Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Religion et politique dans le Caucase post-soviétique

 | 
Bayram Balcı
, 
Raoul Motika

Préface

Tadeusz Swietochowski

Texte intégral

1La région du Caucase est souvent considérée comme une région reculée de la planète, mais elle peut devenir à d’autres moments le centre de l’attention internationale quand les événements qui se déroulent dans cet environnement géographique unique le justifient. Elle forme un pont entre la mer Noire et la mer Caspienne et relie le continent européen à l’Asie. Pourtant, ce corridor naturel qui permit nombre de mouvements de populations, de contacts entre diverses civilisations se trouve coupé en deux par l’une des plus hautes chaînes montagneuses du monde et l’une des plus difficiles à franchir. Au-delà de cette contradiction intrinsèque de corridor et de barrière naturelle, la région caucasienne se caractérise par une mosaïque de groupes ethniques et communautés religieuses, comprenant un nombre infini de toutes petites minorités survivant dans des environnements spécifiques.

2Le fil conducteur du présent ouvrage est de déterminer la place qu’occupent certains de ces groupes dans la sphère publique au sein de la population locale et multiethnique de chaque sous-région. Les contributions rassemblées ici émanent de chercheurs reconnus dans leurs pays pour leur spécialité scientifique et qui viennent de différents horizons universitaires, et mettent en œuvre dans leur travail différentes approches et méthodologies. Leur point commun dans les études présentées ici réside dans leur souci de rendre compte de la place et du rôle de la religion et de l’ethnicité dans les divers contextes géographiques, historiques et nationaux du Caucase.

3La plupart des chapitres traitant des renouveaux religieux consécutifs à la chute du régime soviétique offrent en filigrane des pistes de réflexion sur la profondeur et la pérennité de l’athéisme forcé et posent la question essentielle du renouveau religieux post-soviétique. Quel sera alors l’impact de la modernité sur les traditions liant les communautés locales ? Dans le débat, les auteurs fournissent en général d’abondantes références historiques éclairant les questions actuelles.

4La majorité des chapitres sont ainsi consacrés au Sud Caucase, c’est-à-dire au sud de la chaîne montagneuse. Là dans des environnements géographiques différenciés de larges plaines et piémonts ont émergé de grandes nations, du moins par opposition aux réalités du Nord Caucase, et que sont les Géorgiens, les Arméniens et les Azéris. Cette partie du Caucase se situe à la périphérie du Moyen-Orient dominé par l’islam, malgré un nombre relativement important de chrétiens notamment géorgiens et arméniens. Dans l’histoire moderne, le Sud Caucase est considéré comme une tête de pont de l’islam, bien que le christianisme se soit répandu ici bien avant la religion de Mahomet.

5D’un point de vue historique, la religion cimente les identités locales, même si la religiosité n’a pas survécu partout avec la même force sous le régime soviétique.

6Dans une composition à quatre mains, intitulée Le renouveau islamique en Géorgie post-soviétique, les deux éditeurs, Bayram Balcı et Raoul Motika, traitent de la minorité chiite azérie installée au cœur de la république géorgienne très massivement chrétienne ainsi que dans la province traditionnellement musulmane d’Adjarie. Les découvertes des deux auteurs provenant d’interviews de première main et d’enquêtes de terrain sont une remarquable source d’informations, comblant nos lacunes sur la question.

7La contribution fleuve de Hratch Tchilingirian, auteur de nombreux travaux sur le christianisme arménien, porte un titre non seulement intrigant mais aussi volontairement provocateur pour certains lecteurs In Search of Relevance. Church and Religion in Armenia since Independence. L’auteur y observe l’Arménie post-soviétique du point de vue de la relation entre religion chrétienne et identité nationale. L’Eglise est mère de la nation et tout Arménien ou presque se doit de se définir comme Chrétien, même si relativement peu d’entre eux font preuve d’une grande ferveur religieuse. Cette dernière est d’ailleurs incomparablement plus forte au sein de la Diaspora arménienne que dans la petite république caucasienne. Le mouvement d’indépendance qui est né du conflit ethno-territorial du Nagorno Karabagh avec son voisin historiquement musulman, fut plus mené, selon l’auteur, par des motivations nationales que religieuses. Un autre chapitre étudie Les Yézidis du Caucase du sud, une communauté religieuse face à ses incertitudes. L’auteur Lucine Brutti-Japharova y traite de la minorité religieuse et ethniquement kurde des Yézidis, qui se trouve être dispersée entre l’Arménie et la Géorgie et reçoit, comme elle le souligne fort à propos, différents traitements selon les régions. Dans la Géorgie actuelle, ils sont ainsi soumis à une pression assimilatrice forte, alors que les Arméniens se montrent plus tolérants. Le principal défi lancé à la communauté yézidie est celui de l’exil nécessaire pour sauver leur foi ou de leur permanence dans la région dans le repli sur soi sous protection extérieure.

8Deux autres chapitres sont consacrés au très complexe et vigoureusement musulman Daghestan. L’un par Vladimir Bobrovnikov, The "Islamic Revival” in a Daghestani Collective Farm. Local Traditions and Global Influences, affirme la coexistence du soufisme avec le régime soviétique au niveau local d’une communauté kolkhozienne de montagne et montre comment l’introduction du wahhabisme étranger a rompu l’équilibre. L’autre de Michael Kemper, Adat versus Shariʻat, décrit la question des deux systèmes juridiques musulmans, l’un shariatique, l’autre coutumier, telle que la recherche russe de la fin du XIXe siècle l’a abordée pour déterminer lequel de ces deux systèmes devait servir le mieux les ambitions tsaristes dans un contexte tendu où la Shariʻat cimentait alors l’unité des peuples montagnards sous le commandement de l’imam Chamyl. Deux autres auteurs étudient des communautés non musulmanes. T.V. Dmitriev dans Les Juifs des montagnes. Un groupe ethnique et confessionel stable, aborde l’épineuse question de la judéité de cette communauté montagnarde que les historiens lient au royaume turko-khazar. La majeure partie d’entre eux, longtemps dispersée à travers la région, vit aujourd’hui rassemblée au nord-est de l’Azerbaïdjan, et notamment dans la ville de Guba, jusqu’au Sud du Daghestan. L’auteur souligne comment leur rôle historique d’intermédiaire entre les groupes sociaux, économiques et culturels établis entre la montagne et la vallée fut est demeure un facteur de relative stabilité du groupe à travers le temps.

9Enfin, toutes ces contributions à la connaissance scientifique sur cette région, qui émerge sur la scène internationale, constituent un corpus d’informations remarquable pour tout lecteur étudiant le Caucase et son réseau complexe de questions multiethniques, religieuses et sectaires.

Auteur

Université de Monmouth

© Institut français d’études anatoliennes, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable