompensée par cette institution.

© Presses de l’Ifpo, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable