Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie

 | 
Elif Aksaz

Deuxième partie : Les sciences sociales turques et l’émigration

2. L’émergence et la reconnaissance sociale d’un problème public de l’émigration vers l’Europe au cours des années 1960

Texte intégral

a) Les deux étapes dans l’organisation de l’émigration turque vers l’Europe

  • 152 Nermin Abadan-Unat, 2002 (voir les pages 39-41).
  • 153 Nermin Abadan (1964 : 35) indique le nom de ces premiers émigrés (un groupe de douze personnes) et (...)

1Abadan-Unat distingue deux étapes dans l’organisation de l’émigration turque vers l’Europe. La première, antérieure à la signature des accords bilatéraux, est rarement mentionnée par les recherches sur l’immigration turque en France. Elle couvre les années 1950 et est décrite comme « l’émigration turque à travers des initiatives et intermédiaires privées »152. D’après Abadan-Unat, certains hommes d’affaire turcs, exerçant à Istanbul et dont les conjointes sont allemandes, ainsi que des membres de certaines professions libérales installés en Allemagne à cette période ont joué un rôle déterminant dans ce processus. Un projet proposant le recrutement de main-d’œuvre turque, en vue de la réalisation d’investissements en Allemagne, aurait été constitué et présenté au Ministère allemand des Affaires étrangères, par un institut rattaché à l’université de Kiel (”Institut für Weltwirtschaft“). À l’origine de celui-ci se trouve un professeur d’université, le Dr. Bade, contraint à la résidence en Turquie pendant la Seconde Guerre mondiale, et retourné à son poste à Kiel en 1956. Les premiers départs vers l’Allemagne sont ceux de stagiaires recrutés dans les écoles d’arts et métiers en Turquie153. Ces premiers émigrés sont « invités pour accroître leurs connaissances professionnelles ». En 1959, un institut présidé par un universitaire turc est fondé à Hambourg (« l’Institut de recherche des relations économiques turco-allemandes »). Des ouvriers qualifiés sont recrutés en Turquie, pour accomplir des emplois d’électriciens et de soudeurs dans le port de Hambourg. Un an et demi après sa fondation, cet institut ferme : l’Institut National pour l’Emploi et de Sécurité Sociale, dont relevaient le recrutement et le placement des ouvriers étrangers en Allemagne, refuse de partager son domaine d’intervention.

  • 154 Nermin Abadan-Unat, ibid. (voir les pages 41- 46).
  • 155 Il s’agit d’un organisme rattaché au Premier Ministère ou au Conseil de la Présidence (Başbakanlık) (...)
  • 156 Cette information complémentaire est fournie par Nermin Abadan-Unat dans un article antérieur (1972 (...)
  • 157 Signalons que cette constitution a été adoptée par un gouvernement militaire (Millî Birlik Komitesi (...)
  • 158 Nermin Abadan-Unat, 2002 : 43. Signalons que ce plan a été publié par DPT en janvier 1963 : Kalkınm (...)
  • 159 Nermin Abadan-Unat, 2002 : xx.

2Selon Abadan-Unat, l’émigration turque entre à partir de cette date dans le domaine de la gestion publique, et commence alors une seconde période de l’émigration turque qui se poursuit jusqu’à la suspension des politiques de recrutement de la main-d’œuvre étrangère dans les pays européens : celle des accords bilatéraux154. Après la fermeture de l’institut de Hambourg, l’échange des artisans entre la Turquie et l’Allemagne est délégué à une commission interministérielle, peu avant le coup d’État militaire en Turquie le 27 mai 1960. Un accord bilatéral est signé, le 30 septembre 1961, avec l’Allemagne Fédérale. Le même type de mesure est adopté à partir de 1964 avec d’autres pays européens. En effet, la pression exercée sur le marché du travail par une forte croissance démographique a conduit entre temps les autorités turques, notamment un organisme étatique récemment fondé, DPT155, à préparer l’exportation de la main-d’œuvre nationale qui ne peut pas être employée sur place (istihdam edilemeyen)156. Une nouvelle constitution instaurant la liberté de circulation des citoyens à l’étranger a été adoptée en 1961157, alors qu’un premier plan quinquennal national de développement (entre 1962-1967)158, prévoit « l’exportation du surplus de main-d’œuvre nationale vers les pays européens qui vivent une pénurie en matière de main-d’œuvre » (p. 456 dudit Plan, cité par Abadan-Unat)159.

  • 160 Nermin Abadan-Unat, ibid. : 43.
  • 161 Nermin Abadan-Unat, ibid. : xix.

3Les grandes lignes de ce programme montrent que l’émigration a été conçue comme un projet collectif, voire « un projet national », susceptible de développer l’industrie et l’économie du pays160. Le terme « l’ingénierie sociale » (toplum mühendisliği) est employé par Abadan-Unat pour décrire les activités planifiées par les autorités turques dans le cadre de ce programme161. Le plan vise à réduire le chômage en Turquie, à former à l’étranger la main-d’œuvre sous-qualifiée et à bénéficier ainsi du savoir-faire acquis des émigrés lors de leur retour en Turquie, et enfin, à combler le déficit budgétaire (ou le « manque de devises ») grâce à l’épargne des émigrés transférée vers l’économie nationale turque. Les départs sont gérés par l’État turc. Un organisme public turc, İş ve İşçi Bulma Kurumu, İİBK (l’Office national de l’emploi et de recrutement de la main-d’œuvre), est chargé de collecter les candidatures à l’émigration à l’échelon du département.

  • 162 Ces coopératives ont été créées en 1962 selon Nermin Abadan-Unat (ibid. : 76, 129) ; et Ahmet Murat (...)
  • 163 Niyazi Yüksel, ibid.
  • 164 Niyazi Yüksel, ibid. ; et Nermin Abadan-Unat et. al., 1976. Selon Abadan-Unat (2002 : 76) ces coopé (...)
  • 165 Nermin Abadan-Unat, ibid. : 124.
  • 166 Paul J. Magnarella, 1997 (1979).
  • 167 Nermin Abadan, 1972 a : 25.
  • 168 Nermin Abadan-Unat, 1986.
  • 169 Nermin Abadan-Unat, 2002 : 45. Abadan-Unat, 1976 : 52.

4Dès 1962, avec le soutien de DPT et du Ministère des Affaires villageoises, sont par ailleurs créées, les coopératives pour le développement des villages (köy kalkındırma kooperatifleri)162. Polyvalentes, chargées à la fois des activités de production et de commercialisation163, elles connaissent un développement accéléré en 1965, lorsque le Ministère des Affaires villageoises – un ministère récemment fondé, et au sein duquel un département a été créé en 1964 afin de soutenir ces coopératives, qui deviendra, en 1967, une Direction Générale – accorde des avantages pour partir à l’étranger aux villageois qui fondent ces coopératives164. Le but du projet est d’utiliser et de valoriser l’épargne de ces travailleurs émigrés au service du développement des villages. Les membres de coopératives villageoises sont considérés par İİBK comme des candidats privilégiés à l’émigration, sous condition de remise d’une partie de leur salaire reçu dans l’immigration à la coopérative. À partir de 1964, une seconde catégorie est privilégiée par İİBK : et les habitants des régions sous-développées165 et les habitants des régions ayant connu des catastrophes naturelles : sécheresses, inondations, maladie de la flore. En 1964, le gouvernement turc annonce qu’une priorité pour le départ à l’étranger sera également accordée aux résidents des villages de montagne et aux résidents des villages de forêt, s’ils fondent des coopératives de développement villageois. Car ce type de villages, par comparaison avec les villages des plateaux, serait plus pauvre et leurs résidents représenteraient une menace publique (des dégâts dans les forêts publiques)166. Par contre, İİBK cherche à éviter l’émigration vers l’Europe des résidents des zones urbanisées en Turquie, qui rejoignent, par le biais des contrats nominatifs, leurs parents et compatriotes qui ont émigré à partir des zones rurales en Turquie vers l’Europe ; l’objectif étant de répartir les départs au niveau national167. Une inquiétude concerne également la préservation de la main-d’œuvre dont on pense avoir besoin au pays. Des quotas sont appliqués pour les ouvriers qualifiés des mines de Zonguldak (dans la région de la mer Noire), pour décourager leur départ à l’étranger168. Il s’agit enfin d’attirer l’épargne des émigrés, en mettant en place, notamment entre 1964-1970, des politiques publiques accordant des taux de change et des crédits avantageux pour ceux qui ont gagné de l’argent dans l’immigration. Il s’agit aussi d’éviter que l’argent des émigrés s’oriente vers l’économie immergée ou souterraine (karaborsa)169.

b) L’orientation des premiers travaux de recherche

  • 170 Ces deux instituts sont les deux principaux producteurs de publications pour la période de 1960 à 1 (...)

5Le rôle de DPT et de l’İİBK n’a pas consisté dans les années 1960 en l’organisation de l’émigration uniquement. Rattachés respectivement au Premier ministère et au Ministère du travail, ces deux instituts ont également joué un rôle dans la production et dans la promotion de la production de connaissance sur l’émigration turque170.

  • 171 Orhan Tuna (1966).
  • 172 Orhan Tuna (1967).
  • 173 İçen Börtücene (1966) ; İçen Börtücene et Ö. Sevim (1966) ; et Ünal Ege (1967).

6Une première recherche a été commandée en 1962 par DPT, comme on l’a dit, réalisée en 1963 en Allemagne par une équipe de recherche composée d’universitaires et de fonctionnaires dirigée par Nermin Abadan-Unat (Nermin Abadan, Les ouvriers turcs en Allemagne Fédérale et leurs problèmes, 1964). Une autre recherche a été réalisée en 1965 par une équipe d’universitaires rattachés à l’Institut d’économie de l’Université d’Istanbul, dans les régions de l’Est et Nord-Est de la Turquie. Elle repose sur des entretiens réalisés avec des administrateurs publics et des fonctionnaires de l’État exerçant dans ces régions (dans les départements, les sous-préfectures et les villages) ainsi qu’avec des émigrés qui y sont retournés définitivement ou provisoirement d’Europe, notamment de l’Allemagne171. Enfin une recherche commandée par DPT à cet institut l’année suivante, s’appuyant sur un questionnaire administré à 280 individus dans la région de Marmara, porte sur les perspectives d’adaptation (intibak) des émigrés retournés définitivement dans cette région172. On peut ajouter à ces recherches, les rapports d’expertise en économie réalisés dans les années 1960 par ou pour le compte de DPT173.

  • 174 Kemal Gökçedağ (1962 a et 1962 b) ; Mukbil Birerçin (1963) ; et İİBK (1966 ; 1968 a ; 1970). Des ra (...)
  • 175 Bülent Ecevit, élu président général du Parti Républicain du Peuple (CHP) en 1972, est élu Premier (...)

7Les « problèmes des émigrés », plus exactement les « problèmes de nos travailleurs/ouvriers à l’étranger », sont aussi le thème principal des rapports administratifs publiés dans les années 1960 par İİBK. Ces rapports, dont certains sont signés par les administrateurs de l’institut, ont été élaborés à l’issue des « voyages » (gezi) ou des séjours effectués par des administrateurs en Europe à partir de 1962 (en Allemagne, en Australie, en France, en Belgique, aux Pays-Bas et en Suisse)174. Un rapport de ce type, publié en 1964 par le Ministère de travail, fait suite à un « voyage » effectué dans différents pays européens par Bülent Ecevit, alors ministre du travail175. Ces rapports (désignés comme : “İnceleme Gezisi Raporu/Notlar / Rapport ou notes de voyage d’étude) sont en fait des comptes rendus de visite de terrain réalisées en Europe par des administrateurs, des fonctionnaires et des hauts fonctionnaires de l’État turc, et ils visent, comme la recherche de Nermin Abadan-Unat réalisée en 1963 en Allemagne, à étudier sur place les « problèmes des émigrés ».

  • 176 Voir les numéros 16 (1965), 17 (1966), 18 (1967), 19 (1968) et 20 (1970) de cette revue.

8Lors des conférences organisées par la Faculté d’économie de l’Université d’Istanbul et dont les comptes rendus sont publiés dans la revue de la Faculté (la Revue des conférences de politique sociale / Sosyal Siyaset Konferansları Dergisi176, les universitaires, notamment des économistes et des politologues, et les hauts fonctionnaires de l’État présentent leur analyse de l’émigration et des problèmes des émigrés, reposant parfois sur des données empiriques ou de première main.

9Compte rendu de recherches universitaires en sociologie, en économie et en sciences politiques, rapports d’études administratifs – dont des rapports d’expertise en économie et des compte rendus de « voyage » en Europe – et articles de revues issus des interventions à des conférences : ces différentes publications dans les années 1960, émanant des universitaires, des administrateurs et des hauts fonctionnaires turcs, se donnent comme objet d’étude l’analyse de la politique de « l’exportation du surplus de main-d’œuvre nationale vers les pays européens ». Les avantages ou les bénéfices, réalisés ou escomptés de cette politique nationale pour la société turque sont décrits. Ses risques sont signalés (un souci porte notamment sur l’émigration éventuelle de la main-d’œuvre qualifiée). Des « précautions » sont formulées (alınması gereken tedbirler) ou des mesures sont proposées, pour que les objectifs définis par cette politique puissent être réalisés.

10Dans les enquêtes par questionnaire, les caractéristiques sociodémographiques des émigrés – installés en Europe ou revenus en Turquie définitivement ou provisoirement – sont scrutées, notamment leur origine socio-professionnelle et géographique (profession et localité de résidence des émigrés en Turquie avant leur émigration vers l’Europe, ainsi que la profession de leurs parents). Les émigrés sont interrogés sur leurs conditions de travail en Europe et sur leur salaire, leurs conditions de logement, leur mode de consommation et leur épargne. Enfin les émigrés sont interrogés sur leur perspective d’évolution professionnelle – ont-ils bénéficié d’une formation en usine ou dans l’entreprise où ils ont été recrutés en Europe ? Une promesse de formation leur a-t-elle été faite ? Dans quel secteur de travail envisagent-ils de travailler à leur retour en Turquie ou, pour les émigrés rentrés définitivement, envisagent-ils de changer de secteur d’activité ? – et sur leur projet d’investissements.

11Les précautions formulées sont d’ordre économique – les analyses s’accordent à dire que « pour tirer un profit maximum des épargnes des travailleurs turcs à l’étranger », il faut appliquer un taux de change spécifique aux devises envoyées par les émigrés (certaines analyses proposent la création d’une banque spécifique) et qu’il faut par ailleurs encourager la création des sociétés anonymes en Turquie, par les émigrés. Les précautions sont d’ordre démographique : pour répartir les départs au niveau national, il est préconisé que l’État soutienne et encourage les coopératives de village, ainsi que « l’envoi à l’étranger » des professionnels de tourisme et des résidents des villages de montagne. Enfin les précautions sont d’ordre socio-culturel et religieux : le besoin d’émission d’ondes radio pour les émigrés, ainsi que le besoin d’envoyer en Europe des instituteurs et des « responsables de religion » (i.e. des imams) sont signalés, pour que les émigrés puissent maintenir leurs liens culturels et affectifs avec la Turquie.

c) Les premiers travaux de recherche sur l’émigration vers l’Europe et la focalisation sur la « rapide urbanisation » de la société turque

  • 177 Nermin Abadan-Unat, 2002 : 36.
  • 178 Mübeccel Belik Kıray (1970 ; 1972) emploie les termes suivants en anglais : “fast depeasantisation(...)
  • 179 Cette main-d’œuvre d’origine rurale, employée dans le secteur d’activité dit « le secteur marginal  (...)
  • 180 Fehmi Yavuz en aurait donné une première définition : « Les gecekondu sont des bâtiments édifiés pr (...)
  • 181 Pour rendre compte de son ampleur, les recherches attirent l’attention sur la rapide croissance de (...)

12En décrivant le contexte de l’émigration turque vers l’Europe, Nermin Abadan-Unat, dont les travaux ont acquis une certaine notoriété dans le domaine, signale, sans s’étendre, l’existence dans les années 1960 en Turquie, d’une « tension sociale liée à la rapide urbanisation »177. Qualifiée aussi de « problème de la rapide urbanisation » dans les travaux de recherche en sciences sociales en Turquie, dont une analyse est fournie par Mübeccel Belik Kıray, qui fait partie des premières générations de chercheurs turcs ayant effectué ce type de recherches. Selon Kıray, la société turque connaît depuis la fin des années 1940 une « rapide dépaysanisation »178. Mais le taux d’industrialisation de l’activité économique nationale étant relativement faible, le grand afflux de la main-d’œuvre rurale vers les villes ne peut pas être absorbé sur le marché du travail179. Le marché de logement est par ailleurs inadapté à l’installation de ces populations ; celles-ci sont souvent logées en périphéries urbaines, dans des bâtiments qu’ils ont eux-mêmes construits : les “gecekondu” (littéralement : [s’est] posé [à terre] dans la nuit)180. La signature des accords bilatéraux de main-d’œuvre avec les pays européens accompagne en effet un mouvement d’exode rural en Turquie – « l’urbanisation », “kentleşme”, n’étant que le nom qui lui est attribué par les sciences sociales turques – dont le début se trouve, selon les travaux des sciences sociales, vers la fin des années 1940181.

  • 182 Stéphane Yerasimos, 1988 ; 1995 ; 2001 ; 2004.
  • 183 Selon Tansı Şenyapılı (1978), qui affirme avoir examiné les articles parus dans deux journaux quoti (...)
  • 184 Richard D. Robinson, 1958. Robinson donne des exemples de manchettes de journaux, parus notamment à (...)
  • 185 Jean-François Pérouse, 2004.
  • 186 Ibid. : 14.
  • 187 Des faits, et surtout la façon dont les faits sont rapportés. Je me limiterai à un exemple (cité pa (...)
  • 188 Fondé en 1946 suite à une scission avec le Parti Républicain du Peuple, le Parti Démocrate est élu (...)
  • 189 Par exemple, dans un article paru dans Cumhuriyet le 28 Septembre 1948, Metin Toker évoque l’existe (...)

13Une date précise – l’année 1947 – apparaît systématiquement dans les textes de Stéphane Yerasimos, pour indiquer le début de l’exode rural, à destination d’Istanbul notamment182. Il en est ainsi probablement parce que c’est en 1947 que le terme “gecekondu” semble avoir été pour la première fois employé dans la presse stambouliote183. Et les années qui suivent, l’émigration des populations rurales vers les villes est un thème qui occupe la manchette des journaux, comme le remarque un observateur étranger, Richard D. Robinson, à la fin des années 1950184. En 1947, soit quelques semaines après son apparition dans la presse stambouliote, le terme “gecekondu” semble avoir été introduit et utilisé pour la première fois publiquement par des députés lors du vote du budget pour l’année 1948 à l’Assemblée Nationale185. Une loi adoptée en 1948 et qui ne concerne que Ankara, fut suivie par une autre loi adoptée en 1953 et prévoyant, comme la loi précédente, une « amnistie sur la construction » (imar affı) : « qui consiste, de la part des pouvoirs publics, à octroyer aux habitants en situation juridique incertaine (la veille d’élections, opportunément), des inscriptions au cadastre (tapu kaydı), des titres de propriété ou des autorisations de construire a posteriori (…) »186. La légalisation des “gecekondu” (ou les mesures de clémence) d’une part, et d’autre part des faits rapportés par la presse la veille des élections de 1949187, ainsi qu’au cours des années 1950 où le gouvernement du Parti Démocrate (DP)188 est resté au pouvoir, sont des éléments que des journalistes saisissent, pour appuyer l’idée que le Parti Démocrate tire sa force des “gecekondu” (i.e. de leurs résidents) ; et ce fait, réel ou supposé, constitue une source d’inquiétude ou est présenté comme telle189.

  • 190 Les « Conférences de la semaine de logement (ou du peuplement) et d’urbanisme » (İskân ve Şehircili (...)

14Les “gecekondu” et l’émigration rurale vers les villes ne sont pas des questions que les universitaires ignorent dans les années 1950. Ces questions sont au cœur des conférences annuelles d’urbanisme, organisées à partir de 1954 par « l’Institut du logement (ou du peuplement) et de l’urbanisme » (İskân ve Şehircilik Enstitüsü), fondé en 1953 au sein de la Faculté de sciences politiques de l’Université d’Ankara et dirigé par Fehmi Yavuz190.

  • 191 Fehmi Yavuz (1961 : 42) (Communication de Yavuz à la 4e conférence annuelle İŞHK, organisée le 19-2 (...)
  • 192 Ruşen Keleş (1961). Compte rendu de la 4e conférence annuelle İŞHK, organisée le 19-21 avril 1960.
  • 193 Fehmi Yavuz (1962 : 16, 17). (Communication de Yavuz à la 6e conférence annuelle İŞHK, organisée le (...)
  • 194 Fehmi Yavuz (1957 : 7) (Préface de Yavuz à l’ouvrage de İbrahim Öğretmen, intitulée : “Gecekondu”). (...)
  • 195Muvazenesiz şehirleşme” ; “büyük şehirlerin aşırı büyümesi” ; “kentte nüfusun gereksiz yoğunlaşmas (...)
  • 196Stratejik zaruretler” (littéralement les indigences stratégiques). Le danger que représente la cro (...)
  • 197 Fehmi Yavuz (1958 b : 120).
  • 198 Cevat Geray (1960 : 126) (Compte rendu de la 4e conférence annuelle İŞHK, organisée le 19-21 avril (...)
  • 199 Fehmi Yavuz (1958 b : 119).

15Qualifiant les “gecekondu” comme des lieux où « la peur de Dieu, la police et le soleil ne rentrent pas »191, et ses résidents (gecekonducular), comme un « groupe de pression » exerçant une influence sur les politiciens et les administrateurs afin de satisfaire un certain nombre de ses besoins192, Fehmi Yavuz critique les concessions qui sont faites par les politiciens aux résidents des “gecekondu” pour obtenir leurs votes (octroie des titres de propriété et prestation de services publics)193 : une récompense, aux yeux de Yavuz, pour ceux qui occupent des terrains illégalement194. Yavuz s’alarme sur les conséquences d’une « urbanisation non contrôlée » (appelée aussi dans les textes de Yavuz : « l’urbanisation déséquilibrée », « la croissance excessive des grandes villes », ou encore : « la concentration de population surabondante dans les villes »195), qui sont néfastes sur le plan économique, social et « stratégique »196. Il affirme que la question ou le problème des “gecekondu” (gecekondu meselesi) est le problème le plus important d’Ankara et d’Istanbul197, un problème qui est, dit-il, « extérieur aux partis politiques et qui leur est supérieur »198. Et il ajoute : « l’afflux des populations (sous-entendu rurales) vers les villes, a commencé à faire réfléchir (au sens : inquiéter) beaucoup de gens, entre autres les administrateurs haut placés, les agents de sécurité (emniyetçiler, i.e. la police), les agents de circulation (trafikçiler, i.e. la police de circulation) et les soldats (i.e. l’armée) »199.

  • 200 Fehmi Yavuz (1957 : 9). Cité par Cevat Geray et Ruşen Keleş (1983 : 14).
  • 201 Fehmi Yavuz (1958 b : 126).
  • 202 « Le contrôle de l’afflux des populations vers les grandes villes est apparu comme une nécessité. M (...)
  • 203 Fehmi Yavuz (1956).
  • 204 Fehmi Yavuz (1958 b).
  • 205 Fehmi Yavuz (1956 : 375).
  • 206 Fehmi Yavuz (1958 b : 127).
  • 207 Voir Mehmet Asım Karaömerlioğlu (1998 a ; 1998 b ; 1999 ; 2000 ; 2002). Ces articles sont tirés d’u (...)
  • 208 Stéphane Yerasimos (1988 : 117).

16Yavuz préconise une action en amont. Il ne voit pas dans la démolition des “gecekondu” une solution (démolir n’est pas « une arme efficace », écrit Yavuz200). « Pour résoudre les problèmes d’Istanbul, d’Ankara…nous devons tourner notre face vers d’autres zones de notre pays »201, affirme Yavuz. Ce qui est préconisé par Yavuz et son entourage202, est appelé le « régionalisme » (bölgecilik)203 ou la « planification régionale » (bölge planlama)204. L’idée consiste à orienter ou à canaliser les émigrations rurales ciblant les grandes villes, vers les « régions » (i.e. les zones semi-rurales), en y développant l’industrie. « Pour permettre une répartition équilibrée de la population, il est indispensable de planifier à bien la répartition géographique de l’industrie », écrit Yavuz205. Yavuz préconise ainsi, par le biais de l’industrialisation, la création d’une dizaine de « filtres » (süzgeç) ou de « centres d’attraction » (cazibe merkezi), c’est-à-dire des localités séduisantes pour les populations rurales, alternatives aux grandes villes, « pour qu’une grande partie de ceux qui, aujourd’hui, affluent à Ankara ou à Istanbul, préfèrent rester dans des endroits proches de leur village, de leur “kasaba” (sous-préfecture de rattachement ou district) et de leur ville (le département de rattachement du village) »206. – Construire des industries ailleurs, loin des grandes villes assujetties à l’afflux des populations rurales ; l’idée n’est pas nouvelle : l’implantation (par l’État) des industries dans les villages avait été déjà suggérée dans les années 1930 et 1940 par des intellectuels et bureaucrates kémalistes, pour contrecarrer les émigrations rurales vers les villes207. Parmi ceux-là, Nusret Köymen, auteur d’un ouvrage publié en 1948 et intitulé « Planification Régionale, Développement National », que Stéphane Yerasimos interprète à tort comme ayant été écrit « sous le choc des premières vagues de l’exode rural qui se manifestent dès 1947 »208.

  • 209 Stéphane Yerasimos (1988 : 118). Pour l’influence des analyses de Fehmi Yavuz ainsi que des débats (...)
  • 210 Voir Stéphane Yerasimos (1988) pour une description de ces plans de développement régionaux et pour (...)

17Les années 1960 ont annoncé un nouveau contexte pour le problème public des émigrations rurales vers les grandes villes ainsi que pour les sciences sociales turques. En effet, comme Yerasimos remarque, « le coup d’État militaire a abouti à une nouvelle constitution qui créa l’Organisation de Planification d’État (DPT) dont la loi fondatrice prévoit l’élaboration de plans régionaux »209. Le premier plan quinquennal national de développement (entre 1962-1967), qui attire l’attention sur « le coût économique et social très élevé d’une urbanisation déséquilibrée » (p. 455 du Plan), prévoit « la planification et le développement des régions » (p. 471 du Plan)210. Le plan prévoit par ailleurs « la création d’un milieu scientifique compétent, de par la sélection méticuleuse ou stricte (titiz) des scientifiques et des chercheurs et l’attribution méticuleuse ou stricte des titres de scientifiques et de chercheurs ». Enfin le plan prévoit « l’attribution des possibilités financières nécessaires aux milieux de la recherche » (p. 466 du Plan).

  • 211 İlhan Tekeli, 1983 : 65, 66.
  • 212 Türkiye Araştırmaları Literatür Dergisi, 2008, n° 11.

18Les chercheurs évoquent un « processus de développement et d’institutionnalisation des sciences sociales en Turquie à partir des années 1960 » sans fournir des éléments précis. Par exemple İlhan Tekeli (1983) écrit : « l’État, avec son plan, a souhaité prendre le contrôle du développement dépressif (bunalımlı) de l’avancée du capitalisme, de l’industrialisation et de l’urbanisation que la Turquie était en train de vivre ». Ces « besoins », affirme Tekeli, « sont à l’origine d’un changement d’orientation dans le développement des sciences sociales en Turquie à partir des années 1960 : les recherches ayant une approche spéculative ont ainsi laissé la place à des recherches empiriques, reposant sur des enquêtes de terrain »211. De même un numéro de la revue des sciences sociales turques, TALİD, consacré à l’histoire de la sociologie turque, qualifie les années 1960 comme la période où se formule « le besoin de production des nouvelles connaissances » et évoque la création de DPT, la fondation de l’Université Technique du Moyen Orient (ODTÜ, Orta Doğu Teknik Üniversitesi) à Ankara, la fondation de l’Institut des études démographiques au sein de l’Université Hacettepe (Ankara), la restructuration de DİE (Devlet İstatistik Enstitüsü, l’Institut de Statistique de l’État, l’équivalent de l’INSEE) et la fondation de l’Association des sciences sociales aux débuts des années 1960212.

  • 213 Jean-Michel Chapoulie, 1991 : 341 ; 331.
  • 214 D’abord nommé Ministre de l’enseignement national en 1960 après le coup d’État militaire, puis Mini (...)

19En effet ce processus signifie « institutions nouvellement créées ou restructurées » et « des possibilités de financement liées à des commandes de l’administration d’État »213, comme ce fut le cas en France par exemple. Ce processus s’est traduit dans le cas de la Turquie, par un dédoublement des fonctions ou des rôles ou des statuts des universitaires : devenus consultants, responsables ou chefs de projet, voire Ministre d’État, les universitaires ont été impliqués activement dans les plans régionaux gérés par DPT et le Ministère de la construction et de logement, et visant à prévenir les émigrations rurales vers les grandes villes214. Enfin ce processus s’est traduit par le développement des enquêtes universitaires conduites en milieu urbain en Turquie (les grandes villes et les petites villes turques) ainsi que dans les pays européens : les zones d’arrivée des émigrations rurales ou les zones vers lesquelles les émigrations rurales ont été tentées d’être canalisées.

  • 215 Nermin Abadan, 1964.
  • 216 Paul J. Magnarella et Orhan Türkdoğan, 1976 ; et Peter Benedict, 1974.
  • 217 Dans sa note critique de l’ouvrage de Kıray, Cavit Orhan Tütengil (1965) affirme qu’il ne s’agit pa (...)
  • 218 Il s’agit d’un mémoire de fin d’étude réalisé par İbrahim Öğretmen au cours de l’année scolaire 195 (...)
  • 219 Pour une analyse de l’évolution des recherches réalisées sur les migrations internes en Turquie et (...)

20Commandée en 1962 par DPT (la même année qu’une première recherche a été commandée sur l’émigration turque en Allemagne215), la recherche par questionnaire de Mübeccel Belik Kıray (1964), réalisée dans une petite ville portuaire du département de Zonguldak situé dans la région de la mer Noire, nommée Ereğli, est généralement citée comme un des premiers exemples de l’étude scientifique des milieux urbains216. Elle porte sur les effets socio-économiques de l’implantation d’un complexe industriel dans cette ville en 1961. Les recherches réalisées dans les zones urbaines avant celle de Kıray sont rares, et c’est pourquoi Kıray écrit dans l’introduction à son ouvrage qu’il s’agit d’une première monographie urbaine réalisée en Turquie. Deux recherches semblent avoir été réalisées dans des villes de petite ou moyenne taille avant celle de Kıray217. On peut aussi mentionner un mémoire de fin d’étude sur les “gecekondu” à Ankara (İbrahim Öğretmen, 1957)218, dirigé par Fehmi Yavuz, qui en écrivit la préface. L’étude des milieux urbains (un domaine d’étude qui est resté fortement associé à l’étude des migrations internes reçues dans les grandes villes) s’est développée en Turquie à partir des années 1960219.

  • 220 Les enquêtes universitaires réalisées avant les années 1960 sont celles d’un groupe de sociologues (...)

21C’est dans ce contexte, de « développement et d’institutionnalisation » des sciences sociales que les premières recherches sur l’émigration turque vers l’Europe ont été réalisées. Assujetties à une forte demande sociale émanant de l’État et de ses institutions nouvellement créées ou restructurées après le coup d’État militaire mené en 1960, et visant à prendre le contrôle des émigrations rurales ciblant les grandes villes, les sciences sociales turques, centrées sur les zones rurales en Turquie220, se sont ouvertes sur les zones urbaines ainsi que sur les pays européens.

Notes

152 Nermin Abadan-Unat, 2002 (voir les pages 39-41).

153 Nermin Abadan (1964 : 35) indique le nom de ces premiers émigrés (un groupe de douze personnes) et la date précise de leur arrivée (le 1er avril 1957) à Kiel.

154 Nermin Abadan-Unat, ibid. (voir les pages 41- 46).

155 Il s’agit d’un organisme rattaché au Premier Ministère ou au Conseil de la Présidence (Başbakanlık) et qui a été fondé le 30 septembre 1960 (cf. le site Web de DPT).

156 Cette information complémentaire est fournie par Nermin Abadan-Unat dans un article antérieur (1972 a : 20).

157 Signalons que cette constitution a été adoptée par un gouvernement militaire (Millî Birlik Komitesi Hükümeti, le Gouvernement du Comité de l’Union Nationale), resté au pouvoir du 30 mai 1960 au 20 novembre 1961 (cf. le site Web de TBMM, Türkiye Büyük Millet Meclisi, La Grande Assemblée Nationale de Turquie).

158 Nermin Abadan-Unat, 2002 : 43. Signalons que ce plan a été publié par DPT en janvier 1963 : Kalkınma Planı (Birinci Beş Yıl), 1963-1967 [Le Plan de développement (les cinq premières années), 1963-1967]. Abadan-Unat affirme que ce plan est entré en vigueur en 1962 (ibid. : 96). Selon Ersin Onulduran et Herman van Renselaar (1976 : 30), l’esquisse du plan a été préparée en 1962 et le plan est entré en vigueur en 1963.

159 Nermin Abadan-Unat, 2002 : xx.

160 Nermin Abadan-Unat, ibid. : 43.

161 Nermin Abadan-Unat, ibid. : xix.

162 Ces coopératives ont été créées en 1962 selon Nermin Abadan-Unat (ibid. : 76, 129) ; et Ahmet Murat Alper (2005 : 41) qui cite Philip L. Martin (1991) ; dans la première moitié des années 1960 selon Niyazi Yüksel (1989) ou en 1965 selon Özer Ozankaya (1976).

163 Niyazi Yüksel, ibid.

164 Niyazi Yüksel, ibid. ; et Nermin Abadan-Unat et. al., 1976. Selon Abadan-Unat (2002 : 76) ces coopératives étaient de 383 en 1964, en 1967, de 1 349, et en 1968, de 1 381.

165 Nermin Abadan-Unat, ibid. : 124.

166 Paul J. Magnarella, 1997 (1979).

167 Nermin Abadan, 1972 a : 25.

168 Nermin Abadan-Unat, 1986.

169 Nermin Abadan-Unat, 2002 : 45. Abadan-Unat, 1976 : 52.

170 Ces deux instituts sont les deux principaux producteurs de publications pour la période de 1960 à 1984, selon les recensements de Nermin Abadan-Unat et Neşe Kemiksiz (1986 : 37-38).

171 Orhan Tuna (1966).

172 Orhan Tuna (1967).

173 İçen Börtücene (1966) ; İçen Börtücene et Ö. Sevim (1966) ; et Ünal Ege (1967).

174 Kemal Gökçedağ (1962 a et 1962 b) ; Mukbil Birerçin (1963) ; et İİBK (1966 ; 1968 a ; 1970). Des rapports ont été publiés dans les années 1960 par İİBK, sur les perspectives de retour des émigrés également (İİBK 1967 ; 1968 b ; 1969 ; 1971 et 1974).

175 Bülent Ecevit, élu président général du Parti Républicain du Peuple (CHP) en 1972, est élu Premier ministre en 1973, lors des premières élections législatives organisées après le coup d’État militaire mené en 1971.

176 Voir les numéros 16 (1965), 17 (1966), 18 (1967), 19 (1968) et 20 (1970) de cette revue.

177 Nermin Abadan-Unat, 2002 : 36.

178 Mübeccel Belik Kıray (1970 ; 1972) emploie les termes suivants en anglais : “fast depeasantisation” ; et en turc : “hızla topraktan kopma” (littéralement, le rapide « détachement » ou « arrachement » des terres, c’est-à-dire, le déracinement), ou encore : “kırsal çözülme” (littéralement, la désagrégation ou le détachement rural). Ces termes signifient tous la même chose : l’émigration à partir des zones rurales vers les zones urbanisées en Turquie.

179 Cette main-d’œuvre d’origine rurale, employée dans le secteur d’activité dit « le secteur marginal » ou « le secteur informel », occuperait des emplois dits « périphériques » (i.e. des emplois tertiaires de type : concierge d’immeuble, portier dans les administrations publiques, personnel de ménage, éboueurs, vendeurs de simit, cireurs de chaussures, revendeurs ou fripiers, porteurs ou transporteurs, etc.). Ainsi la « rapide dépaysanisation » de la société turque serait accompagnée par une « lente ouvriérisation / prolétarisation » (“slow workerisation”), et aurait abouti à l’émergence d’un « sous-prolétariat » ou « lumpenprolétariat », c’est-à-dire, une masse de populations émigrées des zones rurales dans les villes et non employées dans le secteur industriel. Pour ce type d’analyse, voir Mübeccel B. Kıray, 1970 ; 1972 ; Tansı Şenyapılı, 1978 ; İlhan Tekeli, 1983 ; et Ruşen Keleş, 2002 (1984).

180 Fehmi Yavuz en aurait donné une première définition : « Les gecekondu sont des bâtiments édifiés précipitamment, la plupart du temps dépourvus des conditions de confort les plus élémentaires, et qui contreviennent aux lois sur la construction, sans tenir compte des droits du propriétaire du terrain où ils s'installent », Fehmi Yavuz (1953 : 63) ; cité par Jean-François Pérouse (2004). Différents termes en anglais sont employés dans les travaux des sciences sociales turques pour désigner les “gecekondu”, comme : “built in the night”, “unauthorized construction set up in one night”, “squatter’s house”, “squatter housing”, “squatter settlements”, “shanty town” ou “para-urban slums”.

181 Pour rendre compte de son ampleur, les recherches attirent l’attention sur la rapide croissance de la part des populations résidant dans les zones urbaines. Selon Ahmet İçduygu et İbrahim Sirkeci (1999), en 1950, 19 % de la population nationale résident dans les villes ; en 1970, 36 % ; et en 1990, 56 %. Stéphane Yerasimos affirme que toutes les agglomérations reçoivent leur lot de l’exode rural mais certains plus que les autres, notamment Istanbul et quatre autres villes dont Ankara. Entre 1950 et 2000, si la population urbaine est multipliée par neuf, celle d’Istanbul a décuplé ; d’après le recensement de 1997, moins de 30 % des habitants de l’agglomération stambouliote y étaient nés. Yerasimos (2001) ajoute que la population active agricole du pays reste toutefois très importante, aux environs de 40 % de la population active totale.

182 Stéphane Yerasimos, 1988 ; 1995 ; 2001 ; 2004.

183 Selon Tansı Şenyapılı (1978), qui affirme avoir examiné les articles parus dans deux journaux quotidiens (Cumhuriyet et Hürriyet) entre le 27 avril 1947 et le 4 août 1949 ; et selon Jean-François Pérouse (2004) qui cite Stéphane Yerasimos et Semih Vaner (1988 : 151-154).

184 Richard D. Robinson, 1958. Robinson donne des exemples de manchettes de journaux, parus notamment à partir de 1955: The Movement from the Villages to the Cities Must Be Stopped; “Poor Villagers are Migrating to the Cities”; Increasingly Difficult Living Conditions in the Villages and the Movement to the Cities; et The Tragic Condition of People Migrating from Village to City (ibid.: 401).

185 Jean-François Pérouse, 2004.

186 Ibid. : 14.

187 Des faits, et surtout la façon dont les faits sont rapportés. Je me limiterai à un exemple (cité par Tansı Şenyapılı dans son ouvrage, 1978 : 52) : le 1er novembre 1949, Hürriyet rapporte que Fahrettin K. Gökay, qui vient d’être nommé préfet d’Istanbul (le 25 octobre 1949), s’est rendu dans des quartiers de “gecekondu” et qu’un accueil chaleureux lui a été manifesté par des milliers de résidents de “gecekondu”. Les faits rapportés par la presse, entre 1949 et 1957, concernent principalement la prestation de services publics aux résidents des “gecekondu” (courant électrique, eau potable, école, commissariat de police, station d’arrêt de train, etc.) ainsi que l’octroi des titres de propriété à ces derniers. Ils concernent aussi l’attribution du statut de sous-préfecture (ilçe) à des quartiers dans lesquels les “gecekondu” sont implantés, par exemple Zeytinburnu. Ainsi, dans son ouvrage devenu une référence dans le domaine de l’étude des migrations internes en Turquie (tiré d’une thèse de doctorat soutenue à la Faculté des Sciences Politiques de l’Université d’Ankara en décembre 1976, sous la direction de Mübeccel Belik Kıray), Şenyapılı affirme : « Le Parti Démocrate est arrivé au pouvoir en 1950 en prenant les votes des masses populaires [pas précisé], en particulier des milieux de gecekondu dans les villes » (ibid., :. 55).

188 Fondé en 1946 suite à une scission avec le Parti Républicain du Peuple, le Parti Démocrate est élu au pouvoir en 1950. Ayant emporté deux fois de suite les élections (en 1954 et en 1957), celui-ci est resté au pouvoir jusqu’au coup d’État militaire survenu en 1960. Rappelons que ce coup d’État militaire a mis fin provisoirement à la période de multipartisme qui débute en 1946 par l’établissement du Parti Démocrate, mettant ainsi fin au régime du parti unique (le Parti Républicain du Peuple).

189 Par exemple, dans un article paru dans Cumhuriyet le 28 Septembre 1948, Metin Toker évoque l’existence à deux pas de Şişli, un arrondissement, dit-il, distingué d’Istanbul, des quartiers terrifiants et répugnants (“İstanbul’un mutena semti Şişli’nin iki adım ilerisinde insana dehşet ve tiksinti veren mahalleler). Dans un autre article, paru le 2 novembre 1949 dans Cumhuriyet, Toker signale que le nombre de populations vivant dans les “gecekondu” a atteint 30 000 personnes et avertit les administrateurs de la ville : « Le préfet (Fahrettin K. Gökay) a pris sous son aile les “gecekonducu” [les résidents des “gecekondu”], “nous n’avons rien à dire” [“bir diyeceğimiz yok” signifiant « que dire », ou « admettons »]. Seulement si les “gecekondu”, qui ont aujourd’hui leur propre “règle” “ nizam”, signifiant la règle, la loi, l’ordre, l’organisation], loi et cabinet, obtiennent demain le contrôle des forces de sécurité (“inzibat kuvvetleri”), voire le contrôle de l’armée, il ne faut surtout pas s’en étonner ». Cité par Tansı Şenyapılı (1978 : 52).

190 Les « Conférences de la semaine de logement (ou du peuplement) et d’urbanisme » (İskân ve Şehircilik Haftası Konferansları İŞHK). Les actes de ces conférences ont été publiés par l’Institut (la première conférence, dont les actes ont été publiés en 1955, a eu lieu du 7 au 12 juin 1954 ; la deuxième, dont les actes ont été publiés en 1958, a eu lieu du 5 au 7 juin 1957). Participent à ces conférences, des universitaires et des hauts fonctionnaires de l’État, et parfois des universitaires et des experts étrangers. Je m’appuierai notamment sur les comptes rendus de ces conférences publiés dans la revue de la Faculté de sciences politiques de l’Université d’Ankara et rédigés par Cevat Geray ainsi que par Ruşen Keleş, les assistants et les collaborateurs de Fehmi Yavuz dans les années 1950. Je m’appuierai également sur les articles de Fehmi Yavuz publiés dans la revue de la Faculté ainsi que la préface de Yavuz à l’ouvrage de İbrahim Öğretmen (1957), intitulé “Gecekondu”.

191 Fehmi Yavuz (1961 : 42) (Communication de Yavuz à la 4e conférence annuelle İŞHK, organisée le 19-21 avril 1960. Intitulée : « La question des “gecekondu” » / “Gecekondu Konusu”). Cité par Cevat Geray, 1968.

192 Ruşen Keleş (1961). Compte rendu de la 4e conférence annuelle İŞHK, organisée le 19-21 avril 1960.

193 Fehmi Yavuz (1962 : 16, 17). (Communication de Yavuz à la 6e conférence annuelle İŞHK, organisée le 11-13 Juin 1962. Intitulée : « Notre urbanisme et les politiciens » / “Şehirciliğimiz ve Politikacılar”). Cité par Cevat Geray (1968 : 14).

194 Fehmi Yavuz (1957 : 7) (Préface de Yavuz à l’ouvrage de İbrahim Öğretmen, intitulée : “Gecekondu”). Cité par Cevat Geray et Ruşen Keleş (1983 : 14).

195Muvazenesiz şehirleşme” ; “büyük şehirlerin aşırı büyümesi” ; “kentte nüfusun gereksiz yoğunlaşması”.

196Stratejik zaruretler” (littéralement les indigences stratégiques). Le danger que représente la croissance démographique des grandes villes vis-à-vis de la défense du pays en situation de guerre ou de conflit, est évident selon Fehmi Yavuz (1958 a : 134).

197 Fehmi Yavuz (1958 b : 120).

198 Cevat Geray (1960 : 126) (Compte rendu de la 4e conférence annuelle İŞHK, organisée le 19-21 avril 1960.

199 Fehmi Yavuz (1958 b : 119).

200 Fehmi Yavuz (1957 : 9). Cité par Cevat Geray et Ruşen Keleş (1983 : 14).

201 Fehmi Yavuz (1958 b : 126).

202 « Le contrôle de l’afflux des populations vers les grandes villes est apparu comme une nécessité. Mais la façon d’y procéder n’a pas encore été déterminé et expliquée. Nous proposons la planification régionale, que nous considérons comme la précaution (ou la mesure) la plus efficace et positive (ou appropriée) ». (“Büyük şehirlere olan nüfus akınının kontrolü bir ihtiyaç olarak ortaya çıkmıştır. Fakat bunun nasıl yapılacağı tespit edilmiş ve açıklanmış değildir. Biz bölge plancılığını en müessir ve musibet bir tedbir olarak görüyor ve teklif ediyoruz”), Fehmi Yavuz (1958 b : 126).

203 Fehmi Yavuz (1956).

204 Fehmi Yavuz (1958 b).

205 Fehmi Yavuz (1956 : 375).

206 Fehmi Yavuz (1958 b : 127).

207 Voir Mehmet Asım Karaömerlioğlu (1998 a ; 1998 b ; 1999 ; 2000 ; 2002). Ces articles sont tirés d’une thèse de doctorat en histoire, soutenue en 1999 : “The Cult Of The Peasant: Ideology And Practice, Turkey, 1930-1946”, The Ohio State University, sous la dir. de Carter Findley. Les recherches de Karaömerlioğlu sont intéressantes : elles montrent comment et à quel point les émigrations à partir des zones rurales vers les zones urbanisées constituent un souci politique et public dès les années 1930 en Turquie ; un souci dissimulé derrière les discours et les écrits glorifiant la vie dans les villages et les valeurs paysannes.

208 Stéphane Yerasimos (1988 : 117).

209 Stéphane Yerasimos (1988 : 118). Pour l’influence des analyses de Fehmi Yavuz ainsi que des débats menés aux conférences annuelles organisées par l’institut qu’il dirige, sur les politiques publiques mises en place après le coup d’État militaire mené en 1960, voire un peu avant (qui remontent, tout au moins, à l’adoption d’une loi de construction en 1956 – cette loi, entrée en vigueur en janvier 1957, vient remplacer celle de 1933 et restera en vigueur jusqu’en 1984 – et à la fondation en 1958 d’un Ministère de la construction, devenu le Ministère de construction et de logement en 1958 et dont Fehmi Yavuz deviendra Ministre en 1961, et à la création au sein de ce ministère, d’une direction Générale de la planification régionale), voir Cevat Geray, 1963 ; Cevat Geray et Ruşen Keleş, 1983 ; et Stéphane Yerasimos, 2004. Signalons que le coup d’État militaire mené en 1960 est généralement perçu positivement dans les milieux intellectuels turcs, par exemple dans les textes de Cevat Geray postérieurs au coup d’État militaire, celui-ci est désigné comme « la révolution de 1960 ».

210 Voir Stéphane Yerasimos (1988) pour une description de ces plans de développement régionaux et pour leur bilan.

211 İlhan Tekeli, 1983 : 65, 66.

212 Türkiye Araştırmaları Literatür Dergisi, 2008, n° 11.

213 Jean-Michel Chapoulie, 1991 : 341 ; 331.

214 D’abord nommé Ministre de l’enseignement national en 1960 après le coup d’État militaire, puis Ministre de la construction et de logement en 1961, Fehmi Yavuz est membre de l’Assemblée constitutive de 1961 (constituée après le coup d’État militaire, cette assemblée, présidée par un militaire, est chargée d’élaborer la nouvelle constitution) et, à partir de 1960, membre du comité d’administration (Mütevelli Heyeti üyesi) de l’Université ODTÜ (fondée en 1956 à Ankara). Ruşen Keleş et Cevat Geray, qui avaient tous les deux une expérience dans les administrations publiques (fonctions de sous-préfet) avant de devenir des assistants de Fehmi Yavuz à la Faculté de sciences politiques de l’Université d’Ankara, assurent des missions de consultants pour DPT et pour le Ministère de la construction et de logement. Ils enseignent à l’Université d’Ankara, au sein de la Faculté de sciences politiques, mais aussi à l’Université ODTÜ, au sein du Département de la planification urbaine fondé en 1961 et où Fehmi Yavuz et Mübeccel B. Kıray enseignent également. Les enseignants et les étudiants de ce département – l’écart d’âge est faible entre ceux-ci, les étudiants ont déjà reçu des formations universitaires et sont issus de disciplines variées, et ils ont parfois une expérience de travail dans les administrations publiques – sont responsables des projets régionaux (par exemple Esat Turak, Tuğrul Akçura et İlhan Tekeli). Ce « réseau » (), créé dans les années 1960 à Ankara, entre les « administrateurs de la bureaucratie centrale » et le milieu de la recherche universitaire, est mentionné par İlhan Tekeli (2005), Nilgün Çelebi (2007) et Cevat Geray (cf. entretien avec C. Geray, réalisé par Nevzat Can et Binali Tercan, 2005).

215 Nermin Abadan, 1964.

216 Paul J. Magnarella et Orhan Türkdoğan, 1976 ; et Peter Benedict, 1974.

217 Dans sa note critique de l’ouvrage de Kıray, Cavit Orhan Tütengil (1965) affirme qu’il ne s’agit pas d’une première recherche et cite deux autres recherches réalisées en milieu urbain, antérieures à celles de Kıray : une thèse en géographie à l’Université d’Istanbul, réalisée à Manisa par Fatma Taşkıngöl et qui n’a pas encore été publiée (cette thèse semble avoir été soutenue en 1950 : cf. Fatma Taşkıngöl Başaran, 2005) et que « tout le monde ne connait pas », affirme Tütengil, et un ouvrage sur Karabük de l’économiste Fahri Fındıkoğlu (1962). Ces deux recherches semblent examiner elles aussi les effets de l’industrialisation.

218 Il s’agit d’un mémoire de fin d’étude réalisé par İbrahim Öğretmen au cours de l’année scolaire 1955-1956 : « la première recherche réalisée sur les “gecekondu” dans notre pays », affirme Cevat Geray (1957), qui espère que d’autres recherches seront effectuées à l’avenir. Il s’agit d’une monographie de 48 pages, qui porte sur 158 logements “gecekondu” situés à proximité de la Faculté de Sciences Politiques de l’Université d’Ankara, où İbrahim Öğretmen étudiait alors.

219 Pour une analyse de l’évolution des recherches réalisées sur les migrations internes en Turquie et des débats publics constitués dans la société turque autour de ces émigrations, voir Tahire Erman (2001 ; 2004) et le dossier IFEA préparé par Fadime Deli avec la collaboration de Jean-François Pérouse (2002).

220 Les enquêtes universitaires réalisées avant les années 1960 sont celles d’un groupe de sociologues turcs dans les zones rurales en Turquie (Niyazi Berkes, 1942 ; Behice Boran, 1945 ; et İbrahim Yasa, 1955 ; 1957). Ces recherches ont été réalisées (entre la fin des années 1930 et la première moitié des années 1940) alors que des actions publiques lourdes ont été mises en place dans les années 1930 et débuts 1940 en direction des campagnes : i.e. les Maisons du Peuple et les Instituts de Village, qui furent toutes les deux abandonnées vers le milieu ou la fin des années 1940. Le Parti Républicain du Peuple, parti unique, cherchait par-là (selon une expression fréquemment employée par Mehmet Asım Karaömerlioğu), à « atteindre le cœur et l’esprit du peuple » (Mehmet Asım Karaömerlioğu, 1998 a ; et 1998 b).

© Institut français d’études anatoliennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable