Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire turque de l’Institut d’urbanisme de Paris

 | 
Michèle Jolé

Chapitre 2

Des étudiants turcs à l’Institut d’urbanisme de Paris

Qui sont-ils ? Qu’allaient-ils donc y faire ?

Texte intégral

Une présence affirmée et continue à l’IUUP : une singularité turque ?

1Entre 1919 et 1968, ce sont, selon nos recherches dans les fichiers administratifs du fonds ancien de l’Institut d’urbanisme de Paris, soixante-quinze étudiants, de nationalité turque, qui se sont inscrits dans cette école. De plus, selon des témoignages, il manquerait certains noms de personnes qui, selon eux, auraient suivi des cours. Des fiches auraient-elles été égarées ? Existait-il un statut informel d’auditeur libre comme cela peut être le cas de nos jours ? On aurait à ce moment-là près de 80 étudiants turcs qui seraient passés par cette maison durant cette cinquantaine d’années. C’est sans doute là la surprise de cette recherche.

  • 29 R. Baudoui, 1988, op. cit.

2Encore faut-il tenter d’en évaluer l’importance réelle. Pour cela, seules des comparaisons avec d’autres pays nous permettraient de le faire. Nous avons déjà évoqué la vocation internationale de l’IUUP qu’il a affichée dès sa création et qui a été un des éléments de sa réputation. En effet, les différents travaux sur l’histoire de cette institution insistent sur cette dimension et, entre autres, sur l’importance de certains pays, pourvoyeurs en étudiants, comme la Chine dans les années 30 particulièrement, quelques pays d’Europe, Yougoslavie, Bulgarie, Portugal, Grèce. On évoque aussi couramment l’Amérique latine, le Brésil, l’Argentine29. La Turquie ne semble pas avoir attiré particulièrement l’attention.

  • 30 D. Matus, 2009, op. cit.
  • 31 Il est d’usage de nommer thèse ce qui au départ était intitulé mémoire.

3Cela dit, jusque-là, aucune recherche n’avait vraiment abordé cette question et aucun comptage systématique des étudiants n’a été fait selon les nationalités. Deux essais cependant ont été tentés dans la dynamique de notre propre travail, sur la même période. L’un, mené par Henri Coing, porte sur les différents pays d’Amérique. L’autre, mené par Daniel Matus30 dans le cadre d’un mémoire sur les étudiants diplômés et leur travail de thèse31, avait entamé un dépouillement systématique de toutes les fiches administratives. Devant l’ampleur de la tâche, il dut abandonner. Nous disposons ainsi de résultats, mais qui ne concernent que les noms commençant par la lettre A. Ils doivent être pris avec beaucoup de précaution, vu les variations orthographiques des noms propres selon les langues.

4Selon la première source, le travail d’Henri Coing, pour les 17 pays d’Amérique latine concernés, on compte 223 étudiants. 183 d’entre eux se répartissent entre 6 pays les plus importants : 53 pour la Colombie, 43 pour le Brésil, 32 pour le Mexique, 26 pour l’Argentine, 16 pour le Pérou, 13 pour le Chili. Nous voyons donc que d’un point de vue strictement comptable, l’effectif pour la Turquie est en bonne position. La seconde source, celle de Daniel Matus, très fragmentaire, fait apparaître une variété significative de pays pourvoyeurs et parmi les plus représentés se trouvent la Turquie et la Grèce.

5Il serait nécessaire pour valider la singularité de la Turquie, inattendue à vrai dire au démarrage de la recherche, de poursuivre la comparaison avec d’autres pays du Proche et Moyen-Orient, l’Égypte, l’Iran, le Liban, qui semblent figurer en bonne place (la manipulation des fiches nous en avait donné l’intuition), de repérer les variations le long de ces cinquante années et mettre ces chiffres en relation avec différentes variables pour chacun des pays concernés, entre autres, ceux de la population urbaine.

6L’autre caractéristique de cette présence turque est sa constance tout au long de ces années, même si l’on peut observer des blancs durant certaines périodes. La première inscription, assez remarquable, puisqu’elle s’est faite en 1919, année de l’ouverture de l’EHEU, est une exception. Alki Djelepa fait partie des sept premiers diplômés de cette École, son mémoire ayant été soutenu en 1922 – En effet, il faudra attendre 1928, quelques années après la proclamation de la République turque, pour que les arrivées se fassent régulières. C’est Victor Uziel, inscrit en 1928 et diplômé en 1930, qui ouvre la porte à un flux, certes modeste, mais qui ne s’arrêtera pas. Ainsi de 1928 jusqu’en 1945, il arrive un à deux étudiants par an (avec un ralentissement pendant la guerre). Dès 1947, on observe une accélération avec des contingents d’étudiants plus importants, particulièrement entre 1947 et 1953 où l’on dénombre 31 inscriptions, de 3 à 4 étudiants par an avec des pointes de 5 en 1950, de 7 en 1951, de 6 en 1952 et à nouveau de 4 en 1953. Une importante reprise s’opère à nouveau entre 1962 et 1967 (2 en 1962, 4 en 1964, 3 en 1966 et 4 en 1967).

Nombre d’inscrits à l’IUUP 1919-1967

Nombre d’inscrits à l’IUUP 1919-1967
  • 32 Est-elle due à une demande sociale plus ou moins forte selon les problèmes urbains, les difficultés (...)

7Les effectifs annuels en soi peuvent paraître relativement faibles, mais ce sont leurs variations dans le temps qui, pour prendre du sens, pourraient être mises en relation, avec l’évolution de la question urbaine, l’institutionnalisation de l’urbanisme et de la formation en Turquie. Cette mise en relation suscite de nombreuses questions32 auxquelles ce travail ne peut répondre. Nous tenterons cependant d’y revenir sur certaines des périodes.

Étudiants turcs inscrits à l’EHEU et l’IUUP entre 1919 et 1968

Étudiants turcs inscrits à l’EHEU et l’IUUP entre 1919 et 1968

« Admis » : étudiants ayant deux années de scolarité et admis à faire leur mémoire. Ne l’ayant pas fait, ils ne sont pas diplômés.
Profession : A = architecture/ U =urbanisme/ A+U =les deux/ ? = sans information/ N =Non
Lycée francophone : =Galatasaray / NDS= Notre-Dame de Sion
Notes : O(ui) = a des notes : N(on) =n’a pas de notes

Réalisation Michèle Jolé, 2012

Qui sont ces étudiants ? Quelques pistes : famille, genre, francophonie…

8Même si l’exercice est délicat et bouscule notre goût des intrigues et histoires individuelles, il est intéressant de traverser ces destins singuliers pour dégager quelques traits communs – et leurs possibles variations dans le temps – qui peuvent aider à comprendre la formation d’une nouvelle élite, venue se confronter à d’autres cultures, en l’occurrence européennes.

De bonne famille…

9Nous avons peu de données sur le milieu familial dont sont originaires ces étudiants. Certains indices que fournissent les fiches et certains propos recueillis confortent l’hypothèse sociologique la plus plausible sur leur appartenance à un milieu aisé, bureaucratie ottomane, bourgeoisie turque, intellectuelle etc… En effet, un des indices est le lieu de leur naissance. Nombreux sont ceux qui sont originaires d’Istanbul particulièrement pour la période d’avant la seconde guerre mondiale. 12 sur 16 sont stambouliotes. Par la suite, cela se diversifie, mais il reste une bonne moitié qui est originaire de grandes villes où se concentrent les différentes élites, souvent cosmopolites, du pays, Istanbul, Izmir, Antioche, Ankara. La décennie 60, elle, s’ouvre le plus sur tout le pays et pourrait signifier une certaine démocratisation de l’accès aux études supérieures, de plus à l’étranger. Ce serait bien sûr à vérifier.

10Les témoignages vont dans le même sens. Nous avons souvent entendu à propos de tel ou tel, dont la réputation s’en trouve accrue : « il est d’une grande famille » ou « c’est le fils de ». Ces « grandes familles urbaines », cosmopolites, veillent à ouvrir leurs enfants à la culture occidentale :

  • 33 Interview avec Murat Güvenç.

Il était impératif pour elles de placer leurs enfants dans les meilleurs écoles qui étaient en l’occurrence européennes (française, allemande, anglaise). Ce qui était important, c’était d’y entrer, si possible dans celle qui était jugée la meilleure à ce moment-là33.

11La langue finalement ne semble guère importer dans leur choix et la francophonie de certains de ces milieux ne serait pas un choix délibéré, mais le résultat de stratégie familiale de promotion sociale pour leurs enfants à travers la culture occidentale quelle que soit la langue dans laquelle elle est dispensée.

  • 34 Cela est à nuancer en fonction des années comme nous le verrons plus tard, entre autres dans les an (...)

12Cela dit, les parcours scolaires des uns et des autres sont variés et la francophonie arrive par des chemins tout aussi diversifiés. Il peut par contre y avoir des lignées familiales francophones qui favoriseront des parcours scolaires et universitaires dans cette langue et donc en France. L’exemple le plus probant est celui d’Aron Angel dont les parents sont enseignants de français et où certains de leurs enfants poursuivront leurs études dans ce pays. Le lycée Galatasaray en est une des étapes. D’autres, tout en faisant ce lycée, n’ont pas une trajectoire francophone linéaire. Tuğrul Akçura par exemple, qui le fréquente effectivement, fait ses études d’architecture en Suisse et en Allemagne et ne viendra à Paris pour l‘urbanisme que plus tard. De fait, le lycée Galatasaray n’a pas l’importance que nous lui attribuions au départ de la recherche. Ainsi sur les 75 étudiants, 10 auraient, d’après nos sources qui peuvent en laisser échapper quelques-uns, seraient passés par cette institution (voir le tableau ci-dessus). Ils sont d’ailleurs relativement dispersés dans le temps et il est difficile d’en déduire des effets réels de réseau à partir de la seule variable de la francophonie dont Galatasaray est un des piliers34.

13Plus largement, les réseaux familiaux semblent jouer un rôle important dans les départs à l’étranger – qui peut représenter une véritable aventure pour le ou la jeune partante – et cela ne surprend guère dans une société qui, si elle bouge beaucoup tout au long de ces années, reste en partie structurée par la famille et la solidarité qui en découle. En effet, selon certains témoignages, toutes les ressources familiales, au sens large, y compris les réseaux de connaissance, sont mobilisées tout au long du parcours à l’étranger ; beaucoup évoquent des appuis dans les différentes étapes. Le récit d’Ahmet Alatur – issu d’une famille francophile – qui fourmille de détails, est de ce point de vue très riche (voir sa notice biographique).

Des femmes aussi…

  • 35 Yekta Ozgüven, 2011, The beginning of women architects carriers in Turkey, 1934-1960, mémoire de di (...)

14Si l’on prend la variable du genre pour décrire ces étudiants, la dominante est, sans appel et sans surprise, masculine. Mais il y a des femmes et cette présence, malgré le petit nombre, cinq étudiantes, est remarquable, car elle est à mettre en relation avec la volonté affirmée de la République de promouvoir « l’émancipation » des femmes. D’après Yekta Ozgüven35, c’est en 1930 que les femmes ont acquis le droit de faire des études en architecture et les premières diplômées sortent donc en 1935. Nous n’avons pas d’informations pour les autres disciplines, mais, parmi les cinq inscrites à l’IUUP, trois sont architectes, diplômées des Beaux-Arts, quasiment au même moment, 1943 pour Şemsa Demiren, 1944 pour Ülker Akalın comme pour Selma Emler. La quatrième, Sevgi Tanyeri, est diplômée plus tardivement et à l’İTÜ, dans les années 62-63 (nous n’avons pas la date exacte). La cinquième, Sevim Ulusoy, est tout à fait atypique dans la mesure où elle n’est inscrite qu’à la Faculté des Lettres. Ces cinq femmes ne sont pas toutes jeunes quand elles s’inscrivent à l’IUUP, 29 ans pour Şemsa Demiren, 30 pour Ülker Akalın, 37 pour Selma Emler, 29 pour Ulusoy. Cela laisse supposer qu’elles ont déjà eu une vie professionnelle et peut-être conjugale ; effectivement deux d’entre elles sont mariées et s’inscrivent en couple. Seule Sevgi Tanyeri qui appartient à une autre génération – née en 1938 – et inscrite à l’IUUP en 1964, se rapproche de la moyenne d’âge masculine, 25/26 ans, à l’inscription. De ce point de vue, Şemsa Demiren a un parcours assez remarquable par la témérité et la détermination dont elle témoigne pour poursuivre des études à l’étranger (voir le portrait).

Les communautés

15Enfin une autre caractérisation de cette population qu’il est difficile de ne pas prendre en compte, étant donné l’histoire de ce pays, est l’appartenance communautaire. Tous nos interlocuteurs nous l’ont signalée. Que ce soit en termes globaux, « les musulmans » et les « non-musulmans », ou selon les différentes communautés, hors musulmans, grecque, juive, arménienne. Nous en avons d’autant plus été rapidement alertée que les deux premiers diplômés de la liste sont des « non-musulmans ». De fait, la distribution dans le temps n’est pas la même et cela peut se comprendre. Sur les dix étudiants « non-musulmans » identifiés dans la liste – cinq concernent la période d’avant la guerre 39-45 et se distribuent entre les différentes communautés. Six sur les dix sont architectes. On peut remarquer dès à présent – nous y reviendrons ultérieurement à propos des trajectoires professionnelles – que la majorité d’entre eux n’est pas retournée en Turquie après leurs études. Le pourcentage de diplômés qui appartiennent aux minorités confirmerait l’idée que le départ en France pour des études entre dans une stratégie de départ définitif : 8 étudiants sur 1es 17 « diplômés et admis » appartiennent aux minorités, comme les 4 premiers diplômés avec mémoire entre 1919 et 1945.

Une double formation. La figure dominante de l’architecte-urbaniste

  • 36 L’admission des étudiants à l’EHEU, puis à l’IUUP reste très flexible. « Car non seulement sont adm (...)
  • 37 Les 11 autres étudiants restants ne mentionnent que leur grade de bachelier ou ne donnent aucune in (...)

16La plupart des étudiants inscrits à l’IUUP visent un double diplôme, l’urbanisme n’étant qu’un complément – très peu démarrent par lui36. On trouve deux cas de figure. Il y a ceux qui ont déjà un diplôme lorsqu’ils s’inscrivent en urbanisme ; pour l’ensemble de l’effectif et sur toute la période, 39 étudiants, donc une bonne moitié, sont dans ce cas, le diplôme ayant souvent été obtenu en Turquie. Il y a l’autre figure, ceux qui suivent, parallèlement à leurs études d’urbanisme en France, une autre scolarité – les cours se donnant plutôt le soir se conciliaient donc avec une formation à plein temps : ils sont au nombre de 2437.

17Qu’elle soit déjà acquise ou en cours, la formation la plus prisée est celle d’architecte, alors que, rappelons-le, l’Institut s’est, tout au long de son histoire, ouverte aux autres disciplines par ses équipes d’enseignants, par les programmes et par les recrutements. Pour les 39 déjà diplômés, 28 sont architectes, 4 sont ingénieurs. Pour les 7 autres – autant que le diplôme, est mentionnée l’activité professionnelle du moment –, les profils sont variés et se diversifient surtout à partir des années 50 : École des études civiles turque, École d’administration, science politique, études économiques et commerciales, expert technique, conducteur de travaux publics, vice-consul.

18Pour les études en parallèle, l’architecture domine également : sur les 25 étudiants dans ce cas, 19 suivent des études d’architecture, 7 à l’ESA (dont Henri Prost a été directeur de 1929 à 1959), 12 à l’École des beaux-arts. Trois suivent une formation d’ingénieur (ESTP), trois autres ne sont inscrits qu’à la Faculté des Lettres et Sciences sociales – le cas le plus exemplaire étant celui de Baykan Sezer, sociologue très reconnu en Turquie.

19Quel que soit le cas de figure, la population qui s’intéresse à l’urbanisme est composée majoritairement d’architectes et secondairement d’ingénieurs. Si l’on regarde plus précisément ceux qui ont réussi leur scolarité, avec ou sans mémoire – nous allons y venir – sur les 17 étudiants concernés, 13 sont architectes, les autres étant ingénieurs (2), expert technique et bachelier.

Un détour par les formations concernées en Turquie : architecture, ingénierie, urbanisme. « L’effet İTÜ »

20Revenons aux étudiants architectes, formés en Turquie et inscrits à l’IUUP. Globalement ils se partagent entre les deux Écoles existantes durant cette période, l’Académie des beaux-arts à Istanbul et l’Université technique d’Istanbul (İTÜ) – les titres acquis par leur diplôme diffèrent, architecte pour les Beaux-Arts et ingénieur-architecte pour l’İTÜ. Il est nécessaire cependant de resituer cette répartition dans le temps, dans la mesure où les années quarante voient se diversifier l’offre de formation en architecture et par ricochet en urbanisme avec l’arrivée d’une nouvelle Faculté d’architecture à Istanbul en 1946.

21Donnons quelques points de repère (nous y reviendrons ultérieurement). En 1882 est créée, à la fin de l’Empire ottoman, l’École des beaux-arts avec un département d’architecture. Elle devient en 1928 Académie des beaux-arts après avoir fait l’objet de réformes. En 1982, elle acquiert le statut d’université sous le nom de Mimar Sinan. Parallèlement à celle-ci, l’École des ingénieurs de la marine impériale devient en 1883, École d’ingénierie publique, formant des ingénieurs civils. En 1944, elle acquiert le statut d’université et devient l’Université technique d’Istanbul (İTÜ), et en 1946, s’y crée la faculté d’architecture – jusque-là, seul un enseignement en architecture était dispensé sans formalisation de diplôme. Une « rivalité » va se développer entre cette formation et celle de l’Académie des beaux-arts qui en avait le monopole.

  • 38 Est créé également le Département de restauration et de réhabilitation.

22C’est le moment de rappeler aussi que la première formation en urbanisme en Turquie ne s’est institutionnalisée qu’en 1962 avec la création du Département de planification urbaine et régionale à l’Université technique du Moyen-Orient (METU) à Ankara38. Cela dit, l’urbanisme n’était pas complètement absent des universités. Des cours sont dispensés dès les années 20 et 30 au département d’architecture de l’Académie des beaux-arts. Il faudra attendre 1983 pour y voir la création d’un département de planification urbaine et régionale sous l’impulsion de Mehmet Çubuk, diplômé de l’IUUP en 1966.

  • 39 Gustav Oelsner (1859-1956) est diplômé de la Technischen Hochschule Charlottenburg de Berlin et exe (...)
  • 40 Paul Bonatz (1877-1956) est un architecte-urbaniste allemand (diplômé de l’École polytechnique de S (...)
  • 41 Ernest Reuter (1889-1953), grand homme politique en Allemagne, juriste, s’exile à partir de 1934 en (...)

23Du côté de l’İTÜ, est créée, pendant la seconde guerre, à la faculté d’architecture, une chaire d’urbanisme par Gustav Oelsner39, architecte-urbaniste de Hambourg. D’autres compatriotes le rejoindront comme Paul Bonatz, architecte-urbaniste de Stuttgart40. Il faut signaler également qu’à l’Université d’Ankara, au Département de science politique – nous sommes donc hors du champ de l’architecture –, Ernst Reuter, homme politique et philosophe,41 crée un « institut » d’urbanisme où il développe une approche politique et économique de la planification urbaine.

24Pour résumer, on peut dire que c’est dans les années 20 et 30 au sein de l’Académie des beaux-arts que vont prendre goût et s’initier à l’urbanisme de jeunes architectes turcs. Mais le rôle joué par cette institution va se déplacer progressivement à la fin des années 30 et dès le début de la Guerre mondiale, vers ce qui s’appellera l’İTÜ et sa faculté d’architecture. L’urbanisme y prend une certaine place. Est-ce cela qui explique ce que nous appelons « l’effet İTÜ » ?

  • 42 Comme le qualifie un de nos interlocuteurs.

25En effet, une lecture attentive des tableaux nous a permis d’observer un phénomène particulier, qui est l’arrivée importante à l’IUUP, tout au long des années 50, d’étudiants diplômés en architecture de l’İTÜ. De plus, ces arrivées s’opèrent par vagues, comme s’il s’y avait des effets de promotion. Une première vague concerne les diplômés İTÜ des années 1949. Ils sont au nombre de 4, chiffre relativement important. C’est Ahmet Keskin qui ouvre la marche en 1950, puis Aydemir Balkan (1951, admis), enfin Mehmet Akyol (1952) et Vedat Dalokay (1952). Une deuxième vague suit. Ils sont au nombre de 5 et sont tous diplômés İTÜ en 1954. C’est Polat Sökmen (1956 admis) et Ahmet Alatur (1956), qui semblent initier le mouvement. Suivent Turan Güven (1958), Oktay Benice (1958), Sabah Naki Arpacıoğlu (1960). D’autres suivront, mais de façon plus aléatoire, nous semble-t-il, l’effet de promotion étant moins fort, même si les inscriptions se font par « couple », Taner Gürvardar – diplômé en 1959 – et Sevgi Tanyeri – diplômée en 1962 – en 1964, Kaya Dido – diplômé en 1963 – et Melkon Eran, – diplômé en 1964 – en 1966, İsmet Okyay – diplômé en 1965 – et Orhan Kuntay – diplômé en 1963 – en 1967. D’après les témoignages des acteurs eux-mêmes, certains enseignants, de véritables personnages, ont joué un rôle de médiation entre l’architecture et l’urbanisme, comme Gustav Oelsner et Kemal Ahmet Aru, dans un premier temps et ensuite Ahmet Keskin, qui est lui-même du sérail et enseignera pendant longtemps dans le département « aristocratique » d’urbanisme42. Notons toutefois que sur ces 14 étudiants, inscrits à l’IUUP, peu ont mené une scolarité entière, Ahmet Keskin semble n’y avoir fait qu’un passage rapide.

Étudiants turcs diplômés et « admis » de l’IUUP 1919-1969

Étudiants turcs diplômés et « admis » de l’IUUP 1919-1969

« Admis » : étudiants ayant deux années de scolarité et admis à faire leur mémoire. Ne l’ayant pas fait, ils ne sont pas diplômés
Profession : A = architecture/ U =urbanisme/ A+U =les deux/ ? = sans information/ N =Non
Lycée francophone : G =Galatasaray
Notes : O(ui) = a des notes : N(on) =n’a pas de notes

Réalisation Michèle Jolé, 2012

Des scolarités hétérogènes

26En effet, la situation se complique si nous nous intéressons aux « résultats officiels » de ces 75 étudiants. La faiblesse du nombre de diplômés, à savoir 12 étudiants, relativement au nombre d’inscrits, 75, demande à être clarifiée pour éviter des interprétations trop hâtives et éviter des analyses binaires, en terme de réussite ou d’échec.

27Les informations que nous donnent les fiches administratives nous permettent de distinguer différents types d’étudiants selon leur scolarité :

  • Il y a ceux qui ont fait leurs deux années d’études et leur mémoire et qui, de ce fait, sont diplômés. Avec une exception cependant importante, qui concerne les quatre derniers étudiants diplômés de 1968 et 1969 où les règles d’obtention du diplôme ont été adaptées à la situation (Mai 68 et ses effets) et les ont dispensés du mémoire, du moins dans la forme conventionnelle. Ce qui porte le nombre de diplômés officiels à 12 et le pourcentage à 16 %.

  • Il y aussi ceux qui ont fait deux années avec toutes leurs notes, mais sans mémoire. Nous leur avons donné le titre d’« admis » ; nous en avons comptabilisé cinq. Selon les témoignages recueillis des personnes concernées, de retour au pays ou non, la plongée immédiate dans la vie professionnelle les a empêchés, malgré leur intention initiale, de terminer leur mémoire – sans que cela nuise selon toute vraisemblance à leur vie professionnelle (voir les notices de Polat Sökmen et d’Aydemir Balkan).

28Il nous a ainsi semblé opportun de regrouper ces différents parcours scolaires en une catégorie, en prenant en compte comme possibilité d’entrée dans la vie professionnelle, non seulement le diplôme, mais la formation. Ils représentent ainsi un total de 17 étudiants et monte le pourcentage à 23 %.

  • Il y a, de plus, un autre type d’étudiants, ceux dont la scolarité n’est pas achevée : des admis en première année, mais qui échouent ou abandonnent la seconde, d’autres dont la scolarité de première année est invalidée, par manque ou insuffisance de notes. On en dénombre en tout une quinzaine qui représente un pourcentage de 19 %. D’une façon ou d’autre, ces étudiants ont fait partie à un moment du milieu et à ce titre méritent une certaine attention.

  • Il reste tout de même 43 étudiants, à savoir 57 % de l’ensemble, qui n’ont aucune note comme si la seule trace de leur passage était leur inscription – il est intéressant de noter que pour la période la plus chargée en inscriptions que nous avons identifiée précédemment, entre 1947-1953, sur les 31étudiants inscrits, 21 n’ont aucune note !

29Faut-il pour autant en conclure que ces étudiants n’ont pas suivi de cours ? Si nous prenons le cas de Şemsa Demiren, architecte, assistante d’Henri Prost à Istanbul, les témoignages convergent pour lui attribuer une réelle formation à l’IUUP alors que n’y figure aucune trace, à part son inscription et une lettre de recommandation de « son maître » qui avait été enseignant dans cette institution. On peut supposer comme pour beaucoup d’autres que des cours étaient suivis sans formalisation officielle et qu’ils ont peut-être eux aussi fait partie de réseaux, structurés autour de l’architecture et de l’urbanisme.

  • 43 Lettre datée du 22 octobre 1947, archives Prost IFA.

30Cette situation un peu surprenante s’explique partiellement par les orientations de l’EHEU-l’IUUP qui, dès le départ, a eu le souci de favoriser l’accueil des étudiants étrangers. Dans un des premiers comptes-rendus du comité de perfectionnement et du conseil d’administration (février 1922), Henri Sellier, un des fondateurs de cette institution, avance l’idée d’accorder à certains des dérogations sur la durée de la scolarité : faire en un an ce que l’on fait sur deux ou réduire à un certain nombre de mois la scolarité d’une année. D’autres, plus tard comme Henri Prost et Jean Royer, ont milité dans ce sens. En effet, Henri Prost envoie une lettre de recommandation43 au sujet de Şemsa Demiren, architecte, diplômée des Beaux-Arts à Istanbul, adressée à Pierre Lavedan directeur de l’IUUP où il demande une dérogation pour une inscription directement en seconde année, en légitimant cette demande :

Cette demande d’inscription devrait être examinée très attentivement, car elle intéresse tous les élèves des Écoles Etrangères où l’urbanisme est enseigné et dont les diplômés peuvent justifier une équivalence avec les cours de 1ère année de l’Institut d’urbanisme de Paris.

31Il semble d’ailleurs que certains aient bénéficié effectivement de régime spécial, soit des fonctionnaires ou des gens du métier (architectes) qui semblent passer en seconde année sans les notes requises pour la première année – c’est peut-être le cas de Şemsa Demiren – ou aient été en stage pour quelques mois, l’architecte Selma Emler en serait un exemple. D’autres seraient inscrits par correspondance, soit qu’ils habitent en Turquie comme Kazım Güney Rüknettin, soit en province, à Marseille par exemple.

  • 44 V. Claude, 2006, op. cit.

32De plus, il semble que ce phénomène d’inscription formelle ou inaboutie ne soit pas propre aux étudiants étrangers. Il faut en effet relativiser ce qui pourrait être considéré comme une particularité de cette population étudiante. Ainsi, Viviane Claude note le nombre important d’étudiants français de l’IUUP qui ne terminent pas leurs études et signale à ce propos l’usage d’un titre, les AEIUUP (les anciens étudiants de l’IUUP) qui valoriserait leur curriculum vitae…44 Cela dit, il semble que cette « absence de réussite » d’étudiants étrangers soit assez répandue et qu’elle concerne toutes les nationalités et de nombreuses formations. La question de la langue y est sans doute un des facteurs. Dans notre cas, où la francophonie a été une des stratégies d’influence, on peut supposer que celle-ci ait eu des ratés et qu’elle ait perdu de son poids.

33On ne peut pour autant ignorer l’hypothèse que ces inscriptions aient été des opportunités à saisir pour des raisons diverses selon les individus et leur situation. Ainsi l’inscription à l’IUUP a pu, pour certains, être l’occasion d’une simple régularisation administrative pour venir en France faire d’autres études. Il semblerait, selon certains informateurs, que pour pouvoir sortir de Turquie, avec ou sans bourse – il s’agit surtout des années 50 – un étudiant devait suivre des études dans une spécialité inexistante dans leur pays. Il en est sans doute ainsi pour ceux qui voulaient faire des études d’architecture en France – cela expliquerait les double inscriptions (ESA + IUUP), ou pour ceux qui auraient désiré faire des sciences sociales (comme Baykan Sezer) ou d’autres disciplines.

  • 45 Tous ces peintres font partie de ce qui est appelé « la seconde École de Paris » turque dont fait p (...)

34Et puis, il y a aussi les « inscriptions prétexte ». Comme nous le disait Michel Bitran, l’inscription en urbanisme lui servait d’alibi pour ses parents, alors que ce qui l’intéressait, c’était de peindre. Ce qu’il fit ; c’est un peintre très reconnu à Paris. On peut supposer qu’il en est de même pour Lütfi Özkök, photographe sur la scène internationale. De façon plus générale, on retrouve là la proximité, connue par ailleurs, entre le milieu de l’architecture et celui de l’art, particulièrement lorsqu’on est à Paris. Les témoignages recueillis convergent sur l’existence d’un milieu artistique turc très vivant, particulièrement de peintres, dans les années 50 qu’ont fréquenté un certain nombre de jeunes architectes, étudiants de l’IUUP. Parmi eux, Tarık Carım s’adonnant lui-même à la peinture ; Tuğrul Akçura, très ami avec des peintres très reconnus comme Abidin Dino (1913-1993), Mübin Orhon (1924-1981), Selim Turan (1915-1994) ; Oğuz Orbey, résidant impasse du Rouet qui semble avoir été un lieu de passage et de résidence pour artistes turcs (comme Selim Turan par exemple)45 ; plus tard, Orhan Kuntay. Derrière tout cela, se profileraient le goût d’une vie nocturne parisienne, du moins dans les récits recueillis et une ouverture sur l’art d’avant-garde !

35En effet, au-delà de l’inscription à l’IUUP et des différences de parcours scolaires, le désir de quitter le pays, d’aller en Europe et bien sûr à Paris est aussi déterminant que l’étude elle-même. Ce qu’en disent les acteurs, comme Polat Sökmen ou Ahmet Alatur (voir leurs notices biographiques) ne laissent aucun doute sur l’attraction qu’ont pu exercer cette métropole et la vie qu’on imaginait pouvoir y mener.

36De plus, pour les architectes, Paris leur offrait l’occasion de mettre en pratique leur formation en travaillant en agence d’architecture et d’avoir ainsi des revenus supplémentaires. Dans les témoignages, ce travail en agence se faisait par réseau, les étudiants se passant les bonnes adresses. Certains noms sont cités, certains connus comme Jean Prouvé, d’autres moins comme Imbert (voir la notice de Polat Sökmen et Ahmet Alatur). C’est aussi l’occasion pour eux de faire « le tour d’Europe », y compris d’y travailler comme s’il était impératif de se confronter au monde du travail, à l’apprentissage d’un métier (voir le portrait de Tuğrul Akçura).

Que font-ils à l’IUUP ? Qu’y apprennent-ils ? Que cherchent-ils ?

  • 46 Nous nous appuyons principalement pour cette brève histoire de l’enseignement de l’IUUP sur deux tr (...)

37Il s’agit ici d’entrer un peu dans la matière même de la formation, principalement pour ceux qui s’y sont réellement frottés, la petite vingtaine d’étudiants que nous avons pu repérer et principalement les 8 diplômés avec mémoire, étant entendu que d’autres aient pu aussi se nourrir des enseignements offerts, même si nous n’en avons pas de trace réelle. Dans tous les cas, il n’est pas simple de reconstituer ces apports. Les témoignages couvrent plutôt les décennies de 40 à 60 et ils sont limités, souvent peu précis, mêlés d’affect (amertume, déception, nostalgie, admiration). Reste donc à voir du côté de la pédagogie et des enseignements proposés par l’institution – des documents existent – et des travaux fournis par les étudiants disponibles, à savoir les mémoires, qui couvrent un spectre plus large. Quelle que soit la source d’information, la perspective temporelle est importante, étant donné que les changements à fois urbains, politiques et académiques (scientifiques) qui ont pu se produire le long de ces cinquante années ont pu avoir des incidences sur la conception même de l’urbanisme, les façons de le penser et de l’enseigner46.

38Il nous semble que l’ouverture disciplinaire reste, à travers le temps, au centre des préoccupations et des interrogations, du côté de l’enseignement comme de celui des étudiants. Elle est d’autant plus forte pour des étudiants dont la plupart, comme nous avons déjà dit, sont principalement formés à l’architecture et qui sont donc ainsi confrontés à d’autres modes de pensée. Les appréciations portées sur la formation reçue portent largement sur ce point, certains louant cet apprentissage multiple et le revendiquant, d’autres jugeant que cette multiplicité tend à négliger la culture du plan ou du projet proprement dit, au sens spatial du terme, au bénéfice d’approches théoriques. Vieille querelle qui travaille l’Institut depuis sa création et qui mérite d’être mise en relation avec l’évolution de l’organisation des enseignements de l’IUUP durant ces années et que les mémoires illustrent à leur façon.

La formation en urbanisme à l’IUUP : quelques repères

  • 47 Les savoirs urbains académiques en question posent question sur leur « scientificité ». Voir Gérard (...)

39Dès sa création, l’EHEU, puis l’IUUP dans la continuité, se fondent en effet, sur deux principes qui vont structurer l’organisation des enseignements de 1919 à 1968 : la diversité des savoirs urbains, académiques et techniques et l’articulation entre savoirs et action47. Cependant, comme l’observent Rémi Baudoui, Aleth Picard et Laurent Coudroy de Lille dans l’histoire qu’ils font de cette institution, des inflexions vont se produire dans leur formalisation. Ils distinguent ainsi trois périodes qui nous permettent en effet de mieux comprendre l’évolution du contenu des mémoires et de leur forme. Ces inflexions qui ont des conséquences sur les formes pédagogiques (ateliers, cours, mémoire, stage…) concernent principalement la forme, l’échelle, la place du plan ou du projet d’urbanisme dans l’organisation d’ensemble de l’enseignement, mais aussi le choix des disciplines « académiques » et leur importance respective.

  • 48 Henri Sellier, (1883-1943), homme politique (socialiste), maire de Suresnes pendant 22 ans, est une (...)

40Précisons les quelques décisions fondamentales et « originales » du départ. Citons pour cela Henri Sellier48, un des promoteurs de cette École pour qui ces principes la différencient non seulement de l’Université classique, mais aussi de celles des autres pays d’Europe :

  • 49 Henri Sellier, 1920, « La création de l’enseignement de l’urbanisme en France », La vie urbaine 5, (...)

Le rapide coup d’œil sur les principes d’enseignement à l’étranger nous montre que presque partout l’on semble préoccupé avant tout de former les hommes de l’art, destinés à modifier les villes dans leur aspect matériel. L’administration de la ville, l’hygiène, l’action sociale, la statistique y apparaissent comme ne représentant pas un ordre de préoccupations profondément essentielles. Tout autre se présente l’enseignement des sciences urbaines dans le programme de l’École fondée par le département de la Seine…49.

  • 50 Marcel Poëte, bibliothécaire (École des Chartes), conservateur, puis historien de Paris, il fonde a (...)
  • 51 Léon Jaussely, architecte urbaniste internationalement connu, président de la SFU (société français (...)
  • 52 Voir, dans le chapitre III et IV, la querelle entre Henri Prost et Le Corbusier à propos du plan di (...)
  • 53 R. Baudoui, A. Picard, 1988, op. cit.
  • 54 Voir L. Coudroy de Lille et alii, 2005, op. cit.

41Le programme découle de ces principes et est organisé autour de cinq cours principaux : L’évolution des villes par Marcel Poëte, historien et directeur de l’EHEU50, L’organisation sociale des villes par Édouard Fuster, L’organisation administrative des villes par Gaston Jèze, juriste, L’organisation économique des villes et Arts urbains qui deviendra Art et techniques de la construction des villes et qui sera successivement assuré par des architectes urbanistes renommés, Léon Jaussely51, Louis Bonnier, Jacques Greber et Henri Prost (cours assuré de 1926 à 1940). Des « conférences annexes », au choix, portent sur différents sujets comme par exemple le municipalisme par William Oualid. En 1924, lors du passage de l’École à la Sorbonne, rattachée aux facultés de droit et de lettres, peu de modifications sont apportées jusqu’aux années 40 avec peut-être une inflexion Beaux-Arts. Très rapidement, le projet d’aménagement de l’Institut dans sa forme et dans le fond s’oppose à la démarche développée par Le Corbusier52. L’IUUP était en effet à cheval sur deux facultés, celles de droit et de lettres (« de l’Université de la Sorbonne avec son grand amphithéâtre », terme plus souvent utilisé que celui d’Institut). Ses disciplines sont là bien sûr pour servir le plan d’urbanisme, qui à cette époque est véritablement la discipline de synthèse. Comme le résument Aleth Picard et Rémi Baudoui, « il s’agissait de construire une démarche contextuelle et intégrative du projet dans la ville »53Le cours Arts et techniques de la construction des villes avait en effet un statut privilégié dans la formation et rejaillissait sur toute l’institution54.

    • 55 André Gutton, architecte urbaniste, diplômé de l’IUUP, enseigne à l’École des beaux-arts et à l’IUU (...)
    • 56 Jean Royer, diplômé en architecture de l’ESA et en urbanisme de l’IUUP en 1924. Il est urbaniste-co (...)

    à partir des années 40, l’Institut entre dans une phase de rénovation de son enseignement, sous la direction de Pierre Lavedan, lui aussi historien, sans que le principe de l’ouverture aux sciences dites urbaines, soit remis en cause, au contraire. L’enseignement se divise en deux ; d’un côté, les « enseignements généraux », assurés par des universitaires où on trouve l’histoire (Pierre Lavedan), le droit (Burdeau), l’hygiène des villes (Dr Hazemann), « la sociologie urbaine ». La principale nouveauté qui va s’affirmer au cours des années 50 et surtout 60 est l’arrivée de la géographie urbaine avec Clozier, Georges Chabot auxquels succèderont Jacqueline Beaujeu-Garnier et Philippe Pinchemel. De l’autre côté, il y a les « enseignements techniques », assurés eux par des architectes, urbanistes, ingénieurs. Parmi eux figurent André Gutton55, Jean Royer56, Robert Auzelle, Roger Puget qui enseignent la « composition de plans » ou « composition urbaine » qui remplace le cours atelier Art et construction des villes. La plupart d’entre eux sont issus de l’IUUP de l’entre-deux guerres. L’urbanisme n’est plus entendu, comme le disent Aleth Picard et Rémi Baudoui, « comme simple science de l’embellissement, mais comme politique aménagiste devant s’étendre à tous les territoires se rapportant à l’aménagement urbain ».

  • enfin, progressivement un malaise va se faire ressentir comme si les changements urbains, économiques et de politiques étaient trop importants pour « une institution encore imprégnée des bonnes intentions réformatrices de la Troisième République ». D’un autre côté, la forte présence des géographes semble, toujours selon Aleth Picard et Rémi Baudoui, se transformer progressivement en un observatoire du changement urbain sans prise directe sur les nouveaux phénomènes qu’ils recensent : pavillonnaires, rénovation – bulldozer et grands ensembles, comme si la recherche prenait le pas sur l’action. Une nouvelle réforme des enseignements et du mode de fonctionnement s’engage dans la seconde moitié des années 60, en liaison avec la création du ministère de l’Équipement. Mais ces initiatives ne peuvent empêcher la remise en cause profonde, en mai 68, de la structure et des objectifs pédagogiques de l’IUUP comme le résume Laurent Coudroy de Lille :

  • 57 L. Coudry de Lille et alii, 2005, op. cit.

L’urbanisme comme pratique réformatrice et éventuellement technocratique est dans le collimateur de la critique radicale exprimée par la génération d’étudiants formés à la sociologie urbaine marxiste par Henri Lefebvre et Hubert Tonka, tous deux enseignants à l’IUUP57.

Les mémoires, témoins de l’évolution de l’IUUP et des apprentissages58

  • 58 Chacun des mémoires est présenté de façon détaillée dans la notice biographique des étudiants conce (...)
  • 59 Tous les mémoires sont conservés et sont disponibles sur microfiches, à l’exception du premier, cel (...)

42Les huit mémoires qui ont été soutenus le long de ces 50 ans peuvent être des points de repère, à travers le choix de l’objet, du directeur, du contenu, sur ce que cherchaient les étudiants à l’Institut, leur préférence thématique et ce qu’ils avaient pu synthétiser de leurs enseignements59 ; ils peuvent témoigner des dispositions et interrogations personnelles des uns et des autres, pouvant correspondre à la formation initiale et peut-être aussi à l’avenir professionnel envisagé. Rappelons que les huit diplômés sont tous architectes à l’exception d’un seul qui est ingénieur (aucun ne vient des sciences sociales ou d’autres disciplines, économie, droit…). Globalement le terrain a une place importante dans la démarche, encore que certains mémoires soient théoriques. Le terrain est de préférence turc ; Istanbul ou sa région a une place de choix : l’histoire de Byzance, les îles des Princes, la région de Marmara, le Bosphore – il existe cependant un mémoire sur la ville de Grenoble. Tout cela aboutit à des documents variés.

43Ces mémoires sont également des témoins de ce qui s’enseignait et des questions qui se posaient à ce moment-là ; ils illustrent en quelque sorte l’évolution que nous venons de décrire. Tentons, à partir de cet échantillon, une typologie de mémoire pour tenter de clarifier ses évolutions. Nous avons identifié grossièrement trois types :

  • la monographie historique : Marcel Poëte en était l’inspirateur principal. On peut supposer que le mémoire d’Alki Djelepa sur Byzance, fait sous sa direction, en serait un exemple comme le laisse entendre son titre, Mémoire sur Byzance (il a disparu des archives).

  • le diagnostic-projet : le mémoire sur l’Île de Heybeli d’Aron Angel en est une des formes, comme en est une autre celui d’Oğuz Orbey, Quelques principes d’aménagement de la région de Marmara-Est, par sa proximité de l’essai ou de l’étude.

  • la recherche proprement dite : elle peut être principalement théorique comme le sont les deux mémoires suivants : L’urbanisme souterrain, de Yervant, Édouard Utudjian et celui de Tarık Carım, Le vide de l’art urbain ; elle peut être géo-historique comme celui de Tuğrul Akçura, Les fonctions urbaines d’Ankara.

44Cette typologie a les limites de ce genre d’exercice, les mémoires pouvant de fait chevaucher sur deux ou trois de ces catégories. La monographie historique peut ainsi constituer une partie de la plupart des mémoires, le projet où des éléments d’opérationnalité peuvent les concerner tous, plus ou moins directement et la dimension de recherche peut être revendiquée par tous. Mais il reste cependant des dominantes et sans être exclusive l’une de l’autre, certaines approches peuvent s’affirmer comme telles.

45Ce qui est intéressant à noter, c’est qu’au fil du temps, le mémoire de recherche semble évincer le mémoire classique du diagnostic-projet et qu’on tend à privilégier la recherche et transformer ainsi le genre même du diagnostic-projet en un genre de recherche ; l’exemple de Mehmet Çubuk est probant (Quelques principes pour l’aménagement du Bosphore), celui d’Oğuz Orbey moins, mais la tentative d’une démarche autre est la même dans les deux cas. Cette dynamique comme nous le soulignions auparavant, correspond à la fois à l’arrivée des géographes à l’IUUP, mais également aux nouvelles problématiques d’aménagement de territoires qui se posent également en Turquie et qu’illustrent les mémoires de Tuğrul Akçura ou de Mehmet Çubuk. Nous y reviendrons ultérieurement. Les travaux de recherche antérieurs comme ceux de Tarık Carım ou Yervant, Édouard Utudjian ont plus une dimension théorique et se font sous la direction soit de spécialistes de l’urbanisme comme Pierre Lavedan, soit de l’architecture comme Robert Auzelle.

46On signalera enfin que le mémoire type diagnostic-projet ne concerne pas forcément la forme urbaine ou pas exclusivement. Celui d’Aron Angel, qui en est le prototype, fait sous la direction d’Henri Prost, contient ainsi une annexe qui propose un projet de réglementation. Il peut aussi concerner la gestion des villes comme l’illustre le mémoire de Victor Uziel qui mérite que l’on s’arrête sur ce travail pour la cohérence entre cette orientation et sa formation d’ingénieur. De plus, cet exemple confirme l’importance du choix du directeur de mémoire qui exprime souvent des préférences et affinités singulières avec l’étudiant. En effet, dans le choix que Victor Uziel fait de William Oualid, il y a quelque chose de plus personnel, du moins c’est ce qui nous est apparu à la lecture de son mémoire ou ce qui nous plaît à imaginer. Comme si, jeune étudiant, il découvrait « un maître » et une nouvelle matière ou surtout une autre manière de penser des objets à priori techniques comme le gaz, l’électricité, l’eau, à travers leur gestion avec une question qui semble l’emporter : est-ce qu’une municipalité peut assurer la gestion de ses services ? Ce que le professeur, chargé de cet enseignement, William Oualid, nomme le municipalisme. Il semblerait donc que le cours sur le municipalisme corresponde à certaines convictions et curiosités de Victor Uziel qui l’amènent sans doute à suivre en complément des cours en sciences politiques (voir sa notice).

47Pour conclure, nous pourrions dire ainsi que chaque mémoire illustre une des étapes de l’évolution des enseignements de l’IUUP, en commençant par la monographie historique de préférence pour arriver aux recherches de type géo-historique, le plan, puis le projet restant une constante sous des formes plus ou moins directes, plus ou moins centrales.

48Quant à la façon dont les enseignements spécifiques de l’IUP et les travaux menés dans ce cadre ont pu influencer ces étudiants sur la manière de concevoir l’urbanisme et d’exercer leur métier d’urbaniste (quand ils l’ont exercé, ce que verrons ultérieurement), la question est délicate méthodologiquement. Comment saisir les influences qui de plus bougent au cours d’une vie professionnelle ? De plus, il y a peu de témoins directs. Les quelques témoignages que l’on a recueillis paraissent souvent de parti pris : certains disent leur déception et ont tendance à revendiquer d’autres références comme Polat Sökmen (« admis »), urbaniste et enseignant, se référant dans les premières années de sa carrière plutôt aux démarches américaines ; d’autres au contraire affirment leur filiation à l’IUUP comme Mehmet Çubuk qui se dit être très marqué par l’organisation pédagogique de cette institution et qui l’aurait inspiré pour la création du Département d’urbanisme à l’Université Mimar Sinan. Un autre ancien étudiant, Aron Angel, se revendique de cette formation et de ses particularités et s’est fait pendant toute sa vie le fidèle défenseur du travail d’Henri Prost (voir les fiches respectives). Seule une analyse fine des pratiques professionnelles des personnes qui se sont réellement consacrées à ce métier permettrait de mieux saisir les enjeux des influences doctrinales et des effets éventuels sur l’urbanisation, étant donné la complexité de la question.

49La question plus pragmatique qui se pose à présent est effectivement celle concernant le retour ou non de ces « passagers » de l’IUUP en Turquie, l’exercice ou non du métier et le contexte de leur intégration en fonction des opportunités offertes, l’existence ou non d’éventuels réseaux franco-turcs dans la structuration de ces milieux professionnels.

Étudiants turcs diplômés de l’IUUP avec thèse 1919-1967

Étudiants turcs diplômés de l’IUUP avec thèse 1919-1967

Réalisation Michèle Jolé, 2012

Notes

29 R. Baudoui, 1988, op. cit.

30 D. Matus, 2009, op. cit.

31 Il est d’usage de nommer thèse ce qui au départ était intitulé mémoire.

32 Est-elle due à une demande sociale plus ou moins forte selon les problèmes urbains, les difficultés de la planification ? Est-elle due à l’importance de la formation en architecture et des effectifs de nouveaux jeunes architectes qui arrivent sur le marché ? Est-ce dû à la présence d’architectes-urbanistes français de renom, régulièrement retenus sur les « grands » chantiers de l’urbanisme pendant la première moitié du vingtième siècle ? Par exemple, y a-t-il un effet Prost ? La politique culturelle française (comme l’attribution de bourse par exemple, envoi d’enseignants…) y est-elle pour quelque chose ? Étant donné l’ampleur des interrogations, la recherche ne pourra y répondre que partiellement.

33 Interview avec Murat Güvenç.

34 Cela est à nuancer en fonction des années comme nous le verrons plus tard, entre autres dans les années 50.

35 Yekta Ozgüven, 2011, The beginning of women architects carriers in Turkey, 1934-1960, mémoire de diplôme d’architecture de l’Université technique de Yıldız.

36 L’admission des étudiants à l’EHEU, puis à l’IUUP reste très flexible. « Car non seulement sont admis les diplômés du baccalauréat et du brevet supérieur, mais aussi ceux qui produisent des certificats d’études administratifs. Les postulants doivent attester d’une culture générale suffisante pour suivre l’enseignement », voir Daniel Matus.

37 Les 11 autres étudiants restants ne mentionnent que leur grade de bachelier ou ne donnent aucune indication.

38 Est créé également le Département de restauration et de réhabilitation.

39 Gustav Oelsner (1859-1956) est diplômé de la Technischen Hochschule Charlottenburg de Berlin et exerce à Hambourg. Il s’exile en Turquie en 1939 et travaille auprès du gouvernement turc où il crée une Direction d’urbanisme. Il enseigne à l’İTÜ et à l’Académie des beaux-arts à Istanbul. Il retourne à Hambourg en 1949.

40 Paul Bonatz (1877-1956) est un architecte-urbaniste allemand (diplômé de l’École polytechnique de Stuttgart) dont le rôle fut important pour le développement de l’urbanisme en Turquie. Il travaille auprès du gouvernement à Ankara entre 1943-1947, il y construit également des équipements publics (opéra), logements collectifs, puis il enseigne l’urbanisme à l’Université technique d’Istanbul. Il est un bel exemple de la rivalité qui existe depuis le début du siècle entre les experts allemands et français en architecture et urbanisme, que ce soit dans la formation ou dans la pratique, voire même dans l’institutionnalisation de l’urbanisme lui-même. Paul Bonatz est quasiment « un rival » pour Henri Prost comme l’exprime sa correspondance avec ses deux protégés, Aron Angel et Şemsa Demiren et comme nous le verrons ultérieurement.

41 Ernest Reuter (1889-1953), grand homme politique en Allemagne, juriste, s’exile à partir de 1934 en Turquie ; il crée en 1938 à la Faculté de droit un « Institut » d’urbanisme qui aura un grand retentissement. Il retourne en Allemagne après la guerre où il deviendra entre autres choses le premier maire-gouverneur de Berlin-Ouest.

42 Comme le qualifie un de nos interlocuteurs.

43 Lettre datée du 22 octobre 1947, archives Prost IFA.

44 V. Claude, 2006, op. cit.

45 Tous ces peintres font partie de ce qui est appelé « la seconde École de Paris » turque dont fait partie Michel Bitran lui-même. Une exposition, organisée en février 2010, fut l’objet d’une publication, 2010, Une École de Paris turque dans la peinture turque, Paris, Elele.

46 Nous nous appuyons principalement pour cette brève histoire de l’enseignement de l’IUUP sur deux travaux : A. Picard (le texte dit MALVERTI), R. Baudoui, 1998, « Portrait d’une École. L’Institut d’Urbanisme de Paris 1919- 1989 : 70 ans d’enseignement de l’urbanisme », Urbanisme 228 p. 78-80 ; L. Coudroy de Lille, G. Busquet, C. Carriou, 2005, Un ancien Institut... Une histoire de l'Institut d'urbanisme de Paris, Plaquette Ville de Créteil et IUP, 35 p.

47 Les savoirs urbains académiques en question posent question sur leur « scientificité ». Voir Gérard Chevalier, 2000, « L’entrée de l’urbanisme à l’Université », Genèse 39, p. 98-120. DOI : 10.3406/genes.2000.1624. On peut donner l’exemple de Maurice Halbwachs, professeur d’Université de sociologie et ayant de plus fait sa thèse sur des questions urbaines qui semble avoir refusé d’enseigner à l’IUUP, tout en faisant partie du comité de lecture de la Revue Vie urbaine. A-t-il d’ailleurs rencontré Henri Prost – qu’il devait connaître par ailleurs – lors de ses séjours à Istanbul, invité par Albert Gabriel, à ce moment-là directeur de l’Institut d’archéologie ? L’article qu’il publie en 1942, « La population d’Istanbul (Constantinople) depuis un siècle » dans les Annales sociologiques (URL : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k61519467) a sans doute été préparé à ce moment-là.

48 Henri Sellier, (1883-1943), homme politique (socialiste), maire de Suresnes pendant 22 ans, est une figure marquante de l’urbanisme français. Il a fondé avec Marcel Poëte l’IUUP.

49 Henri Sellier, 1920, « La création de l’enseignement de l’urbanisme en France », La vie urbaine 5, p. 149-160.

50 Marcel Poëte, bibliothécaire (École des Chartes), conservateur, puis historien de Paris, il fonde avec Henri Sellier l’IUUP en 1919.

51 Léon Jaussely, architecte urbaniste internationalement connu, président de la SFU (société française des urbanistes), concepteur du plan directeur de Barcelone entre autres villes et enseignant à l’IUUP. Il est sollicité par les autorités turques pour participer au concours restreint pour le plan d’Ankara en 1927 avec Hermann Jansen et Joseph Brix, tous deux enseignants à la Haute École d’Ingénieurs de Berlin. La proposition de Léon Jaussely ne sera pas retenue. C’est Hermann Janssen qui gagne le concours. Des projets d’équipements publics, comme symbole de modernité et d’occidentalisation seront confiés à d’autres architectes allemands.
Pour plus d’éléments sur le cours de Léon Jaussely, voir R. Baudoui, 1988, op. cit. Selon lui, pour Léon Jaussely, tout plan de ville suppose une démarche en deux temps, celui de l’analyse sur la situation et les perspective socio-économiques de la ville, puis dans une seconde étape, celle de la prévision.

52 Voir, dans le chapitre III et IV, la querelle entre Henri Prost et Le Corbusier à propos du plan directeur d’Istanbul.

53 R. Baudoui, A. Picard, 1988, op. cit.

54 Voir L. Coudroy de Lille et alii, 2005, op. cit.

55 André Gutton, architecte urbaniste, diplômé de l’IUUP, enseigne à l’École des beaux-arts et à l’IUUP. Après la Seconde Guerre mondiale, il est urbaniste à Alep. En 1958, il est en mission à Istanbul où les autorités lui demanderont de faire un rapport sur la planification d’Istanbul.

56 Jean Royer, diplômé en architecture de l’ESA et en urbanisme de l’IUUP en 1924. Il est urbaniste-conseil de nombreuses villes, fait de nombreux plans d’urbanisme, travaille avec Henri Prost à la planification de la région parisienne dans les années 30, il participe à la création de la revue Urbanisme en 1933, organise des congrès nationaux d’urbanisme, enseigne à l’IUUP (le cours de composition urbaine). Très proche d'Henri Prost, il participe lui aussi aux concours pour les plans de ville, lancés par les pouvoirs publics turcs avec la promulgation d’une loi municipale des bâtiments et de la voirie, qui oblige les 600 municipalités à avoir un plan directeur ; on lui en confiera plusieurs dont celui d’Uzak.

57 L. Coudry de Lille et alii, 2005, op. cit.

58 Chacun des mémoires est présenté de façon détaillée dans la notice biographique des étudiants concernés.

59 Tous les mémoires sont conservés et sont disponibles sur microfiches, à l’exception du premier, celui d'Alki Djelepa.

Table des illustrations

Titre Nombre d’inscrits à l’IUUP 1919-1967
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2186/img-1.png
Fichier image/png, 64k
Titre Étudiants turcs inscrits à l’EHEU et l’IUUP entre 1919 et 1968
Légende « Admis » : étudiants ayant deux années de scolarité et admis à faire leur mémoire. Ne l’ayant pas fait, ils ne sont pas diplômés.Profession : A = architecture/ U =urbanisme/ A+U =les deux/ ? = sans information/ N =NonLycée francophone : =Galatasaray / NDS= Notre-Dame de SionNotes : O(ui) = a des notes : N(on) =n’a pas de notes
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2186/img-2.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Étudiants turcs diplômés et « admis » de l’IUUP 1919-1969
Légende « Admis » : étudiants ayant deux années de scolarité et admis à faire leur mémoire. Ne l’ayant pas fait, ils ne sont pas diplômésProfession : A = architecture/ U =urbanisme/ A+U =les deux/ ? = sans information/ N =NonLycée francophone : G =GalatasarayNotes : O(ui) = a des notes : N(on) =n’a pas de notes
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2186/img-3.png
Fichier image/png, 286k
Titre Étudiants turcs diplômés de l’IUUP avec thèse 1919-1967
Crédits Réalisation Michèle Jolé, 2012
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2186/img-4.png
Fichier image/png, 159k

© Institut français d’études anatoliennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable