Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et politique dans le Caucase post-soviétique

 | 
Bayram Balcı
, 
Raoul Motika

3. Le Caucase dans la stratégie eurasiatique de l’Iran

Mohammad-Reza Djalili

Texte intégral

  • 1 M.H. GANJI, “The Historical development of the boundaries of Azerbaijan,” in The boundaries of mode (...)

1L’imaginaire historique des Iraniens ne conçoit pas le Caucase comme une terre véritablement étrangère. Cette interprétation s’applique bien d’avantage à la Transcaucasie, située plus proche du territoire iranien, qu’au Caucase du nord. Depuis la plus haute Antiquité et jusqu’au xixe siècle, cet espace a fait partie à plusieurs reprises et parfois durant de très longues périodes du « domaine » iranien. Au Caucase, la présence iranienne fut, au cours des siècles, concurrencée tour à tour par celle des Grecs, des Romains, des Arabes, des Ottomans et des Russes. Ceux-ci, les derniers arrivés, vont mettre un terme à la présence des monarques persans par une politique de pénétration progressive. C’est durant le règne de la dynastie des Qadjar (1785-1925) que l’Iran va perdre définitivement ses dépendances caucasiennes1. Pourtant, les choses avaient bien commencé. En effet, le fondateur de la dynastie, Agha Mohammad Khan, avant de se faire couronner en 1796 dans la plaine de Moghan, située à la frontière actuelle de l’Iran et de la Transcaucasie, avait reconquis toutes les possessions Safavides (1501-1722) au nord de l’Araxe. C’est durant le règne de son successeur, Fath-Ali Shah (1797-1834), que le Caucase passera sous domination russe. En 1801, le Tsar annexe la Géorgie. En 1804 éclate la première guerre russo-persane qui s’achève par une défaite iranienne en 1812. Un an après, Fath-Ali Shah signe le traité de Golestan, par lequel la Perse renonçait à ses revendications sur la Géorgie, le Daghestan et cédait à la Russie les régions de Derbent, Bakou, Shirvan ainsi que les terres situées au nord du Nagorno-Karabagh et du Talish tout en abandonnant aux Russes le droit exclusif de maintenir des vaisseaux de guerre en mer Caspienne. Treize ans plus tard, les hostilités reprirent entre les deux empires. Cette fois, les Russes pénétrèrent à l’intérieur du territoire de l’Azerbaïdjan iranien et prirent Tabriz. Le Shah proposa de rétablir la paix, les Russes accédèrent à sa demande mais imposèrent des conditions encore plus désavantageuses pour l’Iran. Le 22 février 1828 fut signé, dans le village de Turkmentchaï, un traité qui mettait un terme à la deuxième guerre russo-persane. Par ce traité, la Perse était contrainte de céder à la Russie les territoires d’Erevan et du Karabagh, de payer une forte indemnité de guerre, tout en acceptant que les ressortissants russes sur son territoire soient soustraits à la juridiction persane et soumis à celle exercée par les instances consulaires russes en Iran. Ce qui signifiait l’imposition d’un régime capitulaire, bientôt étendu à d’autres puissances européennes, et une perte de souveraineté juridique de l’État.

  • 2 Sur cette question, voir : Oliver BAST (dir.), La Perse et la Grande guerre, Institut Français de R (...)

2Après la fin de la Première Guerre mondiale, une délégation iranienne fut envoyée à la Conférence de Paris pour réclamer, entre autres, la restitution des territoires annexés par la Russie au Caucase. Cette délégation n’obtint rien de la conférence2. Entre-temps, les Bolcheviks avaient pris le pouvoir en Russie et, en Transcaucasie, trois nouvelles républiques avaient vu le jour : l’Arménie, la Géorgie et l’Azerbaïdjan. Mais l’indépendance de ces nouveaux États fut éphémère. Ils furent tous trois incorporés, entre avril 1920 et février 1921, dans ce qui deviendra bientôt l’Union soviétique. Par ailleurs, en 1921, l’Iran et le nouveau pouvoir soviétique signent un traité qui met un terme à presque tous les « traités inégaux » du xixe siècle, tout en maintenant la souveraineté de l’État révolutionnaire sur l’ensemble de la Transcaucasie et accordant à Moscou un droit d’intervention temporaire en Perse si ce pays était l’objet d’une invasion étrangère. À l’intérieur du territoire iranien, cette période coïncide aussi avec l’apparition de plusieurs mouvements centrifuges à Tabriz, au Kurdistan et au Guilan. Ces mouvements seront réprimés par le nouveau ministre de la guerre, qui, à la suite d’un coup d’État en collaboration avec un jeune journaliste, venait de prendre le pouvoir. C’est le colonel Reza Khan ; il deviendra quelques années plus tard Reza Shah.

  • 3 Fernande SCHEID RAINE, “Stalin and the Creation of Azerbaijan Democratic Party in Iran, 1945,” Cold (...)

3Durant la Seconde Guerre mondiale, les Soviétiques occupent le nord de l’Iran, coupent les zones qu’ils contrôlent de l’autorité du gouvernement central et favorisent le développement des mouvements séparatistes, communistes ou sympathisants de l’Union soviétique3. Le 22 janvier 1945, une « République autonome » est proclamée à Tabriz et, quelques jours plus tard, une autre « République autonome » est mise en place à Mahabad, au Kurdistan. Au même moment, Moscou fait savoir qu’il ne compte pas quitter le territoire iranien à la date convenue du 2 mars 1946. Le gouvernement iranien demande au Conseil de sécurité des Nations unies, qui vient d’être mis en place, un soutien face aux prétentions de l’URSS. C’est ainsi que la crise de l’Azerbaïdjan est déclenchée. Finalement, l’habileté du Premier ministre iranien, Ghavam Saltaneh, et les pressions américaines amèneront, après quelques concessions, l’URSS à modifier sa politique et à retirer ses forces armées. Le départ de l’Armée rouge entraîna immédiatement la chute des deux mouvements séparatistes, dont une partie des dirigeants trouva refuge en Union soviétique.

Nouvelle politique étrangère pour nouveaux États

4L’effondrement, en 1991, de l’Union soviétique ainsi que l’accession à l’indépendance des États du Caucase méridional et d’Asie centrale modifièrent considérablement l’environnement géopolitique de l’Iran qui, avec la Russie, est le seul État partageant des frontières communes avec les pays situés à la fois à l’ouest et à l’est de la mer Caspienne. Surpris par la fin soudaine de l’URSS, Téhéran est contraint d’élaborer dans la précipitation une politique à l’égard de cette nouvelle situation. Cette politique prend progressivement forme autour de quelques préoccupations clés : le maintien de la sécurité et de l’intégrité territoriale du pays, le développement des relations économiques bilatérales et multilatérales avec les nouveaux États, la mise en avant des avantages que la position géographique de l’Iran offre pour le transit à des pays généralement enclavés. À cela s’ajoute évidemment aussi la sauvegarde des intérêts iraniens en mer Caspienne. Pour atteindre ses objectifs et en même temps redorer son blason dans l’opinion publique internationale, Téhéran opta dès le début pour une approche prudente et relativement pragmatique, laissant de côté certaines préoccupations idéologiques inhérentes à un régime qui se veut à la fois révolutionnaire et religieux. Par ailleurs, les autorités de la République islamique décidèrent de mener leur politique dans ces deux régions en étroite collaboration avec la Russie. Ce choix reflétait à la fois le désir de Téhéran de continuer une politique de collaboration étroite avec Moscou, comme il l’avait fait depuis le début de la révolution islamique, ainsi que le souci de ne pas se couper de son principal fournisseur d’armes et de matériels militaires. De fait, l’Iran n’avait aucun intérêt à froisser la susceptibilité russe et de contrer du même coup l’un de ces principaux objectifs : atténuer son isolement sur la scène internationale. Le maintien de bons rapports avec la Russie, ainsi d’ailleurs que les tentatives de rapprochement avec les pays européens, s’inscrivent dans la logique de la diplomatie islamique marquée, depuis ses débuts il y a près d’un quart de siècle, par une posture de confrontation avec les États-Unis.

  • 4 On estime, de manière généralement très approximative, le nombre d’Iraniens parlant le turc azéri e (...)

5La fin de l’URSS a permis à l’Iran de réintégrer son espace traditionnel et de rétablir des liens avec des peuples et des nations qui lui ont toujours été proches. En Transcaucasie, l’Azerbaïdjan est incontestablement le pays potentiellement le plus important pour la politique régionale de Téhéran. En effet, c’est la république avec laquelle l’Iran a les plus longues frontières (au total 611 km dont 432 avec le territoire principal de l’Azerbaïdjan et 179 avec l’enclave du Nakhitchevan). De plus, en tant que seul État de Transcaucasie riverain de la Caspienne, l’Azerbaïdjan partage de ce fait aussi des frontières maritimes avec l’Iran. Par ailleurs, les affinités historiques, culturelles et religieuses sont nombreuses entre les deux pays. Il y a en Iran une forte population qui parle aussi le turc azéri. Il y a plus d’Azéris en Iran qu’en République d’Azerbaïdjan et les Azéris d’Iran ne constituent pas une minorité marginale : ils représentent une composante majeure de ce pays et, à ce titre, ils sont fortement présents dans tous les rouages de l’État, de l’armée, de l’économie, de la culture et bien entendu du clergé4. Du point de vue religieux, les deux voisins sont des pays où la majorité de la population est de confession chiite. Si l’on ajoute à ces considérations le passé historique commun, les références aux époques préislamiques et à la religion zoroastrienne, l’existence en Azerbaïdjan des minorités iranophones etc., tout cela devrait concourir à l’établissement de liens privilégiés entre les deux États voisins. Or, il n’en est rien. Depuis dix ans, ces relations sont marquées surtout par une méfiance mutuelle quand elles ne sont pas franchement mauvaises. Cet état de choses est grave dans la mesure où les effets de cette situation dépassent largement le cadre des relations bilatérales et conditionnent en grande partie les relations de l’Iran avec les autres États de Transcaucasie et même au-delà puisqu’elle influence même les rapports entre Téhéran et Ankara. Dans cette perspective, la prise en compte des relations irano-azerbaïdjanaises est un moyen efficace pour comprendre l’ensemble de la politique iranienne à l’égard de toute la région de Transcaucasie.

Iran-Azerbaïdjan ou la mésentente cordiale

  • 5 “Gunboat Diplomacy in the Caspian,” The Estimate, August 2001. URL : http://www.wsj.com/articles/SB (...)
  • 6 Michael LELYVELD, “Azerbaïdjan : Turkey Pursues Ambiguous Ties,” Radio Free Europe/Radio Liberty. U (...)

6Le 23 juillet 2001, une confrontation à caractère militaire a eu lieu pour la première fois en mer Caspienne. À 150 kilomètres au sud-est de Bakou, un navire de guerre iranien contraint, ce jour-là, un bâtiment effectuant des travaux de prospection pour le compte de la société British Petroleum, elle-même mandatée par le gouvernement azerbaïdjanais, à interrompre son activité et à quitter les lieux. L’intervention iranienne avait été précédée de mises en garde par Téhéran et de survols du bateau de British Petroleum par un avion militaire iranien. Bakou dénonce vigoureusement une violation de son espace aérien et de ses eaux territoriales.5 Quelque temps après, un escadron de l’armée de l’air turque entreprend des exercices en Azerbaïdjan tandis que, le 25 août, le général Huseyin Kivrikoğlu, chef d’État-major de l’Armée turque, fait une visite officielle à Bakou. Il n’en faut pas plus pour que des journaux turcs et azéris évoquent le soutien de la Turquie à la cause de l’Azerbaïdjan et que Téhéran parle d’interférence de la Turquie dans les relations bilatérales irano-azerbaïdjanaises.6

7Cet incident est révélateur du malaise et du climat de méfiance qui règne, depuis des années, dans les relations entre Téhéran et Bakou. Même si les événements de ce genre n’ont pas eu, jusqu’à présent du moins, des conséquences graves, ils reflètent clairement les difficultés que rencontre la normalisation des relations entre les deux pays voisins. Quelles sont les causes profondes de ce malaise ?

8Avant toutes autres considérations, et sans en exagérer l’importance, il faut souligner les divergences idéologiques qui existent entre Téhéran et Bakou. Comme l’Iran, l’Azerbaïdjan est un pays dont la majorité de la population est de confession chiite, mais l’État azéri est un État laïc, une république ex-soviétique alors que, depuis février 1979, l’Iran est devenu une République islamique. Sur le plan international, Bakou cherche une alliance avec l’Occident, un rapprochement avec l’OTAN, vient d’entrer au Conseil de l’Europe, développe ses rapports avec les États-Unis sur tous les plans, y compris dans le domaine militaire, entretient de bonnes relations avec Israël et bien sûr se veut très proche de la Turquie. L’Iran, quant à lui, a fait de l’anti-américanisme la pierre d’achoppement de sa vision du monde, il critique « l’arrogance du Grand Satan », mène au Moyen-Orient une politique anti-israélienne et soutient les revendications palestiniennes, collabore étroitement avec la Russie en Transcaucasie et, pour couronner le tout, a depuis le milieu des années 1990 des relations « difficiles » avec la Turquie.

9Ces divergences idéologiques, malgré l’option générale de l’Iran pour une approche pragmatique, sont parfois à l’origine des difficultés dans les rapports entre les deux voisins et nourrissent leur mésentente. Elles ont conduit les deux pays à choisir souvent des stratégies opposées, qui d’ailleurs reflètent parfois mal les intérêts nationaux de chacun d’entre eux. Ainsi, pour l’Azerbaïdjan, il semble illusoire de faire une politique qui fait fi de sa réalité géographique et, pour l’Iran, la recherche de l’appui de la Russie dans sa politique en direction du Caucase n’est pas nécessairement toujours bénéfique. Moscou profite de l’isolement iranien pour renforcer avant tout ses propres positions dans la région et tout naturellement privilégie ses intérêts au détriment des intérêts iraniens.

  • 7 Sur la Caspienne et ses hydrocarbures, voir : Mohammad-Reza DJALILI et Thierry KELLNER, Géopolitiqu (...)

10Outre l’idéologie, Iraniens et Azéris ont des points de vue divergents quant à l’exploitation des ressources en hydrocarbures de la Caspienne. Ces divergences sont d’abord d’ordre juridique. L’Azerbaïdjan est favorable à un partage des ressources off-shore en transposant les modalités du droit maritime international, applicables uniquement aux mers ouvertes, à une mer fermée comme la Caspienne. Ce qui avantage considérablement ce pays qui, vu la longueur de son littoral, pourrait ainsi exploiter un secteur d’une étendue de 80 000 km2. L’Iran est contre cette solution, qui ne lui laisse qu’un secteur de 44 000 km2, et prône l’idée de placer l’exploitation des ressources, au-delà des zones côtières, sous contrôle d’une instance internationale regroupant tous les pays riverains. Au cas où l’option du partage serait néanmoins choisie, Téhéran propose alors un partage égal entre les cinq États riverains.7 À la dimension juridique est venu se greffer un autre problème. Lorsqu’en 1994, l’Azerbaïdjan conclut un accord considéré comme « le marché du siècle » avec un consortium international, il était initialement prévu que l’Iran participe à ce consortium pétrolier à la hauteur de 5 %. En avril 1995, sous la pression des États-Unis, l’Azerbaïdjan exclut l’Iran de ce marché ce qui rendit les Iraniens évidemment furieux. Ceux-ci critiquèrent ouvertement la politique du président azerbaïdjanais Heydar Aliev pour qui Téhéran avait pourtant plus de sympathie que pour son prédécesseur Aboulfayz Elchibey. Depuis, malgré l’implication de l’Iran dans d’autres projets d’exploitation du pétrole d’Azerbaïdjan, un nouveau facteur de mésentente est venu s’ajouter au contentieux irano-azéri. L’incident de juillet 2001, signalé plus haut, confirme une fois de plus, la persistance du malaise à propos de la Caspienne qui envenime les relations entre les deux États voisins.

  • 8 V. MINORSKY, « Adharbaydjan », Encyclopédie de lIslam, nouvelle édition française, 1960, vol. 1, p (...)

11Plus fondamentalement, le climat de suspicion et de méfiance mutuelle qui conditionne l’ensemble des rapports irano-azéris s’explique surtout par les visions contradictoires qu’ont les deux voisins de leur histoire et de leur identité. La perception iranienne de l’Azerbaïdjan diffère sensiblement de la vision qui fut celle de l’Union soviétique et qui reste grosso modo celle des dirigeants actuels de la République d’Azerbaïdjan. Pour les Iraniens, la portion nord-ouest de leur territoire, coincée entre à l’ouest la Turquie, au nord l’ex-URSS et à l’est la Caspienne, divisée aujourd’hui administrativement en trois provinces, d’Azerbaïdjan occidental, Azerbaïdjan central et Azerbaïdjan oriental, constitue l’Azerbaïdjan historique. L’appellation « Azerbaïdjan » attribuée à la partie turcophone du Caucase est récente. Elle remonte à 1918, lorsque les troupes turques, sous le commandement de Nuri Pasha, occupèrent Bakou le 15 septembre et réorganisèrent les anciennes provinces sous le nom d’Azerbaïdjan afin de réaliser un objectif ottoman de l’époque, à savoir l’annexion de l’Azerbaïdjan iranien et des territoires situés au nord de l’Araxe et peuplés de musulmans, généralement turcophones, qui étaient, dans l’empire des tsars, considérés par les Russes comme les « Tatars du Caucase ».8 Ce territoire était en fait désigné sous le terme générique d’Arran ou selon la dénomination particulière de chacun de ses districts ou khanats : Shirvan, Bakou, Gandja, Nakhitchevan, Talish, etc. Les Iraniens ne remettent cependant pas en cause les profondes affinités qui existent entre les populations vivant des deux côtés de l’Araxe. Pour eux, malgré l’usage d’une langue turque, ces populations font partie du point de vue culturel, historique et social du monde iranien.

  • 9 Shireen HUNTER, “Greater Azerbaijan : Myth or Reality ?,”, in Mohammad-Reza DJALILI, Le Caucase pos (...)
  • 10 Il s’agit essentiellement de petits groupes de sympathisants du Front populaire de l’ancien préside (...)
  • 11 Touraj ATABAKI, Azerbaijan : ethnicity and the struggle for power in Iran, London. I.B. Tauris, 200 (...)

12Si les Iraniens perçoivent l’Iran comme un État historique parmi les plus anciens d’Asie et du monde, les élites azéries, sans doute sous l’influence de l’approche ethnique soviétique des questions nationales, ont une autre vision de leur histoire et ont développé un discours autour du mythe du « Grand Azerbaïdjan ».9 Dans cette perspective, il y aurait deux Azerbaïdjan, un au nord, l’ex-république soviétique, et un autre sud, l’Azerbaïdjan iranien. L’Azerbaïdjan aurait été ainsi injustement partagé entre Iraniens et Russes, la mise en cause de ces derniers n’est évidemment apparue qu’après l’effondrement de l’URSS. Cette vision des choses est bien sûr inacceptable pour les Iraniens qui voient dans ce discours une remise en question de leur intégrité territoriale sinon par l’État voisin du moins par certains milieux politiques azerbaïdjanais.10 L’inquiétude de l’Iran se justifie encore plus du fait que l’irrédentisme panazéri se double parfois d’un panturquisme anti-iranien qui n’a rien pour plaire à Téhéran.11

  • 12 Voir à ce propos Cameron S. Brown, “Observations from Azerbaijan,” Middle East Review of Internatio (...)

13Ces points de vue opposés constituent l’arrière-plan sur lequel se développe l’ensemble des relations entre les deux pays, ce qui évidemment ne contribue pas à faciliter les choses, bien au contraire. Quelquefois, Téhéran accuse Bakou de soutenir des agitateurs séparatistes. Bakou à son tour lui renvoie la balle en évoquant les agissements des groupuscules islamistes manipulés par l’Iran. De temps en temps, des voix s’élèvent en Iran pour dire que si les populations de l’Azerbaïdjan veulent rejoindre leurs « frères du sud », l’Iran est prêt à les accueillir et à absorber leur territoire au sein de la « mère patrie iranienne » etc. Ces échanges d’amabilités, même s’ils ne sont pas fondés sur des faits clairement identifiés – car ni la République d’Azerbaïdjan n’a les moyens de menacer réellement la sécurité intérieure de l’Iran ni celui-ci n’a intérêt à déstabiliser son voisin –, contribuent à détériorer des rapports bilatéraux et à porter atteinte à la sérénité qui devrait présider au développement normal des relations interétatiques. Cette situation est d’autant plus paradoxale que la politique irrédentiste de Bakou se heurte à deux difficultés majeures. D’une part, en mettant en cause les frontières internationales d’un État voisin, les Azéris délégitiment leurs revendications sur le Nagorno-Karabagh et, d’autre part, l’appel à l’unité entre le nord et le sud ne semble pas rencontrer d’échos favorables du côté des populations iraniennes de souche azérie. Si ces derniers ont des revendications politiques et culturelles, elles s’inscrivent généralement dans le cadre de l’État iranien12. Du côté de l’Iran, le mauvais état de ses relations avec son voisin le plus important de Transcaucasie le prive nombreuses possibilités de développement de sa stratégie à l’égard des États de la région et plus largement réduit la marge de manœuvre de sa stratégie eurasiatique.

Iran-Arménie : les meilleurs voisins

  • 13 Eliz SANASARIAN, Religious Minorities in Iran, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, pp. 34- (...)
  • 14 Eliz SANASARIAN, op cit., pp. 36-37.
  • 15 Abdollah RAMEZANZADEH, “Irans Role as a Mediator in the Nagorno-Karabakh Crisis,” In Contestest Bo (...)
  • 16 Marie Jégo et Gaïdz Minassian, « L’Arménie entre ouverture et opacité », Le Monde, 20 février 2003. (...)

14Les relations entre l’Iran et le monde arménien remontent à l’époque préislamique et, depuis des siècles, une grande communauté arménienne vit en Iran. Le nombre des Arméniens a certes diminué après la révolution islamique, mais ils forment, aujourd’hui encore, la communauté chrétienne la plus importante du pays13. Au milieu des années 1970, le nombre d’Arméniens d’Iran était estimé à environ 250 000 personnes, aujourd’hui leur nombre est de l’ordre de 150 000 personnes. Ils sont surtout installés dans les villes, comme Téhéran, Ispahan et Tabriz14. Les relations avec la République d’Arménie, qui a une frontière commune avec l’Iran, doivent tenir compte de ces réalités mais elles sont aussi influencées par d’autres considérations. Pour Téhéran, les rapports avec Erevan revêtent une importance particulière du fait de ses difficiles relations avec l’Azerbaïdjan. Par ailleurs, le conflit entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan à propos du Haut Karabagh, qui s’est déroulé durant plusieurs années sur ses frontières et qui risque un jour ou l’autre de reprendre, inquiète l’Iran, même si ce conflit lui a permis de tenter une médiation et de jouer, par ce moyen, un rôle politique plus effectif en Transcaucasie15. L’Arménie, de son côté, prise en tenaille entre la Turquie et l’Azerbaïdjan qu’elle considère comme hostiles, et une Géorgie instable, cherche à renforcer ses liens avec son grand voisin du sud afin de contourner son double enclavement, géographique et politique. Les conditions objectives sont donc ainsi réunies pour que l’Arménie chrétienne et la République islamique d’Iran, au-delà de toute considération religieuse et idéologique, s’entendent et collaborent étroitement ensemble. Par ailleurs, cette politique de Erevan s’inscrit dans le cadre de la « stratégie de complémentarité » de sa politique étrangère, qui consiste au maintien de bonnes relations tant avec la Russie et l’Iran qu’avec les États-Unis et l’Union européenne16. Le rapprochement américano-russe, renforcé après le 11 septembre 2001, facilite cette stratégie. Ainsi, l’Arménie, qui est à ce jour le plus gros bénéficiaire de l’aide américaine en Transcaucasie, maintient de bonnes relations avec Washington, tout étant dans la zone l’allié le plus fiable de Moscou et l’ami le plus sûr de Téhéran.

  • 17 Gayane Novikova, “Armenia and the Middle East,” MERIA, vol.4, n° 4, December 2000, pp.60-66. URL : (...)
  • 18 Pour un point de vue arménien sur la politique iranienne en Transcaucasie, voir : Tigrab Martirosya (...)

15Si les Arméniens voient en l’Iran une puissance capable de faire contrepoids aux activités de la Turquie en Transcaucasie, avec laquelle ils n’ont aucune divergence historique ni territoriale, les Iraniens de leur côté considèrent aussi l’Arménie comme une sorte d’obstacle à l’influence turque sur les frontières nord-ouest de leur pays et même, d’une certaine façon, en Asie centrale, où résident de nombreux Arméniens17. Par ailleurs, à travers les liens privilégiés avec l’Arménie, Téhéran cherche sans doute à s’attirer la sympathie de la diaspora arménienne, en Europe, en Russie et aux États-Unis. Ceci dit, le rapprochement avec la République d’Arménie permet de consolider l’alliance informelle qui existe entre la Russie et l’Iran, pays avec lequel Téhéran partage des points de vue communs quant à sa politique au Caucase18.

  • 19 Sur les relations économiques entre les deux pays, voir : Igor Moradian, “The Geo-Economy of the ʻG (...)

16L’entente avec l’Arménie a aussi pour conséquence le développement des relations économiques bilatérales. L’Iran est ainsi devenu le partenaire commercial le plus important de ce pays. Les voies de communication terrestres et aériennes entre les deux pays ont été nettement améliorées ces dernières années. L’exportation de marchandises de consommation iraniennes se dédouble de la fourniture de pétrole, de gaz et d’électricité. Les deux gouvernements ont d’ailleurs signé, en novembre 2001, un protocole d’accord pour l’importation du gaz iranien et turkmène, à travers le territoire iranien. Le développement des télécommunications, la construction d’un barrage sur l’Araxe, la rivière frontalière, font aussi partie des travaux entrepris par les deux pays ensemble. La réalisation de ces projets entraîne le renforcement de la coopération et une plus grande dépendance mutuelle entre les deux pays voisins19.

Proche Géorgie

17Contrairement à l’Azerbaïdjan et à l’Arménie, la Géorgie ne partage pas de frontières communes avec l’Iran, mais plusieurs considérations engagent les deux pays à s’entendre et coopérer. Bien sûr, dans sa politique à l’égard de la Transcaucasie, l’Iran ne peut pas faire l’impasse sur la Géorgie, il en va de même de ce dernier qui, par souci de diversification de sa politique étrangère et pour pouvoir contrebalancer l’influence russe, a besoin de diversifier ses relations régionales et internationales. Les deux partenaires ont aussi tout intérêt à contribuer à une stabilisation régionale. Par ailleurs, la Géorgie étant le seul État de Transcaucasie à avoir une façade maritime sur une mer ouverte, son gouvernement doit mener une politique tendant à valoriser cet atout en faisant de son territoire une plaque tournante des communications et du transport. Une telle perspective ne laisse par indifférent l’Iran qui peut concevoir la possibilité de mise en place d’une voie de transit via l’Arménie ou l’Azerbaïdjan pour accéder au port de Poti sur la mer Noire, ce qui ajouterait aux possibilités de transport maritime pour son commerce extérieur. Quoi qu’il en soit, les relations économiques et commerciales entre les deux pays se sont relativement bien développées ces dernières années.

  • 20 Le Monde, 25 février 2002.
  • 21 Voir : A. William SAMII, “Iran and Chechnia: Realpolitik at Work,” Middle East Policy, vol.VIII, Ma (...)

18Les relations irano-géorgiennes se fondent sur des considérations politiques, économiques et géopolitiques. Ce dernier aspect ne peut être évoqué sans inclure le conflit tchétchène, qui se déroule sur les frontières nord de la Géorgie et qui a des retombées à l’intérieur de ce pays20. La politique iranienne à l’égard de ce conflit est en contradiction avec les principes constitutionnels de la République islamique qui prévoient que le régime iranien doit accorder son aide fraternelle aux causes et revendications des populations musulmanes qui luttent pour leur liberté. Dans le cas du conflit tchétchène, la République islamique a montré son penchant pour la realpolitik, son approche sélective quant aux « causes » islamiques qui méritent ou non son engagement. Même si durant une partie du conflit, de 1997 à 2000, le gouvernement iranien, en tant que président de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI), a montré un certain intérêt pour le conflit tchétchène, l’Iran a préféré dans l’ensemble sacrifier les intérêts des croyants au maintien des relations privilégiées avec la Russie qui lui fournit du matériel militaire et de la technologie nucléaire21. À partir de cet angle d’approche, il est évident que Téhéran ne peut politiquement soutenir les positions de Tbilissi face aux pressions de la Russie qui exhorte les Géorgiens à plus de coopération dans sa lutte contre la rébellion tchétchène.

  • 22 Certaines informations font état de l’existence d’une collaboration entre la Géorgie et l’Iran dans (...)

19L’arrivée, fin février 2002, d’un certain nombre de conseillers militaires américains en Géorgie, afin d’aider le gouvernement de Tbilissi dans sa lutte contre le terrorisme dans les gorges de Pankissi où la présence de membres du réseau Al-Qaida est signalée, peut perturber le climat des relations bilatérales irano-géorgiennes. En effet, après l’« installation » des Américains en Afghanistan, au Pakistan et dans un certain nombre de bases militaires en Asie centrale, les Iraniens s’inquiètent de l’« encerclement » de leur territoire par les forces armées américaines déjà présentes dans la zone du golfe Persique et, à travers l’OTAN, en Turquie. Encerclement qui devient complet depuis l’installation des Américains en Irak. Dans ces conditions, la présence prolongée des forces armées américaines en Géorgie si proche ne peut évidemment qu’irriter Téhéran22.

  • 23 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 1999, 2001, 2002 (ces chiffres sont les (...)

Échanges commerciaux entre les États de Transcaucasie et l’Iran 1992-200223 (en millions de dollars) Exportations

Arménie

Azerbaïdjan

Géorgie

1992

231

1993

6

233

1

1994

15

242

5

1995

35

163

1

1996

44

226

2

1997

43

190

4

1998

31

44

1999

34

23

2000

30

8

7

2001

32

9

7Y

Importations

Arménie

Azerbaïdjan

Géorgie

1992

56

1993

16

48

1994

43

67

1

1995

90

80

1

1996

150

66

3

1997

89

49

4

1998

64

43

1999

78

47

2000

82

57

6

2001

32

55

6Y

[Y : données consolidées estimées à l’aide d’autres méthodes, y compris, dans certains cas, par recours aux relevés du partenaire ; utilisées aussi dans les totaux mondiaux et régionaux.]

Perspectives

  • 24 Mohammad-Reza DJALILI, Iran : lillusion réformiste, Paris, Presses de Sciences po, 2001, pp.59-76.

20La politique iranienne au Caucase, tout en ayant ses particularités propres, ne se démarque pas des principes directeurs de la politique étrangère de ce pays. Depuis la mort de Khomeiny, les orientations et les lignes directrices de cette politique ont progressivement été modifiées. D’une politique étrangère révolutionnaire et idéologiquement très marquée, l’Iran est passé à l’exercice d’une politique plus pragmatique, plus conciliante. Depuis l’accession à la présidence de la République en 1997 de Mohammad Khatami, Téhéran a abandonné la politique de confrontation pour une approche fondée sur le dialogue et la recherche d’une certaine détente. Ceci dit, la réforme de la diplomatie iranienne a ses limites24. A fortori, le régime de Mahmoud Ahmadinejad est toujours une République islamique qui reste réticente à l’égard des régimes plus ou moins séculiers ou laïques du monde musulman, méfiante par rapport aux démocraties occidentales et violemment opposée à Israël et aux États-Unis. L’anti-américanisme reste un leitmotiv de la politique iranienne. Le recours à ce discours s’explique à la fois par la nécessité, pour un régime islamique comme celui de l’Iran, de garder un élément de référence, présenté comme révolutionnaire et populaire, pour le besoin de se servir du Grand Satan comme un exutoire face aux échecs et difficultés rencontrées par la république des mollahs, ainsi que par l’enjeu que représentent les relations avec Washington dans les luttes intestines entre diverses factions islamistes qui monopolisent le pouvoir.

21En ce qui concerne les nouveaux États de Transcaucasie, la politique iranienne s’adapte naturellement au contexte particulier qui conditionne les relations bilatérales avec chacun d’entre eux, mais cette politique s’inscrit plus largement, d’une part, dans le cadre spécifique des rapports qu’entretient Téhéran avec les deux autres acteurs externes importants dans la dynamique régionale, la Turquie et la Russie, et, d’autre part, dans le contexte global de la politique internationale.

  • 25 Sur la politique eurasienne de l’Iran, voir : Nicolas K. GVOSDEV, “Iran’s Eurasian Strategy,” Analy (...)

22Un regard, même rapide, sur les stratégies turque et iranienne en Transcaucasie et plus généralement en Eurasie permet d’en relever les différences et surtout d’en souligner le conditionnement mutuel. Ainsi, si les partenaires importants de la Turquie dans sa politique eurasiatique sont essentiellement les États-Unis, l’Azerbaïdjan et Israël, pour l’Iran, sa stratégie eurasiatique se fonde sur l’entretien de liens privilégiés avec la Russie, la Grèce et l’Arménie. Pour conduire une telle politique, l’Iran islamique n’hésite pas à encourager les musulmans de l’ex-Union soviétique à s’entendre avec les chrétiens orthodoxes, condamne le séparatisme tchétchène, collabore avec Moscou pour mettre en place un processus de paix entre islamistes et néo-communistes au Tadjikistan, se rapproche des positions arméniennes à propos du conflit du Nagorno-Karabagh. Alors que la Turquie a établi des liens privilégiés avec l’Azerbaïdjan, où certaines factions panturquistes n’hésitent pas à évoquer le concept d’« une nation, deux États » à propos des rapports entre les deux pays, tout en mettant en place une alliance avec l’État hébreu et contribuent ainsi à l’émergence d’un axe Ankara-Bakou-Tel-Aviv, l’Iran, pour sa part, s’est lancé dans la formation d’un contre-axe Téhéran-Athènes-Erevan. Ce faisant, chaque pays cherche à empêcher l’autre d’occuper une position hégémonique dans les affaires de la région25.

  • 26 À propos de l’impact du 11 septembre dans la région, voir : Mohammad-Reza DJALILI et Thierry KELLNE (...)
  • 27 IRNA, May 1, 2003, et MEMRI, n° 502, May 2003.

23Du point de vue international, les attentats du 11 septembre 2001 ont eu pour conséquence un renforcement des liens entre les États-Unis, les États de Transcaucasie et la Russie. En ce qui concerne l’exploitation du pétrole de la Caspienne et de son acheminement, désormais un climat plus serein préside aux relations américano-russes dans ce domaine particulier, ce qui ne fait pas l’affaire de l’Iran. Par rapport à la Tchétchénie, les Russes présentent désormais la guerre contre les séparatistes tchétchènes comme un combat contre le terrorisme. En décembre 2001, le secrétaire d’État à la défense, Donald Rumsfeld, a effectué une visite à Bakou durant laquelle il a déclaré que les États-Unis voulaient renforcer leur coopération militaire avec l’Azerbaïdjan26. Quelques jours après, le 11 janvier 2002, le président George Bush a signé le décret annulant les dispositions légales qui empêchaient la fourniture d’aide économique à ce pays, dispositions prises durant le conflit du Nagorno-Karabagh sous la pression du lobby arménien aux États-Unis. À la fin du mois de février, la présence militaire américaine en Géorgie est confirmée. Si l’on ajoute à tout cela l’inclusion de l’Iran, par le président américain dans son discours sur l’état de l’Union prononcé le 29 janvier 2002, dans le groupe des trois pays formant « l’axe du Mal », on voit bien que les conditions de la mise en œuvre de la politique iranienne au Caucase ne se sont pas améliorées après le 11 septembre, loin s’en faut. Pour autant, Téhéran, n’abandonne pas la partie. Ainsi, préoccupé par des considérations relevant de sa politique de sécurité et surtout afin de briser son encerclement, à la suite de l’intervention américaine en Irak en mars 2003, le gouvernement iranien essaie de lancer de nouvelles initiatives en direction de la Transcaucasie. C’est dans cette perspective que le ministre des affaires étrangères, Kamal Karrazi, a proposé de mettre en place un système de défense collective régional incluant l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Géorgie ainsi que l’Iran, la Turquie et la Russie27.

24La politique de Téhéran à l’égard des États du Caucase en général est bien évidemment très directement liée à ses préoccupations quant à l’avenir de la Caspienne tant sur le plan juridique qu’économique. Du point de vue juridique, la position de l’Iran a connu ces derniers temps une certaine évolution. Dans l’hypothèse où l’option du partage l’aurait emporté sur celle de l’exploitation en commun, les responsables iraniens auraient soutenu l’idée d’un partage égal entre les cinq États riverains soit 20 % pour chacun d’eux ce qui aurait le mérite de gommer les désavantages de pays comme l’Iran qui n’a accès qu’à un secteur de 44 000 km2, soit environ 12 à 13 % de la superficie de la Caspienne, si le partage prenait comme critère de référence la longueur des côtes. Après l’échec, en avril 2002, de la réunion au sommet des pays riverains à Achkhabad, il semble que cette proposition ait été totalement écartée et que l’on s’achemine désormais vers une division de la Caspienne selon des accords de délimitation bilatérale entre les pays voisins, processus que Téhéran continue de rejeter. C’est un sérieux revers pour l’Iran qui avait mobilisé durant tant d’années toutes ses forces pour arriver à un résultat différent. Un autre déboire pour la politique iranienne à l’égard de la Caspienne concerne la bataille des pipelines. Objectivement, pour les observateurs, la voie la plus sûre, la plus rapide et la moins coûteuse pour l’acheminement du pétrole de cette région vers les pays consommateurs européens et asiatiques passe par le territoire iranien. Mais, après mûre réflexion, les États-Unis sont parvenus à convaincre les compagnies pétrolières de mettre en place le BTC, qui évite à la fois le territoire russe et l’Iran. Les travaux, démarrés en septembre 2002, devraient s’achever en 2006. Ce pipeline met un terme à tous les espoirs que l’Iran avait caressés quant à son avenir en tant que grand pays de transit d’hydrocarbures de la Caspienne. Décidément, 2002 aura été, pour la politique iranienne en Transcaucasie, une année marquée par de nombreux désagréments.

Notes

1 M.H. GANJI, “The Historical development of the boundaries of Azerbaijan,” in The boundaries of modern Iran, ed. by Keith McLachlan, London, UCL Press, 1994, pp. 37-46.

2 Sur cette question, voir : Oliver BAST (dir.), La Perse et la Grande guerre, Institut Français de Recherche en Iran (IFRI), Téhéran, 2002, pp.375-425 et plus particulièrement la contribution de Massoumeh ETTEHADIEH, « Les illusions et les faits : l’Iran et la Conférence de Versailles », pp.427-440.

3 Fernande SCHEID RAINE, “Stalin and the Creation of Azerbaijan Democratic Party in Iran, 1945,” Cold War History, vol. 2, n° 1, octobre 2001, pp.1-38. DOI : 10.1080/713999940.

4 On estime, de manière généralement très approximative, le nombre d’Iraniens parlant le turc azéri entre 15 à 20 % de la population totale du pays. Avec les progrès de l’alphabétisation et de l’urbanisation, une part importante de cette population est aujourd’hui bilingue, voir : Brenda SHAFFER, “The Formation of Azerbaijani collective identity in Iran,” Nationalities Papers, vol 28, n° 3, 2000, pp. 449-477. DOI : 10.1080/713687484.

5 “Gunboat Diplomacy in the Caspian,” The Estimate, August 2001. URL : http://www.wsj.com/articles/SB980456656116832012.

6 Michael LELYVELD, “Azerbaïdjan : Turkey Pursues Ambiguous Ties,” Radio Free Europe/Radio Liberty. URL : http://www.rferl.org/content/article/1097245.html.

7 Sur la Caspienne et ses hydrocarbures, voir : Mohammad-Reza DJALILI et Thierry KELLNER, Géopolitique de la nouvelle Asie centrale, Paris, PUF, 2001, pp. 179-225.

8 V. MINORSKY, « Adharbaydjan », Encyclopédie de lIslam, nouvelle édition française, 1960, vol. 1, p.197.

9 Shireen HUNTER, “Greater Azerbaijan : Myth or Reality ?,”, in Mohammad-Reza DJALILI, Le Caucase postsoviétique : la transition dans le conflit, Bruxelles, Bruylant, 1995, pp. 115-142.

10 Il s’agit essentiellement de petits groupes de sympathisants du Front populaire de l’ancien président Eltchibey, des personnalités proches de la Fondation pour les études azerbaïdjanaises de Bakou ou affiliées au World Congress of Azerbaijanis, des quelques activistes du Front de libération nationale de l’Azerbaïdjan du sud, etc.

11 Touraj ATABAKI, Azerbaijan : ethnicity and the struggle for power in Iran, London. I.B. Tauris, 2000.

12 Voir à ce propos Cameron S. Brown, “Observations from Azerbaijan,” Middle East Review of International Affairs (MERIA), vol. 6, n° 4, December 2002, pp.66-74. URL : http://www.rubincenter.org/meria/2002/12/brown.pdf.

13 Eliz SANASARIAN, Religious Minorities in Iran, Cambridge, Cambridge University Press, 2000, pp. 34-40. Voir aussi : Cosroe Chaqueri (ed.), The Armenians of Iran, Cambridge, Harvard Middle Eastern Monographs, 1998.

14 Eliz SANASARIAN, op cit., pp. 36-37.

15 Abdollah RAMEZANZADEH, “Irans Role as a Mediator in the Nagorno-Karabakh Crisis,” In Contestest Borders in the Caucasus, ed. Bruno Coppiters, Brussels, VUB Press, 1996. URL : http://poli.vub.ac.be/publi/ContBorders/eng/ch0701.htm.

16 Marie Jégo et Gaïdz Minassian, « L’Arménie entre ouverture et opacité », Le Monde, 20 février 2003. URL : http://www.radicalparty.org/fr/content/larm%C3%A9nie-entre-ouverture-et-opacit%C3%A9.

17 Gayane Novikova, “Armenia and the Middle East,” MERIA, vol.4, n° 4, December 2000, pp.60-66. URL : http://www.rubincenter.org/meria/2000/12/novikova.pdf.

18 Pour un point de vue arménien sur la politique iranienne en Transcaucasie, voir : Tigrab Martirosyan, “Balancing in the sea of Volatility,” Eurasia Insight, 2/23/03. URL : http://www.eurasianet.org/departments/insight/articles/eav032303.shtml.

19 Sur les relations économiques entre les deux pays, voir : Igor Moradian, “The Geo-Economy of the ʻGreat Economic Regionʼ: Iran-Armenia Relations,” Amu Darya, Summer 1999, Vol. 4, n° 2, pp. 170-179.

20 Le Monde, 25 février 2002.

21 Voir : A. William SAMII, “Iran and Chechnia: Realpolitik at Work,” Middle East Policy, vol.VIII, March 2001, n° 1. DOI : 10.1111/1475-4967.00004, ainsi que Svante E. CORNELL, “Iran and the Caucasus: The Triumph of Pragmatism over Ideology,” Global Dialogue, Spring/Summer 2001, pp. 80-92. URL : http://www.worlddialogue.org/content.php?id=150.

22 Certaines informations font état de l’existence d’une collaboration entre la Géorgie et l’Iran dans le domaine de l’industrie aéronautique et aussi du nucléaire. Voir : “Eduard Shevardnadze: Georgian Nuclear Scientists Working in Iran,” Rosbalt, 17/02/2003.

23 IMF, Direction of Trade Statistics Yearbook, Washington DC, 1999, 2001, 2002 (ces chiffres sont les chiffres officiels, les échanges par « valises » peuvent être parfois plus importants que le commerce déclaré).

24 Mohammad-Reza DJALILI, Iran : lillusion réformiste, Paris, Presses de Sciences po, 2001, pp.59-76.

25 Sur la politique eurasienne de l’Iran, voir : Nicolas K. GVOSDEV, “Iran’s Eurasian Strategy,” Analysis of Current Events ACE, vol.13, n° 2, mai 2001, pp.1-5.

26 À propos de l’impact du 11 septembre dans la région, voir : Mohammad-Reza DJALILI et Thierry KELLNER, Géopolitique de la nouvelle Asie centrale. De la fin de lURSS à laprès-11 septembre, Paris, Puf, 2003.

27 IRNA, May 1, 2003, et MEMRI, n° 502, May 2003.

Auteur

Professeur à l’Institut universitaire de Hautes Études internationales et à l’Institut universitaire du Développement, Genève

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable