Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire turque de l’Institut d’urbanisme de Paris

 | 
Michèle Jolé

Chapitre 4

Notices biographiques, portraits

Texte intégral

1. DJELEPA Alki, Alcibiade

1Né à Constantinople en 1889
Inscrit à l’EHEU de 1919 à 1922
Diplômé en 1922. Mémoire sur
Byzance, sous la direction de Marcel Poëte

Le pionnier introuvable ?

Question de méthode
La restitution de cette enquête quasiment policière comme tout travail en archives gomme à la fois le temps usé, passé à la recherche et les nombreux rebondissements par lesquels il faut passer pour arriver à des résultats relativement décevants. Reste la grande excitation de trouver quelques petites choses, même si ce n’est pas la perle espérée. L’enquête en archives est un exemple d’une méthode qui se fait à tâtons, avec des rebonds, des enthousiasmes et des déceptions, avec des effets de loupe : des découvertes paraissent énormes pour finalement se rétrécir assez vite…Cette reconstitution essaie de garder le temps de la découverte en préservant ainsi le « suspens » de la quête.

  • 152 Rappelons que sur 75 étudiants turcs répertoriés entre 1919 et 1968, seuls 17 étudiants sont diplôm (...)
  • 153 Nous avons recherché du côté de la bibliothèque historique de la ville de Paris où certaines archiv (...)
  • 154 Vie urbaine 1 et 2, 1919. Comptes-rendus du comité de perfectionnement et du conseil d’administrati (...)

2Alki Alcibiade Djelepa mérite une attention particulière. Sa singularité est sans aucun doute de faire partie des premiers étudiants inscrits à l’EHEU à sa création en 1919 à Paris – l’EHEU devient l’IUUP en 1924 – et de figurer parmi les sept premiers diplômés en urbanisme en France152. Pour ce faire, Alki Djelepa a mené une scolarité pleine et entière avec en final la rédaction d’un mémoire ; celui-ci, contrairement aux autres, n’est plus dans le fonds ancien de l’actuel Institut d’urbanisme de Paris. Nous n’avons trace que de l’intitulé, Byzance et du nom de son directeur, Marcel Poëte, historien des villes et directeur de l’École153. Son mémoire s’inscrit dans le cadre du cours Évolution des villes, du même professeur. Il suit les autres cours obligatoires comme Organisation sociale des villes (Fuster), Organisation administrative (Gèze), Art urbain (Jaussely) et deux autres au choix Vie urbaine à l’étranger (Pasquet) et Administration urbaine à l’étranger154.

3L’autre particularité est sa date de naissance, 1889, qui situe de fait toute sa scolarité, y compris secondaire, dans l’Empire ottoman. C’est le seul dans ce cas, puisque tous les autres étudiants viennent à Paris après la Révolution turque de 1923. La fiche administrative donne peu d’indications sur sa scolarité à Istanbul ; la seule mention qui soit faite à son arrivée à l’EHEU en 1919 est sa qualité d’architecte, sans préciser l’école et le lieu.

  • 155 Cette société a 15 adhérents en 1928, 36 en 1934. Elle entretient des liens particuliers avec les s (...)
  • 156 Archives nationales, AJ 53. Dossiers 164 : diplômés d’architecture 1922-1947 + dossiers individuels (...)

4Nous avons cherché des indications dans d’autres documents de l’IUUP. Nous avons en effet trouvé le nom d’Alki Djelepa dans la plaquette de 1934 de la société des diplômés de l’IUUP, SDIU, créée en 1928.155 Il y figure comme architecte AD-urbaniste. Les recherches menées aux archives de l’École des arts décoratifs – qui se trouvent non à l’École, mais aux Archives nationales – nous ont donné plusieurs informations dont certaines inattendues156.

5Alki Djelepa arrive en fait en France en 1912 comme en atteste une lettre du Consul impérial ottoman, datée du 8 janvier 1912 et adressée au directeur de l’École nationale des a rts décoratifs de Paris. Cette lettre recommande « le sujet ottoman Djelepa Alki qui vient à Paris pour compléter ses études artistiques et qui désire suivre les cours de l’École ».

Lettre du Consul impérial ottoman, datée du 8 janvier 1912

Archives nationales

  • 157 Il n’est diplômé en architecture qu’en 1924 pour des raisons institutionnelles : la qualification p (...)

6De plus, une liste des élèves titulaires du diplôme d’architecte de l’ENAD, datée de 1924, indique la durée de sa scolarité dans cette école, 1912-1919157. Dans le formulaire des renseignements demandés au candidat pour l’obtention de ce diplôme (1923), sont indiqués non seulement le diplôme de l’EHEU, mais également celui de l’École des beaux-arts de Constantinople (nous reprenons les termes du document en question), sans date, sans indication de matière : architecture ? arts décoratifs ? Le consul parle d’« études artistiques ». Seules des recherches précises dans cette École stambouliote pourrait nous apporter la réponse, mais il semble que les archives pour cette époque n’existent plus. Toujours est-il qu’en 1924, Alki Djelepa obtient le diplôme d’architecte et celui d’urbaniste. Ce serait donc le premier architecte-urbaniste turc diplômé en France, titre que d’autres revendiqueront par la suite dans la méconnaissance en toute bonne foi de l’existence de cet homme qui les aurait précédés.

Les paramètres nécessaires sont manquants ou erronés

  • Fiche de scolarité 1923 École des arts décoratifs (Archives nationales)

  • 158 Les années mentionnées sont celles des annuaires existants.

7Une des hypothèses pour expliquer en partie qu’Alki Djelepa soit inconnu en Turquie est le choix de la France ou de l’Europe pour sa vie professionnelle. Nous n’avons malheureusement que très peu de données pour l’étayer. Comme nous l’avons vu, Alki Djelepa est toujours dans la région parisienne en 1934, comme l’atteste son inscription à la Société des anciens. Il semble donc qu’il tienne à garder des liens avec le milieu professionnel français. Nous n’avons par contre pas trouvé de traces dans les registres de l’ordre des architectes, même à titre d’étrangers comme cela a été le cas pour un autre étudiant turc, Édouard Utudjian dans les années 40. Mais par contre, nous l’avons trouvé dans l’Annuaire Sageret des Bâtiments et des Travaux publics, sous la rubrique Architectes-urbanistes, en 1932, domicilié au 53, rue de Buzenval à Saint-Cloud, puis en 1935 et 1938, au 16, rue Bucourt, toujours à Saint-Cloud. Il n’apparaît plus dans l’annuaire de 1947158.

8Nous avons de fait trois adresses qui correspondent à différents moments de son parcours, qui toutes concernent Saint-Cloud, la première en 1919 avec son inscription à l’EHEU, 1, rue de Tennerolles. La permanence de sa résidence à Saint-Cloud, malgré les changements d’adresse, nous laissait espérer que nous aurions pu trouver des indications sur sa vie professionnelle et civile à la Mairie de cette commune. Mais là aussi, les recherches aux archives municipales ont été vaines.

  • 159 Une des sources possibles que nous avons consultée avec Murat Güvenç, le bottin des professions des (...)

9Un autre indice qui puisse confirmer l’hypothèse de son installation en France est donné par ses nom et prénom qui laissent supposer son appartenance à une des minorités de l’empire ottoman – d’une certaine manière, le choix même de son objet de mémoire, Byzance, confirme cet indice. Pour les lecteurs auxquels nous avons soumis la liste, il était évident que ce nom était celui d’un « non musulman ». Mais l’identité de la communauté diverge selon les interlocuteurs. Il est intéressant de voir d’ailleurs et peut-être fascinant de regarder ce que provoque ce jeu du déchiffrement des noms et prénoms de la liste, dont un premier classement consiste à distinguer entre musulmans et non-musulmans, puis entre communauté juive, arménienne et grecque. Pour Alki Djelepa, plusieurs hypothèses ont été émises, juive en jouant sur le nom qui pourrait être « djelep » et pourrait dire marchand de bétail, puis arabe, puis grecque. À notre sens, la plus vraisemblable est sans doute la grecque ou du moins celle d’une union mixte, le nom ayant peu de résonance grecque selon un de nos informateurs alors que les prénoms oui. Des investigations plus approfondies pourraient être faites dans les archives de la communauté grecque à Istanbul159.

10D’une certaine manière, l’énigme reste presqu’entière et est d’autant plus intrigante qu’Alki Alcibiade Djelepa est devenu avec ce travail une figure pionnière.

2. UZIEL Victor

11Né en 1908 à Constantinople
Inscrit à l’IUUP en 1
e année octobre 1928-1929
Inscrit en 2
e année 1929-1930
Diplômé en 1930 avec son mémoire déposé en mars 1930 et soutenu en décembre 1930,
Les principales règles municipales dans la ville de Grenoble sous la direction de William Oualid, mention passable

Un urbaniste non-architecte

Question de méthode 
Cet étudiant nous a amené à nous intéresser aux Écoles des Travaux publics et à leurs archives. Le travail de recherche n’a pas été fait en Turquie, mais à Paris. À part l’École d’ingénieurs des ponts et chaussées, la seule possible était l‘École supérieure des travaux publics (Eyrolles). Une première investigation a été faite dans les archives, mais Victor Uziel n’y figure pas contrairement à trois autres étudiants du fichier qui sortent diplômés dont deux avec le titre d’ingénieur-architecte.

12Victor Uziel est le second diplômé turc en urbanisme de l’IUUP – entre temps, l’EHEU a changé à la fois de nom et de statut. Il fait partie d’une génération qui vit le passage de l’Empire ottoman à la République turque. Il a vingt ans lorsqu’il arrive à l’IUUP où il déclare qu’il est étudiant à l’École des travaux publics sans spécifier le lieu, Istanbul ou Paris. La formulation de la réponse et son âge laisseraient penser qu’il suit à Paris des études en parallèle à celles de l’IUUP, chose courante à l’époque, d’autant que les cours se donnaient le soir. Nous avons donc cherché du côté de l’ESTP dont les archives se trouvent à Sèvres. Il ne figure pas parmi les anciens élèves contrairement à d’autres étudiants postérieurs à lui.

13La consultation de son mémoire ouvre une autre piste, car, en première page, Victor Uziel se présente plus précisément comme « ingénieur des constructions civiles, breveté par le gouvernement ». De quel gouvernement s’agit-il ? Turc, il aurait donc été diplômé avant de venir en France, français, il aurait bien mené ses études d’ingénieur parallèlement à l’IUUP. La question reste la même : de quelle école serait-il diplômé ?

Relevé de notes des étudiants inscrits en 1929-1930 en seconde année à l’IUUP

Fonds ancien de l’Institut d’urbanisme de Paris

14Ce qui est peut-être plus intéressant dans ce portrait, c’est le choix de parcours qu’il fait à l’IUUP et particulièrement le choix de son sujet de son mémoire et de son directeur. Il se différencie donc des étudiants architectes, en ce qu’il opte de s’intéresser aux services urbains et non à un projet d’aménagement spatial. De fait, il y a en effet une cohérence entre cette orientation et sa formation d’ingénieur qui reste exceptionnelle, rappelons-le, dans le profil des étudiants turcs que nous analysons.

15Mais il y a dans ce choix quelque chose de plus personnel, du moins c’est ce qui nous est apparu à la lecture de son mémoire ou qu’il nous plaît d’imaginer. Comme si, jeune étudiant, Victor Uziel découvrait « un maître » et une nouvelle matière ou surtout une autre manière de penser des objets à priori techniques comme le gaz, l’électricité, l’eau, à travers leur gestion avec une question qui semble l’emporter : est-ce qu’une municipalité peut assurer la gestion de ses services ? Ce que le professeur, chargé de cet enseignement, William Oualid, nomme le municipalisme. Il semble que le cours sur le municipalisme corresponde à certaines convictions et curiosités de Victor Uziel qui l’amènent sans doute à suivre en complément des cours en sciences politiques.

16Son mémoire porte donc sur L’interventionnisme municipal : Les principales régies municipales dans la ville de Grenoble. Il comprend 138 pages, plus une annexe sur une proposition de concession et 4 tableaux de l’auteur. Il n’y a pas de bibliographie, les références étant dans le texte comme les notes de cours. Un travail de terrain important est fait sur la ville choisie, Grenoble, à côté d’un travail sur les archives et les statistiques disponibles. Les disciplines de référence sont le droit, l’ingénierie et les sciences politiques.

17Ce mémoire tient plutôt de l’étude-recherche appliquée : l’annexe propose en effet un projet d’une modalité possible de gestion. De plus, la problématique est teintée d’un souci opérationnel, prescriptif, voire idéologique qui traverse l’ensemble du travail et qui lui vaudra sans doute les réserves du jury.

18La problématique, d’actualité à l’époque – on assiste en France à un mouvement de création de régies – concerne l’entrée des villes dans la gestion de certains services urbains et leur efficacité vis-à-vis d’une gestion privée avec les questions suivantes qu’il pose : Quel régime serait préférable ? Qui défend le mieux l’intérêt général ? Quels sont les éléments de défense des uns et des autres ? Qu’appelle-t-on le municipalisme ? Qu’en est-il à Grenoble, cas d’école ?

  • 160 Agrégé d’économie politique à la Faculté de droit, chef du service de la main d’œuvre étrangère au (...)

19William Oualid, le directeur de mémoire160, fait effectivement un cours sur le municipalisme ou l’interventionnisme municipal en France et à l’étranger auquel Victor Uziel emprunte le questionnement. Reprenons les termes de Rémi Baudoui qui en présente une synthèse dans son travail sur l’Institut d’urbanisme :

  • 161 R. Baudoui, 1988, La naissance de l’EHEU et le premier enseignement de l’urbanisme en France, des a (...)

William Oualid est porté sur les questions de politique locale et il s’inscrit très directement et de manière provocante dans le débat politique entamé depuis les années 1900. Il cherche vigoureusement à se démarquer de ce qu’il appelle « le socialisme municipal », c’est à dire « l’application des principes socialistes à l’activité sociale » comme en Autriche ou en Allemagne. Pour lui, ce sont des raisons fonctionnelles qui militent en faveur de la municipalisation des services collectifs, notamment la liberté que doivent recouvrir les communes par rapport aux concessionnaires profiteurs ou laxistes.161

20On comprend mieux à la fois l’enthousiasme du jeune étudiant devant l’engagement, même pesé et argumenté de son « maître » et les dérives un peu idéologiques dans lesquelles il se risque, en prenant parti pour une prise en compte du personnel, des syndicats, des conditions de travail, dans toute bonne gestion municipale.

Table des matières

La municipalisation

Pourquoi nous avons choisi ce sujet

Avertissement

Première régie municipale : la régie de l’eau

Historique

Dépenses installations sources

Abonnements

Diagrammes canalisation d’eau bouches de lavage

Deuxième régie municipale : la régie du gaz

Historique

Exploitation dépenses bénéfices

Description technique de l’usine à gaz

Analyse administrative du projet de concession

Troisième régie municipale Électricité

Historique

Description technique de l’usine génératrice

Analyse des traités administratifs

Abonnements installations gratuites

Quatrième régie municipale Les pompes funèbres

Historique des polémiques

Renseignements sur l’exploitation

Bâtiments transport personnel etc…

Situation financière

Conclusion sur l’interventionnisme municipal

Appendice Projet officiel de concession

  • 162 Gaston Bardet est « un pur produit de l’IUUP », héritier intellectuel et gendre de Marcel Poëte. Il (...)

21Nous n’avons aucun indice sur la vie professionnelle de Victor Uziel qui reste une énigme comme celle d’Alki Djelepa. Sans doute, lui aussi, du fait de son appartenance à « une minorité », a-t-il choisi de rester en France, le choix de la ville étudiée pour son mémoire irait dans ce sens. Signalons pour la petite histoire qu’il faisait partie de la même promotion que Gaston Bardet162.

Portrait de Victor Uziel et de son directeur de mémoire, William Oualid

Mémoire de Victor Uziel, Fonds ancien de l’Institut d’urbanisme

3. RIZA Fouad [Fuat Rıza]

22Né à Istanbul en 1909
Inscrit à l’IUUP en 1
e année 1930-1931
A une série de notes, mais il lui en manque

  • 163 2009, Relevé des noms d’élèves nés en Turquie et inscrits à l’ESA entre 1865 et 1968 d’après les re (...)

Question de méthode
Cet étudiant a été identifié dans la liste des étudiants turcs ayant fait leurs études à l’ESA, disponible sur Internet, liste établie par l’École pour la Saison de la Turquie, 2009-2010163. Il y en a une dizaine dans ce cas-là qui ont tenté de suivre les deux Écoles en même temps.

23Parallèlement à l’IUUP, Fuat Rıza est étudiant à l’ESTP, inscrit en 1929 et diplômé en 1932. Son cas est assez typique de certains étudiants turcs et sans doute d’autres qui de fait sont en France pour faire des études d’architecture et qui tentent à un moment donné de compléter leur formation par des cours à l’IUUP sans pour autant chercher à obtenir le diplôme.

4. MOUSTAPHA Behaeddine [Mustafa Bahaettin]

24Né à Muğla en 1906
Inscrit à l’IUUP en 1
e année 1930-1931
N’a aucune note

25Lui aussi est étudiant à l’ESA, inscrit en 1929 et diplômé en 1932. Il peut y avoir un effet de génération.

5. BİNBASIOĞLU Münip Ali

26Né à Balıkesir en 1908
Inscrit à l’IUUP en 1
e année 1931-1932
N’a aucune note

Question de méthode 
Les renseignements proviennent uniquement de la fiche administrative.

27Münip Ali Binbaşıoğlu est fonctionnaire de l’Instruction publique de Turquie. Il n’est ni architecte, ni ingénieur, mais il a « un certificat de fin d’études de l’École des hautes études civiles en Turquie ». L’autre particularité de cet étudiant est son statut de fonctionnaire. Ce qui laisse supposer qu’il a peut-être bénéficié d’un détachement temporaire pour un stage. Dès les premières années de l’Institut, selon les comptes-rendus du Conseil, des enseignants comme Henri Sellier, puis Jean Royer, avancent l’idée d’avoir un traitement à part des étudiants étrangers, avec des dérogations sur la durée de la scolarité (en un an et non deux, une année en 3, 4 mois ou sous forme de stage). Là encore, l’absence de notes ne signifie pas une absence aux cours, mais elle peut recouvrir, pourrions-nous dire, une formation informelle.

6. NOURREDİN Ahmet [Nurettin Ahmet]

28Né à Istanbul en 1908
Inscrit en 1
e année 1931-1932
Aucune note

29Comme Victor Uziel, Ahmet Nurettin est « étudiant de l’École des travaux publics », sans mention de lieu. Les recherches à l’ESTP n’ont rien trouvé sous ce nom.

7. BAHA Tevfik

30Né à Istanbul en 1907
Inscrit à l’IUUP en 1
e année 1932-1933
Inscrit à l’IUUP en 1933-1934. Les notes existent
Admis en 1935. N’a pas fait de mémoire

« Un presqu’urbaniste »

Question de méthode
La plupart des listes disponibles des différentes écoles d’architecture ont été consultées à Paris et à Istanbul.

31Cet étudiant est intéressant dans la mesure où il fait partie de ceux que nous avons qualifiés d’« admis » : il n’est pas diplômé – sans doute lui manque-t-il un mémoire –, mais il a passé ses deux années de scolarité avec succès. Il est donc censé avoir une formation qui lui permette d’exercer comme urbaniste, d’autant qu’il indique dans sa fiche qu’il est élève architecte. Où ? Istanbul ? Paris ? Aucune mention n’est faite. L’âge auquel il s’inscrit à l’IUUP nous permet de penser qu’il a pu faire des études d’architecture à Istanbul. Nous n’en avons cependant pas trouvé trace. Pas plus d’ailleurs à Paris, ni dans la liste des étudiants inscrits en archi de l’ESA, ni dans la liste des diplômés de l’École supérieure des beaux-arts. Des recherches plus approfondies devraient être menées dans les archives nationales des Beaux-Arts à Paris où il existe des dossiers individuels d’étudiants qui ne sont pas forcément diplômés.

8. UTUDJIAN Yervant Édouard

32Né en 1905 à Istanbul, décédé en 1975
Inscrit à l’IUUP en 1
e année 1933-1934
Inscrit en 2
e année en 1934-1935. Admis en 1935
Soutenance du mémoire en 1951 :
Urbanisme souterrain sous la direction de Pierre Lavedan, mention Très bien

L’urbaniste, « l’inventeur » de l’urbanisme souterrain

  • 164 Nous avons privilégié la forme du portrait pour les étudiants qui ont gardé des liens professionnel (...)

Question de méthode
Nous sommes en présence ici d’un urbaniste qui a fait sa carrière en France où il est très reconnu. Nous nous sommes appuyés pour faire la notice biographique164 sur des sources de seconde main.
Appui sur des écrits :
- Sabine Barles, 1995, « Des fortifications à la ville enterrée » Urbanisme 284 p. 28-31.
- site des archives de l’IFA (Institut français d’architecture)
Quelques recherches en archives faites pour l’ensemble des étudiants et où il apparaît souvent, surtout aux archives des Beaux-Arts (dossier d’élève AJ 52/1280). Voir aussi le Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts 1800-1968, INHA, 2013.
Quelques publications :
- É. Utudjian, 1952, L’urbanisme souterrain, Paris, Que sais-je ?
- É. Utudjian, 1966, L’architecture et l’urbanisme souterrain, Paris, Robert Laffont.
- É. Utudjian, 1967 Les monuments arméniens du 4e au 17e siècle, Paris, Morancé,

É. Utudjian, Architecture et urbanisme souterrain, Paris, Robert Laffont, 1966 p. 10

  • 165 Voir la partie méthodologique de cette recherche.

33Avec Yervant Édouard Utudjian, nous sommes en terrain connu, reconnu, du moins en France. Yervant Édouard Utudjian est une des grandes figures de l’urbanisme souterrain, y compris internationalement (il a été longtemps le secrétaire général du Comité permanent international des techniques et de l’urbanisme souterrain (CPITUS). Les traits importants de sa biographie sont consignés dans différents articles165, nous n’en redonnerons que les éléments importants.

  • 166 C’est le prénom qui apparaît dans toute son œuvre.

34Édouard Utudjian166 arrive en France, bachelier francophone (élève au collège Saint-Grégoire). Il s’inscrit à l’École nationale supérieure des beaux-arts. Selon les archives nationales de cette École (AJ 52), il y est admis en juin 1926, passe en 1e classe en 1929, termine ses études en mars 1931. Il figure dans la liste des étudiants de nationalité turque qui ont suivi depuis 1920 l’enseignement de l’ENSBA : mention « en possession de toutes les valeurs exigées pour l’obtention du diplôme ». Cette liste avait été demandée en 1939 par le ministère des Affaires étrangères français, par le service des œuvres françaises à l’étranger qui désirait faire un groupement des anciens élèves des grandes Écoles françaises (archives nationales AJ 52 Section École, 1028).

35Selon la liste manuscrite des diplômés de l’École, il obtient son diplôme en février 1941 dans l’atelier Pontremoli et Leconte, Aménagement de l’Île Saint-Lazare, avec la mention Bien. Il suit d’autres formations, une École des hautes études commerciales et financières et une École d’ingénieur civil à Paris.

  • 167 Voir ses cours « Histoire de l’urbanisme », années 1961-1963 (documents rassemblés par l’étudiant A (...)

36Parallèlement à ses études en architecture, il s’inscrit donc en 1933 à l’IUUP où il termine ses deux années avec succès, sans cependant soutenir son mémoire. Ce qu’il fera en 1951 sous la direction de Pierre Lavedan, historien de l’urbanisme, alors directeur de l’IUUP167. Entre-temps, il a développé de nombreuses activités, entre autres, celles au sein du GECUS, groupe d’études et de coordination de l’urbanisme souterrain, avec la collaboration de son frère Martin qui lui aussi fit des études à l’IUUP (non diplômé, mais « admis »). Son mémoire, Essai d’application au sous-sol des données générales d’urbanisme, va lui permettre de synthétiser toutes les données recueillies et de théoriser « l’urbanisme souterrain ». Son point de départ est selon ces termes le constat des maux et du chaos actuel des grandes villes qui nécessitent l’utilisation rationnelle du sous-sol. D’où la constitution de ce regroupement.

37On peut assimiler ce mémoire à une encyclopédie fondatrice, mêlant tous les genres : technique, juridique, philosophique, doctrinal, historique. Il est composé de deux tomes, faisant en tout 614 pages dont la bibliographie thématique à elle seule 75. Cette bibliographie est composé de la liste des études, articles et ouvrages publiés par le GECUS de 1933 à 1950, classés par ordre alphabétique et sous cinq titres : bibliographie qui a fait l’objet de compte-rendu des publications du GECUS / circulation / exploration / exploitation / ouvrages souterrains / problèmes généraux : archéologie, doctrine, droit souterrain, esthétique, facteur humain, historique-évolution, hygiène, problèmes financiers et économiques, urbanisme souterrain ; protection passive ; sciences de la construction ; techniques et équipement.

Table des matières

  1. La position du problème

    1. Historique du sous-sol

    2. Objet de l’urbanisme souterrain, ses limites

    3. Études du développement souterrain des villes

  2. Les problèmes de structure et la construction

    1. Architecture souterraine

    2. Le milieu naturel

    3. La technique des constructions

  3. L’habitabilité et les problèmes de fonctionnement

    1. La circulation souterraine

    2. La production souterraine, la sécurité

    3. L’habitabilité, le confort et l’hygiène

  4. Les problèmes financiers et juridiques

    1. Exemples, Paris. Aménagement souterrain de la capitale

  5. Étude de réseau de voies à grande profondeur

  6. Conclusion : Les vœux du premier congrès de l’urbanisme souterrain…

38Le déploiement multiple de ses activités professionnelles est à l’image de sa formation diversifiée. En effet, l’IFA distingue pour présenter les archives qu’il détient sur Édouard Utudjian trois grandes orientations que nous reprenons :

- Construction et restauration d’églises arméniennes, dans plusieurs pays (restauration de la cathédrale d’Etchmiadzine en Arménie, des espaces arméniens du Saint-Sépulcre de Jérusalem, participation à la construction de la cathédrale arménienne Saint-Vartan à New York (2e Avenue et 34e Rue), aux cathédrales arméniennes de Detroit et de Genève).
- Architecture en France : stations d’épuration (Achères, Bordeaux, Rouen, Cholet, Athis-Val, Calais), hôpitaux (Magny-en-Vexin, fondation Winburn à Bièvres), édifices publics (groupe scolaire de Magny-en-Vexin, de Port-Marly, marché couvert de Châtellerault), HLM (Poitiers, Châtellerault), reconstruction (La Roche-Guyon, casino de Plombières etc. ) ; immeubles de bureaux et résidences à Paris ; usines, garages, dépôts, etc.
- Fondation en 1933 et animation (jusqu’à la fin de sa vie) du GECUS, groupe d’études et de coordination de l’urbanisme souterrain. Il crée en particulier la revue Le Monde souterrain, qui, reliée en dix volumes, constitue L’Encyclopédie du monde souterrain. Dans le cadre du GECUS, il a apporté de nombreuses et importantes contributions à des travaux d’urbanisme et d’aménagement souterrains (tunnel sous la Manche, RER, les Halles, métro en Iran et en Espagne).

39Il semble qu’il ait choisi assez vite de vivre en France et d’y déployer sa vie professionnelle comme son jeune frère qui le suivra de quelques années à l’IUUP. Peut-être s’agit-il d’une immigration familiale comme l’ont fait de nombreux arméniens de Turquie à cette époque. Selon sa fiche administrative, entre les deux inscriptions (il se réinscrit en 1951 pour la soutenance de son mémoire), il a pris la nationalité française – la mention turque est effacée pour la mention française par naturalisation. Le prénom qui va apparaître pour ses publications est celui d’Édouard. C’est bien en France qu’il construit sa réputation. Il n’a, semble-t-il, aucune reconnaissance dans le milieu urbanistique turc ; aucun de nos interlocuteurs à qui nous avons soumis la liste des étudiants de l’IUUP ne l’a identifié.

9. MOURAD ou MENTEŞE Ertoğrul ? [Ertuğrul Murat Menteşe]

40Né à Istanbul en 1909, décédé en 1998
Inscrit en 1
e année 1935-1936
Inscrit en 2
e année 1936-1937

41

Photo illustrant la notice biographique d’E. M. Menteşe sur le site de l’école primaire Ertuğrul Murat Menteşe à Ağaçlıhöyük (Muğla)

L’architecte-urbaniste au nom caché

Question de méthode
Ce cas pose la question des noms en Turquie. En 1934, dans le cadre de la modernisation du pays, voulue par Atatürk, est promulguée une loi, obligeant l’usage d’un nom de famille. Jusque-là, les enfants sont nommés par un prénom (Munip, Mourad, Moustapha, Noureddin…). Il est difficile donc de se repérer dans cette liste pour savoir ce que sont devenus ces individus qui ont sans doute changé de nom après leur inscription. Cela implique en effet pour ce genre de recherche des tâtonnements et pose donc la question des sources. En l’occurrence, nous en avons utilisé plusieurs pour être sûre de la validité du résultat :
- Interviews avec des chercheurs et des urbanistes turcs
- L’ouvrage d’Uğur Tanyeli, 2007, Mimarlığın aktörleri, Türkiye 1900-2000, Istanbul, Garanti Galeri
- Les archives des Beaux-Arts (Paris) dont le dossier personnel AJ 52/1271.

  • 168 La famille Menteşe, comme nous l’indiquent nos informateurs, est très connue, le père de celui-ci a (...)

42Plusieurs de nos interlocuteurs turcs, à la lecture de la liste, s’étaient arrêtés sur le nom de Mourad Tuğrul et s’interrogeaient sur son identité, en supposant que cela pouvait être Ertuğrul Menteşe, architecte-urbaniste connu dans ces milieux168. Rien dans la fiche de l’IUUP ne pouvait nous aider à cette identification. La seule piste à notre disposition était la mention « étudiant architecte à l’École des beaux-arts ». Qu’il s’agisse de l’École de Paris nous était suggéré par le fait que, toujours selon la fiche, « l’étudiant résidait dans le Département de la Seine depuis 1919 ».

  • 169 Le nom d’Utudjian y figure, mais barré (peut-être à cause de sa naturalisation).

43Nous trouvons en effet Mourad Tuğrul dans deux des différentes listes d’étudiants diplômés en architecture, trouvées aux archives de l’École des beaux-arts de Paris. Il n’apparaît pas dans la liste, écrite à la plume, des diplômés de l’École (conservée à la bibliothèque de l’École elle-même). Mais il figure, en bonne place, comme Édouard Utudjian, dans la liste, citée ci-dessus, des étudiants de nationalité turque qui ont suivi depuis 1920 l’enseignement de l’ENSBA : mention « en possession de toutes les valeurs exigées pour l’obtention du diplôme ». On apprend ainsi qu’il est boursier turc, qu’il est reçu et inscrit à l’École en 1930. Admis en 2e classe en mars 1932, il passe en 1e classe en 1935 et est diplômé en février 1938 avec la mention Bien avec son projet Une maison du peuple en Turquie. Il apparaît aussi dans un répertoire des élèves étrangers, reçus entre 1920 et 1943 (AJ 52/958), classé par pays. On y trouve dix élèves turcs dont Ertuğrul (et non Tuğrul) Mourad (1930). Mais là, le mystère est levé : est rajouté à côté de ce nom, au crayon de papier, Murat MENTEŞE ! Plaisir des découvertes dans les archives que ces petites incursions au papier169 !

44Ertuğrul Murat Menteşe mène donc en parallèle ses études à l’Institut d’urbanisme où il réussit sa première année en deux ans. Puis il abandonne. D’après les archives mentionnées ci-dessus, il fait partie de l’assemblée de la Grande Masse depuis 1934 et s’abonnera régulièrement à son bulletin avec une adresse à Istanbul. Il semble qu’il soit rentré en Turquie dans les années 1938-1939 comme on peut le déduire de la liste du ministère des Affaires étrangères (1939), qui mentionne à son propos qu’il a dû « sans doute rentrer à Istanbul faire son service militaire ». Il est membre de la SADG en 1938 dont il est démissionné d’office en 1954.

Publicité pour le projet de logements collectifs d’Ataköy

  • 170 Cânâ Bilsel, architecte-urbaniste, enseignante et chercheuse à la faculté d’architecture du METU, U (...)
  • 171 Banque fondée par l’État en 1926 pour financer des opérations de logements à finalités sociales et (...)

45Selon nos maigres informations, Ertuğrul Murat Menteşe a mené une carrière d’architecte-urbaniste en Turquie tout d’abord à Ankara (capitale aux grands enjeux urbanistiques à l’époque) au sein du ministère des Travaux publics, puis à Istanbul où il a rejoint l’équipe d’Henri Prost, l’İmar Bürosü, pour la mise en œuvre du plan directeur. Il est chargé du plan de détail d’Eminönü. Ce dernier « l’aurait apprécié et aurait eu en lui une grande confiance » selon notre informatrice, Cânâ Bilsel170. Il a assuré la direction du bureau de développement de la ville satellite d’Ataköy, importante opération de logements collectifs de la Türkiye Emlak Kredi Bankası dans un langage architectural d’avant-garde. Il serait resté à la municipalité d’Istanbul jusqu’en 1953. Nous avons peu d’éléments sur la poursuite de sa vie professionnelle si ce n’est qu’il a occupé une fonction importante à la Türkiye Emlak Kredi Bankası171. Il a également participé au débat public en écrivant une vingtaine d’articles dans la revue turque Arkitekt entre 1946 et 1978. Il a été correspondant de l’UIA, union internationale des architectes, en Turquie. Il est également l’auteur de la Maison du peuple de Mersin en 1946, aujourd’hui encore utilisée comme centre culturel municipal.

10. RÜKNEDDİN Kazım ou RÜKNETTİN GÜNEY

46Né à Istanbul en 1904, décédé en 1970
Inscrit à l’IUUP en 1
e année en 1936
Réinscrit en 1938 par correspondance (son adresse est Sarıyer)
Aucune note

Türk yuksek mimarlar birliği, Istanbul, Cumhuriyet matbaası, 1940

  • 172 Uğur Tanyeli, 2007, Mimarlığın Aktörleri Türkiye, 1900-2000 [Les acteurs de l’architecture en Turqu (...)

Questions de méthode
Se repose ici la question du nom. De fait, à la fin de notre recherche, nous nous sommes rendu compte, grâce au livre d’Uğur Tanyeli172, qu’il y avait une double « erreur » sur ce personnage : une orthographe, celle de Rükneddin les DD devenant des TT, mais surtout que son nom était Güney. Là aussi, nous nous sommes surtout servis de source de seconde main, entre autre l’article biographique que lui consacre Uğur Tanyeli, complétées par nos recherches dans les archives de l’École des beaux-arts à Paris et le dictionnaire de l’INHA (dossier d’élève AJ 52/1266).

47Rüknettin Güney, alias Kazım Rükneddin, n’a fait que passer à l’IUUP et encore, par correspondance comme l’indique sa fiche et qu’il n’y a aucune note. Nous nous y arrêtons cependant parce que ce nom a retenu l’attention de certains de nos interlocuteurs, qu’il figure dans le livre d’Uğur Tanyeli sur les grands acteurs de l’architecture turque et que, durant sa vie professionnelle, il a fait un passage dans l’urbanisme, notamment avec Henri Prost à Istanbul. C’est donc une personnalité reconnue dans ce milieu.

48Rüknettin Güney est francophone, il fait ses études secondaires au lycée Galatasaray et ses études d’architecte en France. Élève de « l’École régionale d’architecture », annexe des Beaux-Arts depuis 1927, il demande le transfert de son inscription aux Beaux-Arts à Paris qui lui sera accordé en octobre 1929 ; il sera l’élève de Roger-Henri Expert et sera diplômé en octobre 1932 avec comme projet, Une habitation à Sainte-Maxime (Var). Il est membre de la Grande Masse de l’École des beaux-arts en 1928.

  • 173 Sylvain Guittet, 2004, La ville d’Istanbul (1933-1951) : le plan directeur, son application par l’a (...)
  • 174 Voir article de Jean-François Pérouse, « Henri Prost et Istanbul. Le magistère contrarié », in Gün (...)

49Nous supposons qu’il est rentré en Turquie entre 1932 et 1936 (date de son inscription par correspondance à l’IUUP). Il travaille tout d’abord à la Direction de la construction du ministère de l’Éducation nationale, après avoir fait son service militaire, puis à la municipalité d’Istanbul de 1939 à 1950 dont il est le directeur du service d’urbanisme. Il est impliqué dans certains projets avec Henri Prost dont celui du Gazino, café club dans le projet Taksim. Selon Sylvain Guİttet, il se serait occupé également de la zone de Florya (plage)173. Il quitte ce service lorsque Henri Prost est renvoyé. Il est impliqué dans le projet du centre culturel Atatürk. À noter pour notre travail qu’il fait partie du réseau francophone des architectes et urbanistes turcs d’Henri Prost174.

50Henri Prost parti, Rüknettin Güney s’installe à son propre compte. On lui doit la nouvelle gare d’Ankara, un des bâtiments importants de la jeune République, le centre culturel de Kadıköy (Istanbul), et il partage avec d’autres architectes le centre culturel Atatürk (AKM). Puis il exerce la fonction de chef de la Direction des constructions de l’Université d’Istanbul entre 1963-1966. En matière architecturale, il défend des positions plutôt modernistes. C’est lui par exemple qui a commissionné les architectes du bâtiment de la municipalité dont Nevzat Erol en 1953 (bâtiment retenu dans les guides de l’architecture moderne en Turquie). Il meurt en 1970 et semble être resté dans un certain oubli.

11. TOPÇUBAŞI Cemil Münir

51Né au Perreux en 1914. De nationalité turque
Inscrit en 1
e année en 1937-1938
(ajourné en juin et octobre 1938)
A des notes

Türk yuksek mimarlar birliği, Istanbul, Cumhuriyet matbaası, 1940

Question de méthode
- Archives ESTP Paris
- Références : J.-F. Pérouse, D’Angora à Ankara (1919-1950) : la naissance d’une capitale, thèse de géographie soutenue en janvier 1994, à l’Université de Reims-Champagne-Ardenne, sous la direction de Marcel Bazin.
- Archives Prost à l’IFA, Paris.

Un architecte-urbaniste méconnu

  • 175 Dans un document listant les diplômés de Galatasaray pour la période 1919-1943, un architecte nommé (...)

52Cemil Münir Topçubaşı, né en France, fait ses études secondaires au lycée Galatasaray dont il est diplômé en 1934175. Il fait ses études d’ingénieur-architecte à l’ESTP à Paris comme il le note dans sa fiche IUUP. Nos investigations dans les archives de cette école datent son diplôme d’ingénieur-architecte de 1936. Internet renvoie curieusement à une petite annonce de presse du journal L’ouest-éclair du 21 août 1938 qui présente la liste des diplômés de l’ESTP entre 1936 et 1938 dont fait effectivement partie Cemil Münir Topçubaşı. L’année suivant l’obtention de son diplôme, il tente une scolarité à l’IUUP pour laquelle il obtient des notes, mais sans qu’elles ne lui permettent de passer en seconde année.

53Nous avons peu d’informations sur sa vie professionnelle. D’après la thèse de Jean-François Pérouse sur Ankara, il est longtemps membre de l’assemblée municipale (belediye meclisi) d’Ankara. Il écrit de nombreux articles dans la revue Belediyeler, dans les années 40. Il est membre du jury international pour la construction d’Ankara en 1954-1955. Il fait partie des jeunes architectes urbanistes qui se lancent dans les concours. Nous le trouvons également dans les notes personnelles d’Henri Prost sous la forme d’une attestation de 1946 : « Cemil Topçubaşı a été élève à l’Institut 1936-1937 ; il a des dispositions très favorables aux études urbaines ». Il ne semble pas cependant qu’il ait fait partie de ce que l’on pourrait appeler « le réseau francophone de Prost ».

12. ANGEL Aron

54Né à Istanbul en 1916, décédé à Istanbul en 2010
Inscrit en 1
e année à l’IUUP en 1937-1938
Inscrit en 2
e année en 1938-1939
Admis en juin 1939
Mémoire déposé, soutenu en juin 1940, diplômé en 1940
Thèse :
L’île de Heybeli, jardin d’Istanbul. Son aménagement, son embellissement sous la direction d’Henri Prost, mention Passable

Une filiation fortement revendiquée : Henri Prost et l’IUUP 

J’ai passé 16 ans avec Henri Prost. Je peux dire que nous avons vécu ensemble !

Questions de méthode 
Retracer la vie professionnelle d’un tel personnage présente certains écueils. Surtout lorsque, pour ce faire, on s’appuie beaucoup sur des entretiens qui dans ce cas-là particulièrement – et c’en est aussi l’intérêt – débordent sur une vie toute entière, de plus très longue. Ces entretiens sont malgré tout pleins de trous que l’on n’a pas toujours pu combler.
Sources :
- Deux entretiens 2008-2009
- Documents personnels photocopiés
- Archives Prost de l’IFA (correspondance entre Angel et Prost )
- J.-F. Pérouse, 2001, « Angel Aron, “le premier urbaniste turc” ? » papier provisoire (communication au séminaire Cultures urbanistiques, Beyrouth)
- Photos prises lors des interviews
- Plaquette d’hommage à Aron Angel pour le musée juif d’Istanbul pour le 500e anniversaire de l’arrivée de la communauté en Turquie (en turc)
- A. Angel, 1991-1992, « Projets et aménagements urbains à Istanbul de 1933 à nos jours. Henri Prost à Istanbul de 1936 à 1951 », IFEA, OUI (observatoire urbain d’Istanbul),
- A. Angel, 1986, « Henri Prost et le premier plan directeur de la ville d’Istanbul » in H. Batu et J.-L. Bacqué-Grammont L’Empire ottoman, la République de Turquie et la France, [Varia Turcica III], Istanbul, Isis, p. 561-577.

  • 176 Il est vrai que ses prédécesseurs en titre n’ont sans doute jamais exercé en Turquie, du moins c’es (...)
  • 177 Voir le chapitre 3.
  • 178 J.-F. Pérouse, 2001, ibid.

55Si Aron Angel reste une figure importante de cette histoire turque, la reconstitution que nous en faisons relativise non son rôle d’urbaniste en Turquie, mais la place de premier urbaniste turc diplômé – « attitré » selon ses termes – qu’il revendiquait avec une grande fierté176. Tous les interlocuteurs qui se sont entretenus avec lui ont entendu l’anecdote concernant la cérémonie organisée à Ankara, en 1995, en l’honneur des urbanistes turcs ayant exercé depuis plus de 25 ans177. Comme le dit Jean-François Pérouse178, cette petite histoire est « révélatrice d’une personnalité attachée à certains titres, et fière de sa formation… », en l’occurrence l’IUUP.

Carte d’étudiant d’Aron Angel de l’Institut d’Urbanisme 1938-1939

Archives personnelles

Une famille francophone et un goût des études : une formation multiple179

  • 179 Le ton adopté pour cette description veut se rapprocher de la narration que nous en a faite l’intér (...)
  • 180 Lors de notre premier entretien dans son bureau, Aron Angel est très fier de nous montrer le diplôm (...)

56Les parents d’Aron Angel, qui habitent à Péra, quartier d’Istanbul où vivaient « les minorités », sont professeurs de français, le père enseignant à l’Université d’Istanbul – celui-ci fut Chevalier de l’ordre des Palmes académiques180. Ses deux sœurs ont fait des études de médecine et l’une, cardiologue, mariée à un français, exerce à Paris – elle obtint la légion d’honneur) ; c’est elle qui lui facilitera sa venue à Paris pour y poursuivre ses études.

57Aron Angel, après des études au « lycée israélite », entre au lycée Galatasaray (francophone) où était déjà allé son père : « c’était impacté dans notre sang en quelque sorte ! ». Il fait des études d’ingénieur de 1934 à 1937, à l’École supérieure d’ingénieurs d’Istanbul (qui deviendra la prestigieuse Université technique d’Istanbul) « Pas content du résultat », il pense faire d’autres études. « On parlait bien d’architecture dans cette école, mais il n’y avait pas encore de faculté d’architecture » (il ne mentionne pas l’Académie des beaux-arts où existait un département). En fait, il désirait faire de l’architecture en France et son père l’approuve. Il en parle incidemment à un ancien enseignant français du lycée qu’il rencontre par hasard sur la Grande Rue de Péra et à qui il confie son projet d’études en France. Ce dernier vient d’assister à une réception où il a rencontré un architecte-urbaniste français qui vient d’être chargé de l’élaboration du plan d’aménagement d’Istanbul ! Il s’agit bien sûr d’Henri Prost. « Voulez-vous que je vous le présente ? » lui demande-t-il ? « C’est une phrase qui a changé toute ma vie » nous commente Aron Angel, soixante-dix ans après. « Parler de Prost, c’est quelque chose que j’ai à cœur » dit-il gravement.

  • 181 Il raconte ces épisodes avec beaucoup de discrétion.

58La rencontre a lieu. Aron Angel repart avec les adresses et téléphones des quatre Écoles d’architecture à Paris qu’il envoie à sa sœur aînée pour qu’elle s’informe davantage et qu’elle en choisisse une, la meilleure. Et là encore, le hasard voulut (selon ses dires) que ce fut à l’ESA qu’elle l’inscrivit et qu’à la rentrée en octobre 1937, il découvrit son directeur qui n’était rien d’autre qu’Henri Prost. « Double hasard ; c’est comme cela que je suis rentré à l’école… ». La chance s’accélère pour lui. Très vite, à quelques jours d’intervalle, Henri Prost lui donne deux rendez-vous ; au premier, il lui propose des équivalences en fonction des spécialités étudiées lors de ses études d’ingénieur et d’entrer directement en 3e année ; au second, il lui propose de suivre, en parallèle, des études en urbanisme à l’Institut où lui-même enseigne, en lui précisant, devant l’étonnement de l’élève à cette offre, qu’il y a 8 à 9 minutes en métro entre les deux écoles ; il a aussi l’honnêteté de lui répondre avec humour et modestie : « ce mot urbanisme n’est pas dans mon dictionnaire » ! Aron Angel « a travaillé comme une machine », toujours selon ses mots, et il obtient à deux jours d’intervalle les deux diplômes, le 8 juin 1940, celui d’urbanisme, le 10, celui d’architecture. Il n’en est pas peu fier comme de tous les diplômes qu’il acquerra encore par la suite, d’archéologie et d’architecture à Istanbul (certaines études lui permettant de reculer le service militaire). Il rentre en effet en Turquie quelques mois après, non sans difficultés avec des détours par Bordeaux et la Suisse du fait de l’avancée allemande181. Nous sommes en 1940.

Son passage à l’Institut d’urbanisme de l’Université de Paris

59Aron Angel a perdu, nous dit-il, dans un incendie les archives concernant ses études à l’IUUP. Visiblement il peine à retracer ces deux années comme si elles avaient été effacées par cet évènement, comme si aussi elles étaient amalgamées aux premières années de sa vie professionnelle avec Henri Prost à Istanbul, comme si la présence de cet illustre homme primait sur tout : « J’ai eu le bonheur de travailler avec lui ».

  • 182 Là aussi, nous reprenons les termes qu’utilise Aron Angel.

60Donc il nous dit peu de choses sur les enseignements qu’il a suivis, sur l’organisation générale, sur ses camarades de l’époque, « une vingtaine, dont [lui] seul étai[t] étranger ». Quelques noms d’enseignants ressortent cependant, celui de Pierre Lavedan, qui assure le cours d’histoire des villes, Gaston Gèze (préoccupé par l’Abyssinie), celui de droit international et Barthélémy, celui de sociologie182. Bien sûr, au centre de sa scolarité, il y a l’enseignement d’Henri Prost sur le projet, « un travail supérieur ». C’est avec ce dernier qu’il fait son mémoire, L’île de Heybeli, jardin d’Istanbul. Son aménagement, son embellissement. Il ne nous en parle quasiment pas.

61Son mémoire de fin d’études fait partie du classique genre monographique à des fins d’aménagement. Il s’agit d’une des Îles des Princes, proches d’Istanbul, que l’auteur veut transformer en « centre de plaisance, en quasi jardin ». Ce mémoire comprend 175 pages dont 82 concernent une proposition de règlement d’hygiène et de voirie, sur le modèle des villes françaises et conformes aux lois et prescriptions du ministère des Travaux publics turc – qu’Henri Prost est chargé d’élaborer et « qui pourra donc être révisé ». Comme on le voit, Aron Angel s’inscrit déjà dans les préoccupations opérationnelles de celui qui sera son « maître ». De nombreuses photos en noir et blanc, des cartes, des plans de toute sorte, profils et détails pour le projet complètent le texte. Apparemment il y aurait également eu une maquette. La bibliographie succincte de deux pages concerne plutôt l’histoire d’Istanbul dans sa globalité avec quelques références aux jardins.

Table des matières

Avertissement

1e partie

Chapitre préliminaire : Histoire, géo, climat, démographie, organisation municipale, économie

Chapitre premier :

État actuel de Heybeli : les voies, les bâtiments publics, les habitations, les promenades

Chapitre second :

De l’aménagement de la ville de Heybeli : périmètre, zones, voies, bâtiments publics, services publics

2e partie 

Aménagement de l’Île de Heybeli : promenades, lieux d’agréments, jardins

3e partie 

Servitudes d’accès

Programme des servitudes

Conclusion

Complément : règlement d’hygiène et de voirie

62Dans l’ensemble, le texte, hors projet, reste une description généraliste et tient plutôt du panégyrique du lieu concerné.

63Ce qui reste pour Aron Angel de cette période, dans ce qu’il nous en a dit tout au moins, c’est une philosophie générale sur le type de formation à promouvoir en urbanisme, prenant en modèle l’IUUP, « très en avance » et en insistant sur la nécessité d’une ouverture de cette discipline au droit et à la sociologie.

Un urbaniste au service d’Henri Prost et de la ville d’Istanbul : 1940-1951

64Il va quasiment de soi que, étant donné les opportunités de formation que lui avait offertes Henri Prost, « les nombreuses choses faites en sa faveur », celui-ci allait lui proposer dès son retour à Istanbul de travailler avec lui. Ce qu’Aron Angel fera pendant plus d’un an, dans la maison-bureau d’Henri Prost, rue Lamartine (la maison n’existe plus) ; il y collabore à l’élaboration de plans (Bursa) et au projet des thermes de Yalova.

  • 183 Une lettre de mai 1944 au gouverneur maire d’Istanbul témoigne de l’attention portée par Henri Pros (...)

65Rappelons qu’Henri Prost est sous contrat renouvelable comme « conseiller d’urbaniste de la Ville d’Istanbul » à partir de 1936, sous l’autorité de Lütfi Kırdar, gouverneur maire (vali) de la ville de 1938 à 1951 ; il est donc chargé du plan-directeur d’aménagement pour lequel il monte une équipe à la municipalité, l’İmar Bürosü, bureau d’urbanisme, dirigé par Ziya Bey. Aron Angel en fait partie et est, selon ses dires et ceux d’Henri Prost, un des piliers de l’équipe183.

66Les plans de secteurs sont distribués entre les différents membres de l’équipe. Aron Angel sera chargé du plan de secteur de Beyoğlu, puis du plan de Yeşilyurt, sur la côte sud-ouest de la mer de Marmara. À la fin des années 40, le crédit immobilier turc, la Türkiye Emlak Kredi Bankası le charge de faire le plan d’une cité pour une immense parcelle à Levent.

  • 184 J.-F. Pérouse, 2001, ibid.

La cité imaginée par lui consistait en un ensemble de hautes tours sur pilotis, avec garages en sous-sol, magasins et buanderies/laveries au premier étage, crèches aux étages du milieu et restaurant au dernier étage (avec vue sur le Bosphore)184.

  • 185 S. Yerasimos, 2004, Urbanistes sans urbanisme : Le cas de la Turquie, in Cultures et milieux urbani (...)

67Finalement, cette opération suivra une autre voie. En effet, selon Stéphane Yerasimos, cette même banque commande en 1947 à Kemal Ahmet Arû, l’assistant de Gustav Oelsner, architecte-urbaniste allemand, à la chaire d’urbanisme de l’İTÜ, le projet d’un lotissement de 391 maisons individuelles R+1 d’une superficie moyenne de 150 m2 qui seront acquises avec un crédit à 5 % sur 20 ans par les professions libérales et les hauts fonctionnaires. Le succès de l’opération entraîne une deuxième tranche en 1949, une troisième en 1953 et une quatrième contenant des petits immeubles collectifs. On est loin de l’utopie initiale d’Aron Angel185.

Après 1951 : un relais fidèle

68En 1951, pour des raisons complexes, y compris politiques – Adnan Menderes arrive au pouvoir et la Turquie va entrer dans une période démocratique et libérale – le contrat d’Henri Prost n’est pas renouvelé. Aron Angel lui restera un fidèle allié, entièrement dévoué comme le montre leur correspondance, la dernière lettre datant d’avril 1959, trois mois avant la mort d’Henri Prost. Le ton et la forme des lettres d’Aron Angel disent tout le respect et l’absolu dévouement à son « Cher Maître ». On y sent aussi la force des liens quasi familiaux – il lui arrive ainsi d’écrire des lettres spécifiques à chacun des deux époux. Il parle d’ailleurs d’un sentiment filial qu’aurait eu Henri Prost à son égard, lui-même n’ayant pas eu d’enfant. La lettre de félicitations qu’Henri Prost écrit au père d’Aron Angel sur les qualités de son fils conforterait ce type d’interprétation.

69Ce qui est certain, c’est qu’Aron Angel va être pour Henri Prost, coupé d’Istanbul, un informateur et un intermédiaire. C’est par lui principalement qu’il sera tenu au courant sur l’avancée ou non de l’aménagement de la ville, des procédures d’expulsion, des démolitions, des restaurations, de l’aménagement des voies, de la construction de bâtiments publics… Régulièrement aussi, il lui donnera des nouvelles de l’İmar Bürosü et de l’équipe pour lesquels par ailleurs il n’a guère d’indulgence et peut aller jusqu’à un certain mépris ; pour lui, depuis le départ d’Henri Prost, la situation a empiré ; il leur manquerait « cette largesse d’esprit qui caractérise notre seul et inégalable maître ».

70Henri Prost peut aussi lui demander des services : intervenir pour accélérer certains dossiers (celui de l’évaluation de ses indemnités), s’occuper de photographies dont il va avoir besoin pour un livre en préparation sur toute son œuvre et pour un numéro spécial de la revue Urbanisme dont une grande partie doit porter sur le plan-directeur d’Istanbul. Véritable travail de prise de vues, souvent délicates, car les consignes sur les angles de vue sont précises et supposent des autorisations spéciales. Aron Angel va également favoriser les échanges d’experts entre Istanbul et Paris, consolidant ainsi le réseau qu’avait pu commencer à construire Henri Prost. Des demandes de recommandations circulent de part et d’autre. Il est amené à recevoir des gens que lui recommandation d’Henri Prost, à leur servir de guide dans la ville. Jean Royer en est un exemple. Même s’il offre cette compétence à d’autres experts, hors cercle Prost, comme Abercrombie ou « un ingénieur en chef du métro parisien », Aron Angel reste principalement l’interlocuteur et le défenseur d’Henri Prost.

71Ainsi, Aron Angel, désappointé sans son maître et déçu par les difficultés de toutes sortes que rencontre la mise en œuvre du plan directeur, tient encore un an à la municipalité. La goutte d’eau qui le décidera à quitter définitivement cette institution est le projet de l’hôtel Hilton qu’il évoque avec toute l’indignation de sa jeunesse devant le scandale que celui-ci représentait pour lui, de non-conformité au plan. Il semblait le vivre comme une atteinte à son intégrité personnelle. Citons les propos tenus lors de sa démission, confiés à Jean-François Pérouse : « J’éprouve de la honte à travailler dans une entreprise soumise au calcul des intérêts des particuliers ». Il s’installe en libéral et crée sa propose agence où il privilégiera l’architecture et où il exercera jusqu’à sa mort. C’est dans son bureau qu’il nous recevra d’ailleurs pour la première interview où il est entouré de tous ses diplômes, de photos, Atatürk, des plans de la place Taksim...). Il nous parlera peu de son passage à l’Institut et préfère en fait revenir à cette période prestigieuse avec Henri Prost où « on faisait de l’urbanisme » et où il a puisé ses convictions. Il semble en effet que parallèlement à son activité professionnelle proprement dite, il se soit pendant toutes ces années préoccupé de témoigner oralement et par l’écrit de ce que sont pour lui un bon urbanisme, une bonne formation en urbanisme et donc de dénoncer ce qui ne l’était pas.

« On n’a pas d’urbanisme en Turquie »

Le problème à Istanbul, c’est que c’est mal dirigé. Il y a beaucoup de choses qu’il faut changer. Avant tout, la base de l’urbanisme, c’est le plan directeur. Et à part celui que j’ai fait avec Prost, il n’y a pas eu un deuxième plan directeur à Istanbul. On a fait des plans et des plans, mais si l’on n’a pas une base générale... Tout le monde a construit n’importe comment... Istanbul est une ville vraiment morte... Ce n’est pas une ville normale, on ne peut pas vivre dans cette ville. Je suis le seul qui m’oppose aux dirigeants pour le plan d’urbanisme, ils ne savent pas encore ce que c’est. Ils ne savent pas L’urbanisme à Paris lorsque j’ai fait mes études, c’était en relation avec deux facultés, le droit et les lettres. C’est quelque chose qui n’existe pas ici. Il n’y a ni droit, ni sociologie dans les universités à Istanbul et sans droit, il n’y a pas d’urbanisme. Il n’y a pas d’enseignement d’urbanisme vraiment avec le droit. Sans urbanisme, il n’y a pas d’architecture, ni de construction. Il faut d’abord faire de l’urbanisme, émettre des règles… De plus, Istanbul est une ville ancienne et il y a des choses sous terre ; il faut donc en tenir compte…

Photo d’Aron Angel prise en avril 2008 sur la terrasse de son bureau

M. Jolé

72Sa vigilance sur certains principes d’urbanisme importants pour lui comme la présence de la nature par exemple et ce qu’il appelle « l’ordre discontinu », il l’a exercée également sur la construction de tours à Paris : il a ainsi adressé une lettre de protestation au maire de Paris qui lui a d’ailleurs répondu, lettre qu’il montre avec fierté. Il raconte volontiers également qu’Henri Prost en 1957 l’avait invité à une réunion d’une commission d’évaluation d’un projet de bâtiment dans l’enceinte de l’Unesco, sur l’emplacement d’un jardin, et qu’Henri Prost, l’invitant à donner son avis, il aurait répondu : « si ce bâtiment existait, je le démolirais… ! »

73Ses intransigeances l’ont sans aucun doute coupé de son milieu professionnel légitime comme d’ailleurs peut-être sa filiation inconditionnelle à Henri Prost. Comme le dit très bien Jean-François Pérouse, « campé sur une conception un peu essentialiste de l’urbaniste et de l’urbanisme, Aron Angel, par l’importance qu’il confère aux humanités dans la culture urbanistique, est demeuré assez isolé dans sa communauté ». Il n’est pas sûr non plus qu’il ait été vraiment au courant des enseignements mis en place en Turquie depuis 1964 qui se réclament pourtant tous d’une approche globale et pluridisciplinaire.

13. AVŞAROĞLU Ekrem

74Né à Erzurum en 1908, décédé en 1970
Inscrit à l’IUUP en 1
e année 1938 (ajourné en juin 1939)
A des notes. Mention d’un redoublement
Nouvelle inscription en novembre 1947 (aucune note)

75Cet étudiant est bachelier et diplômé de l’École supérieure d’administration.

76Nous avons trouvé sur le net la mention d’un certain Ekrem Talat Avşaroğlu qui a été gouverneur (vali) d’Erzincan (1950) et qui fut candidat du CHP aux élections législatives de 1961 (non élu) alors qu’il était gouverneur de Denizli. Comme notre Avşaroğlu est diplômé de l’École supérieure d’administration comme Ekrem Talat Avşaroğlu, il pourrait s’agir de la même personne.

14. UTUDJIAN Martin

77Né à Istanbul en 1911, décédé en 1996
Inscrit à l’IUUP en 1936, puis en 1941 (admis en juin 1942).
Inscrit en 1942 (admis en juin 1943)
Il est admis, mais n’a pas de mémoire
Nationalité française (depuis 1924 dans le département)

78Frère de Yervant Édouard Utudjian, Martin Utudjian arrive en France plus jeune ; il a déjà la nationalité française lorsqu’il s’inscrit à l’IUUP. Il est ingénieur diplômé de l’ESTP en 1934 (les archives le confirment). Il travaille dans la même agence que son frère.

15. AYVAZ Vahan Mikael

79Né à Istanbul en 1915
Inscrit à l’IUUP en janvier 1944 (« éliminé » en juin 1944)
A des notes

80Cet étudiant qui habite à Marseille est inscrit comme « étudiant province ». On lui a sans doute aménagé une scolarité adaptée, mais pas suffisante pour qu’il termine ses deux années. Mais peut-être a-t-il pu se prévaloir de cette formation. Il se déclare également élève des Beaux-Arts à Paris. En effet, il est admis en 2e classe en 1938, en 1e en 1941 et est diplômé en 1948 (avec comme projet Un relais de Yachtmen). Il est membre de la Grande Masse en 1938 (Archives nationales des Beaux-Arts AJ 52/1293, dossier d’élève). On le retrouve à Marseille en 1967 comme architecte DPLG. Sans doute y a-t-il fait sa carrière.

16. ÜSTAR Mehmet

81Né à Istanbul Rumeli Feneri en 1915
Inscrit en janvier 1944
Aucune note

82Lors de son inscription à l’IUUP, Mehmet Üstar se déclare élève des Beaux-Arts. En effet, élève de l’« École régionale de Marseille », admis en seconde classe en 1942 et en 1e en 1946, il est autorisé de venir à Paris fin 1946 (Archives nationales AJ/52/1311, dossier d’élève). Ce qui laisse supposer qu’il est inscrit à l’IUUP (1944) par correspondance.

17. BENSAN Hikmet

83Né à Antioche en 1919
Inscrit en novembre 1946
Aucune note
Étudiant province

84Cet étudiant, vice-consul à Marseille, est inscrit comme « étudiant province ».

85Diplômé de l’École supérieure d’administration (Mülkiye) en 1940, il fut ambassadeur à Varsovie (1965-1970), à Addis-Abeba de 1970 à 1972 et à Canberra (1972-1978).

18. HANCI Abdurrahman

86Né à Istanbul en 1923
Inscrit en janvier 1947
Aucune note

87Il est incontestable qu’Abdurrahman Hancı est de la liste le nom le plus connu pour nos interlocuteurs, même s’ils sont étonnés de le voir à l’IUUP, car sa renommée repose sur son œuvre architecturale. « Il n’a jamais professé d’intérêt pour l’urbanisme ! » nous dit un interlocuteur ; « La chambre des architectes » l’a classé parmi les dix meilleurs architectes turcs. Il figure aussi en bonne place dans le livre d’Uğur Tanyeli sur les Acteurs de l’architecture en Turquie ; cet auteur d’ailleurs est formel : « Hancı est le plus connu de la liste ».

88Mais, de fait, on ne connaît pas les raisons de son passage à l’IUUP. Il n’y est inscrit qu’une année et n’a aucune note. Peut-être y a-t-il suivi des cours en auditeur libre, poussé par une curiosité de jeunesse. Il était en effet à ce moment-là à Paris étudiant aux Beaux-Arts. Peut-être aussi a-t-il eu l’occasion de rencontrer Henri Prost aux cours d’urbanisme, donnés durant les années de la guerre à l’Académie des beaux-arts d’Istanbul où il a été effectivement étudiant. Peut-être simplement considérait-il que l’urbanisme est l’extension de la culture architecturale et qu’il fallait s’y initier.

89Toujours est-il que le parcours d’études d’Abdurrahman Hancı est un bel exemple des filières de formation franco-turque qui démarre souvent par le lycée Galatasaray. Cependant avant de partir en France, il fait des études d’architecture aux Beaux-Arts d’Istanbul dont il est diplômé le 28 juin 1946. Il va à ce moment-là demander à intégrer directement la première classe de l’École des beaux-arts de Paris ; ce qui lui sera autorisé. Nous avons retrouvé des documents aux archives de l’École qui relatent cette épisode (AJ 52 – Table générale des dossiers du personnel et des élèves 470 – dossiers individuels 1317-1318). Il figure dans la liste des étudiants étrangers admis stagiaires (1e et 2e classes) du 19 février 1947 avec les équivalences exactes accordées et l’exonération des langues étrangères. Deux lettres nous informent sur la procédure suivie pour cette admission : une lettre du Directeur de l’Académie des beaux-arts d’Istanbul, datant du 20 janvier 1947 qui « certifie que Abdurrahman Hancı est diplômé le 28/6/1946 de la Section de Haute Architecture de l’Académie des beaux-arts » d’Istanbul. Est jointe au dossier une lettre personnelle du 7 février 1947 d’une très belle écriture :

Je, soussigné Abderrhaman Hancı, diplômé de la section d’architecture de l’Académie des beaux-arts en vue d’approfondir mes études et d’obtenir le diplôme de votre école, demande mon admission à la première classe en tenant compte de mon diplôme ci-joint où j’ai acquis toutes les connaissances pour devenir architecte.

90Abdurrahman Hancı est en effet admis en seconde classe en février 1947 et entre à l’atelier de Roger-Henri Expert en mars 1947.

91Il est incontestable que c’est à l’architecture qu’il a consacré sa vie professionnelle. L’urbanisme est visiblement le parent pauvre, sinon définitivement absent. Il monte une agence à Paris et y travaille de 1955 à 1965. Parmi ses œuvres à Istanbul, il faut signaler le club à l’Île des Princes, Büyük Ada, conçu avec Turgut Cansever et où l’on voit l’influence du Corbusier.

19. ÖRS İbrahim Ferid

92Né à Istanbul en 1907
Inscrit en octobre 1947
Aucune note

93C’est un nom qui retient l’attention de certains interlocuteurs, car ce serait celui d’une grande famille bourgeoise, avec en son sein un homme politique des années 60. Il est intéressant de noter que cet homme d’une quarantaine d’années lorsqu’il passe à l’Institut est ingénieur (il y en a peu), sans préciser de quelle école il est diplômé. Toutefois, il semble qu’il n’y ait pas passé d’examen.

20. DEMİREN Şemsa

94Née à Istanbul en 1918, décédée en 2000 à Paris
Inscrite à l’IUUP en 1947
N’a aucune note

Une rebelle. Une ambassadrice franco-turque en architecture et urbanisme

  • 186 Güzin Kaya est enseignant-chercheur au Département de planification urbaine et régionale de l’Unive (...)

Question de méthode 
Ce sont deux femmes elles aussi, Güzin Kaya et Cânâ Bilsel186, toutes deux architectes-urbanistes, formées en partie en France qui nous ont apporté des témoignages précieux sur leur « collègue », assez remarquable pour l’avoir fréquentée professionnellement et en avoir été leur amie. Nous aurions aimé faire des portraits en miroir de ces trois femmes, toutes formées en urbanisme en France. Le temps nous a manqué
Şemsa Demiren figure aussi dans le livre d’Uğur Tanyeli.
Enfin, une source importante est le fonds Prost à l’IFA où Şemsa Demiren elle-même a déposé les archives dont elle disposait sur Henri Prost.

  • 187 The beginning of women architects carriers in Turkey, 1934-1960, mémoire de diplôme d’architecture (...)

95Şemsa Demiren est la première femme de notre liste ! Il n’y en a, à vrai dire, que cinq : Şemsa Demiren inscrite en 1947, Ülker Akalın (Arıkoğlu) en 1948, Sevim Ulusoy (Yücel) en 1951, Selma Emler en 1957 et Sevgi Tanyeri en 1964 (archi İTÜ). Trois sont architectes, diplômées de l’Académie des beaux-arts d’Istanbul. Elles le sont quasiment au même moment : 1943 pour Şemsa Demiren, 1944 pour Ülker Akalın, 1944 pour Selma Emler. Elles ne sont pas pour autant les premières diplômées en Turquie. D’après Yekta Özgüven187, c’est en 1930 que les femmes ont acquis le droit de faire des études en architecture et les premières diplômées sortent donc en 1935. La quatrième, Sevgi Tanyeri, plus jeune, est diplômée plus tardivement et à l’İTÜ. Sevim Ulusoy n’est qu’inscrite qu’à la Faculté des lettres.

  • 188 Henri-Jean Calsat (1905-1991) est diplômé de l’ESTP, des Beaux-Arts et de l’IUUP. Il enseignera à l (...)

96Şemsa Demiren est une des personnalités de la liste que beaucoup de nos interlocuteurs en Turquie reconnaissent alors qu’elle a exercé principalement en France. Sans doute son mariage avec Henri-Jean Calsat, architecte-urbaniste à la réputation quasi internationale188, y est pour quelque chose. Mais son goût de l’indépendance et ses propres compétences lui ont valu une vie professionnelle active et autonome et surtout, son attachement à son pays l’a poussée à servir, comme elle le disait elle-même, d’ambassadrice entre les deux pays. Elle retournait assez fréquemment en effet à Istanbul où elle avait un appartement, où elle a travaillé les premières années (avec Henri Prost entre autres), y a construit, fait de l’urbanisme. Elle y était d’ailleurs inscrite à la « Chambre » des architectes.

  • 189 Cânâ Bilsel, architecte-urbaniste, francophone, a elle aussi fait des études en France. Elle a fait (...)
  • 190 Şemsa Demiren, 1949, “Le Corbusier ile Mülâkat” [Entretien avec Le Corbusier], Arkitekt, 1949. URL  (...)

97De plus, Şemsa Demiren a aussi le sens de la trace et de l’écriture. Plusieurs de ses écrits de différents types nous ont facilité la tâche. Elle avait confié à Cânâ Bilsel189, « son héritière spirituelle » comme elle l’appelait, un manuscrit où elle reconstitue l’histoire de sa vie et que cette dernière nous a traduit en partie. Un autre manuscrit « Prost à Istanbul » existe aux archives Prost de l’IFA. Elle a de plus publié dans la revue Arkitekt qui est en Turquie une des grandes revues d’architecture et d’urbanisme190, entre autres, un petit entretien avec le Corbusier à Paris.

98Enfin, les témoignages que nous avons recueillis parlent d’une « petite femme très sympathique », d’« une culture raffinée », douée d’une forte personnalité et d’une détermination dans ses convictions et ses engagements personnels. Tout cela ne pouvait que nous inciter à nous y arrêter.

Un destin de francophone ? La rencontre avec Henri Prost

99Şemsa Demiren est d’une « très bonne famille bourgeoise » dont le père, ingénieur, a fait ses études à Paris à l’École centrale – Henri Prost le mentionne dans une lettre de recommandation qu’il fera pour elle. On peut supposer que le français est une des langues parlées à la maison. Elle même fait ses études secondaires au lycée privé Notre-Dame de Sion, francophone (comme beaucoup de jeunes filles de bonne famille de l’époque), lycée qui existe toujours en plein centre d’Istanbul. Elle s’inscrit ensuite à l’Académie des beaux-arts d’Istanbul en 1938 et termine ses études en 1943. Elle y rencontre Henri Prost qui donne à ce moment-là des cours d’urbanisme. Il écrira plus tard qu’elle était une « excellente étudiante ».

  • 191 Le rôle de Paul Bonatz, architecte urbaniste allemand, fut important pour le développement de l’urb (...)

100Munie de son diplôme, elle n’a qu’une hâte : partir en France pour suivre ses études, y obtenir un diplôme. Son père s’y opposant absolument en temps de guerre, elle devra patienter. Elle commence alors à travailler pour Henri Prost pendant quelques temps, puis à Ankara avec Paul Bonatz191, architecte-urbaniste allemand, conseiller à la Direction de la construction et de l’instruction publique, avec qui « elle ne s’entend pas ». Elle suit également divers chantiers d’architecture.

101Pendant ce temps, elle prépare en secret son départ ; Henri Prost l’encourage, ainsi que son professeur de philosophie ; elle est en contact avec le conseiller à la culture au consulat, qui lui trouve une bourse du ministère des Affaires étrangères. « Elle savait ce qu’elle voulait ; elle avait de l’ambition », commente notre traductrice (du journal manuscrit de Şemsa Demiren).

Ses études à Paris : Beaux-Arts et IUUP

102Şemsa Demiren a 29 ans lorsqu’elle part finalement à Paris où elle arrive en août 1947. Elle y reste jusque fin 1948-début 1949. Sa première impression de la ville de fin de guerre est celle d’une ville d’une grande tristesse. Cela ne l’empêche pas de poursuivre son objectif : elle s’inscrit aux Beaux-Arts dans l’atelier d’Auguste Perret, sans doute sous recommandation d’Henri Prost – il n’est pas clair si cette scolarité lui donne un quelconque diplôme ; là aussi, nous manquons d’informations – ; elle va d’ailleurs s’étonner de la séparation entre les filles et les garçons qui de plus leur faisaient des canulars désagréables et de mauvais goût, comme par exemple, « leur balancer des seaux d’eau sur la tête » ! Elle était choquée plus globalement de la différence entre la France et la Turquie sur la place des femmes dans la société, la Turquie kémaliste étant « en pleine libération de la femme ».

  • 192 Archives Henri Prost, IFA.

103À l’IUUP, elle s’inscrit en 1947 pour suivre des cours d’urbanisme, sur les conseils d’Henri Prost qui n’y enseigne d’ailleurs plus. Il lui fait une longue lettre de recommandation (octobre 1947) pour Pierre Lavedan, directeur de l’Institut, où il retrace le parcours de cette jeune femme192. Il est intéressant de noter à ce propos qu’il plaide pour un régime spécial pour des étudiants étrangers qui ont déjà une certaine expérience et qui pourraient de ce fait être inscrits directement en deuxième année. Ce qu’il plaide pour Şemsa Demiren, bien sûr. Sur sa fiche d’inscription, il n’y a aucune note, ce qui a étonné nos interlocuteurs qui étaient convaincus du contraire. On peut supposer qu’elle a dû effectivement suivre des cours en auditrice libre, sans que cela ait abouti à une évaluation. Il semble qu’elle ait voulu avoir « un certificat », le mot qu’elle utilise dans son « journal ».

104Parallèlement, elle travaille. « Elle voulait montrer son indépendance à sa famille qui était réticente, surtout son père et son frère ». Elle va être embauchée chez un certain Colin, architecte dont elle a trouvé une annonce dans une revue d’architecture (« il aimait la Turquie et Atatürk »).

Avec mon diplôme et avec l’aide de Prost, j’ai pu atteindre mes objectifs… Même si ce n’était pas toujours facile de vivre après la guerre à Paris, je vivais de mon travail et faisais des études ; à cette époque-là, il y avait beaucoup de travail ; j’ai eu de très bons amis.

  • 193 Ş. Demiren, 1949, ibid.

105Tout cela dénote une grande curiosité et un esprit d’ouverture. Elle rencontre d’ailleurs, début 1948, Le Corbusier pour une interview sur la Turquie, dans son atelier ATBAT rue de Sèvres qu’elle décrit avec précision et qui semble la surprendre. Elle rapporte certains des propos dans la revue Arkitekt, lors de son retour à Istanbul193 :

Si je n’avais fait la plus grande gaffe et erreur tactique de ma vie, je serais en train de travailler au plan d’urbanisme de cette belle Istanbul, à la place de mon grand adversaire Prost. Dans une lettre adressée à Atatürk, je conseillais au plus grand révolutionnaire qu’ait connu la Turquie de garder la ville dans l’état poussiéreux laissé par les siècles. J’ai compris seulement après à quel point je m’étais trompé.

106Où se situe-t-elle à ce moment-là entre ces deux hommes, elle qui deviendra « l’héritière spirituelle de Prost ? ».

Retour à Istanbul : « une collaboratrice assidue (et fidèle) d’Henri Prost »

107Şemsa Demiren rentre à Istanbul et travaille pendant deux ans à l’İmar Bürosü avec Henri Prost. Elle a donc comme collègue Aron Angel. Elle est chargée d’un des plans de secteur. Ce qui ne l’empêche pas de faire de l’architecture comme en témoigne une lettre. Elle reste curieuse du milieu, elle publie son interview du Corbusier en 1949.

108Mais le contrat d’Henri Prost est résilié. De plus, il semble que Şemsa Demiren ait postulé pour un poste à l’İTÜ qui lui avait été refusé. Enfin, elle « n’a pas réussi à avoir une vie correcte à Istanbul » (des fiançailles rompues), ce sont ses termes. Elle décide donc de repartir à Paris avec le soutien d’Henri Prost qui lui fait des lettres de recommandation.

109Elle ne part pas, semble-t-il, avant la fin de l’année 1952. En effet, la correspondance entre elle et Henri Prost à Paris, disponible aux archives de l’IFA, date de 1952, en provenance d’Istanbul. Ces lettres témoignent de véritables rapports d’amitié, de part et d’autre, un peu dans la même veine que celles d’avec Aron Angel. Elles sont en effet dans le même registre de respect du Maître, peut être avec un peu plus de jeu qu’Henri Prost lui-même introduit, en lui donnant différents qualificatifs, dont « la princesse des Îles » – elle était chargée du plan des Îles des Princes ! On sent qu’il y a une réelle affection et du respect entre les deux familles.

110Comme Aron Angel, Şemsa Demiren sert de relais à Henri Prost ; celui-ci sait qu’il peut compter sur eux pour tenter de suivre ce que devient la grande aventure du plan directeur. Ainsi elle lui donne des nouvelles de l’İmar Bürosü, avec quelque ironie :

Un groupe de spécialistes a entrepris de diriger l’İmar Bürosü : Cevat Erbel, Kemal Ahmet Arû, Mukbil Gökdoğan, Emin Onat (tous proches de Paul Bonatz) ! Il faut croire que la Technique Université a déménagé à la Belediye (municipalité) et les affaires ne vont pas mieux qu’avant…

  • 194 À consulter aux archives Prost de l’IFA.

111Elle s’occupe également des photos dont il a besoin comme le fait Aron Angel ; deux personnes ne sont pas de trop pour une demande très précise et une réponse soignée, pour elle, une mosquée et son complexe. Elle y répond avec dévouement et grâce. Elle rédigera une notice d’une vingtaine de pages sur Le plan d’urbanisme d’Henri Prost à Istanbul194 qui est également l’esquisse d’une histoire de la ville dont se servira l’urbaniste à différentes occasions.

  • 195 Voir pour la concurrence entre architecte et urbanistes français et allemands la première partie.

112Şemsa Demiren est précieuse aussi comme point d’appui pour poursuivre et développer les échanges franco-turcs ; d’ailleurs cet intérêt fonctionne dans les deux sens. Elle-même lui demande d’aider à orienter à Paris un jeune homme qu’elle ne connaît pas bien, mais qui est d’« excellente famille » ; elle égratigne, à cette occasion, à nouveau Paul Bonatz au passage : « J’ai pu comprendre qu’il était un grand admirateur de Paul Bonatz. J’espère qu’il changera d’avis à Paris ! ». Clan français contre clan allemand195 !

113Ils échangent des informations sur diverses manifestations, comme, par exemple, le projet de tenir le Congrès de l’Union internationale des architectes à Istanbul. En 1959, la réunion du Comité d’urbanisme de cette association y a bien lieu. Şemsa Demiren sera également, une fois de retour à Paris, membre du conseil de l’association Les amis d’Henri Prost dirigée par Jean Royer. Ce ne sont que de petits exemples parmi bien d’autres sans doute, disparus sans laisser de traces. Ces quelques lettres étant là pour nous laisser imaginer le reste.

De retour en France et son « rôle d’ambassadrice » franco-turque

114Güzin Kaya, qui l’a connue, nous rapporte que Şemsa Demiren lui avait confié qu’il y avait eu deux éléments importants dans sa trajectoire professionnelle : avoir été l’assistante d’Henri Prost et ne pas avoir été acceptée pour le poste d’assistante pour lequel elle avait postulé à l’İTÜ. Une façon de résumer son ancrage en France.

115Elle retourne donc à Paris et travaille grâce à Henri Prost avec Henri-Jean Calsat qu’elle épousera beaucoup plus tard. Elle travaillera également chez Marcel Lods, architecte d’avant-garde, puis à l’agence Beauclaire où elle participe à la réalisation en 1976 de l’ambassade de Turquie à Paris, avenue de Lamballe. Elle travaille sur la conception de nombreuses ZUP – zones d’urbanisation prioritaires – (Vauban, Meaux, Vallée de Montmorency, Fontenay-sous-Bois) et sans doute d’autres choses. Elle travaille à la fois comme architecte et urbaniste jusqu’à sa retraite : « Je suis une femme indépendante, ma famille est riche, mais je suis architecte et gagne ma vie » – elle s’est même acheté un petit appartement. Elle est très active dans le milieu, suit les colloques, les conférences.

116Elle se donne aussi un « rôle d’ambassadrice » comme elle le dit elle-même. Elle retourne régulièrement en Turquie où elle accompagne Henri-Jean Calsat qui y a fait dans les années 70 un certain nombre de conférences sur ce qui à l’époque s’appelait « la méthode Calsat ». Il lui est arrivé d’être sollicité pour des projets comme pour celui de la réhabilitation de Tarlabaşı en 1988 par de jeunes architectes – elle demande d’ailleurs à Güzin Kaya de s’associer au projet. Selon certaines lettres d’Henri Prost à Aron Angel, il lui est arrivé aussi de s’occuper de personnalités turques en voyage, par exemple, le ministre de la construction à qui elle fait visiter Paris. Après la mort d’Henri Prost, elle s’occupe avec Jean Royer d’honorer son œuvre. C’est dans cet esprit qu’elle dépose à l’IFA certains documents qu’elle possède.

117Son passage à l’IUUP semble certes furtif, mais s’inscrit bien dans la relation qu’elle entretient avec Henri Prost et son réseau dont l’Institut est un des piliers, comme le sont la revue d’Urbanisme, la Société française des urbanistes…. Celui de son époux lui ouvrira d’autres perspectives.

21. CARIM Tarık

118Né à Moscou en 1923
Inscrit à l’IUUP en novembre 1947 (admis en juin 1948)
Inscrit en novembre 1948 (admis en juin 1949)
Mémoire déposé en mai 1955, soutenu en juin 1955
Thèse :
Le vide urbain et l’art urbain sous la direction de Robert Auzelle, 1955, mention Bien

Un architecte-urbaniste, voyageur et esthète

Question de méthode
Il faut noter, comme pour Şemsa Demiren, l’importance d’un informateur privilégié qui devient un intermédiaire entre la personne qui n’est plus et celle qui essaie de la faire revivre, à travers une narration sensible qui donne de la chair à un être absent en même temps que des informations sur l’héritage intellectuel et le devenir de l’urbanisme et de son enseignement. C’est le cas de Sümer Gürel, architecte-urbaniste qui, après avoir enseigné à l’Université Mimar Sinan, donne des cours à l’Université privée Bahçeşehir. Il a été un collègue et un très grand ami du couple Carım. Nous avons pu le rencontrer, seul et en compagnie d’une ancienne élève et assistante de Tarık Carım, grâce à Güzin Kaya. Il aurait été intéressant dans ces cas-là de faire des doubles portraits qui auraient dépassé notre ambition. L’autre question que pose cette biographie, comme d’autres d’ailleurs, est celle des fortes personnalités et des réactions contradictoires qu’elles peuvent susciter. Comment en rendre compte ? Comment faire la part des choses ?

119Tarık Carım est un personnage qui prend de l’épaisseur au fur et à mesure de l’enquête, avec, dès le premier témoignage, l’intuition que nous sommes en présence d’une personnalité forte, sans doute piquée dans notre curiosité par la découverte d’une peinture dont il est l’auteur, chez notre interlocuteur turc, Ahmet Çubuk : « C’est un sacré Monsieur ! », nous dira un de ses amis.

Tableau de Tarık Carım, collection famille Çubuk

M. Jolé

  • 196 Nous reprendrons très souvent ses propres termes pour décrire cette personnalité.

120Sümer Güler, un très fidèle ami de la famille, a été pour nous un informateur privilégié, car il nous a parlé autant de la personnalité de Tarık Carım que de sa vie professionnelle196. Il l’a surtout connu et fréquenté les vingt dernières années de sa vie à Istanbul lors de son retour d’Asie, alors qu’ils enseignaient tous les deux au département de planification urbaine et régionale de l’Université Mimar Sinan. Tarık Carım vivait à ce moment-là avec sa femme française, dans un très bel appartement – style levantin de l’époque ottomane – qu’avait acheté son père, à Nişantaşı (comme Aron Angel), quartier chic de la bourgeoisie turque et des « minorités ». Il y avait converti une grande terrasse en un atelier où il continuait à peindre et y invitait ses amis à venir déjeuner, à converser.

Tous les quinze jours, on allait chez eux, le samedi, pour une demi-journée. On était là à dix heures, nous mangions de bonnes choses, buvions, bavardions, bavardions, buvions… Et cela a duré presque dix ans…

121Il avait également acheté une magnifique vieille bâtisse à Bodrum qu’il avait fait restaurer. Notre interlocuteur se souvient à ce moment-là de ce qu’en disait Tarık Carım :

J’ai fait trois choses intelligentes dans ma vie, épouser Denise, travailler pour les Nations Unies et acheter cette maison…

122Et mon interlocuteur termine : « Je n’ai pas rencontré beaucoup de gens comme lui ».

123Tarık Carım est fils de diplomate, insistent tous nos interlocuteurs. Il naît d’ailleurs à Moscou en 1923, l’année de l’instauration de la République turque. Son père, proche d’Atatürk pendant la fondation de la Turquie moderne, est consul. Sa mère, très belle, est russe, autre insistance de notre interlocuteur. Elle est élève ballerine, comédienne au théâtre du Bolchoï, lorsque Fuat Carım, le père, la rencontre et veut l’épouser. « Son maître », grand metteur en scène de l’époque, lui demande d’en prendre grand soin, car elle est son élève la plus prometteuse et la considère un peu comme sa fille. Les propos autour de cette femme, qui est morte jeune de tuberculose, à Grenoble, ressemblent à une légende que le fils, sans doute avec beaucoup d’amour, a beaucoup entretenue. « C’était un ange pour lui », « il l’adorait ».

124Certains disent de lui qu’il avait certainement « les traits artistiques de sa mère », il fréquentait en effet les milieux artistiques et s’adonnait lui-même à la peinture. Ses choix d’études d’une certaine manière confirment ce goût pour l’esthétique (architecture, urbanisme dont le mémoire porte sur les formes urbaines…).

125Pour poursuivre sur les hypothétiques héritages familiaux, d’autres disent qu’il avait le tempérament bouillonnant et parfois difficile de son père, d’origine caucasienne, « un volcan », « il avait des yeux… », « ce n’était pas toujours facile de travailler avec lui », « c’est la caractéristique des génies, d’un tempérament excessif… ».

126Mais sans aucun doute, ce contexte familial lui a aussi transmis un goût de l’ailleurs, que ce soit dans sa vie privée – il épouse une française – ou sa vie professionnelle, études en France et activités d’urbaniste expert en Asie, avec un attachement incontestable et inébranlable à la Turquie. Enfant de diplomate, il est comme prédestiné à bouger, même si la Turquie reste un lieu de pause, voire de refuge à certains moments de sa vie.

Une jeunesse en France, à Grenoble et à Paris

  • 197 Dans cette liste figurent également deux étudiants inscrits à l’IUUP, Yervant, Édouard Utudjian et (...)

127Tarık Carım arrive donc en France, à Grenoble, en famille. Nous ne savons pas d’où, mais on nous dit qu’il était adolescent. Il y aurait donc fait ses études secondaires. Lorsqu’il s’inscrit en 1947 à l’IUUP, il se déclare élève à l’École des beaux-arts, à Paris, section architecture. Il a 24 ans. De fait, il commence ses études à « l’École régionale d’architecture de Grenoble » en octobre 1943 où il sera admis en 1e classe en novembre 1946. De là, il demande son transfert à Paris où il est admis dans l’atelier de Maurice Boutterin en octobre 1948. Il est diplômé en mars 1952, avec mention Bien, sur le thème Un pavillon turc à la cité universitaire avec le Professeur Niermans (voir les Archives nationales AJ 52/1311, dossier individuel et la Liste des diplômés en architecture de l’École des beaux-arts entre juin 1941 et juin 1945, manuscrite et disponible à la bibliothèque de cette École197).

128Il poursuit parallèlement ses études d’urbanisme à l’IUUP. Il termine ses deux ans de scolarité en 1949 et soutient son mémoire qui lui permet d’être diplômé en juin 1955. Son mémoire qu’il fait sous la direction de Robert Auzelle porte sur Le vide urbain et l’art urbain, avec la mention Bien.

129Ce mémoire s’apparente à un essai théorique sur le critère pour lui essentiel d’un projet de ville, à savoir le contenu émotionnel. D’où les questions : Quelle est la jouissance esthétique de cet espace artificiel, qui est donné en plus des architectures ? Quelles sont les dimensions sensibles du vide en tant qu’élément de composition ?

130Le mémoire est composé de deux tomes, l’un est un texte de 122 pages et l’autre de photos et de schémas qui illustrent ses hypothèses sur la perception, à partir de deux exemples, la place Stanislas à Nancy et la cathédrale de Strasbourg, mis en parallèle avec l’espace dans la peinture. La bibliographie succincte porte essentiellement sur l’histoire de l’urbanisme, des théories de l’architecture ou de l’art modernes. Certaines références dans le texte ne sont pas inventoriées dans la bibliographie.

Table des matières

Introduction

I) Le vide dans l’art urbain

La vision des artistes, peintres, littérateurs

L’importance du vide au point de vue sociologique

La perception du vide

II) Le vide caractérise la composition urbaine

Le vide en lui-même

Le jeu des vides et des pleins

Le vide et le détail architectural

III) Le vide comme élément de composition

Les contingences

Les moyens d’expression

Recherche de critères durables

  • 198 Robert Auzelle, 1964, 323 citations sur l’urbanisme, Paris, Vincent-Fréal et Cie, Tarık Carım, N° 8 (...)

131C’est ainsi qu’il participe à l’ouvrage à caractère pédagogique, dirigé par Robert Auzelle, 323 citations sur l’urbanisme, sur le thème du vide dans la ville198.

132On le voit, Tarık Carım tente de concilier ses goûts pour l’art (peinture, sculpture) et l’architecture et l’urbanisme. Le choix de son directeur et du thème en est un exemple. En effet, Robert Auzelle, architecte, diplômé de l’IUUP, dispense à partir de 1945 le cours de Composition urbaine (ainsi qu’à l’École des beaux-arts à partir de 1961) avec la volonté d’allier savoirs et savoir-faire architecturaux et urbanistiques. En contraste, d’autres étudiants turcs de la même période, choisiront plutôt des sujets, relativement nouveaux, de planification urbaine ou régionale qu’ils mèneront de préférence avec des géographes.

133L’intérêt de Tarık Carım sur l’esthétique et la forme urbaine se manifeste également dans le choix des professionnels avec qui il travaille – sans doute comme stagiaire – de préférence des architectes ou designers dits « modernes » comme Le Corbusier, Oscar Niemeyer et Jean Prouvé particulièrement. Et pour la petite histoire, sa vie en France, selon certains témoignages, aurait été intense, à Grenoble et Paris où il semble mener « une vie de bohème » au Quartier latin, fréquentant des artistes, entre autres peintres, sculpteurs, parmi eux, Abidin Dino, Mübin Orhan…

Le retour temporaire à Istanbul, une vie d’architecte, d’urbaniste et de peintre : une restitution impressionniste

134On ne connaît pas la date exacte de son retour à Istanbul. Nous avons relativement peu de données sur cette période de sa vie. Sans doute la commence-t-il par son service militaire où il rencontre Aydın Germen, un urbaniste et enseignant, qui jouera un rôle important dans la planification régionale en Turquie, fin des années 50 – début des années 60 et au METU. C’est ce dernier qui nous donne cette information : ils étaient tous les deux sous-lieutenants.

135Il semble qu’il ait peu bâti, un seul bâtiment sur le Bosphore, un peu trop « platonicien », c’est-à-dire avec « trop de géométrie », toujours selon notre interlocuteur.

136Ce qui est sûr et daté, c’est qu’il occupe un poste à la mairie d’Istanbul au début des années 60 dans l’équipe de planification régionale de Marmara Est que dirige Tuğrul Akçura, un autre architecte-urbaniste, diplômé de l’IUUP, un peu plus jeune que lui et qu’il a dû rencontrer à Paris (nous y reviendrons). Des rivalités pour le poste de responsable se seraient déclarées entre eux, le dernier arrivé voulant remplacer celui en poste. Tarık Carım aurait été soutenu dans cette démarche d’éviction par un démographe, membre de l’équipe. Des différences dans la démarche devaient sans doute également les séparer, une démarche morphologique contre une démarche pluridisciplinaire de développement. Finalement, pour débloquer cette situation, Tarık Carım accepte un poste d’expert aux Nations Unies qui lui est offert et quitte Istanbul. Parallèlement à sa vie d’urbaniste, il fréquente toujours le milieu d’artistes. Il semble continuer à peindre. Il fonde le groupe Espace turc.

21 ans d’expertise aux Nations Unies

137Tarık Carım part donc à Séoul en 1966 comme fonctionnaire international à l’ONU. Il dirige le plan régulateur de cette ville. Il y reste 17 ans. Il poursuit sa carrière d’expert international à Nairobi où il suit certains projets. Un drame personnel, la mort accidentelle d’une de ses filles, le fait rentrer à Istanbul plus vite que prévu.

Retour à Istanbul : enseignement en urbanisme

138À son retour en Turquie, il est invité à enseigner par Ahmet Çubuk, directeur du Département d’urbanisme, créé en 1984 à l’Université Mimar Sinan. Il est intégré dans le programme d’« urban design ». Il y a travaillé jusqu’à sa mort en 1995.

22. ALTUNA Sadun

139Né à Istanbul en 1925
Inscrit à l’IUUP en février 1948
Aucune note

140Diplômes de fin d’études de lycée et maturité d’État
Simple inscription
Journaliste, il a écrit plusieurs livres en Turquie sur la peinture.

23. AZAR Vilyam

141Né à Antioche en 1927
Inscrit à l’IUUP en 1948 (éliminé en juin 1949 : il lui manque des notes)
Inscrit à l’IUUP en novembre 1949 (aucune note)

142Cet étudiant se déclare également élève aux Beaux-Arts. Nous n’avons pas trouvé de traces.

24. AKALIN Ülker, née ARIKOĞLU

  • 199 Avis de décès publié dans le journal Milliyet du 27 janvier 1979.

143Née à Adana en 1918, décédée en 1979199
Inscrite à l’IUUP en octobre 1948 (aucune note) et novembre 1949 (aucune note)

Élèves de première année de l’Académie des beaux-arts, section architecture. De l’avant à l’arrière-plan : Cahide Tamer, Şemsa Demiren, Nezahat Sugüder Arıkoğlu, Melahat Arsava, Ülker Arıkoğlu, 1938

Archive Cahide Tamer, en ligne sur Mimarlık müzesi

144Ülker Arıkoğlu-Akalın, architecte diplômée de l’Académie des beaux-arts d’Istanbul en 1944 est la deuxième femme de notre liste IUP qui en comprend cinq dont Şemsa Demiren et Selma Emler, toutes trois diplômées quasiment la même année (1943 et 1944). Comme le laisse entendre la légende de la photo ci-dessus, figure également dans cette promotion de l’Académie une autre femme du même nom, Nezahat Sugüder Arıkoğlu, née elle en 1919, assez renommée en Turquie et qui est la mère de Kaya Arıkoğlu, architecte qui pratique à Adana.

25. ALTUĞ Vefik

145Né à Erzurum, en 1918
Inscrit à l’IUUP en novembre 1948
Aucune note

146C’est un des rares étudiants qui ne soit ni architecte,ni ingénieur. Vefik Altuğ est diplômé de science politique de Turquie. Il semble qu’il ait été sous-préfet de 1947-1948 à Karaman (Anatolie intérieure) et de 1950-1952 à Pasinler (région d’Erzurum).

26. ÖZKÖK Lütfi

147Né à Istanbul en 1923, fils d’émigrés de Roumanie
Inscrit en octobre 1949 (juin 1950, éliminé – il lui manque des notes)
Inscrit en novembre 1950. Aucune note
A remis un certificat le 1 décembre 1950

Question de méthode 
Lütfi Özkök n’est pas très connu en Turquie, même s’il doit sa carrière de photographe à un éditeur turc. Il s’en est fallu de peu que nous le rations ; c’est un de nos derniers interviewés qui nous l’a signalé. Nous avons eu du mal à en trouver des traces dans les librairies à Istanbul, à l’exception de l’une d’entre elles. C’est sur Internet que nous avons découvert l’ampleur de son œuvre.

Un passage éphémère à l’urbanisme, une fulgurante vie de photographe et de poète

Je suis né à Istanbul
J’ai découvert l’amour à Paris
Je me suis découvert à Stockolm

148Lütfi Özkök fait partie des surprises que l’on peut rencontrer lors de ce genre de recherche. Ce sont des à-côtés de ce que l’on cherche véritablement, mais qui lui donnent d’autres épaisseurs, celles des aléas, des détours qu’empruntent les vies de chacun. Ces à-côtés font entrevoir également des mondes parallèles à l’architecture, voire à l’urbanisme, à savoir ceux de l’art, peinture, poésie, photographie, sculpture. Lütfi Özkök en est une des figures.

149Lütfi Özkök est un éminent photographe, internationalement connu. Il est aussi poète, ce qui lui a donné accès à de nombreux écrivains dont il a fait des portraits célèbres ; nous citerons les plus connus : André Breton, Samuel Becket, Marguerite Duras, Paul Auster…On lui attribue 1400 photographies. Il a bourlingué depuis la Suède où il a élu définitivement domicile après avoir épousé une suédoise et sans doute aussi pour des raisons politiques, du moins lorsqu’il a quitté la Turquie (c’est une hypothèse). En Suède, il fait partie d’« un cercle d’artistes turcs », créé par un très célèbre sculpteur İlhan Koman, « communiste », obligé de s’exiler.

150Lütfi Özkök, après le lycée Galatasaray, fait des études à l’Université d’Istanbul et un séjour à Vienne ; il s’inscrit en 1949 à « la Sorbonne » (il arrive souvent qu’une inscription à l’IUUP apparaisse sous cette appellation). Il n’en sera pas diplômé, même si, contrairement à d’autres, il se réinscrit deux années de suite et qu’à la première, il ait des notes. Il est impossible de savoir si son inscription était surtout utilitaire (bourse, famille…) ou s’il avait un réel intérêt pour cette discipline ! Aucune autre étude parallèle n’apparaît. Il se déclare dans sa fiche « bachelier ». Sa relation à l’urbanisme semble pour le moins éphémère.

151On peut supposer qu’il a fréquenté à Paris comme l’ont fait Tarık Carım et d’autres « le milieu d’artistes turcs ». Peut-être y rencontra-t-il Michel Bitran, lui-même inscrit à l’IUUP un an plus tard, qui a de fait consacré sa vie à la peinture (voir sa fiche). Toujours est-il qu’ils se retrouvent à Cuba lors d’une rencontre d’artistes de nombreux pays en 1966 et que Lütfi Özkök fait une photo de Michel Bitran où l’on peut reconnaître son grand talent.

Photo du peintre Michel Bitran, prise par le photographe Lütfi Özkök à Cuba en 1966

27. BEŞE Cevdet

  • 200 D’après le rapport d’activité de la chambre des architectes d’Ankara dont il était membre. http://w (...)

152Né à Kastamonu en 1923, décédé en 2014 ou 2015200
Inscrit à l’IUUP en octobre 1950
Inscrit en octobre 1951 (redoublement)
Aucune note

  • 201 La chambre des architectes d’Ankara organise depuis 2003 une célébration annuelle des 30, 40, 50 et (...)
  • 202 Cumhuriyet, 25 avril 1966, p. 4.

153Cevdet Beşe est architecte diplômé de l’Académie des beaux-arts d’Istanbul en 1946. Il est membre de la chambre de commerce d’Ankara201. Son nom apparaît dans des jurys de concours aux côtés de Vedat Dalokay et de Tugrul Akçura dans les années 60202.

28. GÖNENÇ Ahmet Aysar

154Né à Izmir en 1924
Inscrit à l’IUUP en novembre 1950
Aucune note

155Après avoir fait le lycée Galatasaray, Ahmet Gönenç fait des études d’ingénieur civil à l’Université technique d’Istanbul.

29. BİTRAN Avram Michel

156Né à Istanbul en 1931
Inscrit en novembre 1950 (juin 1951, éliminé par manque de notes)
Inscrit en novembre 1951 et en novembre 1952
Aucune note

Un autre passant, une vie vouée à la peinture

  • 203 Voir sa biographie dans G. Petek, T. M. Erdeniz, Musée du Montparnasse, 2010, Catalogue de l’exposi (...)

157Michel Bitran est une autre surprise de cette recherche. Comme Lütfi Özkök qu’il connaît par ailleurs – voir la photo – il ne fait que passer à l’IUUP comme d’ailleurs à l’ESA où il est inscrit les mêmes années. Mais pour lui – nous l’avons eu au téléphone et l’avons croisé dans une exposition – il est clair que l’architecture comme l’urbanisme ne sont que des pis-allers. « Il faisait ça pour ses parents et n’avait aucun intérêt pour ces études ». Après avoir fait ses études au lycée Saint-Michel à Istanbul, il arrive à Paris où il vit toujours, marié à une française. Il consacre sa vie à la peinture. Sa première exposition qui se tient à la galerie Arnaud, « lieu de l’avant-garde de Saint-Germain » et où il expose ses œuvres géométriques, a lieu en 1951, l’année même de son passage à l’IUUP. Reconnu, il expose depuis dans de nombreux pays. En 2010, il fait partie de l’exposition Une école de Paris dans la peinture turque203.

30. KESKİN Ahmet

158Né à Istanbul, en 1925. Décédé en 2009
Inscrit en novembre 1950
Aucune note

Un architecte urbaniste, diplômé et enseignant de l’Université Technique d’Istanbul de passage à l’IUUP

Question de méthode
Avec Ahmet Keskin se pose plus clairement la question des liens entre les différents étudiants et les effets de promotion, d’entraînement. On l’a trouvée précédemment, mais de façon moins évidente. Cela nous ramène à l’organisation des matériaux : faut-il présenter une succession de portraits où chacun se suffit ? Faut-il en autonomiser la lecture en y apportant déjà des éléments d’analyse ? C’est la dernière solution que nous avons tenté d’adopter ici. D’où d’ailleurs des répétitions inévitables avec la partie synthétique.

  • 204 Voir le développement « l’effet İTÜ » dans le chapitre 2.

159Ahmet Keskin est le premier ingénieur architecte, diplômé de l’İTÜ, qui apparaît dans le fichier de l’IUUP en 1950. Il semble ouvrir un chemin. Trois autres diplômés de la même année, 1949, vont en effet le suivre à l’IUUP, Aydemir Balkan en 1951, Mehmet Akyol et Vedat Dalokay en 1952. Ils ont fait le lycée Galatasaray, à l’exception de Vedat Dalokay qui fait ses études primaires et secondaires à Elazığ là où il est né dans l’est de l’Anatolie. Nous avons là, conjugués, un effet de promotion et un effet de filière francophone204. Deux d’entre eux sont boursiers (Mehmet Akyol l’indique dans sa fiche, Aydemir Balkan dans notre questionnaire). Peut-être les autres le sont-ils également sans que nous en ayons des traces.

160Il faut également savoir qu’en 1946, l’İTÜ ouvre une faculté d’architecture ; ainsi, ces jeunes gens seraient également les premiers diplômés en architecture de cette Université. Celle-ci a été mise sur pied par un professeur d’architecture turc, Emin Onat, avec le soutien d’enseignants allemands dont Gustav Oelsner et Paul Bonatz qui enseigne l’urbanisme de 1941 à 1947.

161Cela dit, Ahmet Keskin vient tout de même en France (francophonie oblige !) et s’inscrit à l’IUUP. Y a-t-il suivi des cours ? Il n’a aucune note. De plus contrairement à d’autres, il ne s’inscrit qu’une seule fois. Suit-il un autre cursus ? Va-t-il dans d’autres pays d’Europe pour en faire « le tour » comme d’autres de ses camarades le feront ?

162Toujours est-il que de retour à Istanbul, il va faire, à partir de 1962, une carrière d’enseignant à la Faculté d’architecture de l’Université (dont il a été diplômé), dans « le cursus de l’urbanisme. C’est une personnalité reconnue – surnommé « Ahmet le doux » – par nos interlocuteurs dont certains ont été ses étudiants. Il fait partie d’« une très bonne équipe d’enseignants, sept professeurs dont Kemal Ahmet Arû, Kuban (grand historien de l’architecture et des formes urbaines)… et plusieurs assistants », lui-même travaillant de préférence sur les transports. Il sera pour une période donnée le doyen de la Faculté d’architecture.

  • 205 La seule personne, encore en vie, Aydemir Balkan, a répondu par écrit à nos questions dont nous ren (...)

163Il est donc le premier de ce que nous pouvons appeler la « bande des quatre de l’İTÜ »205.

31. TOKSÜZ Cemil Nihat

164Né à Burdur en 1919
Inscrit en novembre 1950
Aucune note

165Cemil Nihat Toksüz a fait l’École supérieure des études économiques et commerciales en Turquie.

32. ALGAM Suphi

166Né à Ankara en 1918
Inscrit à l’IUUP en octobre 1951
Aucune note

33. DEMİRÖZ Muhittin

167Né à Mersin en 1925
Inscrit à l’IUUP en octobre 1951
Aucune note

168Muhittin Demiröz est également étudiant à la faculté de droit.

34. BERKER Fethi

169Né à Gebze en 1918
Inscrit en octobre 1951
Aucune note

  • 206 Fethi Berker, « İsveç Hastanesi », Arkitekt 1953 (255-256-257-258), p. 45-52, URL : http://dergi.mo (...)

170Fethi Berker est francophone, il a fait le lycée Galatasaray dont il est diplômé en 1939. 
Il est architecte diplômé de l’Académie des beaux-arts d’Istanbul en 1945.
Il a exercé en Turquie. Plusieurs de ses contributions sont publiées dans la revue Arkitekt206.

35. ULUSOY Ümit

171Né à Istanbul en 1925
Inscrit à l’IUUP en novembre 1951
Aucune note

172Ümit Ulusoy est inscrit comme étudiant de la Faculté des lettres de Paris. Il semble qu’il ait été patron d’une entreprise de transport.

36. ULUSOY née YÜCEL Sevim

173Née en 1929 à Istanbul
Inscrite à l’IUUP en novembre 1951
Aucune note

174Comme son époux, Sevim Yücel est étudiante à la Faculté des lettres de Paris. Elle fait partie des cinq étudiantes identifiées dans la liste.

37. GÖZLÜ Fahrettin

175Né à Konya en 1929
Inscrit à l’IUUP en novembre 1951
Aucune note

176Fahrettin Gözlü a une licence de la Faculté des sciences politiques. Le lieu n’est pas précisé.

38. BALKAN Aydemir

177Né à Istanbul en 1926
Inscrit à l’IUUP en janvier 1951 et en octobre 1952. Admis en juin 1953
Inscrit en 2
e année en novembre 1953, novembre 1954 et novembre 1955
Il est « admis » en juin 1956.

« Un compagnon de la bande des quatre de l’İTÜ », une vie à l’étranger

Question de méthode
C’est bien grâce à Internet et à une certaine obstination que nous avons réussi à joindre Aydemir Balkan. En effet, sous son nom était signalé un article « Turquie : la fin de l’Hypocrisie » dans la revue Constructif n° 5, juin 2003. Revue que nous avons contactée par téléphone et où nous avons retrouvé la journaliste concernée, qui a réussi, après quelque insistance, à remettre la main sur les coordonnées personnelles d’Aydemir Balkan. Finalement, après la déception de ne pouvoir faire un entretien en face à face, nous avons travaillé par correspondance à l’aide d’un questionnaire qui s’est avéré fort utile.

178Aydemir Balkan fait partie de « la première bande des quatre » de l’İTÜ ». C’est lui qui, répondant par écrit à nos questions, a donné de la vie aux effets supposés d’une similitude de formation : un même diplôme (architecte İTÜ) et une même langue d’étude secondaires (lycée francophone) que nous avions repérés. Après Aron Angel, c’est le second témoin direct d’une époque et d’un milieu professionnel qu’il connaît relativement bien. Il est d’autant plus intéressant pour nous qu’il ne fait pas que passer à l’IUUP, puisque finalement seul lui manque le mémoire pour être diplômé.

  • 207 Nous avons déjà rencontré ce monsieur à propos de Şemsa Demiren.

179Aydemir Balkan est élève du lycée Galatasaray entre 1936 et 1944. Il poursuit des études d’ingénieur-architecte à l’İTÜ de 1944 à 1950. Il y fait deux années d’urbanisme avec le professeur de nationalité allemande, « très compétent », Gustav Oelsner. Il obtient une bourse française grâce à un de ses anciens professeurs, C. Bergeaud, conseiller à la culture au consulat à Istanbul207. Il s’inscrit donc à l’IUUP. Les seuls noms d’enseignants qu’il cite sont Baudoin et Auzelle,

toux deux très qualifiés et qui m’ont impressionné, surtout Auzelle, par leur intelligence et leur capacité analytique concernant les problèmes d’une grande ville. Je ne peux pas dire que j’ai été influencé positivement par mes études à l’IUUP, car j’avais constaté que l’urbanisme était une notion inconnue en France et même parmi les intellectuels ; j’avais, il est vrai, déjà étudié l’urbanisme à l’İTÜ.

180Parallèlement à ses études à l’IUUP, il va travailler dans une agence d’architecture à Paris, celle de M. Imbert, 16, rue d’Auteuil, pendant quatre ans. Deux de ses camarades de l’İTÜ qui vont s’inscrire à l’IUUP l’année suivante, Vedat Dalokay, un ami et Mehmet Akyol, y travaillent également. Il ne semble pas qu’il ait fréquenté Ahmet Keskin à l’IUUP à Paris ; il parle de lui comme « son excellent camarade de Galatasaray et de l’İTÜ ». En dehors de ses amis, turcs, « il y avait des Espagnols et Mexicains très sympathiques » des noms desquels il ne se souvient pas.

181Après ses années à l’IUUP, il est nommé à l’ambassade de Turquie à Paris comme conseiller d’information (il écrit dans les journaux turcs de 1950 à 1960, Cumhuriyet, Akis et Milliyet, des articles sur la politique internationale). Ce qui explique qu’il n’ait pu faire son mémoire. Il y travaille jusqu’en 1965. Il intègre l’Unesco au département de sciences, y devient chef de l’Asie et l’Extrême-Orient jusqu’en 1987, puis il est à nouveau chargé de mission à la culture à l’ambassade de Turquie jusqu’en 1992. Il a publié plusieurs ouvrages.

39. ZENGİNOĞLU Saim

182Né à Seveli en 1926
Inscrit à l’IUUP en novembre 1952
Aucune note

183Saim Zenginoğlu est inscrit dans sa fiche de l’IUUP comme élève de l’ESTP de Paris. Il figure en effet dans les archives de cette école comme ayant fait deux classes préparatoires.

40. AKYOL Mehmet

184Né en 1925 à Istanbul
Inscrit à l’IUUP en octobre 1952 et en novembre 1953.
Aucune note

185Mehmet Akyol est « notre » troisième architecte-diplômé de l’İTÜ en 1949. Il est boursier du gouvernement français. Sa scolarité à l’IUUP ne semble pas positive, même s’il s’inscrit deux années de suite en 1e année. Il rejoint l’agence d’architecture où travaillent Aydemir Balkan et Vedat Dalokay.
Il exercerait encore aujourd’hui à Istanbul en tant qu’architecte.

41. DALOKAY Vedat

186Né à Elazığ en 1927, décédé en 1991
Inscrit à l’IUUP en octobre 1952
Il est admis en 1
e année en juin 1953
Il ne s’inscrit pas en seconde année

Architecte, urbaniste et homme politique

Question de méthode
Pour des personnes aussi connues, il est préférable pour en savoir plus de se rapporter au livre d’Uğur Tanyeli sur les acteurs de l’architecture, que nous avons déjà mentionné.

187Des quatre étudiants francophones, diplômés en architecture de l’İTÜ en 1949, Vedat Dalokay est incontestablement le plus connu en Turquie. « C’est un homme très important ».

  • 208 La plupart du temps les étudiants turcs qui sont passés par l’IUUP mentionnent la Sorbonne. Ce qui (...)

188Vedat Dalokay est déjà formé à l’architecture et sans doute à l’urbanisme – comme en témoigne Aydemir Balkan – lorsqu’il s’inscrit en 1952 à l’IUUP où il fera une scolarité complète d’une année. On ne sait pourquoi il ne la poursuit pas alors même qu’il se réinscrit pour une seconde année. Il est intéressant de noter que dans une note biographique sur Internet, il est mentionné qu’il a fait des études post-diplôme à l’Institut d’urbanisme à la Sorbonne208. Parallèlement, il travaille avec ses deux camarades, Aydemir Balkan et Mehmet Akyol, dans une agence d’architecture, Imbert, pendant quatre ans.

189Nous avons peu de données biographiques, à l’exception de deux évènements connus de tous et d’Internet. Il a été maire d’Ankara, social-démocrate, de 1973 à 1977. D’autre part, de métier architecte, il a gagné de nombreux projets réalisés en Turquie, mais dans d’autres pays qui l’ont fait connaître internationalement, comme la Banque islamique du développement à Riyad (1982) et surtout la prestigieuse mosquée Faisal à Islamabad, de facture moderne (1969). En fait, il avait gagné le concours pour la Mosquée Kocatepe à Ankara, mais suite à des controverses sur le style, inadapté à une mosquée selon ses détracteurs, son projet ne fut pas retenu.

190Il meurt en 1991 dans un accident de voiture.

42. DAĞPINAR Harun Reşit

191Né à Istanbul en 1924
Inscrit en octobre 1952, octobre 1953, novembre 1954
Aucune note

192Harun Reşit Dağpınar est inscrit comme étudiant régulier à l’École des beaux-arts à Paris. En effet, il est admis comme élève stagiaire en début d’année 1952, atelier, puis en seconde année (Archives nationales AJ 52/1313).

43. HANBERK Avedis, Görgïen

193Né à Istanbul en 1920
Inscrit à l’IUUP en novembre 1952
Aucune note

194Avedis Hanberk est architecte diplômé de l’« EPUL ». Il s’agit sans doute de l’École polytechnique de Lausanne, EPFL. À noter que ce serait le premier architecte formé en Suisse que nous rencontrons. Il exerça comme architecte à Kreuslingen en Suisse

44. SOMTÜRK Güner

195Né à Ankara en 1930
Inscrit à l’IUUP en novembre 1952
Inscrit une seconde fois novembre 1955. Admis en juin 1957
Inscrit en 2
e année novembre 1957. Admis en juin 1958

196Güner Somtürk, comme d’autres, a mené parallèlement des études d’architecture à l’ESA. Il s’y inscrit en 1951 et est diplômé en 1956. C’est à ce moment-là qu’il semble vraiment se consacrer à l’IUUP où il fait une scolarité entière, mais sans mémoire. Selon un de nos interlocuteurs, il exerce encore à Istanbul.

45. AKÇURA Tuğrul

197Né à Istanbul en 1924, décédé à Paris en 1984
Inscrit en novembre 1953. Admis en mai 1954
Inscrit en novembre 1954. Admis en mai 1955
Mémoire soutenu en décembre 1959
Thèse :
Les fonctions urbaines d’Ankara sous la direction de Georges Chabot, en 1959, mention Très bien.

Une relation inversée : du disciple au maître, de l’IUUP à l’IUUP. Un urbaniste cosmopolite

Question de méthode
Comment parler d’un ami qui meurt dans des conditions tragiques ?
Comment ne pas être dans l’hagiographie ? Comment dépasser une certaine pudeur ?
Comment témoigner ? Mêler les écritures ? En fait, pour être plus juste, j’aurais dû passer à un autre registre d’écriture, même inadapté à ce type de travail. Ce que je n’ai pas su faire.
Une autre question méthodologique : j’ai fait parler des amis de Tuğrul Akçura, l’un, son assistant à l’université, donc son « apprenti », puis devenu son égal, « collègue », puis un autre, un monsieur d’un certain âge qui l’a connu à son retour de France, tout frais moulu ; ils avaient fait tous les deux Galatsaray et surtout ils faisaient partie du « triumvirat des révolutionnaires de l’urbanisme », c’est ce dernier d’ailleurs qui m’en a parlé dans ses termes. Là aussi, j’ai eu l’idée de faire des portraits emboîtés, mais encore une fois, cela supposait d’aller au-delà de l’ambition originelle de ce travail.
Publications :
T. Akçura, 1959, Les fonctions urbaines d’Ankara, Thèse IUUP.
T. Akçura, 1960, « Ankara et ses fonctions urbaines », in Vie urbaine 1, p. 35-64 et 2, p. 89-128.
T. Akçura. et A. Gülgönen, 1969, « Formation des architectes et planificateurs dans le contexte turc » in Architecture d’aujourd’hui 143, p. 81-84.
T. Akçura, 1968, « Architecture et urbanisme en Turquie », in Architecture d’aujourd’hui 140, p. 89-91.
T. Akçura, 1982, İmar kurumu konusunda gözlemeler [Observations sur l’organisation de la planification urbaine], Orta Doğu Teknik Üniversitesi, Ankara.

198Tuğrul Akçura est incontestablement une des figures les plus emblématiques des urbanistes turcs qui ont fait leurs études à l’IUUP. Et cela pour des raisons de nature différente. Il fait en effet partie des huit étudiants qui ont été diplômés avec un mémoire. Mais surtout, alors qu’il est ingénieur architecte de formation initiale, c’est bien le métier d’urbaniste qu’il va exercer et déployer pleinement comme praticien, consultant international et enseignant-chercheur, passeur cosmopolite. Il est reconnu et très respecté en Turquie en tant que tel. D’une certaine manière, on peut dire qu’il est une des grands figures de l’urbanisme turc – autant que l’urbanisme, œuvre collective, permet ces reconnaissances singulières –, et de sa transmission.

199Une autre raison et peut être la plus juste par rapport à notre recherche est le retour de Tuğrul Akçura à l’Institut d’urbanisme, 25 ans après ses études, comme enseignant, pendant deux ans – il y développe les problématiques propres à certains villes dites à ce moment-là « arabo-islamiques ». Joli retournement des positions de maître à disciple. C’est malheureusement au cours d’une mission de recherche entamée avec des collègues de l’IUUP qu’il mourra brutalement et c’est là qu’il faut sans doute ancrer le désir initial et ultime de toute cette recherche de parler d’une rencontre avec une personnalité marquante et singulière et avec son pays tout aussi surprenant.

  • 209 Voir F. Georgeon, 1980, Aux origines du nationalisme turc : Yusuf Akçura (1876-1935), Paris, ADPF. (...)

200Il est difficile de taire la « prestigieuse » ascendance de Tuğrul Akçura dont il se revendiquait avec modestie, mais fermeté. On le sait et on l’a déjà vu dans certains cas, la majorité des étudiants turcs de l’IUUP viennent de famille aisée, cultivée, maniant différentes langues. Mais il est important de rappeler que nous sommes en présence à cette époque, les années cinquante, d’une génération dont les parents ont vécu l’avènement de la République turque, voire y ont contribué ou occupent des positions importantes pour sa construction. C’est le cas du père de Tuğrul Akçura, Yusuf Akçura, historien (pas un seul de nos interlocuteurs ne manque de le mentionner), intellectuel distingué, connu pour ses contributions sociologiques et politiques à la formulation des thèses du nationalisme turc au début du 20e siècle. Il est considéré comme un des « pères fondateurs » d’une des versions, la « pantouraniste », utopie panturque que défendaient des membres de la bourgeoisie russe, exilée à Istanbul. En effet, sa famille émigre à Istanbul lorsqu’il a sept ans dans les années 1880. Pour lui-même, exil forcé, fuite à Paris, retour en Russie où il écrit un ouvrage Les trois politiques qui est son apport essentiel au nationalisme turc, puis de retour à Istanbul où il obtient une chaire d’histoire à l’Université d’Istanbul – comme l’indique son fils dans sa demande d’inscription à l’École d’architecture de Stuttgart ; il meurt jeune, lui aussi, en 1935209.

201Étrange coïncidence de destin, où le cœur vous trahit, à peu près au même âge, 58-59 ans et hors de chez soi, le père dans un train entre Ankara et Istanbul et le fils dans un hôtel à Paris.

À gauche : Dossier d’inscription en 1952 à l’École supérieure de Stuttgart, à droite : Notice nécrologique de 1984

crédits

Une formation à l’européenne

  • 210 Nous avons eu accès au dossier de l’étudiant Tuğrul Akçura de la Teknische Hochschule de Stuttgart (...)

202Tuğrul Akçura, comme de nombreux enfants de la bourgeoisie stambouliote de cette époque, fait ses études primaires et secondaires dans des écoles prestigieuses et francophones : à Istanbul – Göztepe, école francophone, tenue par des frères, puis le lycée Galatasaray dont il est diplômé en 1946. Il ne choisit pas pour autant la France pour y faire ses études d’architecture, mais l’École polytechnique de Lausanne, très reconnue dans le milieu (cela dit, rappelons que la Suisse a eu une certaine importance dans l’organisation et l’enseignement des nouvelles universités républicaines, y compris en urbanisme). Il y fait dix semestres d’octobre 1946 à l’été 1952. Il va compliquer ou enrichir son parcours en s’inscrivant à l’École supérieure technique de Stuttgart (Teknische Hochschule Stuttgart), grande école dont certains enseignants et étudiants ont eu une véritable influence sur l’urbanisme en Turquie (il suffit de penser à Paul Bonatz et à ses disciples) ; cela suppose qu’il ait, en plus du français, un bon niveau en allemand. Il demande à y faire un semestre pour étudier et faire son mémoire de diplôme. Il sera donc diplômé de cette école en mars 1953. Durant ces mêmes années, il voyage sans doute pour des stages à Stockholm où il travaille avec l’architecte Ahlberg, dix semaines en 1950 et à Paris six semaines, en 1951, avec l’architecte Hervé210. Il est certain qu’il y a chez Tuğrul Akçura un goût et une curiosité pour d’autres cultures, pour d’autres façons de penser, facilités par son adaptabilité (fluidité) langagière (il connaît le français, l’allemand et l’anglais).

Copie du diplôme obtenu en 1953 à la Teknische Hochschule de Stuttgart

Ses études à l’IUUP : une nouvelle orientation

203Il semble que, dès la fin de ses études en Allemagne, Tuğrul Akçura parte à Paris où il restera jusqu’aux années 1959-1960. Il s’inscrit donc à l’IUUP la même année où il a une scolarité régulière puisque, inscrit en 1953, il termine ses deux années d’études en 1955. Il soutient son mémoire en décembre 1959 qui lui permettra d’être diplômé avec une mention Très bien.

  • 211 Georges Chabot, 1948, Les villes, aperçu de géographie humaine (collection Armand Colin), Paris, 19 (...)

204Le mémoire de Tuğrul Akçura est tout à fait exemplaire d’une nouvelle orientation dans les préoccupations et les enseignements de l’IUUP par l’arrivée de géographes : son directeur de thèse, Georges Chabot211, l’est d’ailleurs, comme le seront les directeurs des autres mémoires qui vont suivre, celui d’Oğuz Orbey et celui de Mehmet Çubuk.

205Son mémoire qui porte sur Les fonctions urbaines d’Ankara est un véritable travail de recherche dans le sens où il s’attache à analyser en profondeur le rôle de cette ville, promue capitale, au détriment d’Istanbul, sans, contrairement à la majorité des autres mémoires, y intégrer un projet d’aménagement ou de gestion – sans pour autant que l’auteur sous-estime l’actualité d’un tel travail sur l’urbanisation accélérée de cette ville et les problèmes qu’elle allait engendrer. Le texte de 104 pages est dense, illustré de nombreux schémas de l’auteur, des photos. La bibliographie de 5 pages est thématique : générale (géographie, démographie), Turquie + Méditerranée + monde oriental, Ankara. Les publications citées sont aussi bien de langue française que turque, allemande et anglaise. L’ensemble aujourd’hui paraît d’une facture classique de géographie urbaine, mais à ce moment-là, ce type de démarche était innovant et d’autre part, si elle apparaît dans ces formulations « fonctionnaliste », elle est parfaitement assumée par l’auteur, en la dynamisant par une approche historique simultanée.

Table des matières

Bibliographie

Introduction

  1. Les données physiques :

    1. aperçu géographique sur l’Anatolie

    2. la géographie d’Ankara

  2. Les données humaines :

    1. aperçu historique sur l’Anatolie

    2. histoire d’Ankara

  3. Les fonctions urbaines

    1. Les fonctions précédant la République : militaire, commerciale et artisanale, administrative et autres fonctions

    2. Le choix de la capitale

    3. Les fonctions à l’époque républicaine

  1. fonction politique et administrative

  2. fonction de gestion économique

  3. fonction culturelle

  4. fonction commerciale

  5. fonction industrielle et artisanale

  6. les autres fonctions

IV) Les conséquences

  • 212 T. Akçura, 1960, « Ankara et ses fonctions urbaines », Vie urbaine 1, p. 35-64.

206Son mémoire retient l’attention des enseignants puisqu’il fera l’objet d’une publication dans la revue de l’IUUP Vie urbaine212 dont la doctrine est de choisir les travaux d’étudiants qui expriment de nouvelles préoccupations et problématiques urbaines et des apports disciplinaires nouveaux.

207Nous avons peu d’informations sur la vie parisienne de Tuğrul Akçura. Nous pensons qu’il est déjà marié, à une française, qu’il fréquente le milieu d’artistes comme l’a fait Tarık Carım, – il était un très bon ami d’Abidin Dino, peintre appartenant au « groupe des dix », de Mübin Orhan et de Selim Turan. Il a dû sans doute rencontrer Turgut Cansever qui avait lui aussi fait le lycée Galatasaray (1941) et que la plupart de nos interlocuteurs associent au nom de Tuğrul Akçura et à l’IUUP.

  • 213 U. Tanyeli, op. cit.

208Effectivement, Turgut Cansever reste une de nos énigmes, car il n’apparaît pas dans notre fichier alors que, selon différents témoins, il aurait vécu à Paris au début des années cinquante et aurait fait l’Institut. En tout état de cause, de retour en Turquie, ils vont se retrouver sur le projet de planification régionale d’Istanbul. Ils vont aussi monter ensemble un projet de village touristique à Bodrum. Mais alors que Tuğrul Akçura va poursuivre sa carrière en urbanisme, Turgut Cansever est surtout connu comme architecte et théoricien d’une « architecture turque »213 ; il a été l’assistant de Sedat Hakkı Elder à l’Académie des beaux-arts d’Istanbul, le plus important architecte et théoricien de l’architecture d’après République. Il a fait une thèse de doctorat, sous la direction du professeur Ernst Oiezi, sur l’histoire des arts. Il obtient trois fois le prix Aga Khan en 1984, 1992 et 1996.

Un retour à Istanbul. Une double opportunité pour un jeune architecte-urbaniste : la planification et l’enseignement

  • 214 Il semble que Tuğrul Akçura ait commencé par travailler sur Ataköy, un quartier satellite d’Istanbu (...)
  • 215 İ. Tekeli, 1994, The development of the Istanbul Metropolitan Area: Urban Administration and Planni (...)

209Le retour à Istanbul pour Tuğrul Akçura se fait sans doute au cours de l’année 1960, date importante pour la Turquie qui connaît son premier coup d’État et qui s’engage dans la voie de la planification après une gestion urbaine plutôt libérale pendant les dix années du gouvernement Menderes. En 1961, la direction du projet régional de Marmara Est qui concernait l’aire métropolitaine d’Istanbul et ses alentours, est confié, sur proposition de T. Cansever et Aydın Germen, à Tuğrul Akçura214. Turgut Cansever, lui, est le directeur de la Direction du développement, créée à la Ville. Les deux, l’un sous la juridiction du gouvernement central, l’autre sous celle de la ville, sont chargés des plans régionaux et municipaux, « en usant de méthodes scientifiques en collaboration proche »215 (voir la première partie).

  • 216 T. Akçura, 1968, « Architecture et urbanisme en Turquie », Architecture d’aujourd’hui 140, p. 89-91 (...)

210Ce travail a duré deux ans. De fait, le plan directeur ne sera jamais approuvé. Tuğrul Akçura sera nommé de façon autoritaire dans l’Est pour s’occuper du schéma de la région de Çukurova où il reste cependant peu de temps. En 1964, les autorités prenant conscience de la gravité de la situation urbaine chargèrent une Commission spéciale d’étudier les problèmes créés par l’urbanisation dont la présidence est confiée à Tuğrul Akçura qui en donne les grandes conclusions dans un article216. Cette même année, il rejoint le Département d’urbanisme et d’aménagement régional du METU comme « assistant professeur ».

211Pour autant, son activité d’enseignant ne le coupera pas du monde professionnel. Il participera aux projets d’aménagement des villes de Diyarbakır, Elazığ, Mersin, Zonguldak et Bafra… Il est membre de jurys de concours de projets d’urbanisme comme ceux d’Adana, Izmit, Sivas, Gaziantep, Side, Pamucak. Il sera régulièrement consulté par les municipalités, les ministères et les autorités publiques pour les questions urbaines.

Un enseignant pionnier et un passeur dans un contexte de renouvellement des démarches et des politiques

212Tuğrul Akçura est donc un des premiers enseignants du jeune Département d’urbanisme qui vient de se créer. Il y fera toute sa carrière académique, nommé maître de conférences en 1971 et professeur en 1981. Il en fut le directeur en 1969-1970 et fut élu membre du conseil académique de la METU, prestigieuse université anglophone, à vocation internationale, dans un magnifique campus, fondé par l’Unesco. Cela dit, les turbulences politiques de ces années 70 ne l’épargnèrent pas. Homme de conviction, profondément démocrate et humaniste, il est exclu en 1975 avec d’autres universitaires à la suite d’une délibération de la Board of Trustees. Décision qui sera rejetée et annulée par la Cour constitutionnelle en 1978. Il y revient et enseigne jusqu’en janvier 1984. Cela dit, un certain malaise persiste. Il va rester en France pendant deux ans, de 1981 à 1983, pour enseigner à l’Institut d’urbanisme de Paris.

  • 217 J’ai eu l’occasion d’interviewer plusieurs fois Murat Güvenç à qui je dois beaucoup dans ce travail (...)

213Pour entrer un peu plus avant dans sa vie d’enseignant, à défaut de données sur les cours et leurs contenus, il est intéressant de donner la parole à un de ses anciens étudiants et assistants, Murat Güvenç, lui-même aujourd’hui urbaniste géographe, chercheur et enseignant à l’Université Kadir Has d’Istanbul après l’avoir été à METU et à l’Université Şehir d’Istanbul217. Il témoigne en effet de la qualité d’ouverture, de questionnement des enseignements de Tuğrul Akçura qui ouvre des perspectives à des étudiants qu’il considère comme de « jeunes collègues » :

  • 218 C’est une des expressions que nous, jeunes enseignants de l’IUUP, qui le fréquentions, avons retenu (...)

Ma première année en urbanisme à Ankara, en 1973, a été très difficile. C’était tout ce que je n’aimais pas. Je sortais de l’École Saint-Joseph. J’aimais la philosophie, la poésie, mon éducation s’était faite en français, « à la française ». Cela a été un vrai choc de cultures ; on était plutôt dans un système américain. Et puis, la seconde année, il y a surtout Tuğrul Akçura. Il avait un peu le style à la française ! la cigarette à la bouche, des boyards ! et puis il avait fait l’urbanisme en France ; et puis, il m’aimait bien ! Il a été mon interface avec le monde. Il a joué un rôle de tampon d’humanisme avec la réalité. J’ai beaucoup appris de lui. C’était un homme de nuances. Toute son expérience le rendait prudent. Il détestait l’exagération des faits. Il fallait avoir l’œil à la mesure des choses. Ce qui ne l’empêchait pas de développer une vision critique des normes, des codes bureaucratiques. Il s’intéressait beaucoup aux institutions, à l’administration de l’urbanisme… Il aimait le dessin, mais il aimait particulièrement le concept. Il appréciait l’analyse, la science du développement urbain et l’économie urbaine. Il aimait aussi raconter des histoires…
Tuğrul Akçura avait une confiance optimiste dans les jeunes étudiants qu’il traitait de « jeunes collègues »218. Il était très attentif à ne pas les humilier ou les ridiculiser s’ils n’étaient pas bons dans leurs exposés. Par ailleurs, il était exigeant et ne supportait pas que les étudiants viennent se plaindre auprès de lui de collègues. Ces années 70 étaient vraiment tourmentées. Il y avait beaucoup de grèves et de mouvements. Il y a un événement qui m’a beaucoup marqué et je crois la vie de Tuğrul Akçura aussi. Il se trouvait dans un bâtiment avec les étudiants. Ce bâtiment était entouré de policiers avec matraques. Et voilà qu’un jeune étudiant sort, la cigarette à la bouche, l’équerre sur son épaule et avance nonchalamment vers les policiers. Il se fait arrêter. À ce moment-là, Tuğrul Akçura sort à son tour et leur demande de le libérer. Ce qu’ils font. Quelques temps après, les policiers viennent le voir et le menacent… C’est ensuite qu’il quitte la Turquie pour une mission à Fès.

Un urbaniste « voyageur » et curieux : un « missionnaire » cosmopolite de l’urbanisme

214Parallèlement à sa vie académique, Tuğrul Akçura très tôt devient expert de la Banque Mondiale, des Nations Unies, de l’Unesco : Arabie Saoudite, Jordanie, Maroc, Lybie, Somalie, Tanzanie. Certaines missions sont plus longues et plus engagées comme celle pour le schéma directeur de Fès (rapport 1977), celle pour la réhabilitation de la Casbah d’Alger (rapport 1981), celle pour les travaux de reconstruction de la ville de Chlef, après le tremblement de terre, en coopération avec Ahmet Gülgönen et Raci Bademli (1982).

Tuğrul Akçura de retour à l’Institut d’urbanisme de Paris

215C’est Rémy Prud’homme, professeur d’économie à l’Institut, qui invite Tuğrul Akçura à venir y enseigner pendant un an. Il est probable qu’ils se soient rencontrés, lors d’une mission Unesco ou Banque Mondiale, dans une ville du Sud comme experts, l’un et l’autre et coutumiers de ce type d’intervention. Reconnaissance de pairs, sans doute, professeur, expert international, âge respectable.

216C’est pourtant au jeune « laboratoire de recherches sur les villes du Tiers Monde », créé depuis une petite dizaine d’années et dirigé par Henri Coing, qu’il élit « domicile ». Il va d’ailleurs y nouer de véritables liens d’amitié où l’âge et le rang importaient peu. Cette adhésion, entière et sincère, à l’équipe et aux êtres qui la composaient, n’alla pas sans une certaine amertume de sa part vis à vis de ses « égaux » en titre et en compétences. Nous avons mieux compris certains de ses propos, toujours très discrets et sans doute tenus dans des moments d’inquiétude, lors de nos voyages postérieurs en Turquie, où nous découvrions, au travers d’impairs que nous avons dû faire sans toujours nous en rendre compte, non pas la hiérarchie universitaire en elle-même, mais le formalisme dans lequel elle s’exprime en Turquie et dont l’absence peut signifier un manque de respect.

217Tuğrul Akçura s’installe à Créteil, à cinq minutes de l’Université avec sa jeune femme, ses deux enfants, de cinq et sept ans qui seront scolarisés pendant deux ans dans la langue française. En effet, il va enseigner à l’IUP de 1981 à 1983. Il participe aux différentes activités pédagogiques de l’Institut (ateliers, jury de thèse, cours), mais il assure surtout avec des collègues français et arabes un séminaire pour les étudiants en DEA (année préparatoire à la thèse) sur les Villes des pays islamiques. À ce moment-là, l’Institut recevait beaucoup d’étudiants du Maghreb et du Proche-Orient. De plus, certains enseignants étaient plus ou moins spécialisés sur certains de ces pays, particulièrement du Maghreb, se plaçant de préférence dans une perspective analytique du sous-développement, en ne négligeant pas pour autant la dimension culturelle.

218Il est intéressant de relire, de ce point de vue, la note d’évaluation qu’a faite Tuğrul Akçura, la première année, sur le séminaire Villes des pays islamiques. Il y revient sur le titre du cours en préférant cette appellation à celles de « villes arabo-musulmanes » ; cela permettait, selon lui, d’élargir le sujet aux villes des pays islamiques non arabes (l’autre relevant d’une vision un peu colonial !) et d’élargir aussi l’appréhension de la ville, en ne la caractérisant pas uniquement par l’Islam. L’introduction de la Turquie de ce point de vue ouvrait les perspectives. On retrouve aussi, dans un autre document, une grille de lecture, établie là par lui-même, qui devait permettre de comparer les villes de différents pays. Se dégage encore le souci de ne pas s’enfermer dans une pensée essentialiste en ramenant des variables fondamentales comme les structures économiques, politiques, les pratiques sociales pour comprendre la macro-forme et la micro-forme, notions où l’on retrouve bien l’urbaniste praticien.

  • 219 C. Chaline, 1989, Urbanisme et développement, Évaluation des schémas directeurs d’Ankara, du Caire, (...)

219Ses deux années terminées, dans le souci de permettre à Tuğrul Akçura de revenir à l’Institut et en France, un projet de recherche fut monté à partir des compétences et des intérêts de tous les enseignants concernés par cette région. Il portait sur une analyse comparative de schémas directeurs de quatre grandes villes, Ankara, Le Caire, Rabat et Tunis qui donna lieu à une publication219. Ce projet démarra par des missions. Tuğrul Akçura mourut en février 1984, lors de l’une d’elles pour cette recherche à Paris.

46. ORBEY Oğuz

220Né à Istanbul en 1927
Inscrit à l’IUUP en 1949 / n’a pas donné suite.
Inscrit en 1
e année en octobre 1953 (admis en mai 1955)
Inscrit en octobre 1955 et octobre 1956 (admis en juin 1957)
Mémoire soutenu le 26 juin 1967
Essai sur l’aménagement de la région de Marmara Est, Turquie, sous la direction de Philippe Pinchemel en 1967 avec la mention Bien.

221Oğuz Orbey, un des douze diplômés de l’IUUP, n’a pu répondre à notre demande téléphonique pour des raisons de santé, ni d’ailleurs au questionnaire que nous lui avions envoyé. Nous avons très peu de renseignements sur sa vie professionnelle qu’il a apparemment menée en France, puisque nous avons trouvé, dans les archives d’Henri Prost, une lettre d’attestation de « bonne conduite » pourrions-nous dire, pour une demande de naturalisation. A-t-il exercé en urbanisme ? Nous n’avons aucune trace, aucun indice. Le seul élément inexploité est son adresse, une impasse dans le 14e arrondissement de Paris (Montparnasse) où semblent avoir habité des artistes de « l’École de Paris turque » comme Selim Turan. Sans doute a-t-il eu l’occasion de rencontrer les étudiants de sa promotion comme Tuğrul Akçura ou Güner Somtürk ou même Tarık Carım qui était encore à Paris.

  • 220 Un autre mémoire, soutenu une année plus tôt par Mehmet Çubuk, porte également sur la planification (...)

222Il est intéressant de noter que son mémoire, soutenu plus de dix ans après sa scolarité, porte sur un projet d’aménagement de la Marmara Est, trois ans après le projet étatique qu’a dirigé Tuğrul Akçura220. Le mémoire de 166 pages, dont quatre de bibliographie avec photos et des cartes, se présente comme « un essai » dans la mesure où l’auteur veut prendre de la distance par rapport aux projets antérieurs ou en cours et affirmer un parti qui va à l’encontre d’une linéarité spatiale, assumée dans le projet officiel. Ce mémoire est classique dans son organisation en deux temps, celui de l’analyse et celui du projet. L’aire géographique couverte est la même que le projet officiel, à savoir la sous-région de l’est Marmara qui comprend Bursa, Istanbul, Kocaeli, Sakarya.

Table des matières

  1. Bibliographie et documentation

  2. Introduction

  3. Partie analytique

  1. Milieu naturel

  2. Milieu humain

  3. Infrastructure

  4. Activité économique et sociale

  1. Proposition d’aménagement

  1. Aperçu sur l’aménagement du territoire national

  2. Aménagement de la Région

  3. Impératifs juridiques, administratifs et financiers d’une mise en application du plan

223Il reste que cet essai est un peu hors temps institutionnel et politique. Il n’existe aucun développement, ni sur la politique menée, ni sur les options et leurs justifications des plans élaborés les dix dernières années.

224Il soutiendra en 1970 une thèse en géographie, Essai sur l’aménagement de la région de Çukurova.

47. TEZSEZEN Ali

225Né à Istanbul en 1916
Inscrit à l’IUUP en octobre 1953 (éliminé en mai 1954)

226La seule information est qu’Ali Tezsezen est conducteur des travaux publics lorsqu’il s’inscrit à l’IUUP. Peut-être a-t-il bénéficié d’un stage.

48. ADAMOPOULOS Anastas

227Né à Istanbul en 1920
Inscrit en octobre 1953
Aucune note

228Anastas Adamopoulos est architecte, diplômé de l’Académie des beaux-arts d’Istanbul.

49. BAYER İllian [İlhan]

229Né à Nazilli en 1929
Inscrit en octobre 1954 (n’a pas donné suite)

230Bachelier

50. SÖKMEN Polat

231Né à Izmir en 1931
Inscrit à l’IUUP en octobre 1956 / admis en juin 1957 1
e année
Inscrit en octobre 1957, aucune note
Inscrit en octobre 1958, « admis » en juin 1959

Un urbaniste de « plein droit » ou un urbaniste malgré lui ?

Question de méthode
Nous avons eu un entretien à Istanbul en juin 2011. Jusque-là, nous n’avions eu qu’une seule opportunité d’entretiens, ceux d’Aron Angel. Grâce à cet entretien, on entre avec Polat Sökmen comme avec Ahmet Alatur, dans la vérité du choix souvent aléatoire d’un lieu d’études et de la satisfaction ou non de cette destination. La fiche biographique que nous en faisons se rapproche d’un portrait et ne suit pas l’ordre chronologique comme nous l’avons fait jusque-là. Nous restons au plus proche des paroles du locuteur dont la transcription a été revue par ce dernier.
Documents :
Liste de publications / CV
Entretien juin 2011

232Polat Sökmen est ingénieur-architecte de l’İTÜ, diplômé en 1954. Il fait partie de la promotion de l’İTÜ, celle de 1954, dont un certain nombre, en l’occurrence cinq, s’inscrit à l’IUUP, entre 1956 et 1960 : Polat Sökmen, Ahmet Alatur, Turan Güven, Oktay Benice et Sabah Arpacıoğlu. On a eu le même phénomène pour la promotion de 1949 dont quatre diplômés étaient passés à l’IUUP. D’autres suivront régulièrement, mais de façon plus dispersée. Paris devient donc apparemment une destination crédible (légitime) pour se former en urbanisme. Si l’on entend bien Polat Sökmen, les choses ne sont pas aussi simples. Suivons-le dans la façon de nous raconter son parcours.

Il n’y avait pas de formation d’urbanisme proprement dite en effet à ce moment-là en Turquie, mais il y avait déjà des cours d’urbanisme à la faculté d’architecture de l’İTÜ (voir les notices de Keskin, Balkan, Akyol et Dalokay). Il y avait un professeur très imposant qui remplissait bien sa place, il était très connu, Kemal Ahmet Arû. Il aimait l’urbanisme qu’il voulait défendre dans cette université, dominée d’ailleurs par la présence allemande, entre autres de Gustav Oelsner. Il avait une très bonne formation.

Alors pourquoi l’urbanisme en France ? Une réponse possible parmi d’autres

Pour expliquer le choix de l’Institut, je dois élargir le cadre et insister sur l’attraction que pouvait exercer Paris sur un jeune homme. J’étais par mon milieu, ma ville d’origine, Izmir, et mon éducation, attiré par la culture occidentale. Izmir a une histoire cosmopolite, avec des minorités importantes, grecque, arménienne, juive. J’ai fait mes études primaires à Saint-Joseph, école francophone. Sans doute y a-t-il eu une très grande réunion familiale pour savoir quelle langue choisir ! Ma mère était francophone, elle avait été élevée chez les sœurs. Il y avait une réelle sympathie dans la famille pour la culture française.
C’était important pour un jeune homme turc, pour le développement de sa personnalité d’aller à Paris ! J’étais très impressionné par cette ville. Connaître Paris était ma priorité. Il y avait l’embarras du choix pour les films, les conférences... L’Institut était vraiment secondaire !
De plus, même si l’urbanisme me plaisait, même si les disciplines voisines m’intéressaient, à ce moment-là, je voulais être architecte. Mais, pour quitter la Turquie et avoir le droit de sortir des devises, il fallait choisir un enseignement qui ne se faisait pas dans le pays. D’où le choix de l’urbanisme pour les architectes… Comme pour les boursiers (voir la fiche d’Alatur). On pouvait également travailler facilement dans une agence d’architecture.

Et puis le goût du « tour » d’Europe

En fait je suis resté cinq ans en Europe dont trois ans et demi à Paris. J’ai travaillé à Paris dans différentes agences d’architecture. J’ai eu envie d’apprendre l’allemand. J’ai rejoint un cousin à l’Université technique de Berlin. Puis j’ai trouvé un travail à Hambourg… J’ai séjourné également à Bruxelles, Genève…

Et l’IUUP alors ?

233Polat Sökmen a une scolarité entière : il fait ses deux années au bout desquelles il est admis à faire son mémoire qu’il comptait bien réaliser ; il y renonça une fois en Turquie :

J’ai été déçu par les enseignements qui étaient trop théoriques. C’était insuffisant. Bien sûr, il y avait Lavedan, Royer, Sorre. Mais il y aurait dû avoir une rupture. Le seul dont je me sentais proche, c’était Auzelle. J’avais d’ailleurs déposé un mémoire avec lui : Les politiques du logement dans différents pays occidentaux : France, Allemagne, Angleterre, Belgique.

Le retour à Istanbul et l’engagement inattendu en urbanisme : une carrière polyvalente

234Polat Sökmen revient en Turquie avec la ferme idée de faire de l’architecture. Il participe ainsi à plusieurs concours, car il cherche vraiment la réussite en architecture. Par ailleurs, il fait de l’urbanisme ; il travaille sur le projet d’Ataköy comme sur le plan régional de Marmara Est (piloté par Tuğrul Akçura). Il se présente aussi à des concours sur des plans d’urbanisme, celui d’Adana, quatrième grande ville du pays (obtient une mention), de Trabzon et d’Izmit, ville industrielle. Il gagne en 1970 le concours sur Izmit avec une équipe, mais en son nom :

À ce moment-là, j’étais impressionné par le débat sur le modèle, cela me semblait un monde très ouvert. Je m’étais d’ailleurs adressé à un professeur du METU pour sa connaissance des modèles et des références américaines comme des périodiques, car je voulais en utiliser pour répondre au concours.
C’était un contrat pour dix ans. Nous devions préparer les plans d’exécution et en même temps, assurer un rôle de consultant pour la municipalité pour veiller à l’application. Il y avait un maire très jeune (plutôt de gauche) avec qui je m’entendais très bien. Nous nous sommes formés réciproquement. J’ai vraiment appris le métier à ce moment-là.
C’était donc une grande affaire, car, quand on gagne un concours comme celui-là, vous avez automatiquement le permis 1. Cette réussite m’ouvrait donc le champ de l’urbanisme.

235Sa carrière d’urbaniste est lancée. La Türkiye Emlak Kredi Bankası (responsable d’organiser l’affectation des missions de plan de villes) commande à son agence la préparation des plans d’urbanisme de Gebze, Kütahya et Eskişehir (avec un maire très connu, dévoué à sa ville, ancien recteur qui développe une université dans sa ville). Il participe à différents concours d’architecture avec d’autres collègues et gagne différents prix. Il participe à des jurys de concours en architecture et urbanisme. Il participe également à l’expérience de l’IMP (bureau de planification du grand Istanbul), créé en 2004 et initié par le maire de l’époque.

C’était un projet très intéressant (il associait des universitaires) et très politique qui voulait sortir l’urbanisme d’Istanbul de la bureaucratie municipale. C’est vrai que cela donnait des espoirs : on pourrait faire quelque chose malgré tout. On y voyait l’intérêt aussi de faire de la planification régionale avec des recherches à cette échelle. Pour moi, un autre grand but était de faire passer aux politiques l’idée des plans stratégiques, thème que j’enseignais depuis dix ans à l’Université Mimar Sinan. Je me posais tout le temps la même question : mais qu’est-ce qu’attendent les politiques ? Nous avons compris finalement qu’ils voulaient avoir une vitrine avec des noms de professeurs…

Une vie parallèle d’enseignant-chercheur et d’intellectuel

236Polat Sökmen enseigne pendant quinze ans au Département de planification urbaine et régionale de l’Université Mimar Sinan. Il y fait une thèse de doctorat en urbanisme : Les obstacles stratégiques à l’efficacité de la planification dans les pays en voie de développement : le cas de la Turquie sous la direction du directeur de l’époque Mehmet Çubuk, lui-même ancien étudiant de l’IUUP.

237Polat Sökmen participe à de nombreux, congrès, colloques, publie de très nombreux articles. Il prépare actuellement un livre sur La gouvernance et la planification dans cinq métropoles européennes et Istanbul.

51. ALATUR Ahmet Çelik

238Né à Ayvalık en 1930
Inscrit à l’IUUP en novembre 1956, a des notes, mais ne passe pas en seconde année
Inscrit en octobre 1957 (pas de notes)

Une vie d’architecte, un déçu de l’IUUP

Question de méthode
Ahmet Alatur n’est ni diplômé, ni « admis » ; de plus, il a principalement fait de l’architecture, mais il nous a semblé qu’il était important de lui donner notre attention, car nous avons réussi à avoir une interview longue, vivante, rendant compte de la vie quotidienne et qui, de plus, soulève ou confirme des points intéressants pour notre recherche (francophonie, bourse, échec, effet de génération, vie d’étudiant architecte à Paris…). Nous avons de plus obtenu des informations sur des gens de la liste jusque-là peu connus. Comme nous l’avons fait pour Polat Sökmen, nous nous servirons de ses propres mots pour rendre compte de sa biographie. Nous avons simplement réorganisé les informations. L’interview s’est faite en septembre 2011 à Paris ; la transcription a été revue par Ahmet Alatur.

239Ahmet Alatur fait partie de la promotion de l’İTÜ, diplômée en 1954 qui vient à l’IUUP dans les années cinquante (voir fiche de Polat Sökmen dont il est un ami). Il n’y fera qu’une année qui se termine par un échec qui lui laisse un goût amer. Son parcours qu’il raconte reste cependant très intéressant et plein d’enseignements.

Une francophonie et un cosmopolitisme de famille

J’ai pris le français comme première langue étrangère au lycée, car, quand j’étais encore petit, je suivais des cours d’une dame suisse qui venait à la maison. Le français était donc ma seconde langue et je voulais de toute façon partir, sortir de la Turquie ; je savais qu’obtenir un diplôme n’était pas suffisant en soi, qu’il fallait un peu voyager, avoir des contacts avec d’autres cultures, d’autres gens ; surtout dans le métier d’architecte, il faut avoir l’expérience d’autres pays. Je voulais donc sortir de la Turquie et pour le faire, poursuivre des études était le seul moyen à l’époque pour aller à l’étranger.
Ma famille habitait à Ayvalık. Mon grand-père maternel était inspecteur de l’éducation nationale et un des premiers diplômés du lycée Galatasaray. Il voyageait beaucoup pour son métier, en Grèce et d’autres endroits de l’empire et à un moment de sa vie, il s’est installé à Mytilène. Plus tard, après la proclamation de la République, il y eut des échanges de population entre Grecs et Turcs et la famille de ma mère s’est installée à Ayvalık juste en face de Mytilène. Mon père était chirurgien-dentiste, il donnait des cours de biologie à l’école secondaire et s’occupait des activités culturelles de la Maison du peuple. Ma mère qui avait fait ses études à Istanbul était directrice d’une école secondaire et membre du conseil municipal. La génération de mes parents était républicaine et laïque. Je suis né dans un milieu de gens qui ont contribué à l’instauration de la République avec beaucoup d’enthousiasme.

Un goût pour l’architecture, l’urbanisme, un à-côté

J’ai fait mes études secondaires au lycée Atatürk à Izmir, seul établissement qui recevait des internes. Comme j’avais de bonnes notes à la fin du lycée (1949), j’ai eu le droit de choisir la branche dans laquelle je désirais poursuivre mes études à l’Université. J’ai choisi la faculté d’architecture de l’Université polytechnique à Istanbul. J’ai étudié pendant cinq ans. Quand j’ai terminé l’université, j’avais l’intention de partir de suite. J’ai recherché toutes les possibilités et finalement j’ai choisi dans les offres de bourse ce que le gouvernement français proposait, mais j’étais en retard pour faire ma demande. Alors j’ai décidé de faire mon service militaire ; ainsi mon horizon pour la suite de ma carrière serait plus clair.
Mon premier travail après avoir terminé mon service fut à Ankara, en 1956, au ministère des Travaux publics et de la Construction où j’avais fait un stage pendant mes études. La bourse que je voulais solliciter était une bourse culturelle, ouverte à tout le monde. Pourtant les jeunes qui avaient un travail officiel avaient plus de chances d’être choisis. D’ailleurs plusieurs jeunes bureaucrates que j’ai connus à Paris étaient venus dans le cadre de ce genre d’échanges. Un cousin de ma mère qui était professeur de mathématiques au lycée Galatasaray m’a aidé et guidé pour faire ma demande. Un poète francophone désigné par l’attaché culturel de France m’a fait passer un entretien. Les examens et les entretiens s’étant bien passés, j’ai obtenu enfin la bourse du gouvernement français pour une durée de huit mois pour l’Institut d’urbanisme de Paris.

La vie d’un jeune boursier et architecte à Paris

Je suis parti en novembre 1956. À l’époque, on voyageait en bateau, cela durait quatre jours. Quand je suis arrivé à Marseille, je ne connaissais personne. Heureusement j’avais un autre cousin médecin qui était à Grenoble. Il est venu me prendre à Marseille pour me mettre dans le train et je suis arrivé à Paris. C’était le matin, il pleuvait, les bâtiments étaient tout noirs, il n’y avait pas de ravalement à l’époque (il rit), je me demandais ce que j’allais faire ici, c’était si triste cette ville.
Je me suis rendu au comité d’accueil pour les boursiers du gouvernement français, boulevard Raspail, en face de l’Alliance française où je me suis inscrit par la suite pour parfaire mon français. Ils m’ont installé dans un hôtel. Ma bourse était de 30 000 francs par mois, alors que les étudiants turcs qui venaient par leurs propres moyens disposaient de 65 000 francs. Donc c’était très peu. Mais bien sûr, il y avait certains avantages à être boursier de la France ; soins médicaux, frais d’inscription. Cette bourse me suffisait à peine pour payer mon hôtel (10 000 francs par mois), acheter mes tickets de restaurant (1 franc) et il ne me restait donc pas grand-chose. Des fois, je ne pouvais pas prendre un café…
J’ai habité d’abord un hôtel, rue de la Sorbonne, puis successivement à Port-Royal, rue des Écoles, place de la Sorbonne ; finalement j’ai trouvé une chambre de bonne – 109, rue de Rennes – grâce à un copain de l’agence Lagneau à qui j’avais rendu servie en l’aidant sur le rendu de son projet de diplôme à l’époque des Beaux-Arts. Donc toute ma vie parisienne s’est passée dans un triangle qui se situait entre le quartier latin, Montparnasse et Saint-Germain-des-Prés. Un milieu qui me convenait où je me sentais à l’aise. À cette époque, au coin de ma rue avec le boulevard Saint-Germain, il y avait un bistrot, le Royal Saint-Germain où, je mangeais mon steak au comptoir après avoir terminé mon travail ; ensuite, j’allais au Select à Montparnasse où je rencontrais certains étudiants turcs, des peintres, sculpteurs, écrivains de toutes nationalités…

Un an décevant à l’IUUP

La durée de ma bourse était pour une année scolaire, c’est-à-dire huit mois. Or pour avoir un certificat de l’IUUP, il fallait faire deux années scolaires. Nous avions déjà suivi des cours d’urbanisme à l’Université d’Istanbul. Notre professeur d’urbanisme Kemal Ahmet Arû m’avait confié un livre (sa thèse), pour le remettre à Lavedan, directeur de l’Institut. En suivant les cours, j’ai constaté que dans beaucoup de matières, il y avait des références qui étaient dans ce livre. J’étais donc déjà muni de connaissances d’une bonne partie de toutes ces matières.
Parmi les étudiants qui suivaient les cours, il y avait beaucoup de bureaucrates, juristes, sociologues, employés de mairies ou élus. Cela est peut-être une des raisons qui expliqueraient pourquoi l’enseignement portait plutôt sur la théorie. Il y avait pas mal d’étudiants étrangers de différents pays qui eux étaient des architectes.
Nous avions comme sujet d’étude d’urbanisme, l’aménagement de l’îlot marché Saint-Germain avec André Gutton. Nous avons, avec Polat Sökmen, fait toutes les études préliminaires : nous avons cherché des bouquins, des documents, nous avons étudié l’histoire du quartier, fait un relevé des commerces des rues avoisinantes, fait une étude de circulation. Après les recherches préliminaires, chacun de son côté a conçu un projet reflétant ses points de vue, mais Monsieur Gutton n’était pas convaincu que ce soit un travail collectif ; peut-être aussi que je m’étais mal défendu. Finalement j’ai eu de mauvaises notes. Je pensais que si j’avais eu l’occasion de travailler avec Robert Auzelle, j’aurais eu plus de chances d’être compris. Je n’ai donc fait qu’un an. J’étais déçu par l’enseignement et par la suite, l’insuccès.

Les agences et le « tour » d’Europe

À la fin de l’année scolaire à l’IUUP, ma bourse avait pris fin et je me suis mis à rechercher du travail. J’ai commencé chez SETAP, une agence fondée pour l’étude d’un projet en Afrique, projet assez vaste qui comportait une usine de bauxite, des logements, hôtels… Plus tard, on m’a envoyé à la maison-mère, LWD ; j’ai pu travailler avec Guy Lagneau (enseignant aux Beaux-Arts) de 1957 à 1958 sur le musée du Havre. Jean Prouvé collaborait à ce projet pour la conception structurelle. Je gagnais trois à quatre fois le montant de ma bourse.
J’ai décidé de valoriser mes vacances pour connaître d’autres pays. J’ai fait un tour dans les pays nordiques qui dura trois mois. J’ai commencé par Copenhague, puis Stockholm où j’ai tenté de trouver du travail. Malgré les conditions favorables, j’ai vite renoncé, car je ne connaissais pas la langue et je n’ai vu le soleil que cinq fois durant mon séjour de cinq semaines ! De là, je suis allé à Oslo, puis à Londres. Plus tard, nous sommes aussi partis avec des amis et un cousin en voiture en Italie, en célibataires, c’était très bien.
Rentré à Paris, je n’ai plus trouvé de travail chez Lagneau. Je me suis réinscrit à l’IUUP, mais sans envie. Un ami m’a proposé de travailler à l’agence Bizet (enseignant à l’ESA). J’y suis resté de 1958 à 1963. Chez Lagneau, j’ai été engagé comme collaborateur, mais j’ai travaillé comme « nègre ». Tandis que chez Bizet, j’ai été engagé comme « nègre », mais j’ai été considéré comme un collaborateur ! Bizet m’a même aidé à obtenir un permis de séjour pour dix ans. Mais des raisons familiales m’ont obligé à rentrer.

Le métier d’architecte

J’ai surtout fait de l’architecture. Notre métier touche bien sûr à l’urbanisme, mais je n’ai jamais fait de l’urbanisme. Je n’ai jamais fait de plan de ville. Il fallait pour cela avoir un bureau d’urbanisme pour participer aux concours de la Banque qui distribuait les plans aux bureaux spécialisés en urbanisme.
À mon retour, je suis allé à Ankara et mon ex-directeur au ministère qui, à ce moment-là, dirigeait le bureau de construction de l’İşbank, m’a confié le projet d’un village de vacances pour Istanbul. Je me suis donc installé à Istanbul en 1967 pour la réalisation de ce projet. Après avoir travaillé comme architecte en chef du Bureau de construction pour Istanbul et la région de Marmara, j’ai fondé ma propre agence et je me suis installé en libéral. Certains projets et réalisations de cette époque sont publiés dans différentes revues d’architecture.

52. ARDUMAN Cemal Vecdi

  • 221 Avis de décès publié dans le quotidien Milliyet 27/12/1990, p. 18.

240Né à Istanbul en 1921, décédé en 1990221.
Inscrit à l’IUUP en 1947
Nouvelle inscription en octobre 1957 (pas de notes)
Troisième inscription en octobre 1958 (pas de notes)

241Selon les archives de l’École des beaux-arts et les Archives nationales (AJ 52/1306 dossier individuel), Cemal Arduman est architecte DPLG, diplômé en février 1951 avec le projet Un palais de la bourse à Istanbul, sous la direction du professeur Roger-Henri Expert. Mention Bien.

53. EMLER Selma

242Née à Biga en 1920
Inscrite en octobre 1957, éliminée en octobre 1958 (a des notes)
Inscrite en octobre 1958 (pas de notes)

Question de méthode
Selma Emler figure dans le livre d’Uğur Tanyeli qui est une de nos sources principales d’information. De l’article qui lui est consacré, les éléments principaux nous ont été traduits.

243Selma Emler est une architecte, très connue en Turquie ; elle est diplômée de l’Académie des beaux-arts d’Istanbul en 1944. Une femme de plus dans la liste. Elle semble s’être spécialisée sur les questions de réhabilitation de patrimoine. Son projet le plus apprécié est la restauration de la forteresse de Rumelihisarı.

244D’après Uğur Tanyeli et le journal de l’architecte dont il se sert pour faire sa note, Selma Emler vient des Balkans, de père médecin. Albert Gabriel, architecte, archéologue, qui a été directeur de l’IFEA de 1930 à 1941, puis à nouveau de 1945 à 1956, disait de ses travaux qu’ils étaient très réussis et l’encourageait à aller en France. Elle sera soutenue par le ministère de l’Éducation et part à Paris en 1957 où elle suit des cours à l’École des beaux-arts sur les monuments historiques, section archéologie et techniques où elle réussit ; elle y obtient un certificat de spécialisation. C’est cette année-là qu’elle s’inscrit à l’IUUP où selon son relevé de notes, elle suit des cours ; elle se réinscrit l’année suivante, où elle semble moins s’investir. Il est possible qu’elle soit déjà fonctionnaire et qu’elle bénéficie d’un statut particulier. Ses travaux seront présentés dans des congrès, des expositions dans différents pays. Elle ira faire d’autres études à Rome en 1969, où elle obtient un diplôme.

54. GÜVEN Turan

245Né en 1931 à Muğla
Inscrit à l’IUUP en octobre 1958
Aucune note

246Turan Güven est ingénieur-architecte, diplômé de l’İTÜ en 1954. Il a démarré, d’après plusieurs de nos interlocuteurs, au ministère des Travaux publics et de la Construction qui l’aurait envoyé en stage à l’IUUP comme d’autres collègues à lui. Son statut à l’IUUP est donc particulier.

55. SAMATANI Hıristo

247Né en 1933 à Istanbul
Inscrit à l’IUUP en octobre 1958, éliminé en juin 1959 (a des notes)
Inscrit en octobre 1959, éliminé en juin 1960 (a des notes)

248Hıristo Samatani est, selon les archives de l’École des beaux-arts, « admissionniste » de l’École nationale des beaux-arts de Paris.

56. BENİCE Oktay

249Né à Ankara en 1930.
Inscrit à l’IUUP en octobre 1958 (aucune note)
Inscrit en octobre 1959 (aucune note)

250Oktay Benice est ingénieur architecte, diplômé de l’İTÜ en 1954. Il a fait de l’architecture à Ankara dans le privé.

57. ARPACIOĞLU Sabah Naki

251Né à Amasya en 1930
Inscrit à l’IUUP en octobre 1960
Aucune note

252Sabak Naki Arpacıoğlu est architecte, diplômé de l’İTÜ en 1952. Il est inscrit à la chambre des architectes d’Ankara.

58. HACATURYAN Haritun

253Né à Istanbul en 1929
Inscrit à l’IUUP en octobre 1961
Aucune note

254Haritun Hacaturyan est architecte, diplômé de l’Académie des beaux-arts d’Istanbul en 1945.

59. BOZOKLU Dikran

255Né à Istanbul en 1942
Inscrit à l’IUUP en octobre 1962

60. ÇUBUK Mehmet

256Né en 1935 à Bartın
Inscrit en octobre 1962 (défaillant en juin 1963)

Inscrit en octobre 1963 (admis en juin 1964)
Inscrit en octobre 1964 (admis en juin 1965 en 2
e année)
Mémoire déposé en mars 1965, soutenu en 1966
Thèse :
Quelques principes sur l’aménagement de la région de la Marmara sous la direction de Jacqueline Beaujeu-Garnier, 1966, mention Très bien

Un « développeur » d’urbanisme

257

Photo de Mehmet Çubuk à son domicile

M. Jolé

Question de méthode
Mehmet Çubuk a été notre premier informateur direct, de première main si je peux dire, à la fois comme ancien étudiant de l’IUUP, mais comme acteur important de la formation en urbanisme en Turquie. Nous avons tout d’abord échangé de nombreux mails, puis nous nous sommes rencontrés plusieurs fois. Ces échanges ont été le socle pour une investigation plus poussée à partir d’informations pratiques sur les personnes à rencontrer. Ils ont été aussi le stimulant nécessaire au démarrage de la recherche et à son déroulement. La « fameuse » liste de ce point de vue a été un très bon déclencheur de paroles et de réflexions. C’est Mehmet Çubuk qui le premier nous a parlé « des pionniers, des “avant gardistes” urbanistes turcs de l’IUUP » ; il y incluait Aron Angel, Tarık Carım, Tuğrul Akçura et lui-même.
D’une certaine manière, la recherche le confirme. Mais c’est une lecture qui ne rend pas compte de la dynamique collective et institutionnelle qui porte et rend possible l’émergence de ces figures différentes. Il y a tout un univers de satellites qui lui aussi participe à la construction et l’animation du milieu urbanistique franco-turc, pourrions-nous dire. De fait, moi-même, au départ, j’ai commencé par la liste des huit diplômés de l’IUUP. Puis je l’ai élargi en travaillant sur le fichier administratif de tous les étudiants inscrits à l’IUUP depuis 1919.
Nous avons mené avec lui une longue interview sur son expérience de formation à l’IUUP et l’influence qu’elle avait pu avoir sur son parcours professionnel. Nous mêlerons donc dans notre rédaction à la fois les propos de Mehmet Çubuk et les représentations qu’il en a et nos propres informations.
Sources :
- un document sur Mehmet Çubuk qui retrace toute sa vie, familiale, professionnelle avec un CV très détaillé (en turc dont le CV nous a été traduit)
- deux interviews et une correspondance par mail.

Je suis un de ces quatre « avant-gardistes » urbanistes turcs qui ont fait leurs études supérieures à l’IUUP à la Sorbonne, entre 1940 et 1966. Tous les quatre étant architectes diplômés, ils sont retournés dans leur pays après leurs études à Paris, Aron Angel, Tarık Carım, Tuğrul Akçura et moi-même.

258Mehmet Çubuk les a tous connus pour être passé lui aussi au Bureau de la planification de la municipalité d’Istanbul en 1961-1962, sauf que c’est de là qu’il est parti en France pour y commencer ces études d’urbanisme alors que les deux autres, Tarık Carım et Tuğrul Akçura, en revenaient.

259Mehmet Çubuk est une figure très importante pour le développement de l’urbanisme en Turquie et des questions que cela pose. D’une part, à travers celui de la formation puisqu’il crée en 1983, à l’Université Mimar Sinan, le Département de planification urbaine et régionale – rappelons que l’İTÜ a créé son propre Institut d’urbanisme dès 1975 et qu’il existe déjà le Département de planification urbaine et régionale au METU à Ankara. D’autre part, par l’ouverture internationale qu’il déploie de façon systématique, bien au-delà de la France – même s’il s’y réfère beaucoup – et enfin par sa pratique en agence.

260Mehmet Çubuk vient d’une ville de la mer Noire où il a suivi ses études primaires et secondaires, de 1942 à 1954, au lycée de Zonguldak qui, sans être francophone, offrait des cours de français, langue qu’il a approfondie grâce à un correspondant français. Il commence ses études d’architecture à l’Académie des beaux-arts d’Istanbul dont il est diplômé en 1961. Il se retrouve alors à la municipalité d’Istanbul où il travaille sur la planification régionale de Marmara avec Tarık Carım, Tuğrul Akçura et Turgut Cansever qui lui conseillent de faire des études d’urbanisme à l’IUUP. En effet, « j’avais déjà des idées d’urbanisme et dans ma 3e année, j’avais fait mon projet en urbanisme… Je voulais être assistant à l’Académie des beaux-arts ». Il passe un concours pour faire des études à l’étranger qui lui permettraient d’avoir un poste en architecture. Il obtient une bourse de l’État turc pour étudier la préfabrication industrielle des matériaux de construction. Finalement il s’inscrit à l’IUUP après avoir passé le mois de septembre 1962 à Besançon pour perfectionner son français. Il résidera à Paris avec sa femme jusqu’en 1966 où ils auront une fille. Évènement important qu’il tient à souligner.

Les études à l’IUUP et ses leçons : travailler en pluridisciplinarité avec une certaine mutualisation des apprentissages

J’ai fait mes études supérieures à l’IUUP à la Sorbonne. À cette époque, l’Institut était attaché à la Faculté des sciences humaines et se trouvait rue Michelet. Nos enseignements avaient lieu dans le bâtiment en briques rouges tout près du Parc du Luxembourg… Beaucoup de cours avaient lieu le soir, il y avait beaucoup de monde. Comme professeurs, il y avait Lavedan, Auzelle, Gutton, Royer, Chabot, Beaujeu-Garnier, Chapet, Huguenet, Maillard, Puget…
Les cours étaient très lourds. Le professeur Auzelle faisait un cours très condensé et donnait beaucoup de livres à lire. Alors que faire pour les examens ? Personnellement, je n’avais pas de moyens pour les acheter ; il fallait aller en bibliothèque. Je travaillais avec acharnement. Il y avait des étrangers comme moi, d’Afrique du Nord, du Sénégal, de Pologne… J’ai proposé à mes amis de partager les livres à lire, de faire des résumés, une demi page et d’échanger nos résumés. C’est comme ça que j’ai appris des choses dans les différentes disciplines… Comme j’avais une formation d’architecte et que je faisais des projets facilement, mes amis français m’ont demandé de les aider et en échange, ils m’aidaient dans la compréhension du français : comme le français est une langue difficile, je faisais venir des amis à la maison pour revoir avec eux mes notes de cours et ma femme préparait des choses à manger… comme aujourd’hui… De plus, ce n’était pas homogène. Il y avait des personnes qui venaient de partout. J’avais des amis physiciens. Il faisait de la physique, mais il voulait apprendre l’urbanisme, il voulait juste apprendre, il n’avait jamais eu le désir de terminer. Moi, j’étais architecte et j’étais loin de certaines choses. J’étais un jeune homme qui venait de l’étranger et j’étais très loin de tout ça. Je n’avais rien eu en géographie, en sociologie dont j’ai compris l’intérêt comme par exemple l’importance des relations de famille, de voisinage…

Le mémoire, élément clef de la réflexion et de l’échange

261En plus du titre officiel du mémoire de fin d’étude, Quelques principes pour l’aménagement du Bosphore, Mehmet Çubuk nous en propose un autre pour en quelque sorte nous éclairer sur l’objectif : Vers une recherche d’un équilibre entre la vocation du Bosphore et les besoins des hommes de la Région. Il soutient son mémoire en 1966 – trois ans après la sortie du projet du ministère Marmara Est – sous la direction de Jacqueline Beaujeu-Garnier, géographe, qui s’intéressait et connaissait la ville d’Istanbul, nous précise Mehmet Çubuk.

262Le mémoire de 118 pages dont quatre de bibliographie (beaucoup de références turques, y compris sur les plans mis en œuvre, mais aussi françaises (géographie, urbanisme…) comprend, vu son importance, un index avec les différents types de documents : table des schémas (31), table des planches (photos et dessins de l’auteur) (17), table des graphiques (6), table des figures à la fin du travail (46 reproductions de tout genre). Ce mémoire appartient à la fois à la recherche et à la démarche de projet, puisqu’il y a des propositions de développement et d’aménagement de la région visée. L’introduction est consistante, car il y donne un aperçu général sur la ville d’Istanbul et sur la nécessité de l’aménagement du Bosphore. Il y est fait un bon historique de la planification de cette ville. Puis il consacre un paragraphe aux travaux de planification régionale dont il cite abondamment le rapport : Projet de plan régional pour la Marmara Oriental (Turquie 1964) qu’avait rédigé Tuğrul Akçura, selon les dires d’Aydın Germen.

Table des matières

Introduction 

Données générales

Relatives aux conditions d’établissement dans le Bosphore (Données physiques)

Relatives aux conditions d’utilisation dans le Bosphore (fonction d’accueil, tendance actuelle, prévisions)

I) Occupation humaine dans le Bosphore

Habitat (évolution, état actuel)

Population (évolution démographique, densité d’occupation)

Communication (historique, transport collectif urbain actuel, circulation terrestre et fluvial, communication des deux côtés

II) Prévisions d’aménagement du Bosphore

Problèmes posés par la ville actuelle

Problèmes posés par l’archaïsme de certains endroits

Quelques principes pouvant orienter l’aménagement du Bosphore

Conclusion

263L’auteur part d’une interrogation sur la défiguration du site du Bosphore, due à l’urbanisation anarchique et sur la nécessité d’une organisation planifiée pour en faire une zone d’accueil de loisirs. Il se place dans l’optique d’une « civilisation des loisirs », projection de l’époque et cite Pierre George pour appuyer son point de vue : nécessité de « sauvegarder des lieux “naturels”, forêts, bords des rivières ou de fleuves où les foules le week-end puissent s’égailler. » Il s’intéresse donc surtout au Bosphore sur des principes d’organisation du temps, travail/loisirs, mais aussi comme lieu de démonstration de la culture et de la manière de vivre ottomane. Le Bosphore doit être un espace d’accueil et se met dans les mêmes prévisions de croissance démographiques que le plan régional Marmara Est. Il avance, pour ce faire, le concept de parc national, sur la base de ses ressources récréatives, touristiques et économiques (pêche, agriculture maraichère, horticulture, élevage, artisanat).

Le sujet de mon mémoire m’a préoccupé longtemps. Pendant presqu’un demi-siècle, j’ai développé mes pensées et dernièrement, j’ai publié un livre en turc sur l’Urbanisme du Bosphore (le titre en anglais : An integrated thesis and thoughts on the Bosphorus urbanism and integrated sites (Bosphorus – Golden Horn – Historical Peninsula).
C’est avec le plan directeur de la région de Marmara du début des années 60 et son développement linéaire que cela a commencé et aujourd’hui comme vous le savez, le développement se fait en conurbation. De là mon étude : comment peut-on forcer le développement linéaire ? Que faire ? Ma proposition revenait à développer quelque chose vers le Bosphore pour que la ville ne se développe pas vers le haut, en proposant un parc national et une zone militaire. J’ai commencé à développer une théorie : le Bosphore est un canal d’eau, la Corne d’Or son prolongement et le promontoire. Il faut prendre ces « sites intégrés » ensemble, car ils sont en relation les uns avec les autres. Ce qui m’a influencé, c’est la thèse de José Rafael Botelho, architecte portugais, qui avait fait son mémoire avant moi, avant 1961, sous la direction de Robert Auzelle : Étude de mise en valeur de la côte portugaise entre les fleuves Tajo et Sado. Propositions concernant la création d’un parc national de la Péninsule de Setúbal. J’ai lu sa thèse et j’ai décidé de travailler sur le Bosphore. Je suis allé voir le site de sa thèse, car la municipalité de Lisbonne avait commencé à appliquer ses principes et avait invité Robert Auzelle comme conseiller pour le projet de Botelho. Ce sont des choses qui vous provoquent beaucoup d’émotions.

Une carrière dédiée à l’enseignement et à la recherche

264Selon son désir, Mehmet Çubuk, à son retour de Paris, postule à un poste d’assistant à l’Académie des beaux-arts qu’il obtient en 1966 dans le cursus d’urbanisme de la faculté d’architecture – il fait valider sa thèse faite en France comme le règlement l’exige. Il devient donc docteur en Turquie. Sa carrière va se poursuivre classiquement. Il deviendra en 1972 doçent – maître de conférences – avec un travail sur L’organisation spatiale de l’habitat. Il devient professeur en 1978 et termine la thèse commencée avec Pierre George à Paris sur La planification touristique de loisirs. Il occupera également diverses fonctions de direction. Mais il va surtout créer en 1983 le Département de planification urbaine et régionale de l’Université Mimar Sinan dont il deviendra le directeur. En 1991, il crée en 1991 un observatoire urbain d’Istanbul. Il prend sa retraite en 2001.

265Très vite, dès son retour de Paris, il a voulu « autonomiser l’urbanisme ». Pour se faire, il crée un Institut de recherche en urbanisme. Il tente également d’introduire l’interdisciplinarité, en commençant par un cours de sociologie dans les études d’architecture, mais il se heurte à des résistances d’« enseignants archaïsants », « ils n’y croyaient pas ». Par contre, lorsqu’il crée plus tard le Département, il propose de laisser les étudiants d’architecture suivre des cours en urbanisme.

266« Mehmet Çubuk était exigeant pour lui-même et ses collègues, mais il était créatif. La pédagogie ne le laissait jamais tranquille », nous a confié un enseignant. Il semble que le lieu d’innovation pédagogique, autre que le Département, ait été « l’Institut de recherche » qui était à la fois plus informel et surtout ouvert au monde et à la réflexion, avec la création de plateformes, éléments qui semblent avoir été stratégiques pour Mehmet Çubuk dans la dynamique de développement et d’animation du milieu urbanistique.

Un animateur d’un milieu ouvert sur le monde :

Il y a une autre chose de l’IUUP qui m’a beaucoup influencé : j’ai vu pour la première fois qu’un ministre, qu’un architecte célèbre pouvaient venir à des réunions ou des journées de discussion, organisées par des étudiants, surtout ceux de l’École des ponts et chaussées (prestigieuse école française créée en 1747). J’avais aussi Jean Royer comme professeur, directeur de la revue Urbanisme et qui avait organisé avec d’autres, la « journée mondiale de l’urbanisme » pour organiser des discussions. Ces plateformes m’ont beaucoup influencé.
À mon retour, je me suis dit « pourquoi ne pas faire la même chose ? » J’ai donc créé cet Institut de recherche en urbanisme au sein duquel j’ai inventé une plateforme de discussion mondiale. J’ai pris contact, sur les conseils de Jean Royer, avec Kemal Ahmet Arû, professeur à l’İTÜ et représentant en Turquie de ces journées mondiales. Il m’a laissé le feu vert et j’ai monté un comité national de la journée mondiale d’urbanisme dont il était président d’honneur et moi-même, secrétaire général. J’ai fait cela pendant vingt ans, à l’instar de mes maîtres en France. Nous avons épuisé pas mal de sujets, l’aménagement du territoire, des politiques urbaines… J’ai créé également des évènements, des colloques. Tous les cinq ans, je faisais également un congrès. Les jeunes gens venaient à l’Académie. Ce que j’ai appris à l’IUUP, c’est la participation des élèves. À l’Institut, on me permettait de faire des choses. C’était l’avantage d’être informel. J’ai monté beaucoup d’ateliers d’étudiants avec des universités européennes. J’ai monté également une plateforme de discussion autour de « l’urban design », notion anglo-saxonne, en la mélangeant à l’idée française de composition urbaine.

267Dans ce désir d’ouverture, Mehmet Çubuk lui-même participe à différentes manifestations internationales, celles d’Isocarp, entre autres pendant de nombreuses années. Il a pu ainsi établir près d’une dizaine d’accords d’échanges d’étudiants et d’enseignants (Université technique de Budapest, Institut français d’urbanisme à Paris, Université d’Utrecht aux Pays-Bas, South Bank University en Angleterre, en Italie, Portugal, Allemagne…).

268De fait, pour résumer, Mehmet Çubuk avait et a toujours une certaine conception de « l’urbanisme », c’est le terme qu’il utilise (plutôt que celle de planification urbaine) qu’il voulait développer et dont il voulait convaincre ses partenaires. C’est comme cela qu’il écrit un livre : Passer d’un système de construction à un système d’urbanisme, nous dit-il.

Le métier d’urbaniste

269Par ailleurs, même si c’est le métier d’enseignant-chercheur qu’il a le plus déployé, à la fois pour son goût de la pédagogie, de la transmission, sous des formes qu’il voulait innover, de la recherche, il a parallèlement exercé le métier d’urbaniste. À son retour à Istanbul, il crée une agence avec des collègues. Il est lauréat d’un concours international sur l’aménagement touristique de Sidé (province d’Antalya) et de ses environs. Il poursuivra cette activité par différents travaux : un projet de cité de vacances, des études sur les standards du logement, un projet de terminal de bus ; il participe au concours pour le parc de la paix à Gallipoli, un grand projet sur un quartier de Bursa (parc thématique, complexe social), construction d’une mosquée dans le terminal de bus. Il est conseiller à la municipalité du Grand Bursa. Il est membre du comité d’organisation de l’urbanisation pour le plan quinquennal…

270Mehmet Çubuk a pris sa retraite et continue à s’intéresser au devenir de l’urbanisme en Turquie, avec pessimisme comme beaucoup d’interlocuteurs, tout en maintenant un certain idéal. Il s’occupe aujourd’hui à retracer l’histoire des formations en urbanisme en Turquie.

61. İNCEOĞLU Zeki

271Né à Pütürge en 1934
Inscrit à l’IUUP en octobre 1962 (aucune note)
Inscrit en octobre 1963 (aucune note)

272Zeki Inceoğlu fait des études d’architecture à l’ESA de 1956 à 1963. Il s’inscrit à l’IUUP dans ce cadre.

62. GÜNSEVER Yusuf

273Né à Bursa en 1941
Inscrit à l’IUUP en octobre 1963 (aucune note)

274Inscrit octobre 1964 (aucune note)
Yusuf Günsever est inscrit à l’École des arts décoratifs de Paris.

63. SEZER Baykan

275Né à Malatya en 1939 et décédé en 2002
Inscrit à l’IUUP en octobre 1964
Aucune note

Un sociologue affirmé

Question de méthode
Ce nom a été relevé dans la liste par les sociologues à qui elle a été soumise et qui s’étonnaient de sa présence. Nous nous y arrêtons parce que Baykan Sezer est un sociologue très connu pour ses travaux. D’autre part, comme pour d’autres, son inscription à l’IUUP ne semble pas avoir mené à de véritables études. Celle-ci comme d’autres reste mystérieuse. Est-ce pour des raisons administratives qui obligeraient les étudiants désirant à aller en France de s’inscrire dans des disciplines non enseignées en Europe ? Est-ce par curiosité ?
Nous avons fait une interview du doyen de la faculté des sciences humaines de l’Université d’Istanbul, Ahmet Korkut Tuna qui, après quelques échanges, dans son bureau, demande par téléphone le dossier de scolarité de Baykan Sezer qu’on lui apporte peu de temps après. Un vrai dossier d’archives ! Nous obtenons une copie d’un diplôme de français et une photo de l’époque.

Certificat de dispense de l’Université de Paris (1964)

Archives du département de sociologie de l’Université d’Istanbul

276Baykan Sezer est un sociologue reconnu en Turquie. Il appartient à une grande famille. Son père, d’origine chypriote, ophtalmologue renommé, était professeur à l’Université d’Istanbul où lui-même fera carrière.

277Baykan Sezer est francophone puisqu’il a fait le lycée Galatasaray dont il est diplômé en 1959. Il fait tout d’abord des études à la Faculté de droit d’Istanbul. Puis il va à Paris. Le dossier de sa scolarité, retrouvé dans les archives de l’Université d’Istanbul, n’indique rien sur son inscription à l’IUUP en 1964. Par contre, on y trouve des traces de sa scolarité au Département de sociologie de la Sorbonne (rappelons que l’IUUP dépend de cette même Université) : en effet, on y découvre que le Département de sociologie de l’Université d’Istanbul décide en 1966 de l’inscrire au niveau du 3e trimestre de la seconde année, en transférant des crédits obtenus en France ; un certificat atteste qu’en 1963-1964 et 1964-1965, il a eu quatre semestres de formation en sociologie générale et appliquée. Figure aussi dans ce dossier un diplôme d’études françaises de juillet 1964. Peu de choses donc sur sa relation à l’IUUP où il n’a par ailleurs aucune note.

278En 1967-1968, Baykan Sezer fait également des études d’histoire dans cette même Université d’Istanbul. Il commence sa carrière universitaire comme assistant dans le département de gestion où il enseigne la psychologie des comportements, la sociologie industrielle. À partir de 1972, il enseigne au département de sociologie, puis devient professeur. Il en assurera à un moment la direction.

279Baykan Sezer était très intéressé par l’histoire ottomane, par la sociologie de l’histoire. Son projet était de construire une « sociologie turque ». Sa thèse portait en effet sur le mode de production asiatique. Il cherchait des concepts qui soient adaptés à la réalité sociale turque, à son originalité. Il tenta tout au long de sa carrière d’expliquer les différences entre l’Orient et l’Occident. « C’était un grand travailleur. Il travaillait méthodiquement. Il avait une immense bibliothèque en turc, allemand, (il était marié à une allemande), français », nous confie notre interlocuteur.

280Baykan Sezer meurt d’une crise cardiaque en 2002.

64. GÜRVARDAR Taner

281Né à Ankara en 1935
Inscrit à l’IUUP en octobre 1964 (aucune note)

282Taner Gürvardar, ingénieur architecte diplômé de l’İTÜ en 1959, vient à Paris sur les conseils de Mehmet Çubuk. Il travaillait au moment de son inscription dans un atelier d’architecture à Courbevoie sur Seine. Il vit actuellement à Cergy-Pontoise d’après les renseignements trouvés sur Internet.

65. TANYERİ Sevgi

283Née à Istanbul en 1938
Inscrite à l’IUUP en octobre 1964 (aucune note)
Inscrite en octobre 1966
Mention Province

284Sevgi Tanyeri est la première femme ingénieur-architecte, diplômée de l’İTÜ (en 1962222) qui s’inscrit à l’IUUP.

66. ÜLGEN Somer

285Né à Izmit en 1941
Inscrit à l’IUUP en octobre 1964
Aucune note

286Somer Ülger est étudiant en architecture à l’École des beaux-arts à Paris.

67. GÜREL Erol

287Né à Güreköyü en 1936
Inscrit en octobre 1965
Aucune note

288Erol Gürel a fait le lycée Galatasaray dont il sort en 1956. Il fait des études d’architecte à l’Université Mimar Sinan (ex Académie des beaux-arts) dont il est diplômé. Il exerce en tant qu’architecte en Turquie.

68. ERAM Melkon

289Né à Istanbul en 1940
Inscrit à l’IUUP en octobre 1966 (admis en juin 1967)
Inscrit en octobre 1967 (certificat remis le 8 septembre 1967)
Diplôme refusé (mémoire du 5 juin 1968)

290Diplômé du lycée Getronagan en 1959223, puis diplômé en architecture en Turquie (l’École n’est pas précisée), Melkon Eram fait des études en architecture à l’École des beaux-arts de Paris, parallèlement à l’IUUP. Il exerce à Paris (Puteaux), où il est inscrit depuis 1982, d’après les informations récoltées sur Internet.

Les sept étudiants suivants

Question de méthode 
Avec les sept étudiants qui suivent dans la liste, dont quatre inscrits en 1966 et trois en 1967, on entre dans la période de turbulence entamée avec les évènements de 1968. Les règles d’obtention du diplôme sont révisées temporairement. Le mémoire tel qu’il avait été conçu n’est plus obligatoire. La restitution que nous faisons de leur parcours en tient compte et sera moins longue.

69. OZINIAN Vartan-Haygazn

291Né à Istanbul en 1930
Inscrit à l’IUUP en octobre 1966 (éliminé en juin 1967 avec des notes)
Inscrit en octobre 1967 (certificat remis en juin 1968)
Inscrit en février 1969
Diplôme en décembre 1969

Question de méthode
Nous n’avons eu qu’Internet pour nous donner quelques informations biographiques, de quoi penser que Vartan Ozinian a peu fait de choses en urbanisme. Nous n’avons pas poussé plus avant nos investigations.

292Vartan Ozinian, comme son nom le laisse entendre, fait partie de la « minorité » arménienne d’Istanbul où il est né. Il semble qu’il arrive en France en 1960 et au moment de son inscription à l’IUUP, il se déclare sur sa fiche « expert technique ». Il obtient son diplôme d’urbanisme en 1970. Il n’est pas sûr que les informations que nous avons trouvées sur Internet le concernent ; certes, c’est le même nom, la même date de naissance, mais il n’est fait mention de l’urbanisme, ni dans les diplômes obtenus, ni dans les activités professionnelles.

70. DİDO Kaya Bedros

293Né à Kayseri en 1940
Inscrit à l’IUUP en octobre 1966 (éliminé en juin 1967, a des notes)
Inscrit en octobre 1967 (certificat remis en juin 1968)
Inscrit en 1969 en 2
e année (n’a rien fait)

294Kaya Dido est diplômé en architecture en Turquie.

71. OKYAY İsmet

295Né à Abacılı en 1943, décédé en 2009
Inscrit à l’IUUP en octobre 1967 (certificat remis en juin 1968)
Inscrit en février 1968 (aucune note)
Diplômé décembre 1969

Un urbaniste « turbulent », un passeur pour « la conservation du patrimoine » entre France et Turquie

Question de méthode
Paradoxalement, comme pour Stéphane Yerasimos, nous avons peu d’informations sur İsmet Okyay, hors les données de base biographiques, alors qu’il y a beaucoup de témoins dans les deux cas qui auraient pu nous en parler. Sans doute trop, pour le type de travail que nous avons mené. Il est possible aussi que leur proximité en âge avec nous-mêmes nous ait empêchée par pudeur d’avancer dans cette voie. Un entretien a été réalisé avec une de ses collègues, Güzin Kaya.

296İsmet Okyay est le dernier architecte diplômé de l’İTÜ (en 1965) qui vienne à l’IUUP. Il va vivre pleinement ce moment de transition, y compris théorique selon ce que certains interlocuteurs ont pu nous en dire. Il s’inscrit à l’IUUP en 1967. Il aurait participé au mouvement de mai 68 et aurait été proche de la pensée d’Henri Lefebvre sur la ville. Face aux nouveaux étudiants turcs qui faisaient leurs études à l’IFU, il aimait revendiquer son appartenance à l’IUUP, le premier Institut ! Pourtant il n’y fait pas sa thèse pour laquelle il s’inscrit au département de géographie, sous la direction de Michel Rochefort : Une contribution méthodologique à l’analyse de l’urbanisation en Turquie et la soutient en 1974, la problématique étant celle de l’articulation entre urbanisation et sous-développement. Pendant ses années parisiennes, son engagement politique à la tête du syndicat étudiant turc ne l’empêchait pas de fréquenter ses amis peintres du groupe D au Select comme d’autres avant lui (voir la fiche d’Oğuz Orbey et la première partie).

297İsmet Okyay retourne en Turquie dans les années 1974-1975 et obtient un poste d’assistant à l’İTÜ où il est resté onze ans au Département de planification urbaine et régionale. Il le quitte pour créer son agence personnelle avec sa femme architecte de 1985 à 1992. Il travaille pour l’ICOMOS (1984), le CRU (1985), fait le plan de sauvegarde de Safranbolu, une des villes ottomanes les mieux préservées. En 1992, il est recruté à l’Université Mimar Sinan au Département de planification urbaine et régionale.

  • 224 İ. Okyay (2001), Fransa’da Kentsel Sit Alanlarının Korunması : Malraux Yasası, Istanbul, YEM.

298Son travail portait principalement sur les questions de patrimoine et de sauvegarde, un des axes développé au Département à Mimar Sinan à côté des deux autres, la planification et le projet urbain. Il publie, entre autres choses, un livre en turc sur la France, La conservation dans des sites urbains en France : la loi Malraux224.

299İsmet Okyay meurt en 2009 d’un cancer.

72. KUNTAY Orhan

300Né en 1939 à Idkat
Inscrit à l’IUUP en octobre 1967
Annule son inscription et s’inscrit en doctorat
Un passage furtif à l’IUUP d’un « architecte urbaniste » enseignant

Question de méthode
Nous avons, grâce à nos intermédiaires turcs à Istanbul, pu contacter par téléphone Orhan Kuntay qui habite Ankara (nos séjours de recherche ne se font qu’à Istanbul). Nous lui avons envoyé notre questionnaire auquel il a répondu par mail.

301Orhan Kuntay n’est pas passé par un lycée francophone, qu’il soit public ou privé. Il apprend le français en France. Architecte diplômé de l’İTÜ, il obtient une bourse du gouvernement turc. Il vient à l’IUUP sur les conseils de Mehmet Çubuk. Il annule son inscription au bénéfice du Département de géographie pour une thèse de doctorat, Essai sur le problème de la circulation et du transport d’Ankara. Il quitte la France en juillet 1969.

302Orhan Kuntay entame alors une carrière d’enseignant. Tout d’abord à l’Université de la mer Noire, puis en Algérie de 1983 à 1989 et enfin à l’Université Gazi d’Ankara, à la faculté d’ingénierie et d’architecture de 1990 à 2004 dont il a été directeur pendant un certain temps. Il est aujourd’hui enseignant à l’Université Atılım, toujours à Ankara.

303Il a publié en turc trois livres sur les thèmes suivants : La planification durable du tourisme, l’espace piétonnier et l’accessibilité urbaine.

73. EZKENAZI Léon

304Né à Istanbul en 1943
Inscrit en octobre 1967 (certificat remis en juin 1968)
Inscrit en février 1969 (signes spéciaux pour UV)
Diplômé en décembre 1969
Diplôme envoyé en mars 1970

305Léon Ezkenazi est étudiant à l’ESA où il est inscrit dès 1963-1964. Il semble qu’il sorte non diplômé.

74. ÜNLÜÇERÇİ Metin

306Né à Adana en 1941
Inscrit en octobre 1967 en 1
e année (aucune note)
Inscrit en février 1969 (aucune note)

307Metin Ünlüçerçi est inscrit à l’ESA (1e classe).

75. YERASİMOS Stefanos

308Né à Istanbul en 1942, décédé en 2005
Inscrit à l’IUUP en octobre 1966 (admis en juin 1967)
Inscrit en octobre 1967 (reçu en juin 1968)
Diplômé les 11 et 12 octobre 1968

Le « dernier des étudiants turcs de l’IUUP ». La fabrication d’un pont entre la Turquie et la France

Question de méthode
Le rôle qu’a joué Stéphane Yerasimos dans les échanges franco-turcs autour de l’urbanisme et de la question urbaine, à la fois comme enseignant, chercheur à Paris et directeur du centre de recherche IFEA à Istanbul est trop important pour que nous en rendions compte avec profondeur dans ce travail. Nous ne le ferons qu’en fonction de notre question. Nous tenons cependant à préciser que, sans les recherches de Stéphane Yerasimos, sur l’histoire de la planification urbaine en Turquie et sur les questions de formation des urbanistes, il nous aurait été impossible d’analyser les données recueillies sur notre Institut.
Nous n’avons fait pour cette notice qu’un travail de seconde main, à l’exception d’un bref témoignage de Nora Şeni, directrice de l’IFEA au moment de la recherche. Nous n’en donnerons que les éléments biographiques importants.
Publications :
S. Yerasimos, 1988, « La planification urbaine en Turquie », in Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 50.
S. Yerasimos, 2004, « Urbanistes sans urbanisme : le cas de la Turquie », rapport de recherche Milieux et cultures urbanistiques dans le Sud de la Méditerranée pour le PRUD, Isted-MAE.
S. Yerasimos, Légende d’Empire. La fondation de Constantinople et de Sainte-Sophie dans les traditions turques, Paris, Maisonneuve.
S. Yerasimos, 1992, Demeures ottomanes de Turquie, Paris, Albin Michel.
S. Yerasimos, 2000, Constantinople, de Byzance à Istanbul, Paris, Place des Victoires.

309« Aron Angel était le premier diplômé turc de l’IUUP et moi, je suis le dernier », se plaisait à dire Stéphane Yerasimos. Jolie formule qui n’est juste qu’en partie, comme nous l’avons vu. D’autre part, l’IUUP, après 1968, connaîtra une période de turbulence avant de redevenir l’Institut d’urbanisme de Paris en 1972 alors que se crée un nouvel Institut, l’Institut français d’urbanisme, l’IFU – façon de diversifier les formations en urbanisme – où Stéphane Yerasimos mènera sa carrière d’enseignant-chercheur.

Carte d’étudiant de Stéphane Yerasimos

Photo découverte par Daniel Matus

310Stéphane Yerasimos est né à Istanbul dans une famille grecque orthodoxe ; son appartenance à une minorité va structurer d’une certaine manière sa vie professionnelle et peut-être sa vie tout court. Il fait ses études d’architecture à l’Académie des beaux-arts d’Istanbul et vient en France poursuivre ses études. Il s’inscrit ainsi à l’IUUP en 1966 dont il sera diplômé en 1968.

311Architecte-urbaniste, il fait un passage dans un organisme de planification parisien, l’IAURIF dont le directeur du nouvel Institut, l’IFU, le « détourne » pour lui proposer un poste d’enseignant-chercheur. Sa thèse portera sur Les voyageurs dans l’Empire ottoman qui le fera connaître à la fois du public français et turc, car elle sera traduite en turc. De fait, ses recherches porteront de plus en plus sur l’histoire de l’Empire ottoman, de Byzance, de Constantinople et d’Istanbul (de nombreux ouvrages en rendent compte) ; il va également se spécialiser dans la géopolitique des Balkans, de la région du Caucase et de la Russie (il collabore à la revue Hérodote).

312Cela ne l’empêche pas de continuer à s’intéresser, à travers sa vocation d’historien, aux questions urbanistiques et aux formes urbaines. Un premier article en rend compte en 1988, mais surtout il participe à un important projet de recherche comparative sur la formation des urbanistes, des institutions et pratiques urbanistiques, dans le cadre d’un programme du ministère des Affaires étrangères français, sur les pays de la région méditerranéenne.

313Stéphane Yerasimos est un historien, érudit, avec une connaissance en profondeur des choses, reconnu par ses pairs dans les deux pays d’appartenance pour ses très nombreuses publications. Il occupera ainsi pendant cinq ans, 1994-1999, le poste de directeur de l’IFEA (Institut français d’études anatoliennes), qui lui permettra de jouer pleinement le rôle d’interface qui jalonne son parcours.

Interface parfaite, homme pont entre turcs et grecs, entre Turquie et France, entre la ville matérielle et son histoire, Stéphane Yerasimos personnifiait un mélange d’autant plus précieux qu’il est rare. Il sut utiliser la pluralité de langues, de disciplines et de traditions inscrites en lui pour œuvrer à l’intégration de la Turquie à l’Union européenne, Nora Şeni, Le Monde 24-25 juillet 2005.

314Il meurt brutalement le 23 juillet 2005. Stéphane Yerasimos mériterait une véritable « histoire de vie ».

Notes

152 Rappelons que sur 75 étudiants turcs répertoriés entre 1919 et 1968, seuls 17 étudiants sont diplômés (scolarité + mémoire) et « admis » (deux ans de scolarité réussies). Ce qui suppose une certaine déperdition d’étudiants qui n’arrivent pas au bout de leurs études comme c’est le cas pour beaucoup d’étudiants inscrits à l’IUUP durant cette période.

153 Nous avons recherché du côté de la bibliothèque historique de la ville de Paris où certaines archives de Marcel Poëte, qui a été également conservateur en chef de cette bibliothèque, sont conservées, mais aucun document de ce genre n’a été trouvé.

154 Vie urbaine 1 et 2, 1919. Comptes-rendus du comité de perfectionnement et du conseil d’administration. 1er cahier : 1919-1920 + 1921-1924/ 2e cahier : 1925-27 : 3e cahier : 1928-1931. Il existe également les cours de certains enseignants.

155 Cette société a 15 adhérents en 1928, 36 en 1934. Elle entretient des liens particuliers avec les sociétés des anciens élèves architectes DPLG et ceux des Arts Décoratifs.

156 Archives nationales, AJ 53. Dossiers 164 : diplômés d’architecture 1922-1947 + dossiers individuels d’élèves 1923-1931 (régularisation d’études faites avant 1924).

157 Il n’est diplômé en architecture qu’en 1924 pour des raisons institutionnelles : la qualification professionnelle d’architecte aux étudiants de l’ENAD n’est accordée qu’à cette date. De fait, il termine ses études à l’ENAD en 1918, un an avant son inscription à l’IUUP où il déclare bien être architecte.

158 Les années mentionnées sont celles des annuaires existants.

159 Une des sources possibles que nous avons consultée avec Murat Güvenç, le bottin des professions des années concernées n’a rien donné.

160 Agrégé d’économie politique à la Faculté de droit, chef du service de la main d’œuvre étrangère au ministère du Travail et de la prévoyance sociale.

161 R. Baudoui, 1988, La naissance de l’EHEU et le premier enseignement de l’urbanisme en France, des années 1910 aux années 1920, École d’architecture Paris Villemin/ Ardu-Paris VIII, Paris.

162 Gaston Bardet est « un pur produit de l’IUUP », héritier intellectuel et gendre de Marcel Poëte. Il y est assistant à partir de 1937 et enseigne « l’évolution sociale des villes ». Théoricien des villes, il est l’auteur de nombreux ouvrages. Il se montra très critique envers les orientations fonctionnalistes de l’architecture en France et la dérive de la culture urbanistique qui s’en est suivie. Il incarne « le courant culturaliste » de la pensée urbanistique française tel que le définit Françoise Choay.

163 2009, Relevé des noms d’élèves nés en Turquie et inscrits à l’ESA entre 1865 et 1968 d’après les registres d’inscription : classement chronologique, classement alphabétique, École spéciale d’architecture, Paris. URL: http://www.esa-paris.fr/IMG/pdf/_Turquiebibliogr.pdf.

164 Nous avons privilégié la forme du portrait pour les étudiants qui ont gardé des liens professionnels avec la Turquie.

165 Voir la partie méthodologique de cette recherche.

166 C’est le prénom qui apparaît dans toute son œuvre.

167 Voir ses cours « Histoire de l’urbanisme », années 1961-1963 (documents rassemblés par l’étudiant André Rubio).

168 La famille Menteşe, comme nous l’indiquent nos informateurs, est très connue, le père de celui-ci ayant été le président de l’Assemblée pendant la 2e constitution en 1908.

169 Le nom d’Utudjian y figure, mais barré (peut-être à cause de sa naturalisation).

170 Cânâ Bilsel, architecte-urbaniste, enseignante et chercheuse à la faculté d’architecture du METU, Université technique du Moyen Orient qui nous a beaucoup aidée dans ce travail.

171 Banque fondée par l’État en 1926 pour financer des opérations de logements à finalités sociales et l’octroi de crédits aux particuliers pour l’accès à la propriété.

172 Uğur Tanyeli, 2007, Mimarlığın Aktörleri Türkiye, 1900-2000 [Les acteurs de l’architecture en Turquie, 1900-2000], Istanbul, Garanti Galeri.

173 Sylvain Guittet, 2004, La ville d’Istanbul (1933-1951) : le plan directeur, son application par l’architecte et urbaniste Henri Prost, Mémoire de DEA, EHESS.

174 Voir article de Jean-François Pérouse, « Henri Prost et Istanbul. Le magistère contrarié », in Güneş Işiksel et Emmanuel Szurek (dir.), Turcs et Français. Une histoire culturelle, 1860-1960, 2014, Paris, PUR, p. 225-238.

175 Dans un document listant les diplômés de Galatasaray pour la période 1919-1943, un architecte nommé Cemil Münir Topçubaşı apparaît à la page 21 en tant que diplômé de la filière scientifique pour l’année 1933-1934. URL : http://hdl.handle.net/11498/6871.

176 Il est vrai que ses prédécesseurs en titre n’ont sans doute jamais exercé en Turquie, du moins c’est l’hypothèse qui s’est imposée pour ce travail.

177 Voir le chapitre 3.

178 J.-F. Pérouse, 2001, ibid.

179 Le ton adopté pour cette description veut se rapprocher de la narration que nous en a faite l’intéressé.

180 Lors de notre premier entretien dans son bureau, Aron Angel est très fier de nous montrer le diplôme de son père, accroché au mur, parmi les siens et quelques plans d’urbanisme du temps d’Henri Prost.

181 Il raconte ces épisodes avec beaucoup de discrétion.

182 Là aussi, nous reprenons les termes qu’utilise Aron Angel.

183 Une lettre de mai 1944 au gouverneur maire d’Istanbul témoigne de l’attention portée par Henri Prost à Aron Angel pour qui il demande une augmentation de salaire (note 330. Archives Prost INA).

184 J.-F. Pérouse, 2001, ibid.

185 S. Yerasimos, 2004, Urbanistes sans urbanisme : Le cas de la Turquie, in Cultures et milieux urbanistiques dans le Sud de la Méditerranée, Rapport de recherche, ministère Affaires étrangères, Isted/ Prud. URL : http://www.gemdev.org/prud/rapports/rapport16_1.pdf.

186 Güzin Kaya est enseignant-chercheur au Département de planification urbaine et régionale de l’Université Mimar Sinan à Istanbul.

187 The beginning of women architects carriers in Turkey, 1934-1960, mémoire de diplôme d’architecture de l’Université technique de Yıldız.

188 Henri-Jean Calsat (1905-1991) est diplômé de l’ESTP, des Beaux-Arts et de l’IUUP. Il enseignera à l’ESTP, l’ESA et l’École d’architecture de Genève.

189 Cânâ Bilsel, architecte-urbaniste, francophone, a elle aussi fait des études en France. Elle a fait son DEA à l’École d’architecture de Belleville. Stéphane Yerasimos qui y enseignait lui avait recommandé de rencontrer Şemsa Demiren étant donné son intérêt pour l’histoire de l’urbanisme turc. Şemsa Demiren lui avait donné certaines archives d’Henri Prost pour qu’elle travaille dessus. Elle la considérait en effet un peu comme « sa fille spirituelle », voire même un peu comme sa fille, cette dernière n’ayant jamais eu d’enfants et le regrettant. On retrouve là les mêmes termes utilisés pour décrire les relations entre Henri Prost et Aron Angel. D’autres archives de Şemsa Demiren revinrent à sa famille qui ne les mit pas vraiment en valeur (certaines auraient été retrouvées chez un bouquiniste). On peut noter qu’il y a comme une « chaîne de filiation spirituelle » entre Henri Prost, qui considère Şemsa Demiren comme sa fille spirituelle, Şemsa Demiren reprenant l’expression pour exprimer sa relation avec Cânâ Bilsel qui elle-même travaille sur Henri Prost !

190 Şemsa Demiren, 1949, “Le Corbusier ile Mülâkat” [Entretien avec Le Corbusier], Arkitekt, 1949. URL : http://dergi.mo.org.tr/dergiler/2/167/2086.pdf. Catalogue de l’exposition de Strasbourg : Didier Laroche, 2009, Le Corbusier en Turquie : le plan directeur d’Izmir, 1939-1949, Strasbourg, Ensas.

191 Le rôle de Paul Bonatz, architecte urbaniste allemand, fut important pour le développement de l’urbanisme en Turquie. Il est un bel exemple de la rivalité qui existe entre les experts français et allemands pour les commandes turques en architecture et en urbanisme. Paul Bonatz est quasiment « un rival » pour Henri Prost comme l’exprime sa correspondance avec ses deux « protégés ».

192 Archives Henri Prost, IFA.

193 Ş. Demiren, 1949, ibid.

194 À consulter aux archives Prost de l’IFA.

195 Voir pour la concurrence entre architecte et urbanistes français et allemands la première partie.

196 Nous reprendrons très souvent ses propres termes pour décrire cette personnalité.

197 Dans cette liste figurent également deux étudiants inscrits à l’IUUP, Yervant, Édouard Utudjian et Cemal Vecdi Arduman.

198 Robert Auzelle, 1964, 323 citations sur l’urbanisme, Paris, Vincent-Fréal et Cie, Tarık Carım, N° 817 et 820.

199 Avis de décès publié dans le journal Milliyet du 27 janvier 1979.

200 D’après le rapport d’activité de la chambre des architectes d’Ankara dont il était membre. http://www.mimarlarodasiankara.org/download/43DonemCalRap.pdf.

201 La chambre des architectes d’Ankara organise depuis 2003 une célébration annuelle des 30, 40, 50 et 60 ans de carrière de ses membres. Cevdet Beşe figure dans la liste des personnes fêtant 60 ans de carrière en 2006. http://www.mimarlarodasiankara.org/index.php?Did=3002.

202 Cumhuriyet, 25 avril 1966, p. 4.

203 Voir sa biographie dans G. Petek, T. M. Erdeniz, Musée du Montparnasse, 2010, Catalogue de l’exposition, Une École de Paris turque dans la peinture turque, Paris, Elele/Musée du Montparnasse.

204 Voir le développement « l’effet İTÜ » dans le chapitre 2.

205 La seule personne, encore en vie, Aydemir Balkan, a répondu par écrit à nos questions dont nous rendons compte dans sa notice biographique et dont nous avons tiré des enseignements sur « les effets de promotion ».

206 Fethi Berker, « İsveç Hastanesi », Arkitekt 1953 (255-256-257-258), p. 45-52, URL : http://dergi.mo.org.tr/dergiler/2/201/2695.pdf ; Fethi Berker, « İsveç Hastanesi », Arkitekt 1952 (249-250-251-252), p. 147-150, URL : http://dergi.mo.org.tr/dergiler/2/197/2611.pdf ; Fethi Berker, « Mimarlar Birliği Projesi », Arkitekt 1945, p. 258, URL : http://dergi.mo.org.tr/dergiler/2/143/1688.pdf.

207 Nous avons déjà rencontré ce monsieur à propos de Şemsa Demiren.

208 La plupart du temps les étudiants turcs qui sont passés par l’IUUP mentionnent la Sorbonne. Ce qui ne facilite pas toujours les repérages.

209 Voir F. Georgeon, 1980, Aux origines du nationalisme turc : Yusuf Akçura (1876-1935), Paris, ADPF. URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3322047w.

210 Nous avons eu accès au dossier de l’étudiant Tuğrul Akçura de la Teknische Hochschule de Stuttgart grâce à la recherche aux archives d’une collègue de cette école, Kyra Bullert que nous remercions.

211 Georges Chabot, 1948, Les villes, aperçu de géographie humaine (collection Armand Colin), Paris, 1948.

212 T. Akçura, 1960, « Ankara et ses fonctions urbaines », Vie urbaine 1, p. 35-64.

213 U. Tanyeli, op. cit.

214 Il semble que Tuğrul Akçura ait commencé par travailler sur Ataköy, un quartier satellite d’Istanbul de 12 000 logements, opération haut de gamme, lancé à la fin des années 50 sous la supervision de Piccinato et proposé par Abercrombie.

215 İ. Tekeli, 1994, The development of the Istanbul Metropolitan Area: Urban Administration and Planning, METU, Ankara.

216 T. Akçura, 1968, « Architecture et urbanisme en Turquie », Architecture d’aujourd’hui 140, p. 89-91.

217 J’ai eu l’occasion d’interviewer plusieurs fois Murat Güvenç à qui je dois beaucoup dans ce travail. J’apprendrai ainsi au cours du premier entretien que c’est lui qui a traduit en turc l’hommage rendu par les collègues français (j’en faisais personnellement partie) à l’enterrement de Tuğrul Akçura à Ankara.

218 C’est une des expressions que nous, jeunes enseignants de l’IUUP, qui le fréquentions, avons retenu et aimons nous le rappeler. Jolie leçon de modestie.

219 C. Chaline, 1989, Urbanisme et développement, Évaluation des schémas directeurs d’Ankara, du Caire, de Rabat, de Tunis, Paris, Sedes.

220 Un autre mémoire, soutenu une année plus tôt par Mehmet Çubuk, porte également sur la planification d’Istanbul, mais à partir d’un élément structurant qu’est le Bosphore. Les sujets sur la planification d’Istanbul sont donc de pleine actualité, d’autant que le plan présenté en 1963 n’a jamais été appliqué.

221 Avis de décès publié dans le quotidien Milliyet 27/12/1990, p. 18.

222 La liste des diplômés de l’année 1962 est consultable à cette adresse : http://www.mim.itu.edu.tr/mezun/mimmezun/mim1962.htm.

223 Voir la liste des diplômés sur le site du lycée : http://www.getronagan.k12.tr/en/graduates/1959/298.

224 İ. Okyay (2001), Fransa’da Kentsel Sit Alanlarının Korunması : Malraux Yasası, Istanbul, YEM.

Table des illustrations

Légende Lettre du Consul impérial ottoman, datée du 8 janvier 1912
Crédits Archives nationales
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende Relevé de notes des étudiants inscrits en 1929-1930 en seconde année à l’IUUP
Crédits Fonds ancien de l’Institut d’urbanisme de Paris
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-2.png
Fichier image/png, 998k
Légende Portrait de Victor Uziel et de son directeur de mémoire, William Oualid
Crédits Mémoire de Victor Uziel, Fonds ancien de l’Institut d’urbanisme
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 6,7M
Crédits É. Utudjian, Architecture et urbanisme souterrain, Paris, Robert Laffont, 1966 p. 10
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 808k
Légende Photo illustrant la notice biographique d’E. M. Menteşe sur le site de l’école primaire Ertuğrul Murat Menteşe à Ağaçlıhöyük (Muğla)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Publicité pour le projet de logements collectifs d’Ataköy
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Crédits Türk yuksek mimarlar birliği, Istanbul, Cumhuriyet matbaası, 1940
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Crédits Türk yuksek mimarlar birliği, Istanbul, Cumhuriyet matbaası, 1940
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Légende Carte d’étudiant d’Aron Angel de l’Institut d’Urbanisme 1938-1939
Crédits Archives personnelles
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Légende Photo d’Aron Angel prise en avril 2008 sur la terrasse de son bureau
Crédits M. Jolé
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Tableau de Tarık Carım, collection famille Çubuk
Crédits M. Jolé
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Élèves de première année de l’Académie des beaux-arts, section architecture. De l’avant à l’arrière-plan : Cahide Tamer, Şemsa Demiren, Nezahat Sugüder Arıkoğlu, Melahat Arsava, Ülker Arıkoğlu, 1938
Crédits Archive Cahide Tamer, en ligne sur Mimarlık müzesi
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Photo du peintre Michel Bitran, prise par le photographe Lütfi Özkök à Cuba en 1966
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende À gauche : Dossier d’inscription en 1952 à l’École supérieure de Stuttgart, à droite : Notice nécrologique de 1984
Crédits crédits
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-14.png
Fichier image/png, 3,1M
Légende Copie du diplôme obtenu en 1953 à la Teknische Hochschule de Stuttgart
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-15.png
Fichier image/png, 342k
Légende Photo de Mehmet Çubuk à son domicile
Crédits M. Jolé
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-16.png
Fichier image/png, 798k
Légende Certificat de dispense de l’Université de Paris (1964)
Crédits Archives du département de sociologie de l’Université d’Istanbul
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Carte d’étudiant de Stéphane Yerasimos
Crédits Photo découverte par Daniel Matus
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2189/img-18.png
Fichier image/png, 4,2M

© Institut français d’études anatoliennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable