Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les relations de la Turquie avec la Syrie

 | 
Uğur Kaya
, 
Dilek Yankaya

3) Les années 1980 et 1990 : vers une guerre ?

Texte intégral

1À partir des années 1980, les deux pays entrent dans une période de crise continue. Les conten­tieux et les négociations se concentrent autour de deux sujets : la question de l’eau et la ques­tion kurde.

a) La question du partage des eaux transfrontalières (Carte 2)

2Avec la croissance démographique et le lan­cement des travaux d’aménagements hydrauliques dans les années 1960, la question de l’eau commence à occuper une place primordiale dans les relations internationales au Moyen-Orient. Comme pour les autres fleuves, l’exploitation des eaux du Tigre et de l’Euphrate complique un peu plus les relations déjà fragiles et instables des trois riverains : la Turquie, la Syrie et l’Irak.

3Les deux fleuves prennent naissance à l’est de la Turquie. Après avoir dessiné une grande courbe en Anatolie orientale, l’Euphrate s’écoule dans le plateau syrien désertique. Pendant ce parcours, il reçoit de la rive gauche deux affluents, le Balikh et le Khabour, qui prennent aussi naissance au sud de la Turquie. Puis il entre dans la plaine irakienne pour rejoindre le Tigre. Quant à celui-ci, après avoir frôlé la frontière turco-syrienne, il pénètre en Irak. Contrairement à l’Euphrate, il reçoit plusieurs affluents de la rive gauche issus des monts Zagros d’Iran. Les deux fleuves mêlent leurs eaux après Al Qurnah en Irak. À partir de ce point, le nouveau fleuve est rebaptisé Chatt el-Arab. La course de ce dernier se termine dans les eaux du Golfe arabo-persique.

4Les premiers arrangements concernant les eaux de l’Euphrate entre la Turquie et la Syrie ont été signés pendant la période du mandat français. Ceci étant, les eaux de ce fleuve étant pratiquement inutilisées, la question de son partage n’a pas engendré de controverse entre les deux pays jusqu’aux années 1960. Avec l’apparition de projets d’aménagement, les pourparlers sur la gestion des eaux com­mencent entre Ankara et Damas en 1962. Les deux États décident alors de créer un comité technique et invitent l’Irak à s’y associer.

  • 100 Maden, Tuğba Evrim, “Trans boundary Waters in Turkish Foreign Policy: Syrian Case”, Journal of Eura (...)

5La première réunion tripartie a eu lieu en 1965. Pendant les pourparlers qui ont suivi, la Turquie propose à la Syrie de conclure un accord comprenant tous les cours d’eau transfrontaliers, ce qui incluait l’Oronte. Ce dernier, prenant sa source au Liban, traverse la Syrie occidentale et se jette dans la Méditerranée dans la région du Hatay en Turquie. L’État syrien refuse alors un tel accord pour ne pas reconnaître le rattachement de cette province à la Turquie. De son côté, l’Irak rejette les propositions d’accord qui considèrent le Tigre et l’Euphrate comme un seul et même bassin, point de vue défendu par Ankara et Damas. Ce faisant, Bagdad s’oppose au partage des eaux du Tigre avec la Syrie. Ces divergences sur le statut des fleuves et des bassins ont conti­nué à représenter des obstacles fondamentaux empêchant un consensus entre les trois pays. À cela s’ajoutent bien sûr les revendications respectives de ces derniers en termes de volumes d’eau, qui dépassent largement au total le débit naturel des deux fleuves100.

6Parmi les riverains, l’Irak, pays le plus en aval, est le premier à avoir entrepris des aménagements, dès la première moitié du XXe siècle. Barrages et dérivations ont été construits pour orienter les eaux vers des canaux d’irrigations dont l’origine remonte à l’Antiquité. Les deux fleuves représentent les seules ressources hydrauliques du pays, dont le volume serait suffisant s’il restait constant, mais cette manne peut à tout moment être remise en question par les aménagements hydrauliques des pays en amont.

  • 101 Bourgey, André « Le barrage de Tabqa et l’aména­gement du bassin de l’Euphrate en Syrie », Revue de (...)

7Quant à la Syrie, elle dépend fortement de l’Euphrate pour l’irrigation de son agriculture. Bien qu’elle dispose de terres fertiles bien arrosées le long de sa côte méditerranéenne, et de plusieurs autres rivières, ces apports hydrauliques ne peuvent être comparés à ceux de l’Euphrate. Ainsi, l’État syrien a construit en 1973 la pièce maîtresse d’un projet ambitieux d’aménagement dans la vallée de l’Euphrate, le barrage de Tabqa et son lac Assad, avec l’assistance soviétique. Le dispositif en place permettait de produire une partie importante de l’électricité du pays, mais l’intérêt princi­pal du barrage fut d’augmenter les superficies irriguées.101

  • 102 Wolf, Aaron T., “Conflict and cooperation along international waterways”, Presented at the ADC New (...)

8Par ailleurs, ces équipements hydrauliques sur la partie amont de l’Euphrate conduisent à des contestations de la part de l’Irak. Bagdad accuse Damas d’avoir retenu plus d’eau qu’il ne fallait pour le lac Assad, pour des raisons politiques, avec pour conséquence la destruc­tion de 70 % des récoltes d’hiver. La réduc­tion du débit a même entraîné la mobilisation réciproque des troupes des deux pays vers la frontière en 1975. L’affrontement armé fut évité de justesse grâce à une médiation de l’Ara­bie Saoudite et de l’URSS. Pendant certaines années de sécheresse au cours de la décennie 80, l’Irak a accusé à plusieurs reprises la Syrie de retenir les eaux de l’Euphrate et de menacer son agriculture102.

  • 103 Batman, Gaziantep, Adıyaman, Diyarbakır, Kilis, Mardin, Siirt, Şırnak, Şanlıurfa.
  • 104 Bağış, Ali İhsan, “Water in the Region: Potential and Prospects - An Overview”, dans Bağış, Ali İhs (...)

9De son côté, la Turquie a aussi attendu les années 1970 pour mettre sérieusement en valeur son potentiel hydraulique et l’opéra­tion s’est intensifiée au cours de la décennie 1980. En 1977, tous les projets visés pour les bassins de l’Euphrate et du Tigre sont unifiés et le « Projet de l’Anatolie du Sud-est » (GAP) prend naissance. Celui-ci est étendu dans les années suivantes aux autres domaines socio- économiques majeurs et devient un grand pro­jet de développement régional. La zone concer­née par le projet, globalement délimitée par le Tigre et l’Euphrate, avec la Syrie au sud et l’Irak au sud-est, compte 9 départements, la plupart majoritairement kurdes103. Avec une superficie totale de 75 000 km2, soit une surface équivalente à 2,5 fois celle de la Belgique, cette zone représente 9,5 % de la Turquie. Après un lent début, le GAP devient rapidement une priorité étatique et il est érigé en véritable mythe du développement national. Pour Ankara, le GAP s’inscrit comme une solution au sous-développement de cette partie du pays et devait entéri­ner la fin du problème kurde104.

10Pris dans son ensemble, le GAP répond à plusieurs objectifs, tant économiques et politiques que militaires. L’enchaînement des bar­rages constitue une vraie muraille d’eau qui facilite le contrôle d’une région montagneuse. Le GAP s’inscrit aussi dans un schéma géopoli­tique externe. Avec ses 22 barrages et centrales hydroélectriques, il préoccupe au plus haut point les pays riverains. Malgré le déni turc, ces aménagements intègrent un caractère straté­gique de premier ordre qui complique les rela­tions turco-arabes. Les Turcs déclarent qu’ils n’ont pas l’intention de priver d’eau ces pays à des fins politiques, même s’ils sont conscients de leur pouvoir.

11Le projet est perçu par ses voisins comme agressif et compromettant leurs ressources hydrauliques. Déjà, en 1974, l’achèvement de la construction du barrage de Keban avait déclenché les protestations officielles de la Syrie. Sans qu’il provoque une baisse effective du débit, mais parce que la fonction du barrage était de produire de l’électricité et de réguler le débit du fleuve, ce projet inquiétait les Syriens car il donnait à la Turquie le moyen de contrôler les eaux de l’Euphrate.

  • 105 Chesnot, Christian, La bataille de l’eau au Proche-Orient, l’Harmattan, 1993, p. 92.

12Lorsqu’en 1990 la Turquie a interrompu partiellement pendant un mois l’écoulement de l’Euphrate pour accélérer le remplissage du barrage Atatürk, les protestations ont encore été plus fortes en aval. Le ministre syrien de l’Irrigation et de l’Agriculture qualifia cette opération de « dangereux précédent » et ajouta que l’opération avait eu « un impact psychologique sur les citoyens dont la vie quo­tidienne dépend des eaux de ces fleuves »105. Du côté irakien, on estimait à 15 % les pertes de récoltes directement causées par l’interrup­tion de l’écoulement des eaux. Selon Ankara, ces calculs étaient fortement exagérés du fait que le remplissage du barrage était intervenu pendant le mois de janvier, mois où les pluies sont abondantes et à une saison où les réserves en eau sont au plus haut.

13La superposition géographique du problème des eaux et du problème kurde a mêlé les Kurdes au problème de l’eau entre riverains. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), groupe armé kurde, est soutenu depuis le début des années 1980 par la Syrie où son chef, Abdullah Öcalan a trouvé refuge dès avant le coup d’État de septembre 1980. Cette complaisance de l’État syrien envers le PKK durera jusqu’en 1998. De fait, le conflit armé entre l’État turc et le PKK a gravement ralenti l’achè­vement du projet GAP, ce qui ne pouvait que contenter Damas. C’est dans ce même contexte conflictuel et complexe que les deux pays ont continué leurs négociations.

14En 1986, lors d’une visite en Turquie, le Premier ministre syrien affirma à ses interlocuteurs que son gouvernement était tout à fait prêt à signer un protocole de sécurité entre les deux États si la Turquie acceptait d’y intégrer la question des eaux de l’Euphrate. Damas, tout en niant officiellement ses relations avec le PKK, tenta de gagner en avantages hydrau­liques, territoriaux et politiques. Un an plus tard, un protocole fut signé entre Ankara et Damas prévoyant de laisser passer vers l’aval un débit moyen de 500 m3 par seconde des eaux de l’Euphrate par la Turquie. Ceci a constitué le seul engagement accepté par la Turquie jusqu’à maintenant.

  • 106 Les fleuves internationaux sont définis comme « des cours d’eau qui, dans leur cours naturelle¬ment (...)

15Les discussions ultérieures n’ont donné aucun résultat concret et le dialogue est resté flou. La Syrie et l’Irak souhaiteraient voir la Turquie garantir un débit de l’Euphrate à 700 m3/s, mais celle-ci s’y refusait. Ankara rejette le principe du « partage des ressources hydrauliques disponibles selon la notion de fleuve international ». Elle argue que ces deux fleuves sont transfrontaliers et affirme qu’elle est souveraine sur les eaux qui coulent sur son territoire106. La Turquie accuse ses voisins du sud de conduire une politique d’irrigation irrationnelle. Elle propose alors, à la place d’un partage définitif, une « coopération sur l’utilisation et la gestion complémentaire des ressources hydrauliques des cours d’eau inter­nationaux » entre ces trois pays. Autrement dit, la Turquie n’accepte pas une diminution de sa souveraineté sur ses eaux mais elle est favorable au principe de coopération dans le règlement des problèmes techniques, des aménagements hydrauliques et sur l’utilisation « raisonnable et équitable » des réserves d’eau.

  • 107 Beaumont, Peter, “Transboundary Water Disputes in the Middle-East”, International Conference on Tra (...)

16Dans un Moyen-Orient où chaque litige trouve un écho dans l’équation du rapport de force régional, la question des eaux de l’Euphrate et du Tigre a pris un nouveau tour­nant au début des années 1990 lors des négocia­tions de paix entre la Syrie et Israël. Certaines propositions prévoyaient l’utilisation des eaux de ces deux fleuves pour trouver une solution aux problèmes hydrauliques entre la Syrie et Israël, comme le transfert d’un volume d’eau du Tigre de la Turquie vers la Syrie en contrepar­tie d’une partie des eaux du Golan de la Syrie vers Israël107. Mais Ankara et Bagdad s’op­posent catégoriquement à de telles démarches remettant en question leur souveraineté sur l’eau. En fait, l’échec des négociations entre la Syrie et Israël a laissé dans l’oubli ce genre de solution.

17La période suivant les guerres en Irak de 1991 mais surtout après 2003 a vu l’affaiblissement du poids de Bagdad sur les négociations concernant le partage et l’utilisation des eaux des fleuves entre les trois riverains. L’exclusion de Bagdad a certainement renforcé la position de la Turquie. De surcroît, la Turquie pèse encore davantage sur les rapports de force depuis les événements de 1998 résultant de l’expulsion d’Abdullah Öcalan du territoire syrien sous la pression turque, Ankara et Damas en étant arrivés au bord du conflit ouvert.

18L’amélioration inédite des relations entre la Turquie et la Syrie dans les années 2000 anime timidement les pourparlers sur les problèmes hydrauliques. En 2004, Damas reconnaît indirectement les frontières de la Turquie, donc le rattachement de Hatay à celle-ci. Cette évolution ouvre la voie des discussions bilatérales concernant l’Oronte. Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdoğan, propose la construction d’un barrage commun sur ce fleuve. En 2007, le comité technique commun des trois riverains se réunit pour la première fois depuis 1992. Ses réunions ont continué les années suivantes.

19L’amélioration des relations entre Ankara et Damas amène les deux pays à signer en 2009 une série d’accords dont une partie concerne la question de l’eau. Ainsi, la Turquie et la Syrie se sont engagées à travailler ensemble sur des questions comme l’utilisation efficace des ressources hydrauliques ou les problèmes envi­ronnementaux. Le projet de construction du barrage commun d’Oronte fut aussi confirmé. Côté turc, la question est en voie de résolution. Pour la Syrie, le sujet paraît sorti de l’ordre du jour sans être vraiment résolu.

20On peut légitimement se demander si le litige sur le partage des eaux ne sera pas de nouveau réanimé, quand l’Irak et la Syrie trouveront un jour leur stabilité. La Turquie jouit aujourd’hui d’un rapport de force en sa faveur. Sans prétendre prévoir le futur, il est possible d’évoquer certains paramètres poli­tiques importants pour la question. Avant tout, Ankara semble pouvoir préserver l’équilibre actuel dans un futur proche et à moyen terme ; d’autant plus que la Turquie et le PKK ont entrepris un processus de négociation établis­sant une trêve. Ce temps suspendu sera sans doute important pour mettre un terme aux tra­vaux d’aménagement dans le cadre du GAP (le gouvernement turc a annoncé qu’à la fin 2013 le projet sera parachevé !). Par ailleurs, une éventuelle division de l’Irak changerait égale­ment la donne. Le nord de ce pays, aujourd’hui sous le contrôle du gouvernement régional du Kurdistan, avec une population de moins de cinq millions, est relativement mieux fourni en ressources hydrauliques que le sud. De surcroît, le Kurdistan irakien, situé en amont du Tigre par rapport au reste du pays, est susceptible de conduire une politique non conflictuelle sinon parallèle à celle de la Turquie.

  • 108 Caflisch, Lucius, « La convention du 21 mai 1997 sur l’utilisation des cours d’eau internationaux à (...)

21Sur le plan juridique, dans sa définition et dans son approche actuelle, il est diffi­cile d’imaginer que le droit international puisse résoudre les problèmes de l’eau entre la Turquie, la Syrie et l’Irak. Les travaux orga­nisés par l’ONU montrent bien la difficulté d’élaborer un nouveau droit international géné­ral déterminant les obligations particulières des États, qui se traduirait inévitablement par la limitation de leur souveraineté. Rien dans les textes actuels ne permet de condamner la Turquie si elle construit des barrages sur ces fleuves tant qu’elle ne prive pas d’eau ses voisins d’une façon dramatique. Selon les conventions existantes, un droit à l’utilisation de l’eau est reconnu aux États riverains d’un même bassin dans la mesure où cet usage reste « raisonnable et équitable », et qu’il se fait dans des conditions optimales garantissant les besoins socio-économiques des États en tenant compte de tous les facteurs pertinents liés à la préservation et à la mise en valeur de leurs res­sources. Ces conventions stipulent également que les pays riverains sont tenus de ne pas causer de dommages « importants » aux pays en aval108. La notion de l’utilisation « raison­nable et équitable », comme celle du dommage « important », reste à définir.

b) La question kurde dans les relations entre les deux pays

22La configuration territoriale établie arbitraire­ment au Moyen-Orient à l’issue de la Première Guerre mondiale change le destin du peuple kurde. À cheval sur quatre pays (Turquie, Irak, Syrie, Iran), les Kurdes forment la plus grosse minorité régionale sans État propre. Il n’existe pas d’étude statistique exacte concernant la population kurde et les données à ce sujet sont plus que variables. Ceci étant, les propor­tions de la population kurde oscillent pour la Turquie, où vivent le plus grand nombre de Kurdes, de 15 à 20 %, pour l’Iran de 10 à 15 %, pour l’Irak de 15 à 25 % et pour la Syrie de 4 à 10 %. En outre, une importante diaspora kurde s’est enracinée dans les pays proches comme l’Arménie ou le Liban, ainsi qu’en Europe et au-delà.

23Les régions habitées majoritairement par les Kurdes se répartissent principalement à l’est et au sud-est de la Turquie, au nord-ouest de l’Iran, au nord-est de la Syrie et au nord de l’Irak, dans une région riche en pétrole, au nord des bassins de l’Euphrate et du Tigre. Les montagnes et les plaines de l’Anatolie orientale et le Zagros iranien sont le berceau des pluies qui verdissent la Mésopotamie. C’est aussi là où la Syrie, l’Irak et la Turquie, ont commencé de grands aménagements hydrauliques.

24Les Kurdes sont considérés comme une menace constante pour l’intégrité territoriale des pays dans lesquels ils vivent. La situation politique interne pour les Kurdes varie selon les périodes mais leurs révoltes pour obtenir une autonomie politique sont cependant réprimées sévèrement. Sur le plan de la politique étrangère, la question kurde rend encore plus complexe les relations entre ces quatre pays. Si les pouvoirs centraux se sont souvent entraidés contre les mouvements centrifuges kurdes, ils ont aussi recouru à l’instrumentalisation de la carte kurde pour déstabiliser un voisin rival. Ainsi, le mouvement nationaliste kurde est devenu un phénomène transnational. L’Iran et l’Irak, tout en réprimant leurs propres Kurdes, les ont soutenus chez les autres. C’est aussi dans une logique de rapport de force régional que le régime syrien a utilisé la carte kurde contre l’Irak et a soutenu quasi ouvertement le PKK qui dirigeait une lutte farouche contre Ankara.

  • 109 Bruinessen, Martin van, « Öcalan capturé : et après ? Une question kurde plus épineuse que jamais » (...)

25Coopérer avec ces États était-il un jeu de dupes ou une stratégie de survie pour les Kurdes ? En effet, alors que ces pays recouraient à la carte kurde, les rivalités des États voisins élargissaient le champ de manœuvres des mou­vements nationalistes kurdes, même si, simultanément, ce mécanisme installait souvent des dépendances et des liens clientélistes entre les « États patrons » et « les groupes dissidents kurdes ». C’est dans ce mécanisme que Damas a pu sembler gêner l’aspiration du PKK de passer de la résistance armée à la négociation politique109. Ceci dit, il faut ajouter que le PKK a diversifié ses soutiens étrangers. En dehors de ses connexions en Europe et avec la Russie, Chypre, l’Arménie, l’organisation dispose de camps dans le nord de l’Irak et dans le nord-ouest de l’Iran.

  • 110 Voir Bozarslan, Hamit, La question kurde : États et minorités au Moyen-Orient, Paris, Presses de Sc (...)

26La question kurde en Turquie ne peut être résumée au PKK110. Ce dernier ne représentait d’ailleurs pas la première rébellion kurde contre la République. Mais, contraire­ment aux soulèvements précédents, ceux des années 1920 et 30 qui ont été violemment écrasés par l’armée turque, le soulèvement du PKK continue à troubler l’État turc après plus de trois décennies. La ténacité du groupe face aux importants déploiements de forces d’An­kara résulte de plusieurs facteurs internes et externes dont le soutien politique, économique voire logistique des autres pays, notamment de la Syrie. Ainsi, cette dernière dont les rapports avec la Turquie avaient certes toujours été antagoniques mais pas agressifs, a pu représenter à travers la question kurde une source de menace directe pour Ankara.

27Le PKK, d’obédience marxiste-léniniste à l’origine, est fondé en 1978 par Abdullah Öcalan, pour obtenir la création d’un État kurde indépendant. En 1979, son leader et ses membres s’exilent vers la Syrie et le Liban pour mieux s’organiser et se développer. Après une période de préparation, Öcalan décide en août 1984 de passer à la lutte armée sur les territoires turcs, recourant à l’action terroriste et lançant régulièrement des attaques contre les autorités turques. Le sud-est de l’Anatolie est plongé dans un état de quasi-guerre civile, paralysant toute la vie économique et sociale, y compris la mise en œuvre des projets d’amé­nagement hydraulique. Derrière les frontières turco-syriennes, Öcalan installe son quartier général à Damas, surveillé et protégé par les agents d’El Muhaberat (l’agence de renseigne­ment de la Syrie) alors que les militants s’en­traînent dans des camps sur la plaine libanaise de la Bekaa sous contrôle syrien.

28Le conflit entre l’État turc et le PKK dés­tabilise le pays. Alors que le coût financier direct s’élève pour l’État à plus de 100 milliards de dollars, côté humain, cette guerre dite de basse intensité cause des dizaines de milliers de victimes. La dégradation de la situation réactive les angoisses ancestrales des Turcs concernant une éventuelle division. Rappelons que la scène politique internationale connaît à la même époque la dissolution de l’Union Soviétique ainsi que la modification de maintes frontières dans les Balkans et au Caucase. Ankara se trouve obligé de modifier son para­digme sécuritaire pour influer sur la nouvelle configuration régionale et internationale mar­quée par la recomposition des axes politiques. Dans ce contexte, la question kurde devient une dimension majeure de la politique étrangère de la Turquie à partir des années 1980.

29L’accueil et le soutien de la Syrie au PKK s’expliquent par divers éléments stratégiques et idéologiques. En premier lieu, le mouve­ment de guérilla kurde représente pour Damas un instrument pour régler ses vieux litiges avec la Turquie comme le partage des eaux de l’Euphrate et l’affaire de Hatay. L’insurrection kurde pourrait freiner voire empêcher la réalisation du fameux projet régional du GAP par l’État turc. D’ailleurs, les chantiers de bar­rages ont été des cibles fréquentes des assauts du PKK au plus fort de la guerre civile au Kurdistan turc (dans les années 1990).

30En outre, au début des années 1980, finan­cer les groupes marxistes au Moyen-Orient est pour l’Union Soviétique une tactique pour affaiblir la position des États-Unis dans la région. Damas ouvre ses portes aux groupes de gauche de Turquie ainsi qu’au PKK, dans le cadre de son alliance avec l’URSS et en raison de l’affinité entre le régime bassiste et l’identité gauchiste-anti-impérialiste de ces organisations.

  • 111 Bozarslan, Hamit, « Quelques remarques sur l’évolution du problème Kurde entre les deux guerres », (...)
  • 112 Bozarslan, Hamit, Question kurde, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 86-87.

31En vérité, le Kurde n’est pas étranger au Levant. Même à l’époque du mandat français (1920-1939), la Syrie et le Liban jouent le rôle de centre politique et culturel pour les Kurdes de Turquie, provoquant des tensions entre Ankara et les autorités françaises111. Les revues culturelles comme Hawar ou Roji Nu, éditées à Damas, à Beyrouth ou à Bagdad dans ces années-là traversent les frontières clandesti­nement pour être lues en Turquie112. Puis, les dynamiques après l’indépendance de la Syrie permettent à la communauté kurde, à l’instar des autres minorités, de s’intégrer au système politique du pays.

  • 113 Ibid., p.158-159.
  • 114 Lowe, Robert, “The Syrian Kurds: A People Discovered”, Chatham House Briefing Paper, Middle East Pr (...)

32Ceci étant, les choses changent dans les années 1960 et les Kurdes commencent à subir la politique identitaire arabe du régime. Par exemple, un nombre important de Kurdes ont été déchus de leur nationalité syrienne en 1963. Si l’on observe un relâchement relatif de cet ostracisme avec l’arrivée au pouvoir de Hafez El-Assad en 1970, les Kurdes ne sont pas vraiment reconnus par le pouvoir syrien comme une composante à part entière de la société syrienne113. Au début des années 2000, ces Kurdes syriens « apatrides » représentaient encore un nombre de 300 000 personnes114.

  • 115 Bozarslan, Hamit, op. cit., p. 139.
  • 116 L’Organisation d’Abu Nidal avait également effectué le 6 septembre 1986 un attentat contre la synag (...)

33Le pouvoir syrien sous Hafez El-Assad, sans mettre fin aux politiques favorisant la prédomi­nance des Arabes, particulièrement alaouites, utilise des Kurdes : les brigades kurdes par­ticipent à la répression de l’insurrection des Frères musulmans à Hama en 1982. Pendant la guerre du Liban (1975-1990), les groupes kurdes libanais s’engagent également dans les combats aux côtés de l’OLP et du Mouvement National Libanais115. Une fois sur place au Liban, des membres du PKK, formés au début par des groupes palestiniens comme l’organisation d’Abu Nidal116 et le Front démocratique pour la libération de la Palestine (à références marxistes-léninistes), s’engagent également.

  • 117 Yeni Yüzyıl, 5 octobre 1998 ; Sabah, 31 mars 2012 ; Internethaber & Milliyet, 2 août 2012
  • 118 Vaner, Semih, « Turquie : la démocratie ou la mort », Politique étrangère, 1998, No. 4, p. 763-778

34Le régime de Hafez El-Assad reste cepen­dant précautionneux pour éviter l’effet boomerang de la carte kurde. Il essaye de canaliser le problème vers ses voisins en autorisant l’engagement des Kurdes de Syrie dans les mouve­ments kurdes en Irak et en Turquie. Selon la presse turque, à la fin des années 1990 et au début 2000, le nombre de Kurdes de Syrie dans le PKK est compris entre 1000 et 2000, sur un total d’environ 5000 combattants117. Les auto­rités syriennes encourageraient leurs Kurdes à faire le « service militaire » au sein du PKK en accordant des indemnités aux familles des « soldats » enrôlés dans l’organisation118.

  • 119 Pérouse, Jean-François, « Les Kurdes de Syrie et d’Irak : dénégation, déplacements et éclatement », (...)

35Par ailleurs, face au risque d’une montée des revendications politiques des Kurdes en Syrie, Damas peut tabler sur les données démogra­phiques et sur la distribution géographique de la population kurde. D’abord, la Syrie compte moins de Kurdes que ses voisins, pas seule­ment en nombre mais aussi en proportion de la population totale. Plus important encore, il est difficile de parler d’un « Kurdistan syrien ». Les communautés kurdes se sont accumulées dans des poches séparées les unes des autres, principalement parallèles à la frontière turque dans le nord du pays. Elles sont administrées au sein de quatre « gouvernorats » (mohafazat) différents, sans que les Kurdes y soient majoritaires119. Finalement, même s’il y a eu des problèmes politiques entre Damas et les Kurdes, les revendications d’indépendance et d’autonomie y restent beaucoup moins fortes que dans les autres pays de la région.

36Face à l’aggravation de la situation au Kurdistan turc à partir de la fin des années 1970, la Turquie essaye de persuader la Syrie par divers moyens de cesser de soutenir le PKK. Ankara a recours à la fois aux politiques de la carotte et du bâton : utiliser la carte hydraulique, les pressions diplomatiques sur le plan bilatéral et international, et les voies éco­nomiques. Même si les questions sécuritaires et celle de l’eau ont été traitées séparément dans les discours officiels, on peut remarquer que les deux dimensions sont intégrées aux mêmes processus de négociation.

37Dès 1984, parallèlement aux travaux du comité technique trilatéral (avec l’Irak) concernant les problèmes hydrauliques, le Président turc, Kenan Evren, propose à son interlocuteur syrien, Hafez al-Assad, d’agir ensemble contre le terrorisme. Les deux pays signent un proto­cole quant à la sécurité frontalière. Toutefois, ni les activités du PKK en Syrie ni le passage de ses membres par la frontière turco-syrienne pour effectuer des offensives contre des cibles en Turquie ne sont interrompues.

  • 120 Le massacre de Pınarcık attribué à des membres du PKK (30 personnes tuées dans un village de milici (...)

38Vers la fin des années 1980, le Premier ministre Turgut Özal, partisan des politiques sociale et économique libérales, essaye de développer une nouvelle vision politique au Moyen-Orient, reposant sur l’interdépendance économique et en infrastructures, pour établir la paix régionale. Il se rend à Damas le 16 juillet 1987 pour signer deux protocoles, le premier sur une coopération économique et le second pour l’équivalent dans le domaine de la sécurité120. Selon le premier protocole, la Turquie s’engagerait également à laisser au minimum 500 m3/seconde à la Syrie « jusqu’à un accord définitif » sur l’Euphrate. En contrepartie, les deux pays consentiraient à combattre les acti­vités des groupes terroristes sur leur territoire. Notons que Damas n’a jamais admis la présence du PKK sur son sol.

  • 121 Après l’incident, les autorités syriennes déclarent que l’avion a pu être frappé par le PKK. Face a (...)
  • 122 Par exemple, la Turquie, la Syrie et l’Iran font une déclaration commune exprimant leurs inquiétude (...)

39Cependant, les démarches d’Özal échouent. Öcalan et ses militants continuent de jouir du soutien logistique et politique syrien. De surcroît, divers incidents frontaliers crispent les rapports bilatéraux, comme par exemple la frappe de l’aviation syrienne en octobre 1989 sur un avion civil turc survo­lant l’espace turc121. Malgré l’apparition d’une nouvelle conjoncture après la Guerre du Golfe en 1990122, qui semble plus apte à produire de nouvelles ouvertures entre les deux pays, les relations se détériorent après 1992.

40L’escalade de violence entre les forces de l’ordre turques et le PKK entraîne la Turquie à opter pour une politique de coercition plus forte. Süleyman Demirel, de nouveau Premier ministre [entre novembre 1991 et mai 1993), accuse publiquement la Syrie, lui reprochant d’appuyer le PKK et de lui donner accès aux bases d’entrainement de la Plaine de la Bekaa. Ceci est suivi par la visite du ministre de l’Inté­rieur turc, İsmet Sezgin à Damas en avril 1992 pendant laquelle il transmet à ses interlocu­teurs des documents sur les liens entre le PKK et les institutions syriennes.

41Sous la pression d’Ankara, Damas signe un nouveau protocole pour renforcer la coopération contre les groupes terroristes. Les pressions américaines commencent également à peser sur le régime syrien. Les responsables syriens, tout en niant la présence d’Öcalan et des membres du PKK sur le sol syrien, affir­ment que ces derniers pourraient être dans la plaine de la Bekaa ; ils ajoutent que la fonction de l’État syrien dans cette région libanaise se limite à la préservation de la paix entre les diverses fractions présentes. Il n’est pas ques­tion pour la Syrie d’intervenir dans les affaires intérieures d’un État indépendant. Damas sou­ligne aussi qu’il lui est impossible d’empêcher complètement les passages illégaux à la fron­tière turco-syrienne, longue de 900 km.

  • 123 Du nom du premier responsable militaire du PKK, figure mythique de l’organisation tuée au combat en (...)
  • 124 Bruinessen, Martin van, op. cit., p. 39-47.

42Les démarches turques semblent, au début, efficaces. L’État syrien accepte de qualifier le PKK d’« organisation hors la loi ». Certains camps d’entraînement et de formation du PKK, notamment celui d’Helwe (nommé « l’Aca­démie militaire de Mahsun Korkmaz »123), ainsi que les établissements du groupe Dev-Sol (Gauche révolutionnaire) sont fermés, même si quelques camps plus petits restent ouverts. En outre, Damas demande à Öcalan d’adopter profil bas et de réduire la visibilité de l’organi­sation en Syrie124.

43La même année 1992, en août, le ministre des Affaires étrangères turc rend une autre visite à la Syrie pendant laquelle il affirme que la Turquie respecterait le protocole de 1987 quant aux eaux de l’Euphrate tant que la Syrie ferait la même chose pour le protocole sur la coopération en matière de sécurité. Ainsi, Ankara utilise quasi explicitement la carte de l’eau.

44La dernière démarche diplomatique consiste en la visite du Premier ministre Demirel à Damas en 1993, accompagné par une impor­tante délégation d’hommes d’affaires et de journalistes de la presse turque. Certains des journalistes, comme Yalçın Doğan, avaient réa­lisé auparavant des entretiens avec Öcalan à Damas, ce qui démentait les dénégations des responsables syriens concernant la présence du leader du PKK dans le pays. D’ailleurs, les jour­nalistes turcs n’étaient pas les seules personnes à avoir eu de tels entretiens. Plusieurs journaux dans divers pays ont publié des entretiens avec le chef de la guérilla. Encore plus frappant, face au Président syrien Assad qui niait la présence d’Öcalan et des membres du PKK en Syrie, Demirel lui donne les documents incluant l’adresse et le numéro de téléphone d’Öcalan. Mais fin 1993, malgré les pressions diploma­tiques de la Turquie et celles des États-Unis, les services de renseignement turcs relatent toujours la présence continue d’Öcalan en ter­ritoire syrien.

  • 125 Bulut, Mehmet Telli, Soğuk savaş sonrası dönemde Türkiye-Suriye ilişkileri ve su sorunu, mémoire de (...)
  • 126 Milliyet, 26 janvier 1994

45Cependant, profitant d’une nouvelle phase dans le dossier israélo-arabe, Ankara commence à conduire une politique commune avec Israël contre la Syrie. Les deux États - turc et israélien - avaient depuis très longtemps des intérêts communs, mais développaient des rapports discrets pour des raisons politiques. Or, la conjoncture internationale résultant de la dissolution de l’Union Soviétique, de la guerre du Golfe et des négociations israélo-palestiniennes, change la donne et les rapports de force régionaux. Les relations bilatérales turco-israéliennes se renforcent au début des années quatre-vingt-dix, par le biais de visites réciproques de hauts responsables des deux pays. Immédiatement après la signature des accords d’Oslo qui vont fortement accélérer le processus de rapprochement des deux États, en novembre 1993, le ministre des Affaires étrangères turc fait une visite à Tel Aviv, ce qui représente une première dans l’histoire des relations entre les deux pays. L’année suivante, le Premier ministre Tansu Çiller effectue égale­ment une visite pendant laquelle elle évoque la « Terre Promise » en parlant d’Israël125. Cette visite est suivie par une autre première, celle du Président israélien, Ezer Weizmann, en Turquie en janvier 1994, en outre son premier voyage officiel. De surcroît, le Président israé­lien consacre une partie de son séjour au sud- est du pays, pour inspecter le projet du GAP. Ce geste est un message fort envers la Syrie. Selon Mesut Yılmaz, plusieurs fois Premier ministre et ministre, les relations turco-israéliennes s’étaient alors enfin « libérées de l’hypothèque arabe »126. À la fin de la visite, les présidents des deux pays annoncent qu’ils ont pris la déci­sion de développer des relations mutuelles sur tous les plans, de l’économie à la sécurité. En mars 1996, c’est le Président de la République turc, Süleyman Demirel qui se rend en Israël ; il s’agit du premier voyage en Israël d’un Président turc en exercice, à l’occasion duquel de nombreux accords économiques sont signés.

46Ainsi, la Turquie et Israël entreprennent une coopération qui prendra plusieurs dimensions dans les années suivantes. Le rapproche­ment se concrétise d’ailleurs par la conclusion de plusieurs accords militaires, politiques et économiques. En commentant les accords, le quotidien turc Milliyet affirme que

  • 127 Gresh, Alain & Vidal, Dominique, Les 100 portes du Proche-Orient, Paris, Les Éditions de l’Atelier, (...)

« la Syrie, qui utilise à la fois le PKK contre la Turquie et le Hezbollah contre Israël, se trouve maintenant coincée entre les deux pays... »127.

  • 128 Olson, Robert, “The Kurdish Question and Geopolitic and Geostrategic Changes in the Middle East Aft (...)

47Face à cette alliance, la Syrie, d’un côté, intensifie son soutien au PKK, de l’autre, essaye de former un front arabe contre l’axe Ankara-Tel Aviv128. Avec le soutien de huit pays arabes, dont l’Arabie Saoudite et l’Égypte, elle envoie en 1995 une note diplomatique à la Turquie, en mettant en cause sa politique hydraulique. Damas conclut également un accord de coopération en matière de sécurité avec Athènes.

48À partir de 1996, Ankara diminue ses échanges diplomatiques avec Damas. Parallèlement, la pression américaine sur la Syrie à propos du dossier PKK ne cesse de croître. En 1998, Ankara durcit son discours vis-à-vis de la Syrie évoquant la menace d’une intervention militaire. L’appui des États-Unis encourage ainsi la Turquie à être plus ferme dans sa politique syrienne. D’ailleurs, la Turquie, Israël et les États-Unis effectuent conjointement des manœuvres navales (’Reliant Mermaid’) au large d’Israël.

49En septembre de la même année 1998, le Chef d’état-major de l’armée de terre, le général Atilla Ateş prononce une allocution devant la presse, au poste-frontière avec la Syrie de Reyhanlı (département du Hatay), affirmant que « la Turquie n’avait plus de patience ». Le Président Demirel confirme la menace du géné­ral et souligne le droit à l’auto-défense selon l’article 51 de la Charte de l’ONU. En même temps, la presse turque rapporte une intensification des forces militaires sur la frontière syrienne. Le rapport de force militaire en faveur de la Turquie crédibilise les menaces d’Ankara.

50Face aux ultimatums turcs, le Président égyptien, Hosni Moubarak, s’engage, avec le roi saoudien Fahd, à assurer l’intermédiation entre la Turquie et la Syrie. Les responsables des pays arabes commencent à inviter les deux pays, mais surtout la Turquie, à régler le conflit par des moyens pacifiques. Le ministre des Affaires étrangères syrien, Faruq Al-Shara, déclare souhaiter régler le conflit par le dia­logue plutôt que par la menace militaire. Le Premier ministre libanais Rafik Hariri en sou­tenant les démarches diplomatiques des pays arabes et de la Syrie, dénonce les menaces mili­taires turques comme résultant de l’alliance stratégique entre la Turquie et Israël. Cet argu­ment a trouvé écho dans la région, notamment en Iran. Le Président yéménite, Ali Abdallah Saleh, rejoint l’alliance pro-syrienne en faveur d’une résolution diplomatique. Puis l’Irak à son tour condamne l’avance de troupes militaires turques qui, selon lui, auraient aussi violé la frontière irakienne. Le Président libyen, Mouammar Kadhafi, menace alors de fermer les entreprises turques exerçant sur le sol libyen et de leur substituer des entreprises grecques en cas d’attaque contre la Syrie. L’Emir du Koweït est également intervenu en appelant Süleyman Demirel et Hafez al-Assad à résoudre le conflit par le dialogue alors que la Turquie continuait à menacer d’utiliser les forces armées.

51Malgré tout, le front des pays arabes, pré­sent au moins dans le discours, ne change pas la détermination d’Ankara. Les responsables turcs informent les intermédiaires comme Hosni Moubarak que la sortie de la crise dépendait seulement de Damas. Finalement, Öcalan est expulsé par le régime syrien qui évite ainsi le conflit avec la Turquie. Dans ce contexte, l’État syrien déclare qu’il est prêt sans condition à entamer le dialogue avec Ankara pour sortir définitivement de la crise. Pendant les pourparlers, Ankara reste prudent pour ne pas imposer des demandes insurmontables au régime syrien, c’est pourquoi les négociations se concentrent sur la question du PKK, et les anciens litiges ne sont pas évoqués. Ainsi, les deux pays concluent l’« Accord d’Adana » (20 octobre 1998) par lequel ils sortent enfin de cet état de crise permanente. C’est dans cette nou­velle atmosphère que les relations bilatérales entrent dans une phase inédite à partir de 2000.

Notes

100 Maden, Tuğba Evrim, “Trans boundary Waters in Turkish Foreign Policy: Syrian Case”, Journal of Eurasian Strategic Application and Research Center, 2012, No. 1.1, p. 89-98.

101 Bourgey, André « Le barrage de Tabqa et l’aména­gement du bassin de l’Euphrate en Syrie », Revue de géographie de Lyon, 1974, Vol. 49, No. 4, p. 343-354.

102 Wolf, Aaron T., “Conflict and cooperation along international waterways”, Presented at the ADC New Millennium Meeting on International Water Management in the 21st Century, Valencia, 18-20 December, 1997 ; Chesnot, Christian, La Bataille de l’eau au Proche-Orient, Paris, Harmattan, 1993, p. 95.

103 Batman, Gaziantep, Adıyaman, Diyarbakır, Kilis, Mardin, Siirt, Şırnak, Şanlıurfa.

104 Bağış, Ali İhsan, “Water in the Region: Potential and Prospects - An Overview”, dans Bağış, Ali İhsan [éd.), Water as an element of cooperation and development in the Middle-East, Ankara, Hacettepe University & Friedrich-Naumann Foun­dation in Turkey, 1994, p. 15-27.

105 Chesnot, Christian, La bataille de l’eau au Proche-Orient, l’Harmattan, 1993, p. 92.

106 Les fleuves internationaux sont définis comme « des cours d’eau qui, dans leur cours naturelle¬ment navigable, séparent ou traversent des terri¬toires dépendant de deux ou plusieurs États » (Ch. Rousseau, Le droit international public, Vol. IV, Paris, Sirey, 1980).

107 Beaumont, Peter, “Transboundary Water Disputes in the Middle-East”, International Conference on Transboundary Waters in the Middle-East: Prospects for Regional Cooperation, Bilkent University, septembre 1991.

108 Caflisch, Lucius, « La convention du 21 mai 1997 sur l’utilisation des cours d’eau internationaux à des fins autres que la navigation », Annuaire français de droit international, 1997, Vol. 43, p. 751-798.

109 Bruinessen, Martin van, « Öcalan capturé : et après ? Une question kurde plus épineuse que jamais », Critique Internationale, Eté 1999, No. 4, p. 39-47.

110 Voir Bozarslan, Hamit, La question kurde : États et minorités au Moyen-Orient, Paris, Presses de Sciences-Po, 1997, 384 p.

111 Bozarslan, Hamit, « Quelques remarques sur l’évolution du problème Kurde entre les deux guerres », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 1994, No. 25, p. 3-8. Voir aussi : Mizrahi, Jean-David, « La France et sa politique de Mandat en Syrie », dans Méouchy, Nadine, France, Syrie et Liban 1918-1946, Damas, IFEAD, 2002, p. 35-65.

112 Bozarslan, Hamit, Question kurde, Paris, Presses de Sciences Po, 1997, p. 86-87.

113 Ibid., p.158-159.

114 Lowe, Robert, “The Syrian Kurds: A People Discovered”, Chatham House Briefing Paper, Middle East Program, Janvier 2006.

115 Bozarslan, Hamit, op. cit., p. 139.

116 L’Organisation d’Abu Nidal avait également effectué le 6 septembre 1986 un attentat contre la synagogue Neve Shalom à Istanbul causant 23 morts.

117 Yeni Yüzyıl, 5 octobre 1998 ; Sabah, 31 mars 2012 ; Internethaber & Milliyet, 2 août 2012

118 Vaner, Semih, « Turquie : la démocratie ou la mort », Politique étrangère, 1998, No. 4, p. 763-778

119 Pérouse, Jean-François, « Les Kurdes de Syrie et d’Irak : dénégation, déplacements et éclatement », Espace, populations, sociétés, 1997, Vol.1, Les populations du monde arabe - People of the Arab Middle East, p. 73-84

120 Le massacre de Pınarcık attribué à des membres du PKK (30 personnes tuées dans un village de miliciens pro-étatiques à Ömerli/Mardin, non loin de la frontière turco-syrienne), survenu le 20 juin 1987, a sans doute été un accélérateur. Les auteurs de ce massacre seraient en effet venus de Syrie.

121 Après l’incident, les autorités syriennes déclarent que l’avion a pu être frappé par le PKK. Face aux preuves, Damas affirme que les pilotes syriens ont agi de leur propre initiative, sans qu’il y ait eu d’ordre de leur supérieur (Milliyet, 23 octobre 1989).

122 Par exemple, la Turquie, la Syrie et l’Iran font une déclaration commune exprimant leurs inquiétudes et leur intolérance face à un éventuel démantèlement du territoire irakien et à la création d’un État kurde autonome.

123 Du nom du premier responsable militaire du PKK, figure mythique de l’organisation tuée au combat en mars 1986.

124 Bruinessen, Martin van, op. cit., p. 39-47.

125 Bulut, Mehmet Telli, Soğuk savaş sonrası dönemde Türkiye-Suriye ilişkileri ve su sorunu, mémoire de master soutenu à l’Institut des sciences sociales de l’Université de Balıkesir, 2008, p. 29-30.

126 Milliyet, 26 janvier 1994

127 Gresh, Alain & Vidal, Dominique, Les 100 portes du Proche-Orient, Paris, Les Éditions de l’Atelier, 1996, p. 332.

128 Olson, Robert, “The Kurdish Question and Geopolitic and Geostrategic Changes in the Middle East After the Gulf War”, Journal of South Asian and Middle Eastern Studies, Summer 1994, Vol. 17, No. 4, p. 45-46.

© Institut français d’études anatoliennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable