Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire turque de l’Institut d’urbanisme de Paris

 | 
Michèle Jolé

Conclusion

Texte intégral

Ce texte est traversé par beaucoup de fantômes que des coïncidences troublantes m’ont fait nommer ainsi : la découverte fortuite à Istanbul de ce magnifique livre d’Antonio Tabucchi, Nocturne indien151, sur la quête d’un disparu, et l’émotion ressentie, une nuit chaude de juin, à deviner dans l’obscurité, comme hors du temps, les bateaux qui passent sur le Bosphore. Le vaisseau fantôme n’était pas loin.

1Que conclure de cette histoire dont la nature hybride ouvre certes des pistes de recherche à explorer, mais dont les chantiers en friche peuvent aussi créer des frustrations ? En effet, la dominante descriptive plus qu’analytique de cette restitution tient à la volonté initiale de partir non pas d’institutions, de politiques – même si elles sont intégrées pour l’intelligibilité des propos –, mais des sujets qui font cette histoire – sans le savoir d’ailleurs – et qui donnent ou ont donné un sens à cette institution qu’est l’Institut d’urbanisme de Paris. Nous n’avons pu pousser cependant ce parti de la « micro-histoire » autant que nous l’aurions désiré, en analysant précisément les pratiques professionnelles des uns et des autres (de ceux qui ont choisi leur métier dans le champ de l’urbanisme) ; c’est cette analyse qui nous aurait permis de remonter à des questions plus larges que l’on nous a souvent posées, comme celle de l’influence ou non d’hypothétiques modèles ou de savoirs-faire, transmis par l’Institut auprès de ces plus ou moins jeunes apprentis, questions à replacer dans le cadre qui mériterait d’être analysé des échanges culturels et scientifiques entre la Turquie et la France, eux-mêmes travaillés par des rapports de force politiques et économiques.

2À la fin de ce travail, à défaut d’« influence », il est possible pour nous de parler d’attraction, de réputation qu’ont pu avoir cette institution et sa formation. L’attraction qu’a exercée l’IUUP durant ces cinquante années, sur de jeunes diplômés turcs ou en voie de l’être, en architecture ou ingénierie, est incontestable d’autant que ce mouvement s’est accru au cours du temps. Pour comprendre cette situation, il est nécessaire de replacer l’Institut dans un cercle plus large, dans une nébuleuse dont il est un des satellites, porteur certes, mais d’où l’on se circule vers d’autres formations très présentes dans le cursus observé des étudiants : l’ESA, l’École des beaux-arts, l’École des arts décoratifs, l’ESTP. D’autres formations peuvent en recevoir (lettres, sciences sociales), mais l’architecture, voire l’art restent les mondes les plus proches et les plus séduisants pour ces étudiants en urbanisme. Cet univers à plusieurs têtes prestigieuses qu’offre Paris dans une proximité physique appréciable et pour le modèle qu’elle représente, sans compter la vie qui lui est associée, explique à la fois l’importance des effectifs, mais également le faible nombre d’étudiants réellement diplômés. L’IUUP devient comme un carrefour, une plate-forme d’où l’on peut s’ouvrir à d’autres discours, d’autres pratiques auxquelles on s’initiera véritablement si on le désire ou se replier ailleurs sur des terrains plus connus. De plus, l’IUUP a pour lui d’être intégré à la Sorbonne dont le nom en lui-même attire ; l’Institut est plus souvent désigné et reconnu par cette appartenance universitaire que par son nom propre.

3Les échanges, durant ces cinquante années de structuration d’un milieu urbanistique en Turquie, entre ce pays et la France ont créé incontestablement des réseaux plus ou moins formels, plus ou moins connus et ont sans doute contribué à la reconnaissance de l’Institut et à l’arrivée de ces étudiants : circulation des idées (manuel français traduit, ouvrages…), débats, organisation de diverses missions en France (y compris dans les municipalités), transfert d’une expertise en urbanisme (Jaussely, Prost, Danger…). Il ne semble pas qu’il y ait de part et d’autre de politique délibérée, universitaire ou d’autres ministères, concernant cette discipline. Le bouche à oreille selon les témoins fonctionne bien, d’étudiant à étudiant, de collègue à collègue, d’enseignant à élève, à Istanbul, Ankara… Henri Prost, enseignant à l’IUUP et à l’ESA pendant de nombreuses années, a joué un rôle dans cette mobilité d’étudiants venant de Turquie, mais moindre que son ancrage « professionnel » dans ce pays aurait pu laisser supposer ou comme on aurait pu l’attendre d’une coopération réfléchie avec les autorités turques pour définir des programmes de formation en urbanisme en cours de gestation. Contrairement aux urbanistes-enseignants allemands qui pour des raisons historiques se sont installés en Turquie dans les années 40 et se sont préoccupés de l’organisation de l’enseignement de l’urbanisme dans les écoles et universités turques, Henri Prost qui leur est comparable en terme de longévité professionnelle dans ce pays n’a pas entrainé de mouvement de ce type. Peut-être faudrait-il, pour comprendre cette situation, analyser les stratégies, ou leur absence, de coopération avec les autorités turques pour l’organisation du système universitaire en Turquie, d’un côté des réseaux académiques disciplinaires (géographie, sociologie qui ont pu se saisir des questions urbaines) et de l’autre les réseaux professionnels et académiques de l’urbanisme.

4Le rôle de l’IUUP peut s’apprécier également, à travers ceux qui ont exercé leur métier dans le champ de l’urbanisme et la reconnaissance qu’ils ont eu et ont encore en Turquie aujourd’hui. À la génération des années de « gloire » avec Henri Prost (ils sont peu nombreux, mais présents (Aron Angel, Şemsa Demiren, Rüknettin Güney, Ertuğrul Murat Menteşe), vont succéder, dans les années 50 et 60, celles pour qui le couplage enseignement-recherche / action est essentiel – le rapport entre les deux pouvant varier – (Tuğrul Akçura, Mehmet Çubuk, Ahmet Keskin), au moment même où la formation en urbanisme tend à s’autonomiser et se nationaliser. Leur rôle de ce point de vue est pionnier. La plupart de leurs activités ont une dimension internationale, certains même y consacrent une carrière Pour la plupart, ce sont des gens mobiles, qui circulent, y compris de Paris à Istanbul comme Stéphane Yerasimos qui, en poste en France, travaille sur l’urbanisme en Turquie où il séjourne régulièrement. Les références sont multiples comme leurs expériences, elles évoluent dans le temps et se différencient d’une génération à l’autre. Des propos entendus sur différentes périodes à propos de l’IUP, il ne se dégage pas de sentiment d’appartenance à une école de pensée, voire même à des méthodes (sauf pour Aron Angel et Mehmet Çubuk qui s’en réclament). La caractéristique incontestable, commune à ces différentes générations d’urbanistes, est d’être, pour la plupart, architecte.

5L’autre caractéristique partagée par les personnalités qu’on a pu cerner et qui s’est confirmée au fil du travail est l’engagement dont ils ont fait preuve dans l’exercice de leur métier, fondé autant sur des convictions que des savoir-faire comme si « l’impuissance » objective de leur actions, voire du métier – constat que tous font et que le titre du travail de Stéphane Yerasimos résume de façon provocatrice, Des urbanistes sans urbanisme – les obligeait à une quasi politisation de leur démarche. Comme le dit l’architecte urbaniste Ahmet Gülgönen à leur propos, ce sont des « intellectuels-urbanistes ». L’Université y serait-il pour quelque chose dans sa tradition de distance critique ? Et l’IUP ? La question restera sans réponse.

6Et aujourd’hui ? Où en sont l’Institut et la Turquie ?

7Pour y répondre, je reprendrai le « je » dans la mesure où, pour répondre à la question, je me nourrirai de ma propre expérience de responsable des relations internationales et des rencontres très riches que j’ai pu faire. Bien sûr, le contexte a changé, mais on peut percevoir certains effets de miroir que nous souhaitons évoquer.

8Des changements de différente nature en effet se sont produits. Un certain nombre de formations spécialisées en urbanisme se sont développées depuis les années 70 dans différentes grandes villes de Turquie ; de plus, elles se sont émancipées de l’architecture, même si dans l’ensemble, elles dépendent des facultés de cette discipline Ce sont pour la plupart des formations initiales : on devient urbaniste à part entière, ce qu’on appellerait en anglais « urban planner », en français, urbaniste-développeur. Du côté français, depuis ces mêmes années, les formations se sont elles aussi multipliées et diversifiées et les cursus se sont progressivement différenciées entre le « professionnel » et celui de recherche, dans un contexte de mondialisation et d’urbanisation généralisée qui complexifient les métiers.

9L’Institut dans les configurations actuelles y a sa place et poursuit une politique d’ouverture « internationale », sans aucun doute plus formalisée que l’affichage de la vocation internationale dans la période étudiée : on parle aujourd’hui plus d’« échanges », ceux-ci s’établissant à l’intérieur de contrats, de conventions menés avec de multiples partenaires, dans le cadre de financements divers… (ERASMUS en est un exemple dans le cadre de l’Europe).

10La Turquie est inscrite dans cette stratégie. Ainsi l’Institut a continué et continue à recevoir des étudiants turcs, certes en petit nombre, mais régulièrement ; le changement est qu’elle envoie ses propres étudiants, ainsi que des enseignants et que de son côté, elle en accueille également. En plus de ces accords formels, des étudiants turcs prennent l’initiative de venir faire des études à l’Institut, à différents niveaux, master ou doctorat, dans les deux filières.

11Je souhaiterais pour suggérer les infléchissements des trajectoires des étudiants inscrits à l’Institut, mais aussi certaines permanences – et pour ce faire, revenir à mon désir de « micro-histoire » – évoquer deux étudiantes que j’ai eu la chance de rencontrer ; leur curiosité intellectuelle et leur détermination à poursuivre leur chemin dans un contexte culturel et social nouveau et sans doute difficile, m’avaient en effet questionnée et impressionnée (c‘est encore le cas aujourd’hui).

  • 152 Entre-temps, il y eut la réforme universitaire dite LMD, licence, master et doctorat.

12Aucune de ces deux jeunes femmes ne vient de l’architecture, mais des sciences sociales dans lesquelles elles vont inscrire leur désir de se confronter à une institution de formation en urbanisme et pour cela, sont venues à Paris. Elles se sont inscrites à l’Institut à une dizaine d’années d’intervalle, l’une pour l’année universitaire 1999-2000 et l’autre pour 2008-2009. L’aînée, dirons-nous, s’est inscrite, en candidate libre pour le cursus standard de recherche, DEA, diplôme d’études approfondies, en vue d’un doctorat, à la suite d’études en sciences politiques à Ankara. La cadette, elle, est venue dans le cadre du programme ERASMUS, établi entre l’IUP et le Département de sociologie de l’Université Galatasaray, dirigé par le professeur Barlas Tolan – lui-même avait été professeur associé à l’Institut. Elle n’a ainsi suivi que le premier semestre de la première année de master152, en acquérant une équivalence pour ses études de sociologie. Dès le départ, elle afficha sa préférence pour le « cursus professionnel », voulant goûter à ce que pouvait être une pratique urbanistique. C’est dans le même esprit qu’elle revint l’été suivant faire un stage, toujours dans le cadre de l’Institut, dans un bureau d’études privé, spécialisé en sociologie urbaine. Leur proximité à toutes deux des sciences sociales explique sans doute la proximité de leurs sujets de réflexion ou d’intervention : celui du DEA concerne les enfants travaillant dans les rues d’Istanbul et qui habitent un quartier pauvre d’Istanbul, Tarlabaşı ; celui de la thèse que l’étudiante a entreprise, sous la direction de Stéphane Yerasimos, puis de Nora Şeni (dans l’autre Institut d’urbanisme) concerne toujours le même quartier, mais dans une problématique plus large, celle de la migration, de l’exclusion et de la taudification. Pour la seconde, le sujet du stage porte sur un projet de réhabilitation d’un quartier, les Anciennes Beaudottes, quartier sensible de Sevran, ville de la banlieue parisienne. Son mémoire du master en sociologie s’intéresse, lui aussi, aux mutations que subit, dans son centre, la métropole stambouliote, mais à partir du phénomène opposé, la régénération urbaine. Travail quasi en miroir pourrions-nous dire.

13Ces deux parcours, malgré ou grâce à leur différence de cursus, rendent compte de préoccupations et convictions communes : comprendre ce que deviennent nos villes contemporaines dans leurs inégalités et leurs injustice, en sachant que ces mutations souvent radicales exigent des réponses théoriques, politiques et pratiques. Quelques années plus tard, leurs choix de métiers ou de vie vont confirmer ces préférences, mûries au cours de leur quête respective et selon leur propre individualité. L’une a mis ses convictions au service de la recherche et de la transmission, dans un département de sciences politiques et administratives ; la seconde, plus jeune, très touchée par « la culture Gezi », mouvement typiquement urbain, tente de résoudre la question délicate de vivre sa vie quotidienne en adéquation avec ces convictions. Ainsi, après avoir élargi son tour d’Europe grâce à un master d’études urbaines à cheval sur Vienne, Madrid et Bruxelles, elle tente un compromis : faire une thèse sur un sujet qui permet à la fois une réflexion et un engagement : les squats. La première expérience en Turquie sera menée dans la foulée des évènements de Gezi, à Kadıköy et elle y participera.

14Nous retrouvons d’une certaine manière les qualités de nos anciens « intellectuels urbanistes », critique, engagement et ouverture sur le monde, chacun les déclinant à leur manière.

Notes

151 Antonio Tabucchi, 2004, Nocturne indien, Paris, Bourgois.

152 Entre-temps, il y eut la réforme universitaire dite LMD, licence, master et doctorat.

© Institut français d’études anatoliennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable