Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les pèlerinages au Maghreb et au Moyen-Orient

 | 
Sylvia Chiffoleau
, 
Anna Madœuf

Parcours et itinéraires

L’instrumentalisation du pèlerinage à La Mecque à des fins commerciales : l’exemple du Tchad.

Karine Bennafla

Texte intégral

  • 1 Les données ont été recueillies lors de missions personnelles de terrain effectuées au Tchad en 199 (...)

1L’exemple du pèlerinage à La Mecque effectuée par des commerçants tchadiens au cours de la deuxième moitié des années 1990 illustre le chevauchement des activités religieuses et commerciales1. Islam et négoce sont intimement liés depuis le VIIe siècle (Arditi, 1993 ; Kane et Triaud, 1998). Si le commerce caravanier fut l’un des principaux vecteurs de la propagation de l’islam au sud du Sahara, réciproquement, l’islam offre un cadre favorable aux transactions, d’une part parce qu’il permet de cimenter un réseau de commerçants unis par un système commun de valeurs morales (Grégoire et Labazée, 1993), d’autre part parce que les déplacements de pèlerinage sont une occasion de visiter des terres plus ou moins lointaines et d’en rapporter divers produits. La politique de développement commercial de l’Arabie Saoudite (création d’une zone franche à Djeddah) conjuguée au développement et à la baisse des coûts du transport aérien au cours de la seconde moitié du XXe siècle ont à cet égard marqué un tournant majeur en facilitant la mobilité des personnes et en permettant une hausse substantielle du volume des marchandises.

2L’Afrique est un terrain de choix pour observer ces échanges à longue distance noués à la faveur du pèlerinage. Rappelons qu’un Africain sur trois est musulman au sud du Sahara (le Nigeria est le premier pays musulman d’Afrique avec près de 50 millions de fidèles) et qu’un musulman sur huit vit en Afrique subsaharienne, en particulier dans la zone sahélienne qui coïncide avec la partie la plus islamisée du sous-continent. Tout comme son voisin le Soudan, le Tchad fait partie des États africains traversés par la « ligne de front religieuse » qui, depuis la Casamance jusqu’au Soudan, oppose au nord des espaces en majorité islamisés et au sud, des zones en majorité animistes ou chrétiennes (Magrin, 2002 ; Coudray, 1992). L’étude des pèlerins-commerçants tchadiens est ainsi intéressante à plus d’un titre : si elle révèle le regain d’influence économique d’États du Moyen-Orient dans un pays tiraillé depuis plus d’un siècle entre deux aires régionales (Bennafla, 2000 et 2004), elle renseigne également sur la gestion « informelle » de flux de négoce international par l’État tchadien. Surtout, l’entrecroisement des pratiques commerciales et religieuses permet d’aborder une des facettes du commerce « Sud-Sud », la figure du pèlerin-commerçant tchadien devenant l’emblème d’un type d’insertion dans le système mondial d’échanges actuel.

Le Tchad, un pays charnière entre monde arabe et Afrique noire

3Situé dans le bassin du lac Tchad, au cœur du continent africain, le Tchad est un pays enclavé classé parmi les pays les moins avancés (PMA) de la planète. Son indice de développement humain le classe en 2001 au 165e rang sur 175 pays et ses indicateurs socio-économiques ne sont guère reluisants même si l’on espère des améliorations prochaines avec l’exploitation du pétrole en 2004 (Magrin, 2003) et la réalisation des programmes d’asphaltage routier : l’espérance de vie à la naissance est inférieure à 45 ans, le taux de mortalité infantile avoisine 117 ‰ (PNUD, 2003) et la longueur des routes bitumées atteint à peine 400 km en 2002 pour un territoire étendu sur plus d’un million de km2.

4L’originalité du territoire tchadien tient à sa situation de carrefour, héritée de l’histoire, entre le monde arabe et l’Afrique noire. Jusqu’à la colonisation, le destin du pays dépend en grande partie des relations entretenues avec ses voisins arabo-musulmans du nord et de l’est (actuels Soudan, Égypte, Libye) : échanges transsahariens, guerres pour le contrôle des pistes caravanières, rapports de vassalité lient les différents empires et royaumes du « Soudan central ». Par exemple, du milieu du XIIIe siècle jusqu’au milieu du XVIe siècle, l’État sahélien du Kanem-Bornou – centré sur le lac Tchad – exerce sa suzeraineté sur les oasis (aujourd’hui libyennes) du Fezzan ; de même, à la fin du XIXe siècle, la confrérie de la Sanûsiyya (née en Cyrénaïque en 1843) contrôle, grâce à un maillage dense de zaouïas, un vaste espace commercial arabo-africain entre Benghazi, les empires du Ouaddaï et du Kanem (Ciammaichella, 1987). À l’orée du XXe siècle, sous l’impulsion des colonisateurs français, commence une nouvelle page d’histoire entre le Tchad et ses voisins méridionaux du Bilâd es-Sudan (pays des noirs) : en 1910, le territoire militaire tchadien (créé en 1900) est intégré à l’Afrique équatoriale française (AEF), une construction politique centrée sur le bassin du Congo et gérée depuis Brazzaville (Congo). Les axes commerciaux basculent du Sahara vers les ports atlantiques du Golfe de Guinée tandis que le centre économique fort du territoire tchadien glisse de la zone sahélienne vers le sud-ouest soudanien désormais promu « Tchad utile » par les nouveaux maîtres du pays, car lieu propice au développement de la culture du coton (Magrin, 2001).

  • 2 Respectivement la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale et la Communauté des États (...)
  • 3 D’après le dernier recensement de 1993.

5Aujourd’hui, la position charnière du Tchad entre monde arabe et Afrique noire se ressent au niveau des relations diplomatiques, des appartenances régionales (le pays est membre de la CEMAC et de la CEN-SAD 2), des circuits commerciaux et bien sûr, au niveau culturel : depuis 1982, l’État tchadien a opté pour le bilinguisme (français/arabe) et la population (environ 7 millions d’habitants) se partage de façon à peu près égale entre animistes-chrétiens (46 %) et musulmans (54 %) 3. Les trois quarts nord et est du pays, sahélien ou désertique, abritent la majorité des musulmans tandis que la partie soudanienne du sud-ouest (délimitée par la rive gauche du Chari) est majoritairement peuplée de populations animistes ou chrétiennes (Sara, Mboum, Mbaye, Massa…). Localement désignée comme le « Sud », cette dernière zone, plus arrosée, ne couvre que 10 % de la superficie du pays mais concentre près de la moitié de la population nationale et les principales richesses du pays (coton et pétrole). Ce clivage confessionnel tchadien, caricaturé en opposition Nord-Sud, se calque sur les anciennes limites des royaumes sahéliens et soudano-sahéliens (Bornou, Baguirmi, Ouaddaï et Darfour) qui ont propagé l’islam et organisé la traite des esclaves razziés dans les contrées plus méridionales (le pays sara est victime de nombreux raids aux XVIIIe et XIXe siècles).

  • 4 Source : chef du service fret d’Air Afrique à N’Djamena.
  • 5 Citons parmi les principaux bailleurs de fonds : le Soudan, le Koweït (FKDA), le Qatar, l’OPEP, la (...)
  • 6 Depuis la fin de l’année 2003, les régions du Darfour (Soudan) et du Ouaddaï (Tchad) sont marquées (...)

6Sur près de 3,5 millions de musulmans tchadiens, environ 1 % effectue le pèlerinage à La Mecque (‘umra et hajj confondus) à la fin des années 1990. Le nombre de pèlerins tchadiens s’envolant à La Mecque par voie aérienne (ligne N’Djamena-Djeddah) lors du petit pèlerinage est estimé à 6 0004. Organisée pendant la période du ramadan, la ‘umra se signale par sa courte durée (15 jours) et se démarque du grand pèlerinage (hajj) qui a lieu deux mois après le ramadan et s’étend en moyenne sur un mois. Environ 2 000 fidèles tchadiens prennent l’avion à N’Djamena pour accomplir le hajj. Toutefois, l’écrasante majorité des pèlerins, soit le triple des passagers aériens (environ 25 000 personnes) emprunte la route terrestre traditionnelle qui relie N’Djamena à Port-Soudan (via Abéché) puis atteint Djeddah après la traversée de la mer Rouge. Cet axe transversal historique est également emprunté par des pèlerins venus du Nigeria, du Niger, voire du Sénégal. Le transport combiné route/bateau demeure en effet beaucoup moins onéreux que le voyage par les airs ; en 1995, au moment du hajj, l’aller-retour en avion coûte 680 000 francs CFA (soit 6 800 FF ou environ 1035 euros) contre environ 200 000 francs CFA (2000 FF ou 305 euros) par voie terrestre. Moins chère, l’expédition par la route, d’une durée de deux semaines, est en contrepartie plus éprouvante. Aussi certaines agences de voyage à N’Djamena proposent-elles des formules mixtes de voyage conjuguant transports routier, aérien et maritime : voyage en véhicules tout terrain de N’Djamena à El Geneina, avion entre El Geneina et Khartoum, puis bus jusqu’à Port-Soudan. Les travaux d’asphaltage de l’axe N’Djamena-Abéché et du tronçon El Geneina (Soudan)-Adré (Tchad) – tous deux en cours de réalisation – effectués sur financement arabe5 dans le cadre du projet de liaison rapide N’Djamena-Khartoum prévu pour 2007, promettent le maintien, voire le renforcement de cet itinéraire routier utilisé par les pèlerins, du moins si les conditions de sécurité le permettent6.

Du simple « commerce de la valise » À l’émergence du « pèlerin-commerçant »

7Dans le bassin du lac Tchad (Niger, Nord-Nigeria, Tchad, Nord-Cameroun), le pèlerinage à La Mecque marque un temps fort pour le négoce local dans la mesure où le voyage en terre sainte donne l’opportunité de s’approvisionner en produits manufacturés (principalement asiatiques) dans la zone franche de Djeddah. La plupart des grands commerçants de la région du lac Tchad adhèrent en effet à l’islam (Arditi, 1993) au-delà de leurs particularismes ethniques (Haoussa, Kanouri, Kanembou, Ouaddaïens, Foulbé…). Cette prépondérance musulmane des grands commerçants est héritée de l’histoire précoloniale, quand les États islamisés de la bande sahélienne contrôlaient le trafic transsaharien. Pour les hommes d’affaires du Tchad, du Nord-Nigeria ou du Nord-Cameroun, le hajj apporte la consécration qui sanctionne la réussite économique et sociale. Mais s’ils partent initialement prier dans les lieux saints, les fidèles en profitent également pour réaliser des affaires. Certes ce chevauchement des activités religieuses et commerciales est ancien, mais les transactions ont pris des proportions telles qu’elles ne peuvent plus être assimilées à un simple « commerce de la valise ».

8Les lacunes des statistiques nationales du commerce en Afrique centrale ne permettent pas de prendre en compte l’ampleur des marchandises en provenance d’Arabie Saoudite car le trafic, exclusivement aérien, demeure opaque. Les pèlerins tchadiens rapportent officiellement des « biens personnels » qui ne sont pas comptabilisés, même s’il s’agit de véhicules Mercedes ou de minibus Hiace (Nissan ou Toyota). Au Tchad, les importations en provenance d’Arabie Saoudite croissent pourtant au point de concurrencer les biens manufacturés (de médiocre qualité) importés du Nigeria voisin, géant industriel et principal fournisseur régional. Plusieurs éléments attestent de l’envergure des transactions nouées à l’occasion du pèlerinage :

  1. le recours à des avions-cargos pour acheminer du royaume wahhabite des marchandises parfois encombrantes (tissus, vaisselle et voiles – les lafaye – côtoient climatiseurs, matériel de quincaillerie, véhicules neufs ou d’occasion, pièces détachées et matériel hi-fi) ;

  2. le grouillement d’activités dans la zone fret de l’aéroport de N’Djamena (commerçants, manutentionnaires, taxis s’activent à proximité des entrepôts des compagnies aériennes Air Afrique et Air Tchad) ;

  3. enfin le développement à N’Djamena (mais aussi dans d’autres villes de la région du lac Tchad, Kano et Maiduguri au Nigeria, Garoua et Maroua au Nord-Cameroun…) de boutiques exclusivement approvisionnées par l’Arabie Saoudite.

9Certains magasins affichent parfois fièrement sur des encarts publicitaires la provenance saoudienne de leurs produits. Dans les principales villes du bassin du lac Tchad, plusieurs commerçants interrogés confient sans ambages fonctionner avec la plate-forme de réexportation de Djeddah à l’occasion des déplacements à La Mecque. Par exemple, sur le grand marché de Maroua (Cameroun), un boutiquier explique profiter du pèlerinage pour se ravitailler une fois l’an en vêtements de prêt-à-porter, tissus et montres : depuis 1989, il recourt à la ligne aérienne Kano-Djeddah ou Lagos-Djeddah. Les pèlerins se font quelquefois les intermédiaires de proches ou de collègues qui ne peuvent faire le voyage en terre sainte. À Garoua (Cameroun), un modeste vendeur de cassettes audio fabriquées en Indonésie déclare être approvisionné par un ami qui lui rapporte 2 000 cassettes à chaque retour de pèlerinage. À N’Djamena, nombre de femmes profitent du pèlerinage de leur mari ou parent pour se livrer à la revente d’articles saoudiens (vêtements, chaussures, parfums, bijoux) à domicile ou en pratiquant le porte-à-porte. Les horizons de revente des produits importés de l’Arabie Saoudite sont étendus. Un commerçant grossiste de voiles basé à Garoua (Nord-Cameroun) affirme acquérir son tissu dans la ville camerounaise de Kousséri, jumelle de N’Djamena ; ses pièces sont ensuite écoulées dans les principales villes du centre et du Sud-Cameroun (Ngaoundéré, Yaoundé, Douala) où elles sont réexpédiées à Foumban dans l’ouest, en pays Bamoun (de culture musulmane).

10C’est au cours des années 1980 que s’est esquissé le personnage du « pèlerin-commerçant », adepte de la voie aérienne et détenteur d’une mallette remplie de liquidités (francs français, dollars ou francs CFA) changées sur place dans l’aéroport d’arrivée, les commissions exorbitantes prélevées par les banques saoudiennes freinant les virements. Le profil des pèlerins-commerçants est très varié selon leur surface financière, la diversité de leurs activités et de leur source d’approvisionnement : certains (souvent les plus modestes) fondent leur activité sur un fonctionnement exclusif avec Djeddah (cas du vendeur de cassettes cité plus haut), d’autres pratiquent à côté de ce trafic commercial occasionnel une activité de négoce de céréales ou de transporteur. Il semblerait en tout cas que le commerce avec le royaume d’Arabie draine nombre d’entrepreneurs marchands jadis impliqués dans des transactions locales ou régionales avec le Nigeria et aujourd’hui reconvertis dans un trafic plus rémunérateur avec la péninsule Arabique. On notera enfin que la plupart de ces pèlerins-commerçants sont des hommes, mais pas seulement. Le pèlerinage offre aux femmes l’opportunité d’investir le créneau commercial où les hommes sont en général sur-représentés. Soit il s’agit de femmes déjà impliquées dans les affaires commerciales, soit il s’agit de femmes qui se livrent ponctuellement à un commerce de revente.

  • 7 Quinze pays africains sont membres de la zone franc CFA qui bénéficie d’une parité fixe et d’une li (...)
  • 8 Source : service fret d’Air Afrique à N’Djamena, 1999.

11Parmi les facteurs qui ont contribué depuis une vingtaine d’années à l’essor du commerce avec Djeddah et au-delà, avec les pays du Golfe, on compte l’ouverture de lignes aériennes. En plus des affrètements exceptionnels organisés lors du pèlerinage, plusieurs compagnies ont mis en place des liaisons régulières avec Djeddah au départ de N’Djamena, notamment Ethiopian Airlines et Sudan Airways (Air Afrique qui assurait un vol hebdomadaire a fermé en 2002). La dévaluation du franc CFA 7en janvier 1994 conjuguée à la délivrance plus difficile de visas français a accentué la réorientation des flux d’importation tchadienne de l’Europe vers l’Arabie Saoudite, pays avec lequel les tarifs de fret aérien sont moins onéreux que ceux pratiqués avec l’Europe. L’évolution comparée des importations aériennes du Tchad en provenance d’Europe et de Djeddah est à cet égard éloquente : entre 1993 et 1998, les premières ont chuté de 4 000 à 1 200 tonnes tandis que les secondes passaient de 1 200 à 3 600 tonnes (trafic des compagnies Air Tchad et Air Afrique)8.

Situation du Tchad par rapport aux centres d’approvisionnement de la Péninsule.

Situation du Tchad par rapport aux centres d’approvisionnement de la Péninsule.

Un commerce de contournement

12Les échanges entre l’Arabie Saoudite et le Tchad relèvent de « l’informel » ou plus exactement d’un « commerce de contournement » au sens où les acteurs s’évertuent à contourner les lois, les taxes et les normes officielles. L’État tchadien se distingue ici par son intervention peu orthodoxe. En encadrant de manière singulière et peu conventionnelle les échanges avec l’Arabie Saoudite, il contribue à brouiller la frontière entre formel et informel. Au milieu des années 1990, la participation de l’État tchadien aux échanges s’effectue par deux biais : celui du transport aérien dans la mesure où c’est la compagnie nationale Air Tchad qui orchestre les liaisons avec le royaume wahhabite ; celui des douanes via la Direction des Douanes.

13Lors du pèlerinage, l’organisation du transport aérien au départ de N’Djamena donne lieu à une véritable foire d’empoigne entre les compagnies (Air Afrique, Sudan Airways, Ethiopian Airlines). Or, jusqu’au lancement de son processus de privatisation en 2001, Air Tchad assurait près de la moitié des vols de pèlerinage. La compagnie nationale qui ne dispose d’aucun avion (hormis un Fokker 27 réservé à la desserte des lignes intérieures) assure le transport des pèlerins en affrétant des avions charters loués auprès d’autres compagnies (Ethiopian Airlines, Sudan Airways, Saudian Airways, Cameroon Airlines). L’exploitation de la ligne N’Djamena-Djeddah représente une manne juteuse pour Air Tchad. C’est elle qui a permis, durant les années 1990, le maintien de la compagnie tchadienne malgré le déficit enregistré sur la desserte des lignes intérieures. Pourtant si l’on se réfère au traité de Yaoundé (1961) fondateur de la compagnie Air Afrique, la compagnie nationale tchadienne n’a en théorie aucun droit pour exploiter les lignes internationales, son action devant se borner aux vols de voisinage et aux liaisons intérieures. Certes, une concession lui avait été accordée pour prendre part ponctuellement au transport de pèlerins. À partir de 1987, Air Tchad a abusivement étendu le trafic-charter saisonnier vers Djeddah à l’ensemble de l’année, affrétant jusqu’à cinq cargos par mois vers l’Arabie Saoudite et faisant construire, dès 1988, un entrepôt spécialement dévolu au stockage des biens en provenance du royaume saoudien.

14L’engagement de l’État tchadien dans le commerce avec l’Arabie Saoudite s’effectue également au niveau du dédouanement. L’attrait des marchandises arrivées de Djeddah repose sur leur qualité (incomparable avec celle des biens nigérians) et leur prix compétitif (par rapport aux produits venus d’Europe). La faiblesse des droits d’importation saoudiens n’en est pas seule responsable. Le prix avantageux des marchandises arrivées d’Arabie Saoudite est imputable aux « arrangements particuliers » entre douaniers tchadiens et pèlerins mais plus encore aux droits de douane dérisoires qui leur sont appliqués au Tchad. En général, les biens importés de Djeddah parviennent à N’Djamena sans la moindre facture d’accompagnement. Le directeur des douanes tchadiennes a donc établi dès 1990 une liste spéciale pour ces produits en fixant pour chacun d’eux une valeur mercuriale servant de base de calcul pour l’application des droits de douane. Cette valeur mercuriale fixée par l’État tchadien se situe bien en deçà de la valeur réelle des marchandises. Au milieu des années 1990, une Toyota importée d’Arabie est par exemple dédouanée sur la base de 800 000 francs CFA (8 000 FF ou 1 220 euros), ce qui permet à son propriétaire de la revendre en ville au prix imbattable de 15 millions de francs CFA (150 000 FF ou 22 870 euros), alors que le concessionnaire officiel affiche un prix de 24 millions de francs CFA. Parmi les principales victimes de la concurrence saoudienne au Tchad, figurent les trois concessionnaires automobiles de la capitale (Tchami-Toyota, Socoa-Tchad et Renault-Velissa) qui pâtissent des importations de pièces détachées, de pneumatiques et des véhicules tout terrain. Ces modalités de dédouanement éclairent l’utilisation de la frontière aéroportuaire n’djaménoise par les commerçants des États voisins (Cameroun, Nigeria). En parant de légalité des pratiques douanières contestables, les autorités tchadiennes diluent la frontière entre les activités légales et illégales et offrent un profil d’État-falsificateur.

15Le pèlerinage à La Mecque a joué un rôle précurseur en ouvrant la voie du commerce aérien entre l’Afrique noire et la péninsule Arabique. Les échanges avec l’Arabie Saoudite sont favorisés par la présence sur place d’une communauté d’émigrés tchadiens. Il est révélateur qu’aucun des négociants tchadiens interrogés à N’Djamena ne se rend dans une structure hôtelière à Djeddah (car ils sont hébergés par des connaissances) alors que tous vont à l’hôtel à Doubaï. Au cours de la décennie 1990, l’ouverture de nouvelles lignes aériennes directes vers les Émirats Arabes Unis (création en 1997 d’une ligne N’Djamena-Abou Dhabi par Air Afrique) et la politique d’ouverture commerciale des Émirats (Marchal et Adelkhah, 2001) ont entraîné une extension spatiale des circuits d’approvisionnement tchadiens vers la cité-entrepôt de Doubaï équipée de plusieurs zones franches (dont celle de Jabal Ali). Doubaï concurrence de plus en plus Djeddah en raison de ses avantages comparatifs : taxes commerciales plus faibles (ce qui rend les marchandises 20 à 30 % moins chères par rapport à Djeddah), meilleur accueil (le racisme et le mépris des Saoudiens vis-à-vis des Noirs africains sont dénoncés par les voyageurs tchadiens), formalités administratives plus souples et octroi plus facile de visas. L’affirmation de Doubaï comme nouveau supermarché des pays africains semble aboutir à une spécialisation des lieux d’approvisionnement : Djeddah est (pour les opérateurs économiques tchadiens) le centre d’achat des textiles, des tapis, de l’électroménager et des véhicules Toyota, Doubaï celui du matériel électronique et informatique, des meubles et de la quincaillerie.

Bibliographie

Arditi, Cl., 1993, « Commerce, islam et État au Tchad (1900-1990) » in Grégoire E. et Labazée P. (dir.), Grands commerçants d’Afrique de l’Ouest, Paris, Karthala-ORSTOM, p. 175-220.

Bennafla, K., 2000, « Tchad : l’appel des sirènes arabo-islamiques » in Autrepart, n° 16, p. 67-86.

Bennafla, K., 2004, « La réactivation des échanges transsahariens : l’exemple tchado-libyen » in Les relations transsahariennes à l’époque contemporaine, Paris, Karthala-ZMO, p. 89-110.

Ciammaichella, G., 1987, Libyens et Français au Tchad (1897-1914). La confrérie senoussie et le commerce transsaharien, Paris, Éditions du CNRS.

Coudray, H., 1992, « Chrétiens et musulmans au Tchad », in Islamochristiana n° 18, Pontifico Instituto di studi arabi e d’islamistica, 24 (Estrato), Rome, p. 175-234.

Coulon, C., 2001, « Les nouvelles voies de l’umma africaine » in CEAN, Islams d’Afrique : entre le local et le global, Paris, Karthala, p. 19-29.

Grégoire, E. et Labazée, P., 1993, Grands commerçants d’Afrique de l’Ouest : logiques et pratiques d’un groupe d’hommes d’affaires contemporains, Paris, Karthala- ORSTOM.

Kane, O., et Triaud, J.-L., 1998, Islam et islamismes au sud du Sahara, Paris, Karthala, MSH-Paris/IREMAM-Aix en Provence.

Magrin, G., 2001, Le Sud du Tchad en mutation. Des champs de coton aux sirènes de l’or noir, Montpellier, CIRAD-PRASAC-SEPIA.

Magrin, G., 2002, « Un Sud qui perd le Nord ? Les récents enjeux de la fracture tchadienne », in Bulletin de l’Association des géographes français, n° 2, p. 195-197.

Magrin, G., 2003, Les enjeux d’un enrichissement pétrolier en Afrique. Le cas du Tchad, CNRS-Prodig, Grafigeo, n° 22.

Marchal, R., et Adelkhah, F., 2001, Doubaï. Cité globale, Paris, Éditions du CNRS.

Pnud, 2003, Rapport sur le développement humain 2003, Paris, Economica.

Notes

1 Les données ont été recueillies lors de missions personnelles de terrain effectuées au Tchad en 1996 et 1999.

2 Respectivement la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale et la Communauté des États sahélo-sahariens.

3 D’après le dernier recensement de 1993.

4 Source : chef du service fret d’Air Afrique à N’Djamena.

5 Citons parmi les principaux bailleurs de fonds : le Soudan, le Koweït (FKDA), le Qatar, l’OPEP, la Banque islamique de Développement et la Banque arabe de développement.

6 Depuis la fin de l’année 2003, les régions du Darfour (Soudan) et du Ouaddaï (Tchad) sont marquées par des affrontements violents entre l’armée soudanaise et les rebelles soudanais qui ont provoqué l’afflux de près de 100 000 réfugiés soudanais dans la région frontalière du Tchad.

7 Quinze pays africains sont membres de la zone franc CFA qui bénéficie d’une parité fixe et d’une libre-convertibilité avec le franc français.

8 Source : service fret d’Air Afrique à N’Djamena, 1999.

Table des illustrations

Titre Situation du Tchad par rapport aux centres d’approvisionnement de la Péninsule.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1200/img-1.png
Fichier image/png, 198k

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable