Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Fondations pieuses en mouvement

 | 
Mousa Sroor

Remerciements

À ceux qui cherchent la vérité,
Pour ceux qui défendent le droit,
À la mémoire de mes parents

Texte intégral

1Une recherche n’est jamais une entreprise solitaire. Je ne serais pas parvenu à son accomplissement sans les encouragements et les aides intellectuelles, morales ou matérielles de très nombreuses personnes qui ont, à différents stades, accompagnés mon travail.

2Je voudrais remercier ici :
En premier lieu, Mme Randi DEGUILHEM, directrice de recherche au CNRS (IREMAM-MMSH) qui a accepté d’assurer la direction de mes travaux (DEA, doctorat). Elle m’a prodigué de précieux conseils et ses enseignements ont nourri ma réflexion. Elle a, au cours de ces années, été très présente à tous les stades d’élaboration de ma recherche. Pour tout cela je lui suis extrêmement reconnaissant.

3Je désire vivement exprimer toute ma reconnaissance à Mme Virginie BUSSET, sans qui ce travail n’aurait jamais vu le jour.

4Mes remerciements sont également adressés au ministère français des Affaires étrangères et au consulat de France à Jérusalem qui m’a accordé une bourse et au Palestinian American Research Center (PARC) qui m’a permis, par son soutien financier d’effectuer des recherches sur le terrain en Palestine et en Jordanie. Un grand merci à sa directrice Mme Ann LESCH.

5Ma dette est grande également envers M. Jean-Paul PASCUAL, directeur de recherche au CNRS (IREMAM-MMSH) qui m’a chaleureusement accueilli, et qui tout au long de la préparation de ce livre m’a généreusement prodigué ses conseils et avis ; envers M. Michel NIETO, au sein de la médiathèque de la MMSH, qui m’a ouvert toutes les portes pour faciliter mon travail. Ils ont l’un et l’autre facilité d’une manière inestimable mon insertion dans leurs réseaux scientifiques et personnels.

6J’ai pu achever dans les meilleures conditions la rédaction de ce livre grâce aux moyens mis à ma disposition par mon laboratoire d’accueil, l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM). Je remercie son ancien directeur M. Eberhard KIENLE, M. Michel TUCHSCHERER, responsable du doctorat “Monde africain, arabe et turc” et M. Denis GRIL, ancien responsable de cette formation, qui m’ont prodigué conseils et encouragements depuis mon inscription en troisième cycle ; M. André RAYMOND pour ses encouragements et sa générosité intellectuelle. Merci aussi à l’ensemble des chercheurs et du personnel de l’IREMAM en particulier et de la MMSH en général avec lesquels j’ai noué des relations d’amitié.

7L’expression sincère de ma gratitude va également à mon professeur à l’Université de Birzeit, M. Muhsin YUSUF, ancien directeur du département d’Histoire, qui m’a prodigué, de longues années durant, conseils et encouragements pour faire mon doctorat à Aix-en-Provence et qui m’a suivi durant tout mon séjour en France malgré la distance. Mes remerciements sont adressés aussi à M. Roger HEACOCK de l’Université de Birzeit, à M. Rashid KHALIDI de l’Université de Columbia pour leurs soutiens et encouragements.

8Mes remerciements sont adressés à MM. Al-BAKHIT et Al-HAMUD, directeur et directeur-adjoint du Centre des Archives de l’Université jordanienne ; à M. Muhammad SAFADI aux Archives du Ministère des Waqfs à Abû Dîs, qui m’ont autorisé à consulter les documents conservés dans ces centres et ont facilité mes conditions de travail.  

9Je voudrais exprimer ma sincère reconnaissance à tous ceux et celles qui ont contribué de près ou de loin à l’élaboration du présent travail et aux personnes qui m’ont toujours soutenu : à Mme Janine LECA et son mari, à Mme Gisèle SEIMANDI, à Mme Martine PERNEY, à Mme Elizabeth PICARD, à Mme Juliette HONVAULT, à Mme Aude SIGNOLES, à M. Raed BADER, à Mme Falestin NAILI et son mari Taoufiq, à M. François SIINO, à M. Jean-Louis BORUCHOWICZ, à M. Bernard BOTIVEAU, à Rana MATAR, à Dina MELHEM, à Jabir AZZAM à Khâqân et à tous mes amis.

10Ce livre doit beaucoup au service des publications de l’IREMAM : Mme Brigitte MARINO, Mme Sabine PARTOUCHE et Mme Danielle ROUVIER. Sans oublier Mme Rana DARROUS qui, aux Presses de l’IFPO, en a assuré la mise en page avec beaucoup de patience et de minutie.

11Enfin, je me permets de dire ma reconnaissance envers ma famille pour tout l’amour qu’elle m’a prodigué.

Procès verbal de la séance du Conseil de la province de Jérusalem (1er novembre 1856) concernant la transformation de la Madrasa al-alāiyya en une église (Église Sainte-Anne) au profit de la France.

Procès verbal de la séance du Conseil de la province de Jérusalem (1er novembre 1856) concernant la transformation de la Madrasa al-Ṣalāḥiyya en une église (Église Sainte-Anne) au profit de la France.

Source : CADN, série A, n° 36, p. 42.

Table des illustrations

Titre Procès verbal de la séance du Conseil de la province de Jérusalem (1er novembre 1856) concernant la transformation de la Madrasa al-Ṣalāḥiyya en une église (Église Sainte-Anne) au profit de la France.
Crédits Source : CADN, série A, n° 36, p. 42.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1230/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 259k

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable