Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie

 | 
Elif Aksaz

Première partie : La perspective française sur l’émigration turque

3. L’ouverture d’un débat à partir du milieu des années 1990

Texte intégral

1Les conclusions de l’enquête MGIS instituant les Turcs comme une exception à la tendance à l’assimilation, ont été vivement critiquées dans des thèses entreprises à partir du milieu des années 1990. Je présenterai brièvement ces travaux de thèse et leur orientation critique.

a) Les thèses récentes : continuité et rupture avec les recherches antérieures

  • 107  La plupart de ces recherches ont été publiées (notamment Valérie Amiraux, 2001 ; Isabelle Rigoni, (...)

2La plupart de ces doctorants en sciences politiques et en sociologie travaillant en France sur la Turquie se sont réunis lors d’un colloque organisé en 1999 à l’IRESCO, qui a donné lieu à la parution d’un ouvrage, Turquie : les mille visages. Politiques, religion, femmes, immigration (Isabelle Rigoni, coor., 2000)107.

  • 108 Valérie Amiraux, 1997 ; Nicola Tietze, 1999 ; et Isabelle Rigoni, 2000 b.
  • 109 Fadime Deli, 2004.
  • 110 Véronique Manry, « Mobilités commerciales et affranchissement social : Marseille, Alger, Istanbul » (...)
  • 111 Benoît Sourou, 2001 ; et Feyza Ak, 2005.
  • 112 Claire Schiff, 2000 a.
  • 113 Verda İrtiş-Dabbagh, 2001.
  • 114 Derya Fırat (2005).
  • 115 Comme on le voit à travers la place accordée à la question de ces mariages dans les publications ré (...)
  • 116 Claire Autant-Dorier, 2002.
  • 117 Benoît Fliche, 2003. Voir également l’ouvrage issu de cette recherche : Benoît Fliche, 2007.

3Ces travaux de thèse suivent les principaux axes d’analyse adoptés à partir du début des années 1990, comme l’intégration de la diversité des espaces d’installation nationaux et de l’hétérogénéité ethnique et une nouvelle attention accordée aux jeunes. Les thèses en sciences politiques de Valérie Amiraux, Nicola Tietze, et Isabelle Rigoni portent ainsi sur la question de l’identité religieuse et politique des Turcs en France, en Allemagne et en Belgique108. Une thèse porte sur l’expérience migratoire des populations du département de Mardin (turcophones, kurdophones, arménophones…) installées à Mardin, à Istanbul, en France et en Allemagne109. Une thèse en cours étudie les activités entrepreneuriales et les réseaux des Turcs et Kurdes en France (Véronique Manry)110. Deux thèses portent sur l’identité des immigrés turcs en France : Benoît Sourou étudie l’identité dans une perspective ethno-psychiatrique et Feyza Ak, l’identité des femmes immigrées turques111. Une thèse s’intéresse aux jeunes112. Deux autres, entreprises par des doctorants de culture turque, Verda İrtiş-Dabbagh113 et Derya Fırat114, qui n’ont pas contribué à l’ouvrage coordonné par Rigoni (2000, op. cit.), s’intéressent également aux jeunes. Enfin, les mariages avec les conjoints en Turquie, qui constituent un élément d’importance de l’univers des immigrés turcs115, font l’objet de deux thèses d’anthropologues : Claire Autant-Dorier116 et Benoît Fliche117.

4Ces deux dernières recherches ne reposent pas sur des enquêtes par questionnaires mais sur des entretiens formels et informels, des observations, le recueil d’arbres généalogiques, de récits de vie et de trajectoire migratoire. Les deux chercheurs ont séjourné en Turquie. L’accès au terrain s’est fait par l’intermédiaire d’« informateurs privilégiés » : un ami de classe, turc, pour Autant-Dorier ; pour Fliche, un ami originaire d’un village en Turquie où celui-ci a conduit une partie de sa recherche.

5Le terrain de Claire Autant-Dorier est une petite commune des Monts du Lyonnais, Chazelles, où résident une trentaine de familles issues de diverses régions de Turquie. La population turque de Chazelles présente les caractéristiques les plus fréquemment rencontrés parmi les populations turques en France : de confession musulmane sunnite, issues des zones rurales en Turquie et des régions du Centre et de l’Est de l’Anatolie. Autant-Dorier a effectué des séjours en Turquie, dans des villes et dans quelques villages dont sont originaires des familles turques de Chazelles.

  • 118 Il semble que le village ait connu une phase de développement, voire de renaissance au cours de l’e (...)

6Le terrain de Benoît Fliche est Narbonne dans l’Aude et un quartier « gecekondu » (terme désignant l’habitat auto-construit/bidonvilles) d’Ankara, nommé « Güzeltepe ». Il s’agit de deux localités d’installation des familles émigrées d’un village (« Kayalar ») du département de Yozgat en Anatolie centrale. Kayalar est un village dépeuplé dans les années 1970 par l’émigration vers les zones urbanisées en Turquie et en Europe118. Narbonne, comme Chazelles, comporte une population turque de petite taille, d’origine rurale, et issue de diverses localités. La recherche est centrée sur les familles de Narbonne qui sont musulmanes et d’obédience alévie, issues du village de Kayalar.

b) Une critique de l’enquête MGIS

  • 119 Pour une critique également ciblée de l’enquête MGIS, voir aussi Isabelle Pellé-Guetta et Ufuk Doğr (...)

7Aussi bien dans sa contribution dans l’ouvrage coordonné par Isabelle Rigoni (2000), que dans sa thèse (2002) et un article (1999), Claire Autant-Dorier développe une critique systématique des analyses de l’enquête MGIS119. Elle souligne à propos de l’émigration turque que « s’il y a une spécificité, elle ne tient pas seulement aux caractéristiques intrinsèques de cette population ».

  • 120 L’auteur s’appuie sur une recherche par questionnaire dirigée par Altan Gökalp pour le FAS auprès d (...)
  • 121 Si bien que Tribalat évoque une « immigration difficile à appréhender », comportant des indicateurs (...)

8Selon Autant-Dorier, l’analyse de Tribalat est « tout à fait biaisée » et donne « une image faussée » des Turcs. Elle lui reproche de ne pas tenir compte, dans les comparaisons établies entre courants migratoires, de la durée de séjour en France et de la différence de génération, l’immigration turque faisant partie des courants relativement « tardifs ». L’enquête MGIS compare par exemple des immigrés algériens venus à 16 ans et présents depuis 30 ou 40 ans et des immigrés turcs venus à 25 ans et présents depuis 15 ans. D’ailleurs, ajoute-t-elle, les jeunes Turcs fréquentent les Français plus que ne le font leur père120 . Elle reproche également à l’enquête de ne pas tenir compte de la distance sociale et culturelle qui sépare les Turcs en général des Français, comparés aux ressortissants des pays colonisés. Comme ces derniers bénéficient de la connaissance de la langue, de la logique administrative, et d’une scolarisation dans des écoles françaises, ils devancent par conséquent les Turcs, qui sont issus de l’Empire ottoman et d’une Turquie républicaine fière de son indépendance. Le faible usage de la langue française dans le courant turc s’expliquerait par la distance avec la langue turque : un immigré de langue espagnole et portugaise maîtrisant une langue romane, disposerait selon l’auteur, de plus de facilité pour l’apprentissage du français. De plus, quand l’un des conjoints est émigré de Turquie, l’usage du turc à la maison deviendrait indispensable. La proportion spécialement élevée chez les Turcs de travailleurs indépendants n’est pas retenue comme un signe d’intégration par Tribalat, du fait que les Turcs travaillent entre Turcs et que les jeunes générations vivent une reproduction sociale. Or, estime Autant-Dorier, il s’agit d’une preuve de dynamisme économique, « à croire que le chômage serait préférable ! », affirme-t-elle.121

  • 122 La contribution de Feyza Ak (de culture turque) s’écarte de la ligne générale de l’ouvrage. À parti (...)

9Différentes contributions dans l’ouvrage collectif dirigé par Rigoni adoptent une perspective critique similaire122. Pour contester l’idée d’une exception turque et d’un repli volontaire chez les Turcs, ces recherches suggèrent par exemple que ceux-ci ne sont pas les seuls responsables des difficultés d’intégration signalées :

  • 123 Claire Schiff, 2000 b, in Isabelle Rigoni (coor.), p. 190.

« Loin de constituer une “résistance” à l’intégration à la société environnante, les phénomènes observés au sein de l’immigration turque pourraient bien traduire une adaptation, somme toute réaliste, aux contraintes rencontrées dans le contexte migratoire (inadaptation du système scolaire aux primo-arrivants, ségrégation résidentielle et présence d’une jeunesse urbaine désœuvrée, etc.). », Claire Schiff123.

  • 124 Véronique Manry, 2000, in Isabelle Rigoni (coor.), p. 220.

« Les critères habituellement retenus comme critères d’intégration ne permettent pas de juger du processus qu’ont engagé ces migrants [turcs] puisqu’ils tirent leurs ressources de leurs capitaux communautaires. Au contraire, il s’agit pour eux de réaliser et de parfaire une intégration dans les réseaux de la migration. », Véronique Manry124.

10Ces travaux de thèse ont ainsi généralement cherché à disculper les immigrés turcs des manquements que leur attribuait l’enquête MGIS – l’usage du terme « immigré », substitué au « migrant », est quasiment banni chez les contributeurs – parfois en proposant une explication : le caractère récent de l’émigration turque, la distance socio-culturelle et linguistique des Turcs, l’inadaptation des institutions de la société d’accueil ; parfois en contrebalançant ou atténuant l’effet de ces caractéristiques par des éléments tenus pour être leurs envers, comme l’appartenance à une Turquie indépendante, la propension développée à l’« entrepreneuriat », etc.

11Certaines de ces recherches ont également attiré l’attention sur la méthode employée dans l’enquête MGIS. Ils ont détecté des éléments qui remettent en cause la validité des critères d’intégration retenus. Par exemple, l’identification de soi comme turc ne serait pas incompatible avec d’autres formes d’identification et donc avec une intégration :

  • 125 Nicola Tietze, 2000, in Isabelle Rigoni (coor.), p. 246. Voir également une analyse similaire sur l (...)

« […] les déclarations identitaires des jeunes hommes issus de l’immigration turque en Allemagne ne doivent donc pas tromper sur le fait que la phrase “Je suis un Turc !” est une affirmation à visages multiples. Mais elle représente toujours une façon de dire “Je suis Allemand”, bien qu’elle postule à première vue le contraire. Car cette construction identitaire s’élabore dans le contexte et en réponse à la société allemande. », Nicola Tietze125.

  • 126 Claire Autant-Dorier, 2000, in Isabelle Rigoni (coor.), p. 178 ; ainsi que la thèse de Claire Autan (...)
  • 127 Claire Autant-Dorier, 2002 : 38.

12Un autre exemple est fourni par Claire Autant-Dorier : celui des hommes turcs bigames, vivant en France avec une compagne française et une épouse turque : est-ce qu’il s’agit d’une « preuve d’intégration ? » ou d’une « preuve de traditionalisme ? »126. Ainsi, le fait d’épouser un(e) conjoint(e) de Turquie n’est pas tenu nécessairement pour incompatible avec l’intégration : son intérêt pour étudier les Turcs résidant dans la commune où elle-même avait grandi et où elle réside, semble renvoyer à une expérience biographique qui ébranla sa conception de l’intégration. Un ami turc avec lequel elle avait été à l’école, « dont l’intégration ne faisait aucun doute à mes yeux, venait de se marier avec une fille de Turquie subissant une contrainte qu’il me restait à qualifier. L’image que je me faisais de lui, comme ma représentation spontanée de l’intégration s’en trouvèrent déstabilisées », écrit-elle127.

c) La question du maintien des normes de comportements rurales en France et la question des mariages des Turcs en France avec les conjoints en Turquie dans les thèses récentes

  • 128 Claire Autant-Dorier, 2002 ; et Benoît Fliche, 2003.Nous utiliserons également l’ouvrage qui est is (...)
  • 129 Claire Autant-Dorier, 2002.

13Quinze années environ séparent l’étude monographique de Kastoryano et les travaux de recherche ethnographiques récents de Claire Autant-Dorier et Benoît Fliche128. Mais les observations de Kastoryano se retrouvent en grande partie dans ces analyses qui lui sont postérieures. La vie des familles turques à Chazelles comporte des similitudes frappantes avec celle des familles turques à Terrasson et à certains égards à Paris et en région parisienne décrite par Kastoryano. La vie en France est ressentie par les familles turques comme une menace. La progression du contrôle social est relevée. Les pratiques rurales sont maintenues. Et des « conduites réglées par les traditions » : c’est-à-dire, le monde des femmes séparé du monde des hommes129.

14La recherche de Fliche est davantage axée sur les « changements d’habitus » en migration. Fliche refuse l’idée que les migrants arrivent dans une localité avec un « bagage culturel » et que celui-ci reste intact. Quelques exemples de « changement d’habitus » chez les émigrés qui reviennent en Turquie sont rapportés : la consommation de Nescafé, l’usage de la table basse, le maquillage et de nouvelles normes vestimentaires pour les femmes, toutefois avec l’autorisation des hommes. Cette recherche semble donc confirmer le constat qu’avait fait Kastoryano d’« un mélange de modernité et d’éléments traditionnels d’origine ».

15Les deux recherches relèvent que les jeunes célibataires se sont rarement mariés avec des conjoints résidant en France. Les conjoints viennent des villages d’origine des parents, ou encore des villes ayant reçu une émigration de ces villages. Les deux recherches partagent la même perspective. Elles récusent les explications des analyses antérieures par le maintien des valeurs culturelles d’origine. Elles suggèrent que les mariages conclus avec des conjoints de Turquie sont des indices de transformations sociales dissimulées derrière ce qui se donne comme un maintien de traditions.

16En faisant venir des gendres et brus de Turquie, les familles turques de Chazelles gagnent un capital symbolique : elles répondent à une pression extrêmement forte que les personnes restées en Turquie exercent sur elles, en premier lieu la famille proche. Ainsi, elles font venir de préférence un parent, à qui elles réservent « le privilège de pouvoir venir en France ». Les filles (qui se marient en France), comme leur père, trouvent un avantage pratique et symbolique dans ces mariages. Scolarisées et socialisées en France, elles se trouvent en position de force dans leur rapport avec leur conjoint. Elles acceptent ces mariages traditionnels tout en faisant ainsi de nécessité vertu dans leurs relations avec leurs parents. Le travail indépendant – la possibilité d’être à son compte – chez les immigrés turcs de Chazelles, est une caractéristique qui contribue à réactiver les chaînes migratoires à travers les alliances et le regroupement familial. Il permet le recrutement des gendres venus de Turquie en France, et par là, assure aux familles en France, « une main-d’œuvre facile pour ces activités sans qu’il soit besoin de les salarier vraiment ».

17Les analyses de Fliche sont convergentes avec celles d’Autant-Dorier. Les mariages sont accomplis pour émigrer en France ou en Europe en général. Les hommes n’ont que peu de contrôle sur les épouses socialisées en France, les femmes gagnent une marge de manœuvre sur les maris.

18Ces recherches n’ajoutent rien de très nouveau aux analyses antérieures. Altan Gökalp avait conclu avec l’idée de « stratégies migratoires », sur le fait que les mariages sont réalisés dans la perspective de venir en France et de faire venir en France, ce qui est devenu difficile depuis la fermeture des frontières. C’est peut-être l’interprétation de la situation des femmes qui constitue le point principal de divergence. Selon les travaux de thèse récents, les femmes en France deviendraient des épouses dominantes (vis-à-vis de leur conjoint). Gökalp n’avait pas accordé une attention particulière aux rapports conjugaux, et plus généralement à la situation des femmes (sauf, quand il s’alarme à propos des filles soustraites à l’école, conduites au suicide, etc.). Il avait décrit la situation de dépendance des gendres vis-à-vis du beau-père, non vis-à-vis des épouses.

Notes

107  La plupart de ces recherches ont été publiées (notamment Valérie Amiraux, 2001 ; Isabelle Rigoni, 2001 ; Nicola Tietze, 2002 ; Verda İrtiş-Dabbagh, 2003 b ; et Benoît Fliche, 2007). Ces recherches ont également connu une diffusion en Turquie. L’ouvrage collectif Entegrasyonun Ötesinde… (Au-delà de l’intégration…) édité par Didem Danış et Verda İrtiş (2008), et visant à informer l’opinion publique turque sur l’étude de l’immigration turque en France (pour reprendre les termes de Didem Danış et de Verda İrtiş, dans la préface), rassemble ainsi des textes critiques vis-à-vis de l’enquête Tribalat, écrits par des doctorants rattachés aux établissements universitaires en France (voir notamment les contributions de Claire Autant-Dorier ; de Benoît Fliche ; et de Verda İrtiş). Une autre initiative, émanant également des doctorants turcs rattachés à des établissements universitaires en France, avait permis la publication d’un numéro spécial de la revue Toplum Bilim (« Société Science »), une revue de sciences sociales turque (le numéro 17, 2003, édité par Derya Fırat). Ce numéro présente quelques textes sur l’immigration d’auteurs français traduits en turc (G. Noiriel, S. Beaud, A. Sayad, D. Schnapper, M. Wieviorka, L. Wacquant) et quelques textes écrits par des doctorants, partageant une posture critique vis-à-vis des analyses de Tribalat. Signalons que dans Entegrasyonun Ötesinde, op. cit., figurent également les contributions de certains spécialistes de l’immigration turque en France (comme Stéphane de Tapia et Samim Akgönül), des reportages avec des directeurs d’associations turques, dont Elele (cf. l’entretien réalisé avec Pınar Hüküm), et un article de Gaye Petek, qui se penche sur un nouveau thème : la participation politique. Petek blâme la faible participation des Turcs dans la vie sociale et politique française et le système politique français qui accorde selon elle, contrairement à l’Allemagne, peu de place aux députés d’origine étrangère.

108 Valérie Amiraux, 1997 ; Nicola Tietze, 1999 ; et Isabelle Rigoni, 2000 b.

109 Fadime Deli, 2004.

110 Véronique Manry, « Mobilités commerciales et affranchissement social : Marseille, Alger, Istanbul », Thèse en cours, sous la direction de Michel Péraldi, Université de Provence, Aix Marseille 1.

111 Benoît Sourou, 2001 ; et Feyza Ak, 2005.

112 Claire Schiff, 2000 a.

113 Verda İrtiş-Dabbagh, 2001.

114 Derya Fırat (2005).

115 Comme on le voit à travers la place accordée à la question de ces mariages dans les publications récentes, alors que ces mariages ne constituent pas l’objet principal de ces recherches (par exemple Verda İrtiş-Dabbach, 2003 a ; Stéphane de Tapia, 2005 ; 2007 a ; 2007 b ; Stéphane de Tapia et Ahmet İçduygu, 2006 ; et Feyza Ak, 2008). Aussi une demande publique vise ces mariages. À partir du milieu des années 1990 la question des mariages (et celle de la situation des femmes turques) est devenue un objet d’examen, d’études et d’activités publiques. Voir par exemple « Les femmes turques dépositaires de l’honneur familial », Rapport FAS, Annick Hermet (1995) ; « Honneur et Violence : Fatalité ou conjoncture pour les femmes turques ? », Actes du Colloque organisé à l’UNESCO par l’association Elele, les 12 et 13 Décembre 1997 avec le concours de FAS et du Service des Droits des Femmes ; « Turquie, le mariage forcé », 2005, Rapport pour la Commission des Recours des Réfugiés, préparé sur la base des travaux et publications d’Altan Gökalp, de Gaye Petek-Şalom. Certains parmi les doctorants sont également sollicités par le FAS (cf. le rapport de Claire Autant-Dorier et al., 1996 ; et un article issu de ce rapport : Claire Autant-Dorier et Véronique Manry, 1998). Un rapport récent et ciblé sur la question des mariages a été commandé par le FASILD aux spécialistes de l’immigration turque : Altan Gökalp, Stéphane de Tapia, et Samim Akgönül (2005) : « Les conjoints des jeunes Français originaires de Turquie. “Pourquoi l’épouser” ; ou les raisons du choix du conjoint au pays ».

116 Claire Autant-Dorier, 2002.

117 Benoît Fliche, 2003. Voir également l’ouvrage issu de cette recherche : Benoît Fliche, 2007.

118 Il semble que le village ait connu une phase de développement, voire de renaissance au cours de l’enquête : le dernier chapitre de la recherche, court et non intégré à l’analyse d’ensemble, mentionne les investissements réalisés depuis 1997 dans le village, avec la construction de quelques maisons par des migrants originaires de Kayalar installés à Ankara et dans différents pays d’Europe.

119 Pour une critique également ciblée de l’enquête MGIS, voir aussi Isabelle Pellé-Guetta et Ufuk Doğrusöz (1995) ; et Alain Blum (1998).

120 L’auteur s’appuie sur une recherche par questionnaire dirigée par Altan Gökalp pour le FAS auprès d’environ 300 jeunes Turcs âgés de 15 ans à 25 ans (Altan Gökalp et al., 1997).

121 Si bien que Tribalat évoque une « immigration difficile à appréhender », comportant des indicateurs d’intégration (esprit d’entreprendre chez les hommes turcs, leurs sorties en boîte de nuit, etc.) mais qui paradoxalement est déficiente, comparée aux autres populations immigrées (maghrébines), à l’égard d’autres types d’indicateurs, à savoir la maîtrise de la langue française, l’intérêt pour les études, l’échec scolaire, etc. (cf. Faire la France, 1995).

122 La contribution de Feyza Ak (de culture turque) s’écarte de la ligne générale de l’ouvrage. À partir d’une analyse des discours des émigrés turcs recueillis dans le cadre de « la recherche de Roger Establet » (cette recherche que nous avons mentionnée plus haut [R. Establet, 1997] repose sur l’analyse des questionnaires et des entretiens semi-directifs administrés par des étudiants turcs en Turquie, auprès des 90 ouvriers turcs ayant effectué un retour définitif de France), Ak conclut sur la passivité des femmes turques dans le processus migratoire : « Les travailleurs décrivent le fait (l’arrivée de leur épouse en France) par le verbe “emmener” (les ouvriers affirment : “je l’ai fait venir”, “je l’ai emmenée”), ce qui implique la passivité de la femme. Ce n’est pas la femme qui vient ou qui ne vient pas mais c’est l’homme qui “l’emmène” ou qui ne “l’emmène” pas. […] », Feyza Ak, 2000, in Isabelle Rigoni (coor.), p. 153.

123 Claire Schiff, 2000 b, in Isabelle Rigoni (coor.), p. 190.

124 Véronique Manry, 2000, in Isabelle Rigoni (coor.), p. 220.

125 Nicola Tietze, 2000, in Isabelle Rigoni (coor.), p. 246. Voir également une analyse similaire sur l’immigration turque en France de Benoît Sourou (2000, in Isabelle Rigoni, coor., p. 203), qui affirme que « l’identité des migrants turcs nous apparaît plurielle, fonction de l’histoire culturelle du lieu d’origine ».

126 Claire Autant-Dorier, 2000, in Isabelle Rigoni (coor.), p. 178 ; ainsi que la thèse de Claire Autant-Dorier, 2002 : 423.

127 Claire Autant-Dorier, 2002 : 38.

128 Claire Autant-Dorier, 2002 ; et Benoît Fliche, 2003.Nous utiliserons également l’ouvrage qui est issu de la thèse de Fliche (2007).

129 Claire Autant-Dorier, 2002.

© Institut français d’études anatoliennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable