Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Histoire turque de l’Institut d’urbanisme de Paris

 | 
Michèle Jolé

Introduction

« De l’autre côté »

Texte intégral

1Cette histoire s’inscrit dans un temps spécifique à l’institution de formation qu’est l’IUUP : de sa création en 1919 sous le nom d’École des hautes études urbaines, devenue en 1924 Institut d’urbanisme de l’Université de Paris lors de son rattachement à la Sorbonne, jusqu’en 1969 où elle sera dissoute pour revivre sous une autre forme en 1972, à côté d’autres nouvelles formations. L’IUUP est le premier établissement et, durant cette période, quasiment le seul en France qui soit dédié à la formation d’urbanistes et à en délivrer le titre. De plus, il se donne dès le départ une vocation internationale qu’il va préserver tout le long de son histoire. La date de sa création correspond d’ailleurs à la promulgation de la loi Cornudet sur les plans d’aménagement, d’embellissement et d’extension de 1919, modifiée en 1924 ; elle marque l’institutionnalisation de l’urbanisme en France.

  • 1 S. Yerasimos, 2004, « Urbanistes sans urbanisme : Le cas de la Turquie », in Cultures et milieux ur (...)
  • 2 La création du METU, université anglophone, largement soutenue par les États-Unis, est un tournant (...)

2D’un autre côté, on peut dire que ces cinquante années sont les années fondatrices du champ de l’urbanisme en Turquie. Comme l’analyse Stéphane Yerasimos, « la planification comme volonté tracée sur le sol apparaît en Turquie en même temps que l’occidentalisation », dès la fin de l’Empire ottoman1, mais elle se développe véritablement avec l’avènement de la République en 1923. Les questions urbaines deviennent les vecteurs de la modernité. De nombreuses mesures sont prises, législatives, politiques, administratives, de nombreux chantiers s’ouvrent, plans, construction, infrastructures, à des moments plus forts que d’autres et avec des inflexions de politiques selon les questions que pose la croissance urbaine. Toutes ces initiatives vont favoriser l’éclosion d’un milieu urbanistique local et la création progressive de lieux de formations propres. Cependant, il faudra attendre la création du Département de planification urbaine et régionale, créé à Ankara, en 1962 au sein de l’Université technique du Moyen-Orient (METU ou ODTÜ en turc)2 pour voir sortir, en 1967, les premiers urbanistes diplômés localement. En 1968 est créé « l’ordre » des planificateurs. On le voit, ces cinquante années se font écho de part et d’autre des deux pays concernés.

3C’est aux étudiants que cette histoire s’intéresse particulièrement, à ces jeunes gens, de nationalité turque, pour beaucoup restés anonymes, qui sont passés, à l’IUUP, à un moment de leur vie, plus ou moins longuement, avec plus ou moins de succès. En effet, peu en sortiront diplômés. Seule une vingtaine deviendra urbanistes dont certains exerceront en Turquie. Que cherchaient-ils ? Une initiation à une autre culture ? Une découverte d’autres villes ? Qui étaient-ils ? À quel métier rêvaient-ils ? Qu’ont-ils appris ? Que sont-ils devenus ? Pour les « élus », ceux qui exerceront le métier d’urbaniste, comment se sont-ils intégrés au milieu professionnel ? Quel a été leur parcours professionnel ? Intrigue en soi que ce mouvement, certes de valeur relative (75 étudiants durant ces cinquante ans), mais persistant, qui dit peut-être aussi l’intrigue que représente cette discipline en pleine recherche d’elle-même en Turquie et qui a pu exercer une certaine curiosité sur ces jeunes étudiants, d’autant qu’une grande partie de ceux-ci sont architectes et ingénieurs – ou veulent le devenir en menant parallèlement à l’IUUP des études à l’École des beaux-arts, à l’École spéciale d’architecture, ESA ou dans une moindre mesure à l’École spéciale des travaux publics, ESTP. Parmi eux figurent d’ailleurs des personnalités clefs, qui ont contribué soit par des élaborations théoriques et par l’enseignement, soit par leur rôle de praticien, au développement de l’urbanisme en Turquie.

  • 3 En effet, on peut citer d’autres experts urbanistes français qui ont été sollicités pour l’élaborat (...)

4Cette histoire est aussi indirectement celle des enseignants qui ont voulu développer pour l’Institut une dimension internationale, à la fois dans l’accueil, dans certains de leurs enseignements ou direction de travaux, mais aussi, pour certains, par le dynamisme propre à cette « discipline », dans la dimension exportatrice de son savoir et savoir-faire. En effet, plusieurs d’entre eux, architectes-urbanistes de réputation internationale, ont été sollicités par les autorités turques pour apporter leur expertise pour des plans ou autres études : Léon Jaussely (1875-1932), Henri Prost (1874-1959), Jean Royer (1903-1981), André Gutton (1904-2002). Il faut dire que l’expertise française comme d’autres européennes est sollicitée dès la fin de l’Empire ottoman pour s’affirmer avec l’avènement de la République turque, tout en restant modeste en comparaison de l’influence allemande3. Elle s’affaiblira progressivement dans les années 50-60 pour laisser place aux compétences locales et à d’autres influences, y compris américaines. Ces architectes-urbanistes ont tous assuré, à l’IUUP, à différents moments, sous différents intitulés, le cours concernant l’apprentissage du plan urbain, Art urbain, Art et techniques de la construction des villes, Composition urbaine. La figure centrale est bien Henri Prost, « homme de réseau », aux fonctions multiples dont celle d’enseignant, à l’IUUP (1923-1940) et à l’ESA, École spéciale d’architecture où il est également directeur de 1927 à 1959. C’est lui qui a de tous la plus longue expérience en Turquie, entre autres, celle du plan directeur d’Istanbul (1936-1951) et la plus grande fascination pour sa culture.

  • 4 Pour Viviane Claude, l’urbanisme est un champ, entendu comme le produit conjoint et souvent contrad (...)
  • 5 Bien sûr dans le cadre d’échanges culturels, techniques et scientifiques plus globaux entre la Turq (...)

5Ces divers mouvements d’allers et venues autour de l’IUUP, étudiants et enseignants, participent à leur manière à la construction de ce champ de l’urbanisme4 en Turquie5. Comment se croisent ces différents acteurs ? Peut-on saisir des influences ? Particulièrement lors du retour des étudiants en Turquie ? Plus que celle d’influence, c’est la notion de « réseau » qui peut aider à comprendre le fonctionnement et la dynamique de certaines expériences de planification. Deux moments particuliers, mais importants, de la planification urbaine en Turquie se sont imposés à nous par la présence relativement importante d’anciens étudiants de l’IUUP : deux plans directeurs d‘Istanbul à dix années d’intervalle, deux moments symptomatiques du processus de « turquification » de l’expertise urbanistique. Ils sont d’autant plus intéressants que certaines ruptures politiques, économiques et urbaines se produisent dans ces intervalles. La Turquie passe dans les années 50-60 à la démocratie et à un système de multipartis – pour être interrompu par un coup d’État militaire et une nouvelle Constitution. Le phénomène urbain change de nature (forte poussée démographique et développement d’un secteur informel). L’enjeu de l’urbanisme change lui aussi de nature.

6Certains personnages se sont affirmés au cours de cette enquête qui reste pleine de trous. Nous aurions aimé aller plus avant dans leur histoire singulière, dans la compréhension de leur expérience d’une autre culture, d’autres façons d’apprendre, d’autres façons de vivre. Nous aurions souhaité mieux comprendre l’expérience de leur retour, de leur confrontation de leurs savoirs, leurs utopies à des réalités différentes et complexes et les déceptions ou enthousiasmes que toutes ces contradictions ont pu générer, chacun à un moment donné et qu’ils ont pu partager avec d’autres. Nous nous sommes heurtées pour cela à la disparition de nombre d’entre eux. Nos ruses pour remédier à ce manque n’ont pas toujours suffi. D’autres pourront sans doute poursuivre l’investigation.

Note préliminaire

7Nous tenons à repréciser la manière dont nous avons arrêté nos choix concernant les patronymes et leur transcription pour établir la liste définitive. Nous avons en effet rencontré deux types de problème :

  • tout d’abord celui du nom proprement dit et de l’identification des personnes concernées. Durant les cinquante années qui concernent notre travail (1919 à 1969), où d’importants changements politiques ont eu lieu, a été promulguée une loi qui demandait aux « musulmans » de prendre un nom de famille alors que jusque-là les personnes étaient nommées par un prénom. L’identification des personnes a été délicate et beaucoup sont restées dans l’anonymat, personne n’ayant su percer l’énigme des prénoms. Il y a cependant une réussite exemplaire pour ce travail, celui d’Ertuğrul Murat Menteşe, qui apparaissait sur la liste initiale, établie à partir des fichiers de l’Institut d’urbanisme de Paris, comme Mourad Ertugrul. Il en est presque de même pour Rüknetttin Güney.

    • 6 Aksel Tibet et Isabelle Gilles ont fait un minutieux travail de relecture du manuscrit y compris la (...)

    l’autre difficulté concerne la transcription des noms. Sur les fiches d’inscription des étudiants sur lesquelles nous avons travaillé, la transcription par l’administration a souvent été faite à l’oreille ; Akçora au lieu d’Akçura par exemple Nous avons donc décidé de les transcrire en nous fondant sur l’orthographe commune que nous avons pu rencontrer de ces noms dans différents documents et selon la transcription phonique actuelle6. Finalement seule la liste du premier tableau pages 29, 30, 31 a conservé les deux noms (prénoms en l’occurrence) et orthographes lorsque cela se présente.

Notes

1 S. Yerasimos, 2004, « Urbanistes sans urbanisme : Le cas de la Turquie », in Cultures et milieux urbanistiques dans le Sud de la Méditerranée, Rapport de recherche, ministère des Affaires étrangères, Isted/ Prud, p. 9-45. URL : http://www.gemdev.org/prud/rapports/rapport16_2.pdf.

2 La création du METU, université anglophone, largement soutenue par les États-Unis, est un tournant dans la formation technique universitaire turque.

3 En effet, on peut citer d’autres experts urbanistes français qui ont été sollicités pour l’élaboration de plans d’urbanisme en Turquie : Joseph-Antoine Bouvard (1840-2020), architecte, André-Joseph Auric (1866-1926), ingénieur des ponts et chaussées, René Danger (1872-1954), géomètre-urbaniste, Alfred Agache (1875-1959), architecte.

4 Pour Viviane Claude, l’urbanisme est un champ, entendu comme le produit conjoint et souvent contradictoire de politiques publiques, de divers savoirs et savoir-faire ou connaissances et d’une série de professions ou plutôt de métiers (V. Claude, 2006, Faire la ville. Les métiers de l’urbanisme au XXe siècle, Marseille, Parenthèses).

5 Bien sûr dans le cadre d’échanges culturels, techniques et scientifiques plus globaux entre la Turquie et la France, eux même façonnés par des rapports de force politiques et économiques dans un contexte de concurrence internationale qui évolue au cours de ces cinquante ans. Ce que nous ne traitons pas dans ce travail.

6 Aksel Tibet et Isabelle Gilles ont fait un minutieux travail de relecture du manuscrit y compris la transcription phonétique actuelle de tous les noms turcs cités. Leur accès à certaines informations en turc nous ont permis d’enrichir notre travail, particulièrement les notices biographiques.

© Institut français d’études anatoliennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable