Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire turque de l’Institut d’urbanisme de Paris

 | 
Michèle Jolé

Chapitre 3

Le retour en Turquie et l’intégration dans le milieu professionnel

Texte intégral

Que sont-ils devenus ? Les vies professionnelles, la place de l’urbanisme

1Selon nos sources sur l’activité professionnelle, une quinzaine d’étudiants à peine ont eu à faire, à un moment de leur vie professionnelle, au monde de l’urbanisme. Ce n’est pas à vrai dire une surprise dans la mesure où, sur les 75 inscrits, peu ont mené une scolarité aboutie. Les personnes repérées sont en effet soit les diplômés, soit les « admis » de l’IUUP, à l’exception cependant de quelques-uns.

2Ces « acteurs » de l’urbanisme n’ont pas tous eu le même engagement dans la profession. Quasiment tous architectes de formation, ils ont pu alterner ou jouer sur les deux formations et les compétences acquises, selon les opportunités offertes, les goûts et les convictions de chacun. Certains d’entre eux cependant s’y sont voués entièrement, soit par la pratique ou par l’enseignement et la recherche, le plus souvent les deux à la fois ; ils ont pu avoir un rôle très important dans les nouvelles formations en urbanisme qui se sont mises en place en Turquie à partir des années 60, bien sûr avec d’autres, locaux ou de retour de l’étranger eux aussi ou dans des formations en France lorsqu’ils ont fait leur carrière dans ce pays.

Des non-retours60

  • 60 Parmi les diplômés et les « admis » qui ne sont pas rentrés en Turquie, certains n’ont pas fait leu (...)
  • 61 Annuaire Sageret des Bâtiments et des Travaux publics, 1932, 1935, 1938.

3En effet, tous ne retournent pas au pays et certains feront carrière en France, avec peu de relation avec le pays d’origine. Ainsi les deux « premiers diplômés de l’IUUP », Alki Djelepa (diplômé en 1922) et Victor Uziel (diplômé en 1930), semblent en effet avoir mené leur vie professionnelle en France – nous n’avons pas d’informations précises, mais certains indices nous le laissent supposer : le fait que leurs noms n’évoquent rien à nos interlocuteurs turcs, mais aussi pour Alki Djelepa qu’il soit inscrit en 1923 à l’association des anciens de l’IUUP et qu’il figure en tant qu’architecte-urbaniste, domicilié à Saint-Cloud, dans l’Annuaire Sageret des Bâtiments et Travaux publics de 1932 à 193861 ; pour Victor Uziel, c’est le choix du thème et du terrain du mémoire (Grenoble et le municipalisme) qui confirmerait cette option. De plus, leur appartenance pour tous d’eux à une « minorité » plaiderait pour cette interprétation.

  • 62 É. Utudjian, 1966, Les monuments arméniens du 4e au 17e siècle, Paris, Laffont.

4Il en est de même pour Yervant (Édouard) Utudjian – une fois naturalisé, il francise son prénom. Architecte DPLG (1941), « admis » en 1935 et diplômé à l’IUUP, en 1951, avec un mémoire – qui a toute l’envergure d’une thèse – sur l’urbanisme souterrain, il fait toute sa carrière d’urbaniste en France dans ce champ où il acquerra une véritable expertise pionnière et reconnue internationalement – rappelons qu’il n’est quasiment pas connu en Turquie. Il sera très longtemps le secrétaire général du Comité permanent international des techniques de l’urbanisme souterrain, CPITUS. Il crée avec son frère, lui aussi « admis » de l’IUUP, une agence d’architecture et d’urbanisme. Il est probable qu’il soit retourné momentanément en Turquie pour son travail sur Les monuments arméniens du 4e au 17e siècle62.

Des allers-retours de passeurs

5La figure de passeur s’impose. Stéphane Yerasimos en est une des grandes. Il est architecte diplômé de l’Académie des beaux-arts d’Istanbul (1964) et diplômé de l’IUUP en 1968. Après un passage à l’IAURIF (Institut d’aménagement et d’urbanisme de la Région Île-de-France), en tant qu’urbaniste, il se consacre à l’enseignement et à la recherche à l’Institut français d’urbanisme, nouvel Institut créé en 1971 à l’Université de Vincennes. Contrairement à Édouard Utudjian, ses activités sont principalement tournées vers la Turquie ; il y développe à la fois des recherches concernant l’histoire de l’urbanisme, des villes dont Istanbul, mais aussi plus globalement de l’Empire ottoman. Installé en France, il s’est voulu un intermédiaire entre les deux pays, entre les deux cultures. Il a ainsi occupé, pendant plusieurs années, la fonction de directeur de l’IFEA, Institut français d’études anatoliennes à Istanbul (voir sa notice).

  • 63 Şemsa Demiren sera la compagne, puis l’épouse d’Henri-Jean Calsat (1905-1991) ; celui-ci est diplôm (...)

6Şemsa Demiren est une autre figure de cette double appartenance qu’elle a essayé de tenir dans sa vie professionnelle et privée. Figure importante parce que c’est celle d’une femme et qu’il y en a peu durant cette période ; elle aussi va vivre en France et va y faire sa carrière d’architecte-urbaniste pour des raisons principalement privées63 ; à la différence des autres, elle n’est pas diplômée de l’IUUP où elle a été cependant inscrite sous la recommandation d’Henri Prost (1947) ; par contre, elle sera formée sur le tas, pourrions-nous dire, dans l’équipe de ce dernier à Istanbul (1948-1950), avant de quitter la Turquie avec laquelle elle entretiendra, elle aussi, des liens réguliers, y compris professionnels.

7Une autre figure de carrière d’architecte urbaniste à l’étranger est celle d’expert international comme le fut, pendant quasiment toute sa vie professionnelle, Tarık Carım, diplômé de l’IUUP en 1955. Il occupera très longtemps un poste de fonctionnaire international à l’ONU à Séoul et Nairobi pour le suivi de grands projets. Il démarre cependant comme d’autres, à son retour de France, par une première expérience de planification régionale pour la région d’Istanbul. De retour d’Asie, il enseigne au Département de planification urbaine et régionale à l’Université Mimar Sinan.

8Dans l’ensemble, malgré l’ancrage privilégié fait à un moment de leur vie à l’étranger, et en France de préférence, pour diverses raisons (affectives, professionnelles, politiques), nous sommes en présence de personnes, souvent multilingues, pour ne pas dire multiculturelles, qui ont une certaine disposition à la mobilité tant mentale que physique.

Des retours au pays64

  • 64 Notons que les premiers retours se font peu de temps avant la Seconde Guerre mondiale.

9Plus nombreux sont ceux qui sont rentrés et ont ancré institutionnellement leur vie professionnelle en Turquie, ce qui ne les empêchera pas non plus par ailleurs de bouger. Ils n’ont pas tous eu le même engagement dans la profession d’urbaniste ; ils l’ont pratiquée plus ou moins longuement et dans des modes différents selon les cas, les périodes et les politiques menées.

Des engagements multiples

10Certains se détachent du lot ; ils ont en commun d’être diplômés en bonne et due forme de l’IUUP et d’avoir été impliqués fortement et durablement dans des institutions de formation, tout en ayant été par ailleurs des praticiens, voire des experts en urbanisme à différents moments de leur vie selon les cas, avec des ouvertures affirmées sur le monde. Les trois architectes-urbanistes concernés, de génération différente, sont par ordre chronologique de l’obtention du diplôme, Tuğrul Akçura, diplômé en 1959, Mehmet Çubuk, diplômé en 1966 et İsmet Okyay, diplômé en 1969.

11Tuğrul Akçura est une des figures emblématiques de l’urbanisme turc. En effet, c’est bien le métier d’urbaniste qu’il va exercer et déployer pleinement comme praticien, expert international et enseignant. Il est aussi un bel exemple d’une forme d’« internationalisation » de l’urbanisme, depuis sa formation jusqu’à la façon de mener sa vie professionnelle. En effet, après des études primaires et secondaires dans des écoles francophones à Istanbul, il fait ses études d’ingénieur-architecte à Lausanne qu’il terminera à l’École supérieure technique de Stuttgart (diplômé en 1953). Il sera diplômé de l’IUUP en 1959. De retour en Turquie, après avoir été chef de projet du plan de la région Marmara Est entre 1961-1963, il rejoint le Département de planification urbaine et régionale du METU (Middle East Technical University) où il terminera sa carrière comme professeur de 1965 à 1984. Il mène parallèlement des travaux dans différentes villes turques, mais également comme consultant international dans de nombreux pays. Pour boucler la boucle, il passera deux années comme professeur dans ce même Institut où il avait été formé, l’IUUP, une trentaine d’années auparavant. Nous y reviendrons.

  • 65 Comme nous l’avons dit, Mehmet Çubuk a été un de nos rares interlocuteurs qui a pu nous parler de l (...)
  • 66 L’urbanisme à l’Université Mimar Sinan comme au METU est une discipline qui s’enseigne en formation (...)

12Mehmet Çubuk65 a lui aussi joué un rôle très important pour la poursuite du développement et de « l’autonomisation » du champ disciplinaire de l’urbanisme en Turquie ; il crée en effet, en 1983, le Département de planification urbaine et régionale à l’Université Mimar Sinan, anciennement Académie des beaux-arts d’Istanbul dont il a été diplômé en architecture et où il a fait sa carrière d’enseignant de 1966 à 2001, date à laquelle il a pris sa retraite. Décidé très tôt à faire de l’urbanisme et à l’enseigner, il fait ses études à l’IUUP – dont il sera diplômé en 1967 – sur les conseils de ses aînés, Tuğrul Akçura et Turgut Cansever qu’ils rencontrent au service chargé du plan directeur de la Région Marmara Est. Il rapporte de ces années d’études certaines convictions à la fois en matière de pédagogie et d’animation de cette discipline, entre autres la nécessité de l’ouverture aux sciences sociales (sa thèse est dirigée par une géographe, Beaujeu-Garnier) ou dit autrement de l’interdisciplinarité66, la nécessité d’échanger entre les différents partenaires de l’urbanisme, y compris en termes de recherche, dans des cadres nationaux et internationaux.

13İsmet Okyay a fait à son tour une carrière d’enseignant, certes plus fragmentée, à la fois par le changement d’institution, mais aussi par le choix de travailler en agence, pendant une dizaine d’année. Diplômé de l’İTÜ en 1965, il y sera recruté comme assistant à son retour de France en 1975 : il est diplômé de l’IUUP en 1969 et du Département de géographie de la Sorbonne (thèse sur l’urbanisation en Turquie) en 1974. Il se consacre à nouveau à l’enseignement et à la recherche à l’Université Mimar Sinan au Département de planification urbaine et régionale. Il s’y occupe principalement des questions de patrimoine et de sauvegarde, objet de ses recherches qu’il mène également sur la France.

14Enfin parmi ceux qui ont eu une carrière d’universitaire, figure Ahmet Keskin, carrière qu’il a menée, à partir de 1962, à l’Institut d’urbanisme de l’İTÜ, Université technique d’Istanbul dont il a été parmi les premiers à être diplômé ingénieur-architecte en 1949. C’est une personnalité reconnue par d’anciens étudiants du cursus de l’urbanisme. Il assure pendant un certain temps la fonction de doyen de la faculté d’architecture. À la différence des architectes-urbanistes enseignants précédents, il n’est pas diplômé de l’IUUP ; apparemment il n’y fait que passer, sans scolarité, en tout cas reconnue. Sans doute, a-t-il suivi d’autres formations. Il est en effet francophone pour avoir fait le lycée Galatasaray.

15Orhan Kuntay présente, mais plus tardivement, le même type de profil ; il est diplômé de l’İTÜ au début des années 60 et ne fait apparemment que s’inscrire à l’IUUP (sur les conseils de Mehmet Çubuk), pour finalement s’inscrire en doctorat au Département de géographie de la Sorbonne. Il est aujourd’hui enseignant à l’Université Atılım à Ankara, après avoir été à en Algérie, puis à l’Université Gazi à la Faculté d’ingénierie et d’architecture de 1990 à 2004. Ses thèmes de recherche portent sur la planification durable du tourisme, l’espace piétonnier et l’accessibilité urbaine.

Urbaniste praticien, en libéral ou dans la fonction publique ?

  • 67 Voir leurs notices sur l’identification des noms.

16Certains ont fait de préférence une carrière de praticien, plus ou moins longue, plus ou moins mêlée à l’architecture, dans la fonction publique ou (et) en libéral. Trois noms s’imposent par leur antériorité, Rüknettin Güney, dit Kazım Rukneddin, Murat Menteşe, dit Ertuğrul Mourad67 et Cemil Münir Topçubaşı. Les deux premiers ont en commun d’être diplômés des Beaux-Arts à Paris, le premier en 1932, le second en 1938. Ils sont inscrits à l’IUUP à peu près dans les mêmes années, entre 1935 et 1938, Rüknettin Güney par correspondance (sans doute comme fonctionnaire de l’urbanisme) tandis que Murat Menteşe y valide sa première année en 1937. Cemil Münir Topçubaşı est ingénieur-architecte, diplômé de l’ESTP en 1936 et il est inscrit à l’IUUP en 1937. Ils ont exercé de préférence le métier d’architecte-urbaniste dans la fonction publique.

  • 68 Il n’est pas clair pour nous s’il s’agit du service d’urbanisme (voire technique) ou du bureau d’ét (...)

17Rüknettin Güney travaille tout d’abord à la Direction de la construction du ministère de l’Éducation nationale, puis à la municipalité d’Istanbul où il est directeur du « service d’urbanisme »68 de 1939 à 1950. Il est impliqué dans certains projets avec Henri Prost (le plan de secteur de la zone de Florya (plage), le projet du café club Gazino de Taksim…). Après une période en libéral, il revient à la fonction publique comme responsable de la Direction des constructions de l’Université d’Istanbul de 1963 à 1966.

  • 69 Banque fondée par l’État en 1926 pour financer des opérations de logements à finalités sociales et (...)

18Ertuğrul Murat Menteşe aurait commencé sa carrière à Ankara (rappelons que cette nouvelle capitale est à cette époque un véritable laboratoire pour l’urbanisme turc), puis rejoint l’équipe d’Henri Prost où il est chargé d’un plan de secteur (celui d’Eminönü). Dans les années cinquante, il est responsable du plan d’Ataköy. Il occupe ultérieurement une fonction importante à la Türkiye Emlak Kredi Bankası69.

19Cemil Münir Topçubaşı est longtemps membre de l’assemblée municipale d’Ankara. Il écrit de nombreux articles dans la revue Belediyeler dans les années 40. Il fait partie des architectes qui répondent aux concours concernant les plans d’urbanisme. Il a, selon une attestation d’Henri Prost, datée de 1946, « des dispositions très favorables aux études urbaines ».

20Une autre figure très reconnue, Aron Angel, quelques années plus tard, arrive, pourrait-on dire, sur le marché, muni de plusieurs diplômes : ingénieur de l’École supérieure d’ingénieurs d’Istanbul en 1937, architecte diplômé de l’ESA et de l’IUUP en 1940. De retour en Turquie, il est intégré dans l’équipe d’Henri Prost, l’İmar Bürosü, pour l’élaboration du plan directeur d’Istanbul. Il en sera un des piliers de 1940 à 1952 et sera entre autres choses chargé de plans de secteurs (Beyoğlu et Yeşilyurt). Fidèle à « son maître », un an après la rupture du contrat de ce dernier, il quittera lui aussi la municipalité pour des raisons principalement d’éthique ; il créera sa propre agence où il pratiquera de préférence l’architecture. Fervent et fidèle admirateur d’Henri Prost, francophone par tradition familiale et par goût, il défendra son plan directeur et continuera à promouvoir un urbanisme ouvert sur les sciences sociales et le droit, soucieux de l’intérêt général (voir sa notice).

21Il est assez probable que ces personnes se soient connues. Formaient-ils pour autant un réseau d’influence ? Défendaient-ils une doctrine particulière ? Difficile de le dire. Nous y reviendrons.

  • 70 Nous avons pu faire une longue interview à Istanbul.

22Enfin, une autre figure professionnelle est celle de l’architecte-urbaniste, qui travaille en agence privée, consacrée à la planification urbaine et régionale : conception et suivi de plans directeur, conseil aux collectivités locales… D’une autre génération, Polat Sökmen, qui est diplômé de l’İTÜ en 1954 et a fait ses deux années à l’IUUP de 1957 à 1959, en est un exemple. N’ayant pas fait de mémoire, il n’en est pas diplômé. En fait, selon ses dires, il souhaitait faire de l’architecture et c’est un peu les hasards des concours qui l’ont engagé dans le métier d’urbaniste. Parallèlement à sa vie professionnelle en libéral, il poursuit ses recherches (il soutient une thèse en Turquie), publie et assure des cours d’urbanisme à l’Université Mimar Sinan70.

23Pour terminer, citons des profils d’architectes, un peu particuliers, qui ont eu à voir avec l’urbanisme et qui ont été intéressés par cette discipline, puisqu’ils ont passé un moment à l’Institut. Il s’agit de Vedat Dalokay, ingénieur-architecte de l’İTÜ (1949) qui a réussi sa première année à l’IUUP en 1953 et qui est internationalement connu pour son architecture moderne (la très fameuse mosquée Faisal à Islamabad en 1969) et pour son rôle de maire, social-démocrate, à Ankara et de Selma Emler, architecte diplômé des Beaux-Arts d’Istanbul et stagiaire à l’IUUP en 1958 qui s’est spécialisée dans la réhabilitation du patrimoine.

24Ce panorama laisse entrevoir, à travers les formes et les statuts que peuvent prendre les engagements professionnels des uns et des autres au cours de cette cinquantaine d’années, la construction d’un champ d’intervention, d’une discipline et des compétences requises pour un métier qui va évoluer suivant les questions urbaines posées, les façons d’y répondre politiquement, techniquement et idéologiquement. Les réponses sont liées elles aussi aux modèles de références, aux influences. Se pose alors aussi la question de la formation, son autonomisation, à la fois disciplinaire, par rapport à d’autres disciplines comme l’architecture principalement, mais aussi nationale par rapport à la création d’un diplôme propre et de la reconnaissance d’un métier spécifique.

La bataille symbolique du « premier urbaniste turc ». Quel enjeu ? Le diplôme ou la « définition » de l’urbanisme ?

  • 71 Au-delà de la revendication subjective des acteurs, la question peut se poser dans l’analyse de la (...)

25Cette question du « premier urbaniste turc » dont on n’est pas sûr de saisir d’emblée la pertinence, ce sont les acteurs eux-mêmes qui l’ont posée lors de nos rencontres comme s’il y avait un enjeu à le faire71. D’où l’intérêt d’en parler et de ne pas ranger ces revendications dans le sac des petites vanités qui démangent chacun de nous ou des réflexes corporatistes. Il ne s’agit pas d’ailleurs de savoir si ces revendications collent exactement à la réalité, mais de les prendre comme des éléments de discours sur qui a droit au titre d’urbaniste, sur la place dans cette reconnaissance d’un diplôme spécifique, sur les légitimités autres que celles de l’architecture à revendiquer des compétences, sur, en filigrane, ce qu’est l’urbanisme.

26Rappelons que la première formation avec diplôme en Turquie voit le jour en 1962 à l’Université technique du Moyen-Orient (METU) à Ankara et donc que les premiers diplômés en urbanisme de la Turquie sortent en 1967-1968. Parallèlement, l’IUUP tient un quasi-monopole de la formation en urbanisme en France jusqu’en 1968 où d’autres institutions vont se créer dans d’autres Écoles ou Universités. On comprend donc que si l’enjeu est le diplôme, la formation à l’étranger devient une référence et la seule. De ce point de vue, il serait intéressant de faire le même type de travail sur d’autres pays, l’Allemagne bien sûr vu son poids dans l’histoire de l’urbanisme en Turquie, la Suisse, l’Autriche, l’Angleterre, la Suisse les États-Unis, pour éviter l’unicité d’un récit fait par des membres d’une seule institution étrangère.

27Rappelons aussi que de nombreux jeunes architectes se sont formés sur le tas sous la pression de la demande et qu’ils ont été impliqués dans la fabrication de plans d’urbanisme, dès les années 30 et qu’eux aussi, peuvent revendiquer au nom de l’expérience et de leur formation d’architecte la légitimité d’exercer ce métier.

  • 72 Encore qu’il est vrai, comme nous l’avons vu, que ces prédécesseurs diplômés de l’IUUP ne sont très (...)

28L’exemple le plus connu pour avoir revendiqué ce titre est celui d’Aron Angel avec l’histoire, en quelque sorte fondatrice, qu’il aimait à raconter comme il l’a fait lors de notre premier entretien : elle concerne la cérémonie organisée à Ankara, en 1995, en l’honneur des urbanistes turcs ayant exercé depuis plus de 25 ans ; l’allocution que devait prononcer le « premier urbaniste turc » fut faite non par Ahmet Bey, comme il avait été programmé, mais par Aron Angel qui tint, très courtoisement, à faire valoir ses droits d’aînesse en quelque sorte, son « rival » n’ayant fait ses études dans une « obscure école anglaise » qu’en 1949. Cette « première place », reconnue dans le milieu – mais que bouscule un peu notre recherche – Stéphane Yerasimos, lui-même diplômé de l’IUUP en 1967, la confirme avec humour : « Aron Angel est le premier urbaniste turc et moi, le dernier ! » sous-entendu, bien sûr, de l’IUUP ancienne formule72.

  • 73 Il va ainsi, dans les récits qu’il nous fait, passer sous silence des personnes qui à la fois étaie (...)
  • 74 J.-F. Pérouse, 2001, « Aron Angel, “le premier urbaniste turc” ? » papier provisoire (communication (...)

29En l’occurrence, en plus du classement implicite qu’Aron Angel semble faire entre les bonnes et les moins bonnes formations, sa revendication est plus large et porte sur les critères de légitimation de l’appellation d’urbaniste. Pour lui, n’a droit à celle-ci que celui qui a un diplôme spécifique, le seul titre d’architecte ou même l’expérience de ce métier ne suffisant pas selon lui pour y prétendre73. À cette époque dont parle Aron Angel, il va sans dire que peu de gens pouvaient le faire et pour reprendre les termes de Jean-François Pérouse, « ce qui semble l’autoriser à porter des jugements sévères sur certains de ses collègues prétendument urbanistes »74.

30De son côté, Mehmet Çubuk, diplômé en 1966 à l’IUUP et fondateur en 1982 du Département d’urbanisme à l’Université Mimar Sinan, dans le récit qu’il nous fait à propos des étudiants turcs de l’IUUP, nous parle de « quatre avant-gardistes » de l’urbanisme dont les dates des diplômes s’échelonnent de 1940 à 1966 : Aron Angel, Tarık Carım, Tuğrul Akçura et lui-même. « Tous les quatre étant architectes diplômés, ils sont retournés dans leur pays après leurs études à Paris », sous-entendu avec leur diplôme d’urbaniste.

  • 75 Nous avons eu la chance d’interviewer ces deux personnes, Aron Angel et Mehmet Çubuk.
  • 76 Encore que le Département de planification urbaine et régionale qu’il a créé fait de la formation i (...)

31D’une manière sous-jacente dans ces prises de position75, le profil de l’urbaniste compétent et que formerait l’IUUP, est celui de l’architecte diplômé en urbanisme qui s’ouvre à d’autres horizons disciplinaires, tout en gardant une vision à dominante spatialiste. On comprend mieux ainsi la revendication d’Aydın Germen, urbaniste ayant exercé des fonctions importantes comme nous le verrons plus tard dans les années 60 au ministère de la Construction et du peuplement et enseigné à l’Université technique du Moyen-Orient d’Ankara, à être « le premier urbaniste turc diplômé » à n’être pas architecte. Il ne vient pas de l’IUUP, ni d’un autre pays d’Europe ; il a été formé aux États-Unis approximativement à la même époque que Tarık Carım et Tuğrul Akçura, ce qui est doublement intéressant pour nous. Il se revendique en effet très fortement d’une formation en sciences sociales : il est diplômé de plusieurs universités américaines ; il a fait de l’économie à Berkeley, de l’anthropologie à Seattle et des études d’urbanisme et de planification régionale à l’Université Cornell et de Columbia. L’affirmation de ses formations d’origine dit, de façon plus affirmée que ne pouvait le faire Aron Angel – étant lui-même architecte – ou même Mehmet Çubuk76, le malaise d’un urbanisme qui risquait de s’enfermer dans le cadre d’un formalisme spatial. Et selon ses dires, pendant toute la période où il a été dans l’action – avant de se mettre à l’enseignement – il est resté entouré principalement d’architectes, diplômés en urbanisme ou pas, la question n’étant pas là pour lui alors que son désir, lorsqu’il recrutait de jeunes cadres dont il avait besoin pour mener la politique de planification régionale définie par l’État, aurait été de varier les profils professionnels et les compétences. Il le regrettait beaucoup.

32Il va sans dire que la définition « socio-spatialiste » de base où le plan directeur reste l’instrument privilégié du métier d’urbaniste, même si elle est partagée par la plupart de nos interlocuteurs, varie aussi en fonction de courants de pensée et des problèmes urbains qui influent sur les démarches de planification mises en place au cours de ces années. L’IUUP lui-même et son évolution en sont un exemple. Plus tardivement, à partir de 1968, l’arrivée sur « le marché » des premiers urbanistes, diplômés du Département de planification urbaine et régionale du METU d’Ankara, va reposer la question de la légitimité à exercer ce métier et pour quel urbanisme, qui va provoquer des tensions entre les architectes en exercice et ces nouveaux urbanistes au sens anglais du terme, à savoir les « urban planners » pour qui le dessin n’est pas la compétence première.

Des effets de « milieu » et la place de l’IUUP. Autour de deux expériences de planification urbaine et de leur équipe

  • 77 Ce sont d’ailleurs les deux moments où la présence d’étudiants turcs inscrits à l’IUUP est la plus (...)

33Au cours de ce travail, notre curiosité a été éveillée par un phénomène de regroupement de « certains anciens de l’IUUP » qui se retrouvent impliqués, à une dizaine d’années d’intervalle, dans ce qui ressemble, pour de tout jeunes cadres turcs, frais et moulus pour la plupart, à de véritables aventures, à savoir deux moments forts, voire expérimentaux de la planification urbaine et régionale en Turquie : le plan directeur d’Istanbul, dit communément le plan d’Henri Prost, de 1935-1951 et le schéma directeur régional de la région Marmara Est, 1960-1963, chacune de ces expériences restant une référence dans l’histoire de l‘urbanisme turc, quelques soient les jugements dont ils fassent l’objet77.

  • 78 Nous avons pris connaissance des travaux de Cânâ Bilsel et de Pierre Pinon, entre autres, 2010, Fro (...)

34Une des questions posées concerne bien sûr l’IUUP et les effets de « milieu », de réseau qu’il a pu provoquer. C’est pourquoi nous nous sommes intéressés principalement à la composition des équipes et à leur dynamique lorsque cela a été possible, à leur démarche (méthode), en veillant à mettre cela en relation avec les doctrines en cours, les politiques et les institutions de formation, spécialisés sur ces questions78. Notre hypothèse est que ces « effets » de milieu ont pris des formes différentes dans les deux cas étudiés, les « rapports de force » entre les protagonistes et les enjeux d’influence n’étant pas les mêmes. En effet, nous avons deux figures de « l’apprentissage », de l’endossement du métier, celles de la relation du maître à disciple, le maître étant en l’occurrence un étranger et celle de la cooptation entre pairs en âge et culture, avec des implications des uns et des autres qui ne sont pas de même nature.

35Il va de soi que ces deux expériences n’ont pas eu le même poids dans la destinée de l’agglomération stambouliote et qu’elles ne représentent pas le même investissement, ni en temps, ni en personnel, ni peut-être en ambition. Il ne s’agit pas de faire une comparaison, mais de dégager des figures. Car répétons-le, c’est la recherche elle-même qui nous a imposé ce choix.

Le plan directeur d’aménagement d’Istanbul 1935-1951 : Y a-t-il un « effet Prost » ? Une figure du « maître à disciples » ?

Henri Prost (1874-1959), un enseignant de l’IUUP (1927-1940), un homme d’expérience et de réseau

36Lorsque Henri Prost arrive à Istanbul en 1936, il a déjà une longue carrière d’architecte-urbaniste qu’il a commencée dès 1910 avec le plan d’extension de la ville d’Anvers, puis en 1913 au Maroc avec les plans directeurs de Casablanca, Rabat, Fès, Marrakech, Meknès, puis en 1923, celui de la côte varoise, en 1928, celui de la région parisienne, en 1933, celui de la région algéroise… C’est une personnalité internationalement reconnue, très insérée dans le milieu professionnel : membre fondateur de la SFU (société française d’urbanisme), membre de l’Académie d’architecture, membre fondateur de la Revue Urbanisme, parmi les titres les plus prestigieux… Il est également professeur à l’Institut d’urbanisme où il assure, avec d’autres enseignants, de 1927 à 1940, l’enseignement pratique Art et technique de la construction des villes et dirige donc des mémoires ; il est également enseignant et directeur de l’ESA, de 1929 à 1959, année de sa mort. Cette diversité d’investissement dans le champ de l’urbanisme en fait incontestablement un homme de réseau.

  • 79 « Venu à Istanbul en 1935 sur l’invitation de son Excellence l’ambassadeur de Turquie à Paris… » in (...)
  • 80 Il propose le projet à René Danger, géomètre-urbaniste, qui enseigne l’urbanisme à l’ESTP qui a pub (...)
  • 81 Herman Elgötz est collègue d’Hermann Janssen à l’Université technique de Berlin.
  • 82 Alfred Agache est très connu pour ses plans d’urbanisme de Lisbonne, Rio, São-Paulo. Il a joué un r (...)
  • 83 D’après Aron Angel (voir S. Guittet, ibid.), Pierre Remaury, enseignant à l’IUUP, aurait lui aussi (...)
  • 84 J. Royer, 1965, « Henri Prost, urbaniste », Urbanisme 88, p. 21-24.
  • 85 Jacques-Henri Lambert (1884-1961), architecte urbaniste, diplômé de l’IUUP, est un collaborateur fi (...)

37De plus, lorsque Henri Prost accepte la mission que lui confie la municipalité d’Istanbul d’« établir les Plans Directeurs de l’Aménagement de toute l’agglomération »79, il n’arrive pas en terre inconnue. Il s’y était rendu dès 1905 où il s’était fait connaître avec son travail sur la mosquée Sainte-Sophie. Il sera régulièrement sollicité par les autorités turques en tant qu’urbaniste. En 1925, on lui commande le plan d’urbanisme d’Izmir qu’il refuse par manque de disponibilité80. En 1933, on lui propose également l’aménagement et la réalisation de la station thermale de Yalova. La même année, un concours d’idées est lancé pour un plan d’aménagement d’Istanbul pour lequel trois architectes-urbanistes sont invités à faire des propositions, Herman Elgötz, architecte-urbaniste allemand81, Alfred Agache, architecte-urbaniste français82 et Henri Prost83. Cette fois encore, il décline l’invitation, « trop absorbé par les tâches parisiennes, le plan d’aménagement de la Région parisienne, son enseignement à l’IUUP et la direction de l’ESA »84. Il confie la tâche à Jacques-Henri Lambert, « fidèle collaborateur »85. Finalement les propositions de Herman Elgötz qui avaient été retenues restent lettre morte et une nouvelle démarche est faite auprès Henri Prost qui cette fois aboutit.

Un contexte d’effervescence urbanistique dès 1923

  • 86 Léon Jaussely, architecte urbaniste, enseignant à l’IUUP, sera invité à participer au concours rest (...)
  • 87 De nombreux plans sont confiés à des architectes étrangers dont font partie René Danger, Jean Royer (...)
  • 88 Des missions sont organisées en Europe par les municipalités d’Istanbul et d’Ankara pour solliciter (...)

38La Turquie, avec l’avènement de la République en 1923, entre dans ce que l’on pourrait appeler une ère d’effervescence urbanistique. Dans un temps relativement court, du début des années 20 à celui des années 50 s’ouvrent énormément de chantiers de planification : la reconstruction de certaines villes égéennes incendiées, après la Première Guerre mondiale et le départ des Grecs, la planification de la quasi ville nouvelle d’Ankara – devenue capitale du pays – à partir de 192586, la promulgation d’une loi en 1933 qui oblige les 600 municipalités à avoir un plan directeur87, la création d’une Direction technique de l’urbanisme au ministère des Travaux publics, la restructuration des municipalités88. Istanbul n’est pas en reste et dès 1922, elle fait l’objet de tentatives de planification (commission, plan pour la Corne d’Or…) pour aboutir finalement au contrat avec Henri Prost pour un nouveau plan directeur en 1936.

  • 89 On doit ce manuel à Celal Arseven. La présence d’un index franco-turc nous laisserait penser qu’il (...)

39La plupart de ces missions sont confiées à des experts européens. L’Europe reste la référence et l’expertise française a un certain rôle, même si une place privilégiée est occupée par les experts germanophones, particulièrement les experts allemands. On doit retenir également que tout cela va permettre la gestation d’un milieu urbanistique turc. Une culture s’élabore à la fois chez les politiques, les intellectuels et les enseignants ; elle dépasse en effet le milieu des architectes et ingénieurs, même si ces professions restent largement dominantes. Des revues spécialisées apparaissent, le premier manuel d’urbanisme en turc est publié en 193789. Des enseignements en urbanisme se développent – sans toutefois de formation autonome et avec diplôme.

  • 90 Des noms qui deviendront importants émergent de ce milieu local comme celui de Mithat Yenen, de B.A (...)

40Pour résumer, cette période voit se créer un milieu local très stimulant autour de la planification urbaine. De jeunes architectes turcs commencent à se tourner vers l’urbanisme, en se formant sur le tas en élaborant à leur tour des plans, sans diplôme spécifique90. D’autres partent à l’étranger pour en acquérir un pendant que d’autres en reviennent, avec ou sans, comme en France à l’IUUP : on a vu que c’est à partir de 1928 que se dessine un certain mouvement.

41C’est dans ce contexte qu’Henri Prost va mettre en place son travail qu’il poursuivra pendant une quinzaine d’années, la commande étant d’« adapter la ville ancienne, avec ses trois secteurs de la Corne d’Or, Beyoğlu et la côte d’Asie, aux conditions de la vie moderne ». Rappelons que, pendant cette période, Istanbul perd son rôle de capitale au bénéfice d’Ankara et voit son économie et sa population décroître : en 1899, Istanbul a 1 0777 000 habitants, en 1927, 690 000. Une nouvelle croissance s’amorce ensuite : 1935, 740 000 ; 1950, 900 000.

L’enjeu de monter une équipe. Comment et avec qui travailler ? La place de l’IUUP

42Une des premières tâches que se donne Henri Prost est de mettre en place une équipe sur laquelle il pourra s’appuyer dans la durée. Il est intéressant pour notre recherche d’essayer de comprendre en effet de qui est composée cette équipe, quelle place y ont occupé les étudiants de l’IUUP et en quoi Henri Prost a pu ou non faire école à travers eux ou plus largement.

43Dès la rédaction du contrat en 1936, Henri Prost tient à définir clairement son dispositif de travail qui repose sur deux piliers inséparables et complémentaires, une équipe dévouée à la tâche et un « maître », ordonnateur de l’ensemble du travail. Il insiste et rappelle dans différentes notes les conditions qu’il avait posées pour accepter cette mission. La note n° 176, datant du 14 novembre 1940, est très éclairante :

  • 91 L’organisation de son travail devait lui permettre de mener de front son travail à Istanbul et à Pa (...)

Lorsque le Belediye d’Istanbul sollicite mon concours en 1935, en termes tellement bienveillants que j’acceptais l’honneur qui m’était fait, ce fut sous les conditions formelles suivantes : le plan sera entièrement dressé à Istanbul par des techniciens turcs ; je m’engage à ordonner les lignes essentielles de ce plan et à venir deux mois par an pour mettre au point les projets préparés par mes Confrères Turcs. J’ai posé cette condition pour que le plan d’Istanbul soit une œuvre nationale et non celle d’un Étranger. Cet Étranger ne pouvant acquérir complètement la mentalité Turque, ni connaître à fond toutes les nécessités économiques de la Ville et, ne pouvant être en permanence en Turquie, il fallait que ce Plan puisse se développer et être appliqué dans la suite des temps par ceux qui auraient travaillé à son élaboration91.

44Cette équipe, il la veut donc turque (il y insiste à plusieurs reprises pour assurer une stabilité, dans les temps courts – le contrat ne prévoit pas des temps de présence longues à Istanbul pour le maître d’œuvre –, dans le temps long de l’application du plan directeur, pendant et après le contrat). Elle doit avoir également toutes les compétences requises pour affronter

  • 92 De fait, le plan directeur du Vieil Istanbul et de Péra, Galata est terminé en 1937, celui de la cô (...)

une ville qui a 800 000 habitants sur 16 000 ha en bordure de cent km de front de mer et plus de 6000 rues : architectes, dessinateurs, urbanistes, ingénieurs, topographes92.

45Son rôle à lui est très bien décrit dans cette même note n° 176 :

Le plan d’urbanisme d’une ville comme Istanbul n’est pas une œuvre qu’un fabricant de plan peut dresser n’importe où et l’adresser à la Poste au Belediye en laissant aux techniciens de cette administration le soin de se débrouiller pour l’application. Ma conscience se refuse à de pareilles méthodes qui constituent un véritable abus de confiance à l’égard des municipalités.

46Henri Prost est reconnu en effet par ses pairs pour l’importance qu’il accorde au terrain. Jean Royer résume en fait la position quasi-idéologique ou éthique qu’a Henri Prost de son métier :

  • 93 J. Royer, 1965, op. cit.

À travers tous les documents, le rôle de Prost apparaît en pleine lumière. Ce n’est pas l’urbaniste consultant, c’est l’urbaniste qui se consacre sur le tas à sa tâche, entouré de fidèles collaborateurs personnels, mais surtout des fonctionnaires de l’administration la plus intéressée en l’espèce, la Beladdiye…93.

47Pour résumer, dès le départ, l’objectif d’Henri Prost est bien de monter une équipe, turque, aux multiples compétences, disposant d’une certaine autonome, tout en bénéficiant des ressources techniques des services de la municipalité. Qu’en est-il dans la réalité ?

Quelle équipe ? L’İmar Bürosü94 

  • 94 Nous n’avons pas de données précises sur le statut juridique de cette structure.
  • 95 Nous nous sommes beaucoup appuyées sur ses notes, des lettres de recommandation qu’Henri Prost a ré (...)
  • 96 Op. cit.
  • 97 J.-F. Pérouse, 2014, « Henri Prost et Istanbul : le magistère contrarié (1937-1950) » in Güneş Işık (...)
  • 98 F. Neuville, 1996, “Introduction”, Penser la ville, créer la ville. L’œuvre d’Henri Prost à Istanbu (...)

48Nous avons tenté de reconstituer la composition de cette équipe, en utilisant différentes sources : nos propres données recueillies dans les archives Prost de l’IFA95 et dans celles sur les étudiants de l’IUUP et celles qu’avancent Sylvain Guittet96, Jean-François Pérouse97 et François Neuville98 dans leurs travaux sur Henri Prost. Nous avons ainsi repéré une quinzaine de noms, sans doute les plus connus, les plus visibles ; il en reste sûrement un certain nombre dans les cartons – comme par exemple ceux des jeunes diplômés en architecture que recrute la municipalité en 1946 (note n° 494, Henri Prost).

49Composition de l’équipe de l’İmar Bürosü (reconstitution par l’auteur) :

    • 99 Question : Est-ce le chef du service technique d’urbanisme ou est-ce le chef de l’İmar Bürosü ?

    Zia Bey, « directeur du bureau d’urbanisme » de la municipalité99 de 1936 à 1940.

  • 100 Note n° 176 (1940).

Le chef du service m’accompagnait fréquemment dans mes recherches et il collaborait à tous mes travaux jusqu’au jour où le travail administratif l’absorba à tel point que ne pouvant plus être le collaborateur de l’Urbaniste, il démissionna100.

    • 101 Un doute persiste également sur la nature du service : est-ce l’İmar Bürosü ou est-ce le service te (...)
    • 102 S. Guittet, 2004, op. cit.
    • 103 J.-F. Pérouse, 2014, op. cit.

    Rüknettin Güney, architecte Beaux-Arts, Paris (1932), inscrit par correspondance à l’IUUP (1936), « directeur du service d’urbanisme » de 1939 à 1950101. Il aurait été chargé du plan de détail de la zone de Florya (plage)102 ; dans le cadre de l’aménagement de Taksim, il aurait été également impliqué dans le projet du Gazino, café club, à partir de 1939-1940103.

    • 104 Lettre de recommandation d’Henri Prost de 1943.

    Pierre Jaubert, architecte DESA, élève de l’IUUP. Son recrutement se fait en 1938. Il reste à l’İmar Burosü d’octobre 38 à octobre 43. Il fait preuve d’un « travail acharné, de belles qualités d’artiste et de technicien »104. Il est plutôt chargé de la côte d’Europe. Il est également un des principaux collaborateurs d’Henri Prost pour le plan de la région parisienne.

  • Maurice Scherrer, architecte DESA. Il est chargé de la côte d’Europe.

    • 105 Lettre d’Henri Prost au maire pour demander une augmentation de salaire, du 19 juin 1949.

    Aron Angel, architecte DESA et urbaniste IUUP, en poste de 1941-1953, « un des trois principaux agents105 » (avec L. A. Turgut et Ahmet Üstel). Il est chargé du plan d’aménagement de Beyoğlu.

  • L. A. Turgut, architecte et urbaniste, « un des trois principaux collaborateurs ».

  • İbrahim Erkoğlu, il s’occupe particulièrement de la côte d’Asie. En 1953, il est chef du service de construction de Kadıköy.

  • 106 Lettre de recommandation d’Henri Prost du 15 septembre 1953.

un très compétent collaborateur au cours de l’élaboration et de l’application du Plan régional d’Urbanisme d’Istanbul. Fonctionnaire de l’İmar Burosü, il a montré de 1938 à 1950 de sérieuses qualités techniques dans l’aménagement des Villes où il s’est révélé particulièrement intéressé par l’art des jardins…106

    • 107 J.-F. Pérouse, 2014, op.cit.

    Ertuğrul Murat Menteşe, architecte Beaux-Arts, Paris 1938, deux années d’études à l’IUUP. Il est chargé du plan de détail d’Eminönü107.

  • Şemsa Demiren, diplômée architecte Beaux-Arts à Istanbul en 1943, inscrite à l’IUUP en 1947. Elle s’est particulièrement occupée des Îles des Princes.

  • 108 Lettre de recommandation d’Henri Prost du 24 février 1951 pour un stage en France sur les problèmes (...)

De 1949 à 1950, Mademoiselle Demiren a été une collaboratrice assidue au Service d’urbanisme d’Istanbul dont j’avais la mission de dresser les Plans directeurs et d’orienter les Études108.

  • Roza Maksut Sedker, diplômée des Beaux-Arts, section arts décoratifs à Istanbul en 1938. A étudié ensuite la décoration à Paris et a travaillé à l’İmar Bürosü de 1942 jusqu’en 1950 (du moins date de la lettre de recommandation). Elle s’est particulièrement occupée de Florya.

  • 109 Lettre de recommandation d’Henri Prost du 4 août 1950.

Au cours de cette longue période, elle s’est assimilée facilement les questions relatives à l’aménagement des villes en outre qu’elle a montré de réelles qualités de décoratrice109.

  • Tevfik Berktol. Il s’est occupé de Florya.

    • 110 Lettre au maire d’Istanbul du 19 juin 1949.

    A. Üstel, ingénieur « un des trois principaux agents en 1949 »110.

    • 111 Ibid.

    Hüsnü Kerezoğlu, conseiller technique ingénieur111

    • 112 Lettre de recommandation d’Henri Prost.

    Hilmi Baykal, ingénieur en chef, 1940-1946. Henri Prost parle de « travailleur acharné », mis à la retraite en 1946112. Il est chargé de l’aménagement du littoral anatolien (publié en 1941 dans la presse municipale).

    • 113 Note n° 494 de 1948.

    Salim, ingénieur, mis à la retraite en 1946113.

    • 114 Ibid.

    Rasim, ingénieur, « fait le travail des deux retraités »114.

  • Rıfat Türegün, ingénieur, « un de ses précieux collaborateurs », pendant 10 ans.

  • 115 Lettre de recommandation d’Henri Prost.

Attentif et vigilant technicien dont la connaissance très approfondie de tous les anciens projets a été précieuse115.

    • 116 Note n° 494 de 1948.

    Osep Çömlekçi, chauffeur116.

  • 117 Il est difficile ainsi de partager le personnel repéré entre ce que Jean Royer nomme les « fidèles (...)
  • 118 En effet, il suffit de se plonger dans certaines notes d’Henri Prost pour se rendre compte qu’il a (...)
  • 119 J.-F. Pérouse, 2014, op. cit.

50Il est difficile de faire une analyse dynamique de l’équipe, étant donné l’hétérogénéité des données tant en ce qui concerne la durée de leur emploi, leur fonction exacte, leur statut, voire leur diplôme que la nature du service dans lequel ils ont exercé (à l’İmar Bürosü ou dans les autres services de la municipalité)117. De plus, le personnel est d’une grande instabilité118. Ce qui en ressort clairement est que, parmi les architectes-urbanistes, les « anciens » de l’IUUP occupent une bonne place. Cette présence conforte l’hypothèse de Jean-François Pérouse119 que Henri Prost, lors de son travail, s’est beaucoup appuyé sur un réseau d’architectes turcs francophones, qu’ils le soient par les études secondaires (fréquentation de lycées, Galatasaray, Notre-Dame de Sion…) ou par les études supérieures menées en France. On peut même dire qu’il a su utiliser plus largement les ressources que lui offrait son propre réseau d’enseignant à l’ESA et l’IUUP.

  • 120 Comme l’indique Jean Royer, Henri Prost a tenu dans l’exposition réalisée en 1953, sous l’égide de (...)

51Dès le démarrage de son travail en effet, Henri Prost va s’entourer de « deux proches collaborateurs » français, Pierre Jaubert (1936-1943) et Maurice Scherrer, tous deux architectes diplômés de l’ESA, dérogeant partiellement en cela à un de ces principes du départ qu’il avait annoncé. Son souci cependant reste bien de recruter de jeunes diplômés turcs dont il aura besoin pour poursuivre la tâche et concevoir les plans de secteurs. Cela va d’ailleurs l’amener à intervenir activement dans le projet de formation de certains comme l’illustrent de façon exemplaire le recrutement et l’histoire d’Aron Angel telle que celui-ci nous les a racontées, mais aussi ceux de Şemsa Demiren120.

52Tout jeune diplômé (1937) de l’École supérieure d’ingénieur d’Istanbul, Aron Angel, de milieu francophone, désirait faire de l’architecture en France. Il en parle incidemment à un ancien enseignant français du lycée Galatasaray qu’il rencontre par hasard et à qui il confie son projet. Ce dernier sort d’une réception où il a rencontré Henri Prost. « Voulez-vous que je vous le présente ? » lui demande-t-il ? « C’est une phrase qui a changé toute ma vie » nous commente-t-il, soixante-dix ans après. Effectivement, il va faire des études d’architecture à l’ESA où Henri Prost lui conseille de suivre parallèlement des études d’urbanisme à l’IUUP. Il sera ainsi en 1940 doublement diplômé, en architecture et en urbanisme ; son mémoire sur Istanbul et ses îles est dirigé par Henri Prost, son « maître ». Déjà à Paris, il fait un stage dans l’agence d’Henri Prost pour travailler sur le projet de Yalova. Il sera un très proche et très fidèle collaborateur jusqu’à son départ en 1951. Lui-même quittera l’İmar Bürosü en 1953, après avoir pris les fonctions de son maître. « J’ai passé 16 ans avec Henri Prost ; je peux dire que nous avons vécu ensemble ».

  • 121 Durant la Seconde Guerre mondiale, Henri Prost a assuré des cours d’urbanisme à l’Académie des beau (...)
  • 122 Archives Henri Prost, IFA.

53Une autre « assistante », très proche d’Henri Prost, qui sera recrutée plus tardivement et moins longtemps, Şemsa Demiren, se trouve également prise dans ces réseaux. D’après nos données, celle-ci est diplômée en architecture en 1943 de l’Académie des beaux-arts d’Istanbul où elle suit les cours d’urbanisme d’Henri Prost qui dira d’elle qu’elle était une « excellente étudiante »121. Désireuse elle aussi de poursuivre des études en France, mais contrainte à attendre du fait de la guerre, elle commence à travailler, pour lui, pendant quelques temps, puis à Ankara avec Paul Bonatz, mais avec qui « elle ne s’entend guère ». Ayant obtenu une bourse du ministère des Affaires étrangères français et encouragée par Henri Prost, elle part finalement pour Paris où elle arrive en août 1947. Elle y reste jusque fin 1948-début 49. Elle s’inscrit aux Beaux-Arts dans l’atelier de Gaston Perret. À l’IUUP, elle s’inscrit en 1947 pour suivre des cours d’urbanisme, toujours sur les conseils de celui-ci qui n’y enseigne d’ailleurs plus. Il lui fait une longue lettre de recommandation pour Pierre Lavedan, directeur de l’Institut, où il retrace le parcours de cette jeune femme122. Elle n’est pas diplômée de l’IUUP, mais elle aurait obtenu ce qu’elle appelle « un certificat ». Elle rentre à Istanbul en 1949 et travaille à nouveau avec Henri Prost pendant deux ans, à l’İmar Bürosü.

54Deux autres architectes francophones, de génération antérieure, participent également à cette aventure stambouliote ; certes leur engagement personnel avec Henri Prost est moindre, mais il est cependant très possible qu’ils l’aient rencontré ou connu à Paris où ils ont fait tous les deux leur étude d’architecture à l’École des beaux-arts : l’un, Ertuğrul Murat Menteşe est diplômé en 1938 et Rüknettin Güney, en 1936. Ils ont eux aussi des liens avec l’IUUP : Ertuğrul Murat Menteşe s’inscrit en 1936 et termine en 1937 sa première année. Rüknettin Güney s’inscrit, en 1936, puis en 1938 avec la mention par correspondance. D’autres noms d’architectes apparaissent sans que l’on ait des informations sur leur formation et leur lien à la francophonie ou à la France : L. A. Turgut, İbrahim Erkoğlu. Il en est de même des ingénieurs ou techniciens qui ont été de vrais compagnons de travail d’Henri Prost comme Hilmi Baykal, Salim, A. Üstel, Rıfat Türegün.

  • 123 Les deux noms sont cités dans l’exposition dédiée à Henri Prost en 1953, organisée sous l’égide de (...)

55Henri Prost s’est sans aucun doute assuré, comme il l’avait souhaité, la collaboration d’architectes urbanistes turcs, compétents et fidèles comme le furent particulièrement Aron Angel et Şemsa Demiren123, d’une certaine manière Rüknettin Güney aussi qui, comme les deux autres, quitta l’İmar Bürosü après le départ d’Henri Prost. Pour autant ce dernier a-t-il fait école ?

Mémoire de DEA de Sylvain Guittet, 2004 

Effet d’école ou effet de réseau ?

  • 124 Şemsa Demiren dans une conversation avec l’urbaniste Güzin Kaya, affirme que l’un des plus importan (...)
  • 125 Jean Royer, diplômé en architecture de l’ESA et en urbanisme de l’IUUP en 1924. Il est urbaniste-co (...)
  • 126 On sait aussi que des stages pour techniciens turcs ont été organisés dans certaines municipalités (...)
  • 127 Jean Royer (1903-1981), André Gutton (1904-2002), diplômé des Beaux-Arts et de l’IUUP, Gaston Barde (...)

56Cette question mérite d’être saisie à différents niveaux et être entendue selon les situations. Pour le premier cercle, particulièrement ceux qu’Henri Prost nomme lui-même « ses assistants »124, Aron Angel et Şemsa Demiren, on peut parler de quasi-filiation avec tout le respect que l’image du père pouvait susciter pour eux. Leur correspondance après son départ témoigne de la force des liens quasi familiaux et de la fidélité dont ils vont faire preuve. Ils vont servir de relais et d’informateurs, particulièrement Aron Angel qui reste sur place, entre Paris et Istanbul, répondant ainsi à différentes requêtes : besoin de photographies pour le numéro spécial d’Urbanisme sur Prost, accueil de personnalités françaises dont Jean Royer, diplômé de l’IUUP, enseignant à l’IUUP, directeur de la revue Urbanisme125, informations sur la vie de l’İmar Bürosü, sur la suite donnée ou pas au plan directeur126… Certaines demandes se font aussi en sens inverse : recommandations d’étudiants, de personnalités turques voyageant à Paris… D’une certaine façon, par ces échanges, ils entretiennent un réseau franco-turc. Un exemple intéressant est le souhait d’Henri Prost que le Congrès de l’UIA se tienne à Istanbul ; pour ce faire, le comité d’urbanisme, présidé par André Gutton, enseignant de la seconde génération de l’IUUP127 – il assure, avec d’autres, le cours sous le nouvel intitulé Composition urbaine que donnait Henri Prost – se réunit dans cette ville. Notons qu’il est chargé à cette occasion par les pouvoirs publics turcs de faire un rapport sur la situation de la ville d’Istanbul qui confirmera la nécessité d’une planification régionale. C’est ce que nous retrouverons dans notre second « effet de réseau ». Comme quoi, le réseau « prostien » fonctionne encore après son départ de Turquie d’autant qu’André Gutton assure ce cours avec Robert Auzelle et Jean Royer.

57Ont-ils été pour autant des relais de sa « doctrine urbanistique » ? – si tant est qu’on puisse parler ainsi, Henri Prost ne s’étant jamais voulu le théoricien de sa propre pratique. Ils se réclament tous deux de « l’héritage spirituel » du « maître », maître à agir autant que maître à penser l’urbanisme. Chacun, à sa façon, contribue à la diffusion de cette expérience. Aucun ne sera enseignant, aucun ne sera durablement urbaniste, les deux pratiquant surtout l’architecture, elle principalement en Europe, lui à Istanbul. Ils veillent surtout à la reconnaissance de l’œuvre de leur maître à travers d’autres moyens. Şemsa Demiren dépose ainsi à l’IFA (Paris) les documents qu’elle possédait de son aventure stambouliote, elle écrit pour Prost une vingtaine de pages sur Istanbul qui lui serviront pour ses conférences, elle devient membre du conseil de « l’association des amis de Prost », initié par Jean Royer ; Aron Angel lui, comme l’écrit Jean-François Pérouse, sera « le principal vecteur et défenseur des idées de Prost » par ses articles où il décrit minutieusement les différentes étapes du travail de planification fait par Henri Prost et son équipe128. Les entretiens qu’il accordait volontiers et régulièrement lui ont permis de préciser les leçons de cette expérience sur ce que devrait être un bon urbanisme à la manière d’Henri Prost. Quelques principes en ressortent clairement : « avant tout, la base de l’urbanisme, c’est le plan directeur ». Celui-ci doit tenir compte à la fois du paysage, de la topographie, du patrimoine. Mais il doit également être servi par d’autres disciplines comme le droit et les sciences sociales et surtout par une éthique, fondée sur l’intérêt général. Il démissionnera de l’İmar Bürosü devant le scandale de non-conformité au plan que représentait pour lui le projet de l’hôtel Hilton : « J’éprouve de la honte à travailler dans une entreprise soumise au calcul des intérêts des particuliers » (propos recueillis par Jean-François Pérouse129).

  • 130 J.-F. Pérouse, 2014, op. cit.

58Il reste que cet héritage a eu une diffusion relativement limitée en Turquie et qu’il est difficile de dire qu’Henri Prost y ait fait école. Différentes raisons peuvent être avancées. Nous reprenons tout d’abord l’hypothèse qu’avance Jean-François Pérouse sur l’extranéité d’Henri Prost par rapport au milieu des architectes et urbanistes de son époque stambouliote, extranéité qu’il attribue à la francophonie de son milieu130. Il reste ainsi « malgré sa longévité aux fonctions occupées » en marge des milieux professionnels locaux : il contribue très peu aux différentes revues d’architecture qui commencent à sortir ; il participe à peu de jurys de concours d’urbanisme. Il n’est pas non plus dans les rouages technico-politiques au niveau central. Il reste quasiment tout autant en marge du milieu universitaire et académique à l’exception des années de guerre où il donne des cours à l’Académie des beaux-arts dont un de ses traducteurs fut Aron Angel. Cette extranéité est d’autant plus troublante qu’il s’agit d’une époque où se construit l’urbanisme, où émerge tout un milieu et où se pose la question de la formation. Comme nous l’avons indiqué, d’une certaine façon, la francophonie est pour Henri Prost un piège par « l’effet-trappe de ce réseau qui n’a permis qu’une diffusion sélective de son influence » pour reprendre les termes de Jean-François Pérouse.

  • 131 J.-F. Pérouse, 2008, « La concurrence allemande entre experts-urbanistes français et allemands en T (...)
  • 132 Dans une lettre à Henri Prost, Şemsa Demiren lui donne des nouvelles de l’İmar Bürosü : « Un groupe (...)

59Cet « effet-trappe » est d’autant plus fort que la présence allemande est très grande, à la fois dans la pratique urbanistique, les jurys de concours, les orientations technico-politiques, les formations qui se mettent en place, particulièrement à travers l’İTÜ, mais également dans des facultés de droit ou de sciences politiques comme nous l’avons vu. De plus, les urbanistes allemands participent aussi au débat public sur l’urbanisme à travers les diverses revues qui se créent et s’emparent de la question urbaine131. Quelques noms émergent comme celui de Martin Wagner, Gustav Oelsner et Paul Bonatz132.

  • 133 De fait, Henri Prost s’appuie sur une démarche multidimensionnelle qui peut se résumer en quatre po (...)
  • 134 « Si je n’avais pas fait la plus grande gaffe et erreur tactique de ma vie, je serais en train de t (...)

60Au moment de la résiliation du contrat d’Henri Prost en 1951, la commission, chargée de faire un bilan des plans faits jusque-là, lui reproche, entre autres choses, d’avoir privilégié l’aspect esthétique au détriment des problèmes économiques, sociaux, du logement et des transports133. Faut-il opposer pour autant les doctrines en présence en termes d’urbanisme culturaliste contre urbanisme socio-économique et « urbanisme progressiste » ? Urbanisme allemand contre urbanisme français ? Comme si ceux-ci n’étaient pas eux-mêmes traversés par des courants divergents ? Ainsi « le pragmatisme interdisciplinaire et patrimonial » d’Henri Prost comme le qualifie Jean-Pierre Frey se différencie lui-même du mouvement moderne, ce dernier étant tout autant en rivalité avec Le Corbusier qui tenta d’ailleurs sa chance à Istanbul et qui considérait Henri Prost comme son « grand adversaire », « hostile aux idées modernes »134.

  • 135 Même si Henri Prost n’enseigne plus à l’IUUP à partir de 1941, il reste dans ce milieu, les lettres (...)

61Il est certain que contrairement à l’Allemagne, la contribution française à la formation locale (organisation institutionnelle et enseignement) est quasiment inexistante. Il est curieux qu’Henri Prost qui est resté longtemps en Turquie et qui était par ailleurs très impliqué dans la formation en France, IUUP et ESA, ait eu aussi peu d’influence d’autant qu’ « homme de réseau », il aurait pu initier un mouvement de ce type. Peut-être n’a-t-il pas vu l’intérêt d’assumer ce type de projet ou estimait-il que son rôle de transmission pouvait se faire en favorisant un accueil et une formation adaptés aux étudiants étrangers qui viendraient se former en France et en favorisant leur retour en Turquie135.

Le schéma directeur de la Région Est Marmara / 1960-1963 : « Une cooptation de pairs » pour un nouveau paradigme de la planification urbaine

La nouvelle question urbaine 1950-1965136

  • 136 Nous avons, pour l’analyse de cette période et du schéma directeur régional, emprunté beaucoup d’él (...)
  • 137 Reprenons les termes d’İlhan Tekeli : « Cette nouvelle approche de la planification meurt autour de (...)

62Pour reprendre les termes d’İlhan Tekeli et la périodisation qu’il propose, 1950-1965, « le système de planification va devoir affronter un taux d’urbanisation jamais atteint à Istanbul et deux nouveaux régimes politiques »137.

  • 138 T. Akçura, 1968, « Architecture et urbanisme en Turquie », L’Architecture d’aujourd’hui 140, p. 89- (...)

63En effet, la question urbaine devient une question nationale dans la mesure où c’est toute la structure à la fois géographique et sociale qui est en train d’être bouleversée sous l’effet, entre autres choses, de la politique agricole menée après-guerre, à travers le plan Marshall et l’aide américaine (mécanisation de la production) qui pousse les paysans sans ressources à s’installer en ville. La description que fait Tuğrul Akçura de la situation en 1965138, dans un article daté de 1968, est d’autant plus intéressante qu’il est lui-même l’acteur principal de notre histoire et qu’il a été, en tant que chef de projet du schéma directeur, directement confronté à la question :

La rapide urbanisation que connaît le pays est à la fois la force vive et l’expression de ce changement. La Turquie demeure un pays peu urbanisé. En 1965, 9,3 millions d’habitants, soit seulement 30 % de la population totale, habitaient des agglomérations de plus de 10 000 habitants. Mais quand on compare ces chiffres avec le passé, on voit la rapidité du changement. En 1950, la population urbaine était de 3,9 M, elle a donc augmenté de plus de 140 % au cours des 15 dernières années. Istanbul, stagnante, depuis qu’elle a perdu ses fonctions de capitale qui en 1950 atteignait à peine le million, a aujourd’hui une population métropolitaine de près de 2,5 millions. Cette rapide urbanisation, due en grande partie à l’émigration rurale, est en train de bouleverser aussi bien la structure traditionnelle du pays que celle de nos villes...
Le plus tangible de ce changement est la formation de larges zones de « gecekondu ». Le processus de leur formation est bien connu : les problèmes de la propriété du sol en sont à l’origine. Les prix du terrain montent rapidement, obligeant les squatters, soit à envahir le domaine public, voir même le terrain à bâtir, soit à bâtir en dehors des villes, enfreignant ainsi les décisions des plans d’urbanisme…
La plus grave conséquence de cette situation est que la ville est nettement coupée en deux : d’une part les quartiers réguliers, d’autre part les bidonvilles… Il s’agit en Turquie de deux mondes qui vivent à part et qui n’ont pas de contacts.

Les choix de politiques

64Ces années sont aussi, comme l’indique İlhan Tekeli, celles de transformations politiques très importantes où deux régimes se succèdent : en 1950, l’arrivée avec Adnan Menderes, comme premier ministre, du premier régime démocratique et en 1960, celle des militaires qui proposent en 1961 une nouvelle Constitution, le premier optant pour une économie libérale et les seconds pour une économie planifiée. İlhan Tekeli résume ainsi leurs interventions face aux graves problèmes urbains : d’un côté, une politique de reconstruction, menée tous azimuts, sans plan, selon des décisions personnelles et de l’autre, une reconsidération de la planification et de ses méthodes, avec l’avis des professionnels, « les deux formant un tout dans la mesure où la nouvelle approche se définit en réaction à la première ».

  • 139 Rappelons que la Turquie connaît en effet, dans cet après-guerre, une transformation radicale de so (...)
  • 140 Charles Abrams (1902-1970), expert américain, socio-démocrate, est un expert international sur les (...)

65De fait, dès les années 50139, différentes initiatives sont prises face à ces nouvelles questions ; le milieu professionnel lui-même organise des rencontres de réflexion (à la chaire d’urbanisme de la Faculté des sciences politiques d’Ankara) à partir de 1954 ; les pouvoirs publics commandent des rapports à des experts étrangers souvent américains (qui remplacent la précédente génération allemande) : en 1951, une étude sur la construction, le logement et l’aménagement est confiée à une firme américaine ; en 1954, une étude sur ces mêmes questions à Charles Abrams140 qui propose une nouvelle Université pour former des cadres locaux aux compétences requises pour traiter ces nouveaux problèmes, car il s’agit bien pour lui de redéfinir l’expertise ; en 1955, une étude sur les besoins en logement est confiée à B. Wagner par les États-Unis eux-mêmes ; en 1959 et 1960, une étude de Lloyd Rudwin, professeur d’urbanisme au MIT qui fait deux missions en Turquie en 1959 et 1960 propose lui aussi le lancement de programmes d’éducation dans le domaine de la planification.

66Ces diverses réflexions, consultations et recommandations vont aboutir à « la restructuration progressive de l’administration et de la profession » comme le précise Stéphane Yerasimos. En 1956, la nouvelle loi de la construction remplace celle de 1933 et simplifie la procédure. En 1958, un ministère de la Construction et du Peuplement est créé :

  • 141 S. Yerasimos, 2004, op. cit.

Il est chargé de préparer des plans d’aménagement régionaux et urbains, d’établir et d’appliquer une politique du logement, de collaborer avec les autres ministères pour l’établissement d’études régionales et de gérer le peuplement du pays141.

67Pour la première fois, il est fait mention d’une planification régionale parmi les différentes missions du ministère qui devient ainsi le siège de l’approbation des plans préparés par les municipalités. Ce nouveau ministère est plus en charge des fonctions de recherche et de planning que celles d’investissement ou d’exécution. Avec l’arrivée des militaires, en 1961, qui veut engager tout le pays dans la voie de la planification, est fondé un organisme de planification d’État, chargé de réaliser des plans économiques quinquennaux, mais également des plans régionaux.

68Dès le départ, comme nous venons d’en avoir un aperçu, toutes les réflexions sur les politiques à mener et les mesures institutionnelles à prendre devant ces nouveaux phénomènes ont été très vite traduites en termes de savoirs, compétences et donc de formation d’autant que la politique de planification veut fonder son action sur des approches basées sur la recherche scientifique et académique et donc s’appuyer sur les milieux professionnels adéquats. Et en effet, en 1955, avec l’aide américaine, est fondée à Ankara ce qui deviendra la prestigieuse Université technique du Moyen-Orient, METU, autonome, anglophone, à vocation internationale. Suivra en 1962, dans cette même institution, le Département de planification urbaine et régionale au sein du METU dont sortiront en 1966 les premiers diplômés. L’idée forte est de former des experts locaux, des « imperts » plaisante un de nos interlocuteurs, de redéfinir l’expertise, les compétences : former des gens sur place qui aient le sens du terrain, des réalités locales.

69On passe à un nouveau modèle d’enseignement, moins hiérarchique, plus ancré dans les réalités locales tout en étant ouvert aux autres pays, y compris occidentaux. Là encore laissons la parole à Tuğrul Akçura :

  • 142 T. Akçura, A. Gülgönen, 1969, « Formation des architectes et planificateurs dans le contexte turc » (...)

La raison même de la création de cette Université il y a dix ans était de former des responsables dans le domaine de l’habitat, de l’urbanisme et de l’architecture et la Faculté fut la première établie avec les lignes directrices suivantes :
former des architectes et des planificateurs qui se concentrent sur les problèmes locaux et régionaux ;
avoir l’anglais comme langue officielle pour garder un contact avec les pays industrialisés et pouvoir attirer les étudiants des autres pays du Tiers monde ;
avoir une faculté d’architecture comprenant toutes les sections que la planification physique nécessite…142

Le plan régional de Marmara Est et un nouveau dispositif institutionnel143

  • 143 Entre 1951, année de la résiliation du contrat d’Henri Prost et 1960, des dispositifs ont été mis e (...)

70Un certain nombre de projets régionaux et d’études d’aménagement vont effectivement être lancés par l’administration centrale, dans l’idée de s’appuyer sur de nouvelles démarches adaptées aux nouveaux enjeux. Istanbul en est un des laboratoires. Il est intéressant de ce point de vue d’observer ce qu’a été cette expérience, pilotée par un jeune diplômé en urbanisme, en l’occurrence de l’IUUP qui a lui aussi infléchi ses enseignements dans les années 50-60.

71En effet, la nécessité d’intervenir différemment se fait sentir pour Istanbul, exemplaire des bouleversements décrits ci-dessus. İlhan Tekelirésume en quatre points leurs effets : manque de logements et extensions incontrôlées des « gecekondu » où habitent presque les deux tiers de la population, dans et hors du périmètre institutionnel d’intervention et pression grandissante sur les sols de la périphérie urbaine ; extensions incontrôlées des industries ; perturbation de l’organisation administrative du territoire ; croissance du parc automobile, faiblesse du système de voirie et manque de transports collectifs.

72Dès 1960, une nouvelle organisation et de nouvelles façons de travailler sont mises en place. Le Département de planification régionale du ministère de la Reconstruction crée, à l’intérieur de la municipalité d’Istanbul, avec l’aide de l’OCDE et des Nations Unies, le Bureau de planification régionale de Marmara. Parallèlement, en 1961, la Ville met en place une « Direction » de la planification du développement. Ces deux services, l’un placé sous la juridiction du gouvernement central, l’autre sous celle de la Ville, sont chargés d’établir, en collaboration étroite et avec des méthodes dites scientifiques, des plans régionaux et municipaux. Le Bureau de planification régionale de Marmara Est est confié à Tuğrul Akçura, la présidence de la Direction du développement à Turgut Cansever.

73En mai 1961, le service de la planification du développement prépare un programme de travail de deux ans et demi pour élaborer le plan de la ville alors que le plan régional de Marmara Est se donne encore une année et demi pour aboutir. L’étude de ce dernier est terminée et publiée au milieu de l’année 1963, respectant ainsi à peu de choses près les délais. Ce travail durant son élaboration fut ouvert au public, respectant en cela les demandes centrales d’approche démocratique et d’ouverture. Une première présentation en mai 1961 fut faite devant l’organisation étatique de la planification, comprenant les ministères intéressés, les représentants du secteur privé et les chambres des métiers d’Istanbul et d’Ankara ; une seconde fut organisée en 1963 au palais municipal à Aksaray et aurait été faite « de façon magistrale » selon Aydın Germen ; l’ancien maire présent aurait même dit qu’il n’avait jamais vu une telle présentation à Istanbul ! Propos qui confirmeraient la nouveauté des démarches adoptées, à la fois dans son ouverture pédagogique au public et aux études menées avec une exigence de « scientificité ».

  • 144 La région de Marmara est divisée en trois grandes régions. La région de Marmara Est comprend Bursa, (...)
  • 145 T. Akçura, 1968, op. cit.

La première tâche du plan Marmara Est144, selon les propos du chef de projet lui-même était d’analyser le rôle de la région dans le cadre national et de définir une stratégie de développement par rapport à ce cadre. La tendance de concentration existante est-elle inéluctable ? Par une politique d’encouragement des autres centres régionaux peut-on parvenir à freiner la vitesse d’accroissement démographique qui atteint 6 % par an ? Quelles sont les activités qui continueront à affluer vers la métropole et quelles sont celles qui s’établiront dans les autres parties du pays ou de la région ?145

74Les études menées décrivent la région comme la partie la plus développée du pays. Néanmoins, le plan part de l’idée que l’urbanisation qui va se poursuivre ne doit pas être découragée. L’idée dominante étant qu’« Istanbul est une petite grande cité » (des comparaisons internationales sont faites), sa croissance est désirable et le potentiel de développement que représente la région doit être exploité. Cela suppose de prendre des mesures qui seront déclinées dans le schéma. Ce plan directeur prévoit, pour une population projetée dans les vingt ans à venir de 4,8 millions – elle sera déjà de 7 millions en 1980 – la création de villes-satellites, séparées par des espaces verts sur une bande littorale s’étirant sur 80 km et occupant 7000 hectares Il prévoit que la population se redistribue de façon plus équilibrée des deux côtés du Bosphore comme doivent le faire l’industrie et les installations portuaires, avec un projet de pont facilitant les liaisons entre les deux côtes.

  • 146 La relève va être prise en 1966 par l’architecte-urbaniste Piccinato pour l’élaboration d’un schéma (...)

75Ce projet fut très apprécié par le milieu professionnel et universitaire et reste un élément de référence pour la pensée urbanistique turque, même si le schéma directeur ne sera jamais approuvé, les plans complémentaires jamais élaborés146. Comme l’analyse Stéphane Yerasimos,

  • 147 S. Yerasimos, 2004, op. cit.

le projet de Marmara Est fut sans doute la première tentative sérieuse de planification régionale, mais il resta doublement handicapée en amont par l’impossibilité de contrôler l’exode rural et en aval par la spéculation foncière et l’urbanisation sauvage147.

Tuğrul Akçura, chef de projet. Une pratique d’architecte-planificateur ? Sous influence ?

  • 148 Rappelons pour mémoire que la période de 1947 à 1955 est celle qui connaît le flux d’étudiants insc (...)
  • 149 Des rivalités pour le poste de responsable se seraient déclarées entre eux, le dernier arrivé voula (...)

76Comme d’autres architectes ayant fréquenté l’IUUP, Tuğrul Akçura entre en Turquie à la fin des années cinquante148. Il se retrouve très vite à la tête de l’équipe chargée du plan régional. Nous ne connaissons pas exactement la composition de l’équipe ; on peut supposer que certains architectes présents à la municipalité y participent ; nous avons eu mention de la présence d’un démographe statisticien, de nationalité américaine. Un autre jeune diplômé de l’IUUP, Tarık Carım149, en fait partie ; il ne restera qu’un certain temps pour accepter un poste d’expert aux Nations Unis. Mehmet Çubuk, jeune diplômé en architecture à l’Académie des beaux-arts d’Istanbul et qui souhaite se former à l’urbanisme, passe quelque temps dans cette équipe. Il va se laisser convaincre sur les conseils de ses jeunes aînés de s’inscrire à l’IUUP.

77L’IUUP est donc présent d’une certaine manière dans cette aventure. Tarık Carım, diplômé en architecture à l’École des beaux-arts de Paris en 1952, s’inscrit dès 1947 à l’IUUP et en sera diplômé en 1955 : son mémoire qu’il fait sous la direction de Robert Auzelle porte sur Le vide urbain et l’art urbain. Tuğrul Akçura, lui, fait ses étude d’architecture à l’École polytechnique de Lausanne, très reconnue dans le milieu (rappelons que la Suisse a eu une certaine importance dans l’organisation et l’enseignement des nouvelles universités républicaines, y compris en urbanisme) où il fait dix semestres d’octobre 1946 à l’été 1952. Il va compliquer ou enrichir son parcours en s’inscrivant à l’École supérieure technique de Stuttgart, prestigieuse école dont certains enseignants et étudiants ont eu une véritable influence sur l’urbanisme en Turquie (il suffit de penser à Paul Bonatz et à ses disciples). Il choisit finalement de poursuivre en France ses études d’urbanisme à l’IUUP. Inscrit en 1953, il soutient son mémoire en décembre 1959 qui lui permettra d’être diplômé avec une mention Très bien.

78Le parallèle que nous faisons entre ces deux parcours et de leur mémoire nous permet de mieux comprendre l’orientation conceptuelle de l’urbanisme de Tuğrul Akçura, cohérent finalement avec sa fonction de chef de projet de développement régional à Istanbul. Le mémoire de Tarık Carım qui porte sur le vide dans la ville s’apparente à un essai théorique sur le critère pour lui essentiel d’un projet de ville, à savoir le contenu émotionnel. D’où les questions qu’il se pose : quelle est la jouissance esthétique de cet espace artificiel, qui est donné en plus des architectures ? Quelles sont les dimensions sensibles du vide en tant qu’élément de composition ? Le choix de son directeur et du thème correspond bien à sa sensibilité. En effet, Robert Auzelle, architecte, diplômé de l’IUUP, dispense à partir de 1945 le cours de Composition (ainsi qu’à l’École des beaux-arts à partir de 1961) avec la volonté d’allier savoirs et savoir-faire architecturaux et urbanistiques. En contraste, Tuğrul Akçura, comme d’autres étudiants turcs de la même période, choisiront plutôt des sujets, relativement nouveaux, de planification urbaine ou régionale qu’ils mèneront de préférence avec des géographes.

79Un détour est nécessaire pour resituer l’évolution qu’a connue l’IUUP depuis l’après-guerre avec l’arrivée de Pierre Lavedan en 1940 et comprendre les choix de scolarité de ce type. Tout en affirmant la pluridisciplinarité, l’IUUP est soucieux de son ancrage dans l’actualité en France (politiques de reconstruction, d’aménagement du territoire, sur les questions sociales).

  • 150 A. Picard, R. Baudoui, 1998, op. cit.

L’urbanisme n’est plus entendu comme simple science de l’embellissement, mais comme politique aménagiste devant s’étendre à tous les territoires concernant l’aménagement urbain150.

80De nouveaux enseignants arrivent, souvent de jeunes diplômés formés à l’Institut comme Robert Auzelle, Jean Royer et André Gutton qui ont d’ailleurs, comme nous l’avons vu, des relations avec la Turquie. La nouveauté est sans aucun doute l’arrivée des géographes urbains comme Georges Chabot, puis ceux qui lui succèderont, Jacqueline Beaujeu-Garnier et Philippe Pinchemel, tous universitaires. Le mémoire de Tuğrul Akçura est tout à fait exemplaire de cette nouvelle tendance, son directeur de thèse étant Georges Chabot, géographe, comme le seront les directeurs des autres mémoires qui vont suivre, celui de Mehmet Çubuk, Quelques principes pour l’aménagement du Bosphore, sous la direction de Jacqueline Beaujeu-Garnier, soutenu en 1966 et celui d’Oğuz Orbey, Essai sur la région de Marmara Est, sous la direction de Philippe Pinchemel, soutenu en 1967 : ces derniers en effet portent précisément sur la question de l’aménagement de cette région Marmara Est qui confirment bien l’importance de cette expérience. Oğuz Orbey soutiendra en 1970 une thèse en géographie à la Sorbonne sur la même problématique, Essai sur la planification de la région de Çukurova.

  • 151 Georges Chabot, 1948, Les villes, aperçu de géographie humaine (collection Armand Colin), Paris.

81Le mémoire de Tuğrul Akçura qui porte sur Les fonctions urbaines d’Ankara sous la direction de Georges Chabot151 est un véritable travail de recherche dans le sens où il s’attache à analyser en profondeur le rôle de cette ville, promue capitale, au détriment d’Istanbul, sans, contrairement à la majorité des autres mémoires, y intégrer un projet d’aménagement ou de gestion – sans pour autant que l’auteur sous-estime l’actualité d’un tel travail sur l’urbanisation accélérée de cette ville et les problèmes qu’elle allait engendrer. Cette orientation correspond bien à la fois à l’exigence de scientificité sur des problématiques urbaines et des apports disciplinaires nouveaux, réclamée par ces nouvelles politiques de planification menées en France également. On peut rappeler avec İlhan Tekeli, qu’André Gutton, un des enseignants du cours sur la composition urbaine à l’IUUP, directeur de la Commission sur l’urbanisation de l’UIA qui a tenu son assemblée à Istanbul en 1959, conseille dans un rapport que les pouvoirs publics turcs lui ont demandé que le rôle et la place d’Istanbul dans l’ensemble national doivent être repensées dans un schéma directeur régional. La même année d’ailleurs, Turhan Güven, jeune ingénieur-architecte de l’İTÜ (1954), inscrit à l’IUUP en 1958, y aurait été envoyé en stage (avec d’autres) par le ministère des Travaux publics et de la Construction.

Un réseau de « pairs » pour un nouveau paradigme de planification (échelle et méthodes) 

82Selon nos informations, c’est sur proposition d’Aydın Germen, chargé de la mise en œuvre de la politique des projets régionaux au Département de la planification régionale au ministère de la reconstruction que ces deux architectes-urbanistes, diplômés de l’IUUP furent recrutés. İlhan Tekeli, dans son ouvrage déjà cité, parle d’un trio d’urbanistes qui étaient à Ankara au ministère dans les années 1959, « premiers diplômés d’urbanisme à l’étranger », Tuğrul Akçura, Aydın Germen et Esat Turak ; ils auraient joué selon lui un « rôle important dans l’internationalisation de l’urbanisme en Turquie » : Tuğrul Akçura formé en France à l’IUUP, Aydın Germen, « premier urbaniste turc non-architecte » aux États-Unis et Esat Turak, à l’İTÜ et aux États-Unis. Aydın Germen, lui, nous parle de « triumvirat », dont la composition n’est pas tout à fait la même : au départ il est constitué de Turgut Cansever et de lui-même auquel se joindra par la suite Tuğrul Akçura. Aydın Germen est plus incisif dans la description qu’il fait de ce groupe informel qu’il qualifie de « destructeurs », destructeurs de la tradition gouvernementale turque, des normes et pratiques en cours, de « révolutionnaires » à qui paradoxalement l’État donne des responsabilités importantes ! Il semble donc qu’il y ait une convergence de vue entre ces jeunes architectes urbanistes turcs sur ce que pourrait être l’urbanisme et sur la légitimité et leur compétence pour être acteurs du processus qui se met en marche, fondé sur des études à caractère scientifique et pluridisciplinaire. Ce sont sans doute ces affinités personnelles, professionnelles et politiques qui sont à l’origine de la cooptation sur le mode de laquelle semble s’être opéré le recrutement pour la nouvelle aventure planificatrice : nous voulons parler essentiellement des trois protagonistes principaux, Tuğrul Akçura, Turgut Cansever et Aydın Germen.

83Cooptation entre pairs, avons-nous avancé. En effet, outre l’amitié qui lie ces jeunes gens – même si elle a pu se défaire par la suite, chacun poursuivant son chemin – ils ont en commun leur âge. Ils font partie de la même génération, tous enfants de familles engagées dans la République. Ils sont jeunes, instruits, cultivés, se sentent compétents. Ils partagent également la francophonie : ils ont fait le lycée Galatasaray, ils ont pu même avoir plus jeunes accès au français par la famille ou l’école. Leur francophonie ne les empêche pas cependant de faire leurs études supérieures dans des pays autres que la France, les États-Unis pour Aydın Germen, la Suisse et l’Allemagne pour Tuğrul Akçura et la France en partie pour Turgut Cansever. Pour l’urbanisme, leur lieu de formation se diversifie également. Toujours les États-Unis pour Aydın Germen, l’IUUP pour Tuğrul Akçura. Turgut Cansever reste de ce point de vue une énigme. Plusieurs témoins l’associent au nom de Tuğrul Akçura et à l’IUUP où il n’y a cependant aucune trace de scolarité.

84Mais nous pensons que plutôt que la francophonie, c’est leur multilinguisme et leur cosmopolitisme qu’ils ont en commun et leur désir de mettre leurs convictions à la fois professionnelles et politiques, très liées, au service de leur pays. Il s’agit bien pour eux de faire autrement de ce qui a été fait jusque-là pour répondre aux nouvelles donnes urbaines, véritable défi sociétal. Leur formation hors de la Turquie leur permet non seulement d’apporter un nouveau regard, mais aussi de ne pas se laisser enfermer dans des querelles de chapelle et de revendication d’appartenance. Les querelles entre Henri Prost et ses adeptes et les cercles autour de l’İTÜ ne sont malgré tout pas loin. La question des influences « doctrinales » transmises par leur formation respective devient délicate. Un autre travail, plus précis, devrait être fait sur les traces écrites et graphiques de leurs apports respectifs de ces années pour pouvoir donner une réponse. Pour Tuğrul Akçura, il est certain que certains des enseignements reçus à l’Institut et son propre travail de thèse ont dû, d’une certaine façon le préparer à sa tâche, même si le décalage entre la réalité qu’il quittait et celle sur laquelle il devait intervenir, en tant que « jeune cadre », l’a sans doute obligé, comme les autres dans la même situation de retour, à des adaptations et des bricolages.

85La déception à la suite de cette expérience mènera les protagonistes à quitter ces institutions. Turgut Cansever se vouera à l’architecture, comme praticien et théoricien d’une « architecture turque ». Deux d’entre eux, Aydın Germen et Tuğrul Akçura, enseigneront au METU, au Département de planification urbaine et régionale qui se monte donc en 1962, comme si, malgré l’échec en quelque sorte de leur travail d’urbaniste praticien, ils allaient en tirer des enseignements, au sens propre du terme, comme si l’enseignement en était la suite logique. En effet, le METU et son département d’urbanisme, comme nous l’avons déjà dit et comme Tuğrul Akçura l’a écrit d’une certaine manière, représentaient un enjeu pour ces gens convaincus de leur rôle et des valeurs à défendre et à transmettre pour les villes à venir. Ce nouveau métier de fait ne pouvait être un repli, mais au contraire l’opportunité de poursuivre la réflexion et la transmettre, en maintenant la dimension internationale avec des collègues qui eux aussi étaient passés par une formation à l’étranger comme Gönül Tankut, collègue femme, architecte formée à l’École polytechnique de Zurich, ayant obtenu un master de city planning à l’Université de Yale ou Esat Turak (formé à Harvard). Ainsi, sans parler d’« école proprement dite », il est possible de parler de « lignées d’urbanistes » à la fois engagés, ouverts, cultivés qui ont été étudiants, assistants et collègues de Tuğrul Akçura comme Raci Bademli ou Murat Güvenç pour parler des plus proches (voir le portait de Tuğrul Akçura).

86Pour reprendre la formule utilisée pour qualifier la place d’Henri Prost dans l’urbanisme de son époque, peut-on considérer aujourd’hui Tuğrul Akçura que nous venons de voir en début de carrière – mais qu’il va largement déployer – comme un « homme de réseau » ? Sa facilité de circulation dans les différents mondes, professionnels et universitaires, locaux et internationaux comme son portrait le décrit, pourrait le laisser penser. Et l’IUUP où il retourna pour enseigner les dernières années de sa vie en serait-il un des chainons ?

87D’autre part, comme nous l’avons déjà mentionné, notre ambition n’était pas d’analyser ces mouvements en termes d’influence, ce qui supposerait un autre type de travail. En effet, une des voies possibles serait par exemple de qualifier la démarche de chacun des protagonistes, Henri Prost et Tuğrul Akçura, en travaillant sur les plans directeurs et de comprendre ainsi la facture singulière de chacun, en considérant les contextes d’élaboration à la fois en ce qui concerne les « doctrines », les méthodes et les problèmes urbains à traiter. Là encore, la place de l’IUUP dans les éventuels transferts d’idées et de démarches pourrait peut-être être clarifiée.

Notes

60 Parmi les diplômés et les « admis » qui ne sont pas rentrés en Turquie, certains n’ont pas fait leur carrière en urbanisme comme Aydemir Balkan, « admis » à l’IUUP en 1956, qui a fait une carrière de journaliste et d’expert international à l’Unesco, sur les questions de la Turquie, mais pas explicitement d’urbanisme. Nous n’avons par contre aucune information sur la vie professionnelle d’Oğuz Orbay.

61 Annuaire Sageret des Bâtiments et des Travaux publics, 1932, 1935, 1938.

62 É. Utudjian, 1966, Les monuments arméniens du 4e au 17e siècle, Paris, Laffont.

63 Şemsa Demiren sera la compagne, puis l’épouse d’Henri-Jean Calsat (1905-1991) ; celui-ci est diplômé de l’École spéciale des travaux publics, des Beaux-Arts et de l’IUUP. Il enseignera à l’ESTP, l’ESA et l’École d’architecture de Genève.

64 Notons que les premiers retours se font peu de temps avant la Seconde Guerre mondiale.

65 Comme nous l’avons dit, Mehmet Çubuk a été un de nos rares interlocuteurs qui a pu nous parler de l’influence qu’a pu avoir l’IUUP sur sa façon d’envisager l’urbanisme et de l’enseigner.

66 L’urbanisme à l’Université Mimar Sinan comme au METU est une discipline qui s’enseigne en formation initiale et qui s’est donc autonomisée par rapport à l’architecture, même si les départements dépendent des facultés d’architecture.

67 Voir leurs notices sur l’identification des noms.

68 Il n’est pas clair pour nous s’il s’agit du service d’urbanisme (voire technique) ou du bureau d’études en urbanisme qu’a créé sur la demande d’Henri Prost la municipalité d’Istanbul pour l’élaboration et la mise en œuvre du plan directeur de la ville.

69 Banque fondée par l’État en 1926 pour financer des opérations de logements à finalités sociales et l’octroi de crédits aux particuliers pour l’accès à la propriété.

70 Nous avons pu faire une longue interview à Istanbul.

71 Au-delà de la revendication subjective des acteurs, la question peut se poser dans l’analyse de la construction du champ de l’urbanisme, entre autres à travers celle des métiers impliqués au départ ingénieur, architecte, géomètre… Voir l’ouvrage de Viviane Claude, cité ci-dessus, sur les façons dont ces métiers se sont emparés des questions urbaines en France.

72 Encore qu’il est vrai, comme nous l’avons vu, que ces prédécesseurs diplômés de l’IUUP ne sont très vraisemblablement jamais retournés en Turquie pour exercer.

73 Il va ainsi, dans les récits qu’il nous fait, passer sous silence des personnes qui à la fois étaient passées à l’IUUP et avaient travaillé comme lui avec Henri Prost comme Ertuğrul Murat Menteşe qui avait une année de scolarité complète et Şemsa Demiren qui avait suivi des cours comme nous l’avons vu et avait été elle aussi une fidèle d’Henri Prost, ces personnes étant reconnues par le milieu comme ayant fait de l’urbanisme.

74 J.-F. Pérouse, 2001, « Aron Angel, “le premier urbaniste turc” ? » papier provisoire (communication au séminaire Cultures urbanistiques, Beyrouth).

75 Nous avons eu la chance d’interviewer ces deux personnes, Aron Angel et Mehmet Çubuk.

76 Encore que le Département de planification urbaine et régionale qu’il a créé fait de la formation initiale.

77 Ce sont d’ailleurs les deux moments où la présence d’étudiants turcs inscrits à l’IUUP est la plus forte comme nous l’avons déjà indiqué.

78 Nous avons pris connaissance des travaux de Cânâ Bilsel et de Pierre Pinon, entre autres, 2010, From the Imperial capital to the Republican modern city: Henri Prost’s Planning of Istanbul (1936-1951), Istanbul, İstanbul Araştırmaları Enstitüsü. Notre recherche cependant s’est plus intéressée à l’organisation du travail et à l’orientation générale du plan directeur qu’à son contenu détaillé.

79 « Venu à Istanbul en 1935 sur l’invitation de son Excellence l’ambassadeur de Turquie à Paris… » in Demande de régularisation financière en fonction du travail réellement produit, Archives Prost IFA.

80 Il propose le projet à René Danger, géomètre-urbaniste, qui enseigne l’urbanisme à l’ESTP qui a publié son cours d’Urbanisme aux éditions Eyrolles en 1933 et à qui on confiera d’autres plans d’urbanisme en Turquie.

81 Herman Elgötz est collègue d’Hermann Janssen à l’Université technique de Berlin.

82 Alfred Agache est très connu pour ses plans d’urbanisme de Lisbonne, Rio, São-Paulo. Il a joué un rôle très important dans la réflexion sur l’urbanisme. Il n’a curieusement jamais enseigné à l’IUUP.

83 D’après Aron Angel (voir S. Guittet, ibid.), Pierre Remaury, enseignant à l’IUUP, aurait lui aussi participé à ce concours.

84 J. Royer, 1965, « Henri Prost, urbaniste », Urbanisme 88, p. 21-24.

85 Jacques-Henri Lambert (1884-1961), architecte urbaniste, diplômé de l’IUUP, est un collaborateur fidèle d’Henri Prost. Il fait partie du comité directeur de la revue Urbanisme dès sa création en 1932, animé par Henri Prost et Jean Royer. Il sera retenu également pour le plan d’Erzurum.

86 Léon Jaussely, architecte urbaniste, enseignant à l’IUUP, sera invité à participer au concours restreint pour le plan d’urbanisme.

87 De nombreux plans sont confiés à des architectes étrangers dont font partie René Danger, Jean Royer et sans doute d’autres français.

88 Des missions sont organisées en Europe par les municipalités d’Istanbul et d’Ankara pour solliciter les avis des différents spécialistes de l’urbanisme et de la construction.

89 On doit ce manuel à Celal Arseven. La présence d’un index franco-turc nous laisserait penser qu’il y aurait peut-être un lien avec le manuel d’Édouard Joyant, publié à Paris en 1923.

90 Des noms qui deviendront importants émergent de ce milieu local comme celui de Mithat Yenen, de B.A. Ongün, Kemal Ahmet Aru…

91 L’organisation de son travail devait lui permettre de mener de front son travail à Istanbul et à Paris où il avait de nombreuses activités. Il va en effet partager son temps entre les deux villes. Toutefois, au moment de la guerre, il préfère rester à Istanbul : « Bloqué par la guerre à Istanbul et ne voulant pas collaborer sous la domination allemande, je n’ai pu reprendre mes activités en France dès la cessation des hostilités, la municipalité ayant insisté pour la poursuite de l’application de mes projets… ».

92 De fait, le plan directeur du Vieil Istanbul et de Péra, Galata est terminé en 1937, celui de la côte d’Asie en 1939 et celui de la Rive droite de la Corne d’Or en 1941. Tout le travail de mise en œuvre à travers les plans de détail pourra commencer à ces dates.

93 J. Royer, 1965, op. cit.

94 Nous n’avons pas de données précises sur le statut juridique de cette structure.

95 Nous nous sommes beaucoup appuyées sur ses notes, des lettres de recommandation qu’Henri Prost a rédigées pour beaucoup d’entre eux et de sa correspondance (Archives Prost-IFA).

96 Op. cit.

97 J.-F. Pérouse, 2014, « Henri Prost et Istanbul : le magistère contrarié (1937-1950) » in Güneş Işıksel et Emmanuel Szurek (dir.), Turcs et Français. Une histoire culturelle, 1860-1960, Paris, PUR, p. 225-238.

98 F. Neuville, 1996, “Introduction”, Penser la ville, créer la ville. L’œuvre d’Henri Prost à Istanbul 1936-1951, Istanbul, IFEA/Yapı Kredi.

99 Question : Est-ce le chef du service technique d’urbanisme ou est-ce le chef de l’İmar Bürosü ?

100 Note n° 176 (1940).

101 Un doute persiste également sur la nature du service : est-ce l’İmar Bürosü ou est-ce le service technique plus général de la municipalité ?

102 S. Guittet, 2004, op. cit.

103 J.-F. Pérouse, 2014, op. cit.

104 Lettre de recommandation d’Henri Prost de 1943.

105 Lettre d’Henri Prost au maire pour demander une augmentation de salaire, du 19 juin 1949.

106 Lettre de recommandation d’Henri Prost du 15 septembre 1953.

107 J.-F. Pérouse, 2014, op.cit.

108 Lettre de recommandation d’Henri Prost du 24 février 1951 pour un stage en France sur les problèmes de circulation.

109 Lettre de recommandation d’Henri Prost du 4 août 1950.

110 Lettre au maire d’Istanbul du 19 juin 1949.

111 Ibid.

112 Lettre de recommandation d’Henri Prost.

113 Note n° 494 de 1948.

114 Ibid.

115 Lettre de recommandation d’Henri Prost.

116 Note n° 494 de 1948.

117 Il est difficile ainsi de partager le personnel repéré entre ce que Jean Royer nomme les « fidèles collaborateurs personnels d’Henri Prost » et les fonctionnaires de la municipalité et parmi ceux-ci, ceux du Bureau et ceux des autres services. Pour élaborer notre liste, nous les avons regroupés selon leur formation et qualification.

118 En effet, il suffit de se plonger dans certaines notes d’Henri Prost pour se rendre compte qu’il a eu beaucoup de mal à stabiliser son équipe, que le personnel bouge énormément, y compris dans les services techniques, qu’on ne leur affecte pas toujours le personnel compétent dont il aurait besoin, que les engagements pris par la municipalité ne sont pas toujours tenus ; que globalement il n’y a pas réellement de politique de recrutement. Dans la mobilisation et l’organisation des compétences nécessaires à sa mission, Henri Prost se confronte à des difficultés qui, au fil du temps, semblent s’aggraver. Dans une de ses notes (note 176), il parle de manque de souffle dès 1940 : « Le bureau d’urbanisme n’a jamais retrouvé l’enthousiasme des premiers jours ». Il semble d’ailleurs que cela concerne plus les ingénieurs, les topographes que les architectes urbanistes, surtout lorsqu’il s’agit d’élaborer les plans d’alignement et de nivellement pour la mise en œuvre du plan directeur.

119 J.-F. Pérouse, 2014, op. cit.

120 Comme l’indique Jean Royer, Henri Prost a tenu dans l’exposition réalisée en 1953, sous l’égide de l’Académie d’architecture et intitulée « Henri Prost, cinquante ans d’urbanisme » à ce que figurent, à propos d’Istanbul, ces quatre noms (J. Royer, 1965, op. cit.).

121 Durant la Seconde Guerre mondiale, Henri Prost a assuré des cours d’urbanisme à l’Académie des beaux-arts d’Istanbul.

122 Archives Henri Prost, IFA.

123 Les deux noms sont cités dans l’exposition dédiée à Henri Prost en 1953, organisée sous l’égide de l’Académie de l’architecture et que rapporte Jean Royer, 1965, op. cit.

124 Şemsa Demiren dans une conversation avec l’urbaniste Güzin Kaya, affirme que l’un des plus importants éléments de sa vie est d’« avoir été l’assistante de Prost ».

125 Jean Royer, diplômé en architecture de l’ESA et en urbanisme de l’IUUP en 1924. Il est urbaniste-conseil de nombreuses villes, fait de nombreux plans d’urbanisme, travaille avec Henri Prost à la planification de la région parisienne dans les années 30, il participe à la création de la revue Urbanisme, il organise des congrès nationaux d’urbanisme, il assure à l’IUUP le cours de composition urbaine, nouvelle mouture du cours qu’assurait Henri Prost. Pour résumer, c’est un très proche d’Henri Prost.

126 On sait aussi que des stages pour techniciens turcs ont été organisés dans certaines municipalités françaises.

Prost ait été impliqué dans l’initiaitve. Scorie ?

127 Jean Royer (1903-1981), André Gutton (1904-2002), diplômé des Beaux-Arts et de l’IUUP, Gaston Bardet (1907-1989) et Robert Auzelle (1913-1983) constituent la deuxième génération de ces architectes-urbanistes planificateurs, celle qui a été formé à l’IUUP et aura un rôle essentiel après la Seconde Guerre mondiale.

128 Voir les lettres d’information de l’OUI, 1992/1 (http://oui.hypotheses.org/2480), 1992/2 (http://oui.hypotheses.org/2483), 1999/3 (http://oui.hypotheses.org/2487), « Projets et aménagement urbains à Istanbul de 1933 à nos jours ».

129 J.-F. Pérouse, 2001, op. cit.

130 J.-F. Pérouse, 2014, op. cit.

131 J.-F. Pérouse, 2008, « La concurrence allemande entre experts-urbanistes français et allemands en Turquie dans l’entre-deux guerres : l’exemple de la planification d’Ankara », Version française de : „Die Konkurrenz deutscher und französicher Wissenschaftsschulen in der frührepublikanischen Türkei am Beispiel der Planung Ankaras”, in G. Seufert & C. Kubaseck (dir.), Deutsche Wissenschaftler im türkischen Exil : Die Wissenschaftsmigration in die Türkei 1933-1945, Orient-Institute Istanbul, Istanbuler Texte und Studien 12, 2008, p. 117-134. URL : https://www.academia.edu/5750022/La_concurrence_entre_experts_urbanistes_fran %C3 %A7ais_et_allemands_en_Turquie_dans_lentre-deux-guerres_lexemple_de_la_planification_dAnkara.

132 Dans une lettre à Henri Prost, Şemsa Demiren lui donne des nouvelles de l’İmar Bürosü : « Un groupe de spécialistes a entrepris de diriger l’İmar : Cevat Erbel, Kemal Ahmet Aru, Mukbil Gökdoğan, Emin Onat (tous proches de Paul Bonatz) ! Il faut croire que la Technique Université a déménagé à la Belediye et les affaires ne vont pas mieux qu’avant ». (Archives Henri Prost, IFA).

133 De fait, Henri Prost s’appuie sur une démarche multidimensionnelle qui peut se résumer en quatre points : plan de l’état actuel de l’agglomération, programme du projet d’urbanisme (par une série d’entretiens avec les différents services et équipements, représentants des groupements industriels commerciaux, touristiques… avec des perspectives de 10 à 50 ans) et préparation du projet à l’aide d’un bureau d’études spécialisé. Enfin, l’élaboration du plan d’ensemble et des plans de détail s’accompagne de l’élaboration de lois et de règlements permettant leur mise en œuvre.

134 « Si je n’avais pas fait la plus grande gaffe et erreur tactique de ma vie, je serais en train de travailler au plan d’urbanisme de cette belle Istanbul, à la place de mon grand adversaire Prost. Dans une lettre adressée à Atatürk, je conseillais au plus grand révolutionnaire qu’ait connu la Turquie de garder la ville dans l’état poussiéreux laissé par les siècles. J’ai compris seulement après à quel point je m’étais trompée ». Ş. Demiren, 1949, “Le Corbusier ile Mülâkat” [Entretien avec Le Corbusier], Arkitekt 11-12, p, 230-231. URL : http://dergi.mo.org.tr/dergiler/2/167/2086.pdf.
Il faut rappeler que le Corbusier est en pourparlers avec le maire d’Izmir depuis 1939 pour faire le plan directeur de cette ville. Il craint certes la concurrence allemande, mais aussi la franco-française, un plan directeur ayant été fait en 1924 par René Danger, urbaniste et géomètre sur et avec les conseils d’Henri Prost (à qui on s’était adressé) et celle de Laprade qui était assez actif en Turquie. Dans les lettres qu’il envoie à l’ambassade de France dans ces années-là, il n’est pas tendre avec ces architectes urbanistes, « hostiles aux idées modernes ». Voir Jean-Luc Maeso, 2009, « Izmir et Le Corbusier, ou les dessous d’une correspondance de 1939 à 1949 » in Le Corbusier en Turquie, Strasbourg, ENSA, pagination.

135 Même si Henri Prost n’enseigne plus à l’IUUP à partir de 1941, il reste dans ce milieu, les lettres de recommandation le prouvent.

136 Nous avons, pour l’analyse de cette période et du schéma directeur régional, emprunté beaucoup d’éléments à plusieurs travaux : l’ouvrage d’İlhan Tekeli, 1994, The development of the Istanbul Metropolitan Area: Urban Administration and planning, METU, Ankara; la recherche de S. Yerasimos, 2004, op. cit.; l’article de Murat Güvenç, 2010, op. cit.

137 Reprenons les termes d’İlhan Tekeli : « Cette nouvelle approche de la planification meurt autour de 1965 ; elle a perdu ses sources humaines originales, ce qui la rend inefficace bien qu’elle reste institutionnellement intacte ».

138 T. Akçura, 1968, « Architecture et urbanisme en Turquie », L’Architecture d’aujourd’hui 140, p. 89-91.

139 Rappelons que la Turquie connaît en effet, dans cet après-guerre, une transformation radicale de son économie qui bouleverse l’équilibre social d’ensemble. Au départ, il y a la modernisation accélérée de l’agriculture que met en place le plan Marshall et qui libère un surplus de main d’œuvre paysanne qui n’a pas d’autre choix que d’aller vivre dans les villes. L’industrialisation se développe, mais pas suffisamment pour ne pas avoir recours aux importations des biens de consommation, entraînant un déséquilibre commercial qui va provoquer une grave crise qui aboutit à la dévaluation de la livre turque en 1958. Une industrialisation plus adaptée aux besoins locaux se met en place (entreprises d’État, investisseurs privés), les pouvoirs publics investissant dans la construction d’un réseau routier national pour la favoriser et négligeant ainsi les infrastructures et les services urbains :
« Cette conjoncture économique bien spécifique correspond à une politique de sous-investissement en voirie, transports, services et équipements publics tandis que c’est le début d’une croissance urbaine protéiforme et clivée : la formation de secteurs d’habitat spontané (les fameux gecekondu) et d’enclaves où les couches aisées sont surreprésentées. Les dolmuş (taxis collectifs) et les minibus commencent à combler le déficit en matière de transports collectifs alors que les lacunes du système de distribution et de commerce en détail sont compensées par la prolifération de vendeurs ambulants » comme l’écrit Murat Güvenç, 2010, op. cit.

140 Charles Abrams (1902-1970), expert américain, socio-démocrate, est un expert international sur les questions du logement et de planification urbaine et régionale, particulièrement pour les pays du tiers-monde (ou sous-développés – il est intéressant de noter ce nouveau langage). Sa première mission aux Nations Unies se fait précisément en Turquie.

141 S. Yerasimos, 2004, op. cit.

142 T. Akçura, A. Gülgönen, 1969, « Formation des architectes et planificateurs dans le contexte turc », L’Architecture d’Aujourd’hui 143, p. 81-84.

143 Entre 1951, année de la résiliation du contrat d’Henri Prost et 1960, des dispositifs ont été mis en place pour tenter de contrôler l’extension de la ville : commission d’analyse du plan de Prost, création d’un « board consultants » (1952-1956) pour mener des études sur les plans et les actualiser, élaboration d’un master plan de Högg, urbaniste allemand (1957-1958), nouveau plan demandé en 1958 à Piccinato qui propose une organisation spatiale au niveau régional, même recommandation en 1959 d’André Gutton, d’un plan régional pour Istanbul.

144 La région de Marmara est divisée en trois grandes régions. La région de Marmara Est comprend Bursa, Istanbul, Kocaeli et Sakarya, de fait la région métropolitaine d’Istanbul.

145 T. Akçura, 1968, op. cit.

146 La relève va être prise en 1966 par l’architecte-urbaniste Piccinato pour l’élaboration d’un schéma directeur de l’aire métropolitaine (le périmètre concerné est donc moins grand).

147 S. Yerasimos, 2004, op. cit.

148 Rappelons pour mémoire que la période de 1947 à 1955 est celle qui connaît le flux d’étudiants inscrits à l’IUUP le plus important. Certains d’entre eux en effet rentrent donc en Turquie au moment où s’ouvrent des perspectives professionnelles nouvelles pour « de jeunes cadres » comme l’écrit Tuğrul Akçura dans « Architecture et urbanisme en Turquie », op. cit.

149 Des rivalités pour le poste de responsable se seraient déclarées entre eux, le dernier arrivé voulant remplacer celui en poste. Tarık Carım aurait été soutenu dans cette démarche d’éviction par un démographe, membre de l’équipe. Des différences dans la démarche devaient sans doute également les séparer, une démarche morphologique contre une démarche pluridisciplinaire de développement.

150 A. Picard, R. Baudoui, 1998, op. cit.

151 Georges Chabot, 1948, Les villes, aperçu de géographie humaine (collection Armand Colin), Paris.

Table des illustrations

Crédits Mémoire de DEA de Sylvain Guittet, 2004 
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2187/img-1.png
Fichier image/png, 8,6M

© Institut français d’études anatoliennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable