Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et politique dans le Caucase post-soviétique

 | 
Bayram Balcı
, 
Raoul Motika

18. Les Molokanes d’Azerbaïdjan : rencontre et observation d’une sous-minorité russe

Adeline Braux

Texte intégral

1Aujourd’hui, les Molokanes sont invisibles : la communauté compte à peine 10 000 âmes dans tout le Sud Caucase, alors même qu’ils sont installés là depuis près de deux cents ans.

  • 1 Nous entendons ici le terme « secte » au sens strict de « Groupe organisé de personnes qui ont la m (...)
  • 2 Parmi les mesures de cette réforme, celle des livres liturgiques et des rites, dont le but était de (...)

2La secte1 des « chrétiens spirituels » (doukhovnye khristianie en russe) – terme que les Molokanes préfèrent employer lorsqu’ils parlent d’eux-mêmes apparaît dans le sud de la Russie dans la première moitié du xviiie siècle ; elle est considérée comme la première foi déviante de l’orthodoxie. Il ne faut cependant pas confondre les Molokanes avec les « vieux croyants » (en russe staroviery) qui, eux, refusent d’appliquer la réforme de l’Église entreprise par le patriarche Nikon dans la seconde moitié du xviie siècle, qui provoqua un schisme au sein de l’Église orthodoxe russe2. On a souvent comparé la Vieille Foi à la Réforme protestante qui avait touché l’Europe peu auparavant. Or, les vieux croyants ne réclamaient pas une réforme de l’Église mais, au contraire, le maintien de ce qui faisait, selon eux, la pureté et la grandeur du rite orthodoxe. S’il y a une forme de protestantisme à trouver, il faudrait plutôt la chercher chez les Molokanes, qui représentent une frange contestataire de l’Église traditionnelle et dont un certain nombre s’est d’ailleurs tourné vers les mouvements évangéliques à la fin du xixe siècle et au cours du xxe siècle, comme nous le verrons.

  • 3 KLIBANOV A.I., Istoriâ religioznovo sektanstva v Rossii (60-ye gody 19. v-1917) [Histoire des mouve (...)
  • 4 RADVANYI Jean, « Molokanes et Doukhobores de Transcaucasie : la fin d’un rêve impérial ? », dans Le (...)

3La foi molokane3 s’est développée essentiellement parmi les paysans, quoique certains marchands s’y soient également convertis. Ilarion Pobirokhine est considéré comme le fondateur de cette secte. Dans les années 1760, dans la région de Tambov, il fait la connaissance de Simon Oukléine, un jeune tailleur itinérant et érudit qui lit la Bible et qu’il convainc de sa foi. Peu de temps après, ce dernier épouse la fille de Pobirokhine. À l’époque, il n’était pas encore question de Molokanes ou de toute autre forme de secte mais de doukhobortchestvo (combat de l’âme), c’est-à-dire d’une croyance qui place la spiritualité avant toute chose. Ce n’est que quelques années plus tard que, à la suite d’un désaccord, les deux hommes se séparent et fondent chacun leur mouvement, les doukhobores pour Pobirokhine et « chrétiens spirituels » ou molokanes pour Oukléine4.

4Les avis divergent quant à l’origine de ce dernier terme. Pour certains, le terme molokanie, en russe, qui a ensuite supplanté celui de doukhovnye khristianie, fut donné par les Orthodoxes non-sectateurs aux sectateurs car ceux-ci buvaient du lait (en russe moloko) les jours de jeûne, particulièrement nombreux dans l’orthodoxie. Existent également deux hypothèses toponymiques : la première liée à l’existence au sud de l’Ukraine de la rivière Molochnaïa ; la seconde liée elle aussi à une rivière, la rivière Kan, dans l’Oural. Une autre explication est à mettre en rapport avec le verbe kanut’ (« disparaître »), tombé en désuétude, mais qui a été conservé dans certaines expressions figées. Enfin, pour certains, l’origine de ce mot serait à chercher dans la première épître, deuxième verset de saint Pierre : « Comme les nouveaux-nés, aimez le lait pur, le lait divin [c’est-à-dire la parole de Dieu], et votre salut viendra de lui. »

5Pour Oukléine, les Écritures saintes étaient l’unique source de la foi, de même qu’il convient d’appréhender la description d’événements historiques réels qu’elles contiennent comme des allégories inexplicables par la raison et que seul un être éclairé par Dieu peut interpréter. Le Nouveau Testament est la pierre angulaire de cette vérité. Nous ne nous attarderons pas ici sur des questions théologiques, d’autant plus que la foi molokane correspond en tous points aux canons orthodoxes traditionnels en ce qui concerne les thèmes principaux de la foi chrétienne tels que la Création, la nature divine du Christ ou la Résurrection.

6Le développement de cette secte fut particulièrement fulgurant, à tel point qu’elle compta jusqu’à près de 500 000 adeptes dans la première moitié du xixe siècle. Ces hérésies sont toutes apparues dans le sud de la Russie, ce qui n’est pas un hasard, puisque cette grande région agricole était essentiellement peuplée de paysans et de serfs chez qui ces sectes plus ou moins prosélytes trouvaient un terrain de recrutement favorable.

  • 5 C’est ainsi que furent nommés officiellement par les autorités russes les sectateurs, qui ne compta (...)

7Le pouvoir tsariste ne tarda pas à s’inquiéter de l’essor fulgurant de ces hérésies : Voronèje, Tambov, Stavropol, Lipetsk, Saratov, toutes les grandes villes de cette région furent touchées. La question de l’implantation des « personnes d’hérésie néfaste »5 dans les territoires de Transcaucasie fut posée pour la première fois en Conseil des ministres le 14 avril 1825. Le général Ermolov, commandant du Caucase, déclara que « ces gens, se retrouvant face aux peuples montagnards, seraient dans l’obligation de défendre leurs familles et leurs propriétés », ce qui devait décourager les sectateurs potentiels de suivre cette voie. En 1830, un décret leur interdit d’habiter certaines régions du sud de la Russie et leur alloua des terres vierges en Transcaucasie, où ils commencèrent donc à s’installer. Certains sectateurs prirent également le chemin de l’Altaï, de la Sibérie ou de l’Asie centrale mais la Transcaucasie est la région qui accueillit le plus grand nombre de ces parias, et pour cause : cette région était entièrement à défricher et à peupler (de Russes), l’éloignement de personnes potentiellement dangereuses pour l’ordre impérial permettait donc d’asseoir le pouvoir russe dans des contrées fraîchement soumises mais non centrales dans les visées impériales.

  • 6 ILIN S.E, Maâ zakavkazskaâ Rossiâ [Ma Russie transcaucasienne], 1998, Académie des sciences de Russ (...)
  • 7 Région administrative dans l’Empire tsariste.
  • 8 Akty, sobrannye kavkazskoj arhiografičeskoj kommissiej, 293. zapiski o russkih pereselencah- raskol (...)

8Les Molokanes déplacés en Transcaucasie6 empruntèrent trois routes : un premier groupe se dirigea vers l’actuelle Géorgie, vers Tbilissi et les régions d’Akhalkalaki et Akhaltsikhe (au sud du pays), et également vers Kars, sous domination russe à l’époque ; un second groupe s’installa sur les rives du lac Sevan et dans sa région, en Arménie, dans l’ancien ouezd7 de Gandja (ville située actuellement dans l’ouest de l’Azerbaïdjan) ; tandis que le troisième groupe, le plus nombreux, prit le chemin de l’actuelle république d’Azerbaïdjan par Makhatchkala, Derbent (dans l’actuel Daghestan russe sur le bord de la Caspienne), puis Khatchmaz (nord-est de l’Azerbaïdjan actuel), avant de s’installer à environ cent kilomètres de Bakou, dans l’ouezd de Chirvan (aujourd’hui districts d’Ismayilli et de Chémakha). Les lieux choisis pour l’implantation de ces villages ne sont pas anodins : ainsi, nombre de sectateurs ont été installés dans l’ouezd de Gandja, traditionnellement une zone de tension entre Arméniens et Azéris, et qui aujourd’hui encore se trouve non loin de la ligne de front entre les deux peuples, coincée entre les territoires azerbaïdjanais occupés par les milices arméniennes et l’armée azerbaïdjanaise. Ces tensions interethniques anciennes ont parfois dégénéré en violents affrontements armés, par exemple pendant la guerre civile qui a suivi la révolution de 1917, au cours de laquelle les Moussavatistes (nationalistes azéris) affrontèrent les Dashnaks (nationalistes arméniens), ces derniers étant alliés pour l’occasion aux villageois russes de la région qui tentaient de défendre leurs villages. De même, une partie des Molokanes de Géorgie a été installée en Djavakhétie, une région peuplée très majoritairement d’Arméniens8.

  • 9 Roger BASTIDE, « Mémoire collective et sociologie du bricolage », L’année sociologique, pp. 85-86. (...)

9Comme toutes les colonies étrangères, en particulier religieuses9, les Molokanes ont tenté de recréer sur leur terre d’exil la patrie abandonnée, ce qui se reflète dans la toponymie de leurs villages, typiquement russe (Ivanovka, Slavianka, Novosaratovka, Lermontovo, Fioletovo). Les conditions de vie y étaient particulièrement dures pour les premiers colons, à tel point que certains durent migrer plusieurs fois afin de fuir la faim, les maladies, un environnement par trop hostile ou pour trouver des terres plus fertiles. Leur arrivée dans la région eut un impact très important : en l’espace de quelques années, les terres défrichées se transformèrent en grenier à blé, à sarrasin, à avoine, tandis que les Molokanes permettaient l’entretien et le bon fonctionnement d’infrastructures indispensables à l’époque comme les relais de poste et exerçaient des professions telles que fiacres, charpentiers, menuisiers. Ils ont également introduit certaines innovations techniques, comme la charrue à quatre roues ou bien des techniques agricoles telles que l’assolement. Une fois installés, les Molokanes construisaient leurs maisons dans le style russe, en bois, en se servant parfois de matériaux trouvés sur place tels que la boue ou l’argile, et s’organisaient en communautés autarciques. Au-delà de la foi molokane elle-même, l’expérience collective de cette adversité surmontée à force de travail, d’humilité et d’honnêteté joua beaucoup dans la bonne réputation dont ont toujours joui les Molokanes jusqu’à nos jours auprès des autres peuples qu’ils ont été amenés à côtoyer dans leurs « patries d’accueil ».

  • 10 Voir les articles de Simon KASTRIOULINE dans Birja plus, hebdomadaire azerbaïdjanais russophone qui (...)
  • 11 Lane CHRISTEL, Christian Religion in the Soviet Union, 1978, Londres, G. Allen & Unwin.

10Que reste-t-il des Molokanes en Azerbaïdjan au seuil du xxie siècle ? Dans les quelques villages molokanes rescapés, les maisons de bois typiquement russes en plein Caucase invitent à la nostalgie. Et c’est sur ce seul mode que les rares reportages des medias azerbaidjanais relatent la survie des témoins d’un monde en train de disparaître10. Au-delà de cette couverture médiatique trop caricaturale, les Molokanes restent peu étudiés. Nous ne disposons d’aucune statistique précise quant à leur nombre puisque, rappelons-le, les Molokanes sont des Russes ethniques. À ce titre, ils apparaissent donc comme tels dans les recensements soviétiques, et le sont encore actuellement. On ne pourra donc avancer que des estimations en fonction des maisons encore habitées dans les villages molokanes. Par exemple, à Tchoukhour-Yourt (région de Chémakha), il reste dix familles, sur les 430 que comptait le village dans les années 197011.

  • 12 Russkie starožily Azerbajdžana, materialy po etnižeskoj ekologii, 1990, Moscou, Académie des scienc (...)

11À la fin des années 1980, une équipe de l’Institut d’ethnologie de l’Académie des sciences d’URSS avait mené une étude sur les derniers villages de sectateurs d’Azerbaïdjan12 et avait recensé huit villages répartis dans trois zones géographiques où les Molokanes formaient encore la majorité de la population ou une part importante de celle-ci. Le tableau ci-après donne un aperçu du poids des Russes (sectateurs) dans ces villages ; les chiffres doivent toutefois être pris avec précaution : ils datent en effet de 1987 et devinrent caducs dans les années qui suivirent. Ils montrent toutefois que, déjà, les sectateurs des villages situés au nord-est de l’Azerbaïdjan étaient les plus dynamiques.

La population russe dans certains villages russes en 1987

  • 13 Simon KASTRIOULINE, Birja plus, 6 mai 2005.

12Si le flot de Molokanes qui ont quitté l’Azerbaïdjan s’est nettement accéléré depuis 1991, l’émigration vers la Russie a commencé dans les années 1960, suivant en cela la même progression que les flux migratoires des autres Russes de la République. Il ne reste actuellement dans ces villages que des personnes âgées dont les enfants sont partis en Russie, à l’exception notable du village d’Ivanovka, dont il sera question plus loin. Les unes après les autres, les maisons sont rachetées par des Bakinois fortunés, tandis que certaines demeures laissées à l’abandon ont été investies par des réfugiés chassés des territoires occupés et qui sont de toute façon une population essentiellement rurale. Certes, des projets de mise en valeur de ces villages, qui ont l’avantage d’être relativement proches de la Capitale (Alti Aghadj et Khilmilly surtout, région de Chémakha), en pleine nature alors que Bakou est en plein désert, ont vu le jour, mais aucun ne s’est concrétisé, faute de moyens13.

Village

Région

population totale

population russe en chiffres

population russe en %

Ivanovka

Nord-Est

3542

2850

80,5

Khimilly

Nord-Est

2126

1242

58,4

Privolnoïe

Sud-Est

3371

1129

33,7

Tchouhour-Yourt

Nord-Est

874

787

90

Slavianka

Ouest

2142

638

29,8

Novogolovka

Sud-Est

4236

501

11,8

Novosaratovka

Ouest

1891

496

26,2

Novoivnovka

Ouest

1526

332

21,7

Source: Russkie starožily Azerbajdžana, materialy po etničeskoj ekologii, tome 1, p. 17

13Nos entretiens avec des Molokanes ont tous montré l’absence de relations entre les différentes communautés. Il existe en effet plusieurs courants dans la foi molokane, nous ne citerons ici que les principaux. Le plus ancien est celui des Molokanes « constants » (postoiannye, en russe), qui ont gardé la foi telle qu’elle existait du temps de Simon Oukléine, et qu’on rencontre en Azerbaïdjan dans les villages de la région de Chémakha et à Bakou. Le second courant fondé par Popov est constitué par les Molokanes « communautaires » (obchie), dont la particularité est d’avoir un mode de vie très communautaire : ils vivent, travaillent et se nourrissent ensemble, aucun des membres n’a de biens propres. On les trouve à Bakou et à Ivanovka dont il sera question plus loin. Enfin, les Molokanes « bondissants » (priguny), qui vivent uniquement dans le village de Borissy, sur la ligne de front entre Arméniens et Azéris, et qui doivent leur nom au fondateur de ce courant, un certain Roudometkine, qui mena ses disciples le plus près possible de l’Ararat après avoir lu une prophétie selon laquelle le Christ devait ressusciter à cet endroit. Leur nom vient du fait qu’à la fin de l’office, ils chantent en faisant de petits sauts, ce qui aurait toujours cours. D’autre part, ils ont pour habitude de se réunir le samedi, tandis que les autres se réunissent le dimanche. Il est impossible de distinguer physiquement les fidèles des différents courants les uns des autres et il arrive que les fidèles eux-mêmes soient bien embarrassés s’il leur faut répondre à une question concernant les différences entre ces trois branches.

14L’inexistence de liens est d’autant plus étonnante que les Molokanes ont essaimé à travers le monde et que cette diaspora, potentiellement mobilisable, pourrait être d’une grande utilité aux Molokanes d’Azerbaïdjan. D’après le portail internet Molokan news14, il subsisterait environ 150 communautés molokanes dans toute l’ex-URSS, dont 29 en Russie. Les 21 et 22 juillet derniers, l’Union des chrétiens spirituels molokanes de Russie s’est réunie en un congrès international afin de célébrer le bicentenaire de la liberté de culte octroyée par Alexandre Ier en 1805 (annulée par la suite par Nicolas Ier). Un tel rassemblement avait déjà eu lieu en 1997, dans la région de Tambov. Au-delà des frontières de l’ex-URSS, on recense actuellement plus de 200 communautés dans le monde, y compris aux États-Unis et en Australie, où des Molokanes ont émigré au début du xxe siècle15. Il s’agissait essentiellement à l’époque pour les jeunes gens d’échapper à la conscription devenue obligatoire, les Molokanes étant peu portés sur la chose militaire. Des communautés molokanes existent ainsi à Los Angeles16, quoique les premiers migrants se soient installés sur des terres où il était possible de pratiquer l’agriculture : dans le centre de la Californie, en Arizona, dans l’Idaho, au Nouveau-Mexique ainsi qu’à Hawaï et au Mexique.

15Les fidèles qui se réunissent à Bakou tous les dimanches paraissent conscients de cette dispersion, même si les détails de cette dernière semblent leur échapper. Cette absence d’intérêt pour la mobilisation communautaire est même déplorée sur le site Molokan Homepage par un internaute américain qui regrette de ne pas réussir à rassembler les quelque trente congrégations que compte Los Angeles à elle seule.

16Dans un souci de regroupement des communautés de sectateurs exilés en Transcaucasie, le gouvernement russe avait lancé plusieurs programmes de retour afin qu’ils rejoignent leurs régions d’origine après 1991. On leur promettait un statut de « migrants forcés » et quelques aides en échange de leur réinstallation dans les régions de Toula et Tambov. La motivation économique n’était pas absente de ce projet, les autorités russes espérant ainsi revitaliser ces régions déshéritées aux confins des terres noires. Cet appel fut d’ailleurs entendu en Transcaucasie, et c’est ainsi que les éléments les plus dynamiques de ces communautés de sectateurs prirent le chemin du retour vers leur « patrie historique ».

  • 17 Les Molokanes ne parlent pas de « messe » mais de « réunion ».

17Malgré la formidable diversité que cette dispersion des Molokanes sur plusieurs continents a générée, il semble que l’identité molokane ne se soit pas diluée complètement. Certes, les descendants des Molokanes installés aux États-Unis ont été largement assimilés dans le « melting pot » américain, mais certains conservent l’esprit communautaire et, en ce qui concerne par exemple le déroulement des services, les costumes, les plats traditionnels et les chants, il semblerait que les Molokanes « constants » de Los Angeles aient gardé les mêmes traditions que leurs co-disciples d’Azerbaïdjan, tout au moins les jours de « réunion »17 et de fêtes.

18En Azerbaïdjan, l’auteur a remarqué peu d’évolutions dans l’identité molokane. Par exemple, un jeune homme, né dans le village d’Ivanovka, dont les parents ont travaillé toute leur vie au sein de la communauté, a décidé de monter une PME à Bakou, sans pour autant quitter le village d’où son épouse est également originaire. Bien qu’il ne respecte pas par exemple les interdits alimentaires, il revendique quand même son identité molokane. Plus surprenant encore – puisque les similitudes entre foi évangélique et foi molokane sont multiples –, les phénomènes de conversion ont été très nombreux, et le sont toujours, parmi les Molokanes. Ainsi, dès la seconde moitié du xixe siècle, des sectes évangéliques (baptistes, adventistes, pentecôtistes, sabbatthiens) apparaissent dans le sud de la Russie que nombre de Molokanes ne tarderont pas à rejoindre, attirés sans doute par la centralité de la Bible au sein de ces mouvements et par la possibilité d’échapper aux persécutions religieuses. Une seconde vague de conversion eut lieu dans les années 1930, alors que tous les mouvements religieux étaient durement frappés par les purges staliniennes, à tel point que, dans les années 1950, la foi molokane devint moribonde. Dans le village de Novoivanovka, en 1987, sur 340 sectateurs, 65 % étaient des Molokanes (dont 14 % de « bondissants » et 14 % de « maksmisty », dissidents de la branche « constante »), 25 % étaient Baptistes et 10 % Sabbatthiens.

  • 18 Les fidèles sont d’ailleurs d’origines fort diverses puisqu’on rencontre aussi bien des expatriés a (...)

19Depuis 1991, le nombre de conversions a augmenté, notamment en raison d’un prosélytisme actif des mouvements évangéliques américains qui ont prospéré à Bakou18. Ainsi, une femme molokane âgée de soixante-dix ans environ et qui assiste au service au sein de la communauté molokane de Bakou expliquait à l’auteur que quatre de ses filles étaient devenues adventistes et que cela ne lui posait absolument aucun problème, pourvu que chacune trouvât son bonheur spirituel. Interrogée quelques temps après, l’une d’entre elles expliqua qu’elle avait rejoint ce mouvement au début des années 1990, après qu’une amie l’ait invitée à assister au service. Et il semble que le bouche à oreille fonctionne assez bien, la plupart des personnes rencontrées étant venues dans ces Églises par l’intermédiaire d’une connaissance.

20L’attachement aux traditions molokanes et, d’une façon générale, à une morale conservatrice demeure très fort parmi les Molokanes, en particulier parmi ceux qui vivent dans leur communauté, par exemple à Ivanovka. Les Molokanes restent très attachés à une « haute moralité ». Le monde moderne dans ses aspects les plus pernicieux est à leurs yeux symbolisé par la télévision : si celle-ci n’est pas forcément bannie des foyers, les parents exercent en général une censure sévère, toute scène jugée contraire aux bonnes mœurs étant éclipsée de la vue des plus jeunes. Aussi, pour les Molokanes, la Russie actuelle symbolise la décadence civique et morale : une femme de la communauté de Bakou, racontant, des larmes dans la voix, comment son fils parti en Russie y avait été assassiné pour quelques roubles, expliquait à quel point « les Russes de là-bas sont absolument sans foi aucune ». Et l’absence de foi est sans doute le péché le plus imprescriptible du point de vue d’un Molokane.

Ivanovka : un kolkhoze molokane à l’heure de la mondialisation

  • 19 Sur l’adaptation des Molokanes « communautaires » au système soviétique, on pourra consulter Christ (...)

21Ivanovka est un village de la région administrative d’Ismaïlly, à une centaine de kilomètres de Bakou. Légèrement en altitude car situé sur un plateau dominant les villages de la plaine, il s’agit d’un village typiquement russe, aux maisons en bois harmonieusement réparties de chaque côté des rues bétonnées et soigneusement entretenues, où les jardins sont fleuris et pourvus d’un potager. Le village d’Ivanovka a pour particularité d’abriter le dernier kolkhoze d’Azerbaïdjan, celui de Nikitine – du nom de son directeur de 1953 à 1994, héros du travail soviétique et personnage charismatique, qui en a fait ce qu’il est encore aujourd’hui -, îlot d’anachronisme en plein Caucase, dont l’entrée est encore aujourd’hui à ce jour agrémentée des symboles soviétiques. Les Russes d’Ivanovka sont des Molokanes, quoique le village compte aussi des Baptistes, apparus dans les années 1960, des Pentecôtistes et des Sabbathiens, apparus plus récemment. Les Molokanes d’Ivanovka appartiennent à la branche « communautaire » de la foi molokane et il n’est donc pas étonnant qu’ils se soient adaptés sans difficultés à la collectivisation, puisque le kolkhoze existait d’ailleurs plus ou moins avant l’arrivée du pouvoir soviétique19. À l’heure actuelle, il est encore totalement collectivisé, à l’exception des fonctionnaires (de la poste, de l’école, de l’hôpital et de l’administration locale qui sont eux employés et rétribués par l’État) et de certains magasins privés, qui paient un loyer à la municipalité. Un univermag, l’épicerie généraliste héritée de l’ancien régime, et une droguerie sont gérés dans le cadre du kolkhoze. Les ouvriers du kolkhoze Nikitine perçoivent un salaire d’environ quinze euros par mois pour huit heures de travail quotidien. Le reste du temps, ils sont libres de mener toute autre activité privée. Les retraites des anciens travailleurs du kolkhoze sont financées à hauteur de 50 % par le fonds de pension du kolkhoze, les 50 % restants sont à la charge de l’État. La direction du kolkhoze (avec le bureau du directeur, celui de sa secrétaire et le service de la comptabilité) et les autorités locales (mairie, la police et les services administratifs qui s’y rattachent) partagent un même bâtiment. Les documents internes au kolkhoze sont rédigés en russe, tandis que les documents officiels qui proviennent de l’administration azerbaïdjanaise sont rédigés en azéri et traduits en russe, si besoin est, par un employé du kolkhoze. La langue azérie est enseignée en option à l’école du village, qui ne possède qu’une section russe.

  • 20 Les Molokanes, aux siècles précédents, refusaient la plupart du temps de porter des armes, comme no (...)

22Feu le président Heïdar Aliev avait autorisé le kolkhoze à continuer de fonctionner ainsi, pourvu que les lois et la constitution de la République y fussent respectées ; le kolkhoze n’a donc pas été concerné par la privatisation de l’agriculture et par les réformes de ces dernières années dans ce domaine. Du reste, les Molokanes semblent mettre un point d’honneur à respecter les lois, ce qui explique que les hommes remplissent leurs obligations militaires sans rechigner20 : Ivanovka compte même plusieurs « martyrs » tués lors de la guerre au Haut-Karabakh.

23Légalement, le directeur du kolkhoze n’a pas à être choisi au sein de la communauté molokane, mais c’est une tradition qui a toujours été respectée. Si les traditions perdurent, nous sommes loin à Ivanovka des images d’Épinal de communautés fermées comme les Amish de Pennsylvanie, par exemple. Ici, point de passéisme idéologique, le directeur de Nikitine roule en 4x4 avec chauffeur, possède un téléphone portable et gère ainsi son entreprise avec tous les attributs modernes de l’homme d’affaires. D’ailleurs, le nombre de voitures particulières à Ivanovka est plus important que dans n’importe quel village d’Azerbaïdjan, ce qui est un bon indicateur de la relative prospérité du village.

  • 21 Même si des manifestations culturelles y ont lieu de temps en temps, la maison de la culture d’Ivan (...)

24Le kolkhoze possède une salle de spectacle immense dans la « maison de la culture », un très beau bâtiment abritant surtout un lieu de convivialité pour les jeunes du village, où on trouve par exemple des tables de billard ou des jeux d’échecs21. Tous les samedis et dimanches soirs, la « maison de la culture », dans la plus pure tradition soviétique, fait office de discothèque où les jeunes du village se côtoient sans vraiment se mélanger. L’organisation et la sécurité sont gérées par des adultes du village (toutes nationalités confondues), qui se répartissent les tâches et veillent, bénévolement, au bon déroulement de la soirée. De même, chaque bâtiment communautaire (usine, mairie, maison d’hôtes, local internet) du kolkhoze est gardé à tour de rôle toute la nuit par des villageois.

  • 22 Cette station-radar soviétique est l’unique installation militaire russe sur le territoire de l’Aze (...)
  • 23 En russe sootetchestvenniki, terme dont l’acception est assez floue et qui désigne, depuis le début (...)
  • 24 Entretien avec l’auteur, 30 mars 2005, Ivanovka.

25Le kolkhoze a connu une période florissante dans les années 1980. Ainsi, en 1987, le village comptait plus de 80 % de Russes et, encore aujourd’hui, beaucoup de jeunes y travaillent qui à la laiterie, qui à la fabrique de pain, qui dans l’agriculture ou l’élevage. Leur nombre s’est récemment stabilisé : en effet, nombre de jeunes ont préféré rester et profiter de la situation relativement privilégiée du village. Certains ont fait leurs études en Russie, grâce à une bourse de la Fédération de Russie. Cette année, trois d’entre eux ont ainsi été envoyés à Perm et à Saint-Pétersbourg. Par exemple, le fils aîné de l’actuel directeur du kolkhoze a fait ses études à Kaliningrad. Détenteur d’un passeport russe, il faisait au moment de l’enquête son service militaire à la station-radar russe de Gabala, située à une trentaine de kilomètres d’Ivanovka22, où il était payé 250 000 manats (anciens) par mois (50 euros), une somme non négligeable dans un pays où le salaire mensuel moyen se situe aux alentours de 30 euros. Le village reçoit d’autres formes d’aide : par exemple, cinq ordinateurs ont été offerts par la mairie de Moscou lors de la visite du maire Iouri Loujkov en octobre 2004. D’après le conseiller auprès de l’Ambassade de la Fédération de Russie en Azerbaïdjan chargé des « compatriotes »23, les Molokanes d’Azerbaïdjan reçoivent d’autres aides encore par le biais de la communauté russe d’Azerbaïdjan24.

26Le directeur, ingénieur agronome de formation, n’a pas caché que la situation financière générale du kolkhoze était mauvaise : en plus des nombreuses pensions à financer, la récente augmentation du prix des semences n’a pas arrangé sa trésorerie et a provoqué une baisse de la production. Pourtant, la situation des habitants d’Ivanovka reste relativement enviable comparée à celle des villages avoisinants et, d’une façon générale, comparée à la situation qui règne dans l’agriculture du pays depuis la privatisation des terres, notamment grâce à la mise en commun de tous les biens nécessaires au travail et à une vie économique quasi autarcique. Ainsi, la fabrique de pain appartient au kolkhoze, ses employés sont rétribués par le kolkhoze, de même pour la laiterie, où chaque habitant peut s’approvisionner en lait et en smetana, crème fraîche épaisse. Le kolkhoze possède également 300 hectares de vignes. Il s’acquitte par ailleurs du paiement de tous les impôts auxquels les exploitations agricoles sont soumises en Azerbaïdjan, à l’exception de l’impôt sur le revenu.

  • 25 Peuple caucasique réparti essentiellement entre le sud du Daghestan, en Fédération de Russie, et le (...)
  • 26 La plupart des informations sur Ivanovka ont été données à l’auteur par le directeur du kolkhoze de (...)
  • 27 C’est l’expression russe consacrée en Azerbaïdjan pour désigner les affrontements interethniques pu (...)

27Outre l’aspect économique, la dimension ethnique à Ivanovka est un terrain d’étude intéressant. En 1987, le village comptait 3624 habitants, dont 2877 Russes (79,4 % de la population totale), 585 Lezguis (16,1 %)25, 94 Azéris (2,6 %), 49 Arméniens (1,3 %) et 19 Juifs (0,5 %). Actuellement, le village compte 3500 habitants, dont 2400 Russes et 600 Lezguis, arrivés dans les années 1960 pour pallier un manque de main-d’œuvre, ce qui a modifié la composition ethnique du village26. Très peu d’Azéris vivent dans le village. En revanche, ils sont beaucoup plus nombreux dans les villages environnants. Il s’agit, pour la grande majorité d’entre eux, de réfugiés et déplacés internes chassés par la guerre au Nagorno-Karabagh qui s’y sont installés au début des années 1990. Par ailleurs, il y avait quatre villages arméniens autour d’Ivanovka, dont les habitants ont été évacués sur ordre du secrétaire de la section locale du Parti en 1990 afin d’éviter des affrontements inter-ethniques après le début des « événements »27.

  • 28 À l’heure actuelle, 10 à 12 familles sont revenues d’après le directeur du kolkhoze.
  • 29 Entretien avec Alexeï Timofiéoévitch Kozlovtsev, 30 mars 2005, Ivanovka.

28Comme les autres Russes, certaines familles du village ont quitté l’Azerbaïdjan au début des années 199028, craignant notamment que le kolkhoze soit démantelé. D’après M. Kozlovtsev, le directeur du kolkhoze, il n’y a jamais eu de problèmes entre les différents groupes ethniques du village et des alentours, les Molokanes n’ont souffert d’aucune menace physique ou verbale, au contraire : « Ici, j’ai eu mon passeport en cinq minutes, c’est en Russie qu’on nous humilie. »29 M. Kozlovtsev a par ailleurs expliqué qu’il avait fait partie d’une délégation présidée par l’ancien directeur Nikitine qui s’était rendue au chef-lieu de région (Ismailly) à l’invitation du mollah. Celui-ci avait déclaré, lors de ce meeting, qu’« à Ivanovka, ce ne sont pas des Russes, ce sont des Molokanes [...] N’oubliez pas que ce sont eux qui nous ont nourris en 1917 et avant ».

  • 30 Effectivement, si le niveau de pratique religieuse est assez faible en Azerbaïdjan, peu sont ceux q (...)

29D’une façon générale, aucun des Molokanes rencontrés, contrairement aux autres Russes, n’a déclaré avoir subi quelque menace que ce soit. Cela s’explique probablement pour trois raisons. Tout d’abord, les Molokanes, même s’ils sont russes et considérés comme tels par la population allogène, ont été en contact avec les paysans azéris bien avant les Russes urbains arrivés à la fin du xixe siècle et au début du xxe siècle. Ils ont par ailleurs la réputation d’être des gens pacifiques, honnêtes et travailleurs, ce qui peut expliquer la déclaration du mollah. Ensuite, à l’exception d’Ivanovka, il s’agit d’une population âgée, féminine, éparpillée, qui n’a souvent plus de famille en Azerbaïdjan, et qui vit en dessous du seuil de pauvreté, dans une misère plus noire que le reste de la population. Or, dans les traditions azéries, le respect dû aux anciens est extrêmement important. Ainsi, nombre de personnes âgées qui assistent au service à Bakou ont expliqué qu’elles étaient très soutenues, y compris matériellement, par leurs voisins azéris. Comme chez les autres Russes de plus de 60 ans, dont aucun n’a déclaré avoir entendu ne serait-ce qu’une critique à son égard parce qu’il était russe. Les Azéris sont considérés comme un peuple « croyant, très croyant »30, ce qui est un point très positif pour les Molokanes, qui, malgré 80 ans d’athéisme officiel, n’ont rien perdu de leur foi. Enfin, la moyenne d’âge étant très élevée parmi les Molokanes, la plupart des personnes rencontrées étaient probablement déjà retraitées à la fin des années 1980, voire avant, et elles n’ont donc pas été frappées au milieu de leur vie d’adulte par la dégradation de leur situation professionnelle, comme nombre de Russes l’ont ressenti à cette époque, ce qui explique qu’elles n’en gardent pas vraiment de ressentiment. La situation des retraités russes d’Azerbaïdjan est somme toute comparable à celle des retraités d’autres nationalités : tous sont aussi pauvres et démunis les uns que les autres.

30D’après les données recueillies par les scientifiques de l’Institut d’ethnologie de l’Académie des sciences d’URSS mentionné plus haut, les relations inter-ethniques à Ivanovka étaient à l’époque déjà bien meilleures que dans les autres villages. Les Molokanes y formaient encore la grande majorité de la population, contrairement aux autres villages, où la crainte d’une disparition de la communauté les rendait moins tolérants, malgré l’absence de conflits ouverts dans ces villages. Ivanovka est par ailleurs resté à l’écart du mouvement de fusion des communautés villageoises azéries et russes au moment de la collectivisation et le village a donc conservé son caractère molokane et n’a pas été touché par les vagues d’émigration. Les maisons des Molokanes qui ont quitté le village restent d’ailleurs dans la communauté, qui est très réticente à laisser des personnes étrangères au village les acquérir.

  • 31 H.M LEBEDEVA, “Socialno-psihologičeskaâ adaptacia russkih starožilov v Azerbaidžane”, Russkie staro (...)

31Cette homogénéité ethnique rend donc la question de la survie de la communauté moins vitale que dans d’autres villages, ce qui se traduit par une perception plus positive de soi et des autres nationalités vivant à Ivanovka : contrairement aux Molokanes des autres villages, ceux d’Ivanovka jugent positivement leur influence sur les autres nationalités du village et l’influence de ces dernières sur leur propre mode de vie ; de même, ils font preuve d’une plus grande tolérance et d’un plus grand respect envers leur groupe ethnique et envers les autres peuples les environnant31. L’adaptation de leur culture d’origine à un environnement étranger se fait donc plus facilement.

32Le déplacement effectué en Arménie a permis de vérifier ce phénomène. L’unique village molokane hors d’Erevan (sur les rives du lac Sevan) avait été déserté par ceux-ci depuis une bonne dizaine d’années, mais on constate que la communauté molokane de la Capitale, même si elle entretient des rapports tout à fait cordiaux avec le voisinage, semble vivre de façon plus autarcique encore que celle de Bakou. De prime abord, cela peut étonner : les Molokanes de Erevan se trouvent en effet dans un environnement chrétien, donc, a priori plus proche. Mais c’est justement cette proximité qui pose problème car elle induit un risque de dissolution de l’identité, donc de disparition potentielle de la communauté et explique sans doute que les Molokanes soient plus « visibles » à Erevan qu’à Bakou. Il est vrai par ailleurs que, statistiquement, les Russes sont plus nombreux à Bakou qu’à Erevan. Mais, à Bakou, hormis le jour de Pâques (une seule femme avait revêtu l’habit traditionnel), on ne peut distinguer les Molokanes des autres Russes, sauf peut-être les quelques hommes âgés qui portent une longue barbe. À Erevan en revanche, les Molokanes sont très facilement reconnaissables : les femmes portent des tabliers blancs et des coiffes blanches brodées.

  • 32 Nom donné par les Molokanes aux croyants de la foi orthodoxe « traditionnelle », qu’ils appellent a (...)

33Cependant, malgré la proximité géographique entre les différents groupes ethniques à Ivanovka et dans les environs, les communautés se côtoient, travaillent ensemble, se respectent, mais se mélangent peu, à l’image des jeunes gens de la discothèque : Molokanes d’un côté, Lezguis de l’autre. Le meilleur indicateur pour évaluer le niveau de mixité est le nombre de mariages inter-ethniques et force est de constater qu’à Ivanovka, ceux-ci existent mais demeurent peu nombreux. Et la fameuse discothèque ne se prêterait d’ailleurs qu’à des unions unidirectionnelles puisque les jeunes Lezguis présents sont uniquement des garçons. En revanche, les mariages mixtes entre un ou une jeune du village parti(e) faire ses études ou son service militaire à Bakou ou en Russie, et revenant avec un ou une fiancée non-molokane ne sont plus des exceptions. Les mariages en dehors de la communauté, même avec des « Russes orthodoxes »32, étaient encore inexistants à Ivanovka il y a quelques années, de telles unions étant considérées comme une honte aux yeux de la communauté. En revanche, au siècle dernier, même si les mariages dans la communauté restaient souhaitables, certaines unions étaient contractées avec des Baptistes ou des Sabbatthiens. La fiancée était alors censée adopter la foi de son futur époux. Avec les Doukhobores, les mariages étaient exclus puisqu’ils ne reconnaissaient pas la Bible. Depuis une dizaine d’années, les mariages sont plus courants avec des Russes de Russie et également avec des Azéri(e)s, mais le ou la futur(e) marié(e) est tout de même prié(e), au mieux d’adopter la foi de son futur conjoint ou, du moins, de l’accepter. Le consentement des parents pour conclure une union reste indispensable, même si les mariages ne sont plus arrangés comme par le passé : le principe de base est qu’une union peut être conclue si les parents des deux enfants et les fiancés eux-mêmes ont donné leur consentement. D’une façon générale, rien ne se fait sans l’accord des « aînés » : les parents, les oncles plus âgés et le doyen de la famille. Les divorces, s’ils sont possibles, restent très mal acceptés dans la communauté : les personnes divorcées sont en effet exclues des « réunions », donc de la communauté.

34Chez les Molokanes, on ne parle en effet pas de messe, mais de « réunion », il n’y a pas d’églises mais des « maisons de prière » (dom molitvy en russe), qui peuvent être n’importe quel type de bâtiment aménagé ensuite à cet effet et dont la décoration est pour le moins rudimentaire : à Bakou, seul un tapis azéri – un cadeau fait à la communauté – ornait l’un des murs. La « maison de prière » est située dans une ancienne écurie depuis les années 1930, dans l’ancien quartier « Molokanka » (où il ne reste plus de Molokanes, la communauté étant dispersée dans tout Bakou). À Ivanovka, il s’agit d’un bâtiment tout à fait quelconque, qu’on ne peut distinguer comme étant un édifice religieux. La « réunion » est le moment central de la foi molokane puisque c’est de cette façon uniquement qu’on entre en communion avec Dieu. Lors de notre enquête, le service rassemblait 100 à 110 personnes le dimanche à Ivanovka et seule une petite dizaine de fidèles avait moins de soixante ans. À Bakou, la « maison de prière » était pleine le jour de Pâques mais, hormis deux jeunes filles, la moyenne d’âge de l’assistance dépassait les soixante ans. Le déroulement du service est en tout point identique à Bakou et à Ivanovka (comme il doit l’être également à Los Angeles), seule diffère légèrement la façon de chanter, plus aiguë chez les Molokanes « constants » de Bakou.

35La façon d’appréhender la religion au quotidien et la relation à Dieu rapproche les Molokanes des Protestants. Ainsi, dans la foi molokane, l’être humain doit s’adresser à Dieu directement, sans intermédiaire. Il n’y a donc pas de clergé. Les « réunions » sont plus ou moins dirigées par un prêtre désigné par la communauté, qui laisse une grande liberté à l’assistance dans le choix des psaumes, tandis que les hommes lisent souvent chacun à leur tour des extraits des textes saints. Rien ne doit interférer dans cette relation spéciale à Dieu, d’où l’absence de croix (donc de signe de croix), d’icônes et d’églises. De façon comparable à la messe orthodoxe traditionnelle, les services sont particulièrement longs, puisqu’ils durent en moyenne de deux à trois heures. Les fidèles sont assis sur des bancs, hommes et femmes séparés, quoiqu’on puisse déroger à cette règle, et, entre chaque lecture, un chœur de fidèles chante des psaumes, tandis que le reste de l’assistance l’accompagne en chantant plus doucement.

36La foi molokane comporte plusieurs interdits alimentaires : il est normalement proscrit de manger du porc, du poisson sans écailles et de boire de l’alcool, mais ces interdits sont en général transgressés par la jeunesse, en tout cas en l’absence des anciens, qui se réunissent parfois plusieurs fois par jour.

37Ivanovka représente donc une photographie assez complète et fidèle de la foi et des traditions molokanes. Si les autres villages molokanes sont, eux, voués à l’extinction pour des raisons purement démographiques, Ivanovka est le seul village qui n’est pas menacé, du moins à court terme. En effet, même s’il est difficile de faire de la prospective, on peut affirmer que l’avenir d’Ivanovka dépendra en grande partie de sa survie économique et du maintien ou non de son statut particulier, dans une région où l’arrivée de réfugiés rend cette situation d’exception problématique, d’autant plus que les terres du kolkhoze réputées pour leur qualité attirent les convoitises. À ce propos, le président Ilham Aliev, en visite à Ivanovka le 19 août 2005, a garanti que ce statut d’exception serait maintenu et a par ailleurs annoncé la construction d’une nouvelle école, conforme aux standards européens et dotée d’une salle d’informatique. Démographiquement, les Molokanes forment encore une confortable majorité dans le village et, avec l’arrêt des départs, cela sera probablement toujours le cas dans les prochaines années. Par ailleurs, ils ont, en moyenne, plus d’enfants que les autres Russes, mais les Lezguis et les Azéris ayant une vitalité démographique plus importante, cette situation pourrait évoluer.

38Au-delà des aspects ethnographiques et économiques, la situation du village d’Ivanovka interroge sur le devenir d’une communauté unique dans l’espace post-soviétique. Elle montre à quel point un groupe pris dans sa globalité (les Russes d’Azerbaïdjan) et confronté à des problèmes similaires liés à l’apparition de nouveaux États tente de répondre selon des modalités différentes en fonction de son vécu dans un environnement pourtant peu ou prou identique.

Notes

1 Nous entendons ici le terme « secte » au sens strict de « Groupe organisé de personnes qui ont la même doctrine au sein d’une religion » (définition du Petit Robert), sans lui donner l’aspect péjoratif qu’il a tendance à revêtir dans le vocabulaire moderne.

2 Parmi les mesures de cette réforme, celle des livres liturgiques et des rites, dont le but était de corriger les nombreuses erreurs qui s’étaient glissées dans certains textes religieux et rites moscovites, eut les répercussions les plus importantes.

3 KLIBANOV A.I., Istoriâ religioznovo sektanstva v Rossii (60-ye gody 19. v-1917) [Histoire des mouvements sectateurs en Russie, des années 60 du xixe siècle à 1917], 1965, Académie des sciences d’URSS, Moscou.

4 RADVANYI Jean, « Molokanes et Doukhobores de Transcaucasie : la fin d’un rêve impérial ? », dans Les Slaves et le Caucase, 1997, Paris, Slovo Centre d’études russes, eurasiennes et sibériennes, pp. 305-307.

5 C’est ainsi que furent nommés officiellement par les autorités russes les sectateurs, qui ne comptaient pas que des doukhobores et des molokanes mais également des baptistes, des adventistes et nombre d’autres sectes, en fait des mouvements dissidents des Doukhobores et des Molokanes.

6 ILIN S.E, Maâ zakavkazskaâ Rossiâ [Ma Russie transcaucasienne], 1998, Académie des sciences de Russie, Moscou.

7 Région administrative dans l’Empire tsariste.

8 Akty, sobrannye kavkazskoj arhiografičeskoj kommissiej, 293. zapiski o russkih pereselencah- raskol’nikah v Kaspijskoj oblasti, I. istoričeskoe izloženie [Actes réunis par la commission des archives du Caucase, 293 e rapport sur les colons hérétiques de l’oblast’ du Caucase], Documents d’archives sur la déportation des Molokanes et d’autres sectes en Transcaucasie, Chancellerie principale du Caucase, Tbilissi.

9 Roger BASTIDE, « Mémoire collective et sociologie du bricolage », L’année sociologique, pp. 85-86. URL: http://classiques.uqac.ca/contemporains/bastide_roger/memoire_collective_socio_bricolage/memoire_collective_socio_bricolage.pdf.

10 Voir les articles de Simon KASTRIOULINE dans Birja plus, hebdomadaire azerbaïdjanais russophone qui publie régulièrement des articles sur les Molokanes, par exemple dans l’édition du 10 mai 2005, p. 7.

11 Lane CHRISTEL, Christian Religion in the Soviet Union, 1978, Londres, G. Allen & Unwin.

12 Russkie starožily Azerbajdžana, materialy po etnižeskoj ekologii, 1990, Moscou, Académie des sciences d’URSS, Institut d’ethnographie, deux tomes.

13 Simon KASTRIOULINE, Birja plus, 6 mai 2005.

14 Molokan homepage: http://www.thedragonscave.org/archives/tdc/christian/text_files/molokan/molokan_homepage/.

15 Qui avaient en cela suivi l’exemple des doukhobores, ces derniers ayant émigré au Canada à la fin du xixe siècle. Voir http://www.usccdoukhobors.org/about.htm.

16 Une étude avait d’ailleurs été menée par un ethnologue américain parmi la communauté molokane de Los Angeles. Willard B. MOORE, Molokan Oral Tradition: Legends and Memories of an Ethnic Sect, University of California Press, 1973.

17 Les Molokanes ne parlent pas de « messe » mais de « réunion ».

18 Les fidèles sont d’ailleurs d’origines fort diverses puisqu’on rencontre aussi bien des expatriés américains, des Russes, des Azéris (en général russophones) venus écouter les sermons de prosélytes (locaux ou autres) rompus aux techniques les plus modernes de la communication évangélique. Ces mouvements ne sont d’ailleurs pas sans susciter des adhésions pour le moins intéressées : qui à la recherche d’un conjoint étranger, qui désirant obtenir un visa d’études pour les États-Unis ou tout simplement pratiquer son anglais.

19 Sur l’adaptation des Molokanes « communautaires » au système soviétique, on pourra consulter Christel LANE, “Socio-political Accommodation and Religious Decline : The Case of Molokan Sect in Soviet Society”, Comparative Studies in Society and Histories, vol. 17, n° 2, avril 1975, pp. 221-237. DOI : 10.1017/S0010417500007763.

20 Les Molokanes, aux siècles précédents, refusaient la plupart du temps de porter des armes, comme nous l’avons vu précédemment.

21 Même si des manifestations culturelles y ont lieu de temps en temps, la maison de la culture d’Ivanovka semble toutefois être loin d’attirer l’« attention universelle en raison du spectre de ses activités » dont parle M. Orudjev, Conseiller du Président de la République d’Azerbaïdjan chargé des minorités, dans un article de la revue Central Asia and the Caucasus, “Azerbaijan’s Minorities Today”, n° 4, 2003, pp. 139-144. URL: http://www.ca-c.org/journal/2003/journal_eng/cac-04/18.orueng.shtml.

22 Cette station-radar soviétique est l’unique installation militaire russe sur le territoire de l’Azerbaïdjan. En 2001, un accord avait été signé entre les présidents Poutine et Aliev afin de renouveler le bail. Opération extrêmement lucrative pour l’Azerbaïdjan, qui lui rapporte plusieurs millions de dollars par an, et qui permet à la Russie de surveiller une grande partie du Moyen-Orient.

23 En russe sootetchestvenniki, terme dont l’acception est assez floue et qui désigne, depuis le début des années 1990, les Russes et russophones vivant en dehors de la Fédération de Russie.

24 Entretien avec l’auteur, 30 mars 2005, Ivanovka.

25 Peuple caucasique réparti essentiellement entre le sud du Daghestan, en Fédération de Russie, et le nord de la République d’Azerbaïdjan.

26 La plupart des informations sur Ivanovka ont été données à l’auteur par le directeur du kolkhoze de Nikitine, Alexeï Timofiéiévitch Kozlovtsev. Un incendie a détruit les archives du village il y a quelques années, les données démographiques sont donc plutôt rares.

27 C’est l’expression russe consacrée en Azerbaïdjan pour désigner les affrontements interethniques puis la guerre qu’a connus le pays à partir de 1988.

28 À l’heure actuelle, 10 à 12 familles sont revenues d’après le directeur du kolkhoze.

29 Entretien avec Alexeï Timofiéoévitch Kozlovtsev, 30 mars 2005, Ivanovka.

30 Effectivement, si le niveau de pratique religieuse est assez faible en Azerbaïdjan, peu sont ceux qui se déclarent athées.

31 H.M LEBEDEVA, “Socialno-psihologičeskaâ adaptacia russkih starožilov v Azerbaidžane”, Russkie starožily Azerbajd ?ana, materialy po etničeskoj ekologii, pp. 38-39. L’auteur remarque par ailleurs que la conscience par les Molokanes d’Azerbaïdjan, qui vivent dans un milieu culturellement très différent du leur, de l’influence de leur culture d’accueil sur leurs propres traditions est plus élevée que chez les Molokanes d’Arménie ou de Géorgie.

32 Nom donné par les Molokanes aux croyants de la foi orthodoxe « traditionnelle », qu’ils appellent aussi « les Russes » ou « les autres Russes ».

Auteur

Doctorante a l’Institut d’Études Politiques, Paris

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable