Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects économiques, culturels et mémoriels de la relation turco-arménienne

 | 
Elshan Mustafayev
, 
Adrian Foucher

1. Échec de la diplomatie et tentatives de rapprochement officielles

Texte intégral

I. Les relations turco-arméniennes depuis la fermeture des frontières

  • 3 Il s’agit en effet d’une circulaire du ministère des Affaires étrangères turc, datant du 6 avril 19 (...)
  • 4 Mais l’analyse chronologique montre que la guerre n’était déjà plus confinée à l’enclave du Haut-Ka (...)
  • 5 La reconnaissance officielle par l’Arménie des frontières telles qu’elles sont définies par le trai (...)

1La fermeture officielle des frontières entre la Turquie et l’Arménie remonte à avril 1993, 16 mois après la reconnaissance de l’indépendance de l’Arménie par Ankara. Le gouvernement turc a décidé d’interdire toute liaison transfrontalière avec l’Arménie3 au moment de la prise du district de Kalbajar en Azerbaïdjan par les forces arméniennes, soit lorsque le conflit arméno-azerbaïdjanais a cessé d’être confiné aux limites administratives de la région enclavée du Haut-Karabagh4. Toutefois, le conflit du Haut-Karabagh et le soutien de la Turquie à l’Azerbaïdjan aux dépens de l’Arménie a façonné au fur et à mesure les relations entre l’Arménie et la Turquie – mettant dans l’ombre d’autres discordes bilatérales5 – à tel point qu’Ankara a officiellement conditionné la normalisation de ses relations avec Erevan au retrait des troupes arméniennes des territoires occupés de l’Azerbaïdjan.

2La décision de fermer les frontières turco-arméniennes a eu pour conséquence immédiate l’arrêt de la seule connexion ferroviaire reliant la Turquie au Caucase du Sud via l’Arménie – fonctionnelle depuis le 15 septembre 1973 –, ce qui a accentué la paralysie de principaux axes de communication de la région. L’impossibilité de circuler par ce moyen allait ainsi priver la Turquie de sa connexion par la voie ferrée avec la Géorgie, donc au-delà avec l’Azerbaïdjan et la Russie. Quant à l’Arménie, elle s’était déjà vue privée de sa liaison ferroviaire avec l’Iran en raison du blocus imposé par l’Azerbaïdjan, puisqu’une partie de la voie reliant l’Arménie à l’Iran transite par le Nakhitchevan. Cette situation a privé l’Arménie de son rôle de pays de transit ferroviaire entre l’Iran et la Russie d’une part, et entre la Turquie et l’Azerbaïdjan d’autre part. Par extension, Ankara a également été coupée de l’espace post-soviétique.

3Les frontières de la Turquie avec le Caucase faisaient partie du flanc sud du rideau de fer pendant la Guerre froide et constituaient le seul contact terrestre entre l’OTAN et l’URSS (excepté la Norvège). Symbolisant la limite de 2 mondes idéologiquement rivaux, la frontière turco-arménienne était particulièrement surveillée et militarisée, obstruant ainsi les échanges transfrontaliers de toute nature. De ce fait, le petit commerce impliquant des habitants des zones frontalières n’était pas envisageable, d’autant plus que le mode de production communiste en URSS décourageait ce type d’activités commerciales. Aussi n’est-il pas surprenant que le premier poste frontalier connectant la Turquie à la Géorgie soviétique ne soit apparu qu’en 1988, et que la première connexion routière avec l’Azerbaïdjan (au Nakhitchevan) ait été lancée en 1992, soit quelques mois après l’indépendance de l’Azerbaïdjan. En comparaison avec ses deux voisins caucasiens, l’existence de deux points de passage (ferroviaire et routier) vers la Turquie représentait un atout pour l’Arménie au moment de la chute de l’Union soviétique. De surcroît, le centre socio-économique du pays, la capitale Erevan, se trouve à seulement quarante minutes en voiture de la frontière turque.

  • 6 La participation de l’Arménie à l’Organisation de la Coopération de la Mer Noire lui a permis d’ouv (...)
  • 7 Hacıoğlu, Nerdun, “Ermenistan sınırı Trabzonʼdan deldi,Hürriyet 24 juillet 2012. URL : http://www (...)
  • 8 Ibid.

4La reconnaissance de l’Arménie par la Turquie n’entraînant pas un échange réciproque des représentations officielles permanentes6, les rares rencontres officielles bilatérales se sont déroulées essentiellement dans le cadre de la participation commune aux travaux des organisations internationales. Certes, les organisations internationales représentent une bonne opportunité de coopération en incluant les deux pays au sein d’une plateforme commune. Néanmoins, l’absence de relations bilatérales empêche les deux pays d’exploiter au maximum les acquis obtenus grâce à une coopération multilatérale. Par exemple, un accord sur le transport routier étant absent jusqu’à nos jours entre les deux pays, le partenariat entre l’Arménie et la Turquie dans le cadre de l’Organisation de la Coopération de la Mer Noire offre aux deux pays une possibilité de dialogue. Ce partenariat a permis en 2012 à l’Arménie d’obtenir un droit de passage pour 200 poids lourds par an afin d’exporter des produits arméniens vers les marchés mondiaux via le port de Trabzon7. Selon les propos d’Arthur Kazarian, un responsable de l’Union des entrepreneurs et d’hommes d’affaires arméniens, l’utilisation du port turc pour les exportations des produits arméniens revient beaucoup moins cher que les ports géorgiens, mais le quota est en-dessous de la demande arménienne, et la Turquie demande un visa de travail provisoire pour les conducteurs des poids lourds alors qu’un simple visa touristique ou une procédure appropriée à la frontière auraient facilité les démarches des exportations8.

  • 9 04YEREVAN587_a, Kurdish activities in Armenia, Wikileaks 11 mars 2004. URL : https://www.wikileak (...)
  • 10 CNN Türk, “Suriye’ye giden Ermenistan uçağı arandı,CNN Türk, 15 octobre 2012. URL : http://www.cn (...)
  • 11 Environ 15 000 Arméniens ont trouvé refuge en Arménie depuis le début du conflit en Syrie ; voir pl (...)
  • 12 À la suite de la sanction russe contre les marchandises turques fin 2015, des poids lourd turcs ont (...)
  • 13 Kavkaz Uzel, “Ochevidcy zajavili o mnogokilometrovoj probke na KPP ‘Verkhnij Lars’” [Des témoins pa (...)

5Il est cependant difficile de parler d’absence totale de contacts officiels entre la Turquie et l’Arménie vu le nombre de dossiers nécessitant un échange entre les deux pays. À titre d’exemple, selon le témoignage des diplomates américains révélés par Wikileaks, les services secrets turcs se seraient entretenus avec leurs homologues arméniens afin de vérifier les rumeurs, véhiculées surtout par les médias nationalistes turcs, concernant l’installation de centres d’entraînement du PKK [Partiya Karkerên Kurdistan, Parti des travailleurs du Kurdistan] en Arménie dont le territoire servirait de base arrière pour le mouvement kurde9. Le voisinage immédiat rend indispensable la communication par des canaux officiels, même discrets, en raison de l’impact possible d’une décision prise dans un pays chez le pays voisin. Ainsi, l’interdiction du survol de l’espace aérien turc à tout appareil effectuant un voyage de/vers la Syrie, en vigueur depuis octobre 2012, a mis l’Arménie en difficulté car le coût du vol vers Erevan depuis le Moyen Orient10, dont les usagers peuvent être des Syriens d’origine arménienne accueillis en Arménie, a augmenté11. Par ailleurs, des poids lourds de compagnies de transport turques utilisaient davantage la route géorgienne – pour l’Arménie, principale connexion routière avec le marché russe – avec la hausse des exportations turques vers la Russie et l’Asie Centrale12, entraînant des embouteillages et ainsi des pertes pour les exportateurs arméniens de produits agricoles13. Enclavée par le blocage de ses frontières est et ouest, l’Arménie reste dépendante du territoire géorgien et de sa politique extérieure qui diffère de celle de l’Arménie, surtout vis-à-vis de la Russie. Les relations tumultueuses entre Russes et Géorgiens ont par exemple eu des conséquences indirectes néfastes sur les relations commerciales entre l’Arménie et la Russie, premier partenaire commercial de l’Arménie. Par exemple, l’interdiction d’importer en Russie des produits alcoolisés via la Géorgie a fortement touché l’exportation de brandy et de vin arméniens vers les marchés russes, puisque ces exportations nécessitaient l’emprunt des routes géorgiennes, or l’usage de la voie maritime entraîne une augmentation des coûts.

6L’ambassade de Turquie à Tbilissi, en Géorgie, est chargée de suivre les affaires administratives liées à l’Arménie ou aux Arméniens depuis 2005. En raison de l’absence des services consulaires et diplomatiques turcs sur le territoire arménien, elle est parfois sollicitée en sa qualité de figure publique turque, ou dans un cadre non officiel, pour dialoguer avec les instances publiques arméniennes en diverses occasions (arrestation de citoyens turcs en Arménie, accidents de voiture de conducteurs turcs sur le sol arménien, vols, assassinats, trafic de drogue, etc.). De plus, la lutte contre le trafic d’êtres humains, les réseaux de prostitution, et d’autres cas du crime organisé impliquant les citoyens de deux pays rendent inéluctable le recours aux canaux de communication officiels.

  • 14 L’espace aérien turc a été fermé aux avions provenant d’Arménie en 1994-1995 et brièvement en 2001 (...)

7L’espace aérien turc est ouvert depuis 1995 à l’aviation civile arménienne, probablement à la demande de l’Azerbaïdjan14 : survoler l’Arménie reste en effet le moyen le plus rapide pour la Turquie et l’Azerbaïdjan d’accéder à leur territoire mutuel. Pour des raisons pratiques, l’Azerbaïdjan et l’Arménie ne s’interdisent pas mutuellement le survol de leur espace aérien : celui de l’Arménie étant d’ailleurs très important pour la connexion par la voie des airs entre le Nakhitchevan et le reste de l’Azerbaïdjan. La seule liaison aérienne directe entre Istanbul et Erevan est assurée de nos jours par la compagnie aérienne turque AtlasGlobal (un aller-retour Istanbul-Erevan coûtait un peu plus de 220 euros en janvier 2015). Jusqu’à sa faillite en 2013, la compagnie aérienne arménienne Armair opérait aussi cette liaison deux fois par semaine. Le prix élevé des vols Istanbul-Erevan pousse les passagers arméniens à utiliser également des vols low cost à destination de la Géorgie. Aussi n’est-il pas rare de rencontrer un grand nombre de passagers arméniens dans des avions décollant de Turquie à destination de Tbilissi.

  • 15 La construction du barrage s’est terminée en 1980, en prenant comme base juridique l’accord entre l (...)
  • 16 Monsieur Martirosyan a accepté de répondre à nos questions par e-mail.

8La cogestion du réservoir Arpaçay/Akhuryan, à cheval sur une vingtaine de kilomètres sur la frontière entre la Turquie et l’Arménie, est un des rares dossiers ayant fait l’objet de rendez-vous réguliers sur le plan officiel et impliquant des organismes publics et l’administration locale des régions frontalières, de part et d’autre15. Portant essentiellement sur des questions techniques ponctuelles, comme la répartition de l’eau en période d’irrigation, ou celles liées au quotidien, comme la restitution du bétail égaré, ces rencontres d’officiels des deux pays laissent de côté les questions écologiques, telles que le contrôle du taux de particules radioactives dans les réservoirs, les problèmes liés à la biodiversité, la régulation des activités liées à la pêche intensive, etc. L’absence de relations officielles est le principal obstacle à la mise en place d’un dialogue à l’échelle plus globale, notamment incluant les ministères de l’Écologie des deux pays. Une ONG arménienne, Geophone, a pourtant lancé une alerte d’urgence environnementale au début des années 2000, mais le manque de coopération bilatérale au sujet des questions environnementales entre sociétés civiles arménienne et turque empêche de mettre le volet écologique à l’ordre du jour. « Plusieurs fois, j’ai voulu trouver un partenaire pour travailler, mais cela s’est avéré impossible », nous a confié Levon Martirosyan, directeur de l’ONG Geophone. La « seule ONG travaillant sur cette question » a cessé de s’intéresser à la question de la pollution dans les eaux du réservoir, parce qu’elle manquait « d’argent et de partenaire »16. La protection de la faune et de la flore des deux côtés de la frontière sont bien évidemment des éléments communs et le volet environnemental reste de nos jours un terrain vierge sur lequel les acteurs publics et les acteurs issus de la société civile pourraient établir un dialogue.

  • 17 Échange avec des locaux rencontrés près de la ville d’Ani au mois de mai 2015.

9De nos jours, la fermeture de la frontière se traduit par un dispositif de sécurité militaire dans les anciens postes frontaliers près du village dʼAlican à Iğdır et près de celui d’Akyaka, à Kars. Il est notamment strictement interdit d’accéder ou de prendre des photos de ces postes frontaliers militairement protégés. Côté arménien, les drapeaux russes flottant au-dessus des tours d’observation et de défense réparties le long de la frontière montrent que l’armée russe en assure la protection. À Ani, ville fantôme et important site historique, archéologique, mémoriel et touristique régional situé du côté turc de la frontière, celle-ci est naturellement délimitée par une rivière nommée Arpaçay en turc, Akhuryan en arménien, un affluent de l’Araxe. Selon des locaux, un jeune Kurde serait mort durant l’année 2015, pris pour cible par des militaires depuis le territoire arménien parce qu’il aurait traversé la rivière pour aller récupérer son bétail égaré17. Pourtant un gardien du troupeau du village voisin, peuplé de Turcs Meskhètes, raconte qu’il s’entretient parfois avec des Arméniens (la rivière frontalière est large d’un peu moins de 5 mètres) et échange des produits avec eux, généralement des cigarettes et de la vodka et qu’il lui arrive parfois de rendre des « cochons élevés par des Arméniens » (la restitution du bétail égaré ne serait pas toujours respecté des deux côtés, dit-il).

10Malgré l’absence de relations directes entre Ankara et Erevan, la communication à échelle officielle n’a donc jamais cessé entre les deux pays dans des domaines bien précis. Dans bien d’autres domaines en revanche, comme nous le verrons dans la partie suivante, le développement des relations entre la Turquie et l’Arménie demeure entravé par l’existence d’acteurs extérieurs.

II. Des acteurs extérieurs obstacles au rapprochement turco-arménien ?

L’Azerbaïdjan : un acteur-clef pour comprendre les relations turco-arméniennes 

  • 18 Intitulé Balkanlar, Avrupa ve Kafkaslarda Sivil Toplum Örgütlerinin Önemi: Daha Barışçıl Bir Dünya (...)
  • 19 Il s’agit du colloque intitulé States, Societies and Reconciliation: Turkish-Armenian Relations in (...)

11Tous les gouvernements turcs, tant les gouvernements de coalition des années 90 que ceux formés par l’AKP depuis plus d’une décennie ont conditionné la normalisation des relations avec l’Arménie au retour des territoires occupés de l’Azerbaïdjan. Les relations de la Turquie avec l’Arménie sont devenues au fur et à mesure tributaires de l’Azerbaïdjan et du conflit entre Bakou et Erevan. De nos jours, la question arménienne en Turquie se trouve liée au dossier du conflit arméno-azerbaïdjanais dans à peu près toutes ses dimensions. Du fait de la fermeture par Ankara de ses frontières avec l’Arménie depuis 1993, l’Azerbaïdjan, se montre sensible à tout signe de normalisation dans les relations turco-arméniennes, y compris dans le domaine culturel ou éducatif en lien avec la communauté arménienne de Turquie. Dans les faits, le gouvernement azerbaïdjanais mène une politique étrangère inflexible à l’égard d’Erevan qui consiste à l’affaiblir par le biais de la fermeture de la frontière turco-arménienne afin d’obtenir des concessions concernant le conflit du Haut-Karabagh. Dans la même logique, l’exportation des hydrocarbures de la Caspienne (le pipeline Bakou-Tbilissi-Ceyhan, le gazoduc Bakou-Tbilissi-Erzurum et TANAP (Transanatolian pipeline avec un volume d’investissements global –extraction et transport– de 45 milliards de dollars est un projet de gazoduc)), ainsi que la réalisation d’autres grands projets régionaux (la connexion ferroviaire Bakou-Tbilissi-Kars) s’effectuent par le contournement du territoire arménien, sous la pression de Bakou, pour permettre à l’Azerbaïdjan d’acquérir un avantage stratégique sur Erevan. Si la Turquie soutient cette opinion, sa position diffère pourtant de celle de l’Azerbaïdjan sur de nombreux points. La « question arménienne » n’a pas du tout la même définition et les mêmes contours à Ankara et à Bakou. Aussi n’est-il pas rare de voir les instances azerbaïdjanaises aller jusqu’à s’immiscer dans les affaires intérieures turques afin d’empêcher des initiatives visant à rapprocher ou normaliser les relations entre les deux pays, ou entre Arméniens et Turcs. La première école d’été internationale organisée par Helsinki Citizens’ Assembly dans la province de Çanakkale, en septembre 2000, a ainsi été annulée sur la demande du consulat d’Azerbaïdjan à Istanbul18. Lors d’un colloque consacré aux problèmes liés à la réconciliation entre la Turquie et l’Arménie, à Istanbul, Emel Kurma, un responsable de cette organisation a laissé entendre que la participation d’un invité originaire du Haut-Karabagh serait à l’origine de l’annulation de l’évènement, et ce, très probablement à la demande du consulat d’Azerbaïdjan à Istanbul19.

  • 20 Intitulé The Sealed Gate: Prospects of the Turkey-Armenia Border, le colloque a été organisé par la (...)
  • 21 Burdy, Jean-Paul, « La démolition du “Monument à l’Humanité” de Kars et les relations turco-arménie (...)
  • 22 Effectué par Turan Air, une compagnie aérienne privée, le vol direct Bakou-Kars n’est plus d’actual (...)
  • 23 arminfo.am, “Kars Governor Heads Pro-Armenian Forces In Turkey: Azerbaijani Consul,” arminfo.am 18 (...)

12L’ancien maire de Kars, Naif Alibeyoğlu, a déclaré publiquement à Ankara en 2014 durant un colloque organisé par la Fondation Hrant Dink et l’Université d’Ankara20, que l’Azerbaïdjan serait même à l’origine de la fameuse affaire de la démolition du Monument à l’Humanité21, certains l’interprétant comme « dédié à la réconciliation des Turcs avec les Arméniens ». M. Alibeyoğlu s’était déjà attiré les foudres des officiels azerbaïdjanais lors de la cérémonie d’inauguration de la ligne aérienne entre Bakou et Kars22, en septembre 2008, pour avoir parrainé une pétition en 2005 qui aurait réuni, dans la province de Kars, 40 000 signatures en faveur de l’ouverture des frontières avec l’Arménie. Le consulat d’Azerbaïdjan à Kars, ouvert en 2004, a fustigé à plusieurs reprises le maire de Kars, parfois en violation des principes consulaires, pour ses initiatives en faveur du rapprochement arméno-turc. Le consul général d’Azerbaïdjan est même allé jusqu’à le qualifier, en août 2006, de « membre important des forces pro arméniennes en Turquie »23.

  • 24 Interview réalisée à Diyarbakır le 25 février 2015.
  • 25 news.az, “Azerbaijan thanks Turkey for cancelling Van-Yerevan flight,” news.az 3 avril 2013. URL : (...)
  • 26 Grigoryan, Marianna, “Armenia-Turkey: Cancellation of Yerevan-Van Flight Aggravates Old Wounds, eu (...)
  • 27 Burch, Jonathan, “Turkey scraps flights to Armenia after Azeri resistance, Reuters, 1 avril 2013. (...)
  • 28 news.am, “Türk tarafı Erivan-Van direk uçuşlarını askıya aldı,” news.am 29 mars 2013. URL : http:// (...)
  • 29 IHA, “Ermeniler uçuş için Azerileri suçluyor, IHA 3 avril 2013. URL : http://www.iha.com.tr/haber- (...)

13Certains acteurs politiques et économiques en Turquie ne dissimulent pas leur indignation et leur incompréhension devant une telle situation. Un homme d’affaires basé à Diyarbakır24 – qui ne fait pas mystère de ses liens commerciaux et ses bons contacts avec l’Arménie – s’est plaint, lors de notre entretien réalisé au sein de son entreprise, de l’implication de l’Azerbaïdjan dans l’annulation du vol Van-Erevan en 2013, une semaine avant le décollage du premier avion pour lequel il avait réservé une place en vue d’un voyage d’affaires à Erevan. Bien que Bakou ait ouvertement remercié la Turquie par le biais de son ministère des Affaires étrangères pour l’annulation de ce vol25, il est difficile de confirmer les allégations de cet homme d’affaires. La compagnie aérienne privée en charge du projet, Borajet, a en outre laissé entendre publiquement que l’annulation du vol était liée à sa faible rentabilité et n’a désigné expressément ni l’État turc ni le gouverneur de la région comme étant à l’origine de cette annulation26. Ce qui semble le plus digne d’intérêt dans cette affaire, ce sont les perceptions et les déclarations des différents acteurs eux-mêmes en Turquie et en Arménie : Armen Hovhannisyan, représentant de l’agence de voyages Narekavank, un des trois partenaires du projet de vol Erevan-Van (les deux autres sont Borajet et l’agence de voyage Ayanis Turizm basée dans la ville de Van), interrogé quant au rôle de la partie azerbaïdjanaise dans l’annulation du projet, a affirmé à Reuters que l’Azerbaïdjan aurait « agi en coulisses »27. La direction de Narekavank a également mis le nom de l’Azerbaïdjan dans le communiqué officiel qu’elle avait publié pour protester contre l’annulation du vol28. Astghik Igityan, une des participante arméniennes du Programme Beyond Borders en Turquie en tant que journaliste, spécialiste de la Turquie et par ailleurs coordinatrice de l’édition en arménien du site internet ermenihaber.am, a également accusé l’Azerbaïdjan de faire pression sur les autorités turques pour l’annulation du vol Erevan-Van29.

  • 30 Akçam, Taner, « La Turquie cherche à sortir indemne de 2015 », Repair Future 4 février 2015. URL : (...)
  • 31 ensonhaber.com, “Taksim’deki Hocalı mitinginde çirkin pankart,” ensonhaber.com 27 février 2012. URL (...)
  • 32 Star, “Hocalı Şehitleri Anıtı dualarla açıldı,” Star 27 février 2014. URL : http://haber.star.com.t (...)
  • 33 Ibid.
  • 34 Milliyet, “İzmit’te Hocalı Anıtı açıldı,Milliyet 22 avril 2015. URL : http://www.milliyet.com.tr/ (...)
  • 35 Monte Melkonian, membre de l’ASALA, a commandité plusieurs attentats contre des diplomates turcs da (...)
  • 36 Milliyet, “Gölbaşında ‘Kahraman İbad Hüseynli’ adı sokağa verildi,Milliyet 29 avril 2015. URL : (...)
  • 37 Milliyet, “MİSİAD Bodrum’da ‘100. Yılında Ermeni Meselesi’ adlı konferans verdi,” Milliyet 1 mai 20 (...)
  • 38 Milliyet, “Sahinbey’de Azerbaycanlı İbad Hüseyinli Parkı Açıldı,” Milliyet 31 août 2015. URL : http (...)

14Taner Akçam, spécialiste reconnu de la question du génocide arménien, s’étonne de « l’autorisation donnée – au mépris du droit international – aux représentations officielles de l’Azerbaïdjan de mener des actions politiques en Turquie »30. Il cite comme exemple la compétition de réalisation d’affiches [Ermeni Zulmü Uluslararası Afiş Yarışması – Compétition internationale d’affiche sur l’oppression arménienne] organisée par la faculté des Beaux-Arts de l’Université de Gazi – connue pour l’activisme de ses organisations nationalistes turques – avec l’Ambassade d’Azerbaïdjan. Cette compétition portait sur « les massacres commis par les Arméniens envers les Turcs lors de la Première Guerre mondiale » et les noms des lauréats allaient être annoncés le 19 janvier 2014, jour anniversaire de l’assassinat de Hrant Dink. Le contenu de la conférence qui a suivi cet évènement a cherché à élaborer une continuité historique entre les massacres des Turcs par des Arméniens en 1915 et les exactions commises par des milices arméniennes sur des Azerbaïdjanais dans la guerre du Haut-Karabagh dans les années 90. La thématique « des atrocités des milices arméniennes contre les civils azerbaïdjanais » paraît servir de contre-argument à certains acteurs politiques et sociaux en Turquie qui souhaitent contrecarrer les discours revendicatifs relatifs à la responsabilité de la Turquie dans les évènements de 1915. Cela alimente le discours officiel qui présente les Arméniens non comme les victimes du génocide, mais comme les bourreaux et responsables des massacres de civils turcs et kurdes. Discours qu’illustrent le musée du génocide d’Iğdır et les nombreux monuments ou sites mémoriels présents dans les provinces de Kars, Van et Iğdır. Quant à la partie azerbaïdjanaise, tout en cherchant à convaincre l’opinion publique turque du bien-fondé de la fermeture des frontières avec l’Arménie, elle rallie ainsi à sa cause les franges les plus nationalistes de la société turque, celles enclines à instrumentaliser le conflit arméno-azerbaïdjanais. Des groupuscules ultranationalistes turcs brandissaient ainsi des slogans anti-arméniens lors de la manifestation organisée pour commémorer les évènements de Khodjaly place Taksim, en 201231. La thématique du « massacre de Khodjaly » [Hocalı katliamı] se transforme progressivement en un référentiel dans l’espace public turc depuis quelques années par le biais notamment des efforts mutuels des municipalités et des organismes officiels turcs et du gouvernement azerbaïdjanais. Par exemple, un monument à la mémoire des victimes de Khodjaly a ainsi été inauguré en février 2014 par la municipalité de Keçiören (Ankara), en présence32 du président du parlement turc et d’autres députés, ainsi que de cadres importants de l’AKP, y compris le secrétaire général du parti. Yasin Aktay, haut responsable du parti et plume de la mouvance islamiste, a dénoncé lors de cette cérémonie d’ouverture « l’hypocrisie de l’opinion publique internationale qui met en avant des évènements datant d’il y a 100 ans, et reste indifférente devant cet évènement (de Khodjaly) ». Cemil Çiçek, le président du parlement d’alors a déclaré : « nous le peuple turc ressentons cette peine dans notre cœur, ceux qui ne la ressentent pas ne font pas partie de nous »33. Le secrétaire général de l’AKP a également martelé par la suite que « les frontières rouvriront quand l’occupation finira et que les Arméniens quitteront les territoires (du Karabagh) ». Nous avons également observé l’inauguration de ce type de monument par différentes municipalités en Turquie, entre autres à Izmit par la municipalité de Kocaeli34 deux jours avant les commémorations du centenaire du génocide arménien. La mobilisation des éléments du conflit du Haut-Karabagh fait partie de la construction d’un corpus idéologique officiel en Turquie dans le contexte de la montée des revendications de la société civile et de la communauté internationale à propos de la reconnaissance du génocide arménien. Par conséquent, le discours officiel turc n’hésite pas à utiliser des éléments qui instaurent une continuité entre la guerre arméno-azerbaïdjanaise et la question arménienne en Turquie. Ainsi, le nom d’un ancien soldat azerbaïdjanais, Ibad Huseynov, qui prétend être à l’origine de l’assassinat de l’ancien combattant de l’ASALA Monte Melkonian35, a été donné à une rue à Ankara en présence de plusieurs personnalités politiques de l’AKP36 et à un parc municipal à Gaziantep37. Invité et placé au premier rang des conférences organisées par la mouvance nationaliste turque38, Ibad Huseynov devrait en outre se voir octroyer la nationalité turque. Pour les autorités turques, gratifier un ancien combattant azerbaïdjanais du Karabagh prétendant avoir éliminé une figure arménienne anti-turque n’est pas un acte anodin et contribue à la construction d’une continuité illusoire entre la question arménienne en Turquie et le conflit arméno-azerbaïdjanais.

  • 39 Radikal, “Ermeni asıllı piyanist için Azerbaycan’a Nota,” Radikal 27 décembre 2006. URL : http://ww (...)
  • 40 Gökhan Diler, Fatih, “Arzu Geybullayeva: Agos’ta çalıştığım için linç edildim,Agos, 19 juin 2015. (...)
  • 41 Le journal Agos est certainement le média le plus important de la communauté arménienne en Turquie. (...)

15Le ministère des Affaires étrangères de l’Azerbaïdjan applique une interdiction d’entrée sur son territoire à tout citoyen turc d’origine arménienne. Venu pour un concert à Bakou dans l’équipe de la chanteuse turque Sertap Erener, Burak Bedikyan s’est vu refuser son visa d’entrée à l’aéroport de Bakou et a été expulsé vers la Turquie39. Les hommes politiques, les membres de la société civile turque ayant visité l’Arménie et s’étant entretenus avec leurs collègues arméniens sont rapidement identifiés par les médias azerbaïdjanais, comme le montre l’exemple de l’ancien maire de Kars cité précédemment. Arzu Geybullayeva, une militante des droits des femmes en Azerbaïdjan, confiait dans une interview qu’elle avait reçu des menaces sur Internet40 en raison de sa collaboration avec l’hebdomadaire arménien de Turquie Agos41.

  • 42 Par exemple, dans une des universités turques de la partie nord de Chypre, contrôlée par la Turquie (...)

16En somme, le poids de l’Azerbaïdjan dans les relations turco-arméniennes s’est considérablement accru, au point de prêter parfois à confusion. Si la position officielle de l’Azerbaïdjan vis-à-vis du rapprochement turco-arménien consistait, dans le passé, à empêcher la réouverture des frontières entre la Turquie et l’Arménie et l’établissement de liens commerciaux entre les deux pays, elle consiste désormais à réduire au minimum tout dialogue entre Turcs et Arméniens. Un certain nombre d’associations ainsi que des étudiants azerbaïdjanais, de plus en plus nombreux au sein des universités turques, participent ouvertement à cette politique, ce qui suscite parfois des agitations sur les campus en Turquie42.

Photographie 2 : Lycée technique Haydar Aliyev, à Kars financé par l’Azerbaïdjan et inauguré par les présidents de Turquie, d’Azerbaïdjan et de Géorgie

Photographie 2 : Lycée technique Haydar Aliyev, à Kars financé par l’Azerbaïdjan et inauguré par les présidents de Turquie, d’Azerbaïdjan et de Géorgie

Adrian Foucher et Elshan Mustafayev, avril 2015

La diaspora arménienne : une composante aux groupes hétérogènes

  • 43 « Les principaux points de concentration des arméniens dans le monde sont le Liban, l’Iran et la Sy (...)

17Conséquence d’un passé tragique, seul un tiers de la population d’origine arménienne vit, à l’heure actuelle, sur le territoire national arménien, tandis que la « diaspora arménienne », est composée de plusieurs millions de membres dispersés géographiquement dans des dizaines de pays européens, asiatiques et américains43. Il est évidemment difficile, voire impossible, de définir la structure de la diaspora arménienne, dont les différentes composantes ne sont homogènes ni socialement, ni politiquement. Le terme de diaspora arménienne décrit un ensemble d’individus issus de plusieurs vagues migratoires éparses dans l’espace et dans le temps, principalement issues de l’actuelle Turquie et Arménie.

  • 44 Ibid. ; p. 87.

Ce qui est qualifié de « diaspora arménienne » correspond davantage à une superposition de groupes diasporiques issus de plusieurs vagues migratoires aux origines différentes qu’à un phénomène homogène et solidaire, comme on a trop souvent tendance à le décrire explique Gaidz Minassian44.

  • 45 Souvent considéré comme le premier parti politique des Arméniens de la diaspora, la fraction Dachna (...)
  • 46 Voir plus : Toloyan, Khatchik, “Armenian Diaspora and the Karabagh conflict,” in Hazel Smith and Pa (...)

18Khatchik Tololyan, professeur à Wesleyan University et rédacteur en chef de la revue Diaspora, indique que l’histoire des partis politiques arméniens, qui cristallisent une partie relative des membres de la diaspora arménienne de nos jours, remonte à une période antérieure à la formation de l’État arménien. De ce fait, les Arméniens de la diaspora échappant aux dynamiques de politique intérieure en Arménie ne sont ni mobilisés ni vraiment influençables par les grands partis politiques de la « mère patrie » et se regroupent autour de leurs propres formations politiques historiques. Ces dernières restent marginales sur l’échiquier politique en Arménie ou, au mieux, restent sous-représentées au Parlement arménien tandis que des partis politiques dominants en Arménie doivent solliciter ces formations politiques pour traiter avec la diaspora arménienne : la fédération révolutionnaire arménienne (Dachnaktsoutioun ; gauche)45, le parti social-démocrate (Henchak ; centre-gauche), le parti libéral-démocrate (Ramgavar ; centre-droit)46.

  • 47 Sever, Ahmet, Yaşadım, Gördüm, Yazdım. Abdullah Gül İle 12 Yıl, Doğan Kitap, pp. 131-134

19Ahmet Sever, conseiller de l’ex-président turc Abdullah Gül, témoigne dans ses mémoires – qui ont suscité un tollé sur l’espace médiatique turque–, que le gouvernement turc avait pris l’initiative en 2013 d’organiser le transfert des dizaines de milliers d’Arméniens d’Alep, pris en étau de la guerre civile en Syrie. Il rapporte que des membres du gouvernement turc avaient réuni des leaders de la communauté arménienne à Istanbul afin de solliciter leur coopération, promettant de faciliter les démarches administratives pour leur installation en Turquie, y compris l’octroi exceptionnel de permis de travail. Selon ce conseiller turc, ce « projet », qui avait reçu l’appui du Premier Ministre R. T. Erdoğan et du Ministre des Affaires étrangères turc Ahmet Davutoğlu, n’a pas abouti à cause des pressions exercées par la diaspora arménienne à l’étranger, émanant principalement du parti Dashnaksoutioun qui ne voulait pas que la Turquie instrumentalise cet acte humanitaire à « d’autres fins »47.

20Les relations entretenues par la diaspora et la Turquie ont une importance certaine quant à l’étude des relations arméno-turques, d’autant plus que la diaspora arménienne dispose de davantage de moyens – notamment financiers – que l’État arménien pour étayer la normalisation des relations turco-arméniennes, pour la contrôler et, dans une certaine mesure, la façonner. En effet, la diaspora arménienne a su s’organiser de manière autonome, s’appuyant sur ses propres ressources idéologiques et matérielles tandis que l’Arménie était incorporée à l’Union Soviétique et avait donc cessé d’exister en tant que sujet autonome de droit international. Concernant la diaspora, la question du génocide est

  • 48 Cheterian, Vicken, « Histoire, mémoire et relations internationales : la diaspora arménienne et les (...)

la première matière de la mobilisation des membres de la diaspora arménienne, [car] l’immense majorité de la diaspora arménienne est constituée de descendants des survivants des déportations de masse et des massacres qui détruisirent la population arménienne de l’Empire ottoman dans les années 1915-191948.

  • 49 Martine Hovanessian indique dans son ouvrage la persistance du clivage du pays d’origine, un trait (...)
  • 50 « L'Arménie n'a jamais et n'aura jamais mis aucune précondition à la normalisation des négociations (...)

21En conséquence, l’identité politique et culturelle des membres de la diaspora arménienne depuis maintenant quatre générations est fortement influencée et construite par le « profond traumatisme du génocide », ce qui constitue un point commun unificateur, unanimement partagé49. La position des principales organisations de la diaspora est donc intransigeante quant à la mémoire historique du peuple arménien en Turquie ottomane. La politique étrangère de l’Arménie envers la Turquie doit prendre en considération cette position à différents degrés. C’est pourquoi il n’était pas surprenant de voir la première semaine du mois d’octobre 2009, une semaine avant la signature des protocoles sur la normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie et l’ouverture des frontières, le président arménien en visite à Paris, New York, Beyrouth, Rostov-sur-le-Don et Los Angeles pour consulter et demander l’avis des représentants de la diaspora sur lesdits protocoles. L’État arménien soutient officiellement la campagne de reconnaissance du génocide arménien, surtout depuis le changement politique sur le plan intérieur et l’arrivée au pouvoir en 1998 de dirigeants originaires du Haut-Karabagh. Il ne conditionne guère pour autant la normalisation des relations avec la Turquie à la reconnaissance par celle-ci des massacres et des déportations de 1915 comme étant un génocide, et encore moins à la question des réparations et des rétributions à l’Arménie des « anciens territoires arméniens de l’Empire ottoman », contrairement à nombre d’acteurs politiques représentatifs de la diaspora arménienne50.

  • 51 Bedrosyan, Raffi, Thoughts on Threshold of Centennial, The Armenian Weekly 21 décembre 2013. URL  (...)
  • 52 “Uluslararası irtibatlarla Türkiye'de ameliyat yapıp da Türkiye toprakları üzerinde hak iddia etmek (...)
  • 53 Anadolu Ajansı, “Arkadaşı Ermeni diasporası olandan Kürt'e, Türk'e, Arap'a fayda gelir mi?,” TRT ha (...)

22Réunissant de nombreux sympathisants chez les Arméniens en dehors d’Arménie, les organisations qui prônent une approche intransigeante quant à la normalisation des relations turco-arméniennes prennent aux yeux des autorités turques une importance disproportionnée en raison de leur influence réelle ou supposée, se transformant en un interlocuteur imaginaire auquel les hommes politiques en Turquie s’adressent régulièrement. Cela contribue, d’un côté, à la perception turque, populaire et politique, « des Arméniens à l’étranger » comme « evil Armenian diaspora »51 et, de l’autre, confirme la place accordée par la Turquie à la « diaspora », au même titre que les autorités arméniennes quand le sujet porte sur la normalisation des relations turco-arméniennes. L’usage négatif récurrent de lʼexpression « diaspora arménienne » dans le discours politique intérieur turc contribue en ce sens indirectement au processus de « diabolisation » des membres de cette diaspora. Un mois avant les commémorations du 24 avril 2015 et à deux semaines des élections générales, le Premier Ministre turc Davutoğlu avait accusé Selahattin Demirtaş, co-secrétaire général du HDP, de s’entretenir avec la « diaspora arménienne » lors de ses voyages à l’étranger, « d’agir avec la diaspora arménienne » et d’être « le porte-parole de ceux qui, agissant avec des contacts internationaux [qui] veulent prétendre avoir des droits sur les territoires de Turquie »52. La mention à la « collaboration avec les Arméniens » sert d’autant plus les intérêts électoralistes que le Premier Ministre turc a minutieusement choisi son terrain pour attaquer son rival : lors d’un meeting électoral dans le district de Bitlis, un des théâtres les plus violents des évènements de 1915, le Premier Ministre turc déclarait à propos de M. Demirtaş : « En quoi un ami de la diaspora arménienne peut-il servir les intérêts du Kurde, du Turc ou de l’Arabe ? »53.

  • 54 Sözcü, “Gülen cemaatine Ermeni lobisi suçlaması!,” Sözcü 12 janvier 2015. URL : http://www.sozcu.co (...)
  • 55 Diler, Gökhan et Balancar, Ferda, “Diaspora’dan ‘paralel’ itirazı,” Agos, 11 février 2015. URL : ht (...)
  • 56 Milliyet, “Güncellemenin adı başkanlık sistemi,” Milliyet 19 mai 2015. URL : http://www.milliyet.co (...)
  • 57 Site internet de la présidence turque, “Bu memlekette her seçim, yeni bir kurtuluş savaşıdır,Sit (...)

23L’accusation de collaboration avec la « diaspora arménienne » ou avec des « lobbys arméniens » est un thème récurrent du discours politique qui, tout en perpétuant la mauvaise image de « l’Arménien » de la diaspora mythifie la notion même de diaspora et lui attribue une capacité de nuisance tant surévaluée que fantasmatique. Les dirigeants de l’AKP au sein du gouvernement turc, y compris le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Çavuşoğlu54 et le Premier Ministre A. Davutoğlu55, ont plusieurs fois accusé des supporters de Fethullah Gülen de travailler main dans la main avec des « lobbys arméniens » contre les intérêts de la Turquie. De même, le président turc R.T. Erdoğan a compté la diaspora arménienne parmi les détracteurs de la modification de la Constitution turque et du passage au régime présidentiel en Turquie, pierre angulaire de la campagne électorale de l’AKP en 201556. La mention de « la diaspora arménienne » apparaît plus souvent sous des combinaisons et des alliances supposées, d’une part entre elle et d’autres « forces étrangères » [yabancı güçler], et d’autre part, avec des groupes contestataires du gouvernement central sur le plan intérieur. La banalisation de l’usage de ce type de discours est perceptible dans l’espace public turc à l’échelle même des représentants du pouvoir officiel. Dans son discours prononcé à Sivas en juin 2015, le président turc Erdoğan a évoqué une « union » contre le gouvernement turc qui réunirait la diaspora arménienne, Kandil (c’est-à-dire le PKK), la Pennsylvanie (c’est-à-dire la confrérie Gülen), Gezi (le mouvement contestataire du parc Gezi en juin 2013) et des associations « homosexuelles »57.

  • 58 Puisque le PM a également évoqué les noms des diasporas grecques, chypriotes et juives.
  • 59 El, Kıvanç, “Ermeni diasporası bizim diaspora,” Milliyet 13 février 2015. URL : http://www.milliyet (...)

24Certes, la capacité organisationnelle des Arméniens dans des activités de lobbying auprès des institutions publiques de leurs pays de résidence s’avère primordiale concernant la question de la reconnaissance du génocide, qui constitue de manière générale un cadre susceptible de fédérer les opinions et les efforts des membres de la communauté arménienne. Cependant, des organisations « diasporiques » politisées ne sont pas pour autant en mesure de canaliser l’ensemble et la diversité des Arméniens dans le monde ni d’imposer leur vision du monde sur la réconciliation entre les Turcs et les Arméniens. Malgré tout, la notion de « diaspora arménienne », en simplifiant une réalité extrêmement complexe, facilite la désignation de « l’ennemi » par certaines personnalités politiques en Turquie. L’appel du Premier Ministre turc aux citoyens turcs résidant aux États-Unis afin d’unir leurs efforts dans le but de contrevenir aux « activités de lobbying » de la diaspora arménienne, entre autres diasporas hostiles58, s’inscrit dans cette logique. Lors de la réception des représentants des minorités religieuses en Turquie, en février 2015, Ahmet Davutoğlu, loin de fustiger « les lobbys arméniens pour leurs activités contre la Turquie », a qualifié la « diaspora arménienne » de « notre diaspora »59. Raffi Bedrossian, fondateur du projet Rebirth – qui aide des Arméniens islamisés en Turquie à revendiquer leurs « racines, langue et culture » –explique à al-Monitor, site d’informations en ligne, que

Erdoğan, l’AKP et d’une manière générale l’État turc et les médias contrôlés par le gouvernement décrivent défavorablement les Arméniens sous trois groupes distincts : les bons, les mauvais et les pauvres. La petite communauté arménienne à Istanbul est vue comme les bons – obéissante, agréable et facile à manipuler. La diaspora est vue comme les mauvais – l’ennemi odieux obsédé par la reconnaissance du génocide, la compensation et les réparations. Les Arméniens en Arménie sont vus comme les pauvres – complètement désespérés, dépendants à tous points de vue des Russes et des finances de la diaspora. L’État turc et Erdoğan échouent à voir que ces trois groupes partagent une peine commune depuis 1915 et un objectif commun pour une résolution juste. Oui, peut-être la diaspora est-elle la plus bruyante des trois… pourtant, la Turquie a complètement arrêté toute tentative de réconciliation avec ces trois groupes – elle a fermé les frontières avec l’Arménie et n’a aucun dialogue avec une quelconque entité de la diaspora ni avec l’Arménie concernant 191560.

  • 61 Banque mondiale, « Envois de fonds des travailleurs et rémunérations des salariés, reçus (% du PIB) (...)
  • 62 L’Union Générale Arménienne de Bienfaisance (UGAB) a été créée au Caire (Égypte) en 1906 à l’initia (...)
  • 63 Voir l’interview en intégralité. CivilNet TV, Demystifying The Armenian Diaspora, Vidéo Youtube 2 (...)
  • 64 Hurriyet, “Başbakan Davutoğlu: İstanbul’un en zenginleri Ermeni,” Hurriyet 22 avril 2015. URL : htt (...)
  • 65 Voir l’extrait de la vidéo. What's new in the world, “Başbakan Davutoğlu Ermeni Diasporası İntikam (...)

25Les Arméniens vivant à l’étranger constituent avant tout une source de revenus considérable pour l’économie arménienne. Selon les données de la Banque Mondiale, les transferts de fonds de travailleurs arméniens à l’étranger représentaient 21 % du PIB de l’Arménie en 201461. L’économie arménienne a réussi à décoller dans les années 2000 en s’appuyant sur le boom immobilier, grâce aux activités dans le secteur de la construction et aux projets d’infrastructures, impliquant l’investissement des Arméniens de la diaspora. Dans une interview à Civilnet, une chaîne de télévision en ligne, Berge Setrakian, le président de l’Union Générale arménienne de Bienfaisance invite à démystifier la notion de diaspora arménienne62, surtout en ce qui concerne les « idées reçues » sur les capacités financières des Arméniens vivant dans différents pays occidentaux. Il cite à ce propos le faible niveau d’argent récolté suite à l’appel aux organisations de la diaspora pour accueillir les Arméniens rescapés de la guerre civile en Syrie63. Le poids de la diaspora dans le développement de l’Arménie n’est pas le sujet de ce dossier, mais il est capital de souligner que l’investissement supposé de la diaspora n’est pas seulement limité au domaine économique. Il influencerait également le développement de la société civile, la promotion du secteur du tourisme, l’établissement de la collaboration universitaire, l’amélioration du système de santé, etc. La représentation « semi-mythologique » ou déformée de la « diaspora arménienne » en Turquie conduit en effet à des estimations très optimistes sur sa capacité financière et sa force économique, aussi bien chez les opposants au processus de réconciliation avec l’Arménie, que chez les partisans d’une normalisation. Pour les uns, conformément au discours officiel anti-diaspora, les moyens financiers de la « diaspora » seraient à l’origine de l’alignement de certaines personnalités politiques et publiques étrangères sur les positions arméniennes. Pour les protagonistes de la normalisation des relations turco-arméniennes, comme les agences de voyage ou certaines municipalités abritant des éléments du patrimoine arménien, la « diaspora arménienne » peut être considérée comme une source de revenus et un public intéressant. Répondant aux questions des journalistes d’une chaîne de télévision progouvernementale (Kanal 24), Ahmet Davutoğlu a critiqué la diaspora arménienne, qui « peut être considérée comme riche », selon le Premier Ministre, mais « ne souhaite pas une Arménie prospère64, car elle peut mettre sur le dos de l’échec économique de l’Arménie les événements de 1915 », contrairement à la diaspora juive qui « a mobilisé tous ses efforts pour enrichir Israël » et qui « voit la réussite d’Israël comme sa propre réussite ». Selon le Premier Ministre, la diaspora arménienne qui « connaît comme seul but la vengeance », pourrait développer l’Arménie « en transférant de grandes ressources », mais ne le fait pas. Selon A. Davutoğlu, la diaspora « aurait été capable d’éradiquer le chômage en Arménie » avec les dépenses effectuées autour de « ces évènements historiques »65.

  • 66 Par exemple, des musiciens reconnus de la communauté arménienne, Ara Dinkjian et son père Onnik Din (...)
  • 67 Voir un reportage sur les activités professionnelles d’Armen Aroyan. Vartan ABDO, “Armen Aroyan Pil (...)
  • 68 Voir l’annonce de l’exposition-conférence organisée par l’Institut Français d’Istanbul et l'IFEA, l (...)
  • 69 Voir le témoignage bref de Monsieur Boudoyan lors du vernissage de son exposition comportant ses ph (...)
  • 70 Estukyan, Vartan, “Ermenistan benim tarihim, babamın tarihi değil,” Agos 16 octobre 2015. URL : htt (...)

26Les officiels en Turquie ont une représentation négative de la diaspora arménienne reflétée dans le discours officiel du gouvernement de l’AKP. Dispersée dans plusieurs dizaines de pays du monde entier, la diaspora arménienne regroupe un grand nombre d’organisations de la communauté arménienne dont les opinions diffèrent au sujet de la normalisation des relations de l’Arménie avec la Turquie et l’ouverture des frontières. Certaines organisations posent la condition de la reconnaissance officielle du génocide arménien par la Turquie quand d’autres vont jusqu’à soulever la question de la « restitution de l’Arménie occidentale ». Les associations et individus actifs dans le processus de la normalisation des relations turco-arméniennes que nous avons interrogés ont indiqué que certaines organisations dans la diaspora arménienne jouent un rôle d’intermédiaire entre l’Arménie et la Turquie et apportent un soutien financier et moral à leurs activités. Qu’il s’agisse de l’organisation d’évènements par la participation commune des Arméniens et des Turcs (voyages en Arménie des membres de la communauté arménienne, conférences académiques dans des pays tiers où des chercheurs turcs et arméniens présentent leurs points de vue, etc.), ou de la rénovation (et la redécouverte) ou du patrimoine arménien en Turquie (voir plus loin le Project Van), la diaspora arménienne contribue, d’une manière indirecte, à la normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie, ce « retour aux origines » prenant parfois une allure très médiatique66. Armen Aroyan, un Arménien de la diaspora originaire de Gaziantep qui vit aux États-Unis, possède une petite société qui propose des voyages organisés aux Arméniens de la diaspora, curieux de découvrir les origines de leur généalogie familiale et le patrimoine du peuple arménien en Turquie67. Stéphane Boudoyan, un Lyonnais d’origine arménienne a parcouru la Turquie à la recherche des traces du patrimoine arménien et photographié l’héritage matériel du peuple arménien en Anatolie. Aujourd’hui, ses efforts de 40 ans « constituent un véritable trésor car de nombreux vestiges sont aujourd’hui sous les eaux du barrage de Keban »68. Il déclare lui-même contribuer à la réconciliation entre Turcs et Arméniens69 par le biais de ses contacts et rencontres en Turquie70.

III. Les échanges économiques malgré l’absence des relations officielles

Les relations économiques informelles : les acteurs et les enjeux commerciaux

  • 71 Nous avons cependant observé que les franges les plus nationalistes de l’Arménie organisent des cam (...)
  • 72 Il faut tenir compte du fait que le vol en escale entre l’Arménie et la Turquie revient parfois moi (...)
  • 73 Selon les informations recueillies, des bagages des voyageurs en bus ne doivent pas excéder 27 kilo (...)
  • 74 news.am, “Truck accident in Armenia, Turkish driver hospitalized, news.am 12 août 2015. URL : http (...)
  • 75 UMB(E)A-TEPAV-TABDC (s.d.), “Impediments to direct trade between Turkey and Armenia,” UMB(E)A-TEPAV (...)
  • 76 Ibid., p. 1.

27L’existence de relations économiques informelles entre la Turquie et l’Arménie est conditionnée avant tout par « le retrait de l’État », par sa tolérance (relative) ou son désintéressement vis-à-vis de la conduite des activités « extra officielles ». À ce propos, tout en conservant, de jure, des mesures restrictives pour le commerce bilatéral avec l’Arménie (nous y reviendrons plus tard), l’État turc n’applique aucune sanction juridique à l’égard des acteurs économiques entretenant des liens commerciaux avec l’Arménie. En Arménie, l’indifférence (le laissez-faire pourrait-on dire) de l’État71, par rapport à la réalité des importations des produits turcs sur les marchés arméniens favorise la prospérité des réseaux économiques informels. Ces importations sont rendues possibles par la collaboration des acteurs économiques turcs avec leurs homologues arméniens (par exemple, droits de vente exclusifs de certains produits turcs en Arménie), si besoin est, par l’intermédiaire de « partenaires » tiers (souvent géorgiens). Les échanges commerciaux prennent diverses formes : allers-retours réguliers effectués en Turquie par des ressortissants arméniens au profil de petit commerçant, et en Arménie par des milliers de chauffeurs de poids lourds turcs. Ces derniers, parallèlement à leur activité officielle de transport de marchandises turques pour des clients en Arménie, font du commerce à la valise (surtout cigarette et alcool). Le « commerce à la valise » est également favorisé par la liaison aérienne directe entre Istanbul et Erevan assurée par la compagnie aérienne turque AtlasGlobal72. L’envoi de cargo par des sociétés de transport, depuis Istanbul ou Erevan, permet de pallier les restrictions en matière de transport de bagages pour les Arméniens voyageant en bus73. Malgré le fait qu’il n’y ait à ce jour aucun accord de transport routier entre les deux pays, l’entrée en Arménie de poids lourds immatriculés en Turquie est acceptée par la douane arménienne. Les faits divers arméniens relatent souvent des accidents de la route impliquant des camions turcs en Arménie74. Compte tenu du flou juridique à la douane géorgienne permettant aux acteurs économiques de contourner les obstacles politico-institutionnels imposés par la douane turque, la Turquie n’est de toute façon pas en mesure d’assurer le contrôle de ces flux de marchandises : environ 20 000 véhicules à plaque d’immatriculation turque transportant des produits provenant de Turquie seraient entrés en Arménie, en 201275. Près de 40 % de tous les poids lourds traversant la douane arméno-géorgienne seraient entrés en Géorgie par le poste-frontière de Sarpi (dernier poste frontalier sur la route européenne E70), entre la Turquie et la Géorgie76. Ceci explique en grande partie que la Turquie soit parmi les principaux fournisseurs du marché arménien d’après les chiffres du service national arménien des statistiques. Pour cette raison également, il est nécessaire de relativiser les chiffres traduisant l’activité commerciale existant entre Ankara et Tbilissi. L’Arménie n’étant pas mentionnée sur le formulaire de déclaration fourni par la douane turque, les exportateurs turcs – aux postes frontaliers de Sarpi et de Türkgözü (route européenne E691 s’étendant jusqu’à la capitale arménienne) – souhaitant exporter vers l’Arménie déclarent la Géorgie comme destination finale. Ce contournement paraît avoir un certain intérêt économique pour la Géorgie dont les douanes admettent ces pratiques, d’autant que l’élaboration par celles-ci d’une nouvelle documentation officialisant le transit des marchandises turques à destination de l’Arménie est conforme aux accords bilatéraux entre la Géorgie et l’Arménie sur le transit des produits en provenance de pays tiers. Ces accords-ci ne restreignent en effet pas le transport des produits turcs vers l’Arménie par la Géorgie.

  • 77 « Nous n’avons pas encore compris pourquoi Demirci Makina (compagnie turque) est si fréquemment cri (...)
  • 78 Ziflioğlu, Vercihan, Karabakh Airport built with Turkish machinery, Hurriyet Daily News 25 juille (...)

28L’utilisation du territoire géorgien et de sociétés « fantômes », créées en Géorgie comme relais permettent aux sociétés turques de se protéger d’éventuelles critiques de la part des détracteurs du rapprochement turco-arménien en masquant la destination finale des produits exportés. À titre d’exemple, une société turque, Demirci Makina, est tombée dans le collimateur de critiques azerbaïdjanais et turcs au sujet de la vente de dispositifs matériels (selon certains sites, il s’agirait aussi de la vente de matériaux de construction) pour la construction de l’aéroport à Stepanakert/Khankendi dans le Haut-Karabagh. Confirmée par des responsables arméniens77, l’information a été contestée par la direction de la société turque indiquant la difficile traçabilité des produits transférés par des partenaires commerciaux à leur client arménien.78

  • 79 Ibid.

Nous n’avons pas directement vendu des produits au Karabagh. Il nous est impossible de vendre directement à l’Arménie, puisque nous sommes obligés d’enregistrer les produits que nous exporterions là-bas auprès du ministère d’État responsable du commerce extérieur. Un des pays à qui nous avons vendu nos produits a pu les revendre à l’Arménie79

  • 80 En grande partie grâce à l’injection de moyens financiers notables par la diaspora arménienne.
  • 81 Voir plus sur le site Internet de cette entreprise turque. URL : http://www.zafer.com.tr/zafer.asp? (...)

29a confié à Hürriyet un responsable de la société, qui témoigne également que « l’Ambassade d’Azerbaïdjan est aussi venue visiter notre société pour obtenir l’information ». La participation de compagnies turques à la réalisation de projets de construction, ou du moins la vente des matériaux de construction à l’Arménie – dont le secteur immobilier, en particulier, est en forte croissance80 – est officieusement connue, bien que fermement démentie par les officiels des deux pays. Au début des années 1990, Zafer Inşaat, sous-traitant pour des travaux de rénovation des bâtiments d’ambassades américaines dans les pays de l’espace post-soviétique, a mené simultanément des activités économiques en Azerbaïdjan et en Arménie, alors que ceux-ci se trouvaient de facto en guerre81.

  • 82 Özedincik, Sinan, Ermenistan’a konutla giriyor, Sabah 28 septembre 2014. URL : http://www.sabah.c (...)
  • 83 news.am,Ministry dismisses reports on Turkish construction company in Armenia, news.am 2 octobre (...)
  • 84 Un réalisateur turc proche de la mouvance islamiste, Ismail Kahraman, décrit comment une société tu (...)
  • 85 Le site officiel de la compagnie : http://www.furniwood.am/en/about-us.html.
  • 86 Le site officiel de l’exposition : http://expo.am/en/stroitelstvo_i_remont/.
  • 87 La république autonome du Nakhitchevan est une entité administrative autonome d'Azerbaïdjan. Elle a (...)

30Yusuf Öztürk, le président du Conseil d’Administration d’Öztürkler Holding, société de construction turque présente dans différentes parties du globe, a indiqué à Sabah, journal proche du gouvernement turc, la conduite d’un projet de construction pour un habitat résidentiel à Erevan82. Cette information a pourtant été démentie par les autorités arméniennes : « Selon nos sources, il n’y a pas de constructeurs turcs en Arménie en ce moment »83, a assuré un responsable du ministère du Développement urbain. Une étude de terrain approfondie permettrait de nuancer les propos officiels sur le sujet. Par exemple, plusieurs témoignages affirment qu’une compagnie turque aurait été chargée de la pose des fenêtres de l’aéroport Zvartnots d’Erevan84. D’ailleurs, la rénovation de cet aéroport a été réalisée grâce aux investissements d’un homme d’affaires arménien de la diaspora. En examinant l’origine des produits présentés dans les catalogues des grands magasins de vente spécialisés dans le secteur immobilier, nous avons constaté la forte présence des produits turcs sur le marché arménien. À Erevan, la Compagnie Furniwood LLC semble collaborer directement avec quatre ou cinq producteurs turcs dont les produits sont vendus via une chaîne de magasins de cette société en Arménie85. Plusieurs sociétés turques semblent également participer à l’exposition internationale Caucasus Building and Reconstruction 2016, qui réunit les producteurs de dix pays étrangers spécialisés dans la fabrication de matériaux de construction86. La participation directe de sociétés turques à ce type d’exposition a été largement médiatisée alors que le processus de normalisation des relations entre la Turquie et l’Arménie défrayait la chronique : plus de trente compagnies turques du BTP avaient présenté leurs produits à Erevan du 2 au 4 avril 2010 dans le cadre de l’exposition internationale The Caucasus : construction & renovation 2010. Il convient toute de même de souligner que l’importation de certains produits de construction de base comme le ciment revient cher en raison de la distance que l’embargo force à parcourir. C’est en partie pour cette raison que les producteurs turcs dans ce domaine n’en ont pas profité au contraire des producteurs de ciment dʼIğdır, qui ont réalisé d’importants bénéfices du fait de l’absence de production de ciment dans le contexte de la réalisation de grands projets d’infrastructure dans la République Autonome du Nakhitchevan87.

  • 88 Sur la question des monopoles dans l’économie arménienne, voir le rapport réalisé par la Banque Mon (...)
  • 89 Ziflioğlu, Vercihan, “Shuttle traders between Turkey, Armenia decry cargo price hike,” Hürriyet Dai (...)
  • 90 Le rapport de la Banque Mondiale, Re-Engineering a New Growth Model for Armenia: Accumulation, Comp (...)
  • 91 Ibid., p. 23.

31La fermeture de la frontière turco-arménienne a donc donné lieu, au fil des décennies, à l’émergence de réseaux économiques informels, tout aussi opaques que prospères, consistant principalement en une chaîne d’import-export entre la Turquie et l’Arménie. Nous proposons de distinguer le flux des marchandises à petite échelle allant de l’Arménie vers la Turquie (l’envoi de cargo, la pratique d’allers-retours réguliers en bus, etc.) de l’importation arménienne de produits turcs dont les volumes sont beaucoup plus importants. Il importe de souligner que le commerce informel – lequel ne signifie pas qu’il soit illégal – nourrit et se nourrit de la corruption bureaucratique. Des arrangements entre cercles économiques d’une part et bureaucratico-politiques d’autre part semblent nécessaires pour surmonter les difficultés à effectuer des opérations commerciales de grande envergure entre la Turquie et l’Arménie, liées en grande partie à la complexité juridique laissant une marge de manœuvre aux parties concernées. Les réseaux informels mis sur pied par les producteurs économiques turcs et les importateurs arméniens sont susceptibles en même temps d’arbitrer le prix final du produit importé sur le marché arménien, auquel s’ajoutent des frais de transport plus élevés en raison du contournement par la Géorgie. Décourageant finalement les petites et moyennes entreprises arméniennes, qui ne sont pas en mesure de supporter les frais élevés liés à l’importation et manquent de trésorerie pour développer leurs exportations, cette situation favorise l’émergence de monopoles sectoriels (ou les consolide) qui détiennent l’exclusivité sur l’importation des produits de consommation, y compris ceux provenant de Turquie par l’envoi de cargos. Ces produits de consommation quotidiens, par exemple dans le secteur agroalimentaire, semblent d’ailleurs être revendus par la politique du prix des « cercles » qui monopolisent88 le marché89. Par exemple, certaines compagnies de transport routier en Arménie se plaignent de la concurrence des grandes compagnies du secteur due au caractère réduit de leur flotte de poids lourds et en raison de la difficulté à obtenir des crédits pour l’achat de ce type de véhicules. En outre, les taux d’intérêt s’élèvent parfois à 15 %, sans parler de la TVA et des droits de douane90. Puisque le commerce extérieur de l’Arménie se réalise à plus de 80 % par voie terrestre, les petits producteurs sont obligés de se regrouper, manœuvre difficile, afin d’optimiser les coûts de transport. Le transport aérien est utilisé pour un nombre limité de produits ayant un ratio valeur-poids élevé, comme les fruits frais, les diamants et les bijoux, et représente environ 19 % du total des exportations de l’Arménie91. Le prix élevé du billet d’avion Istanbul-Erevan (un aller-retour coûtait environ 220 euros en janvier 2015) ne permet pas aux petits commerçants d’augmenter le volume du « commerce à la valise » par voie aérienne.

La perspective des relations économiques entre la Turquie et l’Arménie

  • 92 Gabbatt, Adam, “Turkish PM threatens to expel 100,000 Armenians over genocide vote,” The Guardian 1 (...)
  • 93 Cihan news, “Erdoğan threatens to deport Armenian citizens in Turkey,” Cihan news 15 avril 2015. UR (...)
  • 94 Le travail précédent de l’IFEA sur cette thématique par Burcu Gültekin signale par exemple la prése (...)

32La question de l’existence de facto de liens économiques avec l’Arménie n’apparaît peu, ou pas, dans les débats politiques en Turquie et ne fait pas partie des sujets débattus lors des campagnes électorales des différents partis politiques turcs, y compris de l’AKP. Les menaces de R.T. Erdoğan, en qualité de Premier Ministre (en 2009)92 puis de Président de la République (en 2015)93 et de l’ancien ministre des Affaires étrangères Yaşar Yakış (2006) sur l’expulsion des migrants arméniens de Turquie ne contenaient pas, par exemple, de remarques quant à d’éventuelles représailles de nature économique à l’encontre de ceux qui entretiennent des liens commerciaux avec l’Arménie. Nos observations laissent à penser que les hommes d’affaires turcs concernés par les échanges commerciaux avec l’Arménie viennent de tous les milieux politiques, ethniques, confessionnels et régionaux. Toute tentative d’établir une corrélation entre le profil social et politique d’un homme d’affaires et son ouverture pour le commerce avec l’Arménie paraît par conséquent peu pertinente. Les hommes d’affaires des régions littorales de la mer Noire, réputés proches des milieux conservateurs en Turquie, sont par exemple désignés par ceux de Kars comme les principaux bénéficiaires du commerce avec l’Arménie94.

  • 95 Baghramyan, Mher, The economic impact of opening the Armenian-Turkish border, rapport du think tank (...)
  • 96 Ibid.
  • 97 Ibid.

33Les échanges économiques existant entre la Turquie et l’Arménie sont loin d’être négligeables. En effet, d’après un rapport émis par l’Armenian International Policy Research Group en 201295, l’Agence nationale des statistiques d’Arménie estimait qu’en 2011, le pays avait importé 240 millions de dollars US de marchandises en provenance de Turquie, faisant de l’Arménie le quatrième pays destinataire des exportations turques. Les produits importés étaient principalement des objets en plastique (12 %), des chaudières et du matériel mécanique (8 %)96. L’Arménie aurait exporté vers la Turquie l’équivalent d’un million de dollars US de marchandises, mais en Turquie ces échanges ne sont pas répertoriés97.

  • 98 Le centre de recherche économique turc TEPAV, le centre de recherche belge pour la paix et la sécur (...)
  • 99 Gültekin, Burcu et Tavitian, Nicolas, Les relations arméno-turques : la porte close de l’Orient, GR (...)
  • 100 Voir carte numéro 1.

34Plusieurs rapports98 émis par des think tanks et organisations de différents pays se sont penchés sur la question des enjeux économiques de l’ouverture de la frontière turco-arménienne. Si les résultats de ces recherches peuvent apparaître légèrement différents, leur conclusion reste la même : les retombées économiques pour les deux pays seraient positivement importantes. En 2004, Burcu Gültekin et Nicolas Tavitian, dans un rapport rédigé pour le centre de recherche international pour la paix et la sécurité (GRIP)99, reprenaient les chiffres de la Banque Mondiale qui estimait que l’ouverture de la frontière turco-arménienne engendrerait pour l’Arménie une hausse de 30 à 38 % de son PIB et le doublerait en cas de levée simultanée des embargos turc et azerbaïdjanais. En outre, côté arménien, cela désenclaverait l’Arménie, dont la connexion au reste du monde dépend en partie de la Géorgie et du port de Poti100.

Carte 1 : Entraves économiques et stratégies de contournement des provinces de l’est de la Turquie

Carte 1 : Entraves économiques et stratégies de contournement des provinces de l’est de la Turquie

Adrian Foucher, 2015

  • 101 Le PIB signifie la richesse produite sur un territoire pendant une année complète.
  • 102 Baghramyan, Mher, The economic impact of opening the Armenian-Turkish border, Armenian Internationa (...)

35Certes, l’Arménie est un petit marché comparée à son voisin turc. En 2010, alors que le produit intérieur brut (PIB)101 arménien était de 9,4 milliards de dollars US, le PIB turc s’élevait à 734,4 milliards de dollars US. Néanmoins, l’économie turque est extrêmement concentrée dans l’ouest du pays. Ansi, les villes turques de l’est telles qu’Iğdır et Kars bénéficieraient économiquement de l’ouverture de la frontière. Or, l’Arménie connaît une évaluation positive de sa législation commerciale par la Banque Mondiale, ce qui signifie que les échanges avec l’Arménie ne présentent pas de risques particuliers102.

  • 103 Baghramyan, Mher, op. cit.
  • 104 Le rapport de Banque Mondiale, op. cit, p. 67.

36Plusieurs secteurs d’échange seraient concernés par l’ouverture de la frontière. Le think tank arménien dans le rapport cité précédemment103 estime ainsi que les secteurs de l’agriculture, du transport, du tourisme et de l’énergie connaîtraient une croissance importante si la frontière venait à s’ouvrir. L’agriculture constitue en effet une part importante de l’économie des deux pays, représentant 20 % du PIB arménien et 10 % du PIB turc. Aussi, il est estimé que les Arméniens pourraient exporter des boissons alcoolisées et autres spiritueux ainsi que du cuir vers le marché turc. Ces exportations ne sont pas sans conséquence, car l’Iran, partenaire commercial de l’Arménie interdit l’entrée sur son territoire de produits alcoolisés, et les provinces ouest de la Turquie représentent un marché intéressant pour ce type de produits. Selon les propos d’une chef d’entreprise de Diyarbakır qui commerce avec l’Arménie, celle-ci serait en mesure d’exporter du fromage et de la viande vers les marchés turcs vu son faible coût de production. Ce type d’échanges est néanmoins rendu impossible par la fermeture de la frontière qui augmente les temps de transport et empêche l’échange des denrées rapidement périssables. L’ouverture de la frontière permettrait ainsi à l’Arménie de diminuer le temps de transport et d’utiliser les ports turcs comme Trabzon ou Samsun pour exporter ses marchandises vers l’Europe. En effet, ces derniers sont capables de gérer des flux d’échange beaucoup plus important que les ports géorgiens, pour un coût moindre104. En outre, l’ouverture des frontières entre les deux pays permettrait de réhabiliter les voies ferrées hors d’usage reliant Kars à Gyumri. Nous avons été surpris de constater lors de notre séjour à Kars que les rails du chemin de fer allant jusqu’à la frontière arménienne avaient été complètement rénovés. Selon les propos des locaux, les travaux auraient été entrepris ces dernières années et la voie ferrée semble fonctionnelle. Néanmoins la raison de cette rénovation nous échappe, les rails s’arrêtant exactement et subitement à la frontière turco-arménienne.

  • 105 Ibid., p. 67.

Le coût du service de Roulier (service Ro-Ro) pour un poids lourd chargé105

Port d’envoi

Port de destination

Coût de service

Coût de service pour produits soumis à l’accise

Poti (Géorgie)

Novorossiysk (Russie)

2000

2500

Samsun (Turquie)

Novorossiysk (Russie)

800

800

37L’ouverture des frontières turco-arméniennes stimulerait également le tourisme. En effet, la plupart des touristes visitant l’Arménie sont des membres de la diaspora. Aussi, il est probable que l’ouverture de la frontière incite ces visiteurs à se rendre en Turquie directement depuis l’Arménie afin de découvrir le patrimoine arménien existant sur le territoire turc, au moins les plus proches à Ani et à Van.

  • 106 Voir carte numéro 2.

38Surtout, l’Arménie est membre de l’Union économique eurasiatique depuis le 2 janvier 2015. Cette union fondée initialement par la Russie, la Biélorussie et le Kazakhstan a ensuite été rejointe par l’Arménie et le Kirghizistan. Le Tadjikistan est actuellement candidat. L’Union économique eurasiatique est une union douanière et une zone de libre-échange pour tous ses pays membres. Cela signifie qu’une entreprise produisant en Arménie peut exporter sans payer de taxe douanière vers les marchés russe, biélorusse, kazakh et kirghize où résident 180 millions de consommateurs potentiels. En somme, l’ouverture de la frontière turco-arménienne permettrait à la fois le désenclavement géographique de l’Arménie par sa réintégration régionale et également l’accès pour les entreprises turques au marché eurasiatique nouvellement formé106. Les sanctions économiques réciproques appliquées entre la Turquie et la Russie depuis fin 2015 accroissent encore l’attractivité du marché arménien pour les entreprises turques désirant exporter vers la Russie.

39En somme, l’ensemble de mesures de restriction (surtout du côté turc) et l’absence des relations officielles entre la Turquie et l’Arménie n’ont jamais mis un terme aux flux commerciaux entre les deux pays. Ceux-ci sont le résultat des efforts mutuels des partenaires économiques turcs et arméniens. Le voisinage commun avec un pays tiers (Géorgie) semble être un facteur facilitateur pour le transport des marchandises turques en Arménie.

40Si les exemples dans le domaine économique considérés dans cette partie illustrent bien l’existence de rapports non officiels entre la société turque et arménienne, la logique économique n’est tout de même pas la principale motivation d’un certain nombre d’acteurs qui contribuent énormément à l’établissement de rapports entre la Turquie et l’Arménie. Il s’agit principalement des associations, fondations et groupes d’intérêts qui entretiennent des relations avec des acteurs situés de l’autre côté des frontières officiellement fermées. Quelles sont leurs motivations ? Qui sont-ils ? Quelles modalités prennent les rapports entre les acteurs des sociétés civiles turque et arménienne ? Comment organisent-ils leurs activités malgré l’absence de relations officielles et l’hostilité des autorités publiques au processus de rapprochement ? Nous nous efforcerons dans la partie suivante de répondre à ces questionnements au travers de nos entretiens avec les membres des ONG, des organisations informelles, des associations, des municipalités etc. ainsi qu’avec des membres actifs des partis politiques turcs et de simples citoyens turcs, favorable à la normalisation des relations avec l’Arménie.

Carte 2 : la Turquie et l’attrait du marché économique eurasiatique

Carte 2 : la Turquie et l’attrait du marché économique eurasiatique

Adrian Foucher, 2015

Notes

3 Il s’agit en effet d’une circulaire du ministère des Affaires étrangères turc, datant du 6 avril 1993, exigeant le retrait des troupes arméniennes des territoires occupés d’Azerbaïdjan. Concrètement, cette circulaire a interdit l’utilisation de la voie ferrée turque pour convoyer l’aide humanitaire vers l’Arménie, isolée du reste du monde en raison de l’arrêt de la circulation ferroviaire dans la région de l’Abkhazie de la Géorgie, en pleine guerre civile, et coupée des communications transitant par le territoire azerbaïdjanais.

4 Mais l’analyse chronologique montre que la guerre n’était déjà plus confinée à l’enclave du Haut-Karabagh depuis au moins un an suite à l’ouverture d’un corridor terrestre entre la région séparatiste et l’Arménie, en mai 1992.

5 La reconnaissance officielle par l’Arménie des frontières telles qu’elles sont définies par le traité de Kars en 1921, la référence à l’Anatolie orientale comme l’Arménie occidentale dans l’acte d’indépendance de l’Arménie (1991), l’utilisation de la symbolique du mont Ararat comme emblème national faisaient partie des points de désaccord côté turc.

6 La participation de l’Arménie à l’Organisation de la Coopération de la Mer Noire lui a permis d’ouvrir une représentation officielle auprès de son secrétariat à Istanbul, en mars 2001.

7 Hacıoğlu, Nerdun, “Ermenistan sınırı Trabzonʼdan deldi,Hürriyet 24 juillet 2012. URL : http://www.hurriyet.com.tr/ermenistan-siniri-trabzon-dan-deldi-21058055.

8 Ibid.

9 04YEREVAN587_a, Kurdish activities in Armenia, Wikileaks 11 mars 2004. URL : https://www.wikileaks.org/plusd/cables/04YEREVAN587_a.html.

10 CNN Türk, “Suriye’ye giden Ermenistan uçağı arandı,CNN Türk, 15 octobre 2012. URL : http://www.cnnturk.com/2012/turkiye/10/15/suriyeye.giden.ermenistan.ucagi.arandi/680623.0/.

11 Environ 15 000 Arméniens ont trouvé refuge en Arménie depuis le début du conflit en Syrie ; voir plus : “Syria’s Armenians look to ancient homeland for safety,” BBC 10 septembre 2015. URL : http://www.bbc.co.uk/news/world-europe-34210854.

12 À la suite de la sanction russe contre les marchandises turques fin 2015, des poids lourd turcs ont commencé à emprunter la route azerbaïdjanaise pour atteindre les marchés centrasiatiques, utilisant le système Ro-Ro pour traverser la mer Caspienne ; Hürriyet Daily News, “Turkish trucks to bypass Russia via alternative routes to Central Asia,” Hürriyet Daily News 3 décembre 2015. URL : http://www.hurriyetdailynews.com/Default.aspx?pageID=238&nID=92021&NewsCatID=345.

13 Kavkaz Uzel, “Ochevidcy zajavili o mnogokilometrovoj probke na KPP ‘Verkhnij Lars’” [Des témoins parlent d’un embouteillage de plusieurs kilomètres au point de contrôle de Verkhnij Lars], Kavkaz Uzel 4 septembre 2015. URL : http://www.kavkaz-uzel.ru/articles/268376/.

14 L’espace aérien turc a été fermé aux avions provenant d’Arménie en 1994-1995 et brièvement en 2001 suite à la reconnaissance du génocide arménien par la France.

15 La construction du barrage s’est terminée en 1980, en prenant comme base juridique l’accord entre la Turquie et l’Union soviétique en 1963.

16 Monsieur Martirosyan a accepté de répondre à nos questions par e-mail.

17 Échange avec des locaux rencontrés près de la ville d’Ani au mois de mai 2015.

18 Intitulé Balkanlar, Avrupa ve Kafkaslarda Sivil Toplum Örgütlerinin Önemi: Daha Barışçıl Bir Dünya İçin Çatışmaları Önlemeye Yönelik Sivil Yaklaşımlar [Importance des ONG dans la péninsule balkanique, en Europe et dans le Caucase : les initiatives civiles de prévention de conflits pour un monde pacifique], cet évènement a été annulé par les autorités locales deux jours après son lancement ; voir plus : HYD (s.d.) “Uluslararası yaz okulu / Çanakkale 2000 ʻDaha Barışçıl Bir Dünya İçin...ʼ,” HYD. URL : http://www.hyd.org.tr/tr/calismalar/toplumsal-catismalarda-sivil-yaklasim/24-uluslararasi-ve-yerel-yaz-okullari/131-uluslararasi-yaz-okulu-canakkale-2000-daha-bariscil-bir-dunya-icin.

19 Il s’agit du colloque intitulé States, Societies and Reconciliation: Turkish-Armenian Relations in the Light of the French-German Experience on the 50th Anniversary of the Élysée Treaty, organisé les 7 et 8 novembre 2013 à l'Université Şehir, à Istanbul.

20 Intitulé The Sealed Gate: Prospects of the Turkey-Armenia Border, le colloque a été organisé par la Fondation Hrant Dink et le département d’Économie de la faculté de Science Politique de l’Université d’Ankara, les 22 et 23 novembre 2014, à Ankara.

21 Burdy, Jean-Paul, « La démolition du “Monument à l’Humanité” de Kars et les relations turco-arméniennes : un signal négatif », OVIPOT, 1 juin 2011. URL : http://ovipot.hypotheses.org/5614.

22 Effectué par Turan Air, une compagnie aérienne privée, le vol direct Bakou-Kars n’est plus d’actualité depuis la faillite de la compagnie en 2013.

23 arminfo.am, “Kars Governor Heads Pro-Armenian Forces In Turkey: Azerbaijani Consul,” arminfo.am 18 août 2007. URL : http://www.arminfo.am/7310F9FA-95B7-FA0D-4A2F8A7AFD31E47E.

24 Interview réalisée à Diyarbakır le 25 février 2015.

25 news.az, “Azerbaijan thanks Turkey for cancelling Van-Yerevan flight,” news.az 3 avril 2013. URL : http://news.az/articles/turkey/78445.

26 Grigoryan, Marianna, “Armenia-Turkey: Cancellation of Yerevan-Van Flight Aggravates Old Wounds, euroasianet.org, 8 avril 2013. URL : http://www.eurasianet.org/node/66793.

27 Burch, Jonathan, “Turkey scraps flights to Armenia after Azeri resistance, Reuters, 1 avril 2013. URL : http://www.reuters.com/article/2013/04/01/us-turkey-armenia-flights-idUSBRE9300BR20130401.

28 news.am, “Türk tarafı Erivan-Van direk uçuşlarını askıya aldı,” news.am 29 mars 2013. URL : http://news.am/tur/news/146630.html.

29 IHA, “Ermeniler uçuş için Azerileri suçluyor, IHA 3 avril 2013. URL : http://www.iha.com.tr/haber-ermeniler-ucus-icin-azerileri-sucluyor-270874/.

30 Akçam, Taner, « La Turquie cherche à sortir indemne de 2015 », Repair Future 4 février 2015. URL : http://repairfuture.net/index.php/fr/genocide-armenien-reconnaissance-et-reparations-point-de-vue-de-turquie/la-turquie-cherche-a-sortir-indemne-de-2015.

31 ensonhaber.com, “Taksim’deki Hocalı mitinginde çirkin pankart,” ensonhaber.com 27 février 2012. URL : http://www.ensonhaber.com/taksimdeki-hocali-mitinginde-cirkin-pankart-2012-02-27.html.

32 Star, “Hocalı Şehitleri Anıtı dualarla açıldı,” Star 27 février 2014. URL : http://haber.star.com.tr/guncel/hocali-sehitleri-aniti-dualarla-acildi/haber-849329.

33 Ibid.

34 Milliyet, “İzmit’te Hocalı Anıtı açıldı,Milliyet 22 avril 2015. URL : http://www.milliyet.com.tr/izmit-te-hocali-aniti-acildi-kocaeli-yerelhaber-743835/.

35 Monte Melkonian, membre de l’ASALA, a commandité plusieurs attentats contre des diplomates turcs dans les années 1980. Il s’était également porté volontaire au sein des forces arméniennes pendant la guerre du Haut-Karabagh et a été tué lors d’un accrochage avec des forces azéries près de la région d’Agdam, en Azerbaïdjan.

36 Milliyet, “Gölbaşında ‘Kahraman İbad Hüseynli’ adı sokağa verildi,Milliyet 29 avril 2015. URL : http://www.milliyet.com.tr/golbasi-nda-kahraman-ibad-huseyinli-ankara-yerelhaber-755316/.

37 Milliyet, “MİSİAD Bodrum’da ‘100. Yılında Ermeni Meselesi’ adlı konferans verdi,” Milliyet 1 mai 2015. URL : http://www.milliyet.com.tr/misiad-bodrum-da-100-yilinda-ermeni-mugla-yerelhaber-759693/.

38 Milliyet, “Sahinbey’de Azerbaycanlı İbad Hüseyinli Parkı Açıldı,” Milliyet 31 août 2015. URL : http://www.milliyet.com.tr/sahinbey-de-azerbaycanli-ibad-huseyinli-gaziantep-yerelhaber-949629/pkoi.

39 Radikal, “Ermeni asıllı piyanist için Azerbaycan’a Nota,” Radikal 27 décembre 2006. URL : http://www.radikal.com.tr/haber.php?haberno=208459&tarih=27/12/2006.

40 Gökhan Diler, Fatih, “Arzu Geybullayeva: Agos’ta çalıştığım için linç edildim,Agos, 19 juin 2015. URL : http://www.agos.com.tr/tr/yazi/11923/arzu-geybullayeva-agosta-calistigim-icin-linc-edildim.

41 Le journal Agos est certainement le média le plus important de la communauté arménienne en Turquie. Fondé en 1996 par Hrant Dink et un groupe d’amis, il est le premier journal de la période républicaine turque à être publié en turc et en arménien. Douze rédacteurs composent l’équipe de l’hebdomadaire qui, selon Robert Koptaş, son ancien rédacteur en chef, poursuit un objectif double : permettre aux Arméniens de Turquie d’avoir accès à leur propre histoire et rendre accessible aux Turcs le point de vue arménien ainsi que leur culture. Depuis sa création, le journal –qui s’est considérablement développé– tire actuellement à près de 6000 exemplaires. Selon le témoignage d’une journaliste française, le journal a même obtenu l’autorisation symbolique de figurer sur le présentoir de la compagnie Turkish Airlines dans les aéroports. Voir plus à ce sujet : Varier, Zoé, « Agos un Journal arménien à Istanbul », émission radiophonique Nous Autres, France Culture, 31 mai 2013. URL : http://www.franceinter.fr/emission-nous-autres-agos-un-journal-armenien-a-istanbul.

42 Par exemple, dans une des universités turques de la partie nord de Chypre, contrôlée par la Turquie, la protestation d’étudiants azéris contre la participation d’acteurs arméniens à une pièce de théâtre a obligé les autorités locales à déployer les forces de l’ordre pour intercepter la foule des étudiants azéris ; voir plus : Kıbrıs gazetesi, “Azeri öğrenciler olay çıkardı,Kıbrıs gazetesi, 18 avril 2015. URL : http://www.kibrisgazetesi.com/?p=646987.

43 « Les principaux points de concentration des arméniens dans le monde sont le Liban, l’Iran et la Syrie au Proche-Orient, la France et la Grèce dans l’UE, les États-Unis et le Canada en Amérique, la Russie dans la Communauté des États indépendants ; l’Argentine et l’Australie dans l’hémisphère Sud ». Minassian, Gaidz, Caucase du Sud, la nouvelle guerre froide. Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie, Paris, Autrement, 2007.

44 Ibid. ; p. 87.

45 Souvent considéré comme le premier parti politique des Arméniens de la diaspora, la fraction Dachnak ne réunit de nos jours que cinq députés au parlement arménien, sur un total de 131.

46 Voir plus : Toloyan, Khatchik, “Armenian Diaspora and the Karabagh conflict,” in Hazel Smith and Paul Stares, Diasporas in conflict: peace-makers or peace-wreckers, United Nations University Press, 2000.

47 Sever, Ahmet, Yaşadım, Gördüm, Yazdım. Abdullah Gül İle 12 Yıl, Doğan Kitap, pp. 131-134

48 Cheterian, Vicken, « Histoire, mémoire et relations internationales : la diaspora arménienne et les relations arméno-turques », Relations internationales 1/2010 (n° 141), p. 28-29. DOI : 10.3917/ri.141.0025.

49 Martine Hovanessian indique dans son ouvrage la persistance du clivage du pays d’origine, un trait commun de tous les exils, parmi les Arméniens de la diaspora. Selon l’auteur, ce clivage a été également facilité par l’ambition des dachnaks de dominer l’espace politique de la diaspora ; voir plus : Hovanessian, Martine, Le lien communautaire. Trois générations d’Arméniens, Paris, Armand Colin, 1992, p. 324.

50 « L'Arménie n'a jamais et n'aura jamais mis aucune précondition à la normalisation des négociations avec la Turquie. La reconnaissance du génocide n'est pas une condition, mais il est un point à l'ordre du jour. Il est de notre devoir moral de soulever la question du génocide, de l'avoir sur notre agenda de politique étrangère, mais l'avoir à l'ordre du jour et d'en faire une condition préalable, ce sont deux choses distinctes », Extraits du discours de V. Oskanian, Ministre des Affaires étrangères de l’Arménie entre 1998 et 2008 cité dans : Turkey and Armenia: Opening Minds, Opening Borders, International Crisis Group Report 199, Bakou, Bruxelles, Erevan, Istanbul, 14 avril 2009. URL : http://www.crisisgroup.org/~/media/Files/europe/199_turkey_and_armenia___opening_minds_opening_borders_2.pdf.

51 Bedrosyan, Raffi, Thoughts on Threshold of Centennial, The Armenian Weekly 21 décembre 2013. URL : http://armenianweekly.com/2013/12/21/thoughts-on-the-threshold-of-the-centennial/.

52 “Uluslararası irtibatlarla Türkiye'de ameliyat yapıp da Türkiye toprakları üzerinde hak iddia etmek isteyen birilerinin sözcülüğünü yapan Demirtaş” ; Répondant aux questions du journaliste dans une émission Başbakan ile Gündem sur Show TV, le PM turc a également accusé le leader du HDP de mener des négociations secrètes avec la diaspora arménienne. Anadolu Ajansı, “Davutoğlu: Ermeni diasporası ile hangi pazarlıkları yaptı?,” Al Jazeera 25 mai 2015. URL : http://www.aljazeera.com.tr/haber/davutoğlu-ermeni-diasporasi-ile-hangi-pazarliklari-yapti.

53 Anadolu Ajansı, “Arkadaşı Ermeni diasporası olandan Kürt'e, Türk'e, Arap'a fayda gelir mi?,” TRT haber. URL : http://www.trthaber.com/haber/gundem/arkadasi-ermeni-diasporasi-olanlardan-fayda-gelir-mi-186899.html.

54 Sözcü, “Gülen cemaatine Ermeni lobisi suçlaması!,” Sözcü 12 janvier 2015. URL : http://www.sozcu.com.tr/2015/gundem/gulen-cemaatine-ermeni-lobisi-suclamasi-707176/.

55 Diler, Gökhan et Balancar, Ferda, “Diaspora’dan ‘paralel’ itirazı,” Agos, 11 février 2015. URL : http://www.agos.com.tr/tr/yazi/10565/diasporadan-paralel-itirazi.

56 Milliyet, “Güncellemenin adı başkanlık sistemi,” Milliyet 19 mai 2015. URL : http://www.milliyet.com.tr/guncellemenin-adi-baskanlik-sistemi/siyaset/detay/2066125/default.htm.

57 Site internet de la présidence turque, “Bu memlekette her seçim, yeni bir kurtuluş savaşıdır,Site internet de la présidence turque 4 juin 2015. URL : http://www.tccb.gov.tr/haberler/410/32590/bu-memlekette-her-secim-yeni-bir-kurtulus-savasidir.html.

58 Puisque le PM a également évoqué les noms des diasporas grecques, chypriotes et juives.

59 El, Kıvanç, “Ermeni diasporası bizim diaspora,” Milliyet 13 février 2015. URL : http://www.milliyet.com.tr/-ermeni-Diasporasi-bizim-/siyaset/detay/2013102/default.htm.

60 Tremblay, Pınar, “What does Armenian Diaspora want,” Al Monitor 17 avril 2015 http://www.al-monitor.com/pulse/originals/2015/04/turkey-armenia-what-does-armenian-diaspora-want.html.

61 Banque mondiale, « Envois de fonds des travailleurs et rémunérations des salariés, reçus (% du PIB) ». URL : http://donnees.banquemondiale.org/indicateur/BX.TRF.PWKR.DT.GD.ZS/countries?display=default.

62 L’Union Générale Arménienne de Bienfaisance (UGAB) a été créée au Caire (Égypte) en 1906 à l’initiative de Boghos Nubar Pacha. L’UGAB développe un important programme d’aide sociale et organise des compétitions sportives. Elle contrôle directement une vingtaine d’écoles (6600 élèves) et subventionne 16 autres établissements scolaires. Le centre de recherche de l’UGAB, la Bibliothèque Nubar établie par Boghos Noubar, est située à Paris. Enfin l’UGAB a toujours eu des relations suivies avec l’Arménie et a mis en place, depuis 1989, un vaste programme d’aide à la reconstruction. URL : http://www.acam-france.org/contacts/contact_association_culturelle.php?cle=787.

63 Voir l’interview en intégralité. CivilNet TV, Demystifying The Armenian Diaspora, Vidéo Youtube 25:31. Ajoutée par CivilNet TV le 17 septembre 2013.URL : https://www.youtube.com/watch?v=qtCABWcOvzg.

64 Hurriyet, “Başbakan Davutoğlu: İstanbul’un en zenginleri Ermeni,” Hurriyet 22 avril 2015. URL : http://www.hurriyet.com.tr/gundem/28802349.asp.

65 Voir l’extrait de la vidéo. What's new in the world, “Başbakan Davutoğlu Ermeni Diasporası İntikam Almak İstiyor,” Vidéo Youtube 3:23. Ajoutée par What's new in the world le 22 avril 2015. URL : https://www.youtube.com/watch?v=g13_f2gO4Fo.

66 Par exemple, des musiciens reconnus de la communauté arménienne, Ara Dinkjian et son père Onnik Dinkjian a donné un concert dans la ville de Diyarbakır, la ville de leurs grands-parents le 20 avril 2015. Voir CNN Türk, “Dinkjianlar Diyarbakır’da konser verdi,” CNN Türk 21 avril 2015. URL : http://www.cnnturk.com/video/kultur-sanat/muzik/dinkjianlar-diyarbakirda-konser-verdi.

67 Voir un reportage sur les activités professionnelles d’Armen Aroyan. Vartan ABDO, “Armen Aroyan Pilgrimage Tour to Historical Armenia,” Vidéo Youtube 10:10. Ajoutée par Vartan ABDO le 9 juillet 2014. URL : https://www.youtube.com/watch?v=AOUTAKDesPg.

68 Voir l’annonce de l’exposition-conférence organisée par l’Institut Français d’Istanbul et l'IFEA, le 7 octobre 2015. URL : http://www.ifturquie.org/istanbul-fr/40-ans-de-peregrinations-dans-lest-anatolien/.

69 Voir le témoignage bref de Monsieur Boudoyan lors du vernissage de son exposition comportant ses photos prises durant ses 40 années de voyages en Turquie. Jean-François Cullafroz, « Stéphane Boudoyan Temps arméniens », Vidéo Youtube 4:43. Ajoutée par Jean-François Cullafroz le 15 avril 2015. URL : https://www.youtube.com/watch?v=sk-GmwSjFfk.

70 Estukyan, Vartan, “Ermenistan benim tarihim, babamın tarihi değil,” Agos 16 octobre 2015. URL : http://www.agos.com.tr/tr/yazi/13060/ermenistan-benim-tarihim-babamin-tarihi-degil.

71 Nous avons cependant observé que les franges les plus nationalistes de l’Arménie organisent des campagnes publicitaires pour appeler au boycott des produits turcs. Arshak Zakaryan,Armenians Worldwide Boycott All Turkish Product Now!, vidéo YouTube 3:09. Ajouté par Khachakirner1992 le 23 Juin 2013, https://www.youtube.com/watch?v=i_-vwvefxrI, dernière consultation le 19 juin 2015.

72 Il faut tenir compte du fait que le vol en escale entre l’Arménie et la Turquie revient parfois moins cher avec des compagnies aériennes ukrainiennes et russes puisque les autorités de l’aviation civile turque et arménienne n’ont pas encore signé d’accord qui permettrait de baisser le prix pour les usagers.

73 Selon les informations recueillies, des bagages des voyageurs en bus ne doivent pas excéder 27 kilogrammes par personne et le nombre de passager est limité à 25. Voir plus : le documentaire réalisé par Al Jazeera Türk, “Umut Kapısı,” Vidéo Dailymotion 44:39, Ajoutée par Al Jazeera Türk le 27 avril 2015. URL : http://www.dailymotion.com/video/x2o5fx8.

74 news.am, “Truck accident in Armenia, Turkish driver hospitalized, news.am 12 août 2015. URL : http://news.am/eng/news/281133.html.

75 UMB(E)A-TEPAV-TABDC (s.d.), “Impediments to direct trade between Turkey and Armenia,” UMB(E)A-TEPAV-TABDC. URL : http://umba.am/pics/direct_trade_report.pdf.

76 Ibid., p. 1.

77 « Nous n’avons pas encore compris pourquoi Demirci Makina (compagnie turque) est si fréquemment critiquée et pourquoi le sujet a acquis une dimension politique. Nous avons acheté ces produits parce que nous avons considéré que leur prix était intéressant, c’est tout ».

78 Ziflioğlu, Vercihan, Karabakh Airport built with Turkish machinery, Hurriyet Daily News 25 juillet 2011. URL : http://www.hurriyetdailynews.com/default.aspx?pageid=438&n=karabakh-airport-built-with-turkish-machinery-2011-07-25 ; voir également : tert.am, Karabakh Airport 'built' with Turkish machinery, tert.am 26 juillet 2011. URL : http://www.tert.am/en/news/2011/07/26/stepanakert-airport/1274066.

79 Ibid.

80 En grande partie grâce à l’injection de moyens financiers notables par la diaspora arménienne.

81 Voir plus sur le site Internet de cette entreprise turque. URL : http://www.zafer.com.tr/zafer.asp?cat=141&oid=20.

82 Özedincik, Sinan, Ermenistan’a konutla giriyor, Sabah 28 septembre 2014. URL : http://www.sabah.com.tr/ekonomi/2014/09/28/ermenistana-konutla-giriyor.

83 news.am,Ministry dismisses reports on Turkish construction company in Armenia, news.am 2 octobre 2014. URL : http://news.am/eng/news/231985.html.

84 Un réalisateur turc proche de la mouvance islamiste, Ismail Kahraman, décrit comment une société turque travaille dans la rénovation de l’aéroport d’Erevan : Belgesel Yayıncılık, “Ermenistan notları,” Belgesel Yayıncılık 5 août 2013. URL : http://www.belgeselyayincilik.com/ermenistan-notlari. Pour les réactions que cela a suscité en Arménie, voir : tert.am, “Turks install only facade windows of airport terminal: Zvarthnots denies Turkish media reports,” tert.am 2 novembre 2010. URL : http://www.tert.am/en/news/2010/11/02/zvartnots/205725.

85 Le site officiel de la compagnie : http://www.furniwood.am/en/about-us.html.

86 Le site officiel de l’exposition : http://expo.am/en/stroitelstvo_i_remont/.

87 La république autonome du Nakhitchevan est une entité administrative autonome d'Azerbaïdjan. Elle a des frontières directes avec l'Iran, l'Arménie et la Turquie, mais elle est sans continuité territoriale avec le reste de l'Azerbaïdjan. Ce territoire exclave constitue la seule liaison terrestre entre la Turquie et l’Azerbaïdjan.

88 Sur la question des monopoles dans l’économie arménienne, voir le rapport réalisé par la Banque Mondiale, largement repris dans les médias arméniens. Harutyunyan, Sargis, “Armenian Economy considered ‘Most Monopolizedʼ Among Ex-Soviet States,” Azatutyun 27 novembre 2013. URL : http://www.azatutyun.am/content/article/25182184.html ; voir également le travail effectué par Hrayr Maroukhian Foundation, “Monopolies in Armenia.” URL : http://www.maroukhianfoundation.org/english/archives/1230 ; Grigoryan, Marianna, “Armenia Sees Only Oligarchs in Its Dreams of Carrefour,” eurasianet 7 mars 2013. URL : http://www.eurasianet.org/node/66656.

89 Ziflioğlu, Vercihan, “Shuttle traders between Turkey, Armenia decry cargo price hike,” Hürriyet Daily News 2 janvier 2011. URL : http://www.hurriyetdailynews.com/default.aspx?pageid=438&n=armenian-shuttle-traders-hurt-by-monopolistic-price-hike-2011-02-01.

90 Le rapport de la Banque Mondiale, Re-Engineering a New Growth Model for Armenia: Accumulation, Competition, and Connectivity, p. 23.

91 Ibid., p. 23.

92 Gabbatt, Adam, “Turkish PM threatens to expel 100,000 Armenians over genocide vote,” The Guardian 18 mars 2010. URL : http://www.theguardian.com/world/2010/mar/18/turkey-threatens-expel-armenians-genocide.

93 Cihan news, “Erdoğan threatens to deport Armenian citizens in Turkey,” Cihan news 15 avril 2015. URL : https://www.cihan.com.tr/en/erdogan-threatens-to-deport-armenian-citizens-in-turkey-1749534.htm.

94 Le travail précédent de l’IFEA sur cette thématique par Burcu Gültekin signale par exemple la présence sur le marché arménien un grand nombre d’hommes d’affaires originaires de la mer Noire ; Gültekin, Burcu, op. cit.

95 Baghramyan, Mher, The economic impact of opening the Armenian-Turkish border, rapport du think tank Armenian International Policy Research Group, 2012, 18p.

96 Ibid.

97 Ibid.

98 Le centre de recherche économique turc TEPAV, le centre de recherche belge pour la paix et la sécurité GRIP, la fondation Hrant Dink et l’IFEA ont notamment publié des rapports concernant l’intérêt économique de l’ouverture de la frontière turco arménienne.

99 Gültekin, Burcu et Tavitian, Nicolas, Les relations arméno-turques : la porte close de l’Orient, GRIP, [postérieur à 2003], 32 p. URL : http://www.grip.org/sites/grip.org/files/RAPPORTS/2003/2003-01.pdf.

100 Voir carte numéro 1.

101 Le PIB signifie la richesse produite sur un territoire pendant une année complète.

102 Baghramyan, Mher, The economic impact of opening the Armenian-Turkish border, Armenian International Policy Research Group, 2012, p 18.

103 Baghramyan, Mher, op. cit.

104 Le rapport de Banque Mondiale, op. cit, p. 67.

105 Ibid., p. 67.

106 Voir carte numéro 2.

Table des illustrations

Titre Photographie 2 : Lycée technique Haydar Aliyev, à Kars financé par l’Azerbaïdjan et inauguré par les présidents de Turquie, d’Azerbaïdjan et de Géorgie
Crédits Adrian Foucher et Elshan Mustafayev, avril 2015
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1863/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Carte 1 : Entraves économiques et stratégies de contournement des provinces de l’est de la Turquie
Crédits Adrian Foucher, 2015
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1863/img-2.png
Fichier image/png, 138k
Titre Carte 2 : la Turquie et l’attrait du marché économique eurasiatique
Crédits Adrian Foucher, 2015
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1863/img-3.png
Fichier image/png, 127k

© Institut français d’études anatoliennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable