Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les pèlerinages au Maghreb et au Moyen-Orient

 | 
Sylvia Chiffoleau
, 
Anna Madœuf

Des univers de virtualité

Des pèlerins sédentaires. Formation d’une diaspora arménienne à Jérusalem

Sossie Andezian

Texte intégral

1De tout temps, les pèlerinages en Terre sainte ont drainé des fidèles des quatre coins du monde. Une partie des habitants de la vieille ville de Jérusalem est ainsi formée de descendants d’anciens pèlerins arméniens, égyptiens, marocains, grecs, russes… Ceux-ci demeuraient dans la ville durant plusieurs mois et certains finissaient par s’y établir. Or, parmi les règles pèlerines, A. Dupront (1987) évoque la nécessité de ne pas s’attarder sur les lieux et de ne pas s’installer dans l’extraordinaire. Il décrit la société pèlerine comme une société éphémère, itinérante, en marche vers un espace marqué d’une altérité sacrale, pour participer à une autre réalité que celle de la vie profane.

2Les Arméniens en pèlerinage à Jérusalem semblent avoir défié cette règle en formant une communauté durable en Terre sainte. Ils ont ainsi créé une société qui s’est stabilisée et développée, non seulement par les simples lois de la reproduction, mais également par l’intégration de déportés, de réfugiés et d’immigrés. Ainsi s’est constituée une diaspora, dont la plus grande partie réside dans le même espace que les membres de la congrégation religieuse de Saint-Jacques chargée de la garde des Lieux saints et de l’accueil des pèlerins. Cette société assiste en partie le clergé dans le travail d’accueil des pèlerins, en occupant des emplois au sein du monastère, mais aussi à l’extérieur, en tant que guides touristiques, agents de voyage, hôteliers, restaurateurs, fabricants d’objets cultuels, photographes, céramistes, marchands de souvenirs, etc.

  • 1 Le Patriarcat grec-orthodoxe porte le titre de « Patriarcat de Jérusalem », institué en 381 après c (...)

3Si le flux des pèlerinages a sensiblement diminué à partir de la deuxième moitié du XXe siècle, avant de s’arrêter complètement au cours des dernières années, la toponymie du quartier, les différents bâtiments érigés dans l’enceinte du monastère, la vie liturgique de l’Église, les objets cultuels, les croix gravées dans la pierre ainsi que les nombreux graffitis rappellent en permanence la centralité de leur rôle dans la consolidation de la position de l’Église arménienne apostolique à Jérusalem, siège d’un des trois Patriarcats de la ville sainte, les deux autres étant les Patriarcats grec-orthodoxe et latin 1 , et partageant avec ces deux Églises la propriété, la garde ou l’usage des Lieux saints. Jérusalem est ainsi devenue la capitale spirituelle des Arméniens et elle le demeure, bien que le siège du chef religieux suprême des Arméniens, le Catholicos, se trouve à Étchmiadzine, en Arménie.

  • 2 L’histoire de l’Église arménienne commence avec les apôtres Taddhée et Bartholomé. Devenue autocéph (...)

4La question est posée de savoir comment un phénomène transitoire tel que le pèlerinage a pu contribuer à l’ancrage d’une Église et à la sédentarisation d’une population hors de son territoire national. Église autocéphale, l’Église arménienne n’a pas fait de prosélytisme auprès de la population locale comme ont pu le faire les Églises byzantine et latine. Elle est restée une Église nationale 2 , de langue arménienne, ayant conservé la liturgie des origines. De même que sa présence en Terre sainte a été continue, alors que l’Église d’Arménie a changé de siège à plusieurs reprises, en raison des déplacements causés par des conquêtes étrangères et plus près de nous par le Génocide. L’instabilité politique et territoriale de l’Arménie a-t-elle favorisé les pèlerinages à Jérusalem et poussé l’Église à s’y enraciner tout en préservant son identité nationale ?

L’ancrage d’un territoire national dans un espace sacré universel

5Situé dans le quart sud-ouest de la vieille ville, sur le mont Sion, le quartier arménien de Jérusalem, qui recouvre une superficie d’environ 150 000 m2, se structure à partir du Ve siècle autour du monastère Saint-Jacques rattaché à l’Église apostolique. Construit pour satisfaire les demandes matérielles et spirituelles des nombreux pèlerins, ce quartier accueillera à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle des vagues de réfugiés fuyant les massacres, dont la plus importante sera provoquée par le Génocide de 1915. C’est à ce moment qu’une communauté laïque commence à s’installer de façon durable dans le couvent. Quelques-unes des familles rescapées émigreront vers d’autres pays de la région et d’autres parties du monde, ou se disperseront à l’intérieur de Jérusalem et de la Palestine, mais la plupart restent dans le monastère. Par la suite, les vagues d’immigration interne, autrement dit l’immigration d’Arméniens de différentes parties du territoire palestinien à Jérusalem, auront toutes ce caractère d’exode provoqué par les guerres israélo-arabes, celles de 1948, de 1967, de 1973, et par les recompositions incessantes des frontières israélo-palestiniennes. Ainsi se constitue une communauté laïque dans l’enceinte du monastère où la plupart des membres vivent toujours.

6Le couvent de Saint-Jacques, siège du Patriarcat arménien apostolique, composé d’un monastère, d’un séminaire, d’une école primaire et secondaire, d’une imprimerie, de deux bibliothèques, d’un musée et d’un parc de logements, n’est pas la seule possession de cette Église. Celle-ci partage avec l’Église grecque-orthodoxe et l’Église latine le contrôle du Saint-Sépulcre et de la Basilique de la Nativité à Bethléem, et avec l’Église grecque-orthodoxe celui de la Tombe de Marie à Gethsémani. Elle est ainsi une des trois propriétaires des Lieux saints et par conséquent un des lieux de mémoire du christianisme à Jérusalem. Elle détient le seul exemplaire (en arménien, l’original grec ayant disparu) du premier calendrier liturgique de Palestine, le Codex 121, qui couvre l’année liturgique du 5 janvier au 29 décembre avec les dates de toutes les fêtes religieuses en Terre sainte, ainsi que leurs lieux de célébration. Sa collection de manuscrits de la chapelle Saint-Toros permet de retracer l’histoire de l’Église arménienne locale. Le mensuel Sion qu’elle édite depuis 1866 (avec quelques interruptions jusqu’en 1927) constitue une source d’informations précieuse sur la présence arménienne à Jérusalem. D’autres monastères, celui de Saint-Nicolas à Jaffa et celui de Saint-Georges à Ramleh, ont également constitué des lieux d’accueil des pèlerins.

7Outre les édifices religieux, l’Église arménienne possède des propriétés aussi bien intra-muros qu’extra-muros. Loués aujourd’hui à des bureaux d’affaires ou à des agences gouvernementales, ces immeubles portent des inscriptions en langue arménienne, les initiales de Saint-Jacques (SH : Sourp Hagop), ainsi que la date de construction du bâtiment, témoignages indélébiles de cette présence.

  • 3 Un fauteuil en bois, surmonté d’un dais et décoré de nacre, représente l’intronisation du premier é (...)
  • 4 Sourp : saint. Kelkhatir : littéralement coiffe. Ici, lieu où repose la tête d’un saint ; ce terme (...)
  • 5 Selon la tradition arménienne, Sourp Kelkhatir a été exécuté hors de Jérusalem, mais sa tête a été (...)

8Le centre du monastère Saint-Jacques est organisé autour de la cathédrale du même nom, construite sur d’anciens édifices, sur le site de la maison et de la tombe du premier évêque de l’Église de Jérusalem, saint Jacques le Mineur, dit « frère du Seigneur » et sur le lieu de l’ensevelissement de la tête de saint Jacques l’Apôtre, fils de Zébédée, plus connu sous le nom de saint Jacques de Compostelle. C’est à ces deux saints que l’église, le monastère et l’ordre religieux qu’il abrite doivent leur nom. D’ailleurs, en arménien, on utilise une forme plurielle, Serpotz Hagopiantz (des Saints-Jacques), pour les désigner. Si saint Jacques le Mineur peut être considéré comme l’ancêtre-éponyme de cette communauté 3 , c’est le sanctuaire de Saint-Jacques le Majeur, appelé en arménien Sourp Kelkhatir 4 , qui constitue le lieu principal de pèlerinage 5 . Pendant la guerre de 1948, où la cathédrale servait d’abri contre les bombes, une figure mystérieuse habillée de blanc, qu’on pense être Kelkhatir, aurait fait le vigile sur le toit de l’édifice, protégeant ainsi la population réfugiée à l’intérieur.

Chapelle Saint-Jacques le Majeur: la porte est recouverte d’un rideau brodé et/ou offert par une pèlerine en 1910

Chapelle Saint-Jacques le Majeur: la porte est recouverte d’un rideau brodé et/ou offert par une pèlerine en 1910

Cl. S. Andezian (2003).

9Compte tenu du statut actuel de la ville de Jérusalem, la communauté arménienne est régie en référence au système du millet mis en place par les Ottomans pour gérer l’existence des minorités non musulmanes de l’Empire, avec à sa tête un patriarche. À la fois chef spirituel et chef temporel investi par le sultan, ce dernier, élevé au rang des pachas turcs, a une autorité quasi illimitée sur ses sujets. Il est personnellement responsable de l’ensemble de sa communauté, clercs et laïcs, des institutions religieuses et charitables, de l’instruction publique ainsi que du statut civil. À la chute de l’Empire ottoman, les Arméniens ont conservé ce régime du millet dans la plupart des pays du Proche-Orient où ils se sont installés après le Génocide. Le Mandat britannique l’a appliqué en Palestine et, en l’absence d’un règlement définitif du statut de Jérusalem, l’État israélien a maintenu le statu quo en la matière. Ainsi le patriarche des Arméniens apostoliques de Jérusalem jouit-il toujours des prérogatives octroyées par les Ottomans. Chef spirituel et administratif du monastère, il est également président de toutes les assemblées monastiques et gouverneur des propriétés de l’Église. Représentant sa communauté auprès de l’État, il est chargé du respect de l’ordre et de la loi en son sein. La gestion des affaires de statut civil (enregistrement des naissances et des décès, mariages, divorces, succession, etc.) relève de ses attributions.

10Le rôle de pôle de référence joué par l’Église pour les Arméniens de Jérusalem n’est pas uniquement déterminé par le système du millet ni par le statut de Lieu saint de la ville. De tout temps l’Église apostolique a constitué la clef de voûte de l’existence arménienne, même dans ses manifestations les plus séculaires. Faisant partie de la noblesse de terre, elle employait de nombreux paysans sur ses propriétés qui étaient plus stables que celles des gouverneurs politiques, parce que non aisément confiscables par les rivaux féodaux ou les étrangers. En l’absence d’un État unifié et fort, l’Église se posait comme la gardienne incontestée de la culture arménienne ainsi que la dépositaire de toute activité créatrice, artistique, religieuse, politique, sociale et même scientifique. Elle assumait également le seul rôle de leadership national. Aussi identité nationale et identité religieuse étaient-elles souvent confondues chez ce peuple de plus en plus dispersé territorialement. Par rapport aux autres diasporas arméniennes, celle de Jérusalem semble liée de manière plus étroite à l’Église du fait qu’elle réside principalement à l’intérieur du couvent et qu’elle travaille en partie au sein des institutions du Patriarcat. Cependant, elle demeure résolument laïque, gérant de manière autonome son identité arménienne dans le cadre d’associations politico-culturelles.

Pèlerinages arméniens en Terre sainte

11L’Église arménienne a, depuis les origines, cultivé un lien profond avec la Terre sainte et les Lieux saints. Dès 254, des évêques participent à la découverte et la confirmation des Lieux saints liés aux activités du Christ, ainsi qu’à la construction d’édifices pour la préservation des lieux de mémoire chrétiens. Les pèlerinages arméniens en Terre sainte commencent avec l’adoption du christianisme par l’État arménien en 301 et s’inscrivent dans le mouvement plus large des pèlerinages chrétiens, très répandu dans l’Antiquité tardive. Visite des Lieux saints mais aussi visite d’hommes saints dans des monastères ou des ermitages, et visite des tombes des saints. En Terre sainte, le pèlerinage aboutit souvent à l’installation, comme c’est le cas de moines venus en Palestine de l’Orient et de l’Occident vers le milieu du IVe siècle. Ceux-ci créent des communautés monastiques cosmopolites, intégrant les langues et traditions particulières de chaque groupe national. Les moines-pèlerins arméniens y sont nombreux et deviendront à leur tour des fondateurs de monastères, tel Euthymius (377-473), qui établit une laure dans le désert de Judée. Connu comme guérisseur, il fait l’objet de visites pieuses, et reçoit de nombreux pèlerins en provenance d’Arménie.

12L’ouvrage de D. Savalaniantz sur l’histoire de Jérusalem (1931), basé à la fois sur des sources arabes et des sources latines ainsi que sur des archives du Patriarcat arménien, indique que le pèlerinage depuis l’Arménie historique, et plus tard depuis les régions habitées par les Arméniens dispersés, est un phénomène permanent. Les chercheurs qui ont étudié les pèlerinages en Terre sainte des premiers siècles du christianisme (Maraval, 1985 ; Stone, 1984, 1986 et 2002 ; Bitton-Ashkelony, 2002 ; Ervine, 2002) soulignent leur popularité parmi les Arméniens d’une part, le lien étroit entre pèlerinage et monachisme d’autre part. Au tournant du VIe et du VIIe siècle, ils sont effectués en groupes, petits ou grands (de 400 à 800 selon des sources citées par Stone). Vers la fin du VIIe siècle, ils constituent un événement annuel régulier. Le voyage se fait par terre, en caravane, et traverse souvent les frontières des empires. L’itinéraire des pèlerins inclut, outre Jérusalem, le fleuve du Jourdain où ils s’immergent, le mont Sinaï et le mont Tabor. Des pierres recueillies dans les trois lieux sont conservées dans une chapelle (Sainte-Etchmiadzine) de la cathédrale Saint-Jacques, à l’intention des pèlerins qui ne peuvent s’y rendre. Toucher les pierres aurait les mêmes effets bénéfiques que le pèlerinage sur ces sites. Les objectifs déclarés des pèlerins incluent la prière, la pénitence, la visite des Lieux saints et la collecte de reliques.

13Des traces archéologiques avec des inscriptions arméniennes datant du VIIe siècle et des siècles ultérieurs (XIIe et XIIIe siècles), découvertes dans le désert du Sinaï, attestent de cette présence arménienne sur les routes des pèlerinages en Palestine (Stone, 1982). L’auteur attribue l’importance du Sinaï à la construction du monastère de Sainte-Catherine entre 548 et 565, source de sécurité pour les moines et pour les pèlerins.

14À l’époque des Croisades, les pèlerinages depuis l’Arménie sont de plus en plus nombreux, rappelle K. Hintlian (1992). Le royaume de Cilicie est géographiquement plus proche de Jérusalem et les relations avec le royaume latin sont renforcées par des alliances matrimoniales. Les trois premières reines croisées de Jérusalem sont issues de la famille royale de Cilicie. Des rois arméniens visitent la Terre sainte. En 1142, le Catholicos Grégoire Bahlavouni, chef de l’Église arménienne, assiste à un synode oecuménique à Jérusalem. Les Arméniens sont nombreux en Terre sainte. Ils occupent un quartier important à Jérusalem (Ruga Armenorum) et se trouvent aussi à Acre, Césarée et Gaza. Le recueil des lois du royaume latin contient des clauses particulières à la population arménienne. Lorsque Saladin entre dans Jérusalem en 1187, son secrétaire historiographe Abou Chama signale la présence de 1 500 Arméniens.

15Avec l’afflux des pèlerins durant les Croisades, les monastères, qui constituent des centres d’accueil, sont mieux organisés. Les pèlerins prestigieux, tels que rois, reines, princes et princesses, apportent avec eux des cadeaux précieux, enrichissant ainsi les collections du Patriarcat : manuscrits, évangiles, métaux précieux, lampes, bijoux, vaisselle… La plupart des trésors du Patriarcat, en particulier les ornements de l’Église et les manuscrits, datent de cette époque.

16Tous les pèlerins ne retournent pas dans leurs pays (Azaria, 1984). Ils sont même encouragés par le monastère à s’installer à l’intérieur du couvent pour leur sécurité. Beaucoup restent, soit pour des raisons religieuses, soit parce qu’ils ne peuvent financer leur retour. D’autres sont à la recherche de meilleures conditions de vie, même si Jérusalem n’a jamais été un centre économique majeur. L’Église est intéressée d’avoir une communauté importante pour appuyer sa revendication du contrôle des Lieux saints. Lorsque le nombre de laïcs diminue, elle demande à des princes arméniens et à des chefs féodaux d’envoyer des sujets à Jérusalem pour régénérer la communauté laïque. Certains sont employés dans les travaux domestiques, le gardiennage et dans quelques postes administratifs. D’autres occupent des métiers indépendants, mais au service de l’Église, comme commerçants et artisans.

17Les pèlerins continuent de venir même après les Croisades et la chute du royaume arménien de Cilicie, suite à laquelle la population arménienne se disperse dans l’Anatolie.

18Entre le XVIIe et le XIXe siècles, les pèlerinages sont très nombreux (Ervine, op. cit.). Le Patriarcat, dont l’économie dépend en grande partie des offrandes des pèlerins, met en place des structures d’accueil ainsi qu’un système de protection sur les routes, très dangereuses à l’époque. C’est ainsi que le patriarche arménien Grigor Paronter (1613-1645) établit des stations appelées hokédoun (maisons spirituelles), le long des routes de pèlerinages majeures depuis les Empires perse et ottoman, où sont installés les Arméniens : Alep, Damas, Lattaquieh, Beyrouth, Gaza, Jaffa, Ramleh. Il envoie des délégués (hravirag ) de Jérusalem auprès des différentes communautés arméniennes, chargés de l’organisation des caravanes de pèlerins, qui viennent en grand nombre à Pâques et quelquefois à Noël. Le personnel du monastère est formé pour accueillir ces groupes de pèlerins. Le Patriarcat s’efforce de satisfaire leurs besoins, tout en assurant ses propres revenus et en maintenant le maximum de commodités pour les habitants monastiques permanents.

19Les logements des pèlerins sont organisés en quartiers. Au début du XXe siècle, l’archevêque M. Ormanian (1931) répertorie vingt-sept quartiers, réunis par des dédales, avec plus de 1 000 pièces, y compris les grandes salles communes, où se répartissent les religieux et les pèlerins. Le centre des quartiers des pèlerins est la grande cour. Une porte grillagée les sépare des quartiers habités par les religieux. Dans la partie occidentale de la cour, une grande salle du rez-de-chaussée, baptisée hokédoun, accueille les pèlerins à leur arrivée, en attendant qu’on leur attribue des chambres. Celles-ci sont au nombre de 300. Il s’agit de pièces de 16 m2, de 2 ou 2 m 50 de haut, pavées de pierre, aux murs épais et au plafond voûté. La porte d’entrée comporte une arrivée de lumière avec en face une fenêtre, des tiroirs dans les murs et une niche dans le coin pour le feu. Les toilettes se trouvent dans la cour.

20Comme meubles, le couvent fournit un canapé avec des coussins, un lit ou des matelas à poser par terre, des couettes, des tapis et comme ustensiles de cuisine, des marmites de cuivre, des casseroles, des assiettes, des poêles et des seaux. Des chaudrons servent à la fois à faire fondre la cire pour fabriquer les bougies et à laver la literie des pèlerins. La vaisselle encombrante et les affaires des pèlerins sont gardées dans deux caves. Même si l’ameublement est modeste, les pèlerins sont satisfaits, souligne l’auteur, puisqu’ils viennent visiter les Lieux saints avec une intention pieuse et non à la recherche du confort. Et comme la plupart d’entre eux restaient longtemps, ils apportaient aussi des effets personnels.

21Cependant, le travail du monastère arménien en direction des pèlerins va se modifier au cours du temps sous l’effet de facteurs politiques. Se basant sur l’analyse de trois documents datant du XVIIIe et du XIXe siècle, R. Ervine (op. cit.) note des changements fondamentaux, à la fois dans l’attitude du monastère envers les pèlerins et dans l’attitude des pèlerins eux-mêmes. Alors qu’au début de l’organisation des pèlerinages arméniens à Jérusalem au XVIIe siècle, le pèlerinage est une source de revenus importante pour le monastère, les pèlerins obtenant en retour l’hébergement, la sécurité et l’encadrement de leur expérience spirituelle, au XIXe siècle, les pèlerins, de plus en plus démunis en raison des difficiles conditions de vie dans les régions d’où ils proviennent, ne sont pas toujours en mesure de payer les prestations fournies par le monastère. Celui-ci accepte cette prise en charge des pèlerins sans ressources comme un devoir national. Serait-ce l’amorce d’un changement de vocation du Patriarcat qui, d’un centre d’accueil pour pèlerins, se transformera en centre d’accueil d’Arméniens chassés de leurs terres ?

22Cette situation dure jusqu’au milieu du XXe siècle, où le monastère cesse de s’occuper de l’hébergement des pèlerins. D’ailleurs la plupart des logements des pèlerins seront occupés par les rescapés du Génocide et par les réfugiés de l’intérieur de la Palestine.

Le guide du pèlerin

23Un manuel du pèlerin illustré en langue arménienne, Hay Oukhdavor (Pèlerin arménien), publié en 1957, recueil collectif réalisé par les membres de la congrégation Saint-Jacques de Jérusalem, à partir de textes sur la Jérusalem arménienne et d’anciens guides, assiste le pèlerin dans son entreprise spirituelle. L’ouvrage se compose de deux parties. La première présente les différents sites à l’intérieur du monastère, puis les Lieux saints partagés avec l’Église latine et l’Église grecque. La dernière édition (1999) comprend en outre les descriptions de l’Esplanade des mosquées et de la chapelle arménienne de Saint-Polyeucte, découverte il y a quelques années lors de la construction d’une maison. La deuxième partie concerne les cérémonies religieuses. Enfin un chapitre est consacré à l’accueil des pèlerins. Dans la préface signée du patriarche actuel, on peut lire :

« Le but de ce livre est de mettre entre les mains des pèlerins un guide synthétique sur les Lieux saints de Jérusalem et des environs, en particulier du patrimoine arménien. Ce travail n’a pas un caractère scientifique. Nous nous sommes efforcés d’être brefs et de laisser de côté les traditions qu’on peut trouver dans d’autres publications… Afin de rendre les informations plus intéressantes, nous avons inclus des images de quelques sites. Les pères qui ont préparé cet ouvrage souhaitent que Dieu accepte le vœu des pèlerins et demandent que les prières des fidèles contribuent à la préservation du Saint-Siège et à sa prospérité, à la gloire de la Sainte Trinité et de la Nation arménienne. »

L’accueil des pèlerins

24Le monastère désigne des prêtres-hôtes (hurengal) pour accompagner les pèlerins et leur donner les explications indispensables. Dans des situations exceptionnelles, le patriarche peut demander à tout prêtre de faire ce travail. Un comité de pèlerinage assiste le prêtre-hôte. Il a pour tâche l’inscription des pèlerins, leur installation et la préparation du programme de visites collectives. Le texte invite le pèlerin arménien à suivre les instructions, afin de faciliter la tâche du comité et s’épargner de la fatigue inutile. La notice s’adresse directement au pèlerin :

Pèlerin arménien, dès que tu arrives à Jérusalem, prends contact par téléphone avec le Grand Sacristain du Patriarcat, et renseigne-toi sur les moyens d’arriver au monastère (indications très détaillées)… Á l’entrée du couvent, un porteur désigné par le comité transporte tes affaires dans le hall d’attente, où elles restent jusqu’à ce que ton logement soit désigné. Pour gagner du temps fais les démarches suivantes :

  • 6 Drogman : littéralement traducteur, ici chancelier du Patriarcat.

1°) Avant toute chose (et avant la recherche d’amis ou de connaissances), présente-toi au drogman 6 muni de tes pièces d’identité et fais inscrire ton nom ainsi que d’autres détails dans le registre. Si des membres de ta famille t’accompagnent, munis-toi de leurs documents également. Quelle que soit la durée du séjour, le nom de chaque pèlerin doit être inscrit dans le registre de présence, à la fois comme souvenir et pour calculer le nombre de pèlerins annuel, et le cas échéant pour permettre à des parents ou amis qui les recherchent de les identifier. Même ceux qui habitent hors du couvent doivent inscrire leur nom.

  • 7 Tarbasengal : de tarbas issu du persan darvâza, grande porte d’un palais, offrande au roi ou au pri (...)

2°) Demande à celui qui t’a inscrit un papier indiquant ton nom et le nombre de personnes de ta famille qui t’accompagnent. Présente ce papier au tarbasengal (percepteur des offrandes en numéraire) 7 , dont la fonction est d’accepter tes dons en argent en échange d’un reçu. C’est toi qui décides du montant de ton offrande, selon ton vœu, ta foi et tes possibilités… Les classes aisées doivent se montrer très généreuses envers l’institution Saint-Jacques, qui est un site international en même temps qu’un centre national des trésors culturels et spirituels. Et le pèlerin pauvre doit se demander ce qu’il lui en aurait coûté de loger à l’extérieur du couvent. C’est ainsi qu’il peut décider d’une somme minimum à offrir, de manière à contribuer à préserver la magnificence des Lieux saints qui font la fierté nationale. Ceux qui logent à l’extérieur de gré ou de force sont tenus de se présenter au receveur des tarbas pour lui présenter leurs offrandes. Le tarbas n’est pas le loyer de la chambre mais un don, de la même manière que ceux qui ne peuvent faire le déplacement en envoient un. Pour l’exactitude de l’inscription et des comptes, il est recommandé de confier les offrandes uniquement au tarbas et de demander un reçu.

3°) Avec le reçu du tarbas et la feuille d’inscription, présente-toi au gardien des chambres. Celui-ci fera son possible pour te satisfaire, selon le nombre de personnes de ta famille ou de tes amis. Il faut savoir que les chambres du couvent ne sont pas nombreuses et pas très confortables. C’est pourquoi des pèlerins se voient obligés d’habiter sous la tente. Avec l’aide de Dieu et les dons des enfants de la nation, les autorités du monastère espèrent construire de nouveaux logements. En attendant, les pèlerins doivent apporter les articles indispensables à leur hébergement (matériel de couchage).

4°) Lorsque ton lieu d’habitation est décidé, fais porter tes affaires. Même si le comité paie le porteur, il est recommandé de lui donner un pourboire.

5°) Une fois ton logement assuré, suis l’emploi du temps préparé par le comité, ainsi que les informations affichées au tableau, à l’entrée du couvent. Achète les billets nécessaires afin de ne pas te priver des sorties de groupe et des visites des Lieux saints.

25Le guide insiste sur les aspects matériels du pèlerinage, notamment sur la nécessité de faire des dons. Le monastère reconnaît que ses prestations ne sont pas de très bonne qualité, mais exhorte le pèlerin à payer pour soutenir l’Église arménienne apostolique de Jérusalem, Église nationale. Même les plus pauvres doivent apporter leur contribution.

À la découverte des Lieux saints

  • 8 Kaghakatzis : littéralement « ceux de la ville », désigne les Arméniens installés à Jérusalem avant (...)

26Pour satisfaire ses demandes spirituelles, l’Église offre au pèlerin des programmes de visites des Lieux saints et des cérémonies. Le premier chapitre du guide est centré sur le monastère Saint-Jacques, décrit dans les moindres détails, avec les lieux de culte, le Patriarcat et les institutions culturelles. Le deuxième chapitre est dédié au monastère des Saints-Archanges, dont seule l’église subsiste aujourd’hui. C’est la paroisse des Arméniens locaux, les kaghakatzis 8 , établis dans la ville sainte avant le Génocide. Toutefois, les mariages et les baptêmes de toute la communauté y sont célébrés aujourd’hui. Le troisième chapitre présente le couvent Saint-Sauveur bâti hors de l’enceinte du couvent, près de la porte de Sion, où se trouve également le cimetière national. La plupart des patriarches et autres membres du clergé sont enterrés dans la cour de la chapelle.

27Toutes ces églises sont érigées sur des sites liés à la vie du Christ. L’église des Saints-Archanges s’élève sur l’emplacement de la maison du prêtre Annas et la première prison du Christ. Les habitants locaux l’appellent le couvent de l’Olivier, en référence à l’olivier auquel Jésus fut attaché avant d’être jugé. Quant au couvent Saint-Sauveur, il est construit sur la maison du prêtre Caïphe qui interrogea Jésus après qu’il eut été trahi. Pierre l’y renia trois fois et Jésus y passa la nuit du Jeudi et fut soumis à des insultes. Ce lieu est connu comme la deuxième prison du Christ. Des cérémonies particulières célébrant le souvenir de ces épisodes importants de la vie du Christ sont incluses dans le rituel organisé à l’intention des pèlerins. Une procession part de l’Église des Archanges et s’arrête devant l’olivier où le prêtre rappelle les faits qui s’y sont déroulés deux mille ans plus tôt. Elle se dirige ensuite vers le monastère Saint-Sauveur où le prêtre évoque la Passion du Christ ainsi que l’histoire du lieu, en insistant sur les éléments biographiques de patriarches qui ont joué un rôle particulièrement important dans l’essor de l’Église arménienne de Jérusalem.

  • 9 C’est la traduction de cette expression, Kiyâmé, qui est utilisée en arabe également.

28Le deuxième itinéraire commence par le plus important des Lieux saints, le Saint-Sépulcre, appelé en arménien Sourp Haroutian Dadjar, ou Sanctuaire de la Résurrection 9 . Les Arméniens y possèdent plusieurs chapelles et ont le droit de célébrer des messes sur la Tombe et d’effectuer des processions autour. Après un bref historique de la Basilique, le guide distingue les espaces communs aux trois Églises propriétaires et les espaces privés. Les espaces communs sont le site de l’ensevelissement et la Tombe qui appartiennent aux Grecs, aux Latins et aux Arméniens et qui sont utilisés par eux seulement. Tout le reste constitue des lieux privés qui appartiennent à une seule communauté, laquelle en a l’usage exclusif.

29Selon la tradition, les pèlerins visitent les différentes parties de la Basilique en procession derrière le clergé, en chantant des hymnes et en lisant l’Évangile. Aussi le prêtre-guide fait-il la présentation des Lieux saints en suivant l’ordre défini par la procession. À l’issue de la procession, les pèlerins sont invités à faire des dons pour la rénovation du Saint-Sépulcre. Suivent les descriptions du sanctuaire de la Tombe de Marie à Gethsémani, le sanctuaire de l’Ascension sur le Mont des Oliviers et la Basilique de la Nativité à Bethléem. Dans ce dernier site, un accueil particulier est réservé aux pèlerins dans le monastère arménien avec la soupe traditionnelle. Les pèlerins sont exhortés à faire une offrande.

30Les sites sont décrits dans les moindres détails, avec d’abord des éléments historiques, puis une visite guidée avec des informations précises sur la répartition de l’espace entre les Églises et l’usage que chacune peut en faire, le nombre de tableaux accrochés aux murs, le nombre de cierges, etc. État des lieux de ce qui est considéré comme un patrimoine national, gardé certes par les membres de la congrégation Saint-Jacques de Jérusalem ainsi que par la population locale, mais constitué par les dons des Arméniens du monde entier. Des informations sont également fournies sur la date de construction et des différentes réhabilitations, ainsi que les cérémonies qui s’y déroulent.

31Des visites sont organisées à la fois aux Lieux saints spécifiquement arméniens et aux Lieux appartenant à d’autres Églises ou d’autres confessions. Une séquence touristique, avec la visite de l’Esplanade des mosquées, est incluse dans le programme chargé du Jeudi saint, à 6 heures 30, avant la messe solennelle de 9 heures à l’église Saint-Jacques.

Cérémonies rituelles de la Semaine sainte

32La fête de Pâques étant considérée comme la fête chrétienne la plus importante à Jérusalem, le guide mentionne les cérémonies rituelles de la Semaine sainte, en invitant les pèlerins à y participer. Certaines sont dites obligatoires, telles que Terenpatz ou le dévoilement des autels et des icônes ; Hokéhankisd ou Requiem ; Endzayoum ou don des enfants à l’Église ; Héraguedroutioun ou coupe des cheveux. Parmi les autres cérémonies, les plus suivies sont la procession des Rameaux ; les rituels du Jeudi saint qui commencent le matin par une messe solennelle et se terminent à minuit avec la nuit de la Passion appelée Khavarman Kisher ou nuit des Ténèbres ; les rituels de la mise en Croix et d’enterrement du Vendredi saint ; la cérémonie du Feu sacré le Samedi saint, suivie de la messe solennelle de Pâques ; enfin les cérémonies de la nuit au Saint-Sépulcre. Des pèlerins participent aux cérémonies rituelles d’autres Églises également, soit en raison de leur forte charge émotionnelle, soit pour leur côté spectaculaire.

Terenpatz ou le dévoilement des autels et des icônes

33Le dernier dimanche avant le Carême, les autels et les icônes des églises arméniennes sont recouverts avec des rideaux en signe de deuil. Leur dévoilement se fait le jour des Rameaux. Ce rituel symbolise l’ouverture de la porte de l’éternité au ciel ou l’ouverture des portes du succès sur terre. À Jérusalem, les pèlerins prennent part à la cérémonie en ouvrant chacun un rideau. Généralement ils ont fait un vœu et espèrent qu’il sera exaucé par ce geste symbolique. Les candidats s’inscrivent auprès du Grand Sacristain et paient une certaine somme d’argent. Celui-ci leur attribue un numéro de rideau à ouvrir. Le jour de la cérémonie, vêtus d’une chemise rituelle et portant des cierges allumés, ils vont rendre hommage au patriarche assis sur son trône en lui baisant la main, puis se placent dans le chœur. Un prêtre lit les noms des participants en ajoutant un qualificatif connotant la piété après chaque nom (fidèle, pur, craignant Dieu, aimant Dieu…) et indique l’icône à ouvrir. Lorsque l’officiant, à genoux devant l’autel principal, chante « Ouvre-nous ô Seigneur… », les fidèles se dirigent vers l’icône. Et à l’audition de la phrase « Ouvrez-nous les portes du Paradis », accompagnée de l’ouverture du rideau de l’autel principal, chacun imite ce geste. Les fidèles pérennisent le souvenir de ce moment particulier en se faisant photographier devant le tableau ou l’icône.

Jeudi saint

  • 10 Dans l’Église arménienne apostolique, la communion est un rite extraordinaire, qui nécessite une lo (...)

34C’est au cours de la messe du jeudi matin que les pèlerins se confessent et communient 10 . Le jeudi après-midi à 14 heures 30 a lieu la cérémonie du Lavement des pieds, toujours à Saint-Jacques, suivie de la procession à l’église des Archanges et au couvent Saint-Sauveur. De 19 heures à minuit se déroule une des cérémonies les plus émouvantes de la Semaine sainte, la nuit de la Passion ou la nuit des Ténèbres. Les officiants font douze lectures de l’Évangile, à la lueur d’un chandelier à douze branches, qu’on éteint successivement à l’issue de chaque lecture. À chaque extinction, les femmes et les jeunes filles forment un nœud à un bout de fil, en faisant un vœu. À la fin, elles le porteront comme un bracelet au poignet jusqu’à la fête de l’Ascension, où leur vœu devrait être exaucé. Un prêtre délivre un sermon dans le noir. Puis s’élève le chant du cri de Jésus lancé à sa mère, provoquant des sanglots parmi des fidèles.

La cérémonie du feu

35Appelée localement Sabt al-Nour en arabe (Samedi de la Lumière) et Louysi Or en arménien (Jour de la Lumière), c’est la cérémonie la plus importante de la Semaine sainte, qui culmine avec le rituel de la Résurrection, symbolisée par la cérémonie du jaillissement de la lumière à l’ouverture de la Tombe. Dirigée par l’Église grecque-orthodoxe conjointement avec les Arméniens, elle a lieu entre 12 heures 30 et 13 heures. Des pèlerins se rendent au Saint-Sépulcre dès Vendredi saint pour avoir de bonnes places. Le comité suggère que Samedi saint les pèlerins arméniens ne se rendent pas au Saint-Sépulcre avant 10 heures 30, « sous peine d’être écrasés par la foule ». Comme les Arméniens disposent de plusieurs espaces, ils sont sûrs de trouver de la place. C’est le comité d’organisation qui dirige les pèlerins vers le Saint-Sépulcre.

  • 11 Les nombreux conflits entre les différentes Églises au sujet des Lieux saints ont contraint la Subl (...)
  • 12 Pour mettre fin aux querelles qui éclataient régulièrement au Saint-Sépulcre entre les différentes (...)

36La nuit du Vendredi saint, la porte du Saint-Sépulcre est fermée et n’est réouverte que le samedi matin à 8 heures, sous le contrôle du drogman arménien, dont c’est le tour selon le Statu quo 11 . À 7h30, les deux gardiens musulmans apportent la clef au couvent arménien et la confient au drogman. On leur offre le petit-déjeuner et on leur donne leur pourboire du jour ainsi que leur pourboire annuel. Puis quelques prêtres et diacres, avec à leur tête le drogman et les gardiens, vont en procession au Saint-Sépulcre, le drogman brandissant la clef alors que le cortège passe dans les rues de la vieille ville, pour montrer que le Saint-Sépulcre est ce jour-là sous le contrôle des Arméniens. Le drogman confie la clef à un des gardiens musulmans qui ouvre la porte sous les crépitements des appareils photographiques. Les pèlerins entrent et chacun prend sa place dans les limites de son Église 12 .

37La suite du rituel est décrite dans le détail : scellement de la porte de la Tombe afin de prouver qu’il s’agit bien d’un jaillissement miraculeux de la lumière et non pas d’un feu allumé par une main d’homme (en effet, on prétend que toutes les lumières sont éteintes à l’intérieur) ; entrée du patriarche grec et d’un évêque ou d’un prêtre arménien pour recueillir le feu et le porter aux fidèles ; bénédiction de la foule par le patriarche arménien du haut de la galerie où il se tient ; illumination de toute la basilique avec les bougies et les lampes des fidèles qui lancent des cris de joie ; puis procession de l’Église arménienne autour de la Tombe qui se poursuit jusqu’à la cathédrale Saint-Jacques en passant par la vieille ville, avec des chants à la gloire de la Résurrection.

38L’après-midi la messe a lieu à Saint-Jacques. Les pèlerins, qui sont supposés être à jeun depuis vingt-quatre heures au moins (la plupart font un jeûne de cinquante jours en éliminant de leur nourriture les produits animaux) se confessent et communient. Après minuit, les pèlerins accompagnent le clergé au Saint-Sépulcre. Pendant la liturgie du matin, une procession a lieu autour de la Tombe. La messe est célébrée à 6 heures, à l’issue de laquelle le clergé et les pèlerins retournent au couvent en procession, et montent au Patriarcat pour recevoir la bénédiction du patriarche. L’après-midi du dimanche de Pâques, une cérémonie de bénédiction des quatre coins de la terre, antasdan, ancien rituel agraire, a lieu dans la cour du couvent.

Façade externe du monastère Saint-Jacques: prélude à la cérémonie du Feu Sacré du Samedi saint

Façade externe du monastère Saint-Jacques: prélude à la cérémonie du Feu Sacré du Samedi saint

Cl. S. Andezian (2003).

Hokéhankisd ou Requiem

39L’Église arménienne célèbre le souvenir de ses morts deux fois, une première fois quarante jours après le décès, puis un an après. Mais s’en souvenir en faisant célébrer une messe est une habitude pieuse. En se remémorant ses morts dans les Lieux saints, le pèlerin les fait participer à son pèlerinage, surtout si ceux-ci n’avaient pas pu réaliser ce vœu de leur vivant.

40Le manuel recommande au pèlerin qui souhaite faire célébrer une messe de requiem de prévenir le Grand Sacristain de son intention. Celui-ci fixe le jour de la messe et inscrit les noms des morts. Le manuel signale également la célébration de messes quotidiennes au Saint-Sépulcre sur la Tombe du Christ et sur la Tombe de la Vierge à Gethsémani, où les pèlerins peuvent dire les messes de requiem. Dans l’Église arménienne, lundi de Pâques est le jour des morts, comme chaque lundi suivant une fête importante. Mais à Jérusalem, cette commémoration est reportée au dimanche suivant Pâques, où sont commémorés les martyrs tombés sur les chemins de la déportation. Le lundi de Pâques est un jour très important pour l’Église arménienne de Jérusalem. Le patriarche célèbre à Saint-Jacques la messe pour les pèlerins, suivie d’une procession cérémonielle du clergé avec les reliques. Celles-ci sont ensuite déposées sur un autel où les fidèles leur rendent hommage. Ce jour-là est récitée la prière d’adieux aux pèlerins. Ceux-ci montent au Patriarcat pour recevoir la bénédiction et les vœux du patriarche qui leur remet des hosties bénies. Le manuel recommande vivement aux pèlerins de ne pas se priver de ce plaisir spirituel, spécialement organisé à leur intention.

Endzayoum ou le don des enfants

41Des parents font le vœu d’offrir leur aîné ou tout autre enfant en signe de reconnaissance, puis le rachètent en échange d’un don matériel. D’après le manuel, c’est une cérémonie sérieuse qui engage la responsabilité des parents, car l’enfant offert à Dieu est considéré comme saint et doit grandir et être éduqué avec beaucoup de soin spirituel. La cérémonie est célébrée par le patriarche et le Grand Sacristain, avec l’assistance de deux prêtres et quatre diacres, deux encenseurs et deux porteurs de cierges. L’enfant porte une chemise cérémonielle propre et tient à la main un cierge allumé. La procession se dirige vers le sanctuaire de Kelkhatir où l’enfant se met à genoux. Un diacre émet le vœu suivant : « Remercions Dieu le Père qui nous a rendus dignes de présenter cet enfant devant son autel, et de lui demander par l’intermédiaire du saint et grand apôtre Jacques, qu’il l’accepte dans sa Miséricorde, comme Jésus a pris des enfants sur ses genoux… ». Puis le célébrant récite deux prières, dont voici des extraits :

« Nous te prions tous ô Dieu pour que tu acceptes cet enfant dans ton sein, comme tu as accepté d’autres enfants et tu les as bénis. Bénis cet enfant que tu as entouré de grâces par l’intermédiaire de l’apôtre saint Jacques. Éloigne de lui toute forme d’accident, gloire à ton saint nom et consolation à ses parents… Accepte également ô Dieu ce cadeau modique (argent) de la main de ses parents en échange du fruit de leurs entrailles, comme tu as accepté le bélier en échange d’Isaac. Bénis Seigneur cet enfant pour qu’il vive de longues années, protège-le des maux ainsi que des accidents de la jeunesse. Fortifie-le avec une conduite vertueuse et des bonnes œuvres de toutes sortes. Remplis-le des grâces du Saint-Esprit pour qu’il reçoive grâce sur grâce. Garde-le pur en tout, à la gloire de ton nom, pour que grandissant selon ta volonté sur terre, il soit digne à la fois de la vie temporelle et de la vie éternelle avec tes Saints. »

42Habituellement, après l’offrande, on procède à la coupe des cheveux si ceux-ci n’ont jamais été coupés. Dans le langage populaire, cette offrande se dit deghayadzakh (vente de garçon).

Héraguedroutioun ou coupe de cheveux

43Habituellement, les parents font ce vœu lorsque l’enfant et sa mère ont été sauvés d’un accouchement difficile, de la maladie ou de la mort. Ou alors c’est un simple désir pieux. En tout cas, il est important que les cheveux de l’enfant n’aient jamais été coupés.

44La cérémonie est célébrée par le Grand Sacristain ou, à sa demande, par un autre fidèle. Il faut donc le rencontrer pour en assurer l’organisation. Le rituel est identique au précédent. La coupe des cheveux se fait par petites touffes en forme de croix, à la suite de quoi les parents emmènent l’enfant chez le coiffeur pour les couper entièrement.

45Ces deux derniers rites n’ont plus cours aujourd’hui. Mais les cérémonies de la Semaine sainte sont très suivies, surtout en tant que rites de commémoration. La participation aux cérémonies revêt des significations différentes pour les pèlerins d’une part, les habitants de Jérusalem d’autre part. Pour ces derniers, les cérémonies sont d’abord un lieu d’affirmation de l’identité sociale et politique, alors que pour les pèlerins, elles constituent le noyau de leur expérience spirituelle. Cette dichotomie est certes schématique, puisque des pèlerins peuvent partager ce sentiment communautaire, de même que des Arméniens locaux peuvent être en quête de spiritualité. La contribution la plus importante des résidents permanents à la pérennité de l’Église arménienne de Jérusalem est peut-être leur fonction de réceptacle de la mémoire des rituels, en ce qu’ils les ont intégrés corporellement.

Du pèlerinage à la diaspora

46En tant que gardienne des Lieux saints, l’Église arménienne apostolique a favorisé les pèlerinages, en accueillant, guidant et protégeant les pèlerins et en assurant des services religieux à leur intention. Toutefois son rôle ne s’est pas limité à l’organisation des pèlerinages. Sa présence continue en Terre sainte a conduit à la constitution d’une portion de territoire national, devenu non seulement un pôle d’identification religieuse, mais également un foyer permanent pour une partie de la diaspora. Bien plus, en acquérant des droits dans les Lieux saints, elle a réussi à ancrer la nation arménienne, dispersée à travers le monde, dans l’espace d’une ville sacrée abritant les fidèles des trois religions monothéistes, et au sein de l’Église chrétienne les fidèles des treize Églises officiellement reconnues.

47Cette position de l’Église arménienne a été révélée lors des célébrations du millenium en Terre sainte. Les festivités organisées à cette occasion ont permis à différentes communautés de Jérusalem de mettre en scène leur appartenance nationale d’origine et/ou l’appartenance nationale de leur Église de référence. Chefs religieux et hommes d’État ont effectué le pèlerinage à Jérusalem pour commémorer avec leurs fidèles ou leurs nationaux les deux mille ans du christianisme. Ce fut surtout un moment de réaffirmation par les Églises et les nations de leur existence et de leurs droits acquis en Terre sainte. Les chefs de l’Église et de la nation arménienne ont été présents aux côtés de l’Église et de la population arméniennes de Jérusalem pendant les fêtes de Noël pour célébrer cet événement majeur.

48Le patriarche de Jérusalem a invité le Catholicos d’Arménie Karekin II (l’équivalent du pape pour les Arméniens apostoliques) et le président de la République arménienne, ainsi que le patriarche d’Istanbul (le Catholicos d’Antélias, du Liban, également invité, était à Genève pour la semaine du Conseil des Églises dont il est le président). Le lien entre pouvoir religieux et pouvoir politique, relativement fort dans l’Arménie post-soviétique, sera ainsi mis en acte à Jérusalem lors du premier Noël du troisième millénaire, avec la rencontre entre les chefs de l’Église arménienne apostolique d’une part et le chef de l’État arménien d’autre part. Ont par ailleurs été invités des groupes de pèlerins d’Arménie et des différentes diasporas arméniennes. Ceux-ci, majoritairement en provenance des continents américain (États-Unis, Argentine, Brésil) et européen, étaient accompagnés des prêtres de leurs paroisses formés à Jérusalem.

49En effectuant des processions à Jérusalem et à Bethléem, les Arméniens ont marqué leur ancrage dans ce territoire si disputé et se sont affirmés comme une composante, à la fois des Églises et de la population de la ville sainte, qui perpétue une tradition multiséculaire de célébration des cérémonies rituelles. La présence des pèlerins, que les Arméniens locaux se font un plaisir d’initier aux coutumes hiérosolymitaines, a redynamisé temporairement une communauté inquiète devant la diminution du nombre de ses membres et l’a sortie de l’isolement dans laquelle elle redoute de s’enfermer. La présence à ses côtés des figures les plus illustres de l’Église arménienne d’aujourd’hui a renforcé cette communauté en ce mois de janvier 2000, si particulier dans l’histoire des Arméniens de Jérusalem.

50Le patriarche a cédé sa place de président et d’officiant de toutes les cérémonies de Noël au Catholicos. Bien ancrée à Jérusalem, l’Église arménienne affirme par là sa soumission à l’autorité de l’Église nationale d’Étchmiadzine.

51Les pèlerinages à Jérusalem sont l’occasion pour des Arméniens du monde entier de se rencontrer, et pour les Arméniens locaux de se sentir rattachés à un peuple. Les manifestations organisées autour du Noël arménien du millenium ont particulièrement joué ce rôle de ciment d’un peuple dispersé, qui pour l’occasion avait réuni tous ses chefs spirituels et temporels autour de lui. Cette commémoration de la présence arménienne de Jérusalem a surtout permis de retracer l’histoire des pèlerinages arméniens et le rôle joué par l’Église dans la formation d’une diaspora dans la Ville sainte. Instituée pour protéger les Lieux saints chrétiens et pour accueillir les pèlerins, l’Église arménienne de Jérusalem a fini par acquérir une position centrale au sein de la nation arménienne, en intégrant des populations arméniennes de différentes nationalités, de différentes tendances politiques, articulant le politique, le religieux et le culturel.

52Comment s’est opéré ce passage d’un centre de pèlerinage à une institution d’intégration nationale ?

53Par rapport au territoire national, dont les limites ont été continuellement modifiées au cours de l’histoire, le territoire de l’Église arménienne à Jérusalem est demeuré stable. Même si des monastères et des églises ont été perdus au fil du temps, le siège du Patriarcat n’a pas changé. Pour les pèlerins, c’était un lieu sécurisant où ils étaient assurés de trouver un gîte, fût-ce sous une tente. Ils y rencontraient des compatriotes avec lesquels ils pouvaient parler une langue commune. Ils y retrouvaient parents et amis, ou encore ils établissaient de nouveaux liens de parenté à travers les mariages, ou d’amitié. Ainsi le pèlerinage à Jérusalem était un lieu de convergence pour des Arméniens venus de différentes contrées (notamment après l’éclatement territorial). C’était en même temps un foyer de la culture arménienne. Des manuscrits y ont été copiés et enluminés. Après le Génocide, des réfugiés ont apporté des manuscrits et ouvrages sauvés de la destruction. C’était un lieu de circulation des idées grâce à la présence de savants, écrivains et penseurs religieux. Des patriarches invitaient ces derniers à venir et/ou à rester à Jérusalem pour faire bénéficier les prêtres et la population de leur savoir. Des œuvres littéraires et artistiques étaient créées par les résidents du monastère. Grâce à l’imprimerie, des ouvrages littéraires et des livres liturgiques ont été diffusés dans le monde entier. Ce rôle culturel s’est renforcé après le Génocide dans la mesure où, ayant été préservé par rapport aux monastères de l’est de l’Anatolie, le Patriarcat est devenu un centre éducatif et culturel majeur, d’autant que jusqu’en 1930, la juridiction du Patriarcat de Jérusalem s’étendait sur les diocèses de Syrie, du Liban, de Chypre, d’Égypte, de Palestine et de Transjordanie.

54À partir du Génocide, la vocation du monastère va changer. Tout le travail du clergé va se déplacer en direction des réfugiés qui comptent un grand nombre d’orphelins. Ceux-ci sont nourris et provisoirement hébergés dans les logements des pèlerins. De nouvelles infrastructures (écoles, clubs, mouvement scout, sociétés de bienfaisance, dispensaire…) sont créées afin de répondre aux besoins immédiats de ces pèlerins d’un nouveau genre. En effet, les Arméniens locaux, arabophones en grande majorité, les désignent par le terme zuwwâr (visiteurs ou pèlerins). Si certains parmi ces réfugiés volent assez vite de leurs propres ailes et quittent le monastère, ils seront remplacés par de nouveaux réfugiés, de l’intérieur cette fois, à la suite des guerres. Vers le milieu du XXe siècle, le monastère n’héberge plus les pèlerins, mais assure les visites des Lieux saints et les services religieux. Cependant tout y rappelle la présence des pèlerins, à commencer par les logements occupés par les réfugiés. Les quartiers du monastère habités par les laïcs sont toujours connus par les noms des villes dont les pèlerins étaient originaires : Bursa, Izmir, Zeitun, Tokat ou par la catégorie de personnes qui y habitait, par exemple Beykar (célibataires). Des croix de pierre (khatchkars) ainsi que des graffitis sont restés gravés dans les murs. Mais par-dessus tout, les résidents permanents se substituent aux pèlerins lorsque ceux-ci se font rares, voire totalement absents, comme c’est le cas depuis le début de la deuxième Intifada en septembre 2000.

Cour du monastère Saint-Jacques: parade des scouts; les spectateurs sont adossés contre le mur nord de la cathédrale

Cour du monastère Saint-Jacques: parade des scouts; les spectateurs sont adossés contre le mur nord de la cathédrale

Cl. S. Andezian (2003).

55Que se passe-t-il depuis l’arrêt des pèlerinages ? L’Église effectue un travail de préservation des Lieux saints acquis et de reproduction des rituels. En l’absence de pèlerins, son travail est surtout destiné aux habitants locaux et aux rares Arméniens travaillant pour de courtes périodes à Jérusalem. Mais une nouvelle clientèle commence à apparaître, des Arméniens venus de la République d’Arménie, qui sont recrutés par le Patriarcat pour des périodes déterminées, comme gardiens, ouvriers mais aussi employés de bureau et enseignants, notamment dans le domaine artistique. Ayant été pour la plupart privés d’enseignement et de services religieux dans leur enfance sous le régime soviétique, ceux-ci constituent une clientèle privilégiée en matière de demande religieuse. De même qu’ils se montrent très désireux de connaître les Lieux saints, en particulier ceux sous juridiction et contrôle arméniens. Aujourd’hui tous les séminaristes (environ une trentaine), à l’exception d’un seul, sont originaires d’Arménie. Ils sont surtout recrutés parmi des orphelins. Et parmi les prêtres qui s’occupent de l’encadrement religieux des fidèles, ceux en provenance d’Arménie sont les plus actifs.

56Une autre clientèle potentielle est constituée par des Arméniens ayant immigré en Israël en tant que Juifs. Parmi eux, peu ont réellement un lien avec le judaïsme (ascendants ou conjoints). Il s’agit en fait d’Arméniens originaires de Russie. Leur nombre est difficile à évaluer avec précision, puisque la plupart sont entrés en Israël en tant que Russes. Des sources donnent le chiffre de 10 à 12 000 âmes. Certains fréquentent les paroisses des villes israéliennes mixtes (Jaffa, Haïfa, Ramleh) et viennent à Jérusalem lors des grandes fêtes. Pour l’instant l’Église n’a pas de politique d’intégration de cette population dans la communauté arménienne de Terre sainte. Leur insertion se fait sur un mode individuel.

57Pour l’Église, tout Arménien qui franchit le seuil du monastère Saint-Jacques est un oukhdavor (pèlerin), littéralement « celui qui a un vœu à accomplir ». Clercs et laïcs désignent ainsi les Arméniens non résidents. Ceux-ci sont pris en charge aussi bien par les prêtres que par les fidèles locaux, qui entreprennent de les initier aux traditions religieuses locales. Connaissant la vie rituelle et liturgique, les Arméniens locaux relaient les prêtres pour expliquer les cérémonies aux néophytes.

58Tous les rituels à l’intention des pèlerins sont maintenus. Sur les affiches les annonçant, le mot oukhdavor est toujours mentionné. Toute visite d’un Lieu saint arménien est désignée par le terme oukhdaknatzoutioun (pèlerinage). La participation des Arméniens de passage ou des Arméniens venus récemment d’Arménie est très forte.

59Le rôle des Arméniens locaux est doublement important. Par leur présence, ils renforcent la position de l’Église arménienne dans le champ des Églises chrétiennes d’une part, par rapport aux autres religions d’autre part. De même qu’ils donnent du sens au travail du clergé par leurs demandes de salut. Il faut souligner qu’en application du Statu quo, l’Église arménienne doit célébrer la vie liturgique, qu’il y ait ou non des fidèles. Y participent au moins les séminaristes et les membres de l’ordre Saint-Jacques. Les pèlerins sont invités à assister aux cérémonies indiquées dans le guide. Quant aux fidèles locaux, leur nombre, plutôt réduit en temps ordinaire, s’accroît lors des cérémonies qui célèbrent des événements significatifs : les rituels de pèlerinage, les fêtes précédant Noël, Noël, et notamment l’entrée du patriarche à Bethléem, les cérémonies de la Semaine sainte qui débutent avec les Rameaux et le rituel du terenpatz décrit supra, et qui se terminent le lundi de Pâques avec le rituel de retour des pèlerins, qui a toujours lieu en dépit de leur absence.

60Le travail des clercs a été en quelque sorte dévié par l’arrêt des pèlerinages. Déjà appelés à répondre aux besoins matériels des laïcs, ceux-ci sont contraints de les traiter en même temps comme des pèlerins perpétuels. Mais les plaintes sont nombreuses de part et d’autre. Les clercs déplorent le manque d’assiduité des fidèles et les laïcs reprochent aux premiers leur attachement aux choses mondaines. Autrement dit, les clercs reprochent aux laïcs de ne pas être des pèlerins parfaits, c’est-à-dire des gens remplis de ferveur, avec des demandes spirituelles, pleins de déférence à l’égard des hommes d’Église et pourvoyeurs de dons, et de s’installer sur les lieux avec des demandes matérielles incessantes, dépassant de loin les demandes spirituelles. De leur côté, les laïcs reprochent aux clercs de ne pas les traiter comme de véritables pèlerins, de bâcler les cérémonies religieuses, de ne pas les accompagner dans leur quête spirituelle. La prise en charge de certains de leurs problèmes matériels, tel que le logement, relève, pensent-ils, des fonctions de l’Église dans le contexte d’instabilité politique et de difficulté économique qu’ils connaissent depuis de nombreuses années.

Cathédrale Saint-Jacques: un prêtre officie devant l’autel principal recouvert de noir durant la Semaine sainte

Cathédrale Saint-Jacques: un prêtre officie devant l’autel principal recouvert de noir durant la Semaine sainte

Cl. S. Andezian (2003).

61Dans les faits les relations entre les deux parties se passent bien mieux. Des clercs font l’effort de répondre aux demandes spirituelles des fidèles. Par exemple, depuis l’automne 2002, a été mis en place un cours d’enseignement religieux appelé Bible Studies (Études bibliques), qui consiste en la présentation d’exposés par les clercs sur les vies des saints et sur les particularismes de l’Église arménienne. Le public, fidélisé, se montre très assidu. Plus de la moitié est originaire d’Arménie.

62Si les fidèles se conforment à la vie rituelle imposée par l’Église, ils jouissent d’une autonomie relative dans la gestion de leurs besoins spirituels. S’ils ont recours à la médiation des prêtres pour satisfaire leurs demandes, ils entretiennent une relation directe avec Dieu et les saints pour leur confier leurs doléances. Beaucoup préfèrent se rendre à l’église Saint-Jacques hors des cérémonies rituelles pour être encore plus près de Sourp Kelkhatir. D’ailleurs il n’est pas rare de voir des habitants du monastère s’y arrêter quelques minutes, pour se recueillir avant d’entreprendre les activités de la journée. Les associations laïques, qui organisent de temps à autre des sorties, incluent presque toujours la visite d’un sanctuaire dans leur programme. Contrairement aux fêtes dans leurs locaux situés dans l’enceinte du couvent, toujours placées sous l’égide du patriarche, les pèlerinages dans le cadre des promenades se font en l’absence de toute représentation cléricale.

63La piété spontanée est respectée par l’Église en dehors des cérémonies officielles. Les pratiques rituelles non incluses dans la liturgie de l’Église sont admises en tant que traditions populaires.

64La diaspora arménienne de Jérusalem est ainsi formée par des réfugiés et des pèlerins qui se sont sédentarisés. C’est une diaspora particulière du fait de son installation dans une ville sainte. Ses membres sont les Mahdessis, titre acquis par les pèlerins à l’issue de leur voyage spirituel en Terre sainte. Ce terme est traduit par les Arméniens par « ceux qui ont vu la mort » (i.e la Tombe du Christ). Selon toute vraisemblance, il s’agit plutôt du mot arabe Maqdissis, qui désigne les habitants de Jérusalem (al-Quds), hypothèse confirmée grâce à un dictionnaire étymologique arménien (Malkhassian, 1955). Les laïcs arméniens de Jérusalem sont donc à la fois des citoyens d’une ville sainte et des pèlerins perpétuels. Contrairement aux pèlerins classiques dont la caractéristique est d’être de passage, ces pèlerins sédentarisés semblent installés dans cet état de pérégrination, en quête continuelle d’expériences spirituelles des origines. Tous les ans, ils renouvellent leurs vœux en répétant les rituels de l’Église arménienne de Jérusalem. La situation politique instable, aussi bien de l’Arménie historique que de la Palestine, surdétermine cet état de peregrinus permanent desArméniens, soit en les enracinant dans l’espace de la Ville sainte, un espace politique sous occupation (israélienne), soit en les poussant à partir ailleurs, à se déplacer à nouveau, à la recherche de meilleures conditions de vie.

65L’Église entretient le caractère sacré de la ville par les pratiques rituelles, mais ses activités mondaines en font une instance administrative qui gère en partie la vie sociale de ses fidèles. Sacré et profane s’interpénètrent pour imprimer une identité particulière à la ville de Jérusalem et à ses habitants. Jérusalem présente toutes les caractéristiques d’une ville sainte, telles que les définit M. Dumper (2002) : 1°) une hiérarchie religieuse instituée avec des chefs religieux ayant une influence politique locale, nationale et régionale considérable ; 2°) un appareil administratif contrôlant de grandes propriétés religieuses et des sociétés de bienfaisance, ainsi que des services éducatifs qui confèrent aux clercs et aux fonctionnaires une position locale importante et une identité communautaire ; 3°) une base financière autonome sous forme de fondations donatrices, ce qui leur permet d’absorber des fonds extérieurs indépendants de la force ou de la faiblesse de l’économie locale, avec lesquels ils peuvent financer un personnel religieux et des projets relativement indépendants de l’intervention de l’État ; 4°) un réseau de relations diasporiques et internationales, construit à travers des activités de pèlerinage et des activités éducatives. La souveraineté de l’État dans la ville sainte s’en trouve limitée. Depuis l’occupation israélienne de 1967, la sacralité de Jérusalem y a permis le maintien de la présence arménienne comme celle de la présence palestinienne en général, aussi bien chrétienne que musulmane, et ce malgré de nombreuses difficultés. Si la communauté arménienne de Jérusalem constitue une diaspora au même titre que les autres diasporas arméniennes dans le monde, sa survie est liée à l’Église beaucoup plus qu’ailleurs.

Le quartier arménien dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Le quartier arménien dans la Vieille Ville de Jérusalem.

Les habitations, anciens logements des pélerins, sont insérées entre les différentes bâtisses.

Bibliographie

Aghavnouni, M., 1931, Haygagan hin vanker yev yegueghetziner sourp yergrin metch : ousoumnasiroutiounner (Anciens monastères et églises arméniens en Terre sainte : études), Jérusalem, Imprimerie Saint Jacques.

Azaria, V., 1984, The Armenian Quarter of Jerusalem. Urban life behind monastery walls, Berkeley-Los Angeles-London, University of California Press.

Collin, B., 1962, Les Lieux saints, Paris, PUF.

Cust, L.G.A., 1929, The Status Quo in the Holy Places, Printed by the Government of Palestine by His Majesty’s stationary office. With an Annex on the Status Quo in the Church of the Nativity Bethlehem by Abdullah Effendi Kardus.

Dalman, G., 1935, Sacred Sites and Ways, London Society for promoting Christian knowledge.

Dumper, M., 2002, The Politics of Sacred Space. The Old City of Jerusalem in the Middle East Conflict, London, Rienner.

Dupront, A., 1987, Du sacré. Croisades et pèlerinages : Images et langages, Paris, Gallimard.

Durkheim, É., 1960, Les formes élémentaires de la vie religieuse. Paris, PUF.

Égerie, 1982, Journal de voyage (Itinéraire) et lettre sur la bienheureuse Égérie, introduction, texte critique, traduction, note, index et cartes par P. Maraval, Paris, Éditions du Cerf.

Ervine, R., 2002, « Changes in armenian pilgrim attitudes between 1600 and 1857 : The witness of three documents », in The Armenians in Jerusalem and the Holy Land, M. Stone, R. Ervine, N. Stone (eds), Leuven, Paris, Sterling, Virginia : Peeters, p. 81-95.

Halbwachs, M., 1971, La topographie légendaire des Évangiles en Terre sainte. Étude de mémoire collective, Paris, PUF (2e éd.).

Halbwachs, M., 1997, La mémoire collective. Édition critique par G. Namer, Paris, Albin Michel (2e éd.).

Hay Oukhdavor, , Badguérazart oughétzouyt sourp déghiatz (Pèlerin arménien. Guide illustré des Lieux saints), Jérusalem, Imprimerie Saint-Jacques.

Hintlian, K., 1992, « La communauté arménienne de Jérusalem », Les dossiers de l’archéologie. Arménie 3000 ans d’histoire, n° 177H, décembre 1992, p. 112-131.

Issa, A.O., 1976, Les minorités chrétiennes de Palestine à travers les siècles. Étude historico-juridique et développement moderne international, Jérusalem, Franciscan Printing Press.

Malkhassian, S., , Hayeren patzadragan pararan (Dictionnaire étymologique arménien), Beyrouth, Imprimerie Sévan Madenashari (2e édition).

Maraval, P., 1985, Lieux saints et pèlerinages d’Orient : Histoire et géographie des origines à la conquête arabe, Paris, Editions du Cerf.

Melkon Rose, J., 1993, Armenians of Jerusalem : Memories of Life in Palestine, London, Radcliffe Press.

Ormanian, M., 1931, Haygagan Yerousaghem. Ngarakir atoro Serpotz Hagopiantz (La Jérusalem arménienne. Description du Siège de Saint-Jacques), Jérusalem, Imprimerie Saint-Jacques.

Peter, P.E., 1985, Jerusalem : The Holy City in the Eyes of the Chroniclers, Visitors, Pilgrims and Prophets from the Days of Abraham to the Beginnings of Modern Times, Princeton, Princeton University Press.

Renoux, A., 1969, Le Codex arménien Jérusalem 121. I. Introduction aux origines de la liturgie hiérosolymitaine. Lumières nouvelles, Turnhout (Belgique), Brepols, p. 1-125.

Savalaniantz, P., 1931, Badmoutioun Yerusaghemi (Histoire de Jérusalem), Jérusalem, Imprimerie Saint-Jacques.

Sayegh, S., 1971, Le Statu Quo des Lieux saints. Nature juridique et portée internationale, Rome, Libreria editrice della Pontifica Universita Lateranese.

Stone, M., 1982, « The armenian inscriptions from the Sinai », Harvard Armenian Texts and Studies, 6, Cambridge, Harvard University Press. 1984, « An Armenian Pilgrim to the Holy Land in the early Byzantine Era », Revue des études arméniennes, 18, p 173-178. 1986, « Holy Land Pilgrimage of Armenians before the Arab Conquest », Revue biblique, tome 931, p. 93-110.

Notes

1 Le Patriarcat grec-orthodoxe porte le titre de « Patriarcat de Jérusalem », institué en 381 après celui de Constantinople et de Rome. En 638, après le concile de Chalcédoine, les Arméniens se séparent de l’Église byzantine et obtiennent leur propre Patriarcat. Quant au Patriarcat latin, il est fondé en 1099. Déplacé en 1187 à Acre, il s’y maintient jusqu’à la chute de la ville en 1291. Il n’est rétabli qu’en 1847, date de la réinstallation du Patriarcat à Jérusalem.

2 L’histoire de l’Église arménienne commence avec les apôtres Taddhée et Bartholomé. Devenue autocéphale après le rejet du concile de Chalcédoine, l’Église apostolique arménienne sera une Église nationale gouvernée jusqu’au XIIe siècle par un Catholicossat, le Catholicossat de tous les Arméniens. Par la suite, les centres de pouvoir religieux se déplaceront et le Catholicossat se dédoublera au gré des modifications des centres de pouvoir politique. Deux Églises minoritaires prendront naissance ultérieurement, l’Église arménienne catholique et l’Église protestante. L’Église arménienne catholique, dont le siège est au Liban, est représentée à Jérusalem par un exarchat, en l’église Notre Dame du Spasme sise Via Dolorosa (3e et 4e stations du Calvaire). L’Église protestante, quant à elle, ne constitue pas une organisation séparée. Les Arméniens protestants de Jérusalem appartiennent à diverses églises protestantes.

3 Un fauteuil en bois, surmonté d’un dais et décoré de nacre, représente l’intronisation du premier évêque de Jérusalem. Le jour de la fête du saint, qui est le jour de la fête du siège patriarcal (le 4 ou le 5 janvier du calendrier Julien selon les années), le siège est recouvert d’une mitre épiscopale et le Patriarche, qui a sonpropre fauteuil à côté, se tient debout sur le piédestal pour recevoir les vœux des membres de la congrégation.

4 Sourp : saint. Kelkhatir : littéralement coiffe. Ici, lieu où repose la tête d’un saint ; ce terme fait référence à la décapitation de l’apôtre par le roi Hérode Agrippa I vers 44. C’est cette dénomination que j’utiliserai dans la suite du texte, réservant le nom de saint Jacques au premier évêque de Jérusalem.

5 Selon la tradition arménienne, Sourp Kelkhatir a été exécuté hors de Jérusalem, mais sa tête a été ramenée à la Vierge, qui pleurait la mort du saint avec son frère saint Jean l’Évangéliste et saint Jacques le Mineur. Elle aurait donné l’ordre de l’ensevelir sur les lieux.

6 Drogman : littéralement traducteur, ici chancelier du Patriarcat.

7 Tarbasengal : de tarbas issu du persan darvâza, grande porte d’un palais, offrande au roi ou au prince lorsque l’on se présente devant eux ; offrande des pèlerins au monastère qui les accueille. Le tarbasengal est celui qui perçoit ces offrandes.

8 Kaghakatzis : littéralement « ceux de la ville », désigne les Arméniens installés à Jérusalem avant le Génocide.

9 C’est la traduction de cette expression, Kiyâmé, qui est utilisée en arabe également.

10 Dans l’Église arménienne apostolique, la communion est un rite extraordinaire, qui nécessite une longue préparation physique et spirituelle, jeûne et confession notamment. La confession est un rite collectif et contrairement à l’Église catholique, les fidèles ne confessent pas leurs péchés mais, agenouillés devant le prêtre-confesseur qui énonce la liste des péchés possibles, ils implorent le pardon en répétant tous ensemble mégha (littéralement pardon).

11 Les nombreux conflits entre les différentes Églises au sujet des Lieux saints ont contraint la Sublime Porte à émettre un firman (décret) en 1852, qui fixe leurs droits dans ces Lieux (propriété et usage). Ce firman, connu sous le nom de Statu quo, ne fait que reproduire l’état des droits en 1757, acquis jusque-là par les unes et les autres. Ce sont les Églises grecque-orthodoxe, latine et arménienne qui se partagent la propriété et le contrôle des Lieux saints.

12 Pour mettre fin aux querelles qui éclataient régulièrement au Saint-Sépulcre entre les différentes Églises, la clef de la porte d’entrée du Saint-Sépulcre a été confiée à deux gardiens musulmans appartenant à deux familles de Jérusalem qui se transmettent cette fonction de génération en génération. Ce sont eux qui ferment la porte tous les soirs et la rouvrent tous les matins selon un cérémonial particulier.

Table des illustrations

Titre Chapelle Saint-Jacques le Majeur: la porte est recouverte d’un rideau brodé et/ou offert par une pèlerine en 1910
Crédits Cl. S. Andezian (2003).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1195/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 564k
Titre Façade externe du monastère Saint-Jacques: prélude à la cérémonie du Feu Sacré du Samedi saint
Crédits Cl. S. Andezian (2003).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1195/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Cour du monastère Saint-Jacques: parade des scouts; les spectateurs sont adossés contre le mur nord de la cathédrale
Crédits Cl. S. Andezian (2003).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1195/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Cathédrale Saint-Jacques: un prêtre officie devant l’autel principal recouvert de noir durant la Semaine sainte
Crédits Cl. S. Andezian (2003).
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1195/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Le quartier arménien dans la Vieille Ville de Jérusalem.
Légende Les habitations, anciens logements des pélerins, sont insérées entre les différentes bâtisses.
URL http://books.openedition.org/ifpo/docannexe/image/1195/img-5.png
Fichier image/png, 555k

© Presses de l’Ifpo, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable