Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie

 | 
Elif Aksaz

Première partie : La perspective française sur l’émigration turque

Conclusion de la première partie

Texte intégral

1L’examen de l’évolution des travaux de recherche sur l’immigration turque en France, apporte un élément de compréhension d’une situation paradoxale, mise en évidence dans les propos de Pınar Hüküm, la coordinatrice et co-fondatrice de l’association Elele. Dans un entretien récemment accordé en turc, Hüküm revient sur les conditions de la fondation d’Elele en 1984 et les efforts que cette association a consentis depuis, pour obtenir une audience par rapport à l’existence d’un « problème turc en France » :

  • 129 Entretien réalisé par Aslı Öcal (2008 : 308, 309).

« Quand au début, nous (l’association Elele, cofondée avec Gaye Petek-Şalom) parlions de ceux qui sont venus de Turquie (en France), on (pas précisé) nous disait : “Ce n’est pas un problème, ils ne sont que 60-70 000”. Nous leur répondions que le nombre n’était pas important, que si certaines politiques spécifiques (visant ces populations) ne sont pas envisagées, un jour ou l’autre, des problèmes surgiront. Au début la France (il s’agit probablement des interlocuteurs de l’association Elele) est restée figée sur le nombre (relativement réduit) des Turcs et a avancé l’inutilité de mettre en place des politiques spécifiques. Ils nous répondaient : “les Italiens, les Espagnols ont aussi vécu des difficultés en arrivant, mais maintenant ils sont intégrés”. […] Parce que ce qu’Elele a dit pendant des années, a été exprimé par Tribalat dans le livre Faire France, que “les Turcs ne peuvent pas être intégrés”, cela a fait un scandale. Mais à partir de ce moment, les responsables ont compris qu’ils devaient se pencher davantage sur ce sujet et qu’ils devaient s’y intéresser. », Pınar Hüküm129.

  • 130 Des mesures politiques à visé plus générale ont aussi été progressivement mises en place afin de li (...)
  • 131 Herbert Blumer, 2004 (1971).

2Le constat est exact. Les analyses de Michèle Tribalat (l’enquête MGIS) ont fait l’objet de controverses publiques. Elles ont suscité des réactions aussi bien parmi les universitaires que parmi les politiciens, et se sont traduites par la mise en place d’un dispositif spécifique pour les populations turques en France (les ADLI) à partir du milieu des années 1990130. Pourtant les analyses de Tribalat n’affirment rien de nouveau. Elles confirment, ou reprennent les grandes lignes des analyses antérieures, produites par les spécialistes de l’immigration turque en France. Cette situation peut paraître incompréhensible au premier abord, mais elle s’accorde avec la perspective de Herbert Blumer à propos du processus de définition collective des « problèmes sociaux » (pour souligner l’importance du processus social dont ils sont le produit, nous pouvons utiliser le terme de « problème public »)131.

  • 132 Herbert Blumer, 2004 (1971) : 196.

3Selon Blumer, les sociologues qui cherchent à diagnostiquer les causes d’existence des problèmes qu’ils étudient, présupposent que ces problèmes ont une nature objective. Or, ces problèmes existent d’abord parce qu’ils sont définis comme tels par et dans la société dans laquelle ils vivent. Différents problèmes publics, comme la pauvreté, l’injustice raciale, l’inégalité du statut des femmes, la pollution de l’environnement, ont attiré l’intérêt des sociologues et sont devenus des objets d’analyse à des moments particuliers, alors que les troubles qu’ils soulignaient existaient auparavant et n’ont pas cessé d’exister quand le « problème » a cessé d’être considéré. Blumer cite les problèmes du moment qui lui viennent à l’esprit, et qui ne sont pas ou qui sont très peu étudiés par les sociologues, parce qu’ils ne sont pas (encore) définis ou pas (encore) reconnus comme suffisamment importants par et dans la société. D’autres exemples montrent que, une fois définis, ces problèmes connaissent des devenirs variés. Certains problèmes, comme celui des inégalités de sexe, apparaissent aujourd’hui aux sociologues comme des problèmes flagrants, alors que, il y a quelques années, ces problèmes étaient pour eux considérés comme inexistants ou d’importance secondaire. D’autres, comme la pauvreté, sont capables de disparaître et de réapparaître de la scène sociologique au fil du temps. Le « succès » des problèmes publics (succès qu’ils connaissent dans le temps ou en comparaison à d’autres problèmes publics), ne dépend pas du fait qu’ils sont plus ou moins aigus ou dangereux pour la société, mais du processus par lequel ils viennent à être définis et redéfinis comme tels. Les problèmes publics sont le produit d’un processus de définition collective. (1) Pour émerger, ils doivent d’abord être définis comme des problèmes. Un problème public n’existe pas tant qu’une société ne reconnaît pas son existence. Une société n’ayant pas conscience d’un problème ne perçoit pas celui-ci, ne l’aborde pas, ne le discute pas, ne fait rien à son sujet. (2) Pour que le problème social suive son cours et ne disparaisse pas, il doit acquérir une légitimité sociale. Il doit gagner une certaine respectabilité pour être considéré dans les arènes de la discussion publique. (3) Si le problème social parvient à passer les étapes de la reconnaissance et de la légitimation sociale, il entre dans une nouvelle phase de sa « carrière ». Il devient l’objet d’un plan d’action officiel pour le traiter, et un sujet de discussion, de descriptions divergentes et de revendications diverses ; « ceux qui cherchent à changer des éléments du problème se confrontent à ceux qui s’efforcent de préserver leurs intérêts dans la configuration du problème »132.

4Blumer souligne la dépendance des problématiques scientifiques à l’égard des problèmes publics. Les étapes décrites par Blumer constituent une abstraction pour rendre compte d’un processus. Cette abstraction s’accorde avec le développement des recherches sur l’immigration turque en France. L’intégration des Turcs en France, constitue une interrogation publique que les sciences sociales ont reprise dans les termes où la politique française l’a formulée à un moment donné. Les difficultés d’intégration des populations (des travailleurs puis des familles) turques en France ont été signalées au cours des années 1970 et 1980. Elles ont été reconnues socialement après 1990. Enfin, à partir du milieu des années 1990, elles se sont vues reconnaître une légitimité sociale : elles sont devenues objet d’action publique, de débats et de controverses. En ce sens, le milieu des années 1990 marque une nouvelle étape dans la carrière du problème public de l’immigration turque en France (ou des difficultés d’intégration des populations immigrées turques à la société française). On comprend ainsi mieux les réactions suscitées par une enquête sociodémographique (MGIS) qui n’affirme rien de nouveau, mais qui arrive à une étape de l’évolution d’un problème public, lorsque celui-ci a dépassé les étapes du signalement et de la reconnaissance sociale.

  • 133 Par exemple Isabelle Rigoni, 2000 a ; et Benoît Sourou et Françoise Rollan, 2006. De même Claire Au (...)
  • 134 Stéphane de Tapia, 2007 b.

5On peut donc nuancer les deux interprétations de l’immigration turque en France, qui sont en même temps pertinentes selon le point de vue que l’on adopte. Pour justifier le contexte de l’émergence des conclusions de l’enquête MGIS, les travaux de thèse qui lui sont postérieurs suggèrent que l’immigration turque, du fait de son caractère récent, est relativement peu étudiée et mal connue133. En raison de ses temporalités, le courant migratoire turc en France a été, bien au contraire, relativement vite étudié (dès le début des années 1970) et, même si au milieu des années 1990, les recherches consacrées à ce courant migratoire s’inscrivent dans un domaine périphérique des sciences sociales, de nombreuses études et rapports FAS/FASILD sur les populations turques rappellent que celles-ci font l’objet d’un intérêt public. Bref, ce n’est pas l’ignorance ou un manque de connaissance sur les Turcs qui explique le contexte d’émergence de l’enquête MGIS, mais une connaissance des problèmes signalées des populations turques en France, très tôt d’ailleurs. Une remarque de Stéphane de Tapia décrit exactement la situation : « les études sont bien plus nombreuses que l’on ne l’imagine, et l’immigration turque est tout sauf une inconnue »134. Mais cette remarque reste partielle, puisque les connaissances dégagées sur cette émigration, au moins jusqu’au milieu des années 1990, procèdent d’un angle de vue particulier : celui des « spécialistes de l’immigration turque », ayant produit des thèses dans les années 1980, issus pour la plupart eux-mêmes de Turquie. Principaux prestataires du FAS/FASILD, les spécialistes ont joué un rôle déterminant dans l’évolution du problème public turc en France, dès ses premières phases de signalement, vers l’acquisition d’une reconnaissance et d’une légitimité sociale. Depuis, une nouvelle génération de chercheurs, notamment français, étudient l’immigration turque en France. Leur approche aussi bien que leurs démarches, sont différentes. Ils adoptent une démarche ethnographique et ils sont critiques vis-à-vis des analyses jusqu’ici alarmistes de l’immigration turque, qu’ils visent à combattre. En ce sens, le milieu des années 1990 marque un tournant dans l’étude de l’immigration turque en France.

6Cette orientation initiale mise à part, peu de choses distinguent les conclusions des deux générations de chercheurs. L’origine rurale du courant migratoire turc, qui est mise en avant dans l’enquête MGIS, constitue un trait de cette émigration systématiquement souligné dans les travaux des sciences sociales en France. L’origine rurale des immigrés turcs est considérée comme un élément qui rend incertain une intégration ultérieure. Les spécialistes de l’immigration turque s’inquiètent des difficultés d’intégration de ces populations, quand ils constatent que des normes de comportements rurales se sont maintenues en France (comportements dits traditionnels dans ces recherches). Les travaux de recherche plus récents ne font que confirmer les analyses des spécialistes, sans adopter un ton alarmiste.

7Les analyses des mariages avec les conjoints en Turquie suivent le même guide d’interrogation. Ayant généralement cherché à expliquer pourquoi les Turcs en France épousent des conjoints en Turquie, quel que soit leur positionnement par rapport à l’idée de l’exception turque en France dégagée par l’enquête MGIS, les chercheurs admettent sur le mode de l’évidence que les mariages s’intègrent dans des « stratégies migratoires » mises en œuvre par les Turcs pour contourner les politiques restrictives en matière d’accueil d’immigrés en France. Mais la dimension morale distingue ici encore les deux types d’analyse. Les premiers spécialistes de l’immigration turque considèrent ces mariages comme inquiétants vis-à-vis d’une intégration ultérieure à la société française (mettant en avant les situations dramatiques des jeunes femmes en France, les fugues et tentatives de suicides). Les recherches récentes affirment que ces mariages ont quelque chose de positif, relevant d’une logique “moderne” : les jeunes femmes en France acquièrent par là un pouvoir sur leur mari. Ainsi la différence entre les deux orientations ne porte pas tellement sur ce qui est observé, que sur ce qui est ajouté par un jugement politico-moral. La partie qui suit, cherche à répondre à la question des similitudes dans des analyses qui sont produites par les deux orientations distinguées. Il s’agit de réunir les éléments de compréhension de ce socle commun.

8En effet, il semble que les chercheurs ont communément ignoré la nature publique des problèmes étudiés et contribué ainsi, d’une manière ou d’une autre, à ce que le « problème » de l’immigration turque en France poursuive sa « carrière ». Pour prendre une distance vis-à-vis des définitions et des interrogations publiques – une démarche conventionnellement formulée en sociologie comme : « une rupture avec le sens commun » –, il faut d’abord prendre conscience de leur nature, ou les objectiver. Pour cela on examinera les recherches sur l’immigration turque réalisées en Turquie.

Notes

129 Entretien réalisé par Aslı Öcal (2008 : 308, 309).

130 Des mesures politiques à visé plus générale ont aussi été progressivement mises en place afin de limiter ou freiner l’immigration par la voie du regroupement familial : « “La France a le droit de choisir qui elle veut accueillir”, a insisté Brice Hortefeux, qui dressait jeudi le bilan de son ministère de l’immigration et de l’identité nationale, un an après sa création. […] Ils étaient encore 97 125 à entrer comme conjoints ou proches entre juin 2006 et mai 2007, contre 84 921 maintenant. Depuis la fin de l’émigration de masse en 1974, le regroupement familial est la principale porte d’entrée en France des migrants. […] “Ces unions ont explosé et sont souvent devenues un canal d’immigration”, estime un conseiller du ministre. Depuis 2004, elles sont plus surveillées, notamment dans les consulats chargés de déjouer les mariages arrangés. […] Pour mieux réussir l’intégration des immigrés, quels qu’ils soient, la France met l’accent sur la maîtrise de la langue. Désormais, les candidats doivent passer un test de français, qui n’est pas éliminatoire, mais ouvre droit à des cours. », Cécilia Gabizon, « Immigration : le coup d’arrêt au regroupement familial », Le Figaro, 20 Juin 2008. Ces mesures semblent être contraignantes pour une population « battant ainsi tous les records » dans ce domaine, selon les termes de Gaye Petek-Şalom (1997).

131 Herbert Blumer, 2004 (1971).

132 Herbert Blumer, 2004 (1971) : 196.

133 Par exemple Isabelle Rigoni, 2000 a ; et Benoît Sourou et Françoise Rollan, 2006. De même Claire Autant-Dorier (2002 ; 2008) qui évoque une « relative ignorance dont souffre cette population ».

134 Stéphane de Tapia, 2007 b.

© Institut français d’études anatoliennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable