Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Aspects économiques, culturels et mémoriels de la relation turco-arménienne

 | 
Elshan Mustafayev
, 
Adrian Foucher

Introduction

Texte intégral

Photographie 1 : Enfant kurde dʼorigine arménienne jouant sur des vestiges de l'église arménienne Saint Giragos à Diyarbakır

Photographie 1 : Enfant kurde dʼorigine arménienne jouant sur des vestiges de l'église arménienne Saint Giragos à Diyarbakır

Adrian Foucher, 24 février 2015

  • 1 Gültekin, Burcu. Les enjeux de l’ouverture de la frontière turco-arménienne : Les contacts transfro (...)
  • 2 Buchwalter, Bertrand. Les relations turco-arméniennes : quelles perspectives ? Les Dossiers de l’IF (...)

1Fondé sur le suivi et l’observation des diverses modalités de commémoration en Turquie du centenaire du génocide arménien, ce travail a pour but de dresser un bilan des relations turco-arméniennes depuis la rédaction de deux dossiers de l’IFEA consacrés à cette question : Les enjeux de l’ouverture de la frontière turco-arménienne : les contacts transfrontaliers entre la Turquie et l’Arménie1, et Les relations turco-arméniennes : quelles perspectives ?2 publiés respectivement en octobre et novembre 2002. Alors que Burcu Gültekin avait consacré son travail essentiellement aux questions économiques et Bertrand Buchwalter plus particulièrement à la situation de la minorité arménienne à Istanbul, nous avons souhaité, pour ce nouveau dossier, attirer l’attention sur l’importance de la dimension informelle des relations turco-arméniennes. Par le terme « informel », nous entendons englober l’ensemble des interactions et des contacts entre les deux pays ne relevant ni des institutions étatiques, ni d’initiatives officielles, ou minimisant l’influence de celles-ci. De nature plus « sociale » ou « intersociétale » qu’« interétatique », les relations informelles, dans cette perspective, impliquent des individus ou groupes d’individus, associations, entreprises, médias, universités ou réseaux académiques, et revêtent donc une dimension culturelle, commerciale, philanthropique, académique, ou tout simplement personnelle.

2Dans cette perspective, l’adjectif « turco-arménien » revêt en soi une complexité particulière car il évoque une relation multi-dimensionnelle et des acteurs de nature différente. Cette diversité entraîne plusieurs combinaisons de relations : a) interactions des citoyens turcs d’origine arménienne avec l’État turc ; b) relations de la diaspora arménienne avec la Turquie et avec la communauté arménienne dans ce pays et positionnement entre la Turquie et l’Arménie ; c) les relations qu’entretiennent des citoyens turcs avec des Arméniens d’Arménie, et réciproquement ; d) les rapports qu’entretient la communauté arménienne de Turquie avec l’Arménie, et son rôle dans l’amélioration des relations entre ces deux pays.

3Les relations turco-arméniennes ne sont donc pas à proprement parler « bilatérales ». Par conséquent, les termes « turc » et « arménien », que nous serons amenés à employer fréquemment, doivent être considérés comme étant à géométrie variable et sujets à fluidité.

4Les évolutions qui ont eu lieu en Turquie depuis la rédaction des deux précédents dossiers, ainsi que la volonté d’évoquer avant tout les acteurs de rapprochement au niveau local en Turquie, nous ont conduits à privilégier le terrain turc (au sens de la République de Turquie). C’est une particularité notable de ce travail comparé au dossier rédigé par Burcu Gültekin, qui s’était rendue de part et d’autre de la frontière turco-arménienne.

5Autre particularité de ce dossier, et non des moindres : il est le fruit d’un travail de terrain conduit conjointement par un étudiant français de master de l’Institut français de géopolitique (Paris 8) et un doctorant azerbaïdjanais de l’Institut d’études politiques de Lyon. À bien des égards, cette complémentarité a contribué non seulement à enrichir le travail de terrain, mais également à le faciliter parfois, lorsque les positions françaises sur la question arménienne étaient mécomprises, voire violemment mises en cause, ou face à des interlocuteurs décontenancés ou rendus suspicieux par la présence d’un étudiant azerbaïdjanais.

6Nous avons donc cherché à mieux saisir la nature des relations turco-arméniennes et à en dresser un état des lieux, mais pas seulement. Nous avons tâché en outre, à travers la diversité des acteurs présentés, de comprendre la multiplicité des motivations les animant. Ce cadre nous a conduits à mener nos recherches dans trois lieux différents : à Istanbul, lieu où la société civile est la plus développée en Turquie ; mais également à Diyarbakır, où la municipalité mène une politique de reconnaissance des minorités et où le patrimoine arménien est valorisé ; enfin à Kars, Erzurum, Van et Iğdır en raison de la proximité géographique de ces provinces avec l’Arménie. Rencontrer les différents acteurs de ces régions devait à la fois nous permettre de discerner les dynamiques locales motivant des actions de rapprochement et nous aider à mieux comprendre le sentiment des populations locales quant à la perception des débats politiques publiques portant sur la question arménienne.

7Si ce travail se concentre avant tout sur les facteurs de rapprochement, dans un souci de clarté, nous reviendrons tout d’abord sur les raisons de la fermeture de la frontière turco-arménienne et sur les principaux facteurs externes influençant le processus de réconciliation et de normalisation des relations turco-arméniennes, à savoir l’Azerbaïdjan et la diaspora arménienne. Nous nous intéresserons aux relations commerciales existant entre la Turquie et l’Arménie et à leurs enjeux afin de relativiser le caractère hermétique de la fermeture de la frontière turco-arménienne. Nous présenterons dans un second temps les acteurs agissant dans l’espace public turc, ainsi que des associations et organisations non gouvernementales présentes sur le territoire national turc œuvrant au rapprochement entre les deux pays. Nous distinguerons alors les initiatives menées par les associations et ONG des initiatives individuelles dont nous avons été témoins. Nous intéresserons également aux spécificités locales et tenterons de souligner l’impact de ces spécificités sur le rapprochement turco-arménien : la Turquie est bien trop souvent abordée comme une entité globale alors que son territoire recèle des particularismes considérables propres à chaque localité. Cela nous permettra notamment de comprendre les différences dans les projets de rénovation des églises de Van et de Diyarbakır. Enfin, nous nous intéresserons également aux avancées du secteur académique dans le rapprochement turco-arménien.

Notes

1 Gültekin, Burcu. Les enjeux de l’ouverture de la frontière turco-arménienne : Les contacts transfrontaliers entre la Turquie et l’Arménie. Les Dossiers de l’IFEA, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes, 2002. URL : http://books.openedition.org/ifeagd/171.

2 Buchwalter, Bertrand. Les relations turco-arméniennes : quelles perspectives ? Les Dossiers de l’IFEA, Istanbul : Institut français d’études anatoliennes, 2002. URL : http://books.openedition.org/ifeagd/195.

Table des illustrations

Titre Photographie 1 : Enfant kurde dʼorigine arménienne jouant sur des vestiges de l'église arménienne Saint Giragos à Diyarbakır
Crédits Adrian Foucher, 24 février 2015
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 593k

© Institut français d’études anatoliennes, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable