Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects économiques, culturels et mémoriels de la relation turco-arménienne

 | 
Elshan Mustafayev
, 
Adrian Foucher

2. À la rencontre des acteurs militant pour le rapprochement turco-arménien sur le territoire national turc

Texte intégral

  • 104 Çuhadar, Esra et Gültekin Punsmann, Burcu, Reflecting on the Two Decades of Bridging the Divide: Ta (...)
  • 105 Un idiome existant en arménien et en turc, qui pourrait se traduire en français par : « Combien de (...)

1Selon une étude conduite par Esra Çuhadar et Burcu Gültekin Punsmann104 « entre 1995 et 2000, 64 initiatives ont été menées pour rapprocher les Arméniens d’Arménie, ou de la diaspora, et les Turcs ». Comme nous l’avons évoqué dans l’introduction, une des caractéristiques de ces initiatives est l’implication d’acteurs tiers externes qui fournissent une aide matérielle et un soutien « symbolique ». Malgré leur aspect local, donc parfois peu visibles, ces initiatives ont permis de mettre sur pied de nouveaux canaux de communication entre les deux pays dans un contexte d’absence de tout dialogue interétatique. Une autre caractéristique de ces initiatives est leur capacité à se déployer dans un contexte social hostile et faire parfois face à des mesures coercitives et restrictives de la part des appareils étatiques des deux pays. Cette situation conduit automatiquement les protagonistes de la normalisation à investir davantage dans des axes de coopération moins polémiques, pour ne pas s’attirer les foudres de l’opinion publique ni la censure des institutions publiques. Le choix d’un terrain politiquement neutre, que ce soit dans les domaines culturel, artistique, académique, etc., a permis aux acteurs engagés de déverrouiller les portes de l’espace public et de s’y exprimer. La préférence pour ces secteurs d’activités mettant de côté des sujets historiques et politiques, jugés dérangeants, permet aussi aux intermédiaires étrangers (fondations, ambassades, centres de recherche etc.) de s’impliquer dans le processus et de désamorcer les réactions des détracteurs de la normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie. La participation d’une multitude d’acteurs extérieurs dans l’organisation de l’événement Beraber az mı tuz ekmek yedik105 dans la province de Kars est significatif à cet égard. Organisé autour de la cuisine locale, l’événement réunissait des femmes arméniennes et turques originaires des régions frontalières des deux pays et visait à mettre en avant les points en commun de l’hospitalité turque et arménienne. Dépourvu de tout aspect politique, l’événement n’a connu aucune entrave, ni de la part des autorités bureaucratiques et politiques ni de la part du public, et a encore une fois bénéficié du soutien d’acteurs extérieurs tiers telles les ambassades des États-Unis et de Suisse.

I. Espaces de dialogue alternatifs : l’activité de la société civile au sein de l’espace politique turc

Acteurs associatifs

  • 106 “Türkiye ve Ermenistan’daki sosyal hayatı, ortak tarihi, kültür ve sanat konularını kapsayan bu çal (...)

2Capitale économique et culturelle de la Turquie, Istanbul est également le centre névralgique de la société civile active dans le rapprochement turco-arménien. L’une des ONG les plus actives dans ce domaine est Anadolu Kültür, fondée en 2002 par l’homme d’affaires et mécène turc Osman Kavala (avec le soutien financier d’Open Society). L’un des quatre axes d’activités de cette organisation, dont le siège se trouve au cœur d’Istanbul, porte sur le « dialogue culturel artistique avec l’Arménie » dans le cadre duquel ses membres élaborent des projets « englobant la vie sociale, l’histoire commune, la culture et les arts » et dont l’objectif est de « rapprocher les deux sociétés l’une de l’autre »106.

Anadolu Kültür

  • 107 Nombre de films sont ainsi tournés dans l’un des deux pays, voire dans les deux, et prennent la for (...)
  • 108 Selon le site Internet de la plateforme, les financeurs du projet sont les suivants : la Fondation (...)

3Selon une de ses employées, elle-même d’origine arménienne, Anadolu Kültür serait « une des premières organisations turques à travailler avec l’Arménie, depuis 2005 ». En effet, Anadolu Kültür conduit différents projets culturels dont l’essence même est « de trouver des intérêts communs entre les membres des sociétés turques et arméniennes dans le but de créer une opportunité de coopération entre eux », nous a confié l’employée de l’ONG. À ce propos, cette organisation a établi en partenariat avec The Golden Apricot Erevan International Film Festival, un projet de coopération dans le domaine cinématographique, « Plateforme de cinéma turco-arménienne » [Ermenistan-Türkiye sinema platformu], dont le but est de « faciliter la coopération entre les cinéastes des deux pays (Arménie et Turquie) afin de développer une vision commune des œuvres de leurs deux pays et développer le nombre de coproductions »107 de films et de courts-métrages dont les équipes de réalisation sont mixtes. Financièrement soutenue par diverses représentations diplomatiques et fondations étrangères108, la Plateforme a alloué depuis 2010 des fonds aux réalisations conjointes de films arméniens et turcs dont certains ont par la suite été diffusés au 30eInternational Istanbul Film Festival. « Nous aimons le cinéma et nous croyons en son pouvoir pour guérir, réconcilier et faire la paix. Nous croyons que le cinéma peut nous aider à dire des choses que nous n’avons pas dites pendant des décennies, et nous aider à nous connaître » comme le proclame la page Internet du projet, qui indique en outre l’objectif de mettre en place un réseau de cinéastes amateurs turcs et arméniens.

  • 109 Selon le témoignage d’un des coorganisateurs de l’orchestre, les autorités arméniennes auraient emp (...)

4Ermenistan-Türkiye Gençlik Senfoni Orkestrası [l’Orchestre symphonique arméno-turc de la jeunesse] est un autre projet parrainé par Anadolu Kültür, lequel est de même nature que le programme cinématographique cité précédemment. Composé exclusivement de jeunes musiciens d’origine arménienne et turque, cet orchestre donne des concerts au répertoire varié : musique classique, réorchestration de morceaux folkloriques. Le groupe se produit en Turquie et en Arménie et a également participé à un festival international à Berlin en 2012109.

5Dans la même veine, lʼONG franco-arménienne Yerkir Union, par l’intermédiaire d’un groupe de musique composé de jeunes (Van Project), a effectué un travail commun avec Anadolu Kültür, ayant pour objet « la tradition locale musicale en Anatolie et l’héritage des traditions musicales des Arméniens qui y ont autrefois vécu »110. Le groupe a donné des concerts dans différentes localités en Turquie et a même réuni des ethnomusicologues turcs et arméniens afin de mener en commun des enquêtes de terrain. L’organisation de trois concerts (à Erevan, Van et Istanbul) par des praticiens de la musique folklorique arménienne et kurde et la conduite de travaux de recherche autour de ce sujet dans le cadre du projet –financé par l’UE (voir plus bas)– Kadın Âşık ve Dengbêjler Projesi111, illustre comment des acteurs de la société civile arrivent à mobiliser des citoyens turcs et arméniens autour de thématiques dépolitisées, éloignées des polémiques et afin d’ouvrir des voies de dialogue et de bâtir des ponts de communication entre ces deux sociétés.

  • 112 Turkiye-Ermenistan Sinema…, op. cit.

6Sur le fond, ces projets ne proposent pas seulement une somme d’efforts communs, mais bien la création d’une ouverture afin de « pousser l’un à s’intéresser à l’autre », et surtout « de dire des choses que (les deux côtés)…n’ont pas été capables de prononcer pendant des décennies »112. En ce sens, l’orientation sectorielle des initiatives d’Anadolu Kültür dans le domaine des arts et de la culture permettrait, selon les dires de l’employée de l’ONG interrogée, une expression conjointe qui est impossible pour les officiels. L’organisation d’ateliers au cours desquels des peintres arméniens et turcs se rencontrent, discutent et créent des conditions pour un réseau professionnel ; l’organisation d’expositions où sont montrées des œuvres photographiques mixtes réalisées par des Turcs et des Arméniens constituent des exemples parmi d’autres.

7Nous voudrions également attirer l’attention sur un autre projet conduit par les membres d’Anadolu Kültür en partenariat avec les acteurs de la société civile arménienne. Financé par le Federal Foreign Office of Germany et réalisé par des partenaires tels que le Centre pour les études ethnologiques d’Arménie, Hazarashen, l’Union des acteurs arméniens, et Deutche Welle International, l’objectif principal du projet Speaking to One Another [Birbirimizle konuşalım] était « d’utiliser les méthodes de formation continue, les échanges interculturels et des travaux sur la tradition orale pour former un pont entre les sociétés turque et arménienne et ainsi contribuer au processus de réconciliation des deux communautés ». Le projet, suivant trois stades, a réuni tout d’abord des étudiants turcs et arméniens dans le cadre d’un camp d’été en Arménie durant lequel les étudiants ont suivi ensemble des formations théoriques sur l’histoire et la tradition orale, et ont participé au processus d’élaboration d’une recherche encadrée par des universitaires turcs et arméniens. Les résultats de ces recherches ont été publiés en deux éditions, une version bilingue turco-arménienne et une version anglophone intitulée Speaking to One Another: Personal Memories of the Past in Armenia and Turkey. Dans un deuxième temps, les participants ont été formés à la photographie et à la manipulation de matériel vidéo afin de leur donner les moyens de réaliser leurs propres documentaires et photographies. Ainsi, formés de cette même manière en Turquie, en Arménie, ainsi qu’en Allemagne, les participants ont partagé leurs expériences lors d’une conférence internationale à Erevan, publiée ensuite sous la forme d’un livre intitulé Prospects for Reconciliation: Theory and Practice. Conçue conjointement par un Turc et un Arménien de la diaspora, une exposition itinérante a ensuite été montée, à partir des données audiovisuelles, photographiques et textuelles. L’exposition a circulé dans différentes villes turques et arméniennes (Istanbul, Diyarbakır, Antakya, Yerevan, Gyumri, Ijevan et Vanadzor). Enfin, pour la phase finale du projet, l’ensemble des œuvres produites, de nature photographique, littéraire et vidéographique, a été rassemblé lors d’une exposition accueillie à Tbilissi et Batoumi (Géorgie), à Nicosie (Chypre) ainsi qu’à Berlin et à Paris.

  • 113 Interview avec T. à Anadolu Kültür, Istanbul, le 19 février 2015.

8Nos observations à travers l’exemple de cette ONG nous ont amené à conclure que les membres de la société civile turque travaillant à la normalisation des relations turco-arméniennes s’appuient sur des sources financières issues du domaine public et privé, en Turquie et à l’étranger, afin de développer leurs propres projets, ou répondent à des appels d’offres d’organisations étrangères, comme le programme Support to the Turkey Armenia normalisation process financé par l’instrument de stabilité de l’Union Européenne, que nous étudierons plus loin. Les partenaires publics sont fréquemment européens et nord-américains, ambassades des États-Unis et de Suisse par exemple, les instituts de recherche étrangers basés à Istanbul. Les fondations des Arméniens de la diaspora sont aussi particulièrement actives. Selon l’employée d’Anadolu Kültür, rencontrée dans son bureau à Istanbul à proximité de la place Taksim113, les ONG travaillant à la normalisation des relations turco-arméniennes sont bien souvent à l’initiative de leurs projets.

Support to the Armenia-Turkey Normalisation process (SATNP) : le « coup de pouce européen »

Le SATNP est un programme financé par l’instrument de stabilité de l’Union européenne. Son objectif, comme son nom l’indique, est de contribuer à la mise en place des projets menés conjointement par des acteurs de la société civile turque et arménienne. Doté d’un budget de 2 millions d’euros, ce pogramme a débuté en juillet 2014 et pris fin en juin 2015. De nombreuses missions ont été menées, dont certaines ont attiré notre attention en raison de leur efficacité : un soutien aux médias ; des émissions de télévision permettant un échange entre Turcs et Arméniens ; le financement de voyages transfrontaliers pour professeurs, étudiants, artistes, architectes et entrepreneurs ; l’octroi de crédits pour mener des recherches dans le domaine de l’économie et du commerce bilatéral et enfin l’organisation d’un colloque international. Afin de mener à bien ce programme sur le terrain, huit organisations ont été mandatées au sein d’un consortium constitué pour orchestrer la coordination et le bon déroulement de l’évènement : quatre d’entre elles implantées en Arménie et les quatre autres en Turquie.
Les organisations turques ayant travaillé sur le projet sont :
Anadolu Kültür, dont il a été question précédemment ;
The Economic Research Foundation of Turkey [TEPAV, en turc Türkiye Ekonomi Politikaları Araştırma Vakfı], think tank d’économistes et de politologues base à Ankara ;
Helsinki Citizens’ Assembly (hCa), organisation indépendante dont les activités sont dédiées aux droits de l’Homme, à la paix et au respect des diversités en Turquie et dans le monde.
et enfin la Fondation Hrant Dink.
Les organisations arméniennes quant à elles sont :
Civilitas Foundation qui œuvre au respect des droits de l’homme en Arménie et étudie la place de ce pays dans la région ;
Eurasia Partnership Foundation s’intéresse également aux droits de l’homme, à l’indépendance et à la diversité des médias, à la jeunesse ainsi qu’aux relations turco-arméniennes et aux relations entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan ;
Public Journalism Club qui rassemble depuis 2011 des journalistes et des experts du monde des médias afin d’assurer l’existence d’une presse libre et diversifiée ;
et enfin le Regional Studies Center, think tank qui étudie les questions sécuritaires, économiques et de gouvernance relatives à l’Arménie.
Armenia-Turkey Normalisation Process a ainsi organisé 55 évènements répartis comme suit : 17 dans la province d’Istanbul et essentiellement à Istanbul même ; trois à Van et un dans chacune des villes dʼIzmir, Ankara, Antalya, Gaziantep et Diyarbakır. Enfin, 30 événements ont été organisés à Erevan et dans ses alentours.

9Outre les ONG, les institutions académiques et les autres organismes au statut officiel et dont les activités sont financées par des bailleurs de fonds internationaux, d’autres acteurs n’ayant pas de statut officiel travaillent aux rapprochements turco-arméniens comme Nor Radyo et le collectif DurDe.

Nor Radyo

10Nor radyo permet l’écoute d’émissions aux thématiques variées et dont les programmes sont émis jusqu’en neuf langues différentes dont le kurde, le zaza et les différents dialectes arméniens. Les thèmes des émissions sont essentiellement d’ordre socioculturel et ont pour objectif de donner

la parole aux minorités grâce à un fonctionnement participatif. Un individu souhaitant s’exprimer sur une thématique particulière n’a ainsi qu’à adresser un mail au comité de direction, qui acceptera ou non le projet. Le conseil se rencontre chaque mois afin d’étudier les différentes propositions et d’organiser l’agenda des émissions

11nous explique monsieur S., un des fondateurs de l’organisation. Cette initiative entreprise suite à l’assassinat de Hrant Dink et a été menée par les membres d’un mouvement dʼArméniens de Turquie, appelée Nor Zartonk114 (ou le « Nouveau Réveil »). Nor Radyo refuse de s’associer à un parti politique ou à une idéologie, néanmoins notre témoin, nous explique que le contenu des émissions touche essentiellement un public se situant à gauche sur l’échiquier politique turc et issu de diverses communautés minoritaires. La devise de la radio est « toutes les voix du monde, unissez-vous » [Dünyanın tüm sesleri, birleşsin!]. Faute de moyens financiers permettant notamment l’usage d’une fréquence radio pour émettre des programmes, les émissions sont diffusées sous forme de podcasts sur Internet. Libres d’espaces publicitaires, elles sont financées en partie grâce à des cours de langue arménienne dispensés dans un local loué par une association stambouliote, Ermeni Kültürü ve Dayanışma Derneği (EKDD, Association de culture et de solidarité arménienne), fondée elle aussi à l’initiative de Nor Zartonk. Nor radyo prend garde à ne délivrer aucun message patriotique ou communautaire de quelque nature que ce soit. Par exemple, selon l’un de ses fondateurs, la diffusion d’une chanson populaire en Arménie mais aux accents nationalistes et glorifiant l’armée arménienne dans le conflit du Haut-Karabakh, n’est pas souhaitable.

  • 115 Kasparyan, Hrant, “‘Tuzla Ermeni Yetimhanesi yıkılmasın!’ #KampArmen,” Nor Zartonk 28 avril 2015. U (...)

12En se définissant comme une plateforme de discussion ouverte permettant la rencontre et l’échange de différent points de vue et idées, l’association Nor Zartonk invente un répertoire d’actions low cost reposant sur ses propres ressources, ce qui lui permet de garder sa liberté d’action et son autonomie. Cet autofinancement est une des caractéristiques intéressantes de Nor Radyo, de même que sa possibilité d’aborder des sujets polémiques à travers ses émissions (par exemple, la destruction d’un ancien centre d’orphelinat arménien à Tuzla)115, alors que les ONG que nous avons évoquées précédemment mettent en place des projets plus neutres.

DurDe

13Le collectif DurDe [Dis stop !], qui a des liens étroits avec l’organisation anti-raciste européenne EGAM116, a pour objectif principal de réunir « ceux qui luttent contre le racisme, le nationalisme, les crimes de haine, les discriminations ethniques, l’antisémitisme et l’islamophobie »117. Le collectif a été initié par un groupe de militants de gauche suite à l’assassinat de Hrant Dink en 2007, tout comme Nor Radyo118. D’une manière générale, les militants interrogés dans le milieu associatif turc, dont la moyenne d’âge tourne autour de trente ans, ont souligné l’impact qu’a eu l’assassinat de Hrant Dink sur leur engagement militant. Interrogé sur la position de DurDe concernant la normalisation des relations turco-arméniennes, Levent S., « porte-parole » de ce mouvement militant, a exprimé la volonté du collectif de mener une campagne, tout au long de 2015 dans le but de « faire reconnaître le génocide » et de « demander pardon aux Arméniens ». Le terme « porte-parole » est mis entre guillemets, car la plateforme DurDe, « bien qu’active à Istanbul », selon les propos de son porte-parole interrogé « n’a déposé aucun statut ». Elle n’est ni une association ni une entreprise et se définit comme un mouvement citoyen et une plateforme d’échanges. De ce fait, l’organisation n’a ni président, ni trésorier, ni secrétaire. Leurs réunions auraient le plus souvent lieu dans des cafés et leurs actions (distributions de tracts, manifestations…) seraient financées grâce aux donations de ses membres. D’après Levent S., le mouvement DurDe coopère avec des associations et membres de la diaspora arménienne et a notamment organisé une série de conférences ouvertes au grand public dans le cadre de sa campagne à l’occasion des commémorations. Selon son site Internet, ses membres auraient participé à différents évènements en Arménie en avril 2015.

14À Kadıköy, sur la rive asiatique d’Istanbul, nous avons pu assister à l’une des réunions-conférence à l’intérieur d’un des bars de la rue Kadife. La distribution de journaux et de tracts de gauche témoigne de la sensibilité politique des organisateurs de cet événement. Les conférenciers, deux jeunes originaires d’Adıyaman, région connue pour son conservatisme religieux, se réclament de leur origine arménienne. Récemment baptisés, ils revendiquent leur foi chrétienne et le retour à leurs racines. Installé à Istanbul depuis son plus jeune âge, l’un d’entre eux, Ferhat, nous confie après la conférence que le milieu métropolitain stambouliote lui a permis de pratiquer sa religion plus aisément. À son sens, l’éloignement du milieu provincial permet aux « Arméniens islamisés » ou « crypto arméniens » de s’affranchir de la pression sociale exercée dans les villages. Les deux jeunes hommes sont militants dans un parti politique turc d’extrême gauche. Ferhat est enseignant au sein d’une école primaire stambouliote et loue avec son cousin un appartement à Istanbul. Tous deux portent un nom turc et un nom arménien et s’ils mènent une activité associative et militante importante, ils nʼen laissent rien paraître dans leur vie professionnelle.

  • 119 Nous tenons à souligner qu’il est possible de trouver des témoignages divergents par cette personne (...)
  • 120 Les propos suivant sont issus de l’entretien mené avec Monsieur Tomasyan, dans les locaux de la mai (...)

Hrant Dink
En tant que fondateur d’Agos, Hrant Dink avait acquis un rôle de porte-parole de la communauté arménienne et fut un symbole de dialogue entre Arméniens et Turcs, un rôle auquel son assassinat a brutalement mis fin. L’assassinat de Hrant Dink et le procès de son assassin ont en effet contribué à l’ouverture d’un débat dans l’espace public. D’ailleurs selon Raymond Kévorkian, l’ouvrage de Fethiye Çetin (avocate d’Agos, amie et conseillère de Hrant Dink) intitulé Le livre de ma grand-mère, n’aurait certainement pas eu de telles retombées sans le travail de fond mené au préalable par Hrant Dink.
L’employée d’Anadolu Kültür, qui a en outre travaillé à Aras comme interprète et connaît bien les bureaux d’Agos, est également d’avis que la mort de Hrant Dink a joué le rôle d’électrochoc auprès de la population. De même, Armen, un kurde de Diyarbakır ayant toujours connu ses origines arméniennes, a fait le choix de dévoiler publiquement ses origines suite à cet homicide et est aujourd’hui un membre actif de la communauté ayant permis la restauration de l’église Saint Giragos119. Converti au christianisme, il est distributeur officiel d’Agos à Diyarbakır et confie livrer une cinquantaine d’abonnés dans cette ville, où le nombre d’abonnés est bien supérieur. Yetvart Tomasyan, fondateur de la maison d’édition Aras, affirme également que le « dossier arménien » est moins sensible qu’il y a 10 ou 15 ans, la mort de Hrant Dink ayant contribué à « réveiller les consciences120 ».

La maison d’édition Aras

15La maison d’édition Aras, qui n’est pas une association puisqu’elle agit à des fins commerciales, s’inscrit également dans cette démarche de rapprochement par le biais de la littérature et de la culture. Située sur l’avenue Istiklâl à Istanbul, Aras a été fondée en 1993 sans jamais changer de ligne éditoriale. Elle contribue à la traduction dʼouvrages arméniens, ou relatifs à l’Arménie et à la diaspora arménienne, vers le turc quelle qu’en soit la langue d’origine. Un aperçu général à travers le catalogue de publications de cette maison d’édition laisse comprendre que les ouvrages traduits, sélectionnés par les quelques personnes composant l’équipe de direction, sont principalement des romans, des nouvelles, des ouvrages poétiques ou encore des ouvrages historiques et culinaires. Ce choix éditorial est volontaire et pour reprendre la formule de monsieur Tomasyan, directeur d’Aras, « les ouvrages d’Aras doivent être l’occasion pour les Turcs et les Arméniens de s’asseoir et de discuter ensemble autour d’un verre de thé ». Arméniens et Turcs ont en effet « beaucoup à partager en raison de leur importante histoire commune et ces ouvrages doivent être un moyen pour la population turque de découvrir la culture arménienne ». Seule « la manière douce » préparera les Turcs à la reconnaissance du génocide et « les braquer serait contre-productif », selon notre interlocuteur.

  • 121 Sur les commémorations à Diyarbakır ; Scalbert Yücel, Clémence, « Diyarbakır “l’Arménienne”. Retour (...)

16Depuis sa création, la maison d’édition a publié près de 150 ouvrages. La meilleure vente a été enregistrée par le roman de Migirdiç Margosyan, intitulé Gâvur Mahallesi [le quartier des infidèles]. Écrivain originaire de Diyarbakır, l’auteur raconte dans cet ouvrage la vie des Arméniens restés à Diyarbakır, à l’intérieur d’un quartier de la vieille ville (Hançepek Mahallesi où se trouve actuellement l’église arménienne Saint Giragos). Le livre a été ensuite adapté en documentaire et diffusé pour la première fois à Diyarbakır, le 24 avril 2015, en présence de la maire de la la municipalité métropolitaine de Diyarbakır, Gültan Kışanak, dans le cadre des commémorations du centenaire de 1915121.

  • 122 En effet, notre entretien avec monsieur Tomasyan au sein de la maison d’édition Aras, a brièvement (...)

17Monsieur Tomasyan indique que la maison d’édition entretient des liens étroits avec la diaspora arménienne et le reste de la communauté arménienne en Turquie. En France, l’éditeur travaille en partenariat avec la maison d’édition Parenthèse implantée à Marseille, qui publie également de nombreux ouvrages sur les Arméniens. Notre entretien chaleureux avec le représentant d’Aras nous a permis de prendre conscience des relations étroites entretenues entre les différents acteurs de la communauté arménienne et le microcosme formé par ces différentes associations122.

18Ainsi, tout comme, Nor Radyo et Anadolu Kültür, l’objectif d’Aras est de créer du contact entre Turcs et Arméniens en permettant aux « Arméniens de Turquie d’avoir accès à leur histoire et à leur culture et de permettre aux Turcs de découvrir la culture arménienne ».

  • 123 Lʼhistoire de lʼassociation est consultable sur son site Internet : http://www.haycar.com/hakkimizd (...)
  • 124 Reportage consacré à l’association Haycar. IMCTV, “Haycar”, Vidéo Dailymotion 22:03. Ajoutée par im (...)

HAYCAR
La communauté arménienne s’efforce de consolider ses ressources propres mettant à profit l’engagement et l’expertise de ses membres en axant ses activités sur le patrimoine arménien en Turquie. L’exemple de l’association HAYCAR est illustratif à cet égard. Elle affirme « réunir sous le même toit » [“bir çatı altında toplamak”, en turc] les ingénieurs et architectes arméniens citoyens de Turquie dans le but de « contribuer à la rénovation et restauration des œuvres culturelles qui reflètent » la culture et l’histoire arménienne123. Selon le témoignage d’un de ses fondateurs sur la chaîne pro-kurde IMC TV, l’acronyme HAYCAR est composé de Hay (arménien) et, Car, abréviation de caravert (architecte), et la totalité de ses membres (180 en 2012) sont des Arméniens de Turquie124. Les membres de l’association constituent une plateforme de spécialistes prêts à proposer leurs services pour tout travail de restauration relevant du patrimoine arménien.

19La recherche d’acteurs pro-rapprochement nous a permis de comprendre que différentes modalités de rassemblement existent pour les citoyens turcs. Souvent peu connues ou peu médiatiques, ces diverses modalités contribuent au processus que chercheurs et journalistes nomment la normalisation des relations turco-arméniennes. Certains de ces processus sont toutefois susceptibles de complètement échapper à l’espace médiatique ou de rester hors caméras et du cadre habituel de la conduite d’un « projet pour la normalisation » par une ONG. Simplement, il est possible de résumer la chose ainsi : « on n’en parle pas, mais ça existe ». La prochaine partie présente donc différents acteurs que nous avons eu l’opportunité de rencontrer et travaillant à leur échelle au rapprochement turco-arménien.

Témoignages et récits d’initiatives individuelles : Fatih et Şeyhmus Diken

20Nous nous sommes efforcés dans les paragraphes précédents de présenter diverses organisations et associations œuvrant à l’ouverture de la frontière turco-arménienne. Aussi, nous tenons à présenter le projet de Fatih, jeune étudiant à l’université de Van, qui nous offrira un éclairage sur les motivations qui l’ont poussé à s’engager personnellement dans le rapprochement turco-arménien.

Fatih

21Ce jeune étudiant en histoire de l’art à l’Université de Van , a mené de sa propre initiative un travail de recensement de plus de 200 œuvres du patrimoine arménien à Van. Effectué en raison de son intérêt personnel, et en lien avec son parcours universitaire, cette activité de documentation a débouché sur l’organisation d’excursions à l’adresse de son entourage constitué d’étudiants turcs ou de professionnels de divers secteurs (médecins, enseignants…) provenant des grandes villes de l’ouest de la Turquie. Cet entourage emploie désormais une partie de son temps libre à faire des randonnées culturelles à la découverte du patrimoine arménien. Lui-même kurde, Fatih explique ne pas avoir d’origine arménienne, mais souhaite mettre en lumière l’héritage culturel arménien de la province de Van

J’ai découvert une vieille habitation et des traces arméniennes anciennes partout où je suis allé à Van et dans ses alentours. Il doit y avoir une explication à ça. C’est que dans ces terres, les Arméniens ont autant de droits que les Kurdes.

22En tant que local, il nous assure avoir vu le premier Arménien de sa vie à 26 ans lors de la première cérémonie religieuse arménienne de l’église d’Akhtamar (il prononce Aktamar à la façon arménienne et non à la manière turcisée), qui sera plus tard ouverte au public sous la forme d’un musée.

Je suis parti en Arménie pour découvrir de mes propres yeux à quel point leur culture est proche de la nôtre et pour voir comment ces gens nous ressemblent. Ce peuple qui habite là-bas est notre autre moitié.

23Fatih désigne du doigt les reproductions d’anciennes coupures de presse occidentale traitant la répression subie par les Arméniens, fixées au mur du bar où nous l’avons rencontré. L’une des copropriétaires de ce bar, qui semble être d’origine arménienne (de Diyarbakır) lui a donné le nom Hınar en référence à « la grenade, fruit totémique du peuple arménien ». L’endroit a des allures de microcosme et rassemble à Van de nombreux étudiants originaires de l’ouest de la Turquie (Istanbul, Izmir et Ankara principalement).

24Bien que les activités de rapprochement dépendent davantage des associations et des milieux intellectuels, quelques acteurs politiques y participent également. Parmi ceux-ci, nous avons distingué des regroupements d’activistes de la communauté arménienne engagés sur différents dossiers sensibles, ainsi que les municipalités du parti HDP. Mais de manière générale, lorsque les « activités de rapprochement » existent, celles-ci se traduisent bien souvent par des projets d’ordre culturel. À l’image des projets menés par Anadolu Kültür mettant à profit les réseaux internationaux et la renommée philanthropique de son fondateur, ainsi que des projets menés par la Fondation Hrant Dink présente dans un grand nombre de programmes culturels promouvant la normalisation des relations turco-arméniennes. Nous avons également constaté que différentes ONG œuvrant à la normalisation des relations entre la Turquie et les Arméniens (que lʼon entende par là les Arméniens citoyens turcs, les Arméniens de la diaspora ou ceux qui viennent d’Arménie) grâce à des financements d’acteurs étrangers ne représentent qu’une partie des actions existantes. Comme nous l’avons souligné précédemment, bien des exemples à ce propos montrent que différents acteurs situés hors de l’espace médiatique contribuent à des avancées sur « la question arménienne ». L’Association des Arméniens et des Alévis de Dersim dans la région de Tunceli (Dersim), DERADOST, que le président Serkan Sarıataş qualifie d’association qui « s’efforce de créer des amitiés entre les deux pays », en est un bon exemple. Répondant à nos questions par e-mail, M. Sarıataş rapporte que son association avait lancé des cours de langue arménienne à Tunceli qui ont attiré « des Arméniens, des Kurdes, des Zazas et des Turcs » de la province, ainsi que des enseignants de l’université locale. Les membres de l’association semblent entretenir des relations avec la diaspora arménienne en raison des liens que les Arméniens originaires de Tunceli continuent de garder avec « la terre de leurs ancêtres ». Selon M. Sarıataş, les membres de la « diaspora » apportent leur aide à l’association Deradost en cas de problème rencontré lors de voyages organisés en Arménie. L’association souhaite la réouverture des frontières et la reprise des échanges économiques

Nous ne sommes pas en état de guerre avec l’Arménie, alors d’où vient cet embargo ? (…) les deux pays doivent créer des canaux de communication et ouvrir leurs portes pour faciliter nos voyages (…), pourquoi au lieu de faciliter notre vie, choisissent-ils de la rendre plus difficile ?

  • 125 Kharatian, Hranush, “Dersim’de kimlik araştırması: ikinci bölüm, Dersimʼin alevi olmuş Ermenileri,(...)

25s’interroge notre interviewé. Grâce aux statistiques ottomanes, il est prouvé que la population arménienne de Tunceli était à un tiers arménienne au début du 20e siècle125. Aussi, le fait qu’un grand nombre d’Arméniens soient devenus alévis pour échapper à la mort émerge dans les médias turcs, surtout après la déclaration de l’archevêque arménien, le vice-patriarche Aram Ateşyan dʼaprès qui « 90 % des habitants à Tunceli seraient d’origine arménienne ». Selahattin Gültekin, un habitant de cette province, a annoncé la création de l’Association de la Foi et de la Solidarité des Arméniens de Dersim, en 2010. Reconverti au christianisme, M. Gültekin a pris le prénom de Miran Pirgiç.

Je ne veux plus que les Arméniens de Dersim portent des prénoms turcs et kurdes. Nous devons vivre sans nous cacher. (..) Je suis en paix avec moi-même, après avoir vécu 50 ans avec les croyances des autres

  • 126 Pervin, Metin, “Dersimli Ermeniler derneklerini kurdu,” Sabah 19 novembre 2010. URL : http://www.sa (...)
  • 127 Ibid.

26dit au journaliste turc, M. Gültekin Miran Pirgiç126. Il a du reste suivi la procédure légale pour faire inscrire la mention « chrétien » ainsi que son nouveau prénom arménien sur sa carte d’identité turque et a obtenu satisfaction127. Notre interviewé, monsieur Sarıataş confirme également l’existence de ceux qu’on appelle parfois les « crypto Arméniens » et qui peinent à subsister dans un environnement hostile.

Il y a des Arméniens qui vivent sur ces terres, ceux qui ont échappé à l’épée. Ils ont choisi de vivre, ont changé, mais ont toujours gardé le feu à l’intérieur (…). Ils vivent sur leurs propres terres comme des immigrés.

Şeyhmus Diken

27Nous avons également eu l’opportunité de rencontrer l’écrivain de Diyarbakır Şeyhmus Diken, militant reconnu du droit des minorités de Turquie et les membres de la Fondation Ismail Beşikci qui participent activement aux évènements dédiés à la commémoration du génocide arménien.

  • 128 Çeko, Çetin, İsmail Beşikci’ye Ermenistan’da Gevorg Surenyants nişanı takıldı, T24 30 octobre 201 (...)
  • 129 Çelik Adnan et Dinç, Namıl Kemal, Yüz yıllık ah! Toplumsal Hafızanın izinde 1915 Diyarbekir, Ismail (...)

28Écrivain reconnu et passionné par l’histoire locale de Diyarbakır, Şeyhmus Diken nous explique avoir partagé dans son enfance de nombreux moments avec des Arméniens du quartier des « infidèles » de sa ville natale. Ces souvenirs nourrissent l’inspiration qui lui permet de continuer à écrire. Il fait partie du Conseil des Trente de la ville de Diyarbakır, conseil consultatif crée par la municipalité qui souhaite développer une plateforme d’expression pour toutes les minorités locales. Monsieur Diken a consacré trois de ses dix-huit romans à la vie et l’histoire des Arméniens de Turquie et entretient des relations avec la communauté arménienne de Turquie, surtout ceux originaires de Diyarbakır. D’autres auteurs à Diyarbakır publient sur ce sujet mais il est le seul à être traduit en anglais, français, allemand et arménien. Monsieur Diken s’est rendu deux fois en Arménie (en 2010 et 2011), la seconde fois grâce à la municipalité qui a réuni plusieurs membres de la communauté arménienne de Diyarbakır. Actif dans le mouvement politique kurde, il nous a invités à le rencontrer dans le local du journal Tigris, journal de Diyarbakır, afin d’illustrer l’attitude d’ouverture qu’a le mouvement kurde envers la cause arménienne en Turquie. Alors qu’il est également l’auteur d’une émission pour la chaîne de télévision IMC, proche du HDP, il a été amené à parler de la question arménienne en Turquie et utilise volontairement le terme génocide. Il est effectivement intéressant de découvrir l’activisme des organisations du mouvement kurde dans la défense des droits de la communauté arménienne en Turquie. L’une de ces organisations, la fondation Ismail Beşikçi est par exemple fréquemment le lieu d’évènements qui portent sur l’histoire et patrimoine des Arméniens en Turquie. Ismail Beşikçi, dont la fondation porte le nom, est un sociologue et écrivain turc militant pour les droits des minorités en Turquie (au premier chef ceux des Kurdes). Il a été décoré de la médaille Gevorg Surenyants par le Congrès des Arméniens occidentaux et l’Université d’État d’Erevan pour ses activités en faveur du combat des Arméniens en Turquie128. Selon le vice-président de la fondation, interrogé en son siège de l’avenue Istiklâl, les membres de la fondation sont très actifs dans la promotion de la mémoire arménienne locale dans les régions du sud-est de la Turquie : il cite par exemple la publication d’un livre à ce sujet129.

II. Dynamiques locales des relations turco-arméniennes

La politique locale des municipalités et la question arménienne

29L’exemple de l’étudiant de Van, ainsi que ceux d’autres personnes intéressées par les questions posées par l’héritage arménien de Diyarbakır après la rénovation de l’église de Saint Giragos, enfin la tentative avortée de construction du « monument à l’Humanité » à Kars rappelant un « passé » partagé avec les Arméniens, montrent que la « question arménienne » peut devenir un objet important pour les élus locaux. Elle est en effet susceptible de cliver l’opinion publique locale, en « pour » et « contre », et devenir un sujet de discorde dans la politique des municipalités. Ceci est surtout visible là où le discours du HDP ne rencontre d’écho qu’auprès une partie de la population. En effet, l’opposition locale est moins obstruante par rapport au processus de normalisation quand l’activisme du HDP paraît être dominant, comme à Van et à Diyarbakır, où son message est favorablement accueilli chez la majorité des locaux. La participation directe d’un député du HDP à l’évènement Beraber az mı tuz ekmek yedik (évoqué précédemment) alors que d’autres forces politiques locales, plus conservatrices, ne se sont pas rendues à l’événement, témoigne de ce clivage. L’organisation d’un concert donné par un musicien de jazz arménien a été également désapprouvée par les nationalistes de Kars, à commencer par le chef de la municipalité Murtaza Karaçanta, alors que son rival politique local y assistait au premier rang130. Les milieux nationalistes d’Iğdır, où les citoyens turcs d’origine azérie sont très présents, ont par exemple protesté contre la mise en place de panneaux de signalisation en arménien dans le district de Tuzla de la province d’Iğdır, alors que la municipalité tenue par le HDP a défendu le bien-fondé historique de cet acte131.

  • 132 DIHA, “Kürtlerin tarih sahnesine çıkmasıyla yok edilmiş kimlikler gün yüzüne çıktı,” Gazetevan 27 a (...)
  • 133 Outre le soutien d’une association étudiante à l’université Yüzüncü Yıl à Van, deux municipalités d (...)
  • 134 Voir l’extrait de cette interview : Demirtaş, Selahattin, “Selahattin Demirtaş: Ermeni soykırımı va (...)

30La municipalité de Van, dirigée par le HDP, a organisé une conférence sur le « 100e anniversaire des génocides arménien et assyrien »132. Les affiches relayant l’information faisaient bien mention du terme génocide. Interrogeant des locaux sur la nature des associations contribuant à la tenue de cet évènement, nous avons appris sans surprise l’investissement des partisans locaux du HDP133. Ainsi, dans un entretien donné à la chaîne CNN Türk, le co-président du parti, Selahattin Demirtas, a répondu sans circonlocution qu’il reconnaissait la réalité du génocide arménien et qu’il pensait que la Turquie devrait faire le nécessaire concernant cette question134. Encouragés par la ligne donnée par de hauts responsables du parti sur la question, les militants locaux lancent des activités capables de « conscientiser » l’opinion publique sur certains aspects de l’histoire : les bâtiments administratifs tenus par le HDP arborent des plaques où sont inscrites la traduction du nom en arménien (et également en arabe, en kurde et en assyrien), comme dans la municipalité de Sur à Diyarbakır. Un autre élément important qui attire l’attention est l’existence du grand nombre d’abonnés au journal Agos dans la ville de Diyarbakır, où le journal est présent dans la plupart des lieux publics.

31Le potentiel économique du tourisme culturel a encouragé les entrepreneurs locaux à prôner ouvertement l’ouverture des frontières entre la Turquie et l’Arménie. Directeur d’une agence de voyages, Ayanis, qui a participé à plusieurs reprises à des évènements financés par l’ambassade des États-Unis à Erevan et par d’autres organismes ayant réuni des hommes d’affaires actifs dans le secteur touristique, pense que l’ouverture du poste frontalier d’Alican à Iğdır serait de nature à dynamiser le tourisme local, Van se trouvant géographiquement à moins de trois heures d’Erevan. Cette situation rappelle celle de Diyarbakır où l’ouverture de l’église arménienne a encouragé le débat public et a incité les habitants locaux à ne pas craindre de discuter des « pages sombres de l’histoire ». Lors de notre trajet entre Iğdır et Van, nous avons eu la chance de rencontrer trois Arméniens d’Arménie en voyage touristique. Par le biais d’un de leurs amis résidant à l’étranger, ils ont fait la connaissance d’un résident de Van qui s’est alors proposé de les héberger et de leur faire visiter les lieux touristiques de la région. Le groupe s’est ainsi rendu à Diyarbakır, où il a visité l’église de saint Giragos ainsi qu’à Ani. Pendant notre conversation, l’un d’entre eux partageait avec sa famille notre vue sur le mont Ararat, via Skype. Sa connexion Internet ne lui coûtait rien, car il captait le réseau arménien. Selon notre interlocuteur, à l’inverse, l’Arménie procéderait sur son territoire au brouillage du réseau turc. Ce témoignage montre l’importance des réseaux privés entre les locaux et les Arméniens de l’extérieur lors des voyages effectués dans des provinces riches en patrimoine arménien.

  • 135 La mairie de Diyarbakır a par exemple participé à l’organisation de voyages en Arménie par la commu (...)
  • 136 Sur Belediyesi (27/08/2012), “İçişleri Bakanlığı, Ramallah Belediyesi ile kardeşlik protokolü imzal (...)

32Au-delà de la nature commune de leurs activités, soit le développement d’actions orientées vers le domaine culturel, un point commun des acteurs étudiés est leur absence de relation avec les organes officiels. En effet, Diyarbakır est à notre connaissance la seule ville où la mairie a participé aux projets engagés par la société civile ou a fait preuve d’une volonté de rapprochement officiel135. Mais, comme la législation turque restreint l’autonomie des municipalités en matière de politique étrangère selon les propos de B., responsable des affaires extérieures de la municipalité de Sur, la ville n’est pas en mesure d’approfondir ses relations avec l’Arménie. Notre interlocuteur cite à titre d’exemple l’opposition du pouvoir central turc aux protocoles signés par la municipalité de Sur avec les pouvoirs locaux palestiniens à Ramallah136. Ce constat n’est qu’à moitié surprenant. La politique extérieure d’Ankara envers l’Arménie n’étant pas à l’ouverture, les municipalités s’alignent sur la conduite du pouvoir central. En revanche, les officiels interrogés, dans certaines municipalités et autorités locales, ont exprimé leur souhait de voir s’ouvrir la frontière turco-arménienne mettant en avant l’aspect économique de la question. Ce type d’acteurs ne mène pas pour autant d’activités pro rapprochement et n’ont en aucun cas l’intention de procéder à la reconnaissance du génocide des Arméniens. D’ailleurs, comme nous allons le voir, dans les villes de Kars et Iğdır, et dans une moindre mesure Van, c’est la thèse d’une tentative de génocide commis par les Arméniens envers les Turcs qui est davantage soutenue, ce qui n’empêche pas les pouvoirs locaux de souhaiter l’ouverture de la frontière pour des raisons économiques.

Une mémoire locale contrastée

33Au vu de notre travail de terrain à Diyarbakır, il aurait été tentant de conclure que les Kurdes partisans du HDP étaient tous favorables à une normalisation turco-arménienne. Cependant, nos entretiens et observations hors de Diyarbakır nous ont fait comprendre que les militants du HDP ne sont pas systématiquement réceptifs à cette perspective réconciliatrice. À Kars, nous avons rencontré plusieurs militants HDP impliqués dans l’organisation de la campagne des élections législatives de juin 2015. Lors de nos entretiens, alors qu’ils étaient ouverts à la condition des minorités ethniques, religieuses et sexuelles en Turquie, leur attitude à l’égard des Arméniens était extrêmement fermée. Pour justifier ses propos, un des militants nous a confié son histoire familiale et la façon dont ses grands-parents kurdes furent victimes des Arméniens entre 1915 et 1920. À Kars toujours, un autre militant nous a relaté le déplacement forcé de ses grands-parents, qui résidaient sur des territoires situés en Arménie actuelle. À Iğdır, un Kurde a affirmé que ses ancêtres possédaient des terres de l’autre côté de la frontière, désignant du doigt les montagnes d’Alagöz en Arménie, les appelant « nos montagnes ». Un habitant à la frontière arménienne dans la province d’Iğdır s’est plaint de la proximité de de la centrale nucléaire de Metsamor en Arménie qu’il nous fait découvrir de loin : « ils nous empoisonnent avec ça… ça va jusqu’à Bitlis ces fumées » lâche-t-il lors de notre voyage de Kars à Iğdır.

34Les massacres des populations locales kurdes et turques par les Arméniens dans les villes de l’est de la Turquie occupent une place non négligeable dans la mémoire collective locale. À Kars à l’intérieur d’une des anciennes mosquées de la ville, Ulu Camii, au pied de l’ancien fort, sont visibles des traces de « graisse humaine »sont entretenues et encadrées. D’après les locaux et un officiel de la municipalité de Kars, ces traces seraient dues à un incendie allumé par des Arméniens après qu’ils eurent enfermé à l’intérieur de la mosquée les notables de la ville. L’entretien des traces est motivé par la volonté des locaux de ne pas oublier « cet acte meurtrier et barbare », selon un membre des autorités locales. À Van, les vestiges du quartier musulman entièrement détruit au pied du fort, sur les rives du lac, témoigne du sort qu’a connu une partie de la population musulmane lors de la Première Guerre mondiale, nous explique le responsable de la section locale de la rénovation des œuvres historiques, lui-même originaire du sud-est de la Turquie. Ainsi, dans ces villes, en raison de l’historiographie locale, les Arméniens sont perçus par une partie de la population comme des agresseurs ayant perpétré des massacres sur les populations civiles turques et kurdes locales.

Photographie 3 : Résidus de graisse humaine, Ulu Camii, Kars

Photographie 3 : Résidus de graisse humaine, Ulu Camii, Kars

Adrian Foucher, Elshan Mustafayev, 6 avril 2015

35Cette historiographie est appuyée par la présence de nombreux monuments aux morts et stèles. À Oba, village à proximité d’Iğdır, deux monuments ont été érigés à la mémoire des Turcs dont les corps furent découverts dans une fosse collective. Les monuments sont peu entretenus et paraissent être complètement oubliés des locaux. L’un d’entre eux se trouve au sein du jardin privé d’un villageois azéri qui se plaint du désintérêt total des autorités locales à l’égard de ces monuments mis en place par les soins de l’ancien préfet d’Iğdır, lui-même archéologue. Ce monument nous rappelle celui que nous avons difficilement découvert dans la province de Van près du village de Zeyve. Une fosse commune où ont été enterrés des musulmans locaux aurait été également découverte dans ce village au bord du lac de Van. L’accès au complexe est condamné et selon les propos d’un local, il ne serait ouvert au public que durant les mois d’été « faute de l’intérêt des touristes » bien que le monument soit bien entretenu. Nous avons également découvert, presque par hasard, un monument à la « mémoire des Turcs massacrés par des Arméniens » érigé au bord de l’autoroute ralliant Kars aux vestiges de l’ancienne ville arménienne Ani.

Photographie 4 : Monument à la mémoire de Turcs massacrés par les Arméniens à Oba (population azérie) dans le département d’Iğdır

Photographie 4 : Monument à la mémoire de Turcs massacrés par les Arméniens à Oba (population azérie) dans le département d’Iğdır

Adrian Foucher et Elshan Mustafayev, 6 avril 2015

Photographie 5 : Monument « à la mémoire de Turcs massacrés par les Arméniens » dans le village de Zeyve (département de Van)

Photographie 5 : Monument « à la mémoire de Turcs massacrés par les Arméniens » dans le village de Zeyve (département de Van)

Elshan Mustafayev et Adrian Foucher, 10 avril 2015

  • 137 L’ASALA, l'Armée secrète arménienne de libération de l'Arménie, est un groupuscule issu de la diasp (...)

36À Iğdır, un musée, financé par la Fondation d’aide au développement d’Iğdır et ses comtés [Iğdır İli ve İlçelerini Kalkındırma Vakfı], a été bâti en 1997 afin de « commémorer la mémoire du million de Turcs tombés dans l’est de l’Anatolie et dans le but de répondre à ceux qui ont déclaré le 24 avril comme étant le jour du génocide, ainsi qu’aux nombreux monuments érigés à cet effet à travers le monde ». Cette affirmation provient de la déclaration finale d’un colloque international intitulé « Réalités historiques et Arméniens », organisé à Iğdır, en 1995, inscrite sur une plaque dorée et accrochée à l’entrée du musée-monument. Cet édifice, le plus haut monument commémoratif en Turquie, et dont l’auteur est un sculpteur azerbaïdjanais est légèrement excentré et est situé l’entrée est d’Iğdır. Sa localisation correspond en fait au croisement des routes en provenance d’Iran, d’Arménie et d’Azerbaïdjan. L’édifice est coiffé de cinq épées, lames pointées vers le ciel qui, vu de haut, représentent l’étoile du drapeau turc et dont les gardes sont ornées d’éléments tirés de l’imagerie nationaliste (loups, guerriers seldjoukides et turcs). En sous-sol, une des salles du musée est entièrement consacrée à l’ASALA137 et aux diplomates turcs que l’organisation a assassinés dans les années 1970 et 1980.

Photographie 6 : Musée d’Iğdır « à la mémoire de la tentative de génocide turc commise par les Arméniens » au bord de la route qui mène aux vestiges de l’ancienne ville d’Ani dans le département de Kars

Photographie 6 : Musée d’Iğdır « à la mémoire de la tentative de génocide turc commise par les Arméniens » au bord de la route qui mène aux vestiges de l’ancienne ville d’Ani dans le département de Kars

Elshan Mustafayev et Adrian Foucher, 10 avril 2015

37Les villes de Kars et Iğdır souffrent d’un enclavement géographique néfaste à leur développement économique, que l’ouverture de la frontière pourrait atténuer. Ainsi, l’intérêt des officiels de ces villes pour l’ouverture de la frontière turco-arménienne est purement d’ordre économique. Certaines personnes interviewées à Kars considèrent que leur ville est moins chanceuse quʼIğdır qui profiterait largement du commerce frontalier avec l’Azerbaïdjan et l’Iran. Des étudiants en médecine, originaire de l’ouest de la Turquie et internes à l’hôpital central d’Iğdır, témoignent du faible niveau de développement de la ville. Une simple observation permet de relever la présence d’un grand nombre de touristes iraniens dans les régions de Van et Iğdır, conséquence « naturelle » de la proximité géographique de l’Iran.

38En somme, l’État turc ou plus précisément des forces politiques nationalistes influentes dans l’appareil d’État à tous les niveaux ont encouragé une politique patrimoniale idéologique dans certaines provinces est du pays dans le but d’appuyer les thèses officielles au sujet des massacres et de déportations des Arméniens de l’Empire ottoman en 1915. Si on prend également en compte les monuments à la mémoire des victimes de Khodjaly dans différentes municipalités turques, au moment de la commémoration du centenaire du génocide arménien, on peut dire que l’État turc n’a pas totalement abandonné cette politique mémorielle. Il l’a cependant infléchie ces dernières années en fonction de la nouvelle conjoncture nationale marquée par la libéralisation relative de l’expression politique au sujet des minorités ethniques et religieuses dans le pays. Le patrimoine arménien est devenu une des dimensions centrales de la question arménienne en Turquie, et sa rénovation est vue comme une étape importante dans le processus de la normalisation avec le peuple arménien. Plusieurs acteurs –État, municipalités, associations culturelles ou communautaires, etc…– sont impliqués dans ce processus de réhabilitation du patrimoine arménien, et comme nous allons le voir, leurs motivations et objectifs diffèrent passablement.

Diyarbakır et Van, l’acte symbolique de la rénovation des églises arméniennes de Saint Giragos et d’Akhtamar

39Sur les milliers d’églises arméniennes du territoire anatolien au début du XXe siècle, seules six remplissent actuellement une fonction de lieu de culte. La restauration de deux anciennes églises arméniennes dans l’est de la Turquie et l’impact suscité méritent d’être soulignés.

Saint Giragos

  • 138 Élu maire de la ville de Diyarbakır après les élections régionales en 2009, Osman Baydemir a été in (...)
  • 139 Voir plus sur cet organisme public : http://diyarbakir.vgm.gov.tr.

40À Diyarbakır, l’église Saint Giragos est souvent présentée comme « la plus grande église arménienne du Moyen-Orient avant 1915 ». Après le massacre de la population arménienne locale et la destruction de son clocher, l’église a été transformée en un quartier militaire allemand, puis fut utilisée comme lieu de dépôt et son état s’est progressivement détérioré. Le 23 octobre 2011, grâce au travail commun d’Arméniens de Turquie, notamment ceux de Diyarbakır et des associations de la diaspora arménienne, et avec l’aide technique et financière de la mairie de Diyarbakır alors tenue par Osman Baydemir138, l’église Saint Giragos a été rouverte au public, après rénovation. Concrètement, la fondation Hidir Ilyas de l’Église arménienne Saint Giragos à Diyarbakır s’est regroupée en un « comité exécutif » afin de procéder aux travaux et a sollicité auprès de la section régionale de la direction générale des Fondations139 l’autorisation pour un projet de restauration. Selon un employé de la mairie de Diyarbakır, la municipalité aurait participé à hauteur d’un million de livres turques, sans compter le soutien technique et logistique, sur un coût total de 6 millions de livres turques. Le reste a été financé par la diaspora, et plus particulièrement par ses membres originaires de Diyarbakır.

41Ouverte à tous, l’église est davantage un musée qu’un lieu de culte puisqu’une seule messe annuelle s’y déroule faute de nomination d’un prêtre par le Patriarcat. « Pourquoi le Patriarcat ne nomme-t-il pas un prêtre permanent ? » s’interroge vivement un Franco-arménien de la diaspora, responsable actif d’une influente association de la diaspora en Europe, Yerkir. Interrogés sur ce sujet, les visiteurs présents dans l’église que nous rencontrons nous affirment que le site de l’église est un autant un lieu de promenade qu’un endroit spirituel. En dehors de la messe annuelle, l’église accueille effectivement peu de fidèles, des Arméniens de la diaspora ou des « Arméniens cachés », mais attire de nombreux visiteurs. La présence d’une terrasse et d’une « maison de thé » [çay evi] – où de nombreuses personnes pique-niquent, tels des employés de la municipalité, des familles issues de la petite bourgeoisie de Diyarbakır – créent une ambiance conviviale et chaleureuse. À l’intérieur de l’église, des enfants jouent à cache-cache, tandis que des jeunes filles, dont certaines portent un foulard, se prennent en photo avec leur téléphone devant les cierges allumés. L’église est ainsi un objet de curiosité pour la population locale qui manifeste une volonté d’ouverture à l’égard des Arméniens.

42Plusieurs des visiteurs locaux rencontrés au sein de l’église nous ont confié avoir un ancêtre, généralement une grand-mère, d’origine arménienne, et s’être constitués en « communauté arménienne » après la restauration de l’église arménienne. Turan, jeune homme kurde d’origine arménienne rencontré au sein de l’église, nous a expliqué que des pique-niques hebdomadaires ouverts à tous étaient organisés les week-ends de printemps et d’été, avec les membres de l’église. Selon lui, cela permet, tout comme les concerts, les expositions et les autres événements, que l’église abrite ponctuellement, de souder les membres de la petite néo-communauté des Arméniens de Diyarbakır.

  • 140 Scalbert Yücel, Clémence, « Diyarbakır “l’Arménienne” …. » op.cit.
  • 141 Ziflioğlu, Vercihan, “Armenians Snub mayor’s call for return, Hurriyet Daily News 28 septembre 201 (...)
  • 142 Turkish Diyarbakır Mayor calls Armenians return their home, news.am 6 septembre 2015. URL : http: (...)
  • 143 Julien Boucly, doctorant à l’EHESS travaillant sur le patrimoine de Diyarbakır, a attiré notre atte (...)

43Concernant la municipalité, la remise à neuf de l’église par les autorités locales s’inscrit à nos yeux dans une stratégie de « redécouverte » du caractère multiculturel de la ville, comme l’indique dans son billet Clémence Scalbert Yücel140. Par ces investissements, la municipalité de Diyarbakir ne cache pas espérer développer son potentiel touristique en direction de l’Arménie et des membres de la diaspora. Les propos tenus par Osman Baydemir le 25 septembre 2012, alors qu’il était maire de Diyarbakır, démontrent la particulière ouverture de la municipalité envers l’Arménie : dans le cadre d’une table ronde portant sur l’élargissement du dialogue turco-arménien organisée par le Erevan Press Club à Diyarbakır, Osman Baydemir avait déclaré devant des médias des deux pays qu’il invitait tous les groupes ethniques, les Arméniens, les Yézidis et les Chaldéens dont les ancêtres avaient vécu à Diyarbakır, à revenir sur leurs terres141. « En tant que Maire de Diyarbakır, j’appelle mes frères arméniens à revenir dans leur ville », avait-il déjà dit lors d’une rencontre avec des membres de la diaspora à Diyarbakır142. Il avait également témoigné, peu après le début des travaux de l’église, vouloir entendre les cloches de l’église résonner parallèlement à l’appel à la prière musulmane. La ville accueille en outre régulièrement des musiciens, artistes, etc. d’origine arménienne de Diyarbakır. L’investissement des Arméniens de la diaspora dans la rénovation du patrimoine arménien à Diyarbakır semble créer une sorte de contact informel entre ceux-ci et les hauts responsables de la mairie143.

L’église d’Akhtamar

  • 144 Il existe à Van une importante communauté locale qui se dit Küresünni. Ce sont des Azéris qui ont i (...)

44Contrairement à la rénovation de l’église arménienne à Diyarbakır qui a été le fruit d’une collaboration entre acteurs non étatiques, l’église de la Sainte Croix a Van, sur l’île d’Akhtamar a été rénovée et transformée en musée en 2007 par les pouvoirs publics turcs. Cette opération qui aurait pu être perçue comme un signe d’ouverture de la part d’Ankara a surtout été interprétée en Arménie et par la diaspora comme une tentative de récupération. L’installation de la croix au sommet de l’église a ainsi posé de nombreux problèmes et lʼautorisation de célébrer la première messe au sein de l’église n’a été accordée qu’en 2010. Le site d’Akhtamar est actuellement un important site touristique accueillant de nombreux visiteurs tout au long de l’année. Administrativement, il se situe dans un district de Van dont la municipalité locale est gouvernée par l’AKP. Sur l’embarcadère, depuis lequel s’effectue la traversée pour atteindre l’île, un panneau bilingue en turc et en anglais ne mentionne qu’à une seule reprise l’origine de l’église sans évoquer sa construction par des Arméniens ni les événements de 1915. À l’intérieur de l’église, une stèle en langue arménienne rappelle les origines historiques du site. Le gardien du lieu, un Azéri de Van144, nous montre avec fierté un tas de bougies confisquées par ses soins, nous expliquant qu’il est interdit de prier ici sauf une fois dans l’année, début septembre. Ainsi, en France et en Turquie, plusieurs membres de la diaspora arménienne interrogés ont admis être déçus par la perte complète de spiritualité du lieu. L’intransigeance des gardiens par rapport à ceux souhaitant effectuer une prière ou s’y recueillir y est probablement pour beaucoup. Un des gardiens de l’ancienne cathédrale arménienne d’Ani habitant un village aux alentours et d’origine turque meskhète nous a affirmé avec une fierté visible avoir plusieurs fois empêché des touristes arméniens de prier au sein de cet ancien lieu de culte.

Sur le bateau qui nous ramène d’Akthamar à Van, nous parlons à trois adolescents kurdes qui tiennent des lapins à la main. Ils nous informent qu’ils ont droit à un aller-retour gratuit sur l’île parce qu'ils « nettoient » l’île des lapins qui s’y sont propagés après qu'un ouvrier a décidé d’en lâcher dans la nature. Selon les jeunes, les pouvoirs locaux ont introduit des chouettes pour éradiquer cette espèce qui causent des dégâts considérables à l’équilibre de la faune et de la flore de l'île, mais comme cela reste insuffisant, les jeunes des villages alentour sont autorisés à s’y rendre pour les chasser145.

45Ainsi, les églises de Diyarbakır et d’Akhtamar se différencient nettement à plusieurs égards. Dans leur usage, tout d’abord, s’est développée à Diyarbakır une communauté arménienne qui a pu se former autour de l’église rénovée. Ce lieu sert en outre officiellement de lieu de culte, bien que les messes y soient rares. Il dépend directement du patriarcat arménien d’Istanbul. À Van, en revanche, l’église ne connaît pas de fréquentation régulière de fidèles et ne dépend pas du patriarcat mais du ministère turc de la Culture et du Tourisme. Ensuite, l’église à Diyarbakır se trouve au sein de la vieille ville, ce qui la rend aisément accessible, et son entrée est gratuite. L’église d’Akhtamar se trouve à environ 50 km de la ville de Van et il faut sʼacquitter, en plus du ticket d’entrée, de la traversée en bateau. La fréquence des visites à Akhtamar est donc plus fluctuante, liée aux périodes de vacances et aux week-ends et s’apparente davantage à une promenade familiale ou touristique. Par ailleurs, la municipalité de Van n’a pas mis en place de service de transport pour se rendre à cette église. Ceci est également vrai à Kars où il n’existe pas de bus pour se rendre dans la vieille ville d’Ani, il faut donc prendre un taxi alors que ces trois endroits restent les destinations les plus fréquentés par les Arméniens de la diaspora en voyage touristique en Turquie.

Photographie 7 : Église rénovée d’Akhtamar à Van qui fonctionne aujourdʼhui comme musée

Photographie 7 : Église rénovée d’Akhtamar à Van qui fonctionne aujourdʼhui comme musée

Adrian Foucher, 9 mai 2015

  • 146 Conférence sur les « Arméniens cachés » organisée à Istanbul du 2 au 4 novembre 2013. URL : http:// (...)
  • 147 Nous avons vérifié dans des sources publiques les informations fournies à ce sujet lors du témoigna (...)
  • 148 Voir plus sur les Arméniens islamisés : Laure Marchand et Guillaume Perrier, La Turquie et le fantô (...)

Les Arméniens cachés
Popularisée par les médias occidentaux et turcs à l’occasion de la commémoration du centenaire du génocide arménien en 2015, cette expression a acquis un caractère, « semi légendaire ». Certes, cette expression revêt une incontestable part de réalité, confirmée par des témoignages publics de plus en plus nombreux quoique marginaux, ainsi que par l’organisation d’un colloque en Turquie consacré entièrement à cette thématique146 mais l’analyse de la médiatisation de ce phénomène est également intéressante. L’engouement médiatique suscité par les Arméniens cachés est à lʼorigine de la parution d’un grand nombre d’articles et de reportages au point de surestimer la réalité de ce phénomène. Nous aimerions relater ici un de ces témoignages passionnants, mais rappeler dans le même temps l’aspect marginal de ces propos.
Ce récit est celui d’un local de Diyarbakır d’une soixantaine d’années que nous avons rencontré sur le site de l’église Saint Giragos. L’homme nous est présenté par le gardien de l’église à qui nous avons, dès notre arrivée, expliqué l’objet de notre présence. À peine présenté, notre interlocuteur s’exprime sur ses origines arméniennes. Son grand-père, alors enfant, était issu d’une riche famille de Diyarbakır et aurait été épargné lors du génocide en raison de ses richesses matérielles. Il aurait été recueilli par un notable kurde qui par cette adoption aurait accédé aux biens de la famille du jeune Arménien. Un nombre important, et difficilement estimable, de femmes et d’enfants aurait ainsi été épargnés pour être adoptés et/ou (re)mariées. Selon Ferthat, jeune Kurde d’origine arménienne converti au christianisme, rencontré lors d’un évènement de DurDe à Istanbul, un code définissant l’origine ethnique est attribué à chaque citoyen turc par l’administration147. Il est donc possible pour les individus intéressés par leur généalogie, ou qui supposent avoir des origines arméniennes, de le vérifier administrativement. Cette démarche permettra notamment à la personne de s’inscrire, lui ou ses enfants, dans une école arménienne, et de faire rayer la mention « religion : islam » de sa carte d’identité s’il le désire.
L’expression « Arméniens cachés » décrit d’une manière générale les Arméniens ayant survécu au génocide en 1915 et ayant dû se convertir à l’islam pour masquer leurs origines et échapper à la répression. Nombre d’entre eux étaient alors des enfants recueillis par des familles turques ou kurdes ou bien étaient des femmes et furent (re)mariées. Deux ou trois générations plus tard, petits-enfants et arrières petits-enfants de ces survivants sortent du silence et dévoilent l’histoire de leurs aïeux. Parmi les descendants, si certains l’ont toujours su, d’autres l’auraient découvert tardivement ou émettaient des doutes, ayant remarqué certaines anomalies dans leurs récits familiaux respectifs. Il est difficile de mesurer l’ampleur de ce phénomène qui connaît une certaine popularité dans la presse et la recherche universitaire. Plusieurs ouvrages148 traitent de cette question, mais on ne peut pas dire si ce phénomène aura un impact significatif dans le processus de rapprochement entre la Turquie et l’Arménie. L’ouvrage de l’avocate et militante Fethiye Çetin intitulé Le livre de ma grand-mère, traduit en plusieurs langues, y compris le français, relate son expérience personnelle et la découverte de son origine arménienne lorsque sa grand-mère a décidé de lui avouer son secret. Chaque personne interviewée lors de notre étude, qu’elle soit universitaire, membre d’association pro rapprochement, elle-même d’origine arménienne ou simplement intéressée par la question a cité ce livre comme étant l’événement déclencheur de ces coming-out en série.
Aussi, au sein de l’église Saint Giragos, nous avons fait la rencontre étonnante d’un homme accompagné de ses deux enfants âgés de 5 et 8 ans (Abubakr et Mohammed). Âgé d’une quarantaine d’années, Kurde et membre actif de la communauté arménienne de Diyarbakır, il a toujours eu conscience de ses origines arméniennes. Il n’en a jamais eu honte, mais ne l’a pourtant avoué que très récemment à sa femme qu’il connaît depuis près de 27 ans. Sa surprise a été immense, lorsque, ayant décidé de lui en parler, il apprit qu’elle partageait le même secret. Restés musulmans tous les deux, ils se considèrent comme des « Arméniens musulmans ».
Ce type de témoignage à Diyarbakır s’obtient avec une facilité déconcertante. Les chauffeurs de taxi, les serveurs des maisons de thé de quartier, les réceptionnistes au sein des hôtels, les membres de la municipalité, le gérant du kiosque à journaux, tous nous ont confié avec fierté les origines arméniennes d’un aïeul, généralement une grand-mère, d’un oncle ou d’un proche.
Quelques cas de conversions au christianisme ont été recensés parmi les descendants des « Arméniens cachés ». Néanmoins, même s’ils sont de plus en plus nombreux à revendiquer leurs origines, la très grande majorité a affirmé se sentir tout au plus comme des Arméniens musulmans. Les cas de reconversion restant tout de même assez médiatisés, il est ainsi facile de trouver des informations à ce sujet via les médias arméniens. D’après un membre du comité de rénovation interrogé au sein de l’église, une dizaine d’individus ont procédé à leur conversion directement sur place depuis la rénovation du bâtiment, ainsi que deux locaux durant un voyage à Erevan organisé avec plusieurs membres du comité.

III. Avancées académiques : le monde universitaire et la question arménienne en Turquie

  • 149 À ce sujet, on peut se reporter aux actes de la journée organisée par l’IFEA en collaboration avec (...)
  • 150 Il s’agit des évènements suivants : 1) States, Societies and Reconciliation: Turkish-Armenian Relat (...)
  • 151 Taline Ter Minassian, « Le patrimoine arménien en Turquie : de la négation à l’inversion patrimonia (...)

46Comme nous l’avons vu dans le cas des activités menées par la société civile turque, il est certainement plus simple d’aborder la question arménienne en Turquie que cela ne l’était auparavant149. Cela est aussi vrai pour le monde universitaire turc qui a connu des avancées certaines dans la recherche sur le génocide arménien. L’ouverture officielle des archives aux chercheurs, le développement des universités au sein du territoire national turc, l’ouverture de la Turquie vers l’extérieur ainsi que sa volonté d’intégrer l’Union Européenne ont également contribué à ces progrès. Les intellectuels turcs sont de plus en plus nombreux à s’exprimer sur le sujet et si certains d’entre eux travaillent au sein d’universités étrangères, ils sont également de plus en plus nombreux à s’investir au sein des universités turques. À titre d’exemple, nous avons observé quatre colloques consacrés à la question arménienne en Turquie150, dont les panels comportaient des chercheurs et hommes politiques turcs et arméniens et où les questions les plus sensibles concernant les relations turco-arméniennes ont ouvertement été abordées. Lors du Colloque du Comité Scientifique : 100 ans de recherche sur le Génocide des Arméniens, qui s’est tenu à Paris fin mars 2015, des universitaires turcs conduisant des travaux sur le génocide ont pris la parole. Le jeune historien Mehmet Polatel travaillant sur la spoliation des biens arméniens durant le génocide a ainsi présenté ses recherches et a affirmé, suite à une question du public, qu’il menait ses travaux librement. Cet exemple est particulièrement intéressant, car le jeune chercheur conduit ses études au sein de l’université Koç à Istanbul ; université privée financée par la famille Koç, l’une des plus grandes fortunes du pays, elle-même soupçonnée d’avoir bâti une partie de sa fortune sur la spoliation de biens arméniens. À ce propos, Taline Ter Minassian évoque le cas de plusieurs familles riches en Turquie actuelle dont l’origine de la fortune se reposerait sur l’appropriation des biens des Arméniens après 1915151.

  • 152 Ertani, Emre, “TTK Ermeni meselesini araştıran öğrencileri fişlemiş,Agos 12 décembre 2013. URL : (...)

47Si une partie des travaux est de nature historique et s’intéresse au génocide même, un certain nombre de chercheurs s’intéressent aussi aux problématiques actuelles, dont la normalisation des relations turco-arméniennes et l’ouverture de la frontière. La recrudescence de ces travaux doit d’ailleurs être une source d’inquiétude pour certains segments de l’appareil d’État comme de la société en Turquie, car si l’on en croit un article de journal paru dans la presse turque, l’Institution pour l’Histoire Turque [Türk Tarih Kurumu], connu pour ses positions négationnistes, a demandé à l’Organisation de l’Enseignement Supérieur [Yuksek Öğretim Kurulu] de lui fournir la liste des étudiants travaillant sur l’Arménie ou le génocide152.

48Excepté dans le domaine médical, les diplômes arméniens sont reconnus en Turquie et un certain nombre d’étudiants turcs, généralement d’origine arménienne (d’après un article publié par Agos153), suit une formation universitaire en Arménie. Bien qu’ils soient actuellement peu nombreux, les étudiants arméniens peuvent prétendre à une bourse publique pour mener des études supérieures en Turquie. Même si aucune restriction administrative n’empêche des échanges étudiants, il n’existe, à notre connaissance, aucun partenariat entre les universités turques et arméniennes. Les étudiants de la section littérature et langue arméniennes de la Faculté des Lettres de l’Université de Thrace se sont donc vu privés de professeurs suite à un désaccord administratif avec les enseignants arméniens, que la faculté ne serait pas parvenue à remplacer en raison du manque de professeurs qualifiés pour cet enseignement154.

49Parmi les exemples d’actions menées dans le milieu universitaire, l’université Okan (Istanbul) a mis en place un programme d’échange avec l’Arménie intitulé Turkish-Armenian Dialogue and School of Discourse Transformation, dans le cadre du Turkey-Armenia Normalization Process Grant program. Ainsi le 11 janvier 2015, cinq étudiants volontaires de l’université d’Okan se sont rendus à Erevan, accompagnés de deux organisateurs et de deux enseignants afin d’y participer à une discussion durant laquelle les discours historiques turcs et arméniens furent comparés. Le groupe a ainsi pu visiter la ville d’Erevan et le 15 janvier 2015, un groupe de jeunes Arméniens fut cette fois accueilli à Istanbul. Les étudiants y ont confronté leurs perceptions des relations arméno-turques actuelles et leurs opinions pour envisager une amélioration. Cette rencontre au-delà de son aspect symbolique a permis également l’établissement de contacts et d’échanges entre ces étudiants. La professeure turque Umut Azak et son homologue arménien Phil Gamaghelyan ont présidé aux échanges.

Accès aux archives en Turquie

  • 155 Akçam, Taner, Young Turks’ Crime Against Humanity: The Armenian Genocide and Ethnic Cleansing in th (...)
  • 156 Agos (31/12/2014), “Açık denilen arşive girmesi yasak,” Agos 31 décembre 2014. URL : http://www.ago (...)

50Officiellement, les archives de l’État turc sont ouvertes et les chercheurs désireux de consulter les documents officiels de l’administration ottomane y ont accès librement, même si dans les faits cette accessibilité est discutable. En 2012 l’historien turc Taner Akçam a publié Young Turks’ Crime Against Humanity: The Armenian Genocide and Ethnic Cleansing in the Ottoman Empire155, un ouvrage présentant près de 600 documents inédits de l’époque ottomane issus des archives de l’État turc et démontrant l’organisation et la volonté du gouvernement Jeune-Turc de voir disparaître le peuple arménien. Le professeur d’histoire au sein du département d’études du génocide arménien à l’université Clark aux États-Unis a donc eu accès aux archives en sa qualité de chercheur engagé pour la reconnaissance du génocide en Turquie. Néanmoins, le journal Agos relate l’aventure du chercheur Mehmet Uluışık, historien ayant mené des recherches dans les archives turques pour son propre compte et également au profit de Taner Akçam. En 2005 les archivistes se sont intéressés à ses recherches et depuis, l’accès aux archives lui est interdit. Par la suite, Mehmet Uluışık a été arrêté plusieurs fois à la frontière turque et a ainsi appris qu’il était considéré comme un « individu entrant sur le territoire turc avec la volonté de nuire à la sécurité et l’ordre de la République turque ou collaborant avec de tels individus »156.

… et en Arménie

  • 157 Ziflioğlu, Vercihan, “Turkish historians invited to look at archives in Armenia,” Hürriyet Daily Ne (...)
  • 158 Voir sa page sur le réseau social scientifique Academia.edu : http://tunceli.academia.edu/CandanBad (...)
  • 159 Duke University, “Strange case of Yektan Turkyilmaz,” Duke Magazine 30 novembre 2005. URL : http:// (...)
  • 160 04ISTANBUL1074_a (12/07/2004), “Armenian ʻGenocideʼ and the Ottoman Archives,” Wikileaks. URL : htt (...)

51Côté arménien, selon le témoignage d’Amatuni Virabian, directeur des Archives Nationales de l’Arménie publié dans les journaux turcs en 2010, son pays serait prêt à coopérer avec les chercheurs turcs désirant étudier les archives en Arménie. « Seules les archives du parti Dashnak de la ville de Boston et les archives arméniennes de Jérusalem sont fermées aux chercheurs turcs pour diverses raisons », témoigne M. Virabian157. Pourtant, la doyenne de la Faculté d’Histoire de l’Université de Tunceli, Candan Badem158, a écrit dans un article en 2012 qu’elle serait seulement la deuxième détentrice dʼun passeport turc à avoir étudié les archives arméniennes. Selon son témoignage, aucune entrave administrative ne lui a été opposée. Néanmoins, Yektan Türkyılmaz, un jeune chercheur turc rattaché à une université américaine, a été arrêté à la douane arménienne et incarcéré durant deux mois suite à ses travaux dans les archives arméniennes à Erevan en 2005159. La raison officielle invoquée était la possession de plusieurs manuscrits arméniens interdits de sortie du territoire arménien, mais dʼaprès le chercheur – qui par ailleurs emploie le terme génocide – il aurait été arrêté en raison de son travail de recherche dans les archives arméniennes et soupçonné de liens avec le gouvernement azerbaïdjanais. L’ancien directeur des archives turques [Başbakanlık Osmanlı Arşivi], Yusuf Sarınay, fervent défenseur des thèses officielles sur la question arménienne en Turquie, a indiqué en 2004 à un diplomate américain que, bien que de nombreux chercheurs étrangers provenant d’universités occidentales, et parfois d’origine arménienne, avaient étudié et continuaient à demander des permissions pour accéder aux archives turques, il ne se souvenait pas qu’un seul chercheur arménien d’Arménie ait fait une telle demande160.

52En fait, les responsables politiques des deux pays se sont à plusieurs reprises exprimés en faveur d’une utilisation mutuelle des archives nationales, mais ceci ne s’est jamais concrétisé dans le domaine universitaire. La position de l’Arménie sur la question est intransigeante : la coopération dans le domaine de l’histoire ne peut remettre en cause la vérité historique sur « 1915 ». Le gouvernement arménien craint effectivement que la Turquie ne se serve de la collaboration scientifique pour tenter de remettre en question la nature des événements de 1915. Dans le cadre des protocoles signés en 2009 par la Turquie et l’Arménie pour le processus de normalisation de leurs relations et l’ouverture de la frontière, la Turquie avait négocié l’établissement d’une sous-commission composée d’historiens mixtes (turcs et arméniens) chargée de discuter des événements de 1915 afin d’établir une vérité historique sur laquelle les deux pays seraient d’accord. La diaspora avait alors énergiquement protesté contre l’établissement de cette commission.

Notes

104 Çuhadar, Esra et Gültekin Punsmann, Burcu, Reflecting on the Two Decades of Bridging the Divide: Taking Stock of Turkish-Armenian Civil Society Activites, TEPAV yayınları, 2012, Ankara

105 Un idiome existant en arménien et en turc, qui pourrait se traduire en français par : « Combien de repas n’avons-nous partagé ? ».

106 “Türkiye ve Ermenistan’daki sosyal hayatı, ortak tarihi, kültür ve sanat konularını kapsayan bu çalışmalar sayesinde iki toplumun birbirine yakınlaşmasına yönelik adımlar atılıyor” ; voir plus sur le site Internet d’Anadolu Kültür au sujet de sa coopération avec les ONG arméniennes : http://www.anadolukultur.org/tr/calisma-alanlari/ermenistanla-kultur-sanat-diyalogu/16.

107 Nombre de films sont ainsi tournés dans l’un des deux pays, voire dans les deux, et prennent la forme de documentaires ou de fictions, l’objectif étant de permettre au Turcs et aux Arméniens de se découvrir mutuellement. Les films sont visionnables en ligne par le biais d’un site Internet trilingue turc, arménien et anglais. URL : http://www.cinemaplatform.org/en/about-project/who-are-we/37.

108 Selon le site Internet de la plateforme, les financeurs du projet sont les suivants : la Fondation Open Society, Global Dialogue, le consulat du Royaume-Uni à Erevan, la Représentation de l’Arménie auprès de l’ONU, la Fondation Calouste Gulbekian, la Chrest Foundation, Eurasia Parternship. URL : http://www.cinemaplatform.org/tr/etsp-hakkinda/destekcilerimiz/7.

109 Selon le témoignage d’un des coorganisateurs de l’orchestre, les autorités arméniennes auraient empêché l’orchestre de se produire devant le public à Erevan. Intitulé « la Musique Unit » le concert donné à Berlin par l’orchestre composé de musiciens mixtes turc et arménien a rencontré un vif succès auprès du public en Allemagne. URL : http://www.dw.com/tr/t%C3%BCrk-ve-ermeni-m%C3%BCzisyenlerin-bulu%C5%9Fmas%C4%B1/a-16145183.

110 Van Project est détaillé sur le site d’Anadolu Kultur. URL : http://www.anadolukultur.org/tr/calisma-alanlari/ermenistanla-kultur-sanat-diyalogu/van-project/47.

111 Sur les femmes dengbêj, voir notamment Schäfers, Marlene, Being sick of politics: The production of dengbêjî as Kurdish cultural heritage in contemporary Turkey, European Journal of Turkish Studies 20|2015. URL : http://ejts.revues.org/5200.

112 Turkiye-Ermenistan Sinema…, op. cit.

113 Interview avec T. à Anadolu Kültür, Istanbul, le 19 février 2015.

114 Qui dispose d’une revue bilingue portant le même nom ; voir aussi : http://www.norzartonk.org ou https://twitter.com/NorZartonk.

115 Kasparyan, Hrant, “‘Tuzla Ermeni Yetimhanesi yıkılmasın!’ #KampArmen,” Nor Zartonk 28 avril 2015. URL : http://www.norzartonk.org/tuzla-ermeni-yetimhanesi-yikilmasin-kamparmen/.

116 Présenté sur son site Internet http://www.egam.eu.

117 Voir plus sur cette initiative militante : http://www.durde.org/durde-hakkinda/durdenin-ilkeleri/.

118 Pour plus d’informations, se reporter à cette interview donnée par deux membres de Nor Radyo à IMC. Tantan, Melis et Kalaycı, Arno, “90.60 Rock Station 38. Bölüm: Nor Radyo,” Vidéo Youtube 30:50. Ajouté par Nor Zartonk le 15 mars 2013. URL : https://www.youtube.com/watch?v=HdW51tFQ1YQ.

119 Nous tenons à souligner qu’il est possible de trouver des témoignages divergents par cette personne dans des médias étrangers. Dans un entretien publié sur Repair Future, il dit avoir appris ses origines à la mort de son père, à l'âge de 25 ans, (MJM, “Day 6 – Armen a.k.a. Abdurrahim,” Repair Future 27 avril 2014. URL : http://www.repairfuture.net/index.php/en/day-6-armen-a-k-a-abdurrahim), alors que dans un autre reportage qui lui est consacré, publié dans le quotidien La Croix, il dit qu'un oncle lui a tout raconté alors qu'il avait 4 ans. Voir Rotivel, Agnès, « En Turquie, des familles redécouvrent leurs racines arméniennes », La Croix 24 avril 2015. URL : http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/En-Turquie-des-familles-redecouvrent-leurs-racines-armeniennes-2015-04-24-1306121.

120 Les propos suivant sont issus de l’entretien mené avec Monsieur Tomasyan, dans les locaux de la maison d’édition Aras, le 16 février 2015.

121 Sur les commémorations à Diyarbakır ; Scalbert Yücel, Clémence, « Diyarbakır “l’Arménienne”. Retour sur la (re)construction d’une ville multiculturelle », OVIPOT 11 mai 2015. URL : http://ovipot.hypotheses.org/11188.

122 En effet, notre entretien avec monsieur Tomasyan au sein de la maison d’édition Aras, a brièvement été interrompu par la visite de Robert Koptaş, l’ancien rédacteur en chef au journal Agos et qui a travaillé au sein de la maison d’édition Aras. À Anadolu Kültür, notre interlocutrice, chargée de la communication et responsable de missions au sein de l’association a également collaboré à plusieurs reprises avec Aras à la traduction d’ouvrages en langue turque.

123 Lʼhistoire de lʼassociation est consultable sur son site Internet : http://www.haycar.com/hakkimizda/tarihce.

124 Reportage consacré à l’association Haycar. IMCTV, “Haycar”, Vidéo Dailymotion 22:03. Ajoutée par imctv le 8 septembre 2011. URL : http://www.dailymotion.com/video/xkyenk_haycar_tv.

125 Kharatian, Hranush, “Dersim’de kimlik araştırması: ikinci bölüm, Dersimʼin alevi olmuş Ermenileri,Repair Future 25 juin 2014. URL : http://repairfuture.net/index.php/tr/kimligi-ermenistan-dan-bak-s/dersim-de-kimlik-arastirmasi-ikinci-boelum-dersim-in-alevi-olmus-ermenileri.

126 Pervin, Metin, “Dersimli Ermeniler derneklerini kurdu,” Sabah 19 novembre 2010. URL : http://www.sabah.com.tr/gundem/2010/11/19/dersimli_ermeniler_derneklerini_kurdu.

127 Ibid.

128 Çeko, Çetin, İsmail Beşikci’ye Ermenistan’da Gevorg Surenyants nişanı takıldı, T24 30 octobre 2014. URL : http://t24.com.tr/haber/ismail-besikciye-ermenistanda-gevorg-surenyants-nisani-takildi,275515.

129 Çelik Adnan et Dinç, Namıl Kemal, Yüz yıllık ah! Toplumsal Hafızanın izinde 1915 Diyarbekir, Ismail Beşikçi Vakfı, Istanbul 2015, 407 p. Les auteurs avaient présenté les résultats de leurs recherches de terrain lors dʼune conférence-débat à lʼIFEA le 24 février 2015. Voir lʼannonce de la conférence sur : http://bit.ly/100yillikah.

130 IHA, “Kars'taki Tigran Hamasyan konseri,” Milliyet 24 avril 2015. URL : http://www.milliyet.com.tr/kars-taki-tigran-hamasyan-konseri-kars-yerelhaber-852791/.

131 IHA, “Tuzluca belediyesinden 4 dilde tabela,” Milliyet 17 septembre 2015. URL : http://www.milliyet.com.tr/tuzluca-belediyesinden-4-dilde-tabela-igdir-yerelhaber-975541/.

132 DIHA, “Kürtlerin tarih sahnesine çıkmasıyla yok edilmiş kimlikler gün yüzüne çıktı,” Gazetevan 27 avril 2015. URL : http://www.gazetevan.com/Kurtlerin-tarih-sahnesine-cikmasiyla-yok-edilmis-kimlikler-gun-yuzune-cikti-78767.html.

133 Outre le soutien d’une association étudiante à l’université Yüzüncü Yıl à Van, deux municipalités des districts de Van sous la direction de la mouvance kurde figurent parmi les organisateurs.

134 Voir l’extrait de cette interview : Demirtaş, Selahattin, “Selahattin Demirtaş: Ermeni soykırımı var,” Vidéo Youtube 2:41. Ajoutée par Haber Ekspres le 19 janvier 2015. URL : https://www.youtube.com/watch?v=GQ4Ex7ul9Eg.

135 La mairie de Diyarbakır a par exemple participé à l’organisation de voyages en Arménie par la communauté arménienne de Diyarbakır. Selon le témoignage d’un des membres de la municipalité, des membres du personnel municipal auraient participé à ces voyages.

136 Sur Belediyesi (27/08/2012), “İçişleri Bakanlığı, Ramallah Belediyesi ile kardeşlik protokolü imzalayan Diyarbakır Sur Belediyesi’ne soruşturma açtı!,” Sur Belediyesi 27 août 2012. URL : http://sur.bel.tr/turkce/?p=3376.

137 L’ASALA, l'Armée secrète arménienne de libération de l'Arménie, est un groupuscule issu de la diaspora arménienne actif entre 1975 et 1984. Organisation d’inspiration marxiste-léniniste, l’ASALA recourait au terrorisme afin de parvenir à ses objectifs, respectivement : la reconnaissance officielle du génocide arménien par la Turquie et l’union de tous les anciens territoires peuplés anciennement par les arméniens sous une autorité politique unique

138 Élu maire de la ville de Diyarbakır après les élections régionales en 2009, Osman Baydemir a été interdit de sortie du territoire turc entre 2010 et 2013 en raison de plusieurs procès intentés contre lui.

139 Voir plus sur cet organisme public : http://diyarbakir.vgm.gov.tr.

140 Scalbert Yücel, Clémence, « Diyarbakır “l’Arménienne” …. » op.cit.

141 Ziflioğlu, Vercihan, “Armenians Snub mayor’s call for return, Hurriyet Daily News 28 septembre 2012. URL : http://www.hurriyetdailynews.com/armenians-snub-mayors-call-forreturn.aspx?pageID=238&nID=31177&NewsCatID=338

142 Turkish Diyarbakır Mayor calls Armenians return their home, news.am 6 septembre 2015. URL : http://news.am/eng/news/119813.html.

143 Julien Boucly, doctorant à l’EHESS travaillant sur le patrimoine de Diyarbakır, a attiré notre attention sur l’aménagement d’une « salle » consacrée à la place des Arméniens dans l’histoire de la ville de Diyarbakır au musée municipal.

144 Il existe à Van une importante communauté locale qui se dit Küresünni. Ce sont des Azéris qui ont immigré de l’Iran, en 1925, pour s’installer dans des anciens villages arméniens de la province. De confession sunnite, ils se distinguent à cet égard d’autres Azéris d’Iğdır et de Kars, qui sont majoritairement chiites duodécimains. Nous avons visité les locaux d’une association de cette communauté dans la ville de Van, de tendance plutôt nationaliste. Les membres de l’association nous ont dit avoir organisé une manifestation contre l’inauguration du musée d’Akhtamar en 2007.

145 Bilgehan, Zeynep, “Her şey 8 tavşanla başladı,” Hürriyet 19 avril 2015. URL : http://www.hurriyet.com.tr/her-sey-8-tavsanla-basladi-28773653.

146 Conférence sur les « Arméniens cachés » organisée à Istanbul du 2 au 4 novembre 2013. URL : http://www.hrantdink.org/?Detail=753&Lang=en.

147 Nous avons vérifié dans des sources publiques les informations fournies à ce sujet lors du témoignage de notre interviewé. Les journaux turcs y ont effectivement consacré plusieurs articles en l’an 2015. Voir par exemple : Gültekin, Uygar et Kuyumcuyan, Baruyr, Eğitimde ʻsoy koduʼna son, Agos 2 juillet 2015. URL : http://www.agos.com.tr/tr/yazi/12032/egitimde-soy-kodu-na-son.

148 Voir plus sur les Arméniens islamisés : Laure Marchand et Guillaume Perrier, La Turquie et le fantôme arménien. Sur les traces du génocide, Solin, Actes Sud, Paris-Arles, 2013, 219 p ; Laurence Ritter et Max Sivaslian, Les restes de l’épée, Éditions Thaddée, Paris, 250 p. Il faut aussi noter que les médias français ont contribué à populariser cette thématique : Verdian, Achren et Bodin, Johan, « Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité », France24 20 avril 2015. URL : http://www.france24.com/fr/reporters/20150417-video-genocide-des-armeniens-caches-turquie-1915-centenaire-genocide-quete-identite-reportage ; Semo, Marc, « Turquie : Renaisssance des Arméniens cachés », Libération 10 avril 2015. URL :http://www.liberation.fr/planete/2015/04/10/turquie-la-renaissance-desarmeniens-caches_1238648.

149 À ce sujet, on peut se reporter aux actes de la journée organisée par l’IFEA en collaboration avec lʼInstitut français dʼIstanbul et le CETOBAC le 6 mars 2015, Quelles évolutions et recompositions récentes en Turquie sur la question du génocide arménien ? Essai de bilan critique et d’histoire immédiate. URL : http://bit.ly/1UbNMgu.

150 Il s’agit des évènements suivants : 1) States, Societies and Reconciliation: Turkish-Armenian Relations in the Light of the French-German Experience on the 50th Anniversary of the Élysée Treaty, colloque organisé les 7 et 8 Novembre 2013 à lʼuniversité Şehir à Istanbul ; 2) The Sealed Gate: Prospects of the Turkey-Armenia Border, colloque a été organisé par la Fondation Hrant Dink et le département d’Économie de la Faculté de Science Politique de l’Université d’Ankara, les 22 et 23 novembre 2014, à Ankara 3) les conférences sur les « Arméniens islamisés » organisée par la Fondation Hrant Dink avec le soutien de l’Université du Bosphore et de Hayder, l’association des Arméniens de Malatya, les 2, 3 et 4 novembre 2014, à l’université d'Istanbul 4) Colloque du Comité scientifique 100 ans de recherche sur le Génocide des Arméniens organisé par le Conseil Scientifique international pour la recherche sur les génocides en partenariat avec la Mission 2015 du CCAF, l’EHESS, le Mémorial de la Shoah, le Conseil Régional Île de France et la mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale, du 25 au 29 mars 2015, à Paris.

151 Taline Ter Minassian, « Le patrimoine arménien en Turquie : de la négation à l’inversion patrimoniale », European Journal of Turkish Studies, 20|2015. URL : http://ejts.revues.org/4948.

152 Ertani, Emre, “TTK Ermeni meselesini araştıran öğrencileri fişlemiş,Agos 12 décembre 2013. URL : http://www.agos.com.tr/tr/yazi/6174/ttk-ermeni-meselesini-arastiran-ogrencileri-fislemis.

153 Güreh, Sarkis, “Ermenistan’da eğitim seçeneği,Agos 3 mars 2012. URL : http://www.agos.com.tr/tr/yazi/2117/ermenistanda-egitim-secenegi.

154 Zeray, Ali Can, “Öğrenciler ortada kaldı,” Hürriyet 5 décembre 2014. URL : http://www.hurriyet.com.tr/ogrenciler-ortada-kaldi-27714392.

155 Akçam, Taner, Young Turks’ Crime Against Humanity: The Armenian Genocide and Ethnic Cleansing in the Ottoman Empire, Princeton University Press, 2012.

156 Agos (31/12/2014), “Açık denilen arşive girmesi yasak,” Agos 31 décembre 2014. URL : http://www.agos.com.tr/tr/yazi/10120/acik-denilen-arsive-girmesi-yasak.

157 Ziflioğlu, Vercihan, “Turkish historians invited to look at archives in Armenia,” Hürriyet Daily News 22 avril 2010. URL : http://www.hurriyetdailynews.com/default.aspx?pageid=438&n=armenian-archive-chief-invites-turkish-historians-2010-04-22.

158 Voir sa page sur le réseau social scientifique Academia.edu : http://tunceli.academia.edu/CandanBadem.

159 Duke University, “Strange case of Yektan Turkyilmaz,” Duke Magazine 30 novembre 2005. URL : http://dukemagazine.duke.edu/article/strange-case-yektan-turkyilmaz.

160 04ISTANBUL1074_a (12/07/2004), “Armenian ʻGenocideʼ and the Ottoman Archives,” Wikileaks. URL : https://wikileaks.org/plusd/cables/04ISTANBUL1074_a.html.

Table des illustrations

Titre Photographie 3 : Résidus de graisse humaine, Ulu Camii, Kars
Crédits Adrian Foucher, Elshan Mustafayev, 6 avril 2015
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1864/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Photographie 4 : Monument à la mémoire de Turcs massacrés par les Arméniens à Oba (population azérie) dans le département d’Iğdır
Crédits Adrian Foucher et Elshan Mustafayev, 6 avril 2015
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1864/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Photographie 5 : Monument « à la mémoire de Turcs massacrés par les Arméniens » dans le village de Zeyve (département de Van)
Crédits Elshan Mustafayev et Adrian Foucher, 10 avril 2015
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1864/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre Photographie 6 : Musée d’Iğdır « à la mémoire de la tentative de génocide turc commise par les Arméniens » au bord de la route qui mène aux vestiges de l’ancienne ville d’Ani dans le département de Kars
Crédits Elshan Mustafayev et Adrian Foucher, 10 avril 2015
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1864/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photographie 7 : Église rénovée d’Akhtamar à Van qui fonctionne aujourdʼhui comme musée
Crédits Adrian Foucher, 9 mai 2015
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1864/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 416k

© Institut français d’études anatoliennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable