Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire turque de l’Institut d’urbanisme de Paris

 | 
Michèle Jolé

Chapitre 3

Le retour en Turquie et l’intégration dans le milieu professionnel

Texte intégral

Que sont-ils devenus ? Les vies professionnelles, la place de l’urbanisme

1Selon nos sources sur l’activité professionnelle, une quinzaine d’étudiants à peine ont eu à faire, à un moment de leur vie professionnelle, au monde de l’urbanisme. Ce n’est pas à vrai dire une surprise dans la mesure où, sur les 75 inscrits, peu ont mené une scolarité aboutie. Les personnes repérées sont en effet soit les diplômés, soit les « admis » de l’IUUP, à l’exception cependant de quelques-uns.

2Ces « acteurs » de l’urbanisme n’ont pas tous eu le même engagement dans la profession. Quasiment tous architectes de formation, ils ont pu alterner ou jouer sur les deux formations et les compétences acquises, selon les opportunités offertes, les goûts et les convictions de chacun. Certains d’entre eux cependant s’y sont voués entièrement, soit par la pratique ou par l’enseignement et la recherche, le plus souvent les deux à la fois ; ils ont pu avoir un rôle très important dans les nouvelles formations en urbanisme qui se sont mises en place en Turquie à partir des années 60, bien sûr avec d’autres, locaux ou de retour de l’étranger eux aussi ou dans des formations en France lorsqu’ils ont fait leur carrière dans ce pays.

Des non-retours60

  • 60 Parmi les diplômés et les « admis » qui ne sont pas rentrés en Turquie, certains n’ont pas fait leu (...)
  • 61 Annuaire Sageret des Bâtiments et des Travaux publics, 1932, 1935, 1938.

3En effet, tous ne retournent pas au pays et certains feront carrière en France, avec peu de relation avec le pays d’origine. Ainsi les deux « premiers diplômés de l’IUUP », Alki Djelepa (diplômé en 1922) et Victor Uziel (diplômé en 1930), semblent en effet avoir mené leur vie professionnelle en France – nous n’avons pas d’informations précises, mais certains indices nous le laissent supposer : le fait que leurs noms n’évoquent rien à nos interlocuteurs turcs, mais aussi pour Alki Djelepa qu’il soit inscrit en 1923 à l’association des anciens de l’IUUP et qu’il figure en tant qu’architecte-urbaniste, domicilié à Saint-Cloud, dans l’Annuaire Sageret des Bâtiments et Travaux publics de 1932 à 193861 ; pour Victor Uziel, c’est le choix du thème et du terrain du mémoire (Grenoble et le municipalisme) qui confirmerait cette option. De plus, leur appartenance pour tous d’eux à une « minorité » plaiderait pour cette interprétation.

  • 62 É. Utudjian, 1966, Les monuments arméniens du 4e au 17e siècle, Paris, Laffont.

4Il en est de même pour Yervant (Édouard) Utudjian – une fois naturalisé, il francise son prénom. Architecte DPLG (1941), « admis » en 1935 et diplômé à l’IUUP, en 1951, avec un mémoire – qui a toute l’envergure d’une thèse – sur l’urbanisme souterrain, il fait toute sa carrière d’urbaniste en France dans ce champ où il acquerra une véritable expertise pionnière et reconnue internationalement – rappelons qu’il n’est quasiment pas connu en Turquie. Il sera très longtemps le secrétaire général du Comité permanent international des techniques de l’urbanisme souterrain, CPITUS. Il crée avec son frère, lui aussi « admis » de l’IUUP, une agence d’architecture et d’urbanisme. Il est probable qu’il soit retourné momentanément en Turquie pour son travail sur Les monuments arméniens du 4e au 17e siècle62.

Des allers-retours de passeurs

5La figure de passeur s’impose. Stéphane Yerasimos en est une des grandes. Il est architecte diplômé de l’Académie des beaux-arts d’Istanbul (1964) et diplômé de l’IUUP en 1968. Après un passage à l’IAURIF (Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Île-de-France), en tant qu’urbaniste, il se consacre à l’enseignement et à la recherche à l’Institut français d’urbanisme, nouvel Institut créé en 1971 à l’Université de Vincennes. Contrairement à Édouard Utudjian, ses activités sont principalement tournées vers la Turquie ; il y développe à la fois des recherches concernant l’histoire de l’urbanisme, des villes dont Istanbul, mais aussi plus globalement de l’Empire ottoman. Installé en France, il s’est voulu un intermédiaire entre les deux pays, entre les deux cultures. Il a ainsi occupé, pendant plusieurs années, la fonction de directeur de l’IFEA, Institut français d’études anatoliennes à Istanbul (voir sa notice).

  • 63 Şemsa Demiren sera la compagne, puis l’épouse d’Henri-Jean Calsat (1905-1991) ; celui-ci est diplôm (...)

6Şemsa Demiren est une autre figure de cette double appartenance qu’elle a essayé de tenir dans sa vie professionnelle et privée. Figure importante parce que c’est celle d’une femme et qu’il y en a peu durant cette période ; elle aussi va vivre en France et va y faire sa carrière d’architecte-urbaniste pour des raisons principalement privées63 ; à la différence des autres, elle n’est pas diplômée de l’IUUP où elle a été cependant inscrite sous la recommandation d’Henri Prost (1947) ; par contre, elle sera formée sur le tas, pourrions-nous dire, dans l’équipe de ce dernier à Istanbul (1948-1950), avant de quitter la Turquie avec laquelle elle entretiendra, elle aussi, des liens réguliers, y compris professionnels.

7Une autre figure de carrière d’architecte urbaniste à l’étranger est celle d’expert international comme le fut, pendant quasiment toute sa vie professionnelle, Tarık Carım, diplômé de l’IUUP en 1955. Il occupera très longtemps un poste de fonctionnaire international à l’ONU à Séoul et Nairobi pour le suivi de grands projets. Il démarre cependant comme d’autres, à son retour de France, par une première expérience de planification régionale pour la région d’Istanbul. De retour d’Asie, il enseigne au Département de planification urbaine et régionale à l’Université Mimar Sinan.

8Dans l’ensemble, malgré l’ancrage privilégié fait à un moment de leur vie à l’étranger, et en France de préférence, pour diverses raisons (affectives, professionnelles, politiques), nous sommes en présence de personnes, souvent multilingues, pour ne pas dire multiculturelles, qui ont une certaine disposition à la mobilité tant mentale que physique.

Des retours au pays64

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable