Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de la Turquie avec la Syrie

 | 
Uğur Kaya
, 
Dilek Yankaya

7) Aujourd’hui (fin 2012) : les révoltes populaires et le retour des temps de crise

Texte intégral

  • 195 Milliyet, 27 avril 2011.

1Dès avril 2011, les révoltes populaires contre le gouvernement d’Assad ont fait l’ordre du jour des réunions du Conseil de la Sécurité Nationale (MGK) turc - institution à l’articula­tion entre gouvernement et forces de sécurité, qui définit la politique de sécurité et de défense du pays -, et ont été à l’origine de l’émergence des premières critiques des autorités poli­tiques turques à l’adresse du pouvoir syrien. La Turquie a jugé insuffisantes les réformes engagées par le gouvernement d’Assad et lui a demandé de les poursuivre et surtout de mettre en place des élections démocratiques libres195.

2La Turquie, après son hésitation à s’engager lors des conflits en Libye, s’est rapidement positionnée en faveur des forces d’opposition populaires syriennes. En août 2011, lorsque l’armée syrienne est intervenue violemment à Hama et Lattaquié, provoquant la mort de nombreux civils, Erdoğan a comparé les mesures violentes de l’administration syrienne contre les manifestations au massacre de Halabja pro­voqué par Saddam Hussein. Ces propos ont été très mal reçus en Syrie, et qualifiés d’ingérence dans les affaires intérieures du pays. Ahmet Davutoğlu a tenu une réunion de six heures avec Assad pour le prévenir de l’intention de la Turquie d’arrêter le dialogue si son régime continuait à utiliser des moyens violents à l’encontre des civils.

  • 196 Ataman, Muhittin, “Suriye’de iktidar mücadelesi : Baas rejimi, Toplumsal talepler ve Uluslararası T (...)

3Contrairement à Ankara, l’UE a décidé de soumettre immédiatement Damas à des embargos et a suspendu le commerce des ressources précieuses comme l’or, le diamant et le pétrole. Toute coopération avec Assad, sa femme et 115 responsables syriens a été interdite, leur entrée dans les pays de l’UE a été proscrite et leurs propriétés dans ces pays ont été gelées196. La suspension du commerce avec l’UE a porté un coup à l’économie de la Syrie qui dépend fortement de ses exportations en matière de ressources primaires vers l’UE.

a) La Turquie, l’allié des opposants syriens

4Dans ce contexte international anti-Assad, pré­tendant au rôle du modèle de démocratie et de développement pour sa région, la Turquie s’est proposée comme le lieu de rassemble­ment de l’opposition syrienne. Elle a d’abord accueilli à Istanbul, en mars 2011, les figures de l’opposition syrienne, dont les responsables des Frères musulmans syriens. Cette réunion avait été organisée sous l’égide du MÜSİAD (Association des industriels et des hommes d’affaires indépendants) grâce au financement de l’homme d’affaires connu sous le nom de Gazi Mısırlı dont le nom véritable est Gazwan Masri. C’est l’un des responsables des Frères musulmans, d’origine syrienne et de nationa­lité turque, résidant en Turquie depuis 30 ans. Il est également le vice-président du MÜSİAD chargé des relations extérieures et vice-pré­sident de l’International Business Forum, réunion bisannuelle organisée par le MÜSİAD pour rassembler les hommes d’affaires et les hommes politiques des pays musulmans. C’est ainsi que la bourgeoisie islamique de Turquie, dont les intérêts économiques semblaient ins­pirer la diplomatie turque au Moyen-Orient, s’est d’emblée positionnée pour le changement de régime en Syrie, régime qui constituait désormais une menace pour le développement économique de la région.

  • 197 Hürriyet daily news, 17 mai 2011.
  • 198 Ainsi, les responsables de l’Armée syrienne libre qui ont reconnu, dans un entretien donné au New Y (...)
  • 199 Hürriyet, 28 septembre 2011.

5Les réunions d’opposants syriens ont été par la suite tenues régulièrement à Istanbul. La Syrie a critiqué l’accueil par la Turquie des responsables des Frères Musulmans qui ont été engagés dans un conflit contre l’armée syrienne dans les années 1980 et qui ont « du sang sur les mains », selon l’ambassadeur syrien à Ankara, Nidal Kabalan197. En effet, avec les groupes civils d’opposants, la Turquie a également accueilli les groupes rebelles armés syriens. En juillet 2011, un ancien colonel des forces aériennes, un militaire déserteur, Riyad El-As’ad est arrivé en Turquie et a fondé l’Ar­mée syrienne libre198 alors que les responsables turcs légitimaient leur accueil par des raisons humanitaires199.

  • 200 Ayhan, Veysel & Orhan, Oytun, “The Antalya Conference of the Syrian Opposition: Consequences, Outlo (...)
  • 201 Balci, Bayram, « Le facteur religieux dans la politique syrienne de Recep Tayyip Erdoğan depuis le (...)

6Le soutien de la Turquie au mouvement d’opposition syrienne a pris une dimension internationale avec « la conférence syrienne pour le changement » organisée en juin 2011 à Antalya avec plus de 400 intellectuels, hommes d’affaires, militants communistes, membres des Frères Musulmans, représentants de toutes les religions et jeunes opposants200. L’importance principale de cette conférence a donc été de rassembler une forte opposition syrienne. Seuls les partis kurdes n’y ont pas eu de représenta­tion officielle, les quelque 70 militants kurdes présents ont affirmé ne participer qu’à titre individuel. Les leaders du mouvement kurde national de la Syrie qui fédère les douze partis kurdes ont justifié leur absence par leur volonté de boycotter la politique kurde de la Turquie201.

  • 202 Engagement de rester uni pris par différentes figures de l’opposition syrienne en octobre 2005.
  • 203 Ibid., p. 10.
  • 204 Hürriyet, 26 mai 2011.
  • 205 Ayhan, Veysel & Orhan, Oytun, op. cit., p. 12.
  • 206 Ibid., p. 14.

7Cette réunion était différente des deux évé­nements précédemment organisés à Istanbul car elle a été coordonnée par l’Organisation Nationale des Droits de l’Homme basée en Égypte, avec l’approbation du gouvernement AKP. À côté des figures de l’opposition syrienne, comme Abdul Razak Eid – président de la « Déclaration de Damas »202 – et Mamoun Homsi – ancien député syrien –, étaient présents des activistes kurdes, Saddiq Jala Azm – intellectuel syrien –, Shakir Rezvan Ziyade – Président du Centre syrien pour les études politiques et stratégiques – et les représentants des Frères Musulmans. La participation de membres du MÜSİAD, d’organisations de jeunesse opposantes de Jordanie, d’Égypte et des pays de Golfe et d’activistes civils indépendants, comme l’avocat Yasser Tabbara, président du Conseil Syro-Américain fondé en 2005203, a incarné la dimension internationale de la conférence et donc apporté une légitimité plus forte aux prétentions des opposants. Ammar Qurabi, Président de l’Organisation Nationale des Droits de l’Homme a d’ailleurs défini l’objectif de la réunion comme étant d’institu­tionnaliser le mouvement en un conseil d’op­position. Ce rassemblement avait aussi pour but de préparer une nouvelle Constitution qui accorderait l’égalité en droit à tous les citoyens syriens, et de mettre en place des élections démocratiques pour une gouvernance pluraliste204. Un comité de 31 personnes a été consti­tué lors de la Conférence afin de coordonner le mouvement d’opposition et d’assurer les liens avec le soutien des pays étrangers. Ce comité représentatif de la société syrienne a été constitué de quatre Frères Musulmans, quatre libéraux, quatre chefs de tribus arabes, quatre représentants du Groupe de la « Déclaration de Damas », trois représentants d’organisations de jeunes, quatre représentants des groupes féministes et quatre membres indépendants205. Il a réclamé la démission d’Assad. Ces oppo­sants qui approuvaient tout engagement non militaire de la part des pays occidentaux, se sont montrés méfiants vis-à-vis de l’Iran qu’ils jugeaient comme « le principal responsable du chaos au Moyen-Orient »206.

  • 207 Milliyet, 16 juillet 2011.

8L’opposition syrienne a ensuite organisé, avec une forte participation, la « Conférence de libération nationale » à Istanbul le 15 juillet 2011. Lors de ce rassemblement, elle a décidé d’entamer la désobéissance civile contre le Chef d’État syrien207. Force est de constater que ces militants, surtout ceux proches des Frères et des tribus sunnites, optaient pour le modèle turc tel qu’il est représenté par l’AKP, c’est-à-dire une démocratie électorale avec un gouvernement affirmant ses sensibi­lités islamiques. Cette tendance ne se mani­feste pourtant pas chez les militants kurdes et libéraux. Alors qu’Erdoğan est apprécié par les opposants syriens, Assad a déclaré, dans un reportage donné au quotidien Cumhuriyet le 3 juillet 2012, que c’était Erdoğan qui avait changé et non pas lui-même, qu’il avait ainsi détérioré toutes ses relations avec l’Iran, l’Irak, le Liban et la Jordanie et qu’il avait perdu toute sa crédibilité dans le Moyen-Orient. La tension turco-syrienne s’est ainsi transformée en une confrontation pour le rapprochement avec les pays voisins de la Syrie. La position de ces pays n’était effectivement pas claire.

  • 208 Ataman, Muhittin, op. cit., p. 35-36.

9Les pays arabes n’ont pas été indifférents à la guerre en Syrie et ont à plusieurs reprises dénoncé cette dernière via la Ligue Arabe. En octobre 2011, la Ligue a menacé la Syrie de suspendre son affiliation si elle continuait à utiliser les moyens violents contre le peuple, à ne pas libérer les quelques 70 000 prisonniers politiques et ne pas reconnaître les demandes justifiées du peuple. Cette décision a été prise par 18 voix, alors que le Yémen et le Liban ont voté contre et que l’Irak s’est abstenu208. Face au refus d’Assad de donner suite à ces demandes, la Ligue a décidé d’imposer des sanctions politiques et économiques et de rencontrer les groupes d’opposants. Ces restric­tions ont été finalement appliquées, après une période d’hésitation de la part de la Ligue, le 27 octobre 2011 : les responsables syriens ont été interdits de circuler dans les pays arabes, les biens syriens et les opérations internationales de la banque centrale syrienne ont été gelés, le commerce a été suspendu.

10En septembre 2011, la Turquie avait com­mencé à couper le dialogue avec le régime syrien et avait imposé un embargo à ses fron­tières syriennes. En novembre, elle a annoncé qu’elle ne reconnaissait que le Conseil natio­nal syrien (CNS) comme représentant officiel de l’opposition syrienne. Le même mois, le CNS et l’ASL ont rejoint la nouvelle structure d’opposition, la Coalition nationale syrienne basée au Caire. La Turquie, avec la France et les États du Golfe, a immédiatement reconnu cette coalition, puis les États-Unis ont suivi. La Coalition a rassemblé plus de 550 comman­dants rebelles à Antalya en décembre 2011 afin de former le Conseil Militaire Suprême attaché à la coalition. C’est ainsi que la Turquie a joué un rôle actif dans la formation des structures de l’opposition syrienne civile et armée rompant définitivement les liens d’alliance et d’amitié avec Assad et sa famille.

L’engagement de la Turquie en Syrie devient-il confessionnel ?

  • 209 T24, 8 octobre 2012.

11Dans les milices armées de l’ASL, que la Turquie soutient surtout au niveau logis­tique, se trouvent des militants des groupes djihadistes venant du Caucase, d’Afghanis­tan, de Libye et d’Égypte209. L’importance des djihadistes dans l’ASL inquiète les chiites du Liban et d’Irak sur la possibilité future d’une attaque généralisée. L’engagement des acteurs de la région en fonction de leur confession donne un caractère confessionnel au conflit. Dans ce contexte, la question de la confessionnalisation des rapports du gouvernement pro-islamiste de l’AKP et des alévis de Turquie apparaît justifiée.

  • 210 Balcı, Bayram, op. cit.

12L’accueil des Frères Musulmans syriens par la Turquie a été interprété comme la confessionnalisation des relations turco- syriennes ; l’AKP a été soupçonné de désor­mais définir sa politique étrangère sur des critères confessionnels210 et d’entrer dans une alliance sunnite avec les Frères contre Assad, un alaouite, en faveur de la création d’un pouvoir sunnite en Syrie.

  • 211 Ibid., p. 5.

13Les relations entre l’AKP et les Frères musulmans étant anciennes, ce rapproche­ment s’explique, dans un premier temps, plus par des raisons politiques et pragma­tiques que confessionnelles : Ankara ne pou­vait plus se permettre de soutenir le régime d’Assad internationalement discrédité par une répression violente et a toujours soutenu tous les composantes du Conseil National Syrien211. La critique syrienne d’Erdoğan a commencé dans la perspective des élections législatives qui ont eu lieu le 12 juin 2011. Sa victoire aux élections, qu’il a interprété comme quasi-absolue, lui a permis de hausser le ton de son discours anti-Assad. En retour, la Syrie a également durci le ton en déclarant à la télévision publique syrienne que les armes des Frères musulmans provenaient de Turquie.

  • 212 Le 29 mai 2013, Erdoğan a déclaré vouloir nommer le troisième pont sur le Bosphore à Istanbul « Sul (...)

14L’hypothèse selon laquelle le Premier ministre turc suivrait une politique étrangère en faveur de la consolidation des acteurs sun­nites dans la région n’est pas sans fondement, étant donné l’accent progressivement mis sur l’Islam sunnite et ses références comme Sultan Fatih le Conquérant et Sultan Yavuz Selim212 pour glorifier l’histoire de l’Empire ottoman.

15Après qu’un avion de chasse turc a été abattu au-dessus de la Méditerranée le 22 juin 2012, les relations d’Ankara avec le pou­voir syrien ont été irréversiblement altérées. Erdoğan, par la suite, a déclaré avoir donné l’ordre de couper toute communication officielle avec le régime d’Assad qui « tue les musulmans dans la rue ». Après cette rupture, le soutien progressif d’Ankara apporté aux groupes armés sunnites fut dès lors décrit par les intellectuels arabes libéraux, par les classes moyennes sunnites social-démocrates et libérales des pays de la région comme une alliance avec les djihadistes. Cet adossement militaire détériore considérablement la dip­lomatie de soft power de la Turquie et nuit fortement au soutien populaire qu’elle en tirait dans les sociétés moyen-orientales.

16La question de confessionnalisation de la tension entre la Turquie et la Syrie se pose aussi à l’égard des Alévis de Turquie soupçonnés d’avoir de la sympathie pour les alaouites syriens et le régime d’Assad.

17Cette question peut sembler encore plus pertinente au niveau régional en raison de l’alliance irano-syrienne et surtout depuis que le Hezbollah s’est ouvertement engagé dans la guerre aux côtés du régime d’Assad.

  • 213 Balcı, Bayram, 2012, p. 2.
  • 214 Ibid., p. 3

18La communauté alévie de Turquie et la communauté alaouite de Syrie, appelée aussi Nusayris, constituent approximativement - on ne dispose d’aucun chiffre sérieusement établi - 20 % et 10 % des populations res­pectives. Le fait que ces deux communautés soient de confession chiite et partagent le culte d’Ali peut laisser croire à leur proximité213 sociale et politique. La majorité des Alévis de Turquie sont turcs et kurdes et ne sont pas arabophones. Bien que la présence d’une communauté de Nusayris arabophone vivant dans le Hatay ait influencé les revendications syriennes sur cette province, les relations entre eux sont peu nombreuses en raison de longues décennies d’assimilationnisme turc214.

  • 215 Ibid., p. 3
  • 216 La fête musulmane qui marque la fin du mois de Ramadan.
  • 217 La commémoration de l’assassinat de l’Imam Hussein.

19La discrimination sous le pouvoir sunnite pendant l’Empire ottoman et les a priori qui dominaient, les présentant comme hétéro­doxes les ont rendus méfiants vis-à-vis du pouvoir religieux. Ils soutiennent donc des régimes séculiers qui limitent l’emprise sun­nite sur l’organisation sociale215. Pourtant les deux communautés divergent sur de nom­breux points comme des différences de sym­boles et de pratiques : les Nusayris n’ont pas la pratique de cérémonie de djem (cem) chère aux Alévis de Turquie, les personnages du culte comme Hadji Bektach ou Abdal Mousa vénérés par ces derniers n’occupent pas de place dans la tradition des Nusayris. Ces derniers pratiquent le ramadan et célèbrent le Aïd-al-Fitr216 et l’achoura217 comme les chiites.

20Depuis le début du soulèvement, les Alévis ne se sont pas montrés solidaires avec le régime d’Assad. Leur critique vis-à-vis de l’engagement d’Erdoğan auprès des militants sunnites s’explique plus par leur attachement partisan au Parti Républicain du Peuple, parti d’opposition principal, que par leur affinité confessionnelle.

b) La guerre et ses dommages collatéraux

21Suite aux soulèvements, la politique d’ouver­ture économique et politique de la Syrie a été inversée. En septembre 2011, le régime d’Assad a arrêté l’importation des biens soumis à plus de 5 % de taxe douanière. Cette décision concernait les importations de toute origine, à l’exception des produits pharmaceutiques et d’un certain nombre de machines. Toutefois, ce sont les exportations turques qui ont été le plus sérieusement frappées : cela signifiait pour la Turquie une baisse des exportations de l’ordre de 1,125 milliard de dollars. Dans la mesure où le commerce avec la Syrie concernait de nom­breux secteurs, cette décision a eu un impact sur de nombreux acteurs économiques et été perçue par les exportateurs turcs comme une sanction politique en lien avec la position cri­tique du gouvernement turc vis-à-vis du régime d’al-Assad.

  • 218 Kirişci, Kemal, op. cit., p. 6.

22Les usines turques en Syrie ont été obligées d’arrêter leurs activités, les investissements ont été suspendus et les entrepreneurs turcs ont dû quitter la Syrie pour des raisons de sécurité. Le tourisme entre les deux pays a également été suspendu. Le rapprochement politique turco-syrien étant arrivé à un fort niveau d’intégra­tion socio-économique, cette crise a donc coûté des millions d’euros aux entreprises turques. La Syrie a unilatéralement suspendu l’accord de libre-échange en décembre 2011, la Turquie a fermé ses frontières en juillet 2012218 et le commerce a fortement baissé.

  • 219 Milliyet, 17 octobre 2012.

23En contrepartie, la Turquie est devenue le refuge des hommes d’affaires syriens. Depuis le 15 mars 2011, 300 usines ont été fermées. Gazi Mısırlı a affirmé que, au début du soulèvement, plus de 30 000 commerçants et dirigeants d’entreprises syriens se sont rendus en Turquie pour investir dans divers secteurs. Il souligne une forte participation de leur part au Salon international de la MÜSİAD qui a conduit à des partenariats avec des investisseurs turcs dans les secteurs du textile et du bâtiment. Les hommes d’affaires syriens transfèrent leur capital vers la Turquie : selon les données d’octobre 2012, les dépôts dans les banques du Hatay avaient cru de 34 % depuis le début de l’année 2011219.

  • 220 Hürriyet, 17 décembre 2011.

24La crise syrienne menace fortement l’inté­gration économique de la région, notamment la création d’une zone de libre-échange avec la Jordanie, le Liban et l’Égypte. Ce projet était particulièrement important pour les pays arabes d’autant plus que le Moyen-Orient est l’une des régions où le commerce régional reste embryonnaire. Suite à la fermeture de la porte syrienne qui ouvrait sur le Moyen-Orient, Ankara a dû chercher des routes de transport alternatives pour continuer les exportations vers les pays du Moyen-Orient et du Golfe. La voie maritime via l’Égypte est apparue la meil­leure option220.

c) Le retour de l’option d’intervention militaire

25Le positionnement de la Turquie en faveur des opposants syriens a radicalement renversé l’al­liance avec le régime d’Assad. En octobre 2011, la représentation diplomatique turque en Syrie a été la cible d’attaques. En décembre 2011, la Turquie a rappelé son attaché au commerce en Syrie, tandis que cette dernière a rappelé son Consul général de Gaziantep. Des missions diplomatiques d’autres pays comme la France, l’Arabie Saoudite, le Qatar ont également été attaquées. Ces attaques ont mis en cause le régime d’Assad auprès de tous les dirigeants de la région. Les sanctions de la Ligue Arabe ont conforté la Turquie dans sa pression diplo­matique anti-Assad, car au début des soulève­ments elle refusait toute intervention militaire et appuyait sa stratégie par une politique de pression diplomatique et économique de la part des pays occidentaux et arabes.

26Le refus turc de l’intervention militaire en Syrie a été reconsidéré lorsque l’armée syrienne a abattu un avion turc le 22 juillet 2012. Deux pilotes ont perdu la vie. Assad a expliqué cet incident comme erreur de la part de la Syrie, mais aussi de la part de la Turquie. Pour lui et les responsables militaires syriens, l’avion a été abattu dans les eaux syriennes à un kilomètre de la terre alors qu’il avait emprunté le corridor aérien souvent utilisé par les avions israéliens. Les radars syriens n’auraient pas été en mesure de positionner l’avion qui volait à une alti­tude trop basse et les pilotes turcs n’auraient pas informé la tour de contrôle syrienne. Cet événement qui a été considéré comme une provocation par les responsables turcs a replacé les relations sur un paradigme sécuritaire.

  • 221 NTVMSNBC, 3 octobre 2012.

27Au fur et à mesure que le conflit armé s’est intensifié entre le régime syrien et les opposants, le nombre de missiles syriens atteignant le territoire turc s’est accru. Du 3 octobre 2012 au 12 novembre 2012, dix missiles ou obus anti-aériens ont violé la frontière. La Turquie a riposté à certaines de ces intrusions qui ont causé des morts et des blessés. Le 3 octobre 2012, un obus tiré de Syrie a touché le village d’Akçakale à Şanlıurfa, tuant cinq personnes et en blessant neuf. La Syrie a de nouveau déclaré que cet événement était une erreur et a appelé la Turquie à consolider la sécurité des frontières pour ne pas laisser le champ libre aux opposants armés. Le jour même, la Turquie a appelé l’OTAN à se réunir selon l’article 4 du traité. L’OTAN a condamné cette opération comme « une violation du droit international et une violation de la paix et de la sécurité internationale » et a demandé l’arrêt immé­diat des opérations à la frontière turque212. La ministre des Affaires étrangères américaine Hillary Clinton a affirmé son soutien à la Turquie auprès de l’OTAN et de l’ONU. Parmi les nations arabes, l’Égypte a critiqué le régime d’Assad et a apporté son soutien à la réaction de la Turquie. Le lendemain de cet événement, l’Assemblée Nationale a voté une motion221 permettant aux forces armées turques d’en­voyer en mission des soldats à l’étranger en rapport avec le conflit en Syrie. La motion a été adoptée par 320 voix - ceux de l’AKP et du Parti du Mouvement Nationaliste - et 129 voix contre - ceux du CHP et du BDP qui ont rejeté ce qu’ils ont qualifié de « motion de guerre ».

28La motion signée par le Premier ministre Erdoğan :

« Dans le cadre de l’opération militaire menée par les forces armées de la République Arabe de Syrie, des attaques ont été observées en direction du territoire de notre pays à partir du 20 sep­tembre... Ces activités ont continué malgré nos avertissements diplomatiques. Dans ce cadre, j’autorise, selon l’article 92 de la Constitution, le déploiement et le positionnement préventif, pour une durée d’un an, des Forces Armées Turques à l’étranger, en restant dans les limites, la portée, la quantité et la durée appréciées par le gouvernement ».

29Toutefois, cette motion n’a pas donné lieu depuis sa mise en vigueur à une attaque armée de la part de la Turquie, alors que la guerre continue à déborder sur le sol turc. Le 11 mai 2013 deux véhicules chargés d’explosifs ont explosé à Reyhanlı causant plus de 50 morts et une centaine de blessés. Le gouvernement a présenté cet incident comme une provocation du régime d’Assad et a interdit sa couverture médiatique. Cet événement a été interprété par les partis et les groupes d’opposition comme la conséquence de l’intervention du gouverne­ment de l’AKP dans la guerre en Syrie et de son accueil des militants de l’ASL. L’incident n’est, à ce jour, pas clarifié.

  • 222 NTVMSNBC, 22 août 2012.

30Les confrontations près de la frontière inter­viennent ainsi dans la vie quotidienne des résidents des villes frontalières. En l’absence d’intervention militaire de la part d’Ankara, la motion est plus une menace qu’une poli­tique d’intervention armée de la part de la Turquie contre le régime d’Assad. L’option militaire aurait de graves conséquences étant donné l’accord entre la Syrie et l’Iran en matière de défense, comme l’a clairement rap­pelé le ministre de la Défense iranien, Ahmad Wahidi222. La stratégie de menace armée était l’outil principal de la diplomatie syrienne de la Turquie dans les années 1990. Cette motion constitue ainsi, après dix ans d’apaisement et de rapprochement, un retour à la période conflictuelle d’avant 2000.

d) L’action humanitaire : entre volontarisme politique et nécessité humanitaire

  • 223 Rapport de l’aide au développement de Turquie, Présidence de l’Agence Turque pour la Coopération et (...)
  • 224 Ibid., p. 84.
  • 225 Ibid., p. 58.

31Alors que les relations diplomatiques turco- syriennes s’épuisent dans un conflit politique virulent, la Turquie s’engage tous les jours plus profondément dans la guerre syrienne au niveau humanitaire. En septembre 2011, suite aux tensions internes en Syrie, 7 villages composés de tentes ont été installés dans le Hatay pour accueillir plus de 7000 réfugiés syriens avec des services d’hébergement, d’alimenta­tion, d’enseignement, de soins et de sécurité223. Dans les premiers six mois, l’installation des réfugiés syriens n’était pas définitive. Ils se réfugiaient en Turquie lorsque leurs villages étaient attaqués et y retournaient lorsque le danger était passé. Le flux massif et définitif de réfugiés s’est généralisé à partir de l’été 2012 et des milliers de Syriens arrivent tous les jours. À partir de fin 2011, la Syrie est ainsi devenue le second pays bénéficiaire de l’aide turque au développement en raison de la croissance du nombre de réfugiés syriens224. Avec l’arrivée de 12 000 réfugiés venant de Syrie, cette somme s’est élevée à 213,55 millions de dollars225.

32Selon les chiffres de l’Agence des Nations- Unies pour les réfugiés (UNHCR) datés de 2013, la Turquie accueille à présent 586 000 réfugiés syriens226 répartis dans 13 camps. Ces camps qui ont été mis en place selon la Convention de Genève accueillent non seulement les réfu­giés fuyant la violence du régime mais aussi les membres de l’Armée Syrienne Libre227. Cet accueil correspond à une prise de position nette de la part du gouvernement turc contre le régime d’Assad. Ces soldats ont été reçus par le ministre turc des Affaires étrangères et ont accueilli Erdoğan dans leur camp protégé par des soldats turcs. Leur commandant Riad Assad est escorté par un soldat turc lors de ses déplacements. L’accueil de ces opposants témoigne particulièrement du soutien officiel de la Turquie au mouvement d’opposition armée en Syrie.

33L’accueil des réfugiés syriens procède d’une combinaison du volontarisme politique du gouvernement AKP en matière d’aide au déve­loppement des populations de son bassin d’influence et de l’obligation d’agir à la demande des personnes fuyant la violence à sa frontière. Le pays n’ayant pas d’expérience préalable d’accueil intensif de demandeurs d’asile - le cas des Kurdes irakiens du début des années 1990 était en cela différent -, la législation turque n’offrait pas de cadre adapté. Le volontarisme politique et humanitaire du gouvernement a donc rencontré une lacune au niveau des lois et a provoqué un processus législatif. Afin de faciliter la démarche d’accueil, le ministère des Affaires intérieures a acté, en novembre 2012, une loi qui donne aux personnes munies d’un passeport syrien le droit de rester un an en Turquie. La politique d’accueil des réfugiés syriens a nécessité un nouveau cadre législatif : en avril 2013, une nouvelle loi sur les étrangers et la protection internationale a été adoptée. Cette loi a été bien appréciée par l’UNHCR en tant qu’elle incorpore des éléments fonda­mentaux de la législation internationale sur l’aide humanitaire et sur les droits de l’homme et qu’elle prévoit la création, sous l’égide du ministère de l’Intérieur, d’une institution spé­cialisée pour gérer les questions de protection internationale228.

34Le débordement de la guerre vers le terri­toire turc provoque un malaise dans la population locale. C’est d’abord une réaction de plus en plus forte à l’égard du régime en Syrie. Ce sont ensuite les réfugiés syriens qui sont les premiers à être touchés par ce malaise car ils sont considérés comme la cause de l’instabilité politique et économique dans les villes turques frontalières. Les réfugiés et les véhicules avec des plaques d’immatriculation syrienne sont régulièrement attaqués. La population locale exprime sa méfiance vis-à-vis des

  • 229 Ilgıt, Aslı & Davis, Rochelle, “The Many Roles of Turkey in the Syrian Crisis”, Middle East Researc (...)

« réfugiés qui ressemblent à des islamistes avec leur longue barbe et qui se déplacent librement en dehors des camps, reçoivent gratuitement un traitement médical dans des hôpitaux et trouvent même du travail provisoire dans les boutiques et dans les champs de manière à faire de ’l’argent illicite’ »229.

  • 230 AFP, 22 mai 2013.

35En mai 2013 la police turque a déjoué une tentative d’attentat contre des réfugiés syriens par des personnes supposées appartenir à un groupuscule clan­destin d’extrême-gauche turc lié aux services de renseignement du régime du président syrien Bachar al-Assad230. Les groupes isla­mistes armés comme le Front Al-Nosra rattaché à Al-Qaïda ou les rebelles syriens armés qui parviennent à se réfugier en Turquie ou encore le PKK qui se réactive profitant du chaos en Syrie sont suspectés de conduire des opérations comme l’attaque à Reyhanlı. Les responsables locaux des partis d’opposition ont commencé à relayer cette méfiance grandissante ainsi que les rumeurs selon lesquelles les réfugiés dans les camps ne seraient pas que des Syriens innocents, mais aussi des rebelles armés et des espions étrangers. Le gouvernement réfute ces critiques sans pourtant les éclaircir.

e) Le chaos en Syrie : le champ fertile pour l’activisme du PKK ?

36En février 2011, le PKK a mis fin à son ces­sez-le-feu et les affrontements entre les forces armées turques et les militants du PKK ont repris. Si la reprise des opérations du PKK a été souvent interprétée en lien avec la guerre en Syrie, celui-ci a justifié la reprise des opé­rations par l’échec de l’ouverture démocratique initiée par le gouvernement AKP en 2009 :

  • 231 Oda Tv, 28 février 2011.

« la durée de 6 mois de cessez-le-feu accordée en vue de parvenir à une solution démocratique est arrivée à sa fin »231.

  • 232 Ceceli Köse, Sezen, “Müzakereci Demokrasi Kuramı ve Toplumsal ve Politik Dönüşümün İmkanları : Kürt (...)

37Le projet de l’AKP, « l’ouverture démocra­tique » ou « l’ouverture kurde », qui consistait à reconsidérer le problème kurde par une nou­velle approche consensuelle232 a été annoncé par Beşir Atalay, ministre d’État, le 1er juillet 2009 sous le nom de « la Solution du problème kurde : vers le modèle de Turquie ». L’AKP étant un parti politique de masse abritant diverses fractions socio-politiques, la recon­quête du vote kurde - que l’islam politique attirait davantage dans les années 1980-1990 - est d’une grande importance pour le maintien au pouvoir, surtout après la perte des votes dans les provinces au sud-est de la Turquie au bénéfice du Parti de la Société Démocratique (DTP) lors des élections municipales de mars 2009. Cet objectif électoral et la volonté d’être le « Parti de toute la Turquie » ont conduit l’AKP à aborder la question avec une approche autre que l’approche traditionnelle sécuritaire.

38Des mesures favorisant des négociations ont été prises. Or, l’interpellation de nombreux maires et députés du DTP, de journalistes et d’étudiants dans le cadre de l’offensive policière et juridique contre l’« Union des Communautés du Kurdistan », connue sous le nom KCK à partir d’avril 2009, a compromis les efforts d’ouverture démocratique et a remis en question la confiance vis-à-vis des intentions du gouvernement.

  • 233 Taraf, 25 juillet 2012
  • 234 Le Monde, 26 septembre 2012.
  • 235 Le Figaro, 20 mai 2013.
  • 236 Le Figaro, 8 novembre 2011

39Les activités du PKK se sont intensifiées en 2011 et 2012, ce qui peut s’expliquer en lien avec le soulèvement populaire en Syrie. Dans ses documents stratégiques publiés en juin 2011, le PKK soulignait les bénéfices qu’il pouvait tirer de la guerre en Syrie233. Les Kurdes syriens n’ont pas rejoint les opposants au début du soulèvement en mars 2011. Saleh Moslim, chef de la principale formation kurde syrienne le l’Union démocratique du Kurdistan (PYD) a évité toute confrontation avec le régime d’Assad. Le PYD a rejoint la Coordination nationale pour le changement démocratique, une coalition d’opposants enclins à un compro­mis, donc acceptables par le régime à Damas234. À partir de juillet 2012, l’armée syrienne s’est retirée de la majorité des territoires habités par les Kurdes pour concentrer ses troupes à Homs et à Alep235. Le PYD contrôle plusieurs locali­tés (comme Kameshli) en arrière de la frontière turco-syrienne à l’est et ses milices en assurent la sécurité. La récompense d’Assad pour cette loyauté a été de promettre de délivrer des papiers d’identité aux Kurdes syriens, ce qui a été une forte contribution au projet du PYD. Ce dernier cherche désormais à développer sa domination au nord de la Syrie, de manière à ouvrir des écoles kurdes avec enseignement en langue kurde, à établir l’usage du drapeau et de l’hymne national kurdes236.

  • 237 Taraf, 28 juillet 2012.
  • 238 Les Échos, 27 juillet 2012.
  • 239 Hasan Cemal, T24, 28 mai 2013.
  • 240 Depuis le printemps 2013, les affrontements entre les milices d’Al-Nosra, les combattants d’Al-Qaïd (...)

40La libération du contrôle d’Assad des zones au nord de la Syrie habitées par des Kurdes a donné une forte marge de manœuvre au PKK dans la région. La création d’une sorte d’autonomie par le PYD, applaudie comme « le printemps kurde » par Barham Salih, ancien Premier ministre du Gouvernement régional du Kurdistan (irakien), est interprétée par les observateurs comme la création d’un embryon d’« État-PKK »237. Le PYD, le frère syrien duPKK s’oppose foncièrement à Ankara à cause de sa politique kurde. Suite à sa prise du pouvoir au nord de la Syrie, les fanions kurdes, les emblèmes du PKK ont remplacé les drapeaux syriens à Ayn al-Arab, ville frontalière de la province d’Alep en Syrie238. Cette zone serait, selon Murat Karayılan, président du Conseil exécutif du KCK, comme le nord de l’Irak, une région autonome kurde239. Pour s’opposer à ce développement, la Turquie demande la création d’une zone tampon entre Hassaké et Kameshli dans l’objectif de couper les moyens de communication des activistes kurdes et de surveiller le développement de l’organisation politique et armée des Kurdes240. L’avenir de l’activisme kurde sera aussi bien en rapport avec la gestion de la question par le gouverne­ment turc qui oscille entre la politique sécuri­taire et l’approche politique qu’avec l’évolution des alliances kurdes en Syrie et en Irak.

Notes

195 Milliyet, 27 avril 2011.

196 Ataman, Muhittin, “Suriye’de iktidar mücadelesi : Baas rejimi, Toplumsal talepler ve Uluslararası Toplum”, SETA Rapor, Nisan 2012, p. 22.

197 Hürriyet daily news, 17 mai 2011.

198 Ainsi, les responsables de l’Armée syrienne libre qui ont reconnu, dans un entretien donné au New York Times, avoir tué 9 militaires pro-Assad lors d’une attaque en Syrie, se trouvaient en Turquie. Ilgıt, Aslı & Davis, Rochelle, The Many Roles of Turkey in the Syrian Crisis”, Middle East Research and Information Project (MERIP), 28 janvier 2013.

199 Hürriyet, 28 septembre 2011.

200 Ayhan, Veysel & Orhan, Oytun, “The Antalya Conference of the Syrian Opposition: Consequences, Outlook on the main Problems and Expectations from Turkey”, Ortadoğu Analiz, juillet-août 2011, Vol. 3, No. 31-32, p. 9.

201 Balci, Bayram, « Le facteur religieux dans la politique syrienne de Recep Tayyip Erdoğan depuis le soulèvement populaire contre le régime de Bachar al-Assad », CERI, juillet 2012, p. 10. URL : http://www.sciencespo.fr/ceri/sites/sciencespo.fr.ceri/files/art_bb_0.pdf

202 Engagement de rester uni pris par différentes figures de l’opposition syrienne en octobre 2005.

203 Ibid., p. 10.

204 Hürriyet, 26 mai 2011.

205 Ayhan, Veysel & Orhan, Oytun, op. cit., p. 12.

206 Ibid., p. 14.

207 Milliyet, 16 juillet 2011.

208 Ataman, Muhittin, op. cit., p. 35-36.

209 T24, 8 octobre 2012.

210 Balcı, Bayram, op. cit.

211 Ibid., p. 5.

212 Le 29 mai 2013, Erdoğan a déclaré vouloir nommer le troisième pont sur le Bosphore à Istanbul « Sultan Yavuz Selim », connu dans l’histoire pour avoir massacré des alévis au 16e siècle.

213 Balcı, Bayram, 2012, p. 2.

214 Ibid., p. 3

215 Ibid., p. 3

216 La fête musulmane qui marque la fin du mois de Ramadan.

217 La commémoration de l’assassinat de l’Imam Hussein.

218 Kirişci, Kemal, op. cit., p. 6.

219 Milliyet, 17 octobre 2012.

220 Hürriyet, 17 décembre 2011.

221 NTVMSNBC, 3 octobre 2012.

222 NTVMSNBC, 22 août 2012.

223 Rapport de l’aide au développement de Turquie, Présidence de l’Agence Turque pour la Coopération et la Coordination (TİKA), 2011, p. 99.

224 Ibid., p. 84.

225 Ibid., p. 58.

226 UNHCR, disponible sur http://www.unhcr.fr/pages/4aae621d7cf.html

227 Reuters, 11 juin 2012.

228 UNHCR, Points de presse, 12 avril 2013, disponible sur http://www.unhcr.fr/51682083c.html

229 Ilgıt, Aslı & Davis, Rochelle, “The Many Roles of Turkey in the Syrian Crisis”, Middle East Research and Information Project (MERIP), 28 janvier 2013.

230 AFP, 22 mai 2013.

231 Oda Tv, 28 février 2011.

232 Ceceli Köse, Sezen, “Müzakereci Demokrasi Kuramı ve Toplumsal ve Politik Dönüşümün İmkanları : Kürt Açılımı Üzerine Bir İnceleme”, Spectrum : Journal of Global Studies, 2013, Special issue, p. 101.

233 Taraf, 25 juillet 2012

234 Le Monde, 26 septembre 2012.

235 Le Figaro, 20 mai 2013.

236 Le Figaro, 8 novembre 2011

237 Taraf, 28 juillet 2012.

238 Les Échos, 27 juillet 2012.

239 Hasan Cemal, T24, 28 mai 2013.

240 Depuis le printemps 2013, les affrontements entre les milices d’Al-Nosra, les combattants d’Al-Qaïda en Irak et en Syrie et ceux du PYD rendent la situation encore plus confuse, sans compter l’existence de formations kurdes ne se reconnaissant pas dans le PYD.

© Institut français d’études anatoliennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable