Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire turque de l’Institut d’urbanisme de Paris

 | 
Michèle Jolé

Chapitre 1

Les coulisses de l’histoire

Texte intégral

Ce que je fais m’apprend ce que je cherche
Pierre Soulages

Pourquoi ?

1Ce titre dit bien l’impératif pour moi, avant de restituer la matière de ce travail, de tenter d’en expliciter la genèse, sa nature aléatoire, ses cheminements flous et multiples, mais aussi ses obstinations, ses implications personnelles qui lui donnent tout son sens. Je ne saurais décrire avec certitude comment je me suis retrouvée à un moment à fouiller, à me plonger dans le fichier administratif où sont consignées les inscriptions à l’EHEU-IUUP, de 1919 à 1969, pour y trouver les étudiants de nationalité turque qui y étaient passés.

  • 7 Recherche faite dans le cadre de mes responsabilités concernant les relations internationales de l’ (...)

2Il est certain que l’élément déclencheur a été une découverte, faite lors de l’une de mes missions à l’Université francophone de Galatasaray à Istanbul, à la recherche de partenariats avec des institutions de formation en urbanisme7. Je découvrais en effet l’existence d’un architecte-urbaniste, Aron Angel, de plus de 90 ans, qui avait soutenu son mémoire en 1940 à l’IUUP. Celui-ci avait de plus été collaborateur d’Henri Prost – enseignant à l’IUUP et directeur de son mémoire – lorsque ce dernier fut chargé du plan directeur d’Istanbul de 1936 à 1951. La tentation était trop forte pour ne pas faire très vite une interview avec lui ; ce qui fut fait en février 2009. Une autre d’ailleurs eut lieu une année plus tard. Cet objectif pour moi se justifiait en lui-même, sans qu’il présage d’une suite. En effet, rien a priori ne me prédisposait à me lancer dans une recherche historique – je suis sociologue – même si je ne méconnaissais pas la richesse du fonds ancien de l’Institut et son intérêt d’autant que certains des enseignants tentaient de le faire fructifier. C’était sans compter les démons de la curiosité une fois en alerte d’autant que cette recherche pouvait s’ancrer dans un terreau favorable à la poursuite d’une aventure de ce type. Plusieurs prises en effet s’offraient à elle.

3Dans cette obstination, mon rapport à la Turquie et à son histoire mouvementée est sans aucun doute pour beaucoup. Le désir d’exprimer ma reconnaissance aux passeurs qui m’ont fait découvrir ce pays, le sentiment d’une dette qui m’habitait depuis longtemps, trouvaient enfin leur forme d’expression. Cette recherche sur l’histoire turque de l’IUUP me semblait d’autant plus appropriée dans la mesure où deux de ces passeurs, les plus décisifs, Tuğrul Akçura et Barlas Tolan, avaient eu des liens avec l’Institut où je les avais rencontrés et à qui je devais beaucoup.

  • 8 Cette recherche a fait l’objet d’une publication, Claude Chaline, 1985, Urbanisme et développement. (...)

4Je rencontrai en effet Tuğrul Akçura en 1981 à l’Institut où j’enseignais et où il avait été invité comme professeur associé. Il y resta pendant deux ans, de 1981 à 1983. Lui-même était un « ancien étudiant » qui revenait donc là où il avait fait, en 1956-1957, ses études d’urbanisme, après l’obtention d’un diplôme d’architecture à Stuttgart. Il y assurait un séminaire sur « les villes arabo-islamiques » auquel je collaborais. Comme il était désireux de revenir en France – son pays venait de connaître un nouveau coup d’État militaire –, nous avions ensemble, dans le cadre du laboratoire de recherche sur les villes du tiers-monde qui l’avait accueilli, lancé un projet de recherche comparative sur les schémas directeurs de quatre villes, Ankara, Le Caire, Rabat, Tunis8. Des missions avaient été programmées dont l’une à Ankara où nous avons mené un travail de terrain en septembre 1983 et une autre à Paris en février 1984. C’est là que Tuğrul Akçura est mort brutalement, d’une crise cardiaque. Je perdais un ami qui m’avait ouvert les portes d’un pays dont je commençais à entrevoir la complexité fascinante ; il m’avait fait goûter aussi à l’humour implacable et au raffinement des intellectuels que j’ai toujours enviés. Cette tragédie mit fin à cette magnifique initiation.

5J’ai eu la chance, une vingtaine d’années plus tard, de rencontrer toujours à l’Institut, Barlas Tolan, professeur invité, sociologue de l’urbain et directeur du Département de sociologie de l’Université de Galatasaray (université francophone). Je reçus avec gratitude l’offre de faire le cours de sociologie urbaine dans son département. Je retournai ainsi en Turquie, à Istanbul cette fois-ci et renouai avec ce pays ; cela me permit de me réconcilier d’une certaine manière avec la douloureuse expérience antérieure, dans le bonheur de vagabonder dans cette fascinante ville, redonné par d’autres dont je cherchais l’approbation, la protection et l’humour.

  • 9 M. Jolé, A. Khatibi, M. Martensson, 1974, « Urbanisme, idéologie et ségrégation » in Les influences (...)

6Ce travail s’ancre également dans un passé plus lointain, celui de mes tout débuts de chercheuse à Rabat – l’altérité me démangeait déjà. J’y avais découvert l’œuvre d’Henri Prost et son plan directeur de Rabat qui donna lieu à un article écrit en 1970, en collaboration avec le sociologue et écrivain Abdelkebir Khatibi9. Je redécouvrais, grâce à la Turquie, cet urbaniste dont j’avais un peu oublié le long passage à Istanbul (plus long qu’au Maroc) comme j’avais oublié également qu’il avait été en quelque sorte « un collègue » de l’IUUP, une trentaine d’années auparavant sur une matière importante, « la composition urbaine » dont il avait été, avec d’autres, un pionnier. Pour moi, Henri Prost était resté avant tout l’urbaniste du Protectorat et de Lyautey. Les coïncidences étaient trop belles pour ne pas les entendre, d’autant que cela s’inscrivait dans la fin de ma vie professionnelle, institutionnelle en tout cas, et qu’il y avait là comme une boucle qui se fermait (et que cela prenait sens).

7Enfin, mon goût de l’ailleurs n’est pas pour rien dans cette aventure ; bien sûr celui-ci s’est inscrit dans ma vie personnelle et mes terrains de recherche, mais également dans mon engagement à l’Institut où j’ai désiré m’occuper des relations internationales pour permettre aux étudiants, qui partageaient avec moi ce désir d’altérité, de le réaliser. Ce travail sur les étudiants turcs à Paris et à l’Institut fait écho à cette expérience personnelle et collective et s’en ressent dans certaines de ses orientations, entre autres l’attention comme nous le verrons aux individus eux-mêmes, à leurs singularités, à leur expérience, à leur quête. En cela, il peut prendre dans le contexte actuel de restriction de l’hospitalité un sens politique et en retrouver le fondement : s’apprendre mutuellement à recevoir ce que chacun apporte dans ce qu’il est, pour se laisser se transformer.

Le plaisir de (re)chercher 

8Je souhaiterais également reconstituer, à travers les tâtonnements, les préférences du chercheur pour telle ou telle méthode et relater comment se sont construits le travail et son questionnement. Le pragmatisme y a été pour beaucoup dans la mesure où cette aventure s’est étalée sur quelques années, entrecoupées d’autres préoccupations. Je ne tairai pas les errements, les doutes, les émotions que peut procurer la plongée dans le temps, qu’elle se fasse par le truchement des archives ou par la rencontre en face à face d’un témoin. Pas plus que le plaisir à se laisser surprendre, à se laisser emporter loin, quitte à apprendre à revenir à son objet initial, tout en jouissant de ces échappées.

9Notre présentation tente d’identifier, pour les clarifier, les différents modes de faire, qui ont pu, dans le temps pratique de l’enquête et des réflexions engendrées, se chevaucher. En effet, plutôt qu’un ordre chronologique, il s’agit de reconstruire une logique analytique à partir d’une histoire de la recherche, beaucoup plus brouillonne, moins linéaire, multi – frontale, avec des hauts, des bas, des temps morts, des exaltations, des chantiers multiples, ouverts sans retenue un peu dans le désordre.

Une fascination pour la liste

« Une liste, c’est l’énumération de choses essentielles ou futiles, c’est l’arrangement aléatoire ou structuré d’éléments cohérents ou disparates, c’est un classement toujours provisoire, c’est l’organisation incongrue ou harmonieuse d’objets réels, virtuels, imaginaires ou symboliques, c’est l’entassement volontaire ou hasardeux d’ensembles homogènes, c’est l’accumulation de définitions nécessaires ou chimériques, c’est l’aboutissement dialectique du dialogue utopique entre le rêve et la raison. C’est le vertige qui nous prend devant l’agencement impossible du monde… »
Umberto Eco, 2009, Vertige de la liste, Exposition Louvre. 2010, Flammarion.

  • 10 Il existe dans les archives de l’IUP plusieurs sources possibles pour constituer la liste des étudi (...)

10Comme je l’ai déjà dit, à l’origine de ce travail, il y a eu cette curiosité suscitée par Aron Angel, ancien étudiant de l’IUUP et architecte-urbaniste à Istanbul dont la longue vie allait me faire remonter le temps. Pour m’assurer de son parcours académique, avant d’aller le voir la seconde fois, je consultai la liste des 420 thèses répertoriées à l’IUUP. Il y figurait bien, mais j’y découvris 4, puis 4 autres étudiants turcs. « Cela fait un corpus ! » me dit un collègue historien, « cela vaut la peine d’y aller… ». Et s’il y en avait d’autres ? Intriguée, je me renseignai et j’appris l’existence de plusieurs fichiers où sont consignées les inscriptions des étudiants de 1919 à 1969, avec quelques manques pour les premières années. L’aventure de la liste commençait10.

11Je me lançai donc dans le dépouillement de ces très nombreuses fiches classées par ordre alphabétique – on parle de 7000 étudiants entre 1933 et 1967, plus ceux inscrits entre 1919 et 1932 – pour repérer de façon très pragmatique les noms qui me paraissaient turcs, confirmés cependant par leur nationalité, indication donnée sur la fiche. Tâche austère qui suppose une certaine patience, mais qui fut pour moi compensée par le plaisir de l’allongement progressif et inéluctable de la liste et de la certitude d’avoir trouvé le bon filon. Plaisir aussi, plus sensoriel et imaginaire, de l’odeur de ces vieilles fiches, plus ou moins fanées, des écritures, des traces de notes, des signatures, traces de vie administrative certes, mais aussi de jeunes gens bien vivants qui sont passés par là. Les questions sur la pertinence et la signification de la longueur de la liste viendraient après. Pour l’instant, existaient implacablement l’obsession de la fabrication d’une liste que l’on veut la plus longue possible – le chiffre se stabilisera à 75 – plus les surprises au fur et à mesure de son avancée. La plus exaltante fut sans aucun doute la découverte d’un étudiant turc qui a fait partie des sept premiers diplômés de l’EHEU et qui a été le seul à avoir fait ses études sous l’Empire ottoman.

  • 11 On doit le premier travail documenté sur l’histoire de l’IUUP à Rémi Baudoui qui fit son mémoire de (...)

12Devant l’importance de cette liste, mon intérêt ne pouvait qu’être renouvelé et me voilà prête à explorer cette nouvelle énigme, sans comparaison possible avec d’autres pays ; en effet, il existe très peu de travaux sur « la vocation internationale » de l’IUUP, pourtant fortement revendiquée depuis sa création11. Il ne s’agissait plus de reculer devant les questions que cette liste me posait. Qui sont ces étudiants ? Pourquoi l’Institut ? Que viennent-ils y faire ? Que sont-ils devenus ? Quelle est la place de l’urbanisme dans leur vie professionnelle ? Il fallait inventer mon cheminement. Plusieurs pistes se sont offertes à moi au fur et à mesure de l’avancée. Elles se sont souvent entrecroisées selon les opportunités et mes goûts du moment. Il y avait, il est vrai, au départ comme une fascination pour cette liste comme un objet en soi à travailler : vérifier sa véracité, la compléter, l’enrichir. La liste devenait centrale dans ce projet, ainsi que les fameuses fiches et d’une certaine manière, elle l’est encore.

Fiche d’inscription de Victor Uziel 1928-1929 / 1929-1930

Fiche d’inscription de Tuğrul Akçura 1953-1954 / 1954-1955

De la liste au répertoire

13Un premier travail qui s’est offert immédiatement à moi était de transcrire les données de ces fiches pour chacun des étudiants repérés. Malgré leur évolution dans le temps – ces fiches changent quatre fois de couleur et modifient quelques données, entre celles sur la scolarité et la consignation des notes – elles nous donnent des informations stables qui concernent l’état civil, le nom, la date et le lieu de naissance, la nationalité, l’adresse en France et la date de leur entrée dans le « département de la Seine ». D’autres indiquent leur « titre » à l’arrivée à l’IUUP : soit leur diplôme ou leur profession, soit les études qu’ils mènent parallèlement à Paris. Enfin, elles recueillent des données sur leur scolarité qui seules peuvent permettre de comprendre comment on est passé du premier chiffre de 8 diplômés à celui final de 75 étudiants inscrits et de nuancer ce fossé apparent entre ce qu’on aurait tendance à interpréter en termes de réussite ou d’échec. Je découvrais ainsi que ces nombreuses scolarités non abouties méritaient autant que les « réussites » l’attention, car elles ouvraient d’autres perspectives de recherche sur l’attraction de cette institution et sa compréhension. J’allais donc travailler dans un premier temps sur l’ensemble des étudiants et non seulement sur les diplômés.

14À regarder de près ces fiches, les informations, très riches, ne se sont pas toujours avérées fiables et méritaient des enquêtes complémentaires. Une donnée comme la formation antérieure des étudiants, voir leur profession qui s’avèrera importante pour l’analyse, est loin d’être précise, le lieu du diplôme (pays et école) n’étant pas indiqué par exemple, comme souvent pour la formation, parallèle à celle en urbanisme. Notons, par exemple, l’imprécision sur l’École des travaux publics. Laquelle et où ? Il en aurait existé une sous ce nom à Istanbul jusqu’à ce qu’elle devienne Université technique d’Istanbul, İTÜ ; en France, il semble qu’il n’y ait pour cette époque (d’avant les années 50) que l’École spéciale des travaux publics qui puisse correspondre à cet intitulé. Il en est de même pour les écoles d’architecture, en France ou en Turquie : par exemple, quelle école des beaux-arts puisqu’il en existe dans les deux pays ? De plus, il y avait pour moi des sigles inconnus. Je devais moi-même parfaire ma connaissance des milieux de formation à ces métiers.

15De plus, au-delà de ces incertitudes, j’étais poussée par l’envie d’en savoir plus sur les individus, leur passage, même bref à l’IUUP, en France, sur leur lien à la francophonie, sur ce qu’ils étaient devenus professionnellement en Turquie ou en France. Je voulais donner à la fois plus d’exactitude et plus de chair, plus d’épaisseur à cette liste. Pour le dire autrement, il s’agissait pour moi de constituer au minimum un répertoire de notices biographiques, voire, pour certains, des histoires de vie professionnelles.

16Il me fallait en quelque sorte « traquer » des noms pour en savoir plus sur les personnes, certains m’intriguant plus que d’autres, surtout parmi les « pionniers ». Il me fallait chercher ailleurs, sortir de l’Institut, trouver des indices, des informations dispersées. Etant donné la longueur de la période, 1919-1969, plusieurs voies s’offraient à moi sur lesquelles je me suis engagée simultanément, plus ou moins intensément selon les circonstances :

  • la poursuite dans d’autres archives, surtout en France, la langue faisant obstacle pour celles de la Turquie, encore que mes interlocuteurs aient pu m’aider. Noms par noms, archives après archives. Listes contre listes ;

  • l’autre voie, par la soumission de cette fameuse liste à des savants ou témoins, ou les deux à la fois, plus particulièrement en Turquie ;

  • enfin, la plus habituelle pour moi sociologue, celle d’aller faire parler les gens parce qu’ils figurent sur la liste et qu’ils ont été donc acteurs ou parce qu’ils ont été témoins et amis de certains d’entre eux.

D’archives en archives : liste contre liste

17Il s’est donc agi de chercher dans les archives françaises des Écoles qui pouvaient être concernées par « nos » étudiants turcs pour confirmer les informations existantes ou compléter les manques ou les approximations. Après avoir vite compris que les étudiants intéressés par l’urbanisme étaient principalement architectes ou pour quelques-uns, ingénieurs, j’ai essentiellement dirigé les recherches du côté des Écoles d’architecture ou formant à l’architecture et les Écoles d’ingénieur.

  • 12 Selon les Écoles, l’attention à leur passé diffère. On peut supposer que, pour certaines d’entre el (...)
  • 13 Ce travail a été mené par Jean Philippe Garric et Clothilde Rouillier qui a mis à ma disposition le (...)

18Il me fallut donc naviguer dans un monde un peu méconnu et surtout dans ses archives, dont la localisation n’a pas toujours été évidente, même celles des Beaux-Arts12. En effet, ces dernières sont partagées entre la bibliothèque des Beaux-Arts où nous avons trouvé « le » répertoire et la liste manuscrite des diplômés de l’École entre 1921 et 1965, et les Archives nationales, rue des Quatre-Fils à Paris. Sans aucun doute, c’est là qu’est le trésor, sous la cote générale AJ 52. On peut y dénicher à la fois des dossiers individuels ; je ne les ai pas tous consultés, à l’exception de quelques noms reconnus comme Abdurrahman Hancı ou Yervant Utudjian. J’y ai également trouvé une liste des étudiants turcs faisant des études en France, liste demandée en 1939, aux grandes Écoles par le ministère des Affaires étrangères français, plus exactement le service des Œuvres françaises à l’étranger. À cela, je dois rajouter l’important travail mené par l’INHA (Institut national de l’histoire de l’art), un « Dictionnaire des élèves architectes de l’École des beaux-arts 1800-1968 »13. Une partie de celui-ci a été mis en ligne en juin 2013, à la fin donc de mes investigations, mais que j’ai pu cependant intégrer à nos résultats. Depuis, le travail a été mis en ligne intégralement.

  • 14 ESA, 2009, Relevé des noms d’élèves nés en Turquie et inscrits à l’ESA entre 1865 et 1968 d’après l (...)

19Pour l’ESA, la tâche fut plus facile dans la mesure où des étudiants dans le cadre de la Saison de la Turquie en France en 2009-201014 avaient établi la liste de tous les étudiants turcs inscrits, avec pour chacun d’eux leur scolarité. Il faut noter qu’un nombre relativement important menait en parallèle leurs études en urbanisme. Faut-il y voir un lien avec la double fonction d’Henri Prost, d’enseignant à l’IUUP et de directeur de l’École ? J’y reviendrai.

20Une autre entrée pour l’architecture, celle-ci inattendue, fut les archives de l’École des arts décoratifs lorsque je compris le sens de l’expression « architecte AD », sous lequel se présentait Alki, Alcibiade Djelepa, le premier diplômé turc de l’EHEU en 1922. J’ai eu d’autant plus d’intérêt à consulter les listes en question que ce dernier restait une des énigmes principales de notre liste (voir ci-dessous l’extrait de notre journal de terrain).

  • 15 Nous découvrirons plus tard que René Danger (1872-1954), géomètre-urbaniste, a enseigné l’urbanisme (...)

21Il en fut de même pour le second de la liste, Victor Uziel, diplômé de l’IUUP en 1928 qui indiquait être « ingénieur des constructions civiles » sans plus de précision. C’est ainsi que j’ai consulté les archives de l’ESTP, d’autres étudiants s’y référant15. Je n’y ai trouvé aucune trace de Victor Uziel, mais ont été confirmés le type et l’année du diplôme pour deux autres étudiants, Cemil Münir Topçubaşı, ingénieur-architecte (1936) et Martin Utudjian, ingénieur (1934).

22Pour les carrières professionnelles de ceux que je soupçonnais n’être pas retournés en Turquie, surtout pour les plus éloignés dans le temps comme Alki Djelepa ou Victor Uziel, j’ai consulté les listes des membres des ordres ou associations professionnelles d’architectes ou d’ingénieurs français. J’y ai ainsi trouvé Yervant Utudjian, très connu par ailleurs en France, mais plus intéressante pour moi fut la découverte du nom d’Alki Djelepa, dans une plaquette de l’Association des urbanistes français, datant de 1934 et conservée à l’IUUP et sur plusieurs années, dans l’Annuaire Sageret des Bâtiments et des Travaux Publics où il figure !

Le plaisir de l’archive et de l’enquête

23À propos d’Alki Djelepa particulièrement, je ne résiste pas au désir de faire une digression sur le plaisir qu’a pu susciter chez moi la recherche dans les archives ou simplement la recherche « historique ». Que cela met-il en mouvement ? La pulsion de savoir est là, certes, mais peut-être décuplée par ce qui résiste, ce qui est caché, ce qui est passé, ce que l’on peut aussi reconstruire, imaginer, à quoi on peut redonner vie, comme s’il s’agissait de recomposer une matière inerte, la faire parler, de faire reculer les limites de l’enfouissement dans le néant. Cela suppose une obstination qui peut mettre dans des états d’excitation très curieux. Je pense que ce plaisir a à voir avec l’enquête policière, sans crime cette fois, le plaisir du jeu avec les institutions, les professionnels de l’organisation des trésors. Le plaisir aussi de l’enchaînement des actions, des rebondissements, de la chaîne des personnes sollicitées, des portes fermées qui s’entrouvrent et se referment ; ces portes, il faut d’abord les identifier, c’est là aussi qu’est l’enquête, trouver les bonnes portes, les bonnes personnes, avoir des surprises, se laisser surprendre. Avec le risque que ce plaisir puise tourner sur lui-même, sans fin, la gratification intérieure étant plus dans la démarche. Tout cela habite les multiples tâches, anodines qui font partie de ce type de recherche. Je voudrais m’appuyer sur un extrait de mon journal de terrain pour illustrer cette dimension obstinée et ludique.

Je rencontre Daniel qui me parle un peu au hasard d’une plaquette de la Société des diplômés de l’IUUP et m’explique qu’elle est à l’IUP. Je suis surprise, car je n’en ai jamais entendu parler alors que pour les comptes-rendus de scolarité dont il me reparle, seule ma négligence est en cause, je les ai oubliés. Je décide donc d’aller au plus vite voir tous ces documents au fonds ancien. Je travaille sur cette plaquette et découvre, ce qui est très important pour moi, que Djelepa est dans la liste des membres de cette association en 1934, et indique deux choses sur lesquels je vais pouvoir rebondir :
- il y a une adresse à Saint-Cloud, d’où les questions : est-il dans le service d’état civil ? A-t-il de la famille qui serait toujours là ? à voir avec la mairie de Saint-Cloud. Il est donc architecte AD (je savais qu’il était architecte, mais sans autre mention).
- il est architecte AD. Une collègue me dit que sans doute cela signifie arts déco et qu’effectivement, à son avis, une formation en architecture a existé dans cette école. Fait-il partie de l’ordre des architectes ? Nouvelle recherche à faire : à voir s’il existe un annuaire des anciens des arts déco.
Le lendemain donc, je le consacre au téléphone et sur Internet pour démarrer mon enquête. Je commence par l’École des arts déco, l’ENSAD où l’on m’indique l’existence d’une association des anciens : associations.anciens@ensad.fr. En discutant, je me rends compte que cette association est relativement jeune (1980) et qu’elle ne peut sans doute pas répondre à ma demande. Un peu refroidie, je décide tout de même d’appeler, mais pas tout de suite. Auparavant, je veux essayer de trouver des informations sur les anciens des Beaux-Arts (pourquoi ? je n’en sais rien). Là commence l’aventure. Je téléphone aux Beaux-Arts. Je tombe sans doute sur le standardiste qui me dit que tout ce qui concerne l’archi ne dépend plus des Beaux-Arts. Je cherche le numéro de l’école Malaquais et je téléphone. Là, après plusieurs interlocuteurs, je tombe sur quelqu’un de la scolarité qui me propose de m’adresser au ministère de la Culture qui a la liste des architectes DPLG, Mireille Droguety. Je ne le fais pas dans la foulée (comme d’habitude), car je reste insatisfaite sur les Beaux-Arts. Je repense à cet inventaire dont m’avait parlé ma collègue : la liste des anciens des Beaux-Arts en archi avant 1907 qu’Annie Jacques avait rendue publique en 2004 et en quoi je croyais beaucoup – j’avais même la cote à la bibliothèque nationale), même si cela ne correspondait pas à notre période. Je recherche donc si je peux avoir ses coordonnées, car, c’est sûr, elle doit pouvoir m’aider sur les sources à consulter. Je rappelle les Beaux-Arts. Je demande Annie Jacques (ce n’est plus la même standardiste), elle ne la connaît pas, j’explique quelle était sa fonction (conservateur du patrimoine de l’école) et elle m’envoie à Isabelle Lemort qui elle-même me renvoie à Madame Colas Adler qui, oh, miracle, est la bonne personne et me dit que c’est bien dans cette bibliothèque que je trouverai des choses. Elle m’explique ce qu’il peut y avoir, me propose de faire un test, je propose Utudjian, elle le trouve… puis je me dis « pourquoi ne pas essayer Djelepa ? » (j’avais auparavant proposé aussi Mourad, « mais c’est un prénom » me dit-elle… bonne remarque, comme nous le verrons plus tard !) Nous avons un certain plaisir à rechercher toutes les deux. Moment très agréable d’avoir en face une pro… quel pays riche, quelles ressources… me dis-je. Je lui demande à tout hasard si elle sait ce que veut dire AD Non, elle ne sait pas, mais par contre, elle me dit que je trouverai des choses comme d’ailleurs pour les Beaux-Arts (les archives qu’ils n’ont pas chez eux) aux Archives nationales sous la cote AJ 470. Dans ces archives, il y a également des rubriques étudiants étrangers… Ne pas oublier aussi qu’il y a des étudiants qui ne sont pas inscrits, mais sont auditeurs libres dans des ateliers… Voilà, je suis heureuse, voire excitée. Je prends rendez-vous pour vendredi après-midi. Le tour est joué. J’avance…

Des accès indirects aux données historiques en Turquie

24Ce travail sur les archives en France n’a pu être mené en Turquie pour des raisons linguistiques évidentes. J’y ai remédié très partiellement par la recherche de travaux de seconde main, de type historique qui pouvaient nous être utiles sur les étudiants des différentes écoles concernées d’architecture surtout et d’ingénierie. J’en ai trouvé quelques-uns qui m’ont permis de confronter notre liste aux leurs ; malheureusement, cette exploitation reste partielle.

25Je dispose de la liste des étudiants en architecture à l’Université de Mimar Sinan, nouvelle appellation de l’Académie des beaux-arts d’Istanbul, sur CD que je n’ai pu exploiter dans la mesure où la période concernée n’est que partiellement couverte. J’ai eu également accès, grâce à Aksel Tibet, à la liste des architectes diplômés de l’İTÜ. J’ai eu accès par contre à une recherche, menée par une assistante en architecture de l’Université technique de Yıldız, Yekta Özgüven sur Les femmes architectes entre 1934-1960 à partir des trois écoles existantes à ce moment-là. Elle a établi à cette occasion une liste des femmes identifiées et des notices biographiques. Cela me permit de mieux repérer les femmes dans notre liste, surtout celles qui sont considérées comme des pionnières, Şemsa Demiren et Selma Emler. Précisons que 1934 est l’année où sortent les première diplômées femmes, celles-ci ayant acquis le droit de faire des études d’architecture en 1930. J’ai eu connaissance également d’un travail sur l’histoire des écoles d’ingénieur en Turquie auquel je n’ai pas eu accès.

  • 16 En 1868, dans le cadre des réformes (Tanzimat), l’École du Palais Galata devient le lycée impérial (...)
  • 17 Il faudrait d’ailleurs pour être plus précis que ce travail se poursuive avec les annuaires des lyc (...)

26Il m’a semblé, à un moment de notre travail, intéressant de me poser la question de la relation qu’il pouvait y avoir entre une scolarité francophone, assez répandue dans les milieux favorisés d’où provenaient en grande partie ces étudiants et la poursuite d’études supérieures à Paris. Le lycée Galatasaray16 s’imposait d’autant qu’à la recherche d’une entrée dans ses archives, j’avais appris qu’il existait une thèse sur cette institution et ses élèves, Le lycée Galatasaray (1868-1923), soutenue en 2007. Je rencontrai son auteur, Gülsün Güvenli de l’Université Galatasaray ; je pus ainsi comparer ma fameuse liste aux répertoires au-delà de 1923 qu’elle mit à ma disposition17.

  • 18 Chambre, ordre, ces mots semblent être utilisés de façon indifférenciée pour rendre compte du mot t (...)
  • 19 Kansu Şarman, 2006, Türk Promethe’ler (Cumhuriyet’in Öğrencileri Avrupa’da 1925-1945) [Les Prométhé (...)

27Pour les informations sur les carrières de tous ces étudiants, je détiens quelques sources décevantes : les « chambres professionnelles »18 sont de création trop récente pour intéresser ce travail, 1954 pour les architectes, 1968 pour les urbanistes. Il existe une source plus adaptée à la période étudiée, la liste des architectes et urbanistes qui ont eu accès aux concours des plans d’urbanisme, lancés par la Türkiye Emlak Kredi Bankası en 1945, mais je n’y ai pas eu accès. Deux autres listes prometteuses ont été peu fructueuses : la liste établie par une association d’architectes, datée de 1930 (avec nom, adresse et occasionnellement profession) et celle contenue dans l’ouvrage de Kansu Şarman, Les Prométhées turcs : les étudiants de la République en Europe, 1923-194519.

  • 20 Jean-François Pérouse, 1994, D’Angora à Ankara (1919-1950) : la naissance d’une capitale, Thèse en (...)
  • 21 Uğur Tanyeli, 2007, Mimarlığın Aktörleri Türkiye, 1900-2000 [Les acteurs turcs de l’architecture, 1 (...)

28Je me suis également tournée vers des travaux qui, à leur manière, pouvaient nous aider même partiellement : j’ai ainsi comparé la liste de tous les urbanistes qu’a établie Jean-François Pérouse en annexe de sa thèse sur l’aménagement d’Ankara, grand moment de l’urbanisme en Turquie20. Un autre ouvrage m’a également ouvert des portes, celui d'Uğur Tanyeli sur Les acteurs turcs de l’architecture21, sorte de répertoire avec des notices biographiques plus ou moins longues selon les cas ; j’y reviendrai.

Faire « parler » la liste : les notices biographiques

29Les données de la liste-répertoire se rectifient peu à peu, mais très peu de noms prennent un visage ou se revêtent d’une histoire, reprennent chair dans mon imagination. Même l’orthographe des noms reste pour moi « exotique ». Il était temps de faire parler nos interlocuteurs potentiels, surtout en Turquie. Ce que je fis lors de mes différents séjours à Istanbul où je me suis mise à proposer systématiquement la liste lors de mes rencontres, même celles où a priori ma priorité était d’interviewer la personne parce qu’il était à l’IUUP ou qu’il avait connu telle personne de la liste. Cela s’est transformé d’ailleurs en un jeu, comme si je possédais un talisman qui m’ouvrait des portes, celles de la parole. Objet quasi magique donc, la liste prenait une valeur d’échange, de don et contre-don, comme une preuve aussi du sérieux et de l’intérêt du chercheur. Généralement la liste ne laissait pas indifférent. Comme s’il y avait en elle une force d’attraction : concentré d’un temps écoulé que l’on rattrape, une juxtaposition de noms qui n’a pas de sens immédiat et pourtant, chacun des noms peut dire des choses… C’est ce que l’on cherchait, les faire parler et la faire parler.

30Finalement je l’ai soumise à un nombre important de personnes, témoin, acteur ou historien. De différentes générations, ils sont tous concernés d’une manière ou d’une autre par l’urbanisme, architectes, urbanistes en libéral, sociologues, universitaires, chercheurs, en activité ou à la retraite, pour la plupart turcs, Polat Sökmen, Sümer Gürel, Ahmet Alatur, Aydın Germen, Korkut Tuna, Uğur Tanyeli, Güzin Kaya, Cânâ Bilsel, Murat Güvenç, Didem Danış, Rıfat Akbulut et d’autres (voir la liste des personnes interviewées) ainsi que des spécialistes français comme Jean-François Pérouse qui a été un des premiers à avoir cette liste en main et son attention étonnée m’a sans aucun doute encouragée à poursuivre ma quête.

31Chacun réagit à sa façon, avec ce qu’il est, ses manies, même inconscientes, ses intérêts, sa mémoire, sa discipline, ses propres recherches. Il y a une vraie curiosité à rechercher les noms de personnes que l’on peut reconnaître, même chez les plus méfiants ; cela peut se lire sur le visage, un étonnement, « tiens, celui-ci est passé par l’Institut ? », l’esquisse d’un sourire, « tiens, lui aussi ». Les réponses sont plus ou moins longues, la liste enclenche rarement un vrai discours ou une narration ; elle n’est sans doute pas faite pour cela. Sans doute aussi qu’elle peut devenir une épreuve pour le lecteur si les noms ne lui évoquent pas grand-chose, mais il finira toujours par trouver un élément qui l’interpelle.

32De cet exercice de lecture imposée, en dehors de tous les détails dont on a pu grâce à elle étoffer les notices biographiques qui commençaient à prendre forme, j’ai pu identifier trois effets de connaissance :

  • Une découverte importante pour moi est la question des noms. Nombreux ont été ceux qui m’ont dit la difficulté de reconnaître les gens dans la mesure où jusqu’en 1934, tout au moins pour « les musulmans », nous sommes en présence de prénoms ; ceux-ci ont en effet été changés cette année-là, année de la promulgation d’une loi qui oblige l’usage d’un nom de famille – ce sont les pères qui doivent les choisir. L’auteur de la thèse sur Galatasaray m’a confirmé cette difficulté pour son travail. Certains sont restés dans l’anonymat, personne n’ayant su percer l’énigme des prénoms. Par contre, il y a un cas de réussite exemplaire pour ce travail, celui de Menteşe (voir sa notice). Plusieurs interlocuteurs turcs s’étaient arrêtés sur le cas de Mourad Ertuğrul dont la date de naissance, le lieu de naissance et les études d’architecture tels qu’ils figuraient sur la liste, leur laissaient penser qu’il s’agissait d’un certain Menteşe, qui avait exercé le métier d’urbaniste. C’est effectivement cette alerte qui me rendit attentive à ce nom et qui me permit dans mes retours en archives en France de trouver ce que chacun de nous espère à un moment : la preuve qui vérifie l’hypothèse ; je trouvais, dans une liste trouvée aux archives de l’École des beaux-arts, le nom de Menteşe, rajouté au crayon de papier à côté du nom de Mourad Ertuğrul ! Plaisir de la perle recherchée !

  • L’autre piste ouverte est le décryptage par les signes d’appartenances, familiales (souvent liées à la géographie) et ethniques ou religieuses. On a souvent entendu l’expression : « il est d’une grande famille », le père, le grand-père était ceci, cela. L’origine géographique est remarquée lorsqu’il ne s’agit ni d’Istanbul, ni d’Izmir. Mais l’élément le plus classificateur est certainement l’appartenance communautaire. Ainsi, plusieurs personnes s’étonnent de la présence de « musulmans », en ce qui concerne les années 20 et 30 : « il y a pas mal de Turcs », « il y a aussi des musulmans », « il y a pas mal de noms musulmans ». Un de nos interlocuteurs qui visiblement aime compter s’amuse à le faire pour les différentes communautés à chaque page de la longue liste. Certains vont au-delà de la distinction « musulmans », « non-musulmans » et s’essaient à identifier la communauté d’appartenance, grecque, arménienne, juive. Exercice qui s’est avéré difficile et pas toujours probant comme dans le cas d’Alki Djelepa dont la question de l’appartenance communautaire n’a pas été tranchée.

    • 22 Voir Sosyoloji Konferansları Dergisi (Istanbul Journal of Sociological Studies), 2003, n° 28, avec (...)

    La liste des noms s’avère aussi être un indice de réputation professionnelle. Qui reconnaît-on de la liste ? Quel est celui qui est incontournable ? En quelque sorte, les déchiffrages multipliés de cette liste peuvent donner un indice de reconnaissance, de réputation d’un individu dans le milieu. On observe ainsi des convergences sur des personnalités inévitables dont la réputation fait l’unanimité. J’ai découvert que l’Institut avait vu passer, plus ou moins longuement, avec plus ou moins de succès académique d’ailleurs, de véritables personnalités : Abdurrhaman Hancı, Vedat Dalokay, Kazım Rukneddin devenu Rüknettin Güney … (voir les notices biographiques). Il y aussi des variations. Selon les interlocuteurs, les noms retenus ne sont pas toujours les mêmes ; par exemple les sociologues ne reconnaissent pas forcément les mêmes gens que les architectes ; ainsi deux de mes collègues sociologues de l’Université de Galatasaray m’avaient fait remarquer le nom de Baykan Sezer que personne d’autre n’avait relevé, alors que celui-ci a un réel renom dans le milieu des sciences sociales pour l’histoire de la sociologie22. D’un autre côté, cet indice de célébrité ne fonctionne pas très efficacement pour des personnalités qui ne font finalement que passer à l’IUUP, n’ont jamais fait de l’urbanisme, mais se sont consacrées au monde de l’art comme le photographe internationalement connu Lütfi Özkök ou le peintre Michel Bitran, d’autant que tous deux ont choisi de ne pas revenir au pays.

33Enfin, la question de la réputation repose sur les critères à partir desquels on l’évalue. Dans ce milieu, surtout lorsqu’il a été occupé pendant très longtemps par des architectes, il y a une tendance à confondre le monde de l’architecture et celui de l’urbanisme. Cela est d’autant plus tentant que l’œuvre architecturale a une visibilité que n’a pas forcément une intervention urbanistique. Uğur Tanyeli, historien de l’architecture turque, à qui nous avons proposé de commenter la liste, donne un exemple de cette survalorisation du travail architectural dans l’évaluation de la renommée des personnes en question. La dimension politique du métier d’urbaniste n’est pas prise en compte ; ainsi, selon lui, Vedat Dalokay qui a été maire d’Ankara, ne fait pas le poids face à Abdurrahman Hancı. Il en est de même, semble-t-il, des architectes urbanistes qui ont travaillé longtemps dans la fonction publique, dévalorisés par rapport à ceux du monde libéral. Cela dit, figurent dans son livre, déjà mentionné, plusieurs des étudiants de l’IUUP dont deux femmes, ce qui nous a permis d’enrichir nos notices.

Des voix, des portraits, des tableaux

« Simplifier la réalité ? Sauter les vides entre les choses pour que tout s’ajuste ? … Comment se croisent les fils entre les gens et dans chaque vie… ? »
Antonio Tabucchi, 2006, Petites équivoques sans importance, Paris, Folio.

  • 23 Par « admis », nous entendons les étudiants qui ont fait leur scolarité de deux ans, mais n’ayant p (...)

34Pour aller plus avant dans les histoires singulières, s’est imposée très vite la nécessité de faire parler les acteurs et leurs témoins : tenter de passer de la notice biographique au portrait. J’avais envie de retrouver le goût de la rencontre, de l’échange, propre à ma discipline, surtout avec les aînés d’un monde qui risque de disparaître. Il s’agissait d’aller plus loin, saisir quelque chose de la vie de ces gens dont j’avais les noms et quelques données biographiques. Il me fallait en rencontrer, les acteurs eux-mêmes ou des témoins directs, proches, pour en faire, sinon « des histoires de vie », au moins des portraits, particulièrement de ceux qui me paraissaient avoir été des figures exemplaires de la rencontre entre l’urbanisme, l’Institut et une vie professionnelle. Se sont ainsi imposés quasi naturellement les huit diplômés ayant fait un mémoire et les « admis »23 (voir les tableaux). Mais d’autres aussi s’imposaient à moi, car ils illustrent, malgré leur passage plus discret, du moins dans les traces que nous en avons à l’IUP, l’appartenance à un réseau important d’architecte-urbanistes ; les meilleurs exemples en sont Şemsa Demiren, fidèle assistante d’Henri Prost, ou Ahmet Alatur, n’ayant pas été diplômés de l’IUUP, mais y étant passé. Car, l’intérêt, au-delà des portraits individuels, c’est de se faire entrecroiser ces destins singuliers qui peuvent se colorer d’un sens collectif, d’une histoire commune qui les dépasse, même s’ils les fabriquent chacun dans leur coin.

  • 24 J’envisageai un moment de faire des doubles portraits, au travers desquels il aurait été possible d (...)

35J’ai ainsi mené de nombreux entretiens. Certains ont été faits avec les « anciens » de l’IUUP qui se sont prêtés au jeu, Aron Angel, Mehmet Çubuk, Polat Sökmen, Ahmet Alatur ; lorsque cela n’était pas possible, cela s’est fait par correspondance comme ce fut le cas avec Aydemir Balkan. D’autres ont eu lieu avec des témoins comme Aydın Germen et Murat Güvenç pour parler de Tuğrul Akçura et de Tugrut Cansever, Sümer Güler pour Tarık Carım, Cânâ Bilsel et Güzin Kaya pour Şemsa Demiren24. Je ne peux taire ici le plaisir que j’ai eu, grâce à ces entretiens menés souvent dans des lieux magnifiques, de retrouver ce mélange d’amabilité et d’humour parfois grinçant que j’avais découvert chez mes premiers amis.

36Dans l’ensemble, il reste que ces notices biographiques comme les portraits, un peu plus élaborés, forment un ensemble très hétérogène. Leur développement varie selon les individus, leur importance pour notre sujet, leur réputation, mais aussi selon les données recueillies qui se sont avérées très inégales et de nature différente. L’inégalité et la diversité des sources selon les individus agissent aussi sur la construction de la restitution. Je n’ai pas adopté de modèle, de plan type, même si dans l’ensemble, l’ordre chronologique prédomine avec une introduction qui annonce la singularité de la personne en question. Ainsi, le ton, le style, l’écriture peuvent varier : certains portraits mêlent la façon dont les informations ont été trouvées et les données biographiques, d’autres s’appuient sur la scolarité et le mémoire, certains laissent parler les gens eux-mêmes. Pour certains, je me suis plus engagée personnellement dans l’écriture. J’ai de plus jugé utile d’ajouter une « question méthodologique » en entrée lorsque l’élaboration de la notice biographique avait posé un problème particulier.

37Reste la question importante : Qu’y a-t-il de commun ou de différent entre eux, entre les générations successives ? Fallait-il continuer à chercher les gens, un à un, puis tisser des fils entre eux, puis interpréter les blancs, les vides et les pleins ?

38Une façon de répondre à cette question – et qui s’est imposée progressivement – est la transformation de la liste et du répertoire en tableau. Cette façon de travailler ne m’est pas venue spontanément, toujours séduite par la verticalité de la liste, de son rallongement et de tous ces noms dont il me fallait percer l’énigme – j’avais été alertée de cette préférence « naturelle » chez moi par un collègue qui entamait un travail du même genre sur les étudiants d’Amérique latine où dès le départ, il les mettait en tableau. C’est progressivement qu’il m’a paru pertinent de mettre en liaison ces données, le risque craint au départ de figer l’analyse n’étant plus d’actualité. En effet, les données basiques avaient été stabilisées par le travail que je viens de présenter.

39Les données ont été homogénéisées, à l’exception de la façon de nommer la capitale (Constantinople, Stanbul, Istanbul, les appellations variant avec la période et l’appartenance communautaire). Nous avons également dans le premier tableau donné les deux versions des noms et prénoms, celle existant sur les fiches et l’autre se fondant sur les normes de la transcription actuelle et sur les noms véritables, découverts lors de la recherche. Les lieux et dates des diplômes, les résultats des études parallèles ont été vérifiés systématiquement. J’ai mis toutes ces données en variable et en ai rajouté d’autres : la date de la première inscription de l’IUUP et l’âge à cette inscription, le niveau de leur scolarité (avoir des notes ou pas), la catégorie « admis », la francophonie au lycée repéré (ce qui n’est pas toujours le cas), l’activité professionnelle (repérée) en urbanisme.

40La mise en tableau ajoute ainsi à la compréhension des singularités une approche globale et surtout dynamique. Elle permet par exemple une périodisation des entrées et des sorties des étudiants et oblige ainsi à prendre en compte, pour l’analyse, des données historiques, histoire de l’Institut, de la formation en urbanisme en France et en Turquie, histoire de l’urbanisme en Turquie, pour comprendre ces variations, toutes ces questions s’inscrivant dans le cadre des échanges et politiques culturelles et scientifiques des deux pays, pendant la période étudiée.

Remettre de l’Histoire aux histoires et replonger dans les archives

41Le souci d’une contextualisation était là dès le départ et a traversé tout le travail, en archives, dans les entretiens, en bibliothèque. Il me fallait principalement me plonger dans l’histoire de l’urbanisme en Turquie à travers les différentes influences dont il s’est nourri (Allemagne, Suisse, Autriche, Italie, États-Unis) pour me pencher sur le rôle de la France en particulier dans le transfert de cette discipline, entre autre celui d’Henri Prost, urbaniste conseil à Istanbul pendant quinze ans. Il me fallait également comprendre l’évolution de la question urbaine en Turquie et les façons dont en sont posés les termes, sans en faire mon propre objet de recherche.

  • 25 S. Yerasimos, 1988, « La planification de l’espace en Turquie », Revue des mondes musulmans et de l (...)
  • 26 S. Yerasimos, 2004, op. cit.
  • 27 J.-F. Pérouse, 1994, op. cit.
  • 28 Murat Güvenç, 2010, « Istanbul 1910-2010. Une approche historique et socio-spatiale » Urbanisme, Do (...)

42Pour ce faire, j’ai eu recours à des travaux incontournables. N’ayant pas accès à la littérature en langue turque, je me suis basée sur quelques ouvrages et articles fondamentaux en français et en anglais. Ma source d’informations et d’analyse principale a été le travail qu’a mené Stéphane Yerasimos – lui-même un ancien de l’IUUP – sur l’histoire de l’urbanisme, de la formation et du métier d’urbaniste en Turquie, mise en relation avec les influences occidentales, principalement allemande et française. Un premier article posait les bases de cette histoire : « La planification urbaine en Turquie »25 qu’il développe dans le cadre d’une recherche Urbanistes sans urbanisme : Le cas de la Turquie, in Cultures et milieux urbanistiques dans le Sud de la Méditerranée26. À partir d’un travail systématique sur les revues en architecture, créées dès les premières années de la République, il essaie de comprendre l’émergence d’un milieu de réflexion et d’intervention proprement local, sous influence des experts étrangers sans aucun doute, mais à la recherche d’une « autonomie ». Je suivrai la périodisation des grandes étapes de cette histoire qu’il nous propose pour mettre en perspective la nôtre et les propres inflexions que j’ai pu y repérer. La thèse de Jean-François Pérouse sur Ankara27 et sa grande épopée urbanistique comme capitale politique m’a permis d’entrer également dans les prémisses d’une institutionnalisation de l’urbanisme à l’occidentale. L’ouvrage en anglais d’İlhan Tekeli, The development of the Istanbul Metropolitan Area: Urban Administration and Planning (METU, Ankara), me fut d’une aide précieuse pour l’analyse de deux périodes spécifiques que j’ai repérées dans « l’histoire turque » de l’IUUP et qui concernent toutes deux les interventions urbanistiques sur Istanbul. Il en est de même d’un article de Murat Güvenç qui propose une grille de lecture historiographique pour cette même ville28.

43Cependant, pour ces deux moments importants pour notre recherche, il me fallait aller au-delà des travaux de seconde main. Pour la période Prost, 1936-1951, j’ai consulté les archives de l’IFA qui le concernent, ainsi que l’équipe d’urbanistes qu’il a montée à Istanbul et les interférences qu’il pouvait y avoir avec l’IUUP. Pour l’autre période, celle de la planification régionale en Turquie où se constituent des réseaux en relation avec les étudiants de l’IUUP, il m’a fallu faire d’autres interviews comme je l’ai indiqué ci-dessus. Dans les deux cas, cependant, l’analyse et le repérage lui-même de ces deux moments d’échanges franco-turcs ont été possibles et nourris de l’expérience d’individus « stratégiques » dont j’ai fait le portrait.

Conclusion : savoir s’arrêter et ouvrir des perspectives

44J’ai redécouvert avec ce travail « historique » en quelque sorte, comme j’en avais fait l’expérience il y a fort longtemps sur l’histoire du plan directeur de Rabat et précisément sur Henri Prost, les dangers de s’égarer et de ne pas savoir s’arrêter. J’ai dû effectivement me faire violence pour le faire, me contenter d’en indiquer les manques et d’ouvrir des pistes pour ceux qui voudraient poursuivre sur cette voie en Turquie ou en France

45Ce travail a forcément un caractère limité et insolite. Je ne suis ni historienne, ni turcophone, à mon grand regret. De plus, il existe peu de travaux qui auraient permis des comparaisons, par exemple sur des pays proches comme l’Iran, l’Égypte qui pourraient se poser les mêmes questions sur la venue importante d’étudiants pour cette même période.

46Enfin, une autre difficulté de ce type de recherche concerne l’adresse : Pour qui écrire ? Quel public ? Comment choisir les informations pertinentes selon le choix que l’on fait ? Je ne suis pas sûre d’avoir réellement tranché la question.

47De nombreuses pistes se sont ouvertes. Il y a bien sûr celle des archives turques. Mais également celles des Affaires étrangères qui permettraient d’inscrire cette recherche dans le contexte plus large des politiques d’attribution de bourses aux étudiants turcs et des politiques d’accueil. Et puis, il y aussi celle des « récits de vie » d’architectes urbanistes, peut-être méconnus et qui risquent de disparaître dans la prochaine décennie qui pourraient enrichir l’histoire de cette discipline en Turquie.

Notes

7 Recherche faite dans le cadre de mes responsabilités concernant les relations internationales de l’IUP où j’étais enseignant-chercheur.

8 Cette recherche a fait l’objet d’une publication, Claude Chaline, 1985, Urbanisme et développement. Évaluation de quatre schémas directeurs métropolitains, Ankara, Le Caire, Rabat, Tunis, Paris, Sedes.

9 M. Jolé, A. Khatibi, M. Martensson, 1974, « Urbanisme, idéologie et ségrégation » in Les influences occidentales dans les villes d’Afrique du Nord à l‘époque contemporaine, Aix en Provence, éd. de l’Université de Provence, p. 161-178.

10 Il existe dans les archives de l’IUP plusieurs sources possibles pour constituer la liste des étudiants de nationalité turque : deux fichiers administratifs par classement alphabétique – le premier, 1925-1932, ne commence qu’à la lettre J et le second, complet, va de 1933 à 1969 ; la liste reconstituée des thèses soutenues à l’IUUP de 1922 à 1969 ; les comptes-rendus du Comité de perfectionnement et du Conseil d’administration.

11 On doit le premier travail documenté sur l’histoire de l’IUUP à Rémi Baudoui qui fit son mémoire de DEA sur La naissance de l’EHEU et le premier enseignement de l’urbanisme en France, des années 1910 aux années 1920, Mémoire de l’École d’architecture Paris-Villemin/Ardu-Paris VIII, Paris, 1988 et où il signale l’importance des étudiants étrangers durant les années 30. Depuis, une thèse est engagée par Daniel Matus à la suite de son mémoire de Master 2 à l’IUP, La thèse en urbanisme de 1922 à 1937 : les étudiants et les sources bibliographiques, 2009. Il existe quelques documents administratifs de l’IUUP comme les comptes-rendus des conseils qui nous donnent quelques indications. D’autres recherches devraient être poursuivies dans d’autres institutions de formation en lien avec l’urbanisme pour enrichir ce travail.

12 Selon les Écoles, l’attention à leur passé diffère. On peut supposer que, pour certaines d’entre elles, les associations des anciens peuvent avoir une véritable fonction à la fois de prestige, de fonctionnement en réseau. Certaines estiment important de s’inscrire dans la longue durée, comme l’École des travaux publics d’Eyrolles (devenue École spéciale des travaux publics) ou les Écoles d’architecture avec la difficulté pour elles de n’avoir pu contourner l’obligation de transmettre leurs archives à l’instance nationale.

13 Ce travail a été mené par Jean Philippe Garric et Clothilde Rouillier qui a mis à ma disposition les notices concernant les étudiants de « ma » liste (qui n’avaient pas encore été mises en ligne) et qui nous ont permis de confirmer et de compléter les données. Ce dictionnaire a été établi à partir des registres matricules de l’École, des dossiers des élèves conservés aux Archives nationales et d’autres sources documentaires pour les données biographiques et professionnelles. URL : http://www.purl.org/inha/agorha/001/7.

14 ESA, 2009, Relevé des noms d’élèves nés en Turquie et inscrits à l’ESA entre 1865 et 1968 d’après les registres d’inscription : classement chronologique, classement alphabétique, Paris. URL : http://www.esa-paris.fr/IMG/pdf/_Turquiebibliogr.pdf.

15 Nous découvrirons plus tard que René Danger (1872-1954), géomètre-urbaniste, a enseigné l’urbanisme dans cette école dont le cours a été publié aux éditions Eyrolles, en 1933. Il a également été impliqué dans l’élaboration de plans directeurs de différentes villes en Turquie.

16 En 1868, dans le cadre des réformes (Tanzimat), l’École du Palais Galata devient le lycée impérial ottoman de Galatasaray sur le modèle du lycée français. Il s’agissait de former des cadres d’éducation occidentale pour appliquer les réformes. En 1924, après l’avènement de la République turque, il devient le lycée Galatasaray (francophone). En 1992 est créé l’Établissement intégré de Galatasaray (écoles primaire, secondaire et université).

17 Il faudrait d’ailleurs pour être plus précis que ce travail se poursuive avec les annuaires des lycées privés francophones, des lycées des minorités (grecques)…

18 Chambre, ordre, ces mots semblent être utilisés de façon indifférenciée pour rendre compte du mot turc qui désigne ces organisations professionnelles.

19 Kansu Şarman, 2006, Türk Promethe’ler (Cumhuriyet’in Öğrencileri Avrupa’da 1925-1945) [Les Prométhées turcs : les étudiants de la République en Europe, 1923-1945], Türkiye İş Bankası Kültür Yayınları, Istanbul.

20 Jean-François Pérouse, 1994, D’Angora à Ankara (1919-1950) : la naissance d’une capitale, Thèse en géographie de l’Université de Reims sous la direction de Marcel Bazin.

21 Uğur Tanyeli, 2007, Mimarlığın Aktörleri Türkiye, 1900-2000 [Les acteurs turcs de l’architecture, 1900-2000], Istanbul, Garanti Galeri.

22 Voir Sosyoloji Konferansları Dergisi (Istanbul Journal of Sociological Studies), 2003, n° 28, avec 4 articles en hommage à Baykan Sezer. URL : http://www.journals.istanbul.edu.tr/iusoskon/issue/view/1023000483.

23 Par « admis », nous entendons les étudiants qui ont fait leur scolarité de deux ans, mais n’ayant pas fait leur mémoire, ne sont pas diplômés.

24 J’envisageai un moment de faire des doubles portraits, au travers desquels il aurait été possible de saisir des transmissions intergénérationnelles. Devant l’ampleur du travail, j’y renonçai.

25 S. Yerasimos, 1988, « La planification de l’espace en Turquie », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée 50, p. 109-123. DOI : 10.3406/remmm.1988.2257.

26 S. Yerasimos, 2004, op. cit.

27 J.-F. Pérouse, 1994, op. cit.

28 Murat Güvenç, 2010, « Istanbul 1910-2010. Une approche historique et socio-spatiale » Urbanisme, Dossier Istanbul, 374 Pagination. URL : https://dl.dropboxusercontent.com/u/17206670/istanbul %201910-2010 %20une %20approche %20historique %20et %20socio-spatiale %20- %20murat %20guvenc.pdf.

Table des illustrations

Légende Fiche d’inscription de Victor Uziel 1928-1929 / 1929-1930
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2185/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Fiche d’inscription de Tuğrul Akçura 1953-1954 / 1954-1955
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/2185/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 553k

© Institut français d’études anatoliennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable