Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie

 | 
Elif Aksaz

Deuxième partie : Les sciences sociales turques et l’émigration

1. De l’étude des “Gurbetçi” à l’étude des « Euro-Turcs » : une vue d’ensemble du développement des travaux de recherche sur l’émigration turque vers l’Europe

Texte intégral

  • 135 Göç signifie simultanément l’émigration, l’immigration et la migration. Dış signifie à la fois « ex (...)
  • 136 Yurtdışı signifie « l’extérieur du pays », ou encore le(s) pays étranger(s). Nous ne cherchons pas (...)
  • 137 Généralement traduit en français comme « l’exil » (voir « Elghorba : le mécanisme de reproduction d (...)

1Les sciences sociales en Turquie ont adopté à leurs débuts une vision plus globale de l’émigration turque que les recherches réalisées en France. La terminologie adoptée par les recherches consacrées à l’étude de “dışgöç”135, pour désigner les émigrés, découle de cette perspective : “yurtdışındaki vatandaşlarımız / işçilerimiz136 (« nos concitoyens / nos travailleurs-ouvriers à l’extérieur du pays »), et de manière conjointe : “gurbetçilerimiz (« nos “gurbetçi” »)137. Les départs sont investis d’un sens strictement économique : les “gurbetçi” sont ceux qui ont quitté le pays pour travailler ; ce sont des « travailleurs à l’étranger », ou plus exactement, des « ouvriers à l’étranger ». Les départs sont aussi investis d’un sens moral-national : les « gurbetçi » sont ceux qui travaillent à l’étranger pour “nous”, pour (ou dans l’intérêt de) ceux qui sont restés ; ce sont « nos “gurbetçi” », « nos travailleurs », « nos ouvriers à l’étranger ».

  • 138 Sociologue turque née à Vienne et juriste de formation.
  • 139  Nermin Abadan, 1964.
  • 140 L’Institut de logement (ou de peuplement) et d’urbanisme (İskân ve Şehircilik Enstitüsü) de la Facu (...)

2Comparé au long délai qui sépare le début de l’immigration de celui de l’étude de l’immigration en France, l’étude de l’émigration a été très rapidement entreprise en Turquie. Une première recherche a été commandée en 1962 par DPT (Devlet Planlama Teşkilatı : Organisation Étatique pour la Planification ou le Conseil National de Planification), à une équipe de recherche composée d’universitaires et de fonctionnaires dirigée par Nermin Abadan-Unat138. Publiée en 1964 par DPT sous le titre : Batı Almanya’daki Türk İşçileri ve Sorunları (Les Ouvriers turcs en Allemagne de l’Ouest et leurs problèmes)139, cette recherche porte sur les conditions de vie des travailleurs turcs, hommes et femmes émigrés de Turquie vers l’Allemagne. Elle s’appuie sur une enquête par questionnaires réalisée en 1963 en Allemagne auprès d’environ 500 individus. Une autre recherche a été consacrée aux effets socio-économiques sur la Turquie, de l’émigration turque vers l’Europe. Entreprise dans le cadre d’un programme turco-hollandais et soutenue par des institutions turques et hollandaises140, ainsi que par des institutions internationales, elle est réalisée en 1975 par une équipe de recherche d’universitaires turcs et hollandais, sous la direction de Nermin Abadan-Unat et de Ruşen Keleş (recherche publiée en turc et en anglais : Nermin Abadan-Unat et al., 1976, Göç ve Gelişme. Uluslararası İşgücü Göçünün Boğazlıyan İlçesindeki Etkilerine İlişkin bir Araştırma ; 1975, Migration and Development. A Study on the Effects of International Labor Migration on Boğazlıyan District). Il s’agit cette fois d’une enquête de terrain (avec l’administration des questionnaires et entretiens auprès de travailleurs émigrés turcs rentrés définitivement au pays et de non-émigrés). Elle est réalisée dans la sous-préfecture de Boğazlıyan (département de Yozgat, Centre Anatolie), une zone sous-développée selon les critères de DPT et qui connaît un niveau élevé d’émigration vers l’étranger.

  • 141 Nermin Abadan-Unat, 2007 : 17.
  • 142 Nermin Abadan-Unat, 2002 : xxii.
  • 143 Loc. cit.

3Une remarque de Nermin Abadan-Unat suggère toutefois que l’étude de l’émigration, bien que rapidement entreprise, a occupé une place secondaire dans la production universitaire en Turquie. Abadan-Unat, qui affirme avoir consacré plus de quarante années de recherches à l’émigration turque, constate avec une note de regret que « les universités turques n’ont pas accordé l’importance nécessaire au phénomène de “l’émigration vers l’extérieur” (“dışgöç”, sous-entendue l’émigration à partir de la Turquie vers les pays européens) »141. Abadan-Unat affirme ailleurs que les émigrés ont suscité l’intérêt des chercheurs principalement par leur aspect « homo economicus »142. Les rémunérations des émigrés en Europe, leur potentiel d’épargne, leur transfert de devises vers la Turquie, la contribution des fonds envoyés par les émigrés au comblement du déficit budgétaire de la Turquie, les « sociétés ouvrières » fondées par les émigrés et les « coopératives de développement villageois » ont constitué « la colonne vertébrale » des recherches. Et les phénomènes de sédentarisation en Europe d’une partie des émigrés (une sédentarisation qui aurait commencé selon elle dans les années 1970, avec la constitution de familles, d’associations, de l’“ethnic-business”, etc.) n’ont été suivis que d’une façon périphérique en Turquie143.

  • 144 Travail bibliographique préparé et commenté par Nermin Abadan-Unat en collaboration avec Neşe Kemik (...)
  • 145 Çağlar Keyder et Ayhan Aksu-Koç (1988), Préface.
  • 146 Ibid. p. 54.

4Ce constat qui s’appuie en partie sur un travail bibliographique commenté, couvrant la période 1960-1984144, rejoint celui de Çağlar Keyder et Ayhan Aksu-Koç, dans leur travail bibliographique commenté couvrant la période 1960-1986 : « nous avons eu à nous référer à certains travaux de manière répétitive ; la littérature étant elle-même plutôt répétitive »145, affirment les auteurs. Ils remarquent que la question des envois de fonds des émigrés est le sujet qui a suscité le plus grand intérêt des recherches146.

  • 147 Voir les travaux bibliographiques de Nermin Abadan-Unat et Neşe Kemiksiz, 1986 ; de Çağlar Keyder e (...)
  • 148 Notamment les romans de Fakir Baykurt, de Gülten Dayıoğlu, et d’Adalet Agaoğlu dont le roman Fikrim (...)

5Par ailleurs, bien qu’une perspective globale sur l’émigration turque vers l’Europe soit adoptée, « l’émigration vers l’extérieur » semble avoir été longtemps réduite dans les discours scientifique, politique et public en Turquie, à l’émigration turque vers l’Allemagne. Non seulement les recherches pionnières de Nermin Abadan-Unat portent sur les populations turques installées en Allemagne, les travaux universitaires en général, ainsi que les rapports et études réalisés par ou pour le compte des institutions publiques en Turquie, et qui comportent dans leur titre la mention “Türk Dış Göçü” (« l’émigration turque vers l’extérieur »), portent généralement sur l’émigration turque vers l’Allemagne147. C’est vrai aussi pour les textes non-universitaires, notamment les romans et essais-journalistiques, qui ont connu une diffusion plus large en Turquie et dans lesquels on retrouve par ailleurs plus d’éléments sur la subjectivité de la vie vécue par les émigrés turcs à l’étranger148.

  • 149 Ces centres organisent des rencontres pour les universitaires qui travaillent en Turquie ou ailleur (...)
  • 150 Ahmet İçduygu (1991) : “Migrant as a Transitional Category : Turkish Migrants in Melbourne” ; Ayhan (...)
  • 151 Nermin Abadan-Unat, 2002 : xiii.

6Il n’en va plus ainsi depuis la fin des années 1990. Deux centres de recherche ont été fondés à Istanbul au sein d’universités privées : en 2002, Istanbul Bilgi University Center for Migration Research, peu après Migration Research Program at Koç University149. Les directeurs de ces institutions, Ayhan Kaya et Ahmet İçduygu respectivement, ont soutenu dans les années 1990-2000 des thèses de doctorat dans des universités allemande et australienne sur des aspects de l’émigration turque150. Une nouvelle série de publications intitulée “Göç”, a été créée au sein des éditions de l’Université Bilgi d’Istanbul. Les recherches sur l’émigration turque en France et en Europe sont encouragées et un nouvel intérêt est développé par les universités turques pour les travaux de recherche réalisés sur l’immigration turque en France et en Europe. La relative diffusion en Turquie des recherches récentes sur l’immigration turque en France, que nous avons mentionnée dans la partie précédente, s’intègre en effet dans ce contexte. La série “Göç” publie son premier ouvrage en 2002 : Bitmeyen Göç. Konuk İşçilikten Ulus-Ötesi Yurttaşlığa (« L’émigration qui ne cesse pas. Des travailleurs invités aux citoyens transnationaux »). Ce nouveau livre de Nermin Abadan-Unat, reprend une partie des résultats de ses recherches antérieures et présente « une analyse des nouveaux concepts et théories auxquelles a donné lieu la nouvelle forme prise par les migrations dans le processus de la globalisation »151. Dans cet ouvrage les émigrés turcs en Europe sont désignés, de manière alternative, comme “Euro-Türkler” (les Euro-Turcs) ou “Avrupa-Türkleri” (les Turcs d’Europe).

7La nouvelle terminologie adoptée par les sciences sociales turques pour désigner les émigrés ne découle pas seulement des transformations survenues dans l’existence sociale de ces derniers ou dans la perception, chez les chercheurs, de cette existence. Les différentes terminologies adoptées par les sciences sociales à des temps variés, pour désigner les émigrés, sont aussi associées à l’évolution des interrogations publiques qui ont été formulées par et dans la société d’émigration turque, à laquelle les chercheurs appartiennent. Pour comprendre la nouvelle terminologie, il est nécessaire de comprendre le sens de la terminologie employée dans les premières recherches réalisées sur l’émigration turque, en resituant celles-ci dans leur contexte de production social, politique et disciplinaire.

Notes

135 Göç signifie simultanément l’émigration, l’immigration et la migration. Dış signifie à la fois « externe » et « l’extérieur ». Dışgöç (littéralement « externe-migration ») signifie « l’émigration vers l’extérieur », sous-entendue vers l’extérieur de la Turquie.

136 Yurtdışı signifie « l’extérieur du pays », ou encore le(s) pays étranger(s). Nous ne cherchons pas ici à fournir une définition précise du terme Yurt (pour une analyse étymologique du terme, voir Stéphane de Tapia, 1999, notamment les pages 130 et 131). Signalons que dans la langue turque, ce terme se substitue selon le contexte aux termes Vatan et Ülke, qui, selon le contexte, signifient de même que le terme Yurt : le « pays », la « patrie » et la « nation ». Il en va ainsi pour les termes Yurttaş (littéralement : de même “yurt”) et Vatandaş (de même “vatan”), qui se substituent l’un à l’autre dans la langue turque et qui signifient tous les deux : le « concitoyen », le « citoyen », et ou encore, le « compatriote ». Enfin le terme işçi signifie simultanément : le travailleur, l’ouvrier, le manœuvre – avec l’idée de l’exercice d’un travail de base.

137 Généralement traduit en français comme « l’exil » (voir « Elghorba : le mécanisme de reproduction de l'émigration », Abdelmalek Sayad, 1975), gurbet signifie le lieu – un pays ou une ville – d’arrivée de l’émigré. Outre une signification géographique, le terme comporte une signification morale et affective et c’est pourquoi il est traduit comme « l’exil ». L’émigration est associée à un sentiment de mal être, au sentiment du « mal du pays ». – Selon le dictionnaire de l’Institut de la langue turque (http://tdkterim.gov.tr/bts), gurbet signifie : « le lieu éloigné de l’endroit où l’on est né ou l’on a vécu ». Selon la même source, Gurbetçi signifie « celui qui est parti en “gurbet” » ; « celui qui gagne sa vie dans le “gurbet” ». Rappelons que le terme est d’origine arabe : gharîb, qui signifie selon le dictionnaire ottoman-turc (http://www.sozluk.net/osmanlica) : hayret verici (étonnant, surprenant) ; tuhaf (étrange, curieux, bizarre, inhabituel) ; kimsesiz (seul, délaissé, orphelin) ; zavallı (pauvre, malheureux, misérable).

138 Sociologue turque née à Vienne et juriste de formation.

139  Nermin Abadan, 1964.

140 L’Institut de logement (ou de peuplement) et d’urbanisme (İskân ve Şehircilik Enstitüsü) de la Faculté de Sciences politiques de l’Université d’Ankara, la Fondation des Universités Néerlandaises pour la Coopération Internationale (NUFFIC) et l'Institut de recherche en sciences sociales dans les pays en développement (IMWOO).

141 Nermin Abadan-Unat, 2007 : 17.

142 Nermin Abadan-Unat, 2002 : xxii.

143 Loc. cit.

144 Travail bibliographique préparé et commenté par Nermin Abadan-Unat en collaboration avec Neşe Kemiksiz (1986). Selon le recensement d'Abadan-Unat, environ 300 ouvrages et 600 articles ont été publiés sur l’émigration turque vers l’Europe entre 1960 et 1984. Les publications consacrées aux thèmes qui ont été mentionnés en haut (ces thèmes sont regroupés sous la catégorie : « les problèmes économiques relatifs à l’émigration » (“Dış göçe ilişkin ekonomik sorunlar”), viennent au second rang, après les publications consacrées au « fait migratoire » (“Dış göç olgusu”), qui est un thème d’étude général et transversal. Ces deux catégories thématiques occupent à elles seules environ les deux tiers des articles et les deux tiers des ouvrages qui ont été publiés entre 1960 et 1984. Cf. Nermin Abadan-Unat (1986) : “Türk Dış Göçünün 24 Yıllık Bilimsel Bilançosu, 1960-1984” (« Le bilan scientifique de l’émigration turque, 1960-1984 »), l’Introduction à l’ouvrage de Nermin Abadan-Unat et Neşe Kemiksiz, 1986), notamment pp. 38-41.

145 Çağlar Keyder et Ayhan Aksu-Koç (1988), Préface.

146 Ibid. p. 54.

147 Voir les travaux bibliographiques de Nermin Abadan-Unat et Neşe Kemiksiz, 1986 ; de Çağlar Keyder et Ayhan Aksu Koç, 1988.

148 Notamment les romans de Fakir Baykurt, de Gülten Dayıoğlu, et d’Adalet Agaoğlu dont le roman Fikrimin İnce Gülü (1976) a été adapté au cinéma dans les années 1990 (sous le nom de Sarı Mercedes – Mercedes jaune/Mercedes mon amour). On peut aussi mentionner le roman de Günter Wallraff (Tête de Turc, paru en 1986 en France), qui a été traduit de l’allemand (Ganz Unten, 1985) en turc en 1986 sous le titre : En Alttakiler (« Ceux dans les bas-fonds »).

149 Ces centres organisent des rencontres pour les universitaires qui travaillent en Turquie ou ailleurs, sur les phénomènes migratoires en relation avec la Turquie (les émigrations à partir de la Turquie, les immigrations vers la Turquie, et les migrations à l’intérieur de la Turquie). Des informations détaillées sur la composition des comités d’administration et scientifiques, ainsi que sur les thématiques des colloques, symposiums et conférences organisés, sont disponibles sur leurs sites Web (www.goc.bilgi.edu.tr ; www.mirekoc.com). Ces sites offrent également des ressources bibliographiques, des bases de données statistiques, et des comptes-rendus de colloques tenus sur les mouvements migratoires concernant la Turquie (en tant que territoire d’origine, d’arrivée, et de passage et de transit). Enfin le site de MiReKoc donne accès aux comptes rendus d’une trentaine de projets de recherche financés par le MiReKoc depuis sa fondation.

150 Ahmet İçduygu (1991) : “Migrant as a Transitional Category : Turkish Migrants in Melbourne” ; Ayhan Kaya (1998) : “Constructing Diasporas: Turkish Hip-Hop Youth in Berlin” (publié en turc et en anglais, en 2000 et en 2001).

151 Nermin Abadan-Unat, 2002 : xiii.

© Institut français d’études anatoliennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable