Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et politique dans le Caucase post-soviétique

 | 
Bayram Balcı
, 
Raoul Motika

1. Conflits et Territoires dans le Caucase post-soviétique

Jean Radvanyi

Texte intégral

1La fin de la période soviétique s’est traduite, au Caucase, par la montée des tensions et bientôt, avant même la dissolution de l’URSS, par l’éclatement de plusieurs conflits sanglants. Douze années d’indépendance des États du Sud Caucase laissent un paysage géopolitique profondément bouleversé mais contrasté, où les tensions et les incertitudes sont loin d’être dissipées. Nous tenterons dans cette brève présentation de revenir sur quelques-uns des facteurs clefs de cette période agitée et de mesurer comment certains d’entre eux continuent de peser sur la situation actuelle.

Des logiques conflictuelles aux causes multiples

2Dès leur apparition à la fin des années 1980, les tensions et conflits caucasiens donnent lieu à de multiples interprétations et polémiques quant à leurs origines. Nombre d’articles mettent en lumière une opposition entre des causes internes et des causes externes. C’est là presque une figure rhétorique classique : il est rare d’admettre ses propres responsabilités, même partielles, dans l’origine d’un conflit. Il est toujours plus commode de s’abriter derrière le rôle des autres, de l’adversaire direct en premier lieu, groupe ethnique, pouvoir régional ou État oppresseur. Dans le cas du Caucase, cette logique a souvent pris une tournure un peu paranoïaque : nombre de conflits, ou du moins les péripéties de leur développement, sont décrits comme autant d’actions d’une puissance externe qui manipule à des fins de domination une situation locale complexe. Et dans l’histoire de cette région, il n’a pas manqué de puissants voisins, parfois d’intervenants plus lointains qui puissent justifier ces accusations d’instrumentalisation des contradictions locales voire de complot.

Causes externes : le jeu des empires ?

3Depuis plusieurs siècles en effet, les peuples du Caucase ont souvent servi – en partie à leur corps défendant, en partie suite à leurs propres choix – de pions dans des enjeux géopolitiques qui les dépassaient. Et l’on peut dire qu’ils y ont le plus souvent été perdants. La période qui s’ouvre en 1991 marque une nouvelle phase d’intenses bouleversements où chacun des peuples du Caucase est sollicité dans un jeu (on a parlé de « nouveau grand jeu ») aux règles incertaines. Le « grand jeu » centre-asiatique, qui caractérisait à la fin du xixe siècle la rivalité entre les empires russe et britannique, ne s’est-il pas soldé par un assujettissement des peuples de cette région à ces puissances proches ou lointaines sans qu’ils aient beaucoup de prise sur les décisions qui les concernaient, délimitation des frontières en particulier ? Avec la coïncidence entre l’éclatement de l’URSS, la prise d’indépendance des États du Sud Caucase, la désoviétisation, les réformes politiques et économiques et la nécessaire redéfinition des rapports avec le grand voisin russe alors que tous ces États traversaient une crise majeure, la transition post-communiste s’avère particulièrement complexe.

  • 1 Voir par exemple, LONGUET-MARX Frédérique (dir.), Caucase : axes anciens, nouveaux enjeux, CRES Gen (...)

4De nombreux auteurs ont tenté de décrire et d’analyser les ambiguïtés et dérives de la politique russe au Caucase tant au nord qu’au sud1. Il paraît incontestable que Moscou, qui n’a jamais caché son ambition de conserver une influence décisive dans cette région stratégique, n’était pas mécontente de trouver dans ces tensions interethniques et régionales un terrain propice à une stratégie d’instrumentalisation et de pourrissement de conflits localisés. Selon certains stratèges russes, c’était là le moyen de bloquer certaines évolutions jugées défavorables, en particulier une trop grande ouverture des États du Sud Caucase vers leurs voisins du Sud – Turquie, Iran –, et le rapprochement avec l’OTAN et les organisations occidentales. Outre leurs interventions directes et indirectes en Abkhazie, en Ossétie du Sud et au Nagorno Karabagh, les interférences russes à plusieurs moments décisifs de la vie politique récente des trois pays sont incontestables et le fait qu’elles révèlent pour partie une absence de coordination complète des acteurs russes n’est en rien rassurant.

5Mais il faut ajouter au moins deux réflexions à cette première analyse. C’est, d’une part, le fait qu’on a vu apparaître très tôt dans la presse russe des mises en garde sur le caractère totalement contre-productif de cette stratégie de force héritée de la période soviétique. Et, en effet, les ambiguïtés de cette politique ont largement servi à alimenter une virulente campagne anti-russe, en particulier en Géorgie, en dépit du fait qu’un nombre croissant de Géorgiens s’expatriaient en Russie pour gagner leur vie. Le pragmatisme dont fait preuve Moscou au Caucase depuis l’accession de Vladimir Poutine au pouvoir est dans la logique de cette révision des orientations de la puissance russe qui devrait voir à l’avenir les instruments économiques et diplomatiques prendre le pas sur les pressions politiques ou militaires. Mais restons prudents : l’épisode tout récent de la construction d’une digue dans le détroit de Kertch montre que certains milieux russes continuent de recourir à des pressions militaires pour régler des différents frontaliers ou commerciaux, quitte à alimenter un net regain de la campagne anti-russe endémique en Ukraine.

6L’autre réflexion tient aux causes profondes de ces conflits. Sans doute, la responsabilité de Moscou en tant qu’ancienne puissance tutélaire est-elle engagée de plusieurs façons dans la mise en place historique de ces foyers conflictuels. Mais cela ne saurait masquer le poids des causes internes qui offrent certainement une bonne partie des clefs pour comprendre et surmonter les tensions.

7Dans presque tous les cas, les conflits caucasiens reposent sur des accusations de non-reconnaissance des droits de minorités ethniques par les autorités légales du pays, de la république, débouchant sur des revendications qui évoluent rapidement de l’autonomie culturelle et politique à l’indépendance. On ne le dira jamais assez, il faut tenir compte sur ce plan d’un des héritages les plus singuliers de la période stalinienne, l’absolutisation du territoire comme cadre obligé de réflexion et de règlement de ces questions ethniques, l’idée que seule l’existence d’un territoire national autonome créerait les conditions pour répondre aux demandes légitimes des différentes minorités. Or, l’expérience soviétique de fonctionnement de ces territoires autonomes, créés de toutes pièces sous Staline, est particulièrement perverse.

8La mosaïque ethnique qui caractérise le Caucase à la fin de la période soviétique résulte de longs processus historiques propres à cette chaîne qui servit à différentes époques à la fois de refuge, de barrière disputée entre les empires et de lieu privilégié d’échanges et de communication. Mais dans pratiquement toutes les régions, la puissance impériale russe puis soviétique y a dicté ses choix qui résultent d’abord de calculs politiques liés à la volonté de conquête et de soumission. Pour tenter de contrôler les montagnards longtemps hostiles, quand on ne leur imposait pas tout simplement l’exil vers l’empire ottoman ou perse, on n’a pas hésité, dès le xixe siècle, à les inciter à descendre en moyenne montagne et sur les piémonts où on intercalait des populations jugées plus favorables, Cosaques, Arméniens, Grecs du Pont, vieux croyants russes tant au nord de la chaîne qu’en Transcaucasie.

9La politique stalinienne a systématisé ces pratiques selon le principe diviser pour régner : le remodelage du peuplement lors de la création des régions et républiques autonomes a vu souvent la juxtaposition, au sein d’une même entité territoriale, de villages peuplés de Caucasiens, de Russes (anciennes stanitsa cosaques) et de turcophones comme dans les deux républiques « bi-ethniques », celle des Kabardes et Balkares et celle des Karatchaïs et Tcherkesses. Ces associations pouvaient avoir des logiques économiques (volonté de donner aux montagnards des terres de culture sur les piémonts comme au Daghestan) mais elles reflétaient d’abord la volonté de contrôler, de briser des solidarités dont on connaissait la vitalité. La déportation en 1944 de plusieurs des peuples montagnards du Caucase du Nord-Est (Tchétchènes, Ingouches, etc.) voit culminer cette stratégie dont on paye encore aujourd’hui les conséquences. Les modifications territoriales pratiquées alors, et qui ne furent pas entièrement annulées en 1957, sont à la base des conflits entre Ingouches et Ossètes dans la banlieue de Vladikavkaz en 1992 et sont un des facteurs du conflit tchétchène. On peut ajouter que ces pratiques impériales ou soviétiques trouvent des échos y compris dans les États indépendants du Sud Caucase quand, par exemple, les autorités géorgiennes tentent de manipuler les migrations de Svanes ou d’autres Géorgiens pour rééquilibrer des peuplements jugés fragiles en Adjarie, en Djavakhétie ou en Kvemo-Kartlie, au risque d’envenimer les rapports avec les Géorgiens musulmans, les Arméniens ou les Azéris qui peuplent ces régions.

10Un autre aspect pervers de ces stratégies est qu’elles ont introduit de multiples hiérarchies explicites ou implicites. C’est, d’une part, celle qui différenciait les régions selon leur statut (républiques fédérées ou autonomes, régions autonomes ou simples régions administratives, districts nationaux à certaines époques) ; c’est, d’autre part, celle qui distinguait dans chacune des entités créées à l’époque soviétique les peuples « titulaires » et « non titulaires », indépendamment des Russes, sortes de « titulaires fédéraux » où qu’ils soient. Les uns bénéficiaient sinon de quotas officiels, au moins de préférences nationales en terme d’accès aux responsabilités politiques ou administratives (souvent synonymes de rentes lucratives dans des régions où les fonctionnements claniques demeurent prépondérants), alors que les autres devaient se contenter souvent d’un statut subalterne masqué par un discours omniprésent de l’hospitalité « caucasienne ». Dans l’un ou l’autre cas, on trouve encore de multiples exemples de discours politiques tant du côté des porte-parole des minorités ethniques que des élites au pouvoir qui montrent que ces hiérarchies, ces raisonnements sont encore prégnants dans la vie politique caucasienne. Or, à moins de faire éclater totalement la mosaïque ethnique et politique, l’idée qu’on peut régler les problèmes du Caucase en donnant à chacun un territoire autonome, voire un État indépendant, est totalement illusoire.

  • 2 Sur ces phénomènes, voir par exemple l’excellent recueil Natsionalnye istorii v sovetskikh i post-s (...)

11Un dernier facteur, moins direct mais dont l’importance ne saurait être sous-estimée, est le refus assez généralisé au Caucase de reconnaître sa propre histoire – surtout ses pages sombres – qui va souvent de pair avec une mythologisation de son identité, de son ancienneté, de ses mérites dans le cadre des idéologies nationalistes qui ont fleuri partout. Territoires historiques « rêvés », « guerre des pierres » (c’est-à-dire la tentation d’affirmer par tous les moyens son antériorité de peuplement), refus de reconnaître comme partie intégrante de la nation telle ou telle composante ethnique sont malheureusement le lot commun de pratiquement toutes les reconstitutions historiographiques récentes qui fleurissent dans les manuels scolaires, les atlas nationaux, sans parler des articles de presse2. Sans doute ces débats sont-ils secondaires par rapport aux disparités ou discriminations économiques ou politiques mais ils contribuent à entretenir une ambiance de méfiance, d’intolérance et d’animosité qui pèse lourdement sur le climat social et politique de bien des régions du Caucase.

2. Des territoires fragmentés et disputés

  • 3 Voir, par exemple, J. RADVANYI (coordinateur) Les États post-soviétiques, Armand Colin 2003, et Atl (...)

12Quinze années après l’éclatement de l’URSS, on est frappé, en examinant les cartes du Caucase, par l’ampleur des contestations frontalières et territoriales qui le marquent3. Au nord, en Russie, si les tensions semblent s’être apaisées au Daghestan ou en Karatchaevo-Tcherkessie, le conflit tchétchène est toujours d’actualité avec son cortège d’horreurs et de drames quotidiens tant chez les combattants russes et tchétchènes qu’au sein de la population civile : la liste des morts, blessés, réfugiés, migrants forcés s’allonge alors qu’aucune solution politique ne se dessine.

13Au sud, derrière un apaisement de surface, on observe qu’aucune des guerres récentes n’est réellement résolue. Ces conflits gelés mais mal éteints continuent de peser par leurs séquelles multiples : centaines de milliers de réfugiés et personnes déplacées dont la plupart vivent depuis près de dix années dans des conditions précaires ; migrations incontrôlées qui voient des régions entières des trois États se vider d’une partie de leur population active, contrainte de partir chercher des revenus à l’étranger, le plus souvent en Russie. Si une partie des blocus croisés qui s’étaient multipliés au début des années 1990 a été levée (en particulier autour de la Tchétchénie et entre la Russie et l’Azerbaïdjan), plusieurs des axes principaux de transport demeurent bloqués, comme ceux le long de la mer Noire entre l’Abkhazie et la Géorgie ou le long de l’Araxe entre Arménie et Azerbaïdjan. Nombre de tracés frontaliers demeurent contestés comme certains hauts pâturages entre Géorgie et Russie.

14Conséquence directe de ces conflits et tensions, le Caucase fait aujourd’hui partie de ces régions du monde où fleurissent ce qu’on appelle les « zones grises », les « trous noirs », territoires échappant au contrôle des autorités légales. Et si l’attention s’est focalisée sur les destructions et les victimes, la pratique de ces terrains convulsifs révèle d’autres aspects plus inattendus. Sans qu’il soit facile de les mesurer – ils sont certainement beaucoup moins importants que le volume d’échange en temps de paix –, les situations de crise sont aussi propices à d’autres processus liés à l’absence de contrôle sur des portions importantes du territoire, sur certains axes de transport majeurs. Toute une économie de crise se met rapidement en place, générant, à côté des phénomènes classiques d’adaptation des populations concernées, l’apparition de nouveaux « créneaux », plus ou moins éphémères, allant de la simple contrebande au développement de véritables filières industrielles avec tout un cortège de flux illégaux : migrations illégales, contrebande d’armes, d’alcool, de drogue quand il ne s’agit pas de lieux idéaux pour les auteurs d’enlèvements et de rapines qui perpétuent un des plus détestables héritages d’une histoire millénaire des rapports entre montagnards et habitants des piémonts ! Dans bien des cas, ces activités illégales qui génèrent des profits considérables sont devenues un facteur de premier plan qui pèse sur les négociations en cours, une partie des autorités légales, tout en faisant mine de tenter de solutionner ces conflits, profitant elle-même de ces trafics.

15Fait inquiétant, au lieu de préparer des opinions publiques traumatisées par cette succession de crises politiques et économiques à des solutions négociées et des compromis mutuellement acceptables, une partie des élites politiques semble toujours prête à relancer des logiques guerrières de reconquête. Et loin d’apaiser ces élans qui constituent un fond démagogique habituel des discours nationalistes, la présence désormais directe de conseillers militaires occidentaux, américains ou turcs, dans la région, a semblé conforter certains de ces discours belliqueux qu’on a vu resurgir dans les campagnes électorales tant en Azerbaïdjan qu’en Géorgie.

Une mosaïque ethnique bouleversée

  • 4 II faudra pour cela attendre le résultat des quatre recensements. Signalons, pour le Caucase Nord, (...)

16Sans qu’on puisse en cerner tous les détails4, on peut dresser un premier bilan de cette période de troubles qui a fortement bousculé la mosaïque ethnique. Quelques régions autrefois pluri-ethniques sont aujourd’hui pratiquement mono-ethniques. C’est le cas dans les régions épicentres des conflits les plus sanglants, Nagorno Karabagh (mais on peut presque en dire autant de toute l’Arménie), Abkhazie, Tchétchénie. Au Nagorno Karabagh et dans les territoires voisins, les populations azéries ont été entièrement chassées, mais les Arméniens n’ont pas occupé les villages qu’ils contrôlent, se contentant de démonter les maisons, utilisant les matériaux pour reconstruire leurs habitations ou les vendant en Iran. Cette moyenne montagne autrefois réputée pour ses vergers et ses vignes offre l’image de grands espaces abandonnés d’autant qu’une partie des Arméniens a aussi fui la région.

17Dans de nombreuses régions, la carte ethnique se trouve « simplifiée » par le départ d’une partie de ses habitants, chassés par l’ennemi ou simplement partis de crainte des affrontements. C’est essentiellement le cas des russophones (Russes, Ukrainiens, Allemands...) en particulier dans les zones rurales. Là encore, les exemples « d’instrumentalisation » de ces déplacements ne sont pas rares. Les vieux croyants russes de Djavakhétie (région du sud de la Géorgie aujourd’hui principalement peuplée d’Arméniens), installés volontairement en 1841-1845 par les autorités tsaristes, en tampon dans une région stratégique, ont été invités par Moscou à regagner la Russie au début des années 1990, bien que ces communautés n’aient pratiquement pas eu à souffrir de réelle menace. Pour les autorités russes de l’époque, c’était un signe qu’elles se souciaient de leurs compatriotes de « l’étranger proche » et une façon de repeupler des districts du nord de la partie européenne. De leur côté, les autorités géorgiennes, qui cherchent à reprendre le contrôle de cette région attirée par l’Arménie voisine, ont essayé de remplacer ces Russes par des Géorgiens adjars (donc musulmans !) dont les villages venaient d’être détruits par des coulées de boue. Cette tentative de recomposition a fait long feu mais n’a pas contribué à apaiser une région considérée comme un point chaud potentiel : on s’attend à ce que la fermeture prévue de la base russe d’Akhalkalaki, premier fournisseur d’emplois, n’attise encore les tensions.

18En dehors des capitales où ils se maintiennent, quoique en nombre réduit, les Russes ont pratiquement quitté la plupart des régions rurales de Transcaucasie mais ce phénomène est aussi sensible dans une partie des républiques au sein même de la Russie, Daghestan, Tchétchénie, Ingouchie et Ossétie en particulier.

19À l’inverse, surtout au Caucase Nord, toute une série de régions ont vu leur composition ethnique se complexifier à mesure qu’elles accueillaient des réfugiés en provenance des autres régions du Caucase ou d’Asie centrale. Les territoires de Krasnodar et de Stavropol ont ainsi vu augmenter sensiblement l’importance de leurs anciennes communautés arméniennes auxquels s’ajoutent désormais en grand nombre Géorgiens et Azéris, Tchétchènes fuyant les bombardements, ressortissants des peuples du Daghestan (on parle ouvertement d’une « daghestanisation » de plusieurs districts à l’est de Stavropol) mais aussi Turcs-Meskhètes (une population du petit Caucase déportée de Géorgie en 1944 vers l’Asie centrale dont elle a été chassée pendant la perestroïka). Ces flux de migrants ont avivé les tensions sur place, entraînant de la part des autorités régionales russes le vote de mesures anti-constitutionnelles, proches parfois de la xénophobie ouverte, pour freiner l’installation des personnes déplacées.

Des jeux de territoires ?

20À diverses reprises ces dernières années, on a évoqué l’hypothèse d’échanges de territoires qui permettraient de régler certains conflits en cours. Quand ils sont réalisables, il ne faut certes pas se priver de ce type de solution. Une modification de détail dans la région dite du « Pont rouge » à la frontière entre Azerbaïdjan et Géorgie a permis de clarifier le tracé des axes routiers laissé dans le flou à l’époque soviétique. Ailleurs, des négociations sont en cours y compris sur des points tout à fait sensibles comme la construction par la Moldavie d’un port international sur le Danube ou, au Caucase, la possibilité d’un échange de territoires dans la région de Kizliar, entre Daghestan et Tchétchénie. Mais il faut évaluer avec attention les avantages et les risques des solutions proposées.

21L’idée, un temps évoquée par un négociateur américain, de procéder à un vaste échange de territoire entre le Nagorno Karabagh qui deviendrait arménien et le district de Meghri qui serait alloué à l’Azerbaïdjan assurant une continuité spatiale entre celui-ci et le Nakhitchevan a paru séduire certains milieux tant en Turquie qu’en Azerbaïdjan. Mais cet échange, qui bouleverserait de fond en comble la géopolitique de toute la région, interférerait de façon directe sur les intérêts iraniens, de façon indirecte sur les intérêts russes et risquerait de relancer de multiples tensions. Or, l’expérience internationale suggère bien des solutions à ce type de situation. L’Arménie est actuellement le seul État de la CEI qui envisage officiellement une remise en cause des héritages frontaliers soviétiques. Mais comment ne pas craindre que l’entrée dans une logique de redéfinition des territoires aurait dans tout le Caucase des conséquences déstabilisatrices dont on ne mesure pas les effets ? À coup sûr, des pressions diplomatiques concertées sont nécessaires pour déboucher sur des solutions mutuellement acceptables qui mettraient enfin un terme à des conflits épuisants.

Corridors et ponts, carrefours ou cul-de-sac. Quelle logique spatiale au Caucase ?

Des réseaux de transport bouleversés par les conflits

  • 5 Jean Radvanyi, « Réseaux de transport, réseaux d’influence : nouveaux enjeux stratégiques autour de (...)

22Un dernier aspect majeur des changements politiques intervenus après 1991 est la réorganisation des réseaux de transport dans l’ensemble de la région5 Même si, pour l’essentiel, les mutations survenues concernent les grandes voies du piémont, la montagne est, elle aussi, directement touchée. Les deux grands axes qui assuraient, à l’époque soviétique, l’essentiel des liaisons tant passagers que marchandises entre le nord et le sud du Grand Caucase le contournaient par l’ouest (la voie ferrée Krasnodar-Tbilissi longeant la mer Noire par Sotchi et l’Abkhazie) ou par l’est (Rostov-Bakou par Groznyi et le Daghestan le long de la mer Caspienne). Le projet de construire une voie ferrée transcaucasienne entre la Géorgie et l’Ingouchie actuelle ne vit jamais le jour. Contesté par les écologistes et les mouvements nationalistes géorgiens qui craignaient son utilisation géostratégique par Moscou, il n’en reste que l’ébauche du tunnel technique près de Borissakho en Khevsourétie. La voie occidentale, tant ferroviaire que routière, est entièrement bloquée du fait du conflit abkhaze. Au grand dam des Géorgiens, les Russes laissent circuler un petit trafic local entre Soukhoumi et Sotchi, assurant un débouché minimal aux agrumes et au tourisme de la république sécessionniste mais les relations sont pratiquement nulles vers la Géorgie en dehors d’un transit routier de contrebande, épisodique et risqué. La voie orientale vers Bakou est ouverte mais, outre l’effondrement global des échanges entre la Russie et la Transcaucasie, le trafic est perturbé depuis 1991 du fait du transit en Tchétchénie. La construction de voies routières et ferroviaires de contournement par le nord du Daghestan (comme pour l’oléoduc Bakou-Novorossiisk) a permis un certain retour à la normale mais de fait, comme l’ont constaté les Européens dans le cadre du projet TRACECA (Transport Corridor Europe Caucasus Central Asia), c’est l’ensemble du réseau ferroviaire caucasien qu’il faut moderniser.

23Dans une certaine mesure, les voies proprement montagnardes ont servi de palliatif : en 1994-1996, quand Moscou a entièrement bloqué la ligne Rostov-Bakou du fait du conflit tchétchène, elles ont même constitué le seul lien terrestre entre les deux versants de la chaîne. Mais leurs caractéristiques géographiques limitent leur usage. La plus importante est aujourd’hui la route Tbilissi-Vladikavkaz par Tskhinvali et le tunnel Rokskii, en dépit de son passage par l’Ossétie du Sud sécessionniste. Elle surpasse actuellement la « route militaire de Géorgie » par le col de la Croix, souvent coupée en cas d’orage ou de chutes de neige et où les contrôles sont harassants. Signe des temps, c’est dans la banlieue de Tskhinvali, donc en territoire échappant au contrôle des autorités de Tbilissi, que s’est installé le plus vaste marché commercial de la région, attirant un important flux de contrebande. La route plus occidentale par le col de Mamisson n’est ouverte qu’épisodiquement, certains étés.

24Mais la montagne n’a guère profité de ces mutations. Le trafic observé demeure modeste : quelques dizaines de poids lourds par jour sur chacun des deux axes, connus pour leur insécurité tant physique (risques d’accident ou de coupure) qu’humaine (payement de bakchichs à la douane et brigandage). Si l’on ajoute à cela l’introduction, imposée par Moscou en janvier 2001, de visas entre la Russie et la Géorgie (les populations des districts frontaliers en sont exemptées), on peut craindre que cette réduction de l’offre de transport, qui retentit fortement sur les activités locales, ne soit durable.

Une ouverture régionale tronquée

25L’éclatement de l’URSS, en décembre 1991, semblait devoir rendre au Caucase sa vocation historique de grand carrefour stratégique que joua pendant des siècles cet isthme singulier entre les mers Noire et Caspienne. Durant toute la période soviétique, le Caucase et la région économique de Transcaucasie fonctionnèrent principalement comme un cul-de-sac, dans une relation privilégiée nord-sud de chaque république prise à part avec la Russie et le reste de l’URSS. Les relations historiques qui les liaient à leurs voisins du sud se trouvèrent pratiquement interrompues : les points de passage entre la Géorgie, l’Arménie et la Turquie ne fonctionnèrent jamais qu’au compte-gouttes, ceux établis le long de la Caspienne entre l’Azerbaïdjan et l’Iran, un peu plus actifs, restaient faibles et, dans les trois cas, l’ensemble de ces relations était entièrement géré par les autorités fédérales de l’URSS, toute la zone frontalière, étendue de façon large à l’ensemble des districts frontaliers, étant placée sous un régime spécial sévèrement contrôlé.

26Quinze ans après l’indépendance, l’état des lieux est méconnaissable. Toute une série de passages ont été rouverts vers le sud avec, dans plusieurs cas, de nouvelles infrastructures stratégiques comme les ponts sur l’Araxe reliant le Nakhitchevan et la Turquie d’une part, l’Arménie et l’Iran d’autre part. Divers projets complémentaires sont d’ailleurs à l’étude comme ceux de gazoducs, de lignes à haute tension et ferroviaires entre l’Iran et l’Arménie ou la voie ferrée qui prolongerait la ligne géorgienne de Tbilissi-Akhalkalaki vers la Turquie, se plaçant en concurrence avec la ligne existante mais demeurée fermée qui relie Gumri (en Arménie, l’ex-Léninakan) à Kars en Turquie. Cependant, si le processus d’ouverture est dominant, il est entravé par les conflits en cours, en particulier celui du Nagorno Karabagh.

27L’analyse du commerce extérieur des trois États caucasiens confirme amplement cette évolution qui marque la fin du monopole quasi hégémonique de Moscou. La part des États de la CEI est en nette régression par rapport à la période soviétique et ce mouvement tend à s’amplifier. La situation était doublement singulière. La part des échanges « intra-communautaires » (c’est-à-dire dans ce cas entre républiques de l’URSS) était anormalement élevée : elle atteignait, en 1988, 85,6 % des échanges extérieurs globaux pour l’Azerbaïdjan, 86,5 % pour la Géorgie et 89,1 % pour l’Arménie alors que les chiffres équivalents étaient de 44 % entre les provinces du Canada et de 59 % entre les États de l’UE. Rappelons aussi que les échanges à l’intérieur de la région économique transcaucasienne étaient particulièrement faibles, moins de 10 % du total des échanges inter-républicains dans les trois cas au début des années 1970, signe de la volonté de Moscou de ne pas développer une intégration régionale réelle.

28La situation actuelle est radicalement différente : la part de la CEI dans les échanges globaux des trois États est ramenée à un niveau nettement plus modeste, proche des chiffres moyens de l’UE. Ce faisant, la part des États de la CEI demeure plus élevée à l’exportation, signe des difficultés des Caucasiens à écouler leur production en dehors de ce marché traditionnel. Tout en restant importante (elle demeure le premier ou le second partenaire des trois États), la place de la Russie s’est sérieusement érodée alors que les échanges avec la Turquie, l’Iran et les pays occidentaux se multipliaient.

29Pour autant, l’isthme caucasien connaît aujourd’hui une situation tout à fait paradoxale. Alors que les frontières nord et sud demeurent perturbées par les conséquences des conflits récents, on assiste à un développement spectaculaire de l’axe Ouest-Est, dont les Occidentaux veulent faire un nouvel axe majeur du continent eurasiatique dans le cadre de la TRACECA. Or, ce programme s’avère plus complexe qu’il n’y paraissait à ses promoteurs, Union Européenne et USA. Si les projets d’oléoduc (programme Inogate) ont connu des progrès décisifs en dépit des incertitudes de financement et d’approvisionnement pétrolier, la mise à niveau des infrastructures portuaires, routières et ferroviaires est lente et coûteuse. Mais c’est surtout le dossier des réglementations douanières et fiscales qui marque le pas. Déjà complexes au Sud-Caucase, ces règles sont un véritable cauchemar en Asie centrale où les relations entre États n’ont jamais été aussi mauvaises au point de bloquer les échanges. De ce fait, le bilan de la TRACECA demeure modeste laissant de larges perspectives à Moscou pour se maintenir sur ce terrain contesté des échanges eurasiatiques désormais ouvert à la concurrence.

30Dans ces conditions, et en dépit des ouvertures induites par le bouleversement géopolitique enregistré, le Caucase demeure un espace d’instabilité et ne parvient pas à retrouver la place de carrefour qu’il convoite entre l’Europe et l’Asie centrale, entre la Russie et le Proche-Orient. Il faudra encore sans doute bien des efforts conjugués de la part de tous les acteurs intéressés à ce dossier pour redonner l’apaisement à cette région. Et, pour cela, il est urgent de mobiliser les opinions publiques respectives non pas sur d’inquiétants projets de reconquête mais sur des compromis mutuellement acceptables. La succession toute récente à la tête de l’Azerbaïdjan, celle en Géorgie créeront-elles les conditions d’une nouvelle réflexion à l’échelle régionale ? Il faut le souhaiter mais il paraît clair qu’aucun plan de règlement global – fût-il parrainé par l’Union Européenne et les États-Unis – ne verra le jour sans que les puissances régionales, Russie, Turquie et Iran, n’y soient fortement impliquées.

Notes

1 Voir par exemple, LONGUET-MARX Frédérique (dir.), Caucase : axes anciens, nouveaux enjeux, CRES Genève, n° 8, été 1998 ; Le Caucase postsoviétique : la transition dans le conflit, Bruylant, Bruxelles, 1995 ; LIEVEN, Anatol, “Nightmare in the Caucasus,” Washington Quarterly, 2000, vol. 23, n° 1. URL: https://muse.jhu.edu/journals/washington_quarterly/v023/23.1lieven.html.

2 Sur ces phénomènes, voir par exemple l’excellent recueil Natsionalnye istorii v sovetskikh i post-sovietskikh gosudarstvakh (Les histoires nationales dans les États soviétiques et post-soviétiques), Moscou Airoxx, 1999, ou encore le volume proposé par S. PANARIN Evrazia, liudi i mify (Eurasie, peuples et mythes), Moscou Natalis, 2003. Voir également V. KOUZNITSOV et I. TSETSENOV : Istoria i samosoznanie (Histoire et identité), 2e édition, Vladikavkaz, 2000.

3 Voir, par exemple, J. RADVANYI (coordinateur) Les États post-soviétiques, Armand Colin 2003, et Atlas du Monde diplomatique, 2003.

4 II faudra pour cela attendre le résultat des quatre recensements. Signalons, pour le Caucase Nord, la superbe étude de V. BELOZEROV Etnodemografitcheskie protsessy na sevemom Kavkaze (Processus ethno-démographiques au Caucase Nord), Stavropol 2000, 155 p.

5 Jean Radvanyi, « Réseaux de transport, réseaux d’influence : nouveaux enjeux stratégiques autour de la Russie », in La Russie 10 ans après, Hérodote n° 104, mars 2002. DOI : 10.3917/her.104.0038.

Auteur

Professeur à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO), Paris

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable