Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects économiques, culturels et mémoriels de la relation turco-arménienne

 | 
Elshan Mustafayev
, 
Adrian Foucher

Les commémorations du 24 avril 2015

Texte intégral

1Le 24 avril 2015, le centenaire du génocide des Arméniens a été commémoré à Istanbul. Nombre des acteurs que nous avons évoqués tout au long de ce dossier ont pris part à cet événement en tant qu’organisateur ou simple participant. La présence de ces acteurs illustre à quel point la non-reconnaissance par le gouvernement turc des actes commis par l’administration ottomane contre sa population arménienne au début du XXe siècle constitue un blocage au rapprochement turco-arménien. Ainsi, plusieurs organisations se sont réunies à Istanbul pour commémorer le centenaire du génocide des Arméniens. Parmi elles, l’organisation américaine Project 2015 a notamment organisé un parcours mémoriel aux étapes symboliques : l’ancienne prison de Sultanahmet où ont été détenus les intellectuels arméniens voués à la déportation ; la gare de Haydar Pacha depuis laquelle ces mêmes intellectuels ont été déportés ; le cimetière arménien de Şişli où est enterré Sevag, jeune citoyen turc d’origine arménienne décédé un 24 avril durant son service militaire dans des conditions plus que douteuses et enfin sur l’avenue piétonne Istiklâl devant l’Institut français où une partie des organisateurs ont été invités.

La prison de Sultanahmet, actuel musée des arts islamiques

2Le premier rendez-vous de la journée a lieu à 10h00 le matin du 24 avril 2015 devant le musée des arts islamiques, derrière la Mosquée Bleue, à Sultanahmet. Les manifestants sont peu nombreux et les journalistes présents paraissent doubler leur effectif. Plus loin sur la place, un nombre important de policiers en civil, aisément identifiables à leur veste réversible et à leurs oreillettes, observent la foule, silencieux. Des pancartes où apparaissent des visages en noir et blanc sont brandies tandis que sont lus au microphone les noms des intellectuels arméniens déportés cent ans auparavant. Les visages des pancartes sont les visages des intellectuels, et le musée des arts islamiques devant lequel ce public s’est réuni a été leur geôle. Le nombre de manifestants présents augmente doucement et attire touristes et badauds. À 11h45, comme prévu, la centaine de personnes rassemblées se met en marche vers Eminönü où une embarcation les attend.

Photographie 8: Rassemblement devant le musée des arts islamiques lors des commémorations du génocide des Arméniens organisées à Istanbul le 24 avril 2015

Photographie 8: Rassemblement devant le musée des arts islamiques lors des commémorations du génocide des Arméniens organisées à Istanbul le 24 avril 2015

Adrian Foucher

3La marche du musée des arts islamiques à Eminönü se fait sans chants, slogans ni mouvement particulier. Pancartes et banderoles sont tournées vers le sol. Le groupe s’étire en une longue file disloquée, loin de l’image que l’on peut attendre d’un cortège. Ces marcheurs sont d’ailleurs si anonymes que des restaurateurs tentent de les rabattre, les prenant pour des touristes. Aucun signe extérieur ne permet de les distinguer davantage, si ce n’est la fleur violette que certains ont épinglée sur leur poitrine. La raison de cet anonymat est, semble-t-il, de protéger les manifestants et de ne pas heurter les passants. Les policiers en civil suivent la foule à bonne distance jusqu’à ce qu’elle embarque.

La traversée du Bosphore

4Sur le navire sont présentes environ 200 personnes. De nouvelles personnes se sont ajoutées à celles qui avaient manifesté devant le musée. Les nationalités sont diverses et les langues dominantes à bord sont l’anglais américain, le français et le turc. Quelques personnes échangent en arménien et sont également présents des Néerlandais, des Argentins et des Allemands. Le bateau se dirige vers Haydar Pacha sur la rive asiatique. À bord est jouée la Divine Liturgie arménienne composée par Komitas, artiste et homme d’église arménien décédé en 1935 à Villejuif et enterré à Erevan. Les personnes réunies semblent faire peu à peu connaissance, les groupes se mélangent et les participants isolés ne marchent désormais plus seuls.

Haydar Pacha

5Haydar Pacha est la gare ferroviaire de la rive asiatique d’Istanbul. Située face au Bosphore, ce fut le point de départ des déportations des intellectuels arméniens le 24 avril 1915. Sur les marches de la gare, face à la locomotive à charbon exposée sur le parvis, les manifestants rejoignent d’autres groupes déjà en place. Plusieurs discours sont à nouveau prononcés en turc et en anglais et les organisateurs continuent de réciter les noms des déportés du 24 avril. Les pancartes sont à nouveau déployées, beaucoup plus nombreuses, formant un mur de portraits et de revendications devant le bâtiment historique. On peut lire, lorsque c’est écrit en anglais : “Recognize genocide” ou encore “This building is a scene of crime”. Le portrait de Hrant Dink est également visible parmi les visages déployés. Certains manifestants sont allés jusqu’à se lier les poings d’une corde. L’effet visuel est saisissant et la couverture médiatique est importante.

  • 1 Marchand, Laure et Perrier, Guillaume, La Turquie et le fantôme arménien, Solin Actes Sud, juin 201 (...)

6Après un peu plus d’une heure de sit-in, vers 14 h la foule se disperse à nouveau pour déjeuner avant de se retrouver à Şişli, dans l’un des plus importants cimetières arméniens d’Istanbul, devant la tombe de Sivag Balıkçı, jeune turc d’origine arménienne tué pendant son service militaire un 24 avril. L’enquête officielle a conclu à un accident, mais des doutes persistent. Guillaume Perrier, journaliste au Monde, notamment, rapporte dans son ouvrage La Turquie et le fantôme du génocide arménien le témoignage de la mère de Sevag. Des jeunes soldats témoins du drame lui auraient confié que le tueur avait intentionnellement abattu Sevag. Mais ils se seraient rétractés lors de l’audience au tribunal1.

Photographie 9 : Rassemblement devant la gare d’Haydar Pacha lors des commémorations du génocide des Arméniens organisées à Istanbul le 24 avril 2015

Photographie 9 : Rassemblement devant la gare d’Haydar Pacha lors des commémorations du génocide des Arméniens organisées à Istanbul le 24 avril 2015

Adrian Foucher

Le cimetière arménien de Sisli

  • 2 Ibid., pages 140-141.

7Le cimetière arménien de Şişli, au nord de Taksim, est extrêmement bien entretenu. La foule, de plus en plus nombreuse, tente de se réunir autour de la tombe de Sevag Balıkçı, mais déborde dans les allées alentours. Outre le fait que Sevag Balıkçı semble avoir été assassiné en raison de ses origines arméniennes, le coup de feu qui lui a ôté la vie a été tiré un 24 avril (2012), date éminemment significative pour les communautés arméniennes. Aujourd’hui, le tireur continue de prétendre que le coup est parti tout seul, alors qu’il remettait son arme en place. L’avocat de la famille Balıkçı, qui a également travaillé sur le dossier Hrant Dink, souligne les points communs de l’assassin du journaliste arménien et de celui de Sevag. Le tireur, Kıvanç Ağaoğlu, vient d’Elazığ, une ancienne cité arménienne aujourd’hui bastion du nationalisme turc, tout comme Ogün Samast (l’assassin de Hrant Dink). Partisan d’un courant politique d’extrême droite, le BBP (Büyük Birlik Partisi, Parti de la Grande Unité), son père en dirigeait une section locale. Par conséquent, l’avocat de la famille Balıkçı dénonce le maquillage de la scène de crime, la pression menée sur les témoins, probablement par l’armée elle-même, et la disparition de certaines pièces à conviction du dossier2.

8Face à la pierre tombale, les parents de Sevag se recueillent et un prêtre entame des chants arméniens. La mère du jeune homme décédé est effondrée et au premier rang, les journalistes jouent des coudes pour placer au mieux leurs objectifs.

Photographie 10 : Portrait de Sevag, jeune turc d'origine arménienne décédé dans des circonstances suspectes lors de son service militaire

Photographie 10 : Portrait de Sevag, jeune turc d'origine arménienne décédé dans des circonstances suspectes lors de son service militaire

Adrian Foucher

Le rassemblement sur l’avenue Istiklâl

9Depuis les événements du parc Gezi en 2013, il n’est plus possible pour les stambouliotes de se réunir place Taksim où est proscrite toute forme de rassemblement. Le dernier rendez-vous de la journée a donc lieu sur l’avenue Istiklâl, à 100 mètres de la place Taksim, devant l’Institut français où seront invités dans la soirée une partie des organisateurs. Il est extrêmement difficile d’estimer le nombre de personnes rassemblées pour cet événement. Un important dispositif de sécurité est déployé, encadrant les manifestants, mais autour de ce cordon humain se rassemble de plus en plus de monde. Quelques pancartes déjà aperçues dans l’après-midi sont visibles, mais semblent disséminées au sein de cette foule importante. Un discours difficilement audible est prononcé au centre de cette masse humaine tandis que plus bas, sur le boulevard, une contre-manifestation se fait entendre.

10Ce contre-rassemblement compte des membres d’un parti relativement peu connu en Turquie, le HKP (Halkın Kurtuluş Partisi, Parti de la libération du peuple). D’inspiration marxiste-léniniste, ce parti d’extrême gauche est également nationaliste et voit dans la reconnaissance du génocide arménien un acte impérialiste occidental. Maintenus à distance par un régiment de forces de l’ordre, ils ne sont qu’une trentaine et leurs rangs semblent essentiellement composés de retraités et d’étudiants.

11Le cortège de manifestants commémorant le génocide des Arméniens a cherché à reconstituer le parcours suivi 100 ans plus tôt par les intellectuels arméniens d’Istanbul, tout d’abord enfermés dans la prison de Sultanhammet, puis déportés depuis la gare d’Haydar Pasha. La variété des origines des personnes ayant participé à cette manifestation et ayant effectué le déplacement à cette occasion, alors que des commémorations encore plus importantes avaient lieu à Erevan, sont des indices importants des changements survenus en Turquie.

Notes

1 Marchand, Laure et Perrier, Guillaume, La Turquie et le fantôme arménien, Solin Actes Sud, juin 2013, p.140.

2 Ibid., pages 140-141.

Table des illustrations

Titre Photographie 8: Rassemblement devant le musée des arts islamiques lors des commémorations du génocide des Arméniens organisées à Istanbul le 24 avril 2015
Crédits Adrian Foucher
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1983/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre Photographie 9 : Rassemblement devant la gare d’Haydar Pacha lors des commémorations du génocide des Arméniens organisées à Istanbul le 24 avril 2015
Crédits Adrian Foucher
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1983/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 592k
Titre Photographie 10 : Portrait de Sevag, jeune turc d'origine arménienne décédé dans des circonstances suspectes lors de son service militaire
Crédits Adrian Foucher
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1983/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 370k

© Institut français d’études anatoliennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable