Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoines en situation. Constructions et usages en différents contextes urbains

 | 
Raffaele Cattedra
, 
Pascal Garret
, 
Catherine Miller
, 
et al.

Avant-propos

Texte intégral

1Cet ouvrage trouve son origine dans un colloque Les patrimoines dans la ville : de la construction des savoirs aux politiques de sauvegarde au Maroc et dans le Monde arabe organisée, à l'initiative de Raffaele Cattedra, les 18, 19 et 20 décembre 1997 à Rabat (Maroc) par le Centre Jacques Berque (CJB, ex IRMC-Rabat) et le laboratoire URBAMA (CNRS-Université de Tours, aujourd'hui EMAM/CITERES), en partenariat avec l'Institut National d'Aménagement et d'Urbanisme de Rabat (INAU).

2Le comité scientifique de cette manifestation réunissait Abdelghani Abouhani (INAU),  Raffaele Cattedra (CJB), Françoise Navez-Bouchanine (INAU),  Alain Roussillon  (CJB), Pierre Signoles (URBAMA) et Mercedes Volait (URBAMA/CITERES). Le projet d’édition fut confié à Pascal Garret (successeur de Raffaele Cattedra à Rabat), et à Mercedes Volait.

3Les textes recueillis pour cet ouvrage furent tous remaniés, complétés et édités en 2000-2001 par Pascal Garret, Mercedes Volaite et Charlotte Jelidi qui assura le long travail de secrétariat de rédaction ;  Bénédicte Florin, Alain Roussillon et Pierre Signoles assumèrent la relecture des articles mais la publication tarda à se concrétiser.

4En 2009, à l'initiative de Catherine Miller, Directrice de recherche en poste au Centre Jacques Berque, il a été décidé de mettre l’ouvrage en ligne sous forme électronique pour en permettre enfin la circulation et la diffusion. Les Presses de l'Institut Français du Proche Orient ont accepté d'accueillir cet ouvrage dans leurs Collections électroniques de l'IFPO après un dernier travail d'édition auquel ont participé Jérôme Lentin, Nicolas de Lavergne et Jean-Christophe Peyssard.

5Si depuis le début des années 2000, la réflexion sur les processus de patrimonialisation a beaucoup avancé, il n’en demeure pas moins que cet ouvrage constitue un témoignage intéressant du développement de la recherche sur ce thème, reflétant bien l’esprit critique qui anima alors les concepteurs de ce programme qui se caractérise par une cohérence certaine.

6Enfin, publier finalement ces textes est aussi une façon de rendre hommage à deux de ses contributeurs, décédés récemment et prématurément, et qui auront marqué, chacun et de manière différente le champs des sciences sociales au Maroc : Françoise Navez-Bouchanine et Alain Roussillon.

7Françoise Navez-Bouchanine(1949-2008), enseignante et chercheuse de talent, a posé les termes d’une nouvelle approche des villes et notamment des villes du monde arabe. Bien qu’ayant énormément travaillé sur les ensembles les plus précaires comme les bidonvilles, elle a opéré deux bonds conceptuels que toute personne convaincue de l’importance des villes dans la compréhension des mondes contemporains doit retenir :

8- en penser le lien conceptuel des figures spatiales et sociales de l’urbanité à la fois dans les quartiers périphériques et les centres villes anciens. La médina dans "Habiter la ville marocaine" apparaît ainsi comme une des façon d’élucider les modes de fabrication de la ville et les adaptations des citadins. Elle apparaît ainsi comme un ensemble en mouvement.

  • 1  « La médina au Maroc : élites et habitants ». Annales de la recherche Urbaine, n°72, Sept. 1996 pp (...)

9- en appréhendant le "patrimoine" dans une double dimension largement passée sous silence dans les années 90. S’appuyant sur de nombreuses études, notamment à Fès, elle montre que la ville ancienne est constituée d’entités urbaines solidaires et vivantes même si dégradées et surtout que les habitants de cette ville sont des éléments essentiels de sa préservation. Sur ce point aussi elle montre l’importance d’un travail sur le patrimoine qui refuse le primat du bâti sur l’humain et sois attentive autant aux représentations sociales qu’aux effets sociaux des politiques de préservation. Un extrait d’entretien incarne avec force cette conception renouvelée : "Considérez nous comme du patrimoine"1(le texte sur Françoise a été rédigé par Agnès Deboulet).

10Françoise Navez-Bouchanine a publié, entre autre, Habiter la ville marocaine (L'Harmattan, 1997), La fragmentation en question des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale (L’Harmattan 2002) et Intervenir dans les territoires d’urbanisation diffuse (Éditions de l’Aube, 2005).

11Alain Roussillon (1952-2007) était agrégé d’arabe et titulaire d’un doctorat d’État soutenu en 1994 à l’Université de la Sorbonne Nouvelle. Directeur de recherche au CNRS, il a travaillé dans de nombreuses unités de recherche dont le CEDEJ au Caire, ville à laquelle il était très lié mais dont il s'est éloigné plusieurs fois pour quelques années à Beyrouth, Paris ou Rabat.

12C'est à Rabat qu'il dirigea de 1996 à 2001 le Centre Jacques Berque (ex IRMC) et c'est durant ces "années marocaines" qu'Alain s'est, avec Raffaele Cattedra puis Pascal Garret (tous deux doctorants au CJB), intéressé aux question de patrimoines en portant une attention particulière aux acteurs qui participent aux constructions patrimoniales et aux processus de patrimonialisation, les patrimoines, matériels ou symboliques étant considérés comme des construits sociaux, rejoignant en ce sens Françoise Navez-Bouchanine.

13De retour en Egypte comme Directeur du CEDEJ, Alain a prolongé son intérêt pour ces questions en y montant en 2005 avec l'IFAO le programme de recherche "Patrimoines en partages, Enjeux et mécanismes de la patrimonialisation" coordonné par Omnia Aboukora, chercheuse au CEDEJ. Alain n'aura malheureusement pas le temps de voir aboutir ce programme qui, depuis, a donné lieu à une publication, "Pratiques du Patrimoine en Égypte et au Soudan" sous la direction d'Omnia Aboukora et Gabriel Leturcq (Egypte-Monde Arabe N° 5-6, 2009, disponible sur Revues.org).

14Alain Roussillon a publié, entre autres, Réforme sociale et identité : essai sur l’émergence de l’intellectuel et du champ politique modernes en Égypte (Le Fennec, 1998), Identité et modernité. Les Voyageurs égyptiens au Japon (Sindbad Actes Sud, 2005) et Etre femme en Egypte, au Maroc et en Jordanie, avec Fatima Zahra Zryouil (Editions Aux lieux d’Etre, 2006).

Notes

1  « La médina au Maroc : élites et habitants ». Annales de la recherche Urbaine, n°72, Sept. 1996 pp. 15-22

© Presses de l’Ifpo, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable