Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et politique dans le Caucase post-soviétique

 | 
Bayram Balcı
, 
Raoul Motika

2. Moscou face au Caucase : fin de partie ou début d’une « reconquista » impériale ?

Charles Urjewicz

Texte intégral

  • 1 Charles URJEWICZ, Les conflits ethniques : essai de typologie. Ex-URSS : les États du divorce, Les (...)
  • 2 Les Russes à la recherche d’une identité nationale, Problèmes politiques et sociaux, (série Russie (...)

1La Russie a-t-elle encore un avenir au Caucase ? La question, incongrue il y a encore peu, ne choque plus une partie non négligeable de l’opinion russe. Les Russes sont traumatisés par les actions terroristes des combattants tchétchènes. La guerre, qui ravage la petite république depuis déjà plus de 11 ans, n’a pas épargné Moscou, une capitale qui croyait avoir établi une distance protectrice avec le Caucase. La région qui, depuis la fin des années 1980, est le creuset des conflits les plus sanglants qui secouent l’espace post-soviétique1, devient de plus en plus étrangère à un nombre croissant de Russes sensibles à une prose qui propage l’image noire, désespérante d’un constat « géopolitique » foncièrement pessimiste : la Russie a perdu pied non seulement dans l’ex-camp socialiste, dans les « républiques baltes », mais aussi dans la Communauté des États Indépendants. Elle doit désormais partager la région du Sud Caucase avec les États-Unis, qui pourraient par ailleurs investir durablement l’espace de la Caspienne, mais aussi avec une Turquie qui y opère un retour dynamique et durable. Pendant que l’Union européenne tente d’imposer une présence qui reste timide et peu lisible au travers de sa « politique de voisinage ». À la recherche d’une improbable identité nationale2, les Russes continuent à se pencher avec nostalgie sur un empire qui, plusieurs siècles durant, leur avait assuré un cadre identitaire rassurant. Quinze ans après l’effondrement de l’Union soviétique, l’idéologie nationale officielle reste ambivalente, floue, empêtrée dans les représentations contradictoires d’un passé russe en équilibre précaire entre deux empires, la Russie tsariste et l’URSS. Les Russes s’interrogent : de quelle idée s’inspirer, sur quelle structure s’appuyer ?

  • 3 Charles URJEWICZ, « La Russie, une puissance intermédiaire ? », L’état du monde, 2005, pp 41-43.
  • 4 Cf : enquête du VSTIOM (19-20 février 2006), Rossija i Gruzija (Russie et Géorgie).
  • 5 Dar’ja GUSEVA, « Zamestel’nyj sosed » (Un voisin remarquable), Vremja Novostej, 16/12/2005.
  • 6 Charles URJEWICZ, « Les tendances de la période », L’état du monde 2006, P. pp 542-43. Ces propos s (...)

2Les représentations de l’empire des tsars, photographies jaunies d’un temps révolu, relèvent trop souvent, malgré les efforts des autorités, d’un folklore à costume dont les « Cosaques » xénophobes du Kouban ou du Don, défenseurs autoproclamés d’un piémont « menacé » par les Caucasiens, sont les héros malfaisants et pitoyables. L’opinion publique russe hésite entre la tentation du repli3 et la volonté de retrouver une puissance capable d’imposer à nouveau la pax russica à un voisinage turbulent et irrespectueux, mais reste hostile à toute intervention extérieure4. Au fond, les Russes restent marqués par un fort sentiment de supériorité impériale qui prend fréquemment le visage d’un racisme qui cible les « culs noirs » originaires du Caucase et d’Asie centrale. Signe des temps, il se drape désormais dans des « valeurs démocratiques » dont la Russie serait le moteur et leader naturel dans l’espace post-soviétique : alors qu’ils sont 52 % (33 % contre) à considérer leur pays comme « démocratique », les Russes portent un jugement sévère sur les pays d’Asie centrale ou de Transcaucasie jugés « non démocratiques » (53-59 %), à la notable exclusion de la Biélorussie et de l’Ukraine. Seule une minorité, 24 % (61 % contre), accepterait de voir la Russie s’impliquer dans une action de « démocratisation » de l’espace postsoviétique5. La Communauté des États Indépendants n’assure pas le rôle qui lui avait été dévolu : établir un nouveau partenariat, à défaut de garantir la continuité de la tradition impériale. Elle est désormais qualifiée par Vladimir Poutine de « club utile » dont la fonction première aurait été d’assurer les conditions d’un « divorce civilisé »6. Que de chemin parcouru depuis l’émergence de la « nouvelle Russie » !

La Transcaucasie des Russes

  • 7 B, Eltsine, Sur le fil du rasoir, Paris Albin Michel, 1994. B, Eltsine y aborde la question des rap (...)
  • 8 Alexandre SOLJENITSINE, Comment réaménager notre Russie ? Réflexions dans la mesure de mes forces. (...)
  • 9 Ainsi, O. MANDEL’STAM, dans Koe-čto o gruzinskom iskusstve (De l’art géorgien, 1922), Sobranie soči (...)
  • 10 Cf. V. Grossman, Dobro Vam ! (Bien à vous !), Moscou, 1967.
  • 11 Charles URJEWICZ, Les conflits territoriaux, op, cit.,

3Au sortir de l’URSS, les « démocrates » russes, artisans d’une fin d’empire qui se voulait pleine de promesses, rêvaient de rapports assainis avec les nouveaux États indépendants issus des républiques de l’Union. La Fédération de Russie était désormais, à en croire Boris Eltsine7, un « pays fort parmi d’autres », « puissant et juste ». Un an plus tôt, Alexandre Soljénitsine avait appelé, dans un texte programmatique8 alors massivement diffusé dans toute l’URSS, à se débarrasser des canards boiteux de Transcaucasie et d’Asie centrale afin de se recentrer sur les terres slaves. L’« étranger proche » – les « républiques sœurs » de l’époque soviétique – se transforme rapidement en une terra incognita où les Russes ont d’autant moins de raisons de se rendre que les relations économiques se sont effondrées, en partie à la suite de la réforme économique entreprise en Russie par le gouvernement Gaïdar, début 1992. Le Caucase du Sud, cette Transcaucasie que les Russes avaient commencé à découvrir au début du xixe siècle, échappe désormais au contrôle d’un Centre fragilisé, défié par ses régions, singulièrement par la Tchétchénie qui vient de proclamer son indépendance. Moscou revendique l’héritage soviétique, mais est incapable d’élaborer une politique cohérente, en particulier face à une région profondément déstabilisée par un « réveil des nationalités » chaotique qui a débouché sur des conflits territoriaux et des dérives autoritaires. Moscou a rapidement perdu toute crédibilité ; dans le meilleur des cas, le Kremlin semble incapable d’amener les parties à négocier, dans le pire, il est accusé de manipulations et de duplicité. L’image ensoleillée de la Transcaucasie se noie dans les épaisses volutes des fumées de la guerre. Pire, elle déroge à la norme soviétique d’ « amitié des peuples » : l’Abkhazie, lieu de villégiature des élites soviétiques, connaît de durs combats ; sa capitale, Soukhoumi, est en partie détruite. La joyeuse et hospitalière Tbilissi, où Osip Mandel’tam, Boris Pasternak et tant d’autres poètes russes avaient trouvé refuge9, sortait meurtrie et hagarde de la guerre civile. L’Arménie, évoquée par Vassily Grossman10, s’enfonce dans une guerre sans merci avec l’Azerbaïdjan, dont l’image avait déjà été durablement ternie à la suite des pogroms anti-arméniens de Soumgait (février 1988) et de Bakou (janvier 1990), éveillant à Moscou le fantasme d’un « drapeau vert de l’Islam flottant au-dessus de Bakou ». Pendant que, sur le territoire de la Fédération de Russie, la Tchétchénie « indépendante » de Djokhar Doudaev continue de défier le pouvoir central, Ossètes et Ingouches s’affrontaient en un sanglant conflit territorial faisant des centaines de morts et nécessitant une intervention massive de l’armée russe (novembre 1992)11.

  • 12 Marie-Félicité BROSSET (1802-1880), un Français devenu membre de l’Académie russe des sciences en 1 (...)
  • 13 Vselovod MILLER (1848-1913), linguiste et ethnographe, père des études ossètes.
  • 14 L’exemple du clip télévisé que le parti nationaliste Rodina avait fait diffuser sur les chaînes mos (...)
  • 15 On estime que plus de deux millions de touristes russes ont séjourné en Turquie en 2005.

4Après deux siècles d’une domination faite de confrontations, mais aussi de fascination mutuelle, la Russie semble désarmée devant le « mystère » caucasien, découvre sa profonde ignorance d’un terrain qui, tout au long de la période soviétique, avait progressivement échappé aux chercheurs russes. Dans cet empire paradoxal, l’ « enracinement » voulu par Moscou s’était soldé par une nationalisation systématique des études caucasiennes, accentuant, parfois jusqu’à la caricature, le caractère endogène de la recherche. Le temps où la Russie comptait de nombreux caucasologues, tels Marie-Félicité Brosset12, père de la caucasologie, ou Vselovod Miller13, est révolu. Des chercheurs issus des instituts moscovites, mais aussi de nombreux journalistes, spécialistes incontestés de tel pays d’Asie ou d’Afrique désormais hors du champ de la diplomatie russe, s’improvisent désormais spécialistes de telle ou telle zone de l’espace post-soviétique. Mal informée, victime de représentations qui n’hésitent pas à pointer le caractère « sauvage » des Caucasiens14, la population n’a pas coupé pour autant tout lien avec un Caucase qui continue à jouer un rôle important sur la scène culturelle. On ne compte pas les chanteurs classiques, étoiles du Bolchoï ou artistes de variété originaires de Géorgie ou d’Arménie ; le Septième art reste marqué par la forte empreinte du cinéma géorgien. Le Géorgien Robert Stouroua, directeur du théâtre Roustaveli de Tbilissi, est une figure de proue de la très dynamique scène théâtrale russe ; son compatriote Zourab Tseretelli, président de l’Académie des Beaux-arts de Russie, est une personnalité incontournable et contestée d’une l’élite moscovite, qui compte en son sein de très nombreux Caucasiens qui jouent aujourd’hui un rôle non négligeable dans le monde des affaires. Reste que la coupure est profonde et semble à beaucoup irrémédiable. Les Russes ont déserté les plages autrefois si prisées de la riviera géorgienne. C’est vers la Turquie, Chypre, voire Israël que se dirige aujourd’hui le tourisme de masse15.

  • 16 Oléoduc inauguré le 25 mai 2005, le Bakou-Tbilissi-Ceyhan a pour but d’éviter que le brut kazakhsta (...)

5Du côté des politiques, la tentation du repli est moins marquée. Pour les uns, le salut doit venir d’une politique économique pragmatique qui s’appuierait prioritairement sur un secteur énergétique puissant et omniprésent. C’est ainsi que les « réalités économiques » s’imposeront enfin à l’espace post-soviétique trop longtemps épargné. Pour les autres, la sécurité nationale de la Russie, en particulier au Nord Caucase, est menacée par son voisinage immédiat. Motivés par des représentations et des analyses non exemptes de passion, ils disent leur inquiétude : le Caucase est désormais non seulement le maillon le plus faible de la Fédération mais aussi, avec la région baltique, le symbole du recul d’une Russie frappée de plein fouet par le syndrome du déclin. L’action des puissances occidentales, en particulier la politique de containment élaborée à Washington, la présence américaine en Géorgie, les « révolutions de couleur », la construction du BTC16 et du BTE sont vécues comme autant d’immixtions dans un pré carré que la Russie occupe depuis plus de deux siècles.

« La Russie perd la Transcaucasie »

  • 17 Ekaterina TESEMNIKOVA, Andrej KORBUT, Rossija terjaet Zakavkaz’e, Nezavisimaja Gazeta, 01/08/2000.

6Le 1er août 2000, alors que se précisaient les modalités du retrait de deux des bases russes situées sur le territoire géorgien, Vaziani et Goudaouta, un quotidien moscovite, Nezavisimaja gazeta, titrait « La Russie perd la Transcaucasie » : « La Grande-Bretagne et les États-Unis commencent à financer l’évacuation du matériel lourd de Géorgie à compter du 5 août. »17 Moins de deux ans plus tard, le 15 février 2002, l’un des quotidiens moscovites les plus influents, les Izvestia, annonçait :

L’évacuation secrète des troupes russes de Géorgie : [...] alors que les troupes russes y stationnent depuis plus de 200 ans [...]. Aussitôt qu’elles auront quitté leurs bases, leur place sera occupée par les Américains et leurs partenaires de l’OTAN : nous aurons alors perdu la Transcaucasie pour toujours et ne serons plus en mesure de régler la question de la Tchétchénie et des autres régions potentiellement « chaudes » du Caucase. Puis, comme cela s’est déjà produit avec l’Asie centrale, nous perdrons tout le sud de la Russie,

  • 18 Le Titre de son article est « Boevaja trevoga » (Branle-bas de combat), Izvestija, 15/02/2002.
  • 19 Sergej MARKEDONOV, « Kavkaz bez Rossii » (le Caucase sans la Russie), Vremja MN, 22/08/2002.

7affirmait un député membre de la Commission de la sécurité de la Douma, Guennadi Gudkov18. Sergueï Markedonov, un chercheur de l’Institut d’analyse politique et militaire (IPVA), ressent une forte impression de « déjà-vu » lorsqu’il passe au crible les événements qui se déroulent aujourd’hui dans le Grand Caucase et n’hésite pas à comparer l’état des relations de la Russie et de la Transcaucasie avec la période 1918-1921, lorsque le « gouvernement géorgien protégeait déjà les extrémistes tchétchènes »19. Tandis qu’il s’interroge : « La Russie doit-elle se libérer pour toujours de ses “complexes impériaux” et se séparer de la Transcaucasie, ou “revenir à l’empire” afin d’engager une Reconquista ? [...] ». Aux « experts qui lui conseillent de se tenir à distance de la Transcaucasie et de son cortège de guerres interethniques, de corruption et d’instabilité », il objecte que l’État russe ne peut se

  • 20 Ibid.

voiler la face en esquivant les « maux » caucasiens. Le règlement d’un problème au Nord Caucase nous conduit immanquablement sur le terrain transcaucasien. Car, que nous le voulions ou pas, nous sommes condamnés à renforcer notre présence au Caucase. D’autant plus que la frontière constituée par la barrière montagneuse du Caucase est un non-sens ; elle ne sera en effet jamais totalement étanche. Quelle tournure devra alors prendre cette présence ? C’est une autre question. Mais une chose est sûre ; elle ne doit pas prendre une forme militaire.20.

8Exit toute présence militaire russe au Caucase ?

Une présence militaire contestée et fragile

  • 21 Moscou prévoit de transférer le matériel sur la base russe de Gumri, en Arménie, provoquant l’inqui (...)
  • 22 Dmitrij TRENIN, « Postimperskij proekt », Nezavisimaja gazeta, 30/01/2006.
  • 23 Le 28 août 2003, le Ministère de l’industrie de la Fédération de Russie avait rendu publique la Str (...)

9Les deux bases russes situées en Géorgie sont en sursis ; après la signature, le 30 mai 2005, d’un accord entre les deux pays, elles devraient être évacuées d’ici 200821. Par ailleurs, quelques milliers d’hommes des « forces d’interposition » de la Communauté des États indépendants, composées exclusivement de soldats russes, stationnent sur les lieux de crise, en Abkhazie et en Ossétie du Sud. Violemment contestés par la partie géorgienne qui réclame à cor et cri leur départ et leur remplacement par des forces neutres sous la houlette de l’OSCE, elles sont soumises depuis l’été 2004 à de fortes tensions du côté de Tskhinvali, lorsque de violents affrontements avaient opposé les troupes géorgiennes aux séparatistes ossètes. Alors que Washington participe activement et généreusement à la réorganisation de l’armée géorgienne, dont la priorité déclarée est la reconquête des régions séparatistes, Tbilissi proclame sa volonté d’intégrer rapidement l’OTAN, provoquant l’inquiétude d’une Russie traditionnellement sensible au syndrome de l’encerclement. Après de longues années d’hésitations et de frustrations, la Russie, forte de ses immenses ressources énergétiques, affiche désormais une stratégie aux ambitions planétaires. « Définitivement sorti de l’orbite occidentale », le pays affiche désormais un projet post-impérial22. Convaincu que ses ressources énergétiques ont transformé la Fédération russe en acteur incontournable de l’économie mondiale, le Kremlin s’est donné pour but de mettre cet atout au service du renforcement de ses positions politiques et stratégiques. Gazprom, le géant gazier, doit y jouer un rôle essentiel en étendant ses ambitions et son action à l’échelle du monde23. Très présente en Arménie où elle contrôle une partie importante du secteur énergétique, la Russie tente d’étendre son influence en Géorgie, malgré les résistances internes et l’hostilité des États-Unis.

  • 24 Mikhaïl AKOULOV, « Moskva-Tbilisi, dalee vezde », Rossijskaja gazeta, 12/08/2005.

10Par ailleurs, alors que la mondialisation accélère les échanges, dont l’Asie est devenue le cœur et le poumon, Moscou voudrait remettre en service la ligne de chemin de fer Moscou-Tbilissi, dont le tronçon abkhaze est hors d’usage depuis près de 15 ans. « Nous devons parvenir à pénétrer l’espace méditerranéen les premiers [...] », estime le directeur de l’Agence fédérale des transports ferroviaires russes, Mikhaïl Akoulov. Et d’ajouter : « Pour cela, nous ne pouvons pas nous permettre de ralentir la réalisation du projet de reconstruction de cette ligne en Abkhazie et relier ainsi la Turquie à la Chine et au Kazakhstan, en passant pour cela par la Russie24. » La TRACECA, qui, sous l’impulsion de l’Union Européenne, tente de désenclaver l’Asie centrale en aménageant des voies de communication passant par le Sud Caucase, n’aurait-elle qu’à bien se tenir ? Mais une telle stratégie afin de déboucher sur des résultats concrets doit pouvoir compter sur un environnement favorable. Comment concilier cette ambition et la persistance des conflits dans le Sud Caucase ?

La persistance des conflits

  • 25 Charles URJEWICZ, « La « révolution des roses », L’État du monde 2005, pp 573-75. Voir également Ch (...)

11Depuis bientôt 15 ans, la Russie s’accommode d’affrontements qui ont dégénéré en véritables guerres. Pire, elle les instrumentalise. Pour Moscou, il s’agit de pallier ainsi la perte de son influence. Les régions séparatistes d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud jouissent aujourd’hui d’un statut de quasi protectorats. Leurs habitants sont désormais titulaires, dans leur immense majorité (95 % en Ossétie du Sud) de passeports russes qui leur ont été libéralement distribués ces deux dernières années, tandis que se font entendre des appels à un rattachement de l’Ossétie du Sud à la Fédération de Russie. Les relations avec la Géorgie s’en ressentent fortement : au cours du printemps 2004, peu après la « révolution des roses », que Moscou avait accompagnée avec une certaine bienveillance25, un important forum économique russo-géorgien s’était tenu à Tbilissi. Alors qu’il semblait devoir déboucher sur une étroite coopération entre les deux pays sous forme d’importants investissements russes, la multiplication des heurts armés en Ossétie du Sud, les discours guerriers des autorités géorgiennes, auxquels répondaient les rodomontades et les menaces des députés nationalistes de la Douma, mettaient un terme à cette courte embellie. Depuis, les relations entre Moscou et Tbilissi restent marquées par une extrême tension, que la série d’explosions d’origine criminelle, qui avaient privé la Géorgie de gaz russe, en janvier 2006, alors que la région connaissait une exceptionnelle vague de froid, a encore fait monter d’un cran. Mikhael Saakachvili accusait publiquement les autorités russes d’être responsables de ce sabotage, pendant que les députés géorgiens votaient une nouvelle résolution exigeant le départ immédiat des forces d’interposition. Le président géorgien, qui ne semble pas avoir pris la mesure de la mutation de la politique étrangère russe, compte sur un engagement sans faille des États-Unis à ses côtés.

  • 26 En l’absence de chiffres fiables, on estime à près d’un million le nombre de Géorgiens résidant en (...)
  • 27 Alla JAZYKOVA, « Gruzija kak faktor stabil’nosti dlja Severnogo Kavkaza » (La Géorgie comme facteur (...)
  • 28 Oleg ODNOKOLENKO, Armija truby (l’armée du tube), Itogi N° 9, 27/02/2006, p 30.

12Une nouvelle guerre des visas commençait, dont sont victimes les centaines de milliers de Géorgiens partis en Russie à la recherche d’un emploi26. À Moscou, beaucoup s’inquiètent de cette dégradation et n’envisagent pas d’amélioration à court terme, bien qu’une confrontation armée entre Russes et Géorgiens semble exclue. Nonobstant les déclarations des boutefeux de tous bords, ils continuent à estimer que la « Géorgie pourrait être pour la Russie un facteur de stabilisation régionale »27. Moscou aurait-elle un même intérêt à « congeler » le conflit du Haut-Karabagh, qui semble désespérément bloqué malgré les efforts de la communauté internationale, en particulier du « groupe de Minsk » de l’OSCE ? Alors que la Russie tente de « chasser les États-Unis de la zone Caspienne », en proposant un projet de force militaire conjointe à l’échelle régionale (CASFOR), « l’Arménie et l’Azerbaïdjan, désormais sûrs du fait que l’Occident ne tient pas à interférer dans leur conflit, espèrent régler le problème du Haut-Karabagh avec l’aide la Russie. Chaque partie, naturellement, espérant une solution qui lui soit favorable »28. Sombre perspective pour une région qui ne semble pas réellement maîtriser un environnement international complexe et fluctuant.

  • 29 D. TRENIN, op. cit.

13Quelle sera la stratégie d’une Russie qui expérimente les outils de sa nouvelle puissance énergétique ? Le visage de la nouvelle puissance russe reste flou, indécis. Sera-t-il post-impérial, clé d’une « modernisation réussie et attrayante »29 pour ses partenaires de la Communauté des États indépendants, ou néo-impérial, alors que la pression américaine se fait forte dans la zone de la Mer Noire. Les États-Unis prennent solidement position en Roumanie et en Bulgarie ; la tentation atlantiste de l’Ukraine inquiète Moscou. Le Kremlin acceptera-t-il avec fatalisme un nouveau recul de l’espace impérial, prélude à un partage de la mer Caspienne, longtemps considérée comme un « lac russe » ? Alors que le gouvernement de la Fédération russe a officiellement approuvé, le 2 mars 2006, le projet d’accord d’évacuation des bases russes de Géorgie, l’ancienne puissance tutélaire ne pourrait-elle pas être tentée de faire le siège de son ancien pré carré transcaucasien en poursuivant le soutien aux séparatismes et en multipliant les actions de déstabilisation ?

Notes

1 Charles URJEWICZ, Les conflits ethniques : essai de typologie. Ex-URSS : les États du divorce, Les études de la Documentation française, 1993, pp 9-24. Voir également Anne LE HUEROU, Aude MERLIN, Amandine REGAMEY, Silvia SERRANO, Tchétchénie : une affaire intérieure ? Paris, CEPI/Autrement, 2005.

2 Les Russes à la recherche d’une identité nationale, Problèmes politiques et sociaux, (série Russie N° 114), La Documentation française, 1993. Voir également Charles URJEWICZ, « La guerre de Tchétchénie, ciment d’une nouvelle identité russe ? », Outre-Terre Revue Française de Géopolitique, mars 2003. DOI : 10.3917/oute.004.0019.

3 Charles URJEWICZ, « La Russie, une puissance intermédiaire ? », L’état du monde, 2005, pp 41-43.

4 Cf : enquête du VSTIOM (19-20 février 2006), Rossija i Gruzija (Russie et Géorgie).

5 Dar’ja GUSEVA, « Zamestel’nyj sosed » (Un voisin remarquable), Vremja Novostej, 16/12/2005.

6 Charles URJEWICZ, « Les tendances de la période », L’état du monde 2006, P. pp 542-43. Ces propos s’inscrivent dans le cadre du discours de Vladimir Poutine, prononcé le 23 février 2006. Le chef de l’État russe rappelait « qu’à l’époque de l’URSS le niveau de vie en Géorgie était l’un des plus élevés ». À présent, « le niveau de vie de la population est très bas », les simples gens en pâtissent [...]. « Cela déstabilise la situation non seulement dans le pays, mais aussi dans la région dans son ensemble, a fait remarquer Vladimir Poutine. Ceux qui estiment qu’on peut régler les problèmes économiques en canalisant l’attention de la population sur la recherche d’ennemis extérieurs ont tort. Il est possible de détourner l’attention pour quelque temps, mais les problèmes économiques attendent leur solution, il vaut mieux les régler par le dialogue, la coopération positive avec les voisins ». Source : RIA, Novosti.

7 B, Eltsine, Sur le fil du rasoir, Paris Albin Michel, 1994. B, Eltsine y aborde la question des rapports avec la Géorgie, éclairant un point de vue russe au-dessus de la mêlée : « Il y a là-bas (en Géorgie, CU), un mythe qui a la vie dure, celui d’une Russie impérialiste déterminée à détruire l’État géorgien. Aveuglés par leur malheur, les Géorgiens ne comprennent pas que la Russie ne peut pas prendre parti dans les conflits nationaux. Si la Russie prenait le parti de la Géorgie dans le conflit abkhazo-géorgien, tout le nord du Caucase se soulèverait, le conflit ferait tache d’huile, et ce serait une guerre sansfin, jusqu’à l’épuisement. On ne peut s’ingérer dans les affaires d’un autre État (même dans un but pacifique) qu’en se fondant sur le droit international. » (p. 197).

8 Alexandre SOLJENITSINE, Comment réaménager notre Russie ? Réflexions dans la mesure de mes forces. Traduit du russe par G. et J. Johannet. Paris, Fayard, 1990.

9 Ainsi, O. MANDEL’STAM, dans Koe-čto o gruzinskom iskusstve (De l’art géorgien, 1922), Sobranie sočinenij, Moscou, 1993, Volume 2, p. 233, avance l’argument suivant : « Il existe dans la poésie russe une tradition géorgienne [...], un mythe géorgien qui a été exprimé pour la première fois par la plume de Pouchkine [...], puis élaboré par Lermontov [...]. La Géorgie a séduit les poètes russes. »

10 Cf. V. Grossman, Dobro Vam ! (Bien à vous !), Moscou, 1967.

11 Charles URJEWICZ, Les conflits territoriaux, op, cit.,

12 Marie-Félicité BROSSET (1802-1880), un Français devenu membre de l’Académie russe des sciences en 1847, est considéré par beaucoup comme le père de la caucasologie.

13 Vselovod MILLER (1848-1913), linguiste et ethnographe, père des études ossètes.

14 L’exemple du clip télévisé que le parti nationaliste Rodina avait fait diffuser sur les chaînes moscovites à l’occasion de la campagne pour les élections à la mairie de Moscou, en novembre 2005, est caractéristique de l’attitude hésitante, voire ambiguë, des autorités russes : ce n’est que quelques jours avant la consultation que Rodina a été interdit de participation par une décision de justice.

15 On estime que plus de deux millions de touristes russes ont séjourné en Turquie en 2005.

16 Oléoduc inauguré le 25 mai 2005, le Bakou-Tbilissi-Ceyhan a pour but d’éviter que le brut kazakhstanais et azéri ne transite par les tubes russes. Le gazoduc parallèle Bakou-Tbilissi-Erzurum, actuellement en construction, doit remplir la même fonction.

17 Ekaterina TESEMNIKOVA, Andrej KORBUT, Rossija terjaet Zakavkaz’e, Nezavisimaja Gazeta, 01/08/2000.

18 Le Titre de son article est « Boevaja trevoga » (Branle-bas de combat), Izvestija, 15/02/2002.

19 Sergej MARKEDONOV, « Kavkaz bez Rossii » (le Caucase sans la Russie), Vremja MN, 22/08/2002.

20 Ibid.

21 Moscou prévoit de transférer le matériel sur la base russe de Gumri, en Arménie, provoquant l’inquiétude de Bakou.

22 Dmitrij TRENIN, « Postimperskij proekt », Nezavisimaja gazeta, 30/01/2006.

23 Le 28 août 2003, le Ministère de l’industrie de la Fédération de Russie avait rendu publique la Stratégie énergétique de la Russie jusqu’en 2020 (Energetitcheskaya strategija Rossii na period do 2020 goda), Document N° 1234-p URL :. http://www.minprom.gov.ru/docs/strateg/l/print. La fin de l’année 2005 a vu la mise en place de sa phase tarifaire en Ukraine puis, peu après, en Arménie et en Géorgie.

24 Mikhaïl AKOULOV, « Moskva-Tbilisi, dalee vezde », Rossijskaja gazeta, 12/08/2005.

25 Charles URJEWICZ, « La « révolution des roses », L’État du monde 2005, pp 573-75. Voir également Charles URJEWICZ « Géorgie, une rupture spectaculaire », Ramses 2005, pp 253-255.

26 En l’absence de chiffres fiables, on estime à près d’un million le nombre de Géorgiens résidant en Russie. On compterait également un million d’Αrméniens tandis que les Azéris seraient près de deux millions.

27 Alla JAZYKOVA, « Gruzija kak faktor stabil’nosti dlja Severnogo Kavkaza » (La Géorgie comme facteur de stabilisation pour le Nord Caucase), Nezavisimaja gazeta, 27/02/2006.

28 Oleg ODNOKOLENKO, Armija truby (l’armée du tube), Itogi N° 9, 27/02/2006, p 30.

29 D. TRENIN, op. cit.

Auteur

Professeur à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), Paris

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable