Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie

 | 
Elif Aksaz

Première partie : La perspective française sur l’émigration turque

2. La reconnaissance sociale d’un problème public de l’émigration turque à partir des années 1990 et ses conséquences sur les recherches

Texte intégral

a) Le FASILD et les spécialistes de l’immigration turque

  • 65 Dans un colloque international organisé en 1991 à Strasbourg, Georges Daniel, expert Culturel Inter (...)

1Les « difficultés d’intégration » qui ont été signalées pour les populations turques en France au cours des années 1970 et 1980, ont obtenu une reconnaissance publique à partir du début des années 1990. Un intérêt relativement important a été accordé par le Fonds d’Action Sociale (FAS, FASILD) au courant migratoire turc, pour lequel les partisans de l’intégration se disent être « prêts à dépenser sans compter »65.

  • 66 Cf. Les rapports sur « La communauté turque en Alsace » de Stéphane de Tapia et al. (1990) ; et de (...)
  • 67 Cf. Les rapports de Riva Kastoryano (1992 a) ; de Gaye Petek-Şalom (1995 b) ; de Gaye Petek-Şalom, (...)
  • 68 Cf. Le rapport de Gaye Petek-Şalom et de Hamit Bozarslan (1993) ; et le numéro 21 de la revue Cemot (...)
  • 69 Cf. Le rapport d’Altan Gökalp, de Riva Kastoryano et de Stéphane de Tapia (1997). Voir aussi les ar (...)

2Cette institution semble être le principal commanditaire de rapports et d’études (dont les résultats résumés sont parfois publiés dans des revues en partenariat avec l’institution) auprès des universitaires qui sont considérés comme spécialistes de l’immigration turque. Ces spécialistes sont sollicités pour formuler leurs diagnostics et faire des suggestions sur les perspectives d’intégration de « la communauté turque » en Alsace (où les Turcs sont proportionnellement plus nombreux qu’ailleurs en France)66 et en France en général67, ou encore à propos des femmes immigrées turques68. Une nouvelle catégorie fait l’objet de recherches : les jeunes, suivant la problématique de l’intégration et de l’identité culturelle69.

  • 70 « Les Alévis sont des “hétérodoxes” musulmans, minoritaires en Anatolie, qui se caractérisent par l (...)
  • 71 On peut mesurer la part d’arbitraire dans ce type de procédé. Dans leur étude pour le FAS, que nous (...)
  • 72 Par exemple André Kocher et Stéphane de Tapia (1989) affirment que les « […] Turcs d’origine kurde (...)

3Au cours de cette période d’acquisition d’une reconnaissance publique d’un « problème » de l’immigration turque en France, une attention est accordée à l’hétérogénéité des populations turques, dites désormais « de Turquie », et jusqu’ici décrites comme une entité homogène, « la communauté turque ». Les critères retenus sont principalement religieux-confessionnels et ethnico-linguistiques : ils conduisent à distinguer notamment « les Turcs » et « les Kurdes », « les Sunnites » et « les Alévis », orthodoxes et hétérodoxes musulmans70. Il faut ici signaler que ces critères se chevauchent et ne sont pas suffisants pour rendre compte de l’hétérogénéité ethnique, religieuse et linguistique des populations émigrées de Turquie en France71. Ces critères sont discutés comme des variables susceptibles d’influencer l’intégration en France72.

4Une comparaison France - Allemagne, déjà présente dans quelques recherches lorsque le caractère récent de l’immigration turque en France ne fournissait pas de matériaux suffisants pour évaluer les perspectives d’avenir des travailleurs turcs en France, est parfois développée. Ce type de recherches semble être en partie lié à la demande d’adhésion à l’Union Européenne, formulée officiellement par la Turquie en 1987.

5Les actes d’un colloque international tenu en 1991 à Strasbourg avec le concours du FAS, sont publiés sous la direction d’Alain Jund (délégué régional du FAS), Paul Dumont et Stéphane de Tapia (Enjeux de l’immigration turque en Europe : Les Turcs en France et en Allemagne, 1995). Les auteurs expliquent en avant-propos le contexte de cette publication : la crainte de l’opinion publique française de voir « déferler » les Turcs de l’Allemagne vers la France après la chute du mur de Berlin et leur conviction partagée que l’avenir des Turcs dans les deux pays est irrémédiablement ancré dans les perspectives de l’espace européen.

  • 73 Cemoti, les numéros 8 et 10 (1990). À partir de 1990, et surtout de 2000, différents des ouvrages o (...)
  • 74 Cemoti, le numéro 13 (1992). Voir notamment la contribution de Riva Kastoryano (1992 b), ainsi que (...)
  • 75 « L’immigration turque et le travail social pour l’intégration en France et en Allemagne », Colloqu (...)

6L’année du colloque, Paul Dumont et François Georgeon publient un ouvrage collectif sur la question de l’adhésion de la Turquie (La Turquie au seuil de l’Europe). La revue Cemoti (Cahiers d’études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, publiés avec le soutien du FAS) y consacre deux numéros en 1989 et 199073, suivis d’un autre numéro sur l’intégration des Turcs en France et en Allemagne74 – par ailleurs le thème d’un colloque organisé avec le soutien du FAS75.

  • 76 Roger Establet (1997) : Comment peut-on être Français ? 90 ouvriers turcs racontent.
  • 77 Roger Establet, ibid. : 23.

7En 1995, un recueil met en parallèle les problèmes similaires en termes d’intégration, signalés à propos des populations turques dans différents pays européens (Turcs d’Europe... et d’ailleurs, sous la direction de Stéphane de Tapia). Une recherche commandée par le Ministère du travail à un non-spécialiste de l’immigration turque sort également du cadre de la France76. Elle repose sur l’analyse des discours recueillis en Turquie par des étudiants turcs auprès de 90 hommes émigrés turcs retournés définitivement en Turquie de France. Selon les termes de l’auteur, cette recherche interroge les immigrés sur leur vécu en France et propose leur réponse à la question de « comment ne pas être Français ? »77.

b) L’institutionnalisation de la question de l’immigration en France

8La reconnaissance publique des problèmes signalés de l’immigration turque en France à partir des années 1990, peut être mise en relation avec le processus d’institutionnalisation de la question de l’immigration en France à partir des années 1990.

  • 78 Alexis Spire, 1999.
  • 79 Sur son site Web, le HCI annonce ses objectifs comme suivants : « Mener une politique d’intégration (...)

9Comme l’a montré Spire78, une politique d’intégration en direction des immigrés est mise en place en France en 1989, avec « tout un dispositif institutionnel » : création d’un Comité interministériel à l’intégration et d’un Secrétariat général à l’intégration, du Haut Conseilà l’Intégration (HCI), composé de neuf membres nommés pour trois ans et qui a pour mission de faire des propositions sur l’ensemble des questions relatives à l’intégration des résidents étrangers ou d’origine étrangère79. Ce processus s’est poursuivi avec la création en 1991 d’un Ministère des affaires sociales et de l’intégration (et plus récemment, en 2007, d’un Ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale, et du développement solidaire).

  • 80 Ces travaux commencés en 1987 donnèrent lieu à la publication d’un ouvrage intitulé : Cent ans d’im (...)

10Selon Spire, les universitaires jouent aussi un rôle dans ce processus. Ceux qui ont acquis une relative légitimité dans leur discipline, qu’ils ont su convertir en compétence reconnue soit par le biais médiatique, soit par une certaine familiarité avec l’administration publique, sont sollicités par les pouvoirs publics qui ont pendant longtemps internalisé l’expertise en ayant recours à des rapports de hauts fonctionnaires. La sollicitation simultanée des universitaires et des hauts fonctionnaires – « les premiers se portent garants de la validité scientifique tandis que les seconds sont perçus comme une caution politique » – se traduit aussi par un dialogue et un rapprochement entre les institutions comme le HCI, et l’INED. Dans le courant de l’année 1990, une cellule d’études statistiques sur les populations étrangères est mise en place au sein de l’INSEE et un groupe statistique est créé auprès du HCI, qui va proposer une réflexion destinée à construire une série d’indicateurs d’intégration. Les travaux de la démographe Michèle Tribalat de l’INED, antérieurs à la constitution du HCI, sont utilisés comme référence théorique. Dans ces travaux, afin de mesurer « l’apport démographique résultant d’un siècle d’immigration en France », M. Tribalat préconise l’utilisation de la catégorie d’« immigré » définie par le lieu de naissance et non pas par le caractère juridique de nationalité80. Dans un rapport remis au Premier Ministre et publié en février 1990, le HCI donne une définition de l’immigré : « Est immigrée toute personne née étrangère à l’étranger qui vit en France, qu’elle ait ou non acquis la nationalité française », et définit l’orientation d’une enquête socio-démographique qui vise à mesurer l’efficience du modèle français d’intégration : l’enquête en 1992 « Mobilité géographique et insertion sociale (MGIS) ». Financée par de nombreux organismes dont l’INED, l’INSEE, le HCI, l’OMI et le FAS, l’enquête MGIS est la première enquête statistique d’envergure consacrée à l’immigration depuis les travaux de Girard et de Stœtzel publiés dans les années 1950. Deux ouvrages en sont issus (Tribalat, 1995 et 1996).

  • 81 Pour citer quelques extraits de cet article : « “Les immigrés se fondent peu à peu, mais inexorabl (...)

11Spire suggère que l’ambiguïté qui existait déjà dans le langage courant entre l’étranger et l’immigré (tout immigré est étranger, tout étranger n’est pas nécessairement un immigré), est ainsi transporté dans un champ statistique. Et que par-là, « la publication des résultats est l’occasion de montrer, chiffres à l’appui, que la politique d’intégration a porté ses fruits ». Effectivement, dans un article de quotidien paru un peu plus tôt, les résultats de l’enquête MGIS sont annoncés comme un « heureux évènement public » (cf. « Les enfants d’immigrés se fondent dans la nation française », Dominique Bari, L’Humanité, 23 mars 1995)81. L’usage du terme immigré, cité entre guillemets pour désigner les enfants grandis en France, est hésitant (et il en va de même pour le terme de l’assimilation). Cependant l’article s’achève par la remarque suivante :

« Les chercheurs ont mis au jour l’“exception turque”, avec “les signes d’un repli identitaire nets et répétés”, tant en ce qui concerne la langue que l’habitat. Les mariages mixtes “sont inexistants dans la jeune génération (turque) élevée en France” et, plus grave, [souligné par moi] “la fermeture de la France aux migrations de travailleurs a facilité l’instauration d’un véritable marché matrimonial avec la Turquie”. », D. Bari, ibid.

c) Les caractéristiques générales des populations turques en France, selon l’enquête MGIS

12L’enquête MGIS propose une vue d’ensemble des caractéristiques socio-démographiques et économiques des populations immigrées turques en France. Les immigrés turcs sont en forte proportion d’origine rurale (70 %), majoritairement originaires d’Anatolie Centrale (51 %). Deux catégories d’immigrés turcs sont distinguées : les primo-arrivants et les secondes générations, les enfants nés en Turquie des primo-arrivants. Les premiers se caractérisent par une faible scolarisation, spécialement pour les femmes : 8 % des hommes et 30 % des femmes venus en France à l’âge adulte n’ont pas été scolarisés. Ces migrants constituent une main-d’œuvre peu qualifiée et masculine avec un faible taux d’activité économique féminine : ils restent dans leur grande majorité des ouvriers peu ou pas qualifiés, exerçant dans des secteurs d’activités comme le bâtiment et les travaux publics, l’industrie automobile, le plastique, les fonderies, le caoutchouc, l’industrie des biens de consommation (notamment le secteur de l’habillement) et le bûcheronnage.

13La génération de leurs enfants n’est pas très différente. Les taux d’échec scolaire sont élevés et les taux d’accès aux études supérieures très faibles. Les taux de chômage des jeunes Turcs issus de l’enquête est de 23 % pour les hommes de 20 à 29 ans, 44 % chez les jeunes femmes du même âge. Hormis la création de petites entreprises, avec 10 % d’indépendants, l’accès aux emplois tertiaires est plus faible que pour les populations issues d’autres courants migratoires. « L’entrepreneuriat » très développé noté chez les Turcs (proportion d’indépendants et employeurs plus élevée), explique d’après l’enquête la faible mobilité socioprofessionnelle que vivent les jeunes générations recrutées dans les secteurs d’activité similaires à ceux de leurs parents.

14L’examen d’indicateurs d’intégration définis à partir des consommations alimentaires et culturelles, des pratiques linguistiques, religieuses et du mariage, suggère qu’il s’agit d’une population dont les comportements s’écartent de ceux des autres émigrés. Leur maîtrise de la langue française est faible et son usage exceptionnel dans la communication à l’intérieur des familles : même les migrants venus comme enfants n’utilisent le français qu’en alternance avec leur langue maternelle pour parler avec leurs propres enfants. La pratique religieuse est intense : 67 % des hommes et 73 % des femmes venus de Turquie pratiquent régulièrement ou occasionnellement leur religion. La consommation de produits ethniques respectant l’interdit religieux et de produits culturels venus du pays d’origine est la règle, comme l’usage des antennes paraboliques, le visionnement des chaînes télévisées et l’écoute de radios turques. Leur vie sociale est intense, mais très communautaire : le lieu de prédilection de la sociabilité est la cité HLM comprenant une forte densité de populations de même origine. Dans ce type d’habitat, indique l’enquête, les Turcs voient trois fois plus souvent leurs voisins que la moyenne nationale et les relations de voisinage concernent surtout des gens de même origine.

  • 82 Michèle Tribalat, 1995 : 60, 61.
  • 83 Michèle Tribalat, 1996 : 65.

15Ces constats nourrissent le sentiment d’inquiétude de Tribalat vis-à-vis des perspectives d’avenir de ces populations. L’enquête conclut que les Turcs constituent la communauté la plus repliée et la moins « assimilée » et « assimilable ». Les pratiques conjugales sont considérées comme un indice particulièrement révélateur. Les mariages mixtes sont rares – 8 % des hommes et 2 % des femmes sont mariés à un conjoint d’une autre nationalité. Les mariages se pratiquent en règle générale avec des Turcs en Turquie : « Le mariage préférentiel et arrangé avec un(e) cousin(e) ou quelqu’un originaire du village des parents est encore la règle dans cette communauté plus que dans aucune autre : une Turque sur trois est mariée avec un cousin »82. La précision apportée pour le mariage avec les « cousins » est curieuse. Elle sert sans doute ici de justification au caractère inquiétant de ces pratiques dès lors qu’elles concernent les jeunes femmes en France, « souvent mariées à un Turc en Turquie contre le versement d’une dot conséquente »83.

  • 84 Michèle Tribalat, 1995 : 223.

16L’enquête suggère que la société française, où l’assimilation des populations immigrées est un processus banal, fait face à une « exception » caractérisée par « un repli identitaire volontaire ». Il convient ici de citer la conclusion de l’enquête, qui a été fréquemment reprise dans les recherches postérieures : « L’âpreté avec laquelle les familles turques sont prêtes à défendre leurs prérogatives ne manquera pas de poser un problème important à la société française »84.

d) La confirmation des analyses antérieures des spécialistes

  • 85 Riva Kastoryano 1986.

17L’existence de grandes difficultés d’intégration pour les populations turques en France (à Paris et région parisienne, comme à Terrasson) avait été déjà avancée par Riva Kastoryano dans Être Turc en France85.

  • 86 Selon Kastoryano, « l’adaptation reste purement instrumentale » (ibid. : 39).
  • 87 Ibid. : 131.
  • 88 Kastoryano, ibid., signale les transferts d’argent, les vacances passées au pays d’origine, les ach (...)

18Selon Kastoryano, les familles turques entretiennent des rapports purement instrumentalistes avec le pays d’accueil et ne se soucient pas d’intégration86. Elles ne retiennent de la société française que les avantages matériels que celle-ci offre, et non ‘ses valeurs’. Et elles se proposent d’en tirer un bénéfice en Turquie. Le « sens de l’immigration » est ainsi objectivé : « l’enrichissement du paysan va accroître son prestige dans le village »87. Un projet de retour est fréquemment évoqué dans le discours des immigrés. Les éléments montrent que les liens avec le pays d’origine perdurent88. Tandis que l’intégration est définie comme un avenir inévitable, le projet de retour est décrit comme un frein, au mieux un prétexte, entravant ce processus. D’autres facteurs favoriseraient l’attachement fort des immigrés à leur culture d’origine, comme les antennes paraboliques qui maintiennent un lien avec leur culture d’origine, l’accès à une mosquée qui leur est propre avec la présence d’un imam ainsi que celle d’instituteurs turcs nommés et rémunérés par le gouvernement turc. Le sentiment national est ainsi renforcé.

  • 89 Ibid. : 38.
  • 90 Ibid. : 43.
  • 91 Ibid. : 119.
  • 92 Ibid. : 67.
  • 93 Ibid. : 21.
  • 94 Ibid. : 116.
  • 95 Ibid. : 116.

19La recherche conclut aussi à un « repli sur soi » chez les familles turques89 : « un repli volontaire du milieu sur lui-même, qui réduit au maximum les interactions avec la société globale, ainsi qu’avec les autres groupes minoritaires »90. Les familles turques se réfugient dans un « traditionalisme de défense »91 renforçant leur sentiment d’appartenance nationale et religieuse. Celui-ci entraîne un « traditionalisme exacerbé »92, qui consiste à résister à « toute idée d’absorption »93, et qui s’accompagne d’un discours sur la « supériorité de leur propre culture »94 pour éviter les risques d’une « perte d’identité »95.

  • 96 Riva Kastoryano, 1995.

20Dans un article postérieur, intitulé « “Être Turc en France” revisité », Kastoryanorevient sur sa recherche, et affirme que l’enquête Tribalat confirme les conclusions qu’elle avait auparavant dégagées96.

  • 97 Le mariage d’Ego avec la cousine parallèle patrilatérale ou avec FBD (la fille du frère du père), p (...)
  • 98 Altan Gökalp, 1989 a ; 1989 b ; 1994.

21La question des mariages était absente dans la recherche de Kastoryano, mais elle n’est pas ignorée des universitaires avant la réalisation de l’enquête MGIS. Les pratiques conjugales des populations turques en France avaient été analysées par l’anthropologue Altan Gökalp, seul spécialiste de l’immigration turque en France à s’être penché sur la question des alliances. Gökalp, comme Kastoryano, évoque l’idée d’« un retour des traditions ». Une affirmation se trouve dans trois textes de l’auteur : « l’importance acquise par le mariage arabe97 chez les Turcs en émigration » (ou « une importance nouvelle que le mariage arabe acquiert en émigration ») et le « retour des traditions »98. Ce constat occupe une place centrale dans les recherches de l’auteur, et n’est jamais appuyé par des données statistiques ou autres.

22Gökalp affirme que ces mariages ont des raisons d’être économiques manifestes : sauvegarder l’unité du patrilignage menacée en situation migratoire ; émigrer de Turquie vers la France (pour le gendre) et faire venir (le gendre) de Turquie en France (pour le beau-père) :

  • 99 Altan Gökalp, 1989 a : 61. La loyauté des gendres vis-à-vis des beaux-pères fait, dans un texte ult (...)
  • 100 Altan Gökalp, 1986 b : 75. Comme pour les gendres de Turquie, décrits comme tantôt soumis tantôt ma (...)

« donner sa fille à un jeune resté en Turquie, permet au gendre de venir auprès de son beau-père en immigration. C’est lui donner sa chance dans la vie, même s’il doit entrer dans l’obédience [sic], le pire des statuts matrimoniaux pour un homme en Méditerranée (se marier en gendre, soghambros des Grecs, içgüveysi des Turcs, etc.) »99. Il ajoute : « il importe peu, dans ces circonstances et avec ces enjeux, que la jeune fille ne partage plus les joies de la tradition : le refus du mariage est à l’origine de nombreux drames familiaux en milieu immigré, se soldant par des fugues ou des suicides »100.

  • 101 Altan Gökalp (1989 b). Cité par Michèle Tribalat (1996 : 65 ; 1995 : 88).

23L’argumentation de Tribalat, présentée plus haut, à propos des mariages des jeunes femmes en France avec les conjoints des villages qui sont parfois des cousins en Turquie, s’appuie sur les recherches de Gökalp, seul auteur qu’elle cite101.

e) La mise en place d’un dispositif exceptionnel

  • 102 Selon le site Web de l’association Elele : « Gaye Petek, Directrice d’Elele, a été vice-présidente (...)
  • 103 Gaye Petek-Şalom, « L’enfant turc à l’école », Conférence du 21 mai 1997, l’association Elele, Mais (...)

24Lors d’une conférence du 21 mai 1997 (organisée avec le soutien du FAS), Gaye Petek-Şalom, présidente et co-fondatrice de l’association Elele, et membre du HCI, entre autres102, reprend les résultats de l’enquête MGIS, et affirme que ces mariages très répandus dans la communauté turque – « 98 % des filles et 92 % des garçons se marient avec des conjoints turcs de Turquie, record de toutes les immigrations en France » – sont arrangés par les parents. Gaye Petek-Şalom explique ces pratiques par la « crainte [des parents] de voir leurs enfants devenir français ». Elle les interprète comme « l’attachement aux valeurs islamiques » et une réponse aux stratégies de conservation de l’« identité culturelle » par le biais de « l’importation des gendres et des brus de Turquie ». Elle suggère qu’« il s’agit de toute évidence de mettre un frein au processus d’intégration » et conclut que l’« on n’est donc pas dans un contexte où le temps fera forcément évoluer l’intégration ». Elle souligne le « combat violent des jeunes filles turques » mené contre « les mariages arrangés » et parfois « forcés », à qui son association, rencontrant « de plus en plus fréquemment des situations dramatiques de fugues, de fuites du milieu familial ou même de tentatives de suicides », offre un lieu de refuge103.

  • 104 Gaye Petek-Şalom (1995 a ; 1995 c ; 1998 ; 2001) ; et Gaye Petek et Nicole Pope (2009).

25Différentes publications de Mme Petek-Şalom antérieures et postérieures à cette communication, développent cette même analyse104. Les mariages des populations turques en France avec les conjoints en Turquie sont ainsi définis comme un problème public, un obstacle devant l’assimilation, l’intégration, les libertés individuelles, et l’émancipation des femmes, etc., qu’il faut diagnostiquer et traiter.

  • 105 Claire Autant-Dorier, 1999.

26Un dispositif exceptionnel visant la population turque a été mis en place en 1996 par la Direction des Populations et des Migrations dans quelques sites pilotes : « Pratique extrêmement rare en France où la discrimination positive, et le traitement communautariste sont évités » remarque Claire Autant-Dorier dans un article consacré à ce dispositif105. Autant-Dorier a été, au cours de sa thèse, conseillère technique auprès de ce dispositif qu’elle commente ainsi :

  • 106 Ibid.

« […] le cas des Agents de Développement Local pour l’Intégration des immigrés turcs (dont le sigle ADLI gomme pudiquement le T de Turc) constitue un cas exemplaire du passage d’une catégorisation ethnique produite dans le cadre d’une recherche (produite par l’enquête MGIS), qui conduit à des conclusions sur l’exception turque et donc à la reconnaissance officielle d’une spécificité, pour donner lieu ensuite plus ou moins directement à la mise en œuvre, certes expérimentale, d’une caution distinctive à visée interculturelle dans le champ du travail social. Ce processus étant soutenu par l’intervention d’émetteurs d’identité, selon le terme de Jean-Loup Amselle, que l’on pourrait qualifier “d’indigènes”, en la personne de Gaye Şalom directrice de l’association culturelle et sociale turque ELELE (consultée par les organismes étatiques tels le FAS et la DPM). », Claire Autant-Dorier106.

Notes

65 Dans un colloque international organisé en 1991 à Strasbourg, Georges Daniel, expert Culturel International, chargé d’étude auprès du Secrétariat général à l’intégration, affirme que : « la tâche des partisans de l’intégration (dont je suis), est de dépenser sans compter pour mettre fin aux dissensions ethniques au sein de notre société et pour modifier des comportements aussi puérils […] », G. Daniel (1995 : 301), in Alain Jund, Paul Dumont et Stéphane de Tapia (éds.).

66 Cf. Les rapports sur « La communauté turque en Alsace » de Stéphane de Tapia et al. (1990) ; et de Georges Daniel (1992) (confidentiel). Voir aussi le numéro 1153 de la revue Hommes et Migrations publiée en partenariat avec le FASILD, consacré aux « Turcs en Alsace » (1992).

67 Cf. Les rapports de Riva Kastoryano (1992 a) ; de Gaye Petek-Şalom (1995 b) ; de Gaye Petek-Şalom, de Hamit Bozarslan et de Pınar Hüküm (1997). Voir aussi les communications de Gaye Petek-Şalom et de Stéphane de Tapia à une journée d’étude consacrée aux « problèmes » de l’immigration turque (Journées d’étude sur l’immigration turque en France : Bilan, problèmes et recommandations. Comité France-Turquie, 4 décembre 1993 à l’UNESCO).

68 Cf. Le rapport de Gaye Petek-Şalom et de Hamit Bozarslan (1993) ; et le numéro 21 de la revue Cemoti publiée avec le soutien du FAS, intitulé « L’immigration turque au féminin » (1996). Voir aussi le compte-rendu du « Colloque Européen. De la Turquie à L’Europe : l’immigration au féminin », organisé les 7 et 8 novembre 1994 par l’association Elele, à l’occasion de ses dix ans.

69 Cf. Le rapport d’Altan Gökalp, de Riva Kastoryano et de Stéphane de Tapia (1997). Voir aussi les articles sur les jeunes de Gaye Petek-Şalom (1991 b ; 1992) ; et de Hansu Yalaz (1998) qui travaille également à l’association Elele (comme juriste et formatrice).

70 « Les Alévis sont des “hétérodoxes” musulmans, minoritaires en Anatolie, qui se caractérisent par la vénération d’Ali, le gendre et cousin du Prophète. Les Alévis sont généralement mal vus par les sunnites (orthodoxes) », écrit Benoît Fliche (2003 : 14). Des références aux travaux de recherche réalisés sur ces populations, sont disponibles dans Fliche, ibid.

71 On peut mesurer la part d’arbitraire dans ce type de procédé. Dans leur étude pour le FAS, que nous avons mentionné plus haut, Gaye Petek-Şalom et Hamit Bozarslan (op. cit.) ont construit un échantillon des femmes « immigrées de Turquie » en France, « visant à être le plus représentatif possible ». Les auteurs distinguent les Kurdes et les Turques, les Alévies et les Sunnites, et affirment qu’ils ne retiennent pas « les réfugiées politiques », « les Chaldéennes », et « les Arméniennes ». (Pour plus d’informations et des estimations quantitatives sur « les minorités en Turquie », voir Hamit Bozarslan, 2005).

72 Par exemple André Kocher et Stéphane de Tapia (1989) affirment que les « […] Turcs d’origine kurde sont plus enclins à se rapprocher des autochtones [i.e. les « Français »] (pour des raisons idéologiques, politiques, linguistiques). ». Voir également les rapports FAS de Gaye Petek-Şalom et de Hamit Bozarslan (1993) ; d’Altan Gökalp, de Riva Kastoryano et de Stéphane de Tapia (1997) ; et de Gaye Petek-Şalom, de Stéphane de Tapia et de Riva Kastoryano (1999).

73 Cemoti, les numéros 8 et 10 (1990). À partir de 1990, et surtout de 2000, différents des ouvrages ont été publiés sur cette question. Par exemple, Ahmet İnsel (dir.) (2000) ; Deniz Akagül et Semih Vaner (2005) ; et Pierre Le Mire (dir.) (2007).

74 Cemoti, le numéro 13 (1992). Voir notamment la contribution de Riva Kastoryano (1992 b), ainsi que l’ouvrage de Riva Kastoryano intitulé La France, l’Allemagne et leurs immigrés : Négocier l’identité (1999).

75 « L’immigration turque et le travail social pour l’intégration en France et en Allemagne », Colloque organisé par l’association Elele, avec le soutien du FAS, Paris, novembre 1998.

76 Roger Establet (1997) : Comment peut-on être Français ? 90 ouvriers turcs racontent.

77 Roger Establet, ibid. : 23.

78 Alexis Spire, 1999.

79 Sur son site Web, le HCI annonce ses objectifs comme suivants : « Mener une politique d’intégration, c’est définir et développer des actions tendant à maintenir la cohésion sociale au niveau local comme au plan national, de sorte que chacun puisse vivre paisiblement et normalement dans le respect des lois et l’exercice de ses droits et de ses devoirs. Ainsi conçue, une politique d’intégration ne concerne pas seulement les immigrés ; elle n’en doit pas moins prendre en compte les problèmes particuliers que peuvent poser certains d’entre eux. L’intégration n’est pas l’assimilation : elle ne vise pas à réduire toutes ses différences. L’intégration n’est pas non plus l’insertion car elle ne se limite pas à aider les individus à atteindre des standards socio-économiques. L’intégration demande un effort réciproque, une ouverture à la diversité qui est un enrichissement mais aussi une adhésion ».

80 Ces travaux commencés en 1987 donnèrent lieu à la publication d’un ouvrage intitulé : Cent ans d’immigration : étrangers d’hier, Français d’aujourd’hui (Michèle Tribalat et al., 1991). Cf. Alexis Spire, 1999 : p. 53, en note 15 de bas de page.

81 Pour citer quelques extraits de cet article : « “Les immigrés se fondent peu à peu, mais inexorablement, dans la nation française. Les conclusions d’une enquête exceptionnelle de l’Institut national d’études démographiques (INED) sur la situation des immigrés en France et de leurs enfants tordent le cou à bien des clichés sur l’immigration hautement manipulables, surtout en période électorale […] Le premier enseignement de l’enquête concerne l’ “assimilation. “Elle est à l’œuvre dans tous les domaines. “Une forte déperdition des langues d’origine touche tous les groupes […] La progression des mariages mixtes est continue […] le mariage entre cousins s’efface et les familles interviennent moins directement dans le choix du conjoint de leurs enfants […] L’enquête bouscule nombre d’idées reçues sur l’islam. En particulier sur une prétendue montée de l’intégrisme algérien en France. “Les immigrés d’Algérie se révèlent être les moins pratiquants des musulmans. Leurs enfants nés en France montrent une indifférence religieuse égale à celle des autres Français du même âge. […] La polygamie est également souvent montrée du doigt […], etc. », Dominique Bari, 1995.

82 Michèle Tribalat, 1995 : 60, 61.

83 Michèle Tribalat, 1996 : 65.

84 Michèle Tribalat, 1995 : 223.

85 Riva Kastoryano 1986.

86 Selon Kastoryano, « l’adaptation reste purement instrumentale » (ibid. : 39).

87 Ibid. : 131.

88 Kastoryano, ibid., signale les transferts d’argent, les vacances passées au pays d’origine, les achats immobiliers au village ou en ville, notamment dans une sous-préfecture proche du village.

89 Ibid. : 38.

90 Ibid. : 43.

91 Ibid. : 119.

92 Ibid. : 67.

93 Ibid. : 21.

94 Ibid. : 116.

95 Ibid. : 116.

96 Riva Kastoryano, 1995.

97 Le mariage d’Ego avec la cousine parallèle patrilatérale ou avec FBD (la fille du frère du père), par ses initiales en anglais selon l’usage courant en anthropologie, – désigné aussi comme « le mariage “arabe” » ou le « mariage canonique musulman » dans les recherches de Gökalp.

98 Altan Gökalp, 1989 a ; 1989 b ; 1994.

99 Altan Gökalp, 1989 a : 61. La loyauté des gendres vis-à-vis des beaux-pères fait, dans un texte ultérieur, l’objet du scepticisme : « un futur gendre venu du patrilignage présente, en apparence et en fonction d’une hypothèse qui ne se vérifie pas toujours dans les faits, plus de garanties de loyauté, de dépendance etc., qu’un gendre venu d’ailleurs » (Altan Gökalp, 1994 : 449).

100 Altan Gökalp, 1986 b : 75. Comme pour les gendres de Turquie, décrits comme tantôt soumis tantôt manquant de loyauté vis-à-vis du beau-père, la description de la situation des filles en France est également ambigüe. Elles sont tantôt décrites comme soustraites à l’école dès l’âge de treize ou quatorze ans dans l’optique de ces mariages (ibid.), tantôt bien mieux scolarisées : « Cela dit en Allemagne, et plus particulièrement à Berlin, certaines familles très traditionnelles trouvent des avantages à ce que leurs filles continuent leurs études […] parce qu’au “marché matrimonial” des mariages traditionnels, la jeune fille avec un diplôme de comptable surclasse désormais celle qui sait broder des napperons […] ce qui a des répercussions certaines sur les prestations de biens et services qui accompagnent le mariage traditionnel. », affirme Benoît Fliche (2003 : 345) en donnant référence à un texte d’Altan Gökalp.

101 Altan Gökalp (1989 b). Cité par Michèle Tribalat (1996 : 65 ; 1995 : 88).

102 Selon le site Web de l’association Elele : « Gaye Petek, Directrice d’Elele, a été vice-présidente du Conseil National pour l’Intégration des Populations Immigrées (CNIPI), elle est actuellement membre du Conseil d’Administration du FASILD, membre du Haut Conseil à l’Intégration (HCI) et membre du Haut Comité de Réflexion sur la Laïcité à l’École. Elle a été membre de la Commission de réflexion sur l’application du principe de laïcité dans la République (Commission STASI). Elle a été décorée de l’Ordre National du Mérite et nommée Chevalier de la Légion d’honneur ». Le site Web de l’Assemblée nationale rapporte des informations supplémentaires : « Arrivée en France à l’âge de six ans sans parler un mot de français, Mme Gaye Petek se définit elle-même comme un pur produit de l’école républicaine. Membre du Haut Conseil à l’Intégration, elle enseigne en faculté la sociologie de l’immigration turque. L’association Elele, qu’elle a fondée en 1984 et qu’elle dirige depuis, a progressivement été conduite, de par l’évolution sociologique des Turcs de France, à s’intéresser de près au sort des femmes. » (cf. Délégation aux droits des femmes et à l’égalité des chances entre les hommes et les femmes, Compte-rendu n° 20, Mardi 14 juin 2005, Séance de 17 heures). Gaye Petek ou Gaye Petek-Şalom selon les sources (par exemple une interview réalisée en 2005 par des étudiants de l’IEP Paris avec « Gaye Petek Shalom », diffusée sur le site Web du projet collectif « L’islam dans la question de l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne »).

103 Gaye Petek-Şalom, « L’enfant turc à l’école », Conférence du 21 mai 1997, l’association Elele, Maison des travailleurs de Turquie. Texte diffusé sur le site Web : « Bleu, Blanc, Turc. Le site franco-turc ».

104 Gaye Petek-Şalom (1995 a ; 1995 c ; 1998 ; 2001) ; et Gaye Petek et Nicole Pope (2009).

105 Claire Autant-Dorier, 1999.

106 Ibid.

© Institut français d’études anatoliennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable