Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Liban, espaces partagés et pratiques de rencontre

 | 
Franck Mermier

Témoignages

La paix à la libanaise, ou l’art de la réconciliation sans modération !

Lokman Slim
Traduction de Candice Raymond

Texte intégral

  • 1 Ce texte se contente de passer en revue différents types de réconciliations « libanaises ». Il tien (...)

1Je commencerai par le commencement – celui de mon histoire de l’obsession des Libanais pour la réconciliation, et non le commencement de l’Histoire, celle des Libanais, dont je ne prétends pas posséder une connaissance suffisante pour m’habiliter à en parler1.

  • 2 Ce texte a été écrit en 2005.
  • 3 An-Nahâr, 11 octobre 1995, déclaration du député Nabîl al-Bustânî.

2Cela vous surprendra peut-être que mon histoire ait un commencement précis dans le temps – mais même précis au jour près, et peu s’en faut pour que j’en dise l’heure. C’était il y a presque dix ans jour pour jour, le 11 octobre 19952, dans la cohue de ce que l’on a appelé les réconciliations de la Montagne. Ce jour-là, pour une raison quelconque, j’étais en train de décortiquer le Nahâr – peut-être était-ce une journée d’octobre ensoleillée et je prétextais cette lecture approfondie du journal pour faire durer mon exposition au soleil matinal – je disais : j’étais en train de décortiquer le Nahâr quand je suis tombé sur la déclaration d’un député de la Montagne qui anticipait la réconciliation programmée pour les jours suivants à Ma‘âsir al-Chouf et la qualifiait d’« événement national »3.

3Vous pourriez trouver surprenant, et moi de même, qu’une déclaration de ce genre, qui ne s’écarte ni de près ni de loin du langage courant de la politique dans ce pays, figure comme commencement de mon histoire ; pourtant ça ne l’est pas autant que ça en a l’air…

4Oui : en dépit des autres déclarations tenant un propos identique, avec les mêmes mots, cette déclaration a retenu mon attention parce qu’elle qualifiait une réconciliation envisagée comme localisée, et qui n’était pas encore advenue, dans un des villages du Chouf, d’« événement national ».

5Comme à chaque fois que j’ai observé une déclaration politique de ce type et de ce calibre, cette question m’est revenue : s’il s’avère que cet épisode est un « événement national », qu’ai-je donc, moi le citoyen libanais qui s’applique, tel un élève consciencieux, à tenir à jour sa libanité – qu’ai-je donc à ne pas sentir cet événement interpeller le citoyen en moi ?

6Comme à chaque fois, je me suis posé cette question. Mais contrairement aux autres fois, je m’y suis arrêté… Ce jour-là, fort probablement parce que je n’en pouvais plus de cette logomachie tenant lieu de politique, le terme « réconciliation » a sonné étrangement à mon oreille, et depuis lors, j’ai commencé à m’y intéresser et à suivre de près les différentes péripéties de ce sport libanais.

7Je ne me voyais pas commencer par une telle introduction pour dire que mon intérêt pour le thème de la « réconciliation » est un intérêt d’amateur et non de spécialiste, pour m’excuser par avance d’une quelconque erreur dans mes conclusions, pour me disculper en disant que ce feuillet que je présente aujourd’hui ferait partie d’un papier qui pourrait un jour être achevé ou non.

8À l’instar des amateurs, des amateurs de timbres-postes, de monnaies ou de boîtes d’allumettes, la collecte, le classement et la comparaison sont des entrées en matière. Ainsi, ce à quoi je vous invite ne va pas au-delà d’un voyage entre les pages d’un registre, disons d’un album, un album forcément incomplet, où l’on retrouve quelques photos des réconciliations dont le Liban a été témoin les années passées et dont il aspire à être encore davantage témoin dans les années à venir.

  • 4 Al-Balad, 24 octobre 2005.
  • 5 As-Safîr, 31 octobre 2005.
  • 6 Ibid.
  • 7 Al-Mustaqbal, 24 octobre 2005. Jund al-Châm est un groupe armé islamiste sunnite.
  • 8 Al-Balad, 1er novembre 2005.

9Il y a moins d’un mois, le 23 octobre dernier, a eu lieu dans le quartier de Ta‘mir à Saïda un accrochage armé qu’un journal libanais n’a pas hésité – après un coup d’œil sur les armes utilisées, le nombre de victimes et l’ampleur des dégâts – à qualifier de « bataille »4. Quelques jours après le susdit accrochage ou la susdite bataille, les journaux libanais ont expliqué à leurs lecteurs que la réconciliation « entre les combattants »5, à laquelle des personnes de bonne volonté ont œuvré et pour laquelle une date et un lieu avaient été fixés, a été ajournée « parce que l’idée même de réconciliation entre les familles n’est pas mûre »6. Le jour suivant, les journaux expliquèrent à ces mêmes lecteurs que la réconciliation, comme par enchantement, était accomplie ! Il me reste à ajouter que la bataille de Ta‘mir ne s’est pas déroulée entre deux clans, deux familles ou deux partis déterminés, mais seulement entre « des membres de Jund al-Châm d’un côté et de nombreux jeunes »7 de la localité, de l’autre côté ! Pour être sincère, je dois aussi ajouter que le coût de cette réconciliation a atteint « cinq cent quatre-vingt-dix-huit millions quatre-vingt-dix mille livres » seulement, que la « Haute autorité pour le secours » s’est chargée de distribuer, sous forme d’indemnités aux sinistrés, en application du décret publié par le Conseil des ministres8 ! Rien que ça…

10Je vous propose de commencer notre voyage à partir de cet épisode, non parce qu’il est récent ni en raison de sa particularité politique, mais parce qu’il constitue un merveilleux modèle de ce qui va apparaître à travers les autres images de réconciliation que nous examinerons.

11Que dit cette histoire ? Parmi tout ce que dit cette réconciliation, je retiendrai quatre points :

  • elle dit, premièrement, que la « réconciliation », dans son sens libanais et non dans son sens technique, c’est l’aménagement d’une solution, même provisoire, pour toute forme de conflits, que ceux-ci soient personnels, familiaux, communautaires ou politiques, qu’ils prennent la forme d’une « bataille » ou qu’ils se limitent à une simple empoignade ;

  • deuxièmement, que la réconciliation n’implique pas d’office la réunion de ceux qui se réconcilient ;

  • troisièmement, que la réconciliation n’est pas le fait d’individus précis réglant entre eux une querelle ou une bagarre, mais qu’elle intervient seulement entre des familles et des groupes ;

  • quatrièmement, que la réconciliation transforme l’État, ses appareils et institutions, en un intermédiaire qui ne prime pas nécessairement sur les autres intermédiaires ; et quand il prime sur eux, ce n’est que dans la mesure où il les décharge de lourdes responsabilités. Il n’est point besoin d’ajouter que la transformation de l’État en intermédiaire écarte le recours à la loi, et avec la loi, l’idée de droit public.

12Au-delà de ce qui précède, la réconciliation entre le Jund al-Châm et les jeunes de Ta‘mîr en dirait beaucoup plus, mais nous en resterons aujourd’hui à ces quatre points, sur la base desquels nous allons mettre à l’épreuve, dans le sens d’un révélateur photographique, certains faits, je dis bien « faits », dont j’ai examiné le compte rendu dans la presse.

  • 9 An-Nahâr, 17 juin 1993.

13Le 17 juin 1993, un journal a rapporté l’information suivante : « Une semaine après le rapt par un jeune de la famille Zaaytir de la jeune Samâra ‘Alî Hamiyyé, la réconciliation entre les deux familles a été scellée hier à Taraiya après l’intervention réussie des notables et personnalités de la région, ainsi que celle du député Ibrâhîm Amîn as-Sayyed. La réconciliation s’est conclue sur des bases claniques puisque la famille Zaaytir a proposé deux jeunes filles à la famille Hamiyyé en échange de la jeune fille kidnappée. L’une d’entre elles a épousé Ziâd ‘Alî Hamiyyé lorsque l’autre jeune fille a été ramenée à ses parents en hommage au député as-Sayyed9. »

  • 10 « Il signifie aussi, Chose rare & curieuse : Il a un cabinet plein de curiosités. En ce sens il a p (...)

14Je concède que cette réconciliation est sans égale parmi celles sur lesquelles j’ai pu tomber, et j’admets que ce caractère unique a chatouillé en moi l’orgueil du collectionneur, au-delà du fait que ce caractère unique – dans le sens de « curiosité »10 – ne fait qu’accroître le désir de l’amateur de découvrir davantage ce qui conduit les Libanais, et ceux qui vivent à leurs côtés, à se réconcilier.

15Continuons comme convenu de tourner les pages de l’album…

  • 11 An-Nahâr, 3 novembre 1993.

16En novembre 1993 « s’est tenue […] une rencontre de réconciliation dans la commune de Jbal al-Botm afin de résoudre la tension consécutive à la collision […] entre un camion-citerne du bataillon népalais et la moto que conduisait un des jeunes de la commune […] Étaient présents, du côté international, le général en chef des forces internationales […] et du côté libanais, le capitaine Youssef al-Rabî‘, plusieurs leaders du mouvement Amal, les parents de la victime et des notables11. »

  • 12 La famille al-Hassaniyyé est druze et les habitants de Chhîm sont majoritairement sunnites.
  • 13 An-Nahâr, 29 août 1994.

17En août 1994, « le ministre en charge des déplacés Walid Joumblatt a parrainé une réconciliation au palais de Moukhtârâ et à ‘Ayn ‘Ouzayn entre des citoyens [remarquez l’esquive…] de Chhîm et la famille al-Hassaniyyé à ‘Ayn ‘Ouzayn […ceux-ci ne sont pas bouddhistes et ceux-là ne sont pas témoins de Jéhova]12. La réconciliation est intervenue après le décès de Tarîq Ziâd al-Hassaniyyé, détenu à la prison de Beiteddine, au cours de son interrogatoire, et l’arrestation d’un commandant de la section de Beiteddine, le lieutenant Samir Shéhadé13. »

  • 14 An-Nahâr, 6 octobre 1994.

18En août 1993, « les routes entre Rmaych et ‘Ayta ach-Cha‘ab ont été rouvertes et la vie est redevenue normale après que l’archevêque maronite de Tyr et des Terres saintes et le juge islamique ja‘farite [chiite] de Beyrouth ont tenu des rencontres de réconciliation dans les deux localités et qu’ils ont mis leurs énergies en commun […] suite à la tension qui avait résulté d’un différend lors d’un match de football au stade de Bint Jbeil […] entre les équipes des deux communes, qui s’était développée jusqu’à aboutir à des échanges de coups et à la mobilisation armée14. »

  • 15 An-Nahâr, 24 août 1993.

19En août 1994, « le chef de l’armée, le général Émile Lahoud, représenté par le chef de la région militaire nord et président de l’agence militaire de renseignements pour le nord […], a parrainé une réconciliation entre les deux familles ‘Abbâs et Sa‘ad dans la commune de Habchit (‘Akkar) à la suite d’un différend qui les a opposées pendant un an et demi, et qui fit un tué et deux blessés15. »

  • 16 An-Nahâr, 11 décembre 1993.

20En décembre 1993, dans le camp de Jal al-Bahr près de Tyr, une réconciliation a eu lieu entre les deux familles Darwîsh et ‘Awad à la suite d’un différend ayant fait une victime, Dib ‘Abdallah Darwîsh, réconciliation parrainée par le commandant du détachement de police de Tyr, le lieutenant ‘Alî Hazîmé, des représentants des forces libanaises et palestiniennes, ainsi que des oulémas16. »

  • 17 An-Nahâr, 21 août 1990.

21En août 1990, « l’archevêque Youssef al-Khoury, archevêque maronite de Tyr et des Terres saintes, a parrainé une réconciliation entre deux branches de la famille Filfilî, dans la maison du doyen de la famille, M. Habîb Filfilî, à al-Qawzah dans le caza de Bint Jbeil, après un différend sur la propriété de bestiaux qui a coûté la vie à cinq personnes […]17. »

  • 18 An-Nahâr, 3 juillet 1997.

22En juillet 1997, le député Antoine Hittî, délégué par le Parti syrien national social, a parrainé « une réconciliation entre la famille al-Muhtar d’un côté et les familles Jawharî et Ghosn de l’autre côté, à la suite d’un litige entre certains membres des trois familles déclenché par une question de priorité de passage18

  • 19 An-Nahâr, 10 novembre 1997.

23En novembre 1997, le cheikh Tâmer Trâd al-Mulhem, « chef des clans bédouins al-Husnî au Liban, en Syrie, en Jordanie et en Arabie saoudite, a parrainé une réconciliation entre deux clans de la tribu bédouine d’al-‘Arîs dans la Bekaa centrale à la suite d’un différend intervenu entre eux19. »

  • 20 Lieu de culte chiite où on commémore le martyre de Husayn.
  • 21 An-Nahâr, 18 août 1998.

24En août 1998, dans la husayniyya20 du village de Mechane (caza de Jbeil), a eu lieu une réconciliation entre la famille Shamas et la famille Fayâd […]. C’est ainsi qu’a pris fin le différend qui avait germé en 1996 après une altercation entre un membre de la famille Fayâd et le maire de la commune, Muhammad Shamas, dans l’affaire de la construction de la husayniyya de la commune. Cette altercation avait suscité la forte émotion de Shamas qui, étant atteint d’une maladie du cœur, y avait succombé21. »

  • 22 An-Nahâr, 20 avril 1993.

25En avril 1994, « le chef des Forces libanaises, le docteur Samir Geagea, représenté par son épouse Mme Sethrida Geagea, a parrainé dimanche à Bcharré une réconciliation entre les familles Safâ et al-Badawî al-Fakhrî, à la suite d’un différend ayant fait trois morts et deux blessés. Ont assisté à la réconciliation le vicaire patriarcal, l’archevêque Francis al-Bisrî, le cheikh Munîr al-Fakhrî, le cheikh Sa‘id Tawq et des notables […]. Mme Sethrida a communiqué aux participants une lettre du docteur Geagea dans laquelle il exprimait son souhait que “Bcharré redevienne une seule famille”22… ».

  • 23 An-Nahâr, 9 mars 1992.

26En mars 1992 « a eu lieu à Baalbek une réconciliation entre la direction du Hezbollah et des notables d’un clan de la famille Ja‘far, mettant un terme à la dégradation de la situation suite aux incidents intervenus dernièrement entre les deux parties dans le quartier al-Sharâwné à Baalbek23. »

  • 24 Sous-entendu : les Syriens (NdT).

27Le 21 septembre 2005, « la maison centrale des Kataëb à Sayfî a été témoin d’une réconciliation entre différents courants phalangistes, au cours de laquelle l’ancien président libanais Amine Gemayel a pris la parole, déclarant que : “Aucun mouvement de dissidence n’est apparu au sein des Kataëb comme il a été dit, et il n’y a pas eu de scission dans le sens exact du terme. Ils24 nous ont empêchés de nous réunir comme ils ont empêché les Libanais de se réunir”. »

28Voilà ce qui s’est passé, selon le président Gemayel. Vous êtes libre d’y croire ou pas…

29Ce sont quelques-unes des images de réconciliation parmi celles de mon album. Je ne sais pas si je les ai bien choisies ou non. En faisant abstraction de la question de la pertinence de ma sélection, il ne me semble pas nécessaire d’ajouter d’autres citations, après ce qui a été présenté à titre d’exemples, pour passer de l’énumération aux premières conclusions, qui resteront à affiner ultérieurement. Elles se résument au fait que la « réconciliation », en temps de paix et en temps de guerre, constitue l’un des piliers de la socialisation des Libanais – socialisation qui demande à être connue –, et une institution potentielle de gestion de ses conflits, parmi d’autres.

30Je dis que cette conclusion reste à affiner, et non à vérifier, parce que les preuves convergent en ce qui concerne les conflits que ces réconciliations neutralisent, le sang qu’elles empêchent de couler. Toutefois, la qualification de la réconciliation comme « institution » amène à s’interroger sur la nature de cette institution, à se demander s’il s’agit d’une institution d’utilité publique indiquant ce qui peut souder la société libanaise, si elle représente l’une des voies menant à la rencontre entre les Libanais, ou bien si elle constitue plutôt une institution d’utilité privée qui renforce la ‘asabiyya des communautés libanaises en leur octroyant davantage de force, d’immunité et d’invulnérabilité.

  • 25 An-Nahâr, 14 octobre 1988.

31Le 17 octobre 1988, un journal libanais a rapporté l’information suivante : « Hier après-midi, le président du Parti socialiste progressiste, le ministre Walid Joumblatt, a parrainé à Baalchmay une réconciliation entre les familles Abou Faraj et Zaydân […]. Rappelons qu’au cours des incidents survenus il y a deux mois et demi dans les communes de Baalchmay et de Rwaysa al-Ballout entre les Faraj et les Zaydân, quatre jeunes des deux communes sont tombés, parmi lesquels Jihad Abou Faraj, fils de Abou Samîr Faraj Abou Faraj. » Pendant la réconciliation, Abou Samîr Faraj Abou Faraj a pris de court Joumblatt et le cheikh Abou Chaqrâ « en proposant de se faire livrer le meurtrier de son fils […] et de le remettre personnellement à ses parents pour sceller la réconciliation […]. C’est ainsi […] qu’on a fait venir Toufiq Zaydân de la prison de Beiteddine, et que, dans le salon de la Moukhtara, Abou Samîr Faraj Abou Faraj et le meurtrier de son fils, Toufiq Zaydân, se sont embrassés et ont tous les deux pleuré […] ». Quand Abou Faraj a été interrogé sur son initiative, il a répondu : « Nous les druzes, nous croyons en la réincarnation, nous sommes élevés les uns par les autres, nous sommes nés les uns chez les autres, et tu ne sais pas si, peut-être, les fils de la famille Zaydân sont venus de chez nous et si nous, peut-être, sommes venus de chez eux25 »

  • 26 An-Nahâr, 14 octobre 1991.

32C’en est une, en voici une autre : « Le cheikh sayyed Muhammad Hussayn Fadlallah a parrainé, en présence d’oulémas et de décideurs de la région, une réconciliation au sein de la famille al-Bzal dans la commune d’al-Bzaliyyé (Bekaa) à la suite de conflits sanglants qui duraient depuis des années entre certains membres de la familles, partisans du Hezbollah, et d’autres, partisans du Parti syrien national social26 »

33En voici une troisième qui ne laisse personne blâmer quiconque : en avril 1994, un de nos journaux a rapporté l’information suivante : « Le tribunal pénal du Mont-Liban siège aujourd’hui pour examiner le cas d’un incident survenu dans la commune de Kfar Debiane (Kesrouan) et qui a fait une victime, Sleiman ‘Aqîqî, surnommé “Schlomo”, ancien capitaine dans les Forces libanaises qu’il a quittées il y a presque deux ans. L’accusé, Hanâ Salîba Zghayb, avait été blessé par chevrotine lors d’une embuscade des “Forces” près de cinq ans auparavant. Les contacts se sont intensifiés afin de parer les conséquences de cet incident, sous le parrainage du patriarche maronite Nasrallah Boutros Sfeir, assisté par le vicaire maronite de l’archevêché de Sarba, l’archevêque Ray Boulos Najm. Ces contacts sont le fait du consul général du Sénégal, Antoine ‘Aqîqî, qui s’est rendu plusieurs fois à Bkerké et à Sarba au sujet de cette incartade, dans une tentative de conciliation après l’obtention de l’ajournement provisoire de la séance. »

34Et ainsi de suite… Je vous ai choisi dans mon album ces trois réconciliations, et j’aurais pu vous en extraire trente au lieu de trois pour rendre compte de ce que je pense, à savoir que la réconciliation telle que la pratiquent les Libanais est le plus souvent une institution d’utilité privée – propre à une famille, une communauté confessionnelle ou une région qu’ils ne dépassent pas ou qu’ils ne sont pas capables de dépasser.

35Je vous surprends peut-être, dans tout ce qui précède, par ma réticence à prendre n’importe quelle réconciliation parmi celles survenues dans la Montagne comme emblème de son statut d’institution à laquelle recourent les Libanais pour gérer leurs conflits. Mais peut-être y a-t-il dans ce qui précède une indication du motif de cette réticence ; les réconciliations druzes/chrétiens de la Montagne constituent un exemple particulier, non de réconciliation en tant qu’institution qui contient un conflit, empêche le sang de couler et essaie d’aboutir au pardon, mais seulement un exemple privilégié de l’impossibilité de transposer la « réconciliation », dans sa compréhension libanaise – en tant que formule expérimentée et bien établie dans la culture des Libanais, comme solution à des conflits objectifs renvoyant à des « valeurs », et parfois à des « croyances » qu’ils ne partagent pas nécessairement –, dans l’espace « national » et de tabler sur elle pour refonder la socialisation d’individus chargés de la gestion politique de la chose publique. Peut-être l’expression la plus révélatrice de cette impossibilité, presque dix ans après le déclenchement de ces réconciliations vendues à la majorité des Libanais comme une innovation leur permettant de conclure un accord de copropriété entre des Libanais possédant du Liban une action de catégorie A, réside-t-elle dans la déclaration du ministre actuel en charge des déplacés, au début de ce mois, quand il a dit à propos des réconciliations dans les villages de la Montagne : « Dans certaines communes qui ont paraphé des réconciliations, il y a des lacunes à combler. Là-bas, de nombreux villages ont besoin de parfaire les réconciliations. Le ministère [en charge des déplacés] et la Caisse centrale des déplacés sont disposés à s’y consacrer, jusqu’à ce qu’il ne reste quoi que ce soit d’inachevé. »

36Je vous laisse imaginer la nature de réconciliations dans la Montagne dont le parachèvement serait confié à un ministère et à une caisse, et je repasse de la Montagne au Liban en me demandant : quel est le fil conducteur entre les réconciliations des Libanais, depuis celle relative aux traditions claniques à Taraiya entre la famille Hamiyyé et la famille Zaaytir jusqu’à celle relative à la politique interne de l’un des plus anciens partis libanais ?

37Je considère, et peut-être ne suis-je pas loin de la vérité, que ce fil conducteur procède de la courtoisie d’une culture rurale antérieure à la politique, la politique à l’ère de l’État. Et il n’y a pas de honte à cela. Il n’y a pas de honte à faire remonter l’origine de la réconciliation, chez nous, aux racines tribales rurales antérieures à la politique dans le sens défini ci-dessus, à l’instar de ce qui est attribué dans d’autres cultures à des racines naturelles ou théologiques, et pourtant…

38Mais l’essentiel, au-delà de la description, réside dans ce que ces réconciliations trahissent de l’emprise démesurée de la famille et du local sur la politique et ses institutions. Cela explique peut-être que les Libanais ne se lassent pas, et sans modération, de se réconcilier, et que malgré cela, on ne trouve pas trace de la réconciliation dans leur conduite politique, comme si la réconciliation était dans une vallée et la gestion politique des affaires publiques dans une autre.

  • 27 Adapté de Waddâh Charâra, Al-mawt li-‘adûwikum [Mort à votre ennemi], Dâr al-Jadîd, Beyrouth, 1991.

39Entre deux réconciliations, l’une, fille d’une culture qui oscille entre l’effusion de sang et la retenue, une culture qui ne s’éloigne pas de sa source et qui n’abandonne ni sa beauté ni son origine, et l’autre, fille de « l’hérésie libanaise » – selon les termes de Waddâh Charâra –, fille de cette culture de l’innovation que les Libanais (certains Libanais) n’ont de cesse, sans modération là aussi, génération après génération, de désirer, de palper et d’investir, dans un effort à la Sisyphe, oscillant à son tour entre euphorie et amertume, pour inventer une patrie qui leur ressemble davantage qu’elle ne ressemble aux autres patries – entre ces deux réconciliations, disais-je, ou plutôt dans le va-et-vient perpétuel entre ces deux réconciliations, c’est comme si les Libanais devaient payer le prix d’être nés dans un pays qui, comme le dit aussi Waddâh Charâra, ne s’impose pas à eux comme une conviction, mais les laisse livrés à eux-mêmes et à leur liberté … Et la liberté est un lourd fardeau27

Notes

1 Ce texte se contente de passer en revue différents types de réconciliations « libanaises ». Il tient lieu d’entrée en matière (provisoire) pour une « collection » plus longue en rapport avec ce sujet.

2 Ce texte a été écrit en 2005.

3 An-Nahâr, 11 octobre 1995, déclaration du député Nabîl al-Bustânî.

4 Al-Balad, 24 octobre 2005.

5 As-Safîr, 31 octobre 2005.

6 Ibid.

7 Al-Mustaqbal, 24 octobre 2005. Jund al-Châm est un groupe armé islamiste sunnite.

8 Al-Balad, 1er novembre 2005.

9 An-Nahâr, 17 juin 1993.

10 « Il signifie aussi, Chose rare & curieuse : Il a un cabinet plein de curiosités. En ce sens il a plus d’usage au pluriel qu’au singulier. On dit cependant : Cet homme donne dans la curiosité, pour dire, dans la recherche des curiosités », Dictionnaire de l’Académie française, 4e édition, 1762.

11 An-Nahâr, 3 novembre 1993.

12 La famille al-Hassaniyyé est druze et les habitants de Chhîm sont majoritairement sunnites.

13 An-Nahâr, 29 août 1994.

14 An-Nahâr, 6 octobre 1994.

15 An-Nahâr, 24 août 1993.

16 An-Nahâr, 11 décembre 1993.

17 An-Nahâr, 21 août 1990.

18 An-Nahâr, 3 juillet 1997.

19 An-Nahâr, 10 novembre 1997.

20 Lieu de culte chiite où on commémore le martyre de Husayn.

21 An-Nahâr, 18 août 1998.

22 An-Nahâr, 20 avril 1993.

23 An-Nahâr, 9 mars 1992.

24 Sous-entendu : les Syriens (NdT).

25 An-Nahâr, 14 octobre 1988.

26 An-Nahâr, 14 octobre 1991.

27 Adapté de Waddâh Charâra, Al-mawt li-‘adûwikum [Mort à votre ennemi], Dâr al-Jadîd, Beyrouth, 1991.

Auteur

Éditeur, écrivain
Candice Raymond (Traducteur)

© Presses de l’Ifpo, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable