Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie

 | 
Elif Aksaz

Deuxième partie : Les sciences sociales turques et l’émigration

3. L’ouverture d’un débat à partir des années 1970 et l’évolution de ce débat

Texte intégral

a) Les « coûts » et les « profits » économiques et sociaux de l’émigration

1Les années 1970, marquées par la suspension des politiques d’accueil de travailleurs immigrés en Europe, correspondent à une nouvelle phase de l’évolution du problème public de l’émigration vers l’Europe en Turquie. Les travaux de recherche en sciences sociales turques dressent un bilan des « coûts » et des « profits » de l’émigration, avant et après les départs.

  • 221 Nermin Abadan-Unat et al., 1976. Pour les analyses critiques sur les coopératives villageoises, voi (...)
  • 222 Cette situation – de quasi-trahison – est fréquemment mise en avant dans les travaux de recherche s (...)
  • 223 Pour les analyses critiques sur les transferts des devises, les investissements des émigrés, et les (...)

2La recherche réalisée à Boğazlıyan suggère que les coopératives villageoises ont été un fiasco221. La mise en place de ces coopératives a plutôt servi aux émigrés de canal d’émigration vers l’Europe, et non à leur objectif initial, le développement économique des zones rurales. Une fois arrivés en Europe, les émigrés n’envoyaient pas d’argent aux coopératives222. Par ailleurs, en dépit des transferts d’argent notables (en 1964 : environ 8 millions de dollars, en 1972 : 740 millions de dollars, et en 1974 : 1 milliard 400 millions de dollars), l’industrie turque n’a pas non plus bénéficié du développement économique et industriel escompté. L’argent provenant des pays étrangers a allégé le déficit de commerce extérieur, stimulé la consommation, mais il n’a que peu contribué à l’investissement productif. Les investissements productifs, quand il y en a eu, n’ont pas eu de débouchés significatifs : mauvais choix d’implantation, mauvaises compétences en termes de management, les sociétés anonymes fondées en Turquie par les émigrés (sociétés d’ouvriers) ont connu une réussite mitigée223.

  • 224 Nermin Abadan-Unat et al., 1976.
  • 225 Nermin Abadan-Unat, 1971. Il s’agit du licenciement de 70 000 ouvriers turcs en Allemagne entre 196 (...)
  • 226 Abadan-Unat, 1974. Nermin Abadan-Unat et al., 1976. Voir également Ali S. Gitmez et Ahmet H. Akder (...)

3Il semble par ailleurs que ceux qui sont partis ne sont pas décidés à revenir au pays. Le système de « rotation », les contrats d’un an, expérimenté pendant l’année qui a suivi la signature des accords avec l’Allemagne, semble avoir été un échec ; ces contrats n’ont jamais été respectés, les ouvriers ne sont jamais revenus en Turquie224. Même quand ils ont été licenciés des usines allemandes, plutôt que de rentrer, la plupart des émigrés sont allés travailler dans d’autres pays européens où sont installés leurs compatriotes (hemşehri)225. Ceux qui sont revenus d’Europe, quand il y a eu retour, sont peu nombreux à avoir acquis un savoir-faire et le savoir-faire qu’ils ont acquis en Europe n’est pas toujours celui dont la Turquie avait besoin226.

  • 227 Voir la littérature critique, intitulée « émigration de main-d’œuvre - émigration de cerveaux », da (...)
  • 228 Nermin Abadan-Unat, 1964. Cité par Nermin Abadan-Unat, 2002 : 98, 99.
  • 229 Nermin Abadan-Unat et al., 1976. Abadan-Unat, 1974.
  • 230 Sur la base des entretiens effectués avec les émigrés retournés définitivement à Boğazlıyan, Nermin (...)

4Enfin « une perte » (ou, pour dire justement, « une fuite ») de la main-d’œuvre qualifiée est signalée pour la société turque227. Une partie non négligeable des émigrés turcs en Allemagne étudiés par Abadan-Unat228, aurait renoncé à un statut professionnel en Turquie, socialement plus prestigieux, tels que, instituteur, vendeur, comptable ; ils ont préféré émigrer en Allemagne et devenir des ouvriers. Entre 1964-1973, environ neuf mille instituteurs turcs seraient ainsi partis en Europe pour travailler dans l’industrie, en dissimulant leur ancien métier229. Il y a enfin le cas des « touristes », qui sont en réalité partis pour travailler en Europe230.

  • 231 Nermin Abadan-Unat, 1972 b ; 1974. Voir également Abadan-Unat, 2002 : 59. Ce constat est partagé pa (...)

5Les analyses témoignent d’un scepticisme vis-à-vis de l’émigration turque vers l’Europe : les ambitions personnelles des émigrés l’auraient emporté sur leur conscience nationale ; les coûts de l’émigration pour la nation l’auraient emporté sur les profits. Une critique porte aussi sur l’usage que les émigrés font de l’argent gagné dans l’immigration. Ceux-ci préfèrent investir dans des secteurs comme le foncier, l’immobilier, le commerce, l’hôtellerie, la restauration, les transports, plutôt que dans l’industrie231. Une critique porte également sur l’argent que les émigrés gagnent dans les pays d’immigration, dont la société turque ne tire pas, ou pas suffisamment un profit : 

  • 232 Nermin Abadan-Unat, 1974 : 386. Le terme “almanyacı” (ou “almancı” et “alamancı”), issu du langage (...)

The basic motivation thus remains the prospects of higher earnings, and money tends to become an end in itself. […] Finally 29,7% wanted to acquire further technical knowledge or to learn about the world. This is the major motivation for two thirds of the workers can be summarized as a clear-cut, or vaguely defined, desire for accumulation of money and material goods., Nermin Abadan-Unat232.

  • 233 Nermin Abadan, 1964) ; Neda Armaner, 1982 ; Mevlide Birsun, 1982 ; Mehmet Gençosman, 1982 ; İlhan G (...)

6On voit que nombre de problèmes qui sont définis dans et par la société française à propos de l’immigration turque ne sont pas définis comme tels par la société de départ. Bien au contraire : l’émigration vers l’Europe des « concitoyens » ruraux, en particulier les gens de la montagne et des zones forestières, chômeurs et/ou peu qualifiés, est constituée en ressource pour la société turque. Partir en Europe pour y accumuler de l’argent, transférer cet argent au pays, et enfin revenir en Turquie, ce sont les raisons légitimes de l’émigration. La double définition des problèmes publics « ici » et « là-bas » – autrement dit la définition dissymétrique de ce qu’est un problème selon la société d’immigration et la société d’émigration – concerne aussi les pratiques socioculturelles. Dans les travaux de recherche sur l’émigration turque, parmi « les problèmes de l’émigration turque à l’extérieur », figure la question du maintien des liens avec la patrie, la conservation des valeurs culturelles et des bonnes mœurs, la pratique de la religion dans les pays étrangers, l’avenir des enfants turcs dont l’éducation s’effectue loin du pays d’origine, le risque pour les émigrés et leurs enfants d’être « fondus culturellement » (kültürel erime, i.e. d’être assimilés) dans la culture des sociétés d’immigration et d’être manipulés par les propagandes communiste et chrétienne, etc.233

  • 234 Ali. S. Gitmez, 1981 a ; 1981 b ; 1983 ; et 1984 ; Orhan Türkdoğan, 1973 ; İbrahim Yasa, 1979 a ; 1 (...)
  • 235 Nermin Abadan-Unat, 1984 ; Mehmet Baytimur, 1978 ; Doğu Ergil, 1982 ; Sema Köksal, 1986 et Orhan Tü (...)
  • 236 Nermin Abadan-Unat, 1977 ; 1979 ; 1984 ; 1985 ; Sabri Kumbaraoğlu, 1979 ; et Orhan Türkdoğan, 1982.

7En effet, les « coûts » et les « profits » de l’émigration sont d’ordre économique et d’ordre social en même temps. Des recherches ont étudié les caractéristiques sociodémographiques des émigres ainsi que leurs perspectives d’épargne et leurs investissements ; elles ont étudié également si et dans quelle mesure les émigrés, revenus ou susceptibles de revenir en Turquie pourraient contribuer « au changement social » et à la « modernisation » de la société turque, notamment des zones rurales d’émigration, du fait qu’ils sont entrés en contact avec la « culture occidentale »234. Dans les réflexions menées sur les « problèmes sociaux, identitaires, culturels et psychologiques » des émigrés et de leurs enfants (problèmes dont les sociétés d’immigration et leurs institutions sont parfois tenues pour responsables) – la ghettoïsation et la xénophobie235 –, les réflexions sur la contribution de l’émigration au développement économique de la Turquie ne sont pas écartées. Par exemple les recherches qui étudient l’émancipation ou la « pseudo-émancipation » des femmes émigrées, l’identité ou la « crise d’identité » des émigrés et de leurs enfants, et les « problèmes de scolarisation » des enfants d’émigrés, étudient également les salaires perçus par les femmes émigrées dans les pays d’immigration, leur pouvoir de décision concernant la dépense du budget familial, leurs tendances d’épargne et d’investissements économiques, les perspectives de mobilité socio-professionnelle des enfants turcs, l’équivalence et la reconnaissance de leurs diplômes en Turquie, leur recrutement par des entreprises turques, notamment les compagnies aériennes turques internationales, etc.236

b) Les « coûts » et les « profits » politiques de l’émigration

  • 237 Nermin Abadan-Unat, 2002.
  • 238 Nermin Abadan-Unat, 2007 : 17, 18.

8Dans son dernier ouvrage, Abadan-Unat (2002, op. cit.) annonce une nouvelle problématique pour l’étude de l’émigration turque en Europe dans le contexte d’un nouveau monde globalisé : « le transnationalisme » et « la citoyenneté transnationale ». L’auteur fait référence aux travaux d’Alejandro Portes, de Thomas Faist, ainsi qu’aux travaux de Saskia Sassen, avec qui elle affirme avoir des contacts. Elle formule à plusieurs reprises ses remords et ses critiques à l’égard des « universités turques » qui n’ont pas porté intérêt à la présence turque en Europe237 ; critique reprise ailleurs dans un article d'un ouvrage collectif, où elle leur reproche plus précisément d’être « demeurées comme des spectateurs devant le processus d’une genèse des citoyens transnationaux »238.

  • 239 Ayhan Kaya, 2002.
  • 240 Nermin Abadan-Unat, 2007 : 21.
  • 241 En 2007, Ayhan Kaya et Ferhat Kentel publient une recherche similaire, réalisée à la demande de la (...)

9L’ouvrage attire l’attention sur le fort attachement des populations turques en Europe à l’identité turque, sur des activités entrepreneuriales dites « ethniques » et sur des formes d’organisation collective de ces populations : associations culturelles et religieuses, organisations islamiques fédérations alévies, organisations kurdes. Abadan-Unat s’appuie sur les travaux de recherche sur l’immigration turque réalisés dans différents pays européens, notamment ceux de R. Kastoryano, S. Köksal, A. Gitmez, etc., et fait souvent référence à un ouvrage d’Ayhan Kaya, qui porte sur la multi-culturalité des jeunes Turcs en Allemagne239. Abadan-Unat développe sur cette base une réflexion théorique autour du rôle que les émigrés turcs en Europe (“Euro-Türkler”, les Euro-Turcs ou “Avrupa-Türkleri”, les Turcs d’Europe), seraient susceptibles de jouer dans la politique intérieure de la Turquie et dans ses relations politiques internationales, notamment à propos de l’adhésion à l’Union européenne. Un processus dans lequel, affirme Abadan-Unat, les « Euro-Turcs » souhaitent jouer un rôle actif240. Après la parution de l’ouvrage d’Abadan-Unat en 2002, Ayhan Kaya publie dans la même série (“Göç”) en 2005, avec Ferhat Kentel, les résultats d’une recherche effectuée entre 2003 et 2004 : Euro-Türkler : Türkiye ile Avrupa Birliği Arasında Köprü mü? Engel mi? (publiés la même année en anglais par The Centre for European Policy Studies, Bruxelles: Euro-Turks: A Bridge or a Breach, Between Turkey and the European Union?). Il s’agit d’une recherche à la fois qualitative et quantitative, visant à cerner l’identité des émigrés turcs en Europe et leurs opinions sur l’Union européenne. L’analyse repose essentiellement en fait sur un traitement statistique des réponses aux questionnaires / entretiens, administrés auprès de quelques centaines d’immigrés turcs en France et en Allemagne par des étudiants turcs. Parmi les questions posées : vous sentez-vous plutôt turc, plutôt européen, d’abord turc puis européen, d’abord européen puis turc ? Que signifie pour vous l’Union européenne : une intégration économique, un projet démographique, un club chrétien, l’exploitation et l’impérialisme, etc. ?241

  • 242 Nermin Abadan-Unat, 2002 ; 2007.
  • 243 Ayhan Kaya, 2006 ; 2008.
  • 244 Nermin Abadan-Unat, 2002 : 306, 307.
  • 245 Thomas Faist, 2000. Cité par Nermin Abadan-Unat, ibid.
  • 246 Nermin Abadan-Unat, 2002 : 320.

10Ce nouveau contexte du transnationalisme se caractérise par une prise de conscience (ou une considération plus explicite) par les sciences sociales turques, du point de vue dissymétrique des sociétés européennes sur l’immigration. Dans ses travaux de recherche récents Abadan-Unat critique les modèles d’intégration français et allemand, les concepts de la citoyenneté et d’État-Nation qui ne reconnaissent pas le rôle actif que les immigrés peuvent jouer dans les territoires non nationaux242. Les émigrés (« les Euro-Turcs ») sont décrits comme des « citoyens transnationaux » qui luttent pour la préservation du patrimoine linguistique et culturel de leur pays d’origine, la Turquie, et qui revendiquent leur loyauté envers celle-ci. On trouve également dans les recherches d’Ayhan Kaya, qui a écrit à plusieurs occasions des analyses des émeutes des banlieues en France de 2005 et de l’inefficacité du modèle d’intégration français dont ces révoltes constitueraient une preuve, une critique de ce modèle qui, d’après lui, n’accorde pas de place à l’expression identitaire des immigrés. Ceux-ci auraient des identités métissées, et c’est pourquoi Kaya affirme vouloir désigner les émigrés turcs en Europe, comme des « Euro-Turcs »243. La question des mariages des Turcs en Europe avec les conjoints en Turquie, constitue un sujet qui n’est dans ces travaux qu’à peine abordé. Mais il n’est pas ignoré : on retrouve dans Abadan-Unat une critique de la mise en place par le gouvernement danois d’une politique de limitation des flux d’entrée qui découle de ces mariages : elle déplore que « même le droit de mariage des étrangers » soit l’objet de restrictions politiques dans les pays européens d’arrivée244. Abadan-Unat cite la recherche de Thomas Faist sur l’immigration turque en Allemagne245, pour soutenir que ces mariages contribuent à la dynamique économique dont font preuve les immigrés turcs en Europe (notamment en Allemagne), dans la mesure où les conjoints venant de Turquie fournissent une main-d’œuvre docile pour les entrepreneurs turcs qui exercent en Allemagne246.

  • 247 Nermin Abadan-Unat, ibid. : 223, 225 ; 2007 : 14, 16.
  • 248 Nermin Abadan-Unat, 2002: 212, 225; 2007: 14.
  • 249 Le Parti des travailleurs du Kurdistan, Partiya Karkerên Kurdistan, en kurde.
  • 250 Nermin Abadan-Unat, 2002 : 223.
  • 251 Les raisons pour lesquelles les sciences sociales turques n’ont pas produit d’analyses nombreuses s (...)

11La prise de conscience de « l’autre point de vue » se voit aussi dans les passages d’un registre à l’autre. Il n’est pas possible d’effectuer ce type de passage si une connaissance de la double définition des problèmes publics « ici » et « là-bas », n’est pas maîtrisée. Pour donner deux exemples : dans les travaux de recherche récents d’Abadan-Unat, si le maintien des liens des Turcs en Europe avec leur pays d’origine est généralement défendu et apprécié, il l’est moins quand il s’agit des organisations islamiques « transnationales » qui viseraient à « transformer l’État turc en un État fondé sur l’Islam » ; Abadan-Unat affirme alors que ces liens « transnationaux » constituent un « frein à l’intégration des Turcs en Allemagne »247. Un hommage est adressé par Abadan-Unat à une institution semi-publique en France, le FAS, pour le soutien financier qu’elle apporte aux associations socio-culturelles de gauche et laïque, destiné à faire contrepoids à la rapide montée des associations islamiques ; cette institution fait ainsi « un juste pas pour l’intégration » des Turcs en France248. Abadan-Unat souligne que l’« entrepreneuriat ethnique » est très développé chez les populations turques en Europe, et elle y trouve une preuve de dynamisme économique. Toutefois, d’après Abadan-Unat, c’est « une erreur fondamentale d’y voir un indicateur d’intégration » quand ce type d’activité économique vient financer des confréries (tarikat) religieuses et des organisations comme le PKK249 qui constituent une menace pour l’intégrité de la nation turque250. Ces analyses semblent se référer à un débat public médiatisé, qui a animé la société turque dans les années 1990 particulièrement, sur le soutien que les émigrés turcs en Europe seraient susceptibles d’apporter au mouvement séparatiste ou indépendantiste kurde (PKK) avec laquelle une lutte armée a été entamée en 1984, ainsi qu’aux mouvements ou aux confréries islamiques251.

Notes

221 Nermin Abadan-Unat et al., 1976. Pour les analyses critiques sur les coopératives villageoises, voir Nermin Abadan-Unat et Neşe Kemiksiz, 1986 : 328-334.

222 Cette situation – de quasi-trahison – est fréquemment mise en avant dans les travaux de recherche sur l’immigration turque en France (cf. Altan Gökalp, 1986 a ; Catherine Gökalp, 1973 – les auteurs ne citent pas leur source).

223 Pour les analyses critiques sur les transferts des devises, les investissements des émigrés, et les sociétés d’ouvriers, voir Nermin Abadan-Unat et Neşe Kemiksiz, 1986 : 248-337.

224 Nermin Abadan-Unat et al., 1976.

225 Nermin Abadan-Unat, 1971. Il s’agit du licenciement de 70 000 ouvriers turcs en Allemagne entre 1966-1967, chose qui fait que l’on s’est demandé dans les débats publics ouvertement, affirme Abadan-Unat (1976 : 55), si l’exportation de la main-d’œuvre nationale turque n’avait pas plutôt servi à l’industrie allemande, comme une réserve de main-d’œuvre, au lieu de former une main-d’œuvre qualifiée pour la Turquie (qui était pourtant la promesse de l’Allemagne).

226 Abadan-Unat, 1974. Nermin Abadan-Unat et al., 1976. Voir également Ali S. Gitmez et Ahmet H. Akder (1981) qui suggèrent que ceux qui sont revenus sont ceux qui étaient sans qualification en partant et qui n’ont pas acquis de qualification en Europe, étant donné que « l’Occident », i.e. les pays européens, ne souhaite pas laisser (re)partir les personnes qui ont acquis une qualification.

227 Voir la littérature critique, intitulée « émigration de main-d’œuvre - émigration de cerveaux », dans Nermin Abadan-Unat et Neşe Kemiksiz, 1986 : 63-85. Un sujet auquel des recherches universitaires ainsi que des mémoires de fin d’études sont consacrées à partir de 1971.

228 Nermin Abadan-Unat, 1964. Cité par Nermin Abadan-Unat, 2002 : 98, 99.

229 Nermin Abadan-Unat et al., 1976. Abadan-Unat, 1974.

230 Sur la base des entretiens effectués avec les émigrés retournés définitivement à Boğazlıyan, Nermin Abadan-Unat et al. (1976 : 193) relèvent que 42 % des départs qui ont eu lieu vers l’Europe à partir de 1968, se sont réalisés par des canaux illégaux, avec un visa de tourisme. Ces émigrés ont rejoint leurs parents ou des connaissances qui sont installés en Europe.

231 Nermin Abadan-Unat, 1972 b ; 1974. Voir également Abadan-Unat, 2002 : 59. Ce constat est partagé par les analyses développées dans les années 1970 et 1980 sur les investissements des émigrés. Voir Nermin Abadan-Unat et Neşe Kemiksiz, 1986 : 248-293 ; 334-338.

232 Nermin Abadan-Unat, 1974 : 386. Le terme “almanyacı” (ou “almancı” et “alamancı”), issu du langage populaire, convient sans doute mieux que le terme “gurbetçi” ou « nos “gurbetçi” », pour décrire la situation de l’émigré. Celui-ci est perçu comme celui qui, une fois arrivé en Europe, a failli à ses engagements (économiques et moraux) vis-à-vis de ceux qui sont restés en Turquie, et qui s’est donné comme objectif principal de réaliser des gains économiques pour lui-même, pour son profit personnel. Le terme apparaît, dès les années 1970, dans un roman de Adalet Ağaoğlu, Fikrimin İnce Gülü, mentionné plus haut (1976) – un roman que cite Abadan-Unat (2002) dans son ouvrage. Le personnage principal du roman, un ouvrier turc émigré en Allemagne, ne rêve que de retourner à son village natal avec sa Mercedes jaune achetée à l’usine où il est employé, et dont il est fier. Alors qu’il est presqu’arrivé à son village, à l’issue d’un long et pénible trajet, au cours duquel il a été confronté à l’hostilité de ceux qu’il a rencontré sur son chemin, il ne lui reste plus l’envie d’y arriver, car il ne reste que peu de chose de sa Mercedes démolie au cours du voyage. Cette démolition matérielle symbolise la démolition des rêves de l’émigré, ou la désillusion de l’émigration. L’émigré turc en Allemagne prend alors conscience de la réalité de l’émigration : l’abandon de son village, de sa famille, de sa bien-aimée… pour, au bout du compte, rester avec une voiture démolie, qui, même en bon état, ne lui a pas permis d’obtenir le respect attendu des gens en Turquie (cf. le mépris et l’hostilité des gens rencontrés au cours du trajet). Ce terme (“alamanci aile”/la famille “alamancı”) apparaît dans un article de İbrahim Yasa (1979 a) : le terme serait employé dans les zones rurales pour désigner les familles émigrées rentrées définitivement ou provisoirement d’Allemagne et qui, d’après Yasa, ont vécu une ascension sociale de par leur pouvoir d’achat qui s’est accru mais ont gardé des caractéristiques rurales.

233 Nermin Abadan, 1964) ; Neda Armaner, 1982 ; Mevlide Birsun, 1982 ; Mehmet Gençosman, 1982 ; İlhan Gülsün, 1976 ; Gülseren Günçe, 1976 ; Timuçin Gür, 1979 ; Özer Ozankaya, 1983 ; Korkut Tuna, 1975 ; 1981 ; Ö. Tuna, 1973 ; Orhan Türkdoğan, 1982 ; et Gündüz Vassaf, 1983.

234 Ali. S. Gitmez, 1981 a ; 1981 b ; 1983 ; et 1984 ; Orhan Türkdoğan, 1973 ; İbrahim Yasa, 1979 a ; 1979 b ; et İbrahim Yasa et Ömer Bozkurt, 1974.

235 Nermin Abadan-Unat, 1984 ; Mehmet Baytimur, 1978 ; Doğu Ergil, 1982 ; Sema Köksal, 1986 et Orhan Türkdoğan, 1982).

236 Nermin Abadan-Unat, 1977 ; 1979 ; 1984 ; 1985 ; Sabri Kumbaraoğlu, 1979 ; et Orhan Türkdoğan, 1982.

237 Nermin Abadan-Unat, 2002.

238 Nermin Abadan-Unat, 2007 : 17, 18.

239 Ayhan Kaya, 2002.

240 Nermin Abadan-Unat, 2007 : 21.

241 En 2007, Ayhan Kaya et Ferhat Kentel publient une recherche similaire, réalisée à la demande de la Fondation Roi Baudouin, auprès des populations turques en Belgique et qui s’intitule : Belgo-Turcs : un pont ou une brèche entre la Turquie et l’Union européenne ?

242 Nermin Abadan-Unat, 2002 ; 2007.

243 Ayhan Kaya, 2006 ; 2008.

244 Nermin Abadan-Unat, 2002 : 306, 307.

245 Thomas Faist, 2000. Cité par Nermin Abadan-Unat, ibid.

246 Nermin Abadan-Unat, 2002 : 320.

247 Nermin Abadan-Unat, ibid. : 223, 225 ; 2007 : 14, 16.

248 Nermin Abadan-Unat, 2002: 212, 225; 2007: 14.

249 Le Parti des travailleurs du Kurdistan, Partiya Karkerên Kurdistan, en kurde.

250 Nermin Abadan-Unat, 2002 : 223.

251 Les raisons pour lesquelles les sciences sociales turques n’ont pas produit d’analyses nombreuses sur ces sujets sont complexes (une recherche peut être mentionnée : Fulya Atacan, 1993 ; d’ailleurs citée par Nermin Abadan-Unat, ibid. – et c’est la seule recherche citée par Abadan-Unat dans son ouvrage, dont la source principale est la presse turque). Le départ des universitaires (l’expulsion de leur poste et parfois leur exil à l’étranger) après le coup d’État militaire mené en 1980, qualifié de « fasciste » dans les milieux intellectuels et de gauche, a-t-il entravé la production de recherches ? L’attention des sciences sociales turques, qui ont développé dans les années 1990 un nouvel intérêt pour l’étude des phénomènes d’immigration vers la Turquie, s’est-elle détournée de l’étude de l’émigration turque ? Le débat public constitué en Turquie dans les années 1990, où le mot d’ordre est la « survie de l’État-Nation » (Ulus-Devletin bekası) et la lutte contre les « ennemis de l’intérieur et de l’extérieur » (iç ve dış düşmanlar), ne convergeait-il pas avec le contexte des sciences sociales dans le monde, portées dans les années 1990 par les questions de la globalisation et du multiculturalisme ? Ou bien par une question de faisabilité : la difficulté pour les universitaires turcs de mener des enquêtes sur ces sujets ? En même temps, des ouvrages publiés en Europe sur l’émigration turque ont été traduits en turc dans les années 1990, écrits par des universitaires et des politiciens d’origine turque (fils d’émigrés) ainsi que par des militants émigrés de Turquie après le coup d’État militaire de 1980. Parmi ceux-là, des ouvrages encourageant les émigrés à acquérir la nationalité des pays européens dans lesquels ils sont installés, sans oublier ou renier leur origine ; des ouvrages signalant que les émigrés sont un atout, un avantage pour la politique extérieure de la Turquie, notamment pour l’adhésion de la Turquie à l’Union Européenne, etc. (Kadir Canatan, 1990 ; İbrahim Sevimli, 1993 ; Faruk Şen, 1994 ; et Cem Özdemir, 1999).

© Institut français d’études anatoliennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable