Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects économiques, culturels et mémoriels de la relation turco-arménienne

 | 
Elshan Mustafayev
, 
Adrian Foucher

Conclusion

Texte intégral

1Les relations turco-arméniennes ont connu à notre sens une évolution à double vitesse. Si l’on s’en tient à l’observation des acteurs officiels, les relations entre la Turquie et l’Arménie n’ont pas connu d’avancée particulière depuis l’arrivée au pouvoir de l’AKP et la publication du dossier de Burcu Gültekin. Aucun des deux pays ne possède de représentation diplomatique de l’autre pays et la frontière reste officiellement close depuis sa fermeture en avril 1993. Ceci étant, malgré cet immobilisme, différents types d’échanges existent entre la Turquie et l’Arménie dont nous avons essayé de témoigner dans ce dossier. Ces exemples montrent que Turcs et Arméniens n’ont jamais rompu complètement le dialogue et que la frontière turco-arménienne se caractérise par une herméticité relative, notamment dans le domaine des échanges économiques. En revanche, les sociétés civiles des deux pays mènent une activité pro-rapprochement beaucoup plus intense qu’avant 2004. Côté turc, l’assassinat du journaliste d’origine arménienne Hrant Dink semble avoir agi comme un électrochoc auprès d’une partie de la population. Nombre des acteurs militant pour le rapprochement turco-arménien interrogés nous ont en effet déclaré que la mort de Hrant Dink avait été l’élément déclencheur de leur engagement militant.

2Bien que ces acteurs soient issus d’horizons sociaux, géographiques et communautaires divers, leurs moyens d’action ont plusieurs caractéristiques communes. La plupart des projets pro-rapprochement agissent en effet dans le domaine culturel (littérature, cinéma, musique, cuisine…) dans le but de permettre à la population turque de découvrir la culture arménienne. Pour reprendre les propos de Monsieur Tomasyan, directeur de la maison d’édition Agos, « l’idée est de permettre aux Turcs et aux Arméniens de discuter tranquillement autour d’une tasse de thé des nombreuses choses qu’ils ont en commun » et non pas de ce qui les sépare. Ces actions dénuées d’enjeux politiques directs ne sont ainsi pas sujettes à polémique. Lorsque les actions n’étaient pas entièrement entreprises par la société civile, il nous est apparu que plus les initiatives de rapprochement avaient lieu à l’échelle locale, plus elles pouvaient revêtir une forme officielle. À l’inverse, plus l’initiative avait lieu à l’échelle étatique, plus elle était cachée. La comparaison entre la rénovation des églises d’Akthamar à Van, initiée par le ministère de la Culture et du Tourisme de Turquie, et de Saint Giragos à Diyarbakır, initiée par une association locale avec le soutien financier et technique de la mairie, illustrent bien cet état de fait. L’église de Van est avant tout actuellement un site touristique payant mentionnant à peine les origines arméniennes du lieu et dont l’installation de la cloche a créé une importante polémique, tandis que l’église de Diyarbakır se présente davantage comme un lieu de mémoire et de témoignage d’une présence arménienne ancestrale dans cette région. Il serait sans doute naïf d’affirmer que la rénovation de l’église de Diyarbakır a été menée sans songer à son potentiel touristique, néanmoins l’entrée dans l’église est gratuite et de nombreuses informations de qualité sont disponibles quant à la présence arménienne à Diyarbakır avant la Première Guerre mondiale.

3Enfin, nous avons été surpris de constater à quel point la géographie influait sur la présence des acteurs pro-rapprochement. Sans surprise, la plus grande partie des associations militant pour le rapprochement turco-arménien se situent à Istanbul, ville phare de la société civile turque. Les projets pro-rapprochement connaissent également un succès important à Diyarbakır où la municipalité, comme nous l’avons vu, mène une politique favorable aux minorités. En revanche, les provinces frontalières de l’Arménie (Kars, Iğdır, Erzurum et Van) sont extrêmement peu réceptives à ce type d’initiatives, y compris les individus ayant a priori un profil politique plus ouvert sur la question, comme par exemple les sympathisants du HDP. La présence de monuments à la mémoire des Turcs et Kurdes massacrés par les Arméniens et les nombreux entretiens que nous avons menés nous font penser que dans ces provinces les Arméniens sont davantage considérés comme les agresseurs, preuve de l’influence locale de l’historiographie nationale dominante.

4Pour conclure, si les relations turco-arméniennes ont connu quelques avancées à l’échelle locale et dans des cercles très restreints de la société civile, un long chemin reste encore à parcourir avant que « la porte close de l’Orient », selon l’expression de Burcu Gültekin, ne vienne à s’ouvrir.

© Institut français d’études anatoliennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable