Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie

 | 
Elif Aksaz

Conclusion

Texte intégral

1L’examen du développement des travaux de recherche sur l’émigration turque en France et en Turquie met en évidence l’influence des interrogations publiques, différemment formulées dans les sociétés d’immigration et d’émigration, sur les sciences sociales. Pour cette raison, en France comme en Turquie, il demeure encore des impensés, de nombreuses zones inexplorées dans l’étude de l’univers social des émigrés.

  • 266 Et il en va ainsi, comme Abdelmalek Sayad (1986) l’a montré, pour la société d’émigration algérienn (...)

2Les recherches sur l’immigration turque en France ont adopté une perspective sur l’émigration turque dépendante du cadre national de la France, avec une interrogation centrée sur l’intégration des populations turques à la société française. L’intégration des populations immigrées turques à la société française est une interrogation publique par excellence, n’ayant de sens que quand elle est rapportée aux élaborations collectives de cette société. Cette interrogation publique n’a aucun sens quand elle est rapportée aux élaborations collectives de la société de départ. Nombre de « problèmes » définis comme tels par et dans la société d’immigration française ne sont pas définis comme tels, on l’a vu, par la société d’émigration turque266. Certaines caractéristiques sont au contraire définies comme des ressources ou un avantage ; en un mot, ce sont des conséquences « naturelles » – prévues, attendues, escomptées, espérées, légitimes – de l’émigration. Les divergences de vue sont présentes à tous les niveaux dans les analyses qui sont produites « ici » et « là-bas », sur l’immigration et sur l’émigration. Si l’on rapproche les recherches qui sont produites « ici » et « là-bas », on prend conscience de la double définition (ou d’une définition dissymétrique) de ce qu’est un problème et ce qui ne l’est pas, dans l’analyse de l’univers des émigrés. Les deux types d’analyses, françaises et turques, ont le même type de biais : un point de vue national qui inspire les questionnements ; chacune laisse voir ce que dissimule l’autre.

  • 267 Herbert Blumer, 2004 (1971).

3Il existe ainsi un socle commun aux deux orientations qui se partagent l’étude de l’univers des immigrés turcs en France. Les recherches sur l’immigration turque en France ont ignoré la nature publique des problèmes étudiés et contribué à ce que le « problème turc en France » poursuive ce que Herbert Blumer aurait appelé sa « carrière »267. Les premiers spécialistes de l’immigration turque en France ont joué un rôle déterminant dans l’évolution de ce « problème » (i.e. en contribuant à la reconnaissance publique de « difficultés d’intégration » des populations immigrées turques à la société française). Les thèses récentes ont permis à ce problème public de franchir une nouvelle étape dans sa « carrière », celle de la controverse. Les recherches récentes ont effectivement discuté les « problèmes » que les premiers spécialistes avaient signalés. Un débat qui porte sur l’intégration des populations turques à la société française, est un débat moral inspiré par un point de vue national.

  • 268 Voir Alejandro Portes (éd.) 1995 ; Alejandro Portes 1997 ; 1998 ; et A. Portes et al., 1999. Le con (...)
  • 269 Pour l’Europe, voir Thomas Faist, 1998 ; 2000 ; Steven Vertovec, 2001 ; Steven Vertovec et Robin Co (...)
  • 270 La revue Hommes et Migrations fournit un bon exemple de ce changement d’orientation dans l’étude de (...)

4Le « transnationalisme » est souvent décrit comme une approche nouvelle, alternative dans l’étude des émigrations d’un pays vers l’autre (i.e. les émigrations inter-nationales). Il en va ainsi parce que, selon la perspective de l’intégration, les liens maintenus par les émigrés avec le pays d’origine sont perçus négativement, comme un « problème », un obstacle, un frein devant une intégration à venir des populations immigrées aux sociétés d’arrivée, et qui finiront par s’affaiblir progressivement pour enfin disparaître dans le temps. Les recherches sur le « transnationalisme » se proposent de (re)considérer ces liens. Depuis le milieu des années 1990, en France et plus généralement en Europe, des analyses prétendent ainsi porter un nouveau regard sur les faits migratoires, en empruntant des concepts aux travaux de recherche pionniers d’Alejandro Portes et de ses associés268. Dont la notion de transmigrant : acteur investi dans des activités transfrontalières inscrites dans des espaces sociaux transnationaux, capable de mobiliser ces liens transnationaux comme une ressource économique, sociale, symbolique, et d’en tirer des bénéfices « ici » et « là-bas », dans les pays d’immigration et d’émigration269. À l’image des Salvadoriens, Dominicains, Colombiens, Mexicains… aux États-Unis, les Marocains, les Chinois, les Sénégalais…, en France, en Allemagne, en Belgique, en Espagne…, sont décrits dans ces recherches comme les enfants d’un nouveau monde sans frontières, marqué par la « connectivité », et dans lequel ils sont capables de vivre et d’agir dans plusieurs sociétés à la fois270.

  • 271 Voir l’ouvrage collectif intitulé Turcs d’Europe et… d’ailleurs, paru en 1995 sous la direction de (...)
  • 272 « Les Turcs d’Europe », « les Euro-Turcs ». Cf. Nermin Abadan-Unat, 2002; 2007; Ayhan Kaya, 2000; 2 (...)

5Les recherches sur l’émigration turque s’inscrivent dans cette tendance générale des sciences sociales. Depuis le milieu des années 1990, les populations turques en France ne sont pas seulement considérées dans les recherches françaises comme une « exception » à la règle de l’assimilation à la société française (notamment par leurs pratiques conjugales). Elles sont aussi considérées comme des populations faisant partie d’un grand ensemble démographique, une « nouvelle minorité transnationale », « les Turcs d’Europe », refusant d’adopter les « normes culturelles européennes ». Ainsi, l’émigration turque n’est plus considérée dans les recherches françaises comme un « problème (public) français » (ou une « exception » à la règle de l’assimilation à la société française), mais comme un « problème (public) européen »271. Parallèlement, depuis la fin des années 1990, les recherches sur l’émigration turque connaissent un nouvel élan en Turquie. Les chercheurs turcs, comme leurs homologues en Europe, mettent en avant les liens transnationaux des populations turques résidant dans différents pays européens, qu’ils considèrent comme des populations homogènes et spécifiques (Avrupa Türkleri, Euro-Türkler, etc.)272.

  • 273 Adrian Favell, 2003.
  • 274 Jonathan Friedman, 2000.
  • 275 Roger Waldinger et David Fitzgerald, 2004.
  • 276 Roger Waldinger, 2006 (en référence à l’ouvrage de William I. Thomas et de Florian W. Znaniecki, Th (...)
  • 277 Nina Glick-Schiller, 1999; Luis E. Guarnizo 2001; Peggy Lewitt, 2001; Robert C. Smith, 2001; 2003. (...)
  • 278 Ewa Morawska, 2001; Roger Waldinger, ibid..; Roger Waldinger et David Fitzgerald, 2004.

6Des critiques ont été formulées sur cette perspective, aux États-Unis notamment. Par exemple, les transactions et réseaux sociaux héroïques décrits par les sociologues du transnationalisme seraient discutables parce qu’à l’heure actuelle le poids de la spéculation théorique dans ce domaine excéderait les preuves empiriques273. Ces discours transnationaux relèveraient davantage d’une idéologie que d’une découverte scientifique274. Une critique semble fondamentale : les connexions entre les points d’origine et de destination forment un aspect omniprésent dans les migrations275 : affirmer que les émigrés – immigrés, migrants, transmigrants – n’ont pas coupé les liens matériels, politiques, sociaux avec les pays d’origine, n’est pas une grande découverte : Thomas l’écrivait déjà en 1918276. Certains avancent, en relation aux progrès techniques notamment, que le présent est différent du passé, et que le concept (transnational) permet un nouveau travail analytique277. D’autres affirment que rien n’est jamais semblable d’une période à une autre, et que la contribution des recherches réalisées par les sociologues du transnationalisme à l’étude de l’immigration, se résume à une « dé-historicisation » du présent278.

  • 279 Nermin Abadan-Unat, 2002 ; 2007 ; Ayhan Kaya, 2000 ; 2001 ; 2008 ; Ayhan Kaya et Ferhat Kentel, 200 (...)
  • 280 « Dans le cas de l’immigration turque, par exemple, les 4 millions de personnes dispersées partout (...)
  • 281 « Le constat est identique dans toute l’Europe ; il y a accélération du rythme de la demande de nat (...)
  • 282 Les biais nationaux des travaux de recherche en sciences sociales réalisés sur les émigrations inte (...)

7L’exemple de l’émigration turque confirme que ce qui relève de l’ordre de la nouveauté, n’est pas l’existence des liens entretenus par les émigrés turcs entre « ici » et « là-bas ». C’est parce que ces liens – les allers-retours en vacances, les envois d’argent au pays, les investissements immobiliers et les mariages avec les conjoints en Turquie, etc. – étaient connus par les sciences sociales françaises et que celles-ci ont développé un scepticisme à propos d’une intégration à venir de ces populations à la société française et de leur loyauté envers celle-ci. Ces liens n’étaient pas non plus ignorés par les sciences sociales turques. Ce qui semble être nouveau dans le contexte récent des années 1995-2000, c’est plutôt la prise de conscience par les sciences sociales qu’il existe un autre point de vue (national) sur le phénomène migratoire que celui de la société d’arrivée ou de la société de départ. En Turquie, des critiques sont avancées par les chercheurs qui étudient l’émigration turque en Europe, à propos des notions et des modèles d’intégration, de citoyenneté, etc. Ces chercheurs affirment que les « Euro-Turcs » ne sont plus les émigrés de la période antérieure, qui souhaitent retourner vivre en Turquie. Ce sont des citoyens « transnationaux », qui souhaitent rester vivre en Europe, devenir citoyens européens, et jouir de leurs droits de citoyenneté ; qui souhaitent également maintenir des liens économiques, culturels, politiques avec la Turquie, manifester leur loyauté envers la société turque, et jouer un rôle dans le processus de l’adhésion de la Turquie dans l’Union européenne279. En France, Riva Kastoryano s’alarme du « nationalisme transnational » des immigrés turcs en Europe. Elle y voit « une nouvelle étape – historique – du nationalisme »280. Stéphane de Tapia signale de son côté, le doute qui porte (sans préciser chez qui) sur une « intégration sincère » des Turcs en Europe, alors qu’ils demandent de plus en plus à être naturalisés français ou autre281. Une nouvelle époque pour les migrants – des citoyens d’ici et de là-bas –, si l’on veut, le « transnationalisme des migrants » n’ouvre pas clairement en revanche une nouvelle époque pour les sciences sociales en Turquie et en France, qui n’abandonnent pas leur point de vue national sur l’émigration turque282.

Notes

266 Et il en va ainsi, comme Abdelmalek Sayad (1986) l’a montré, pour la société d’émigration algérienne : les « problèmes » de l’émigration algérienne sont définis dissymétriquement par l’État algérien et par l’État français.

267 Herbert Blumer, 2004 (1971).

268 Voir Alejandro Portes (éd.) 1995 ; Alejandro Portes 1997 ; 1998 ; et A. Portes et al., 1999. Le concept de « transnationalisme » (ou immigrant transnationalism) est entré dans la littérature à travers les travaux d’un groupe d’anthropologues qui ont avancé l’émergence des espaces sociaux particuliers reliant les pays de départ et d’arrivé, qui étaient coupés l’un de l’autre dans le passé : « Nous définissons le “transnationalisme” comme l’ensemble des processus par lesquels les immigrés tissent et entretiennent des relations sociales de nature multiple reliant leurs sociétés d’origine et d’accueil. Nous appelons ces processus transnationalisme pour insister sur le fait que, de nos jours, beaucoup d’immigrés construisent des espaces sociaux qui traversent les frontières géographiques, culturelles et politiques. Un élément essentiel en est la multiplicité des activités auxquelles s’adonnent les immigrés à la fois dans leurs sociétés d’origine et d’accueil. », Nina Glick-Schiller, Linda Basch et Cristina Blanc-Szanton, 1994 : 6 (cité par Alejandro Portes, 1999 : 16). Pour quelques exemples à ce type de recherches réalisées aux États-Unis, voir Nina Glick-Schiller et al., 1992 ; 1995 ; Michael Peter Smith et Luis Eduardo Guarnizo, 1998 ; Portes et al., 1999 ; 2002 ; 2003 ; 2007 ; et Peggy Levitt et al., 2003 ; ainsi que l’ouvrage de Peggy Levitt, The Transnational Villagers (2001), mentionné comme un des meilleurs travaux de recherche empiriques ayant été réalisés dans ce domaine. De nombreux exemples aux recherches sur le transnationalisme sont disponibles dans la revue International Migration Review, notamment les numéros postérieurs à la fin des années 1990.

269 Pour l’Europe, voir Thomas Faist, 1998 ; 2000 ; Steven Vertovec, 2001 ; Steven Vertovec et Robin Cohen (éds.), 1999 ; Alain Tarrius, 1992 ; 2000 ; 2001 ; 2002 ; Michel Péraldi, 1999 ; (éd.) 2001 ; et Emmanuel Ma Mung, 1996 ; 1999, ainsi que Dominique Schnapper, 2001. Une partie de ces recherches évoquent aussi le cas des populations turques en France ou dans d’autres pays en Europe.

270 La revue Hommes et Migrations fournit un bon exemple de ce changement d’orientation dans l’étude de l’immigration en France. Jusqu’à la fin des années 1990, les articles de la revue ont pour thème central « l’intégration » des populations immigrées à la société française : généralement, chaque article qui étudie une population immigrée, signale celle-ci comme un cas particulièrement problématique, les auteurs évoquent par exemple « le problème marocain », « le problème turc », « le problème chinois », « le problème sénégalais », etc., en France. Depuis la fin des années 1990, les articles ont tendance à mettre en avant les liens « transnationaux » des populations immigrées (les liens que ceux-ci entretiennent avec les pays d’origine) et chaque article tient la population immigrée qui fait l’objet de l’étude comme un exemple à succès d’une communauté transnationale (voir par exemple le numéro 1237 de la revue, qui porte sur les « Diasporas caribéennes », 2002 ; et le numéro 1239, intitulé « Africains, citoyens d’ici et de là-bas », 2002 ; ainsi que les numéros qui suivent. Le numéro qui marque le début de cette tendance, semble être celui consacré aux répercussions économiques de l’immigration dans les pays d’origines : « Migrants et solidarités nord-sud », n° 1214, 1998). La revue Hommes et Migrations n’est évidemment pas un cas isolé. Voir le numéro 33-34 de la revue Cultures et Conflits, intitulé : « Les Anonymes de la mondialisation » (1999) ; et le vol. 24, n° 2, de la Revue Européenne des Migrations Internationales, consacré aux « Pratiques transnationales, mobilité et territorialités » (2008). Pour des recherches anglophones similaires en Europe, voir les numéros de Journal of Ethnic and Migration Studies postérieurs à 1998.

271 Voir l’ouvrage collectif intitulé Turcs d’Europe et… d’ailleurs, paru en 1995 sous la direction de Stéphane de Tapia, ainsi que Stéphane de Tapia, 1995 c ; 1996 a ; 2005 ; 2007 b et Riva Kastoryano, 2006.

272 « Les Turcs d’Europe », « les Euro-Turcs ». Cf. Nermin Abadan-Unat, 2002; 2007; Ayhan Kaya, 2000; 2001; 2008; Ayhan Kaya et Ferhat Kentel, 2005 a; 2005 b; 2007; 2008.

273 Adrian Favell, 2003.

274 Jonathan Friedman, 2000.

275 Roger Waldinger et David Fitzgerald, 2004.

276 Roger Waldinger, 2006 (en référence à l’ouvrage de William I. Thomas et de Florian W. Znaniecki, The Polish Peasant in Europe and America…).

277 Nina Glick-Schiller, 1999; Luis E. Guarnizo 2001; Peggy Lewitt, 2001; Robert C. Smith, 2001; 2003. Cités par Roger Waldinger, 2006

278 Ewa Morawska, 2001; Roger Waldinger, ibid..; Roger Waldinger et David Fitzgerald, 2004.

279 Nermin Abadan-Unat, 2002 ; 2007 ; Ayhan Kaya, 2000 ; 2001 ; 2008 ; Ayhan Kaya et Ferhat Kentel, 2005 a ; 2005 b ; 2007 ; 2008.

280 « Dans le cas de l’immigration turque, par exemple, les 4 millions de personnes dispersées partout en Europe constituent, aux yeux de la classe politique et des médias turcs, une nouvelle catégorie qu’ils appellent “les Turcs de l’étranger”. L’objectif d’Ankara est d’assurer l’attachement des populations émigrées à l’idéologie nationale exprimée par la rhétorique kémaliste – une allégeance perpétuelle liée à un islam laïcisé et à une nation unifiée et soumise au contrôle de l’État. Cela revient à maintenir l’idée d’une citoyenneté turque. Il s’agit là d’une citoyenneté extra-territoriale, une façon de maintenir le lien entre citoyenneté et nation, une citoyenneté liée à la nation d’origine ou, inversement, la nation liée à la citoyenneté – même extra-territoriale. Dans les deux cas, il s’agit d’une appartenance déterritorialisée. Cet attachement devient une ressource importante pour négocier la place de la Turquie auprès de l’Union européenne, voire dans le système international. », Riva Kastoryano, 2006 : 534.

281 « Le constat est identique dans toute l’Europe ; il y a accélération du rythme de la demande de naturalisation et les “Turcs” sont de plus en plus souvent des nationaux des pays de résidence. Aussi bien le gouvernement que les partis conservateurs (MHP, AKP) y poussent même leurs adhérents. Ce qui se joue là est complexe : intégration sincère et sédentarisation définitive d’une immigration récente, récupération d’un droit de libre circulation dans et autour de l’espace Schengen (ce que l’Union européenne a refusé malgré les accords d’Ankara en 1963), méfiance envers des Européens réticents à l’adhésion de la Turquie à l’UE et construction d’un lobby turc en Europe ? De fait, subsistent des incompréhensions profondes sur la double ou la bi-nationalité, les Turcs tenant à la fois à leur personnalité propre et aux droits acquis par leur présence et leur travail en Europe. », Stéphane de Tapia, 2007 b : 34, 35.

282 Les biais nationaux des travaux de recherche en sciences sociales réalisés sur les émigrations internationales, ont également été relevés par Andreas Wimmer et Nina Glick-Schiller (2002).

© Institut français d’études anatoliennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable