Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'émigration turque en France : 50 ans de travaux de recherche en France et en Turquie

 | 
Elif Aksaz

Première partie : La perspective française sur l’émigration turque

1. L’émergence d’un problème public au cours des années 1970-1980

Texte intégral

a) Les trois étapes de l’émigration turque en France

  • 8 Stéphane de Tapia, 1995 a ; 1995 b ; et Ahmet İnsel et al., 2003.
  • 9 Catherine Gökalp, 1973.
  • 10 Des membres d’organisation de gauche, turcs et surtout kurdes. Cf. Hamit Bozarslan, 1997.
  • 11 Ahmet İnsel et al., ibid.

1Les travaux de recherche en sciences sociales distinguent schématiquement trois phases dans l’émigration turque en France, désignées parfois comme « les trois âges de l’émigration turque »8. La première correspond à l’arrivée d’une main-d’œuvre masculine dans les années 1960. Marqué par la signature d’accords bilatéraux entre la France et la Turquie en 1965, le mouvement d’immigration prend une extension rapide à partir de 19699. Une seconde phase est marquée par l’arrivée en France dans les années 1970 des épouses des travailleurs immigrés, parfois avec des enfants (notamment à partir de 1973-1974, date de la suspension des politiques d’accueil de travailleurs immigrés et de la mise en place des regroupements familiaux). Une troisième phase, qui va jusqu’à la période actuelle, se caractérise par l’immigration dans le cadre des regroupements familiaux, des conjoints des jeunes nés ou grandis en France et arrivés à l’âge adulte vers la fin des années 1980. Les motifs d’arrivée se sont par ailleurs diversifiés après le coup d’État militaire en Turquie de 1980 avec des demandes d’asile politique10. Les demandeurs d’asile dont l’entrée est fortement restreinte depuis 1993 ne représentent plus un flux significatif. En revanche, il existe une immigration illégale dont l’ampleur est difficile à évaluer mais qui se révèle constamment dans les diverses opérations de régularisation. Finalement, les regroupements familiaux représentent les flux migratoires les plus importants11.

  • 12 Hamit Bozarslan, 1996.
  • 13 Gaye Petek-Şalom, 1996.
  • 14 Gaye Petek-Şalom et Hamit Bozarslan, 1993. Les auteurs ne fournissent pas de détail sur le mode de (...)
  • 15 Verda İrtiş-Dabbagh, 2003 b.
  • 16 Catherine Gökalp (1973) et Stéphane de Tapia (2002) relèvent la variation des évaluations selon la (...)
  • 17 Stéphane de Tapia, 1996 a (issu d’une communication à un colloque organisé en 1995).
  • 18 Verda İrtiş-Dabbagh, op. cit.
  • 19 Claire Autant-Dorier, 2002.
  • 20 Didem Danış et Füsun Üstel, 2008.
  • 21 Ahmet İnsel et al., op. cit.
  • 22 Pınar Hüküm, 2008.

2Des transformations de la structure démographique de la population immigrée sont associées à ces différentes phases. La féminisation de la population a progressivement crû : en 1975, les femmes représentaient 25,7 % de la population (13 070 personnes) ; en 1982, 42,3 % (51 480 personnes) ; en 1990, 44,8 % (89 626 personnes)12 ; en 1996, les femmes constituent 46 % de la population immigrée originaire de Turquie13. La tendance au rajeunissement de la population turque en France est liée aux mariages, conclus à un âge relativement jeune, aux naissances nombreuses, souvent une première naissance dans l’année du mariage, et à un indice de fécondité relativement élevé (3,7), même si celui-ci décline (en 1985, il atteignait 5,05, proche des moyennes turques d’alors)14. Il s’agit ainsi aujourd’hui d’une population plutôt jeune – les personnes de moins de 25 ans représentant un peu plus de la moitié de la population actuelle, et les plus de 64 ans, environ 0,1 %15 – équilibrée en termes de sexe. Son poids démographique dans la société française et dans l’ensemble des populations immigrées en France est modeste, mais mal connue16. Selon une communication de Stéphane de Tapia datée de 1995, les « immigrés turcs ou Français d’origine turque » sont de 220 000 à 250 000 en France17 ; selon les statistiques d’Eurostat (avril 1998), 350 000 « migrants originaires de Turquie » résident en France et se positionnent par taille décroissante au septième rang, juste après les ressortissants de Tunisie18. Le recensement par l’INSEE, en 1999, évalue les Turcs à « un peu plus de 200 000 »19 ; en 2005, selon l’INSEE les populations originaires de Turquie sont 175 000 et représentent 4 % de la population immigrée, les populations immigrées représentant une part de 7,4 % de la population totale20. Les sources du Ministère du Travail et de la Sécurité Sociale d’Ankara avancent 311 356 « ressortissants turcs résidant en France » en 199921 ; en 2005, selon la même source, 400 00022 .

b) De l’étude des travailleurs à l’étude des familles turques

  • 23 Un mémoire d’étude à l’IEP sur les « Problèmes des travailleurs turcs en Allemagne » (Altan Gökalp, (...)
  • 24 Avant les années 1970, un numéro de la revue Hommes et Migrations (anciens Cahiers nord-africains) (...)

3Pour la période antérieure aux années 1970, les recherches sur les populations immigrées turques en France sont peu nombreuses. Un article de Catherine Gökalp en 1973, ne contient que deux références à des recherches sur l’immigration turque qui concernent toutes les deux les émigrés en Allemagne23. Cet article compare les caractéristiques sociodémographiques des travailleurs immigrés turcs en France à celles de ceux d’Allemagne, en indiquant qu’il est encore trop tôt pour se faire une idée sur les perspectives d’avenir de cette migration dans la société française24.

  • 25 Il faut donc nuancer le recensement d’Isabelle Rigoni (2000 a : 7), selon lequel : « avant 1983, au (...)
  • 26 Voir Stéphane de Tapia (2007 b) pour les références complètes de ces recherches en économie (Tahsin (...)
  • 27 Altan Gökalp, 1981.
  • 28 Voir la thèse de Stéphane de Tapia (1984) et les publications issues de cette recherche (1986 a ; 1 (...)
  • 29 Altan Gökalp, 1984 ; 1986 a ; 1986 b.
  • 30 Gaye Petek-Şalom, 1987 a ; 1990 a.
  • 31 D’après l’interview de Pınar Hüküm, 2008. Cette interview fournit quelques éléments sur les parcour (...)
  • 32 Le FAS est d’abord devenu le FASTIF (Le Fonds d'action sociale pour les travailleurs immigrés et le (...)

4Les premières recherches (thèses et mémoires d’étude) en sociologie sur l’immigration turque en France semblent dater des débuts des années 197025. Produites par des étudiants turcs ou d’origine turque en général, ces recherches portent sur les conditions des travailleurs immigrés de sexe masculin et elles sont orientées selon la problématique de l’adaptation26. Dans ces premières recherches, une question annexe est implicitement liée à la question de l’adaptation des travailleurs turcs à la société française : l’usage que les immigrés turcs font de l’argent gagné en France. D’importants transferts monétaires vers la Turquie sont en effet relevés27 et leurs répercussions économiques pour la Turquie sont discutées (notamment pour le département de Yozgat, marqué par une forte émigration28). Cette première phase, où les recherches sont focalisées sur les travailleurs turcs, se prolonge jusqu’au milieu des années 1980 avec des contributions d’Altan Gökalp qui fournissent un aperçu général sur les dimensions socio-démographique, économique, et statistique de l’immigration turque en France, ainsi que sur les facteurs favorables à l’émigration à partir des zones rurales en Turquie29. Les travailleurs turcs sont également étudiés à partir du milieu des années 1980 par Gaye Petek-Şalom30, présidente de l’association Elele, Migrations et Culture de Turquie, créée en 1984 grâce à des financements du FAS31, une institution fondée en 1958 sous le nom : « Le Fonds d’action sociale pour les travailleurs musulmans d’Algérie en métropole et pour leur famille »32.

  • 33 Benoît Sourou et Françoise Rollan (2006 : 11).
  • 34 L’enquête de Terrasson s’intègre dans une thèse de doctorat d’État en sociologie (Maryse Tripier, 1 (...)
  • 35 Riva Kastoryano, 1986 : 41.

5La thèse de Riva Kastoryano, réalisée en 1983 sous la direction de Dominique Schnapper, semble la première recherche sociologique consacrée aux familles immigrées turques en France. L’ouvrage issu de cette thèse, Être Turc en France. Réflexions sur familles et communauté (1986), a longtemps constitué la principale référence sur le sujet33. Cette recherche repose sur une enquête associant le recueil d’« histoires de vie », de questionnaires et d’entretiens, avec quelques observations, notamment sur le décor des maisons, des objets de l’intérieur, des vêtements, etc. Un questionnaire a été administré à 29 familles dans le bassin de Terrasson en Dordogne, mais aussi à 29 autres, installées à Paris et dans la région parisienne34. Selon l’hypothèse de départ, présentée comme confirmée par l’enquête, les difficultés d’intégration sont plus importantes pour les familles qui sont d’origine rurale et arrivées en France directement des villages en Turquie – les familles installées à Terrasson – que pour celles qui sont installées à Paris et dans la région parisienne, également d’origine rurale, mais qui ont d’abord vécu dans les zones urbanisées en Turquie : ces dernières, affirme l’auteur, ont bénéficié d’« un apprentissage au mode de vie urbain »35.

  • 36 Hamit Bozarslan, 1988. Bozarslan réalisera une thèse de doctorat en histoire (Bozarslan, 1992).
  • 37 Maurizio Catani et Salvatore Pallida, 1987 ; et Kamuran Bekir Harputlu, 1986.
  • 38 Gaye Petek-Şalom, 1984 ; et Stéphane de Tapia, 1988 ; 1990.
  • 39 Gaye Petek-Şalom, 1987 b ; 1990 b ; 1991 a.
  • 40 Altan Gökalp, 1986 c ; 1993. Signalons aussi une thèse de troisième cycle en sciences de l’éducatio (...)

6Dans les travaux postérieurs à cette recherche, le thème des « familles turques » se substitue à celui des « travailleurs turcs ». Mis à part des sujets marginaux, comme les associations turques auquel un mémoire de l’IEP est consacré par Hamit Bozarslan36 – le sujet ayant fait par ailleurs l’objet d’une étude commandée par le FAS en 1987 et d’une thèse en sociologie en 198637 –, la plupart des recherches portent sur les perspectives d’intégration des familles turques à la société française. L’usage du terme, général et homogénéisant, « la communauté turque en France »38, illustre la prise en considération des catégories autres que les travailleurs de sexe masculin. Les femmes font parfois l’objet d’études spécifiques39, ainsi que les enfants40.

  • 41 Stéphane de Tapia, 1995 a : 16.

7Ainsi les recherches se sont d’abord surtout intéressées aux travailleurs turcs, puis aux femmes et aux enfants (ou à la famille des travailleurs). Comme nous verrons plus loin, les recherches s’intéresseront, à partir des années 1990, aux jeunes, et donc aux mariages des jeunes ; question qui jusque-là, affirme Stéphane de Tapia, « n’a jamais été étudié[e] réellement »41.

c) Les recherches sur l’immigration turque en France dans le contexte des sciences sociales

  • 42 De faibles flux d’entrée féminine sont comptabilisés à partir de 1967 par l’ONI (Office national de (...)
  • 43 Altan Gökalp, et al., 1977 ; Marie-José Delyfer, 1975 ; Martine Charlot, 1979 ; et Asuman Ulusan, 1 (...)
  • 44 Suite à un mémoire d’étude à l’IEP sur les immigrés turcs en Allemagne, qui a été mentionné plus ha (...)
  • 45 Altan Gökalp, 1986 b ; 1989 a ; 1989 b. Voir également Altan Gökalp, 1994 ; 1996.

8L’orientation des travaux de recherche n’est pas uniquement tributaire des phases de structuration des populations turques en France. Si l’attention est surtout focalisée sur les travailleurs entre 1970 et le début des années 1980, ce n’est pas parce que des enfants ou des femmes n’étaient pas présents en France, puisque les regroupements familiaux débutent avant la fermeture des frontières42. Il existe d’ailleurs pour cette période quelques recherches et travaux concernant les enfants et les femmes turcs, notamment à propos des problèmes/ou difficultés d’adaptation culturelle de ces derniers43. La question des alliances conjugales a été également traitée avant les années 1990 par Altan Gökalp44. Tous ces travaux ont fait l’objet de publications entre 1986 et 1989 dans des revues réputées45. Il faut donc nuancer la remarque citée précédemment de Stéphane de Tapia selon laquelle la question n’a pas été étudiée avant le début ou le milieu des années quatre-vingt-dix.

9L’histoire des recherches dépend en effet aussi du contexte disciplinaire des sciences sociales. Si évidente que leur existence puisse paraître, les catégories de population étudiées par les sociologues (les jeunes, les ouvriers, etc.) sont des catégories construites par abstraction, d’où le débat sur la définition qui doit être adoptée. Et il en va ainsi pour l’étude des populations immigrées en France, un pays qui n’est décrit que depuis une vingtaine d’années, comme un pays d’immigration sur une longue période.

  • 46 Gérard Noiriel, 1988. Cité par Jean-Michel Chapoulie, 2008 (issu d’une communication au « Colloque (...)
  • 47 Jean-Michel Chapoulie, 2008.
  • 48 Avant cet ouvrage, la bibliographie sur le sujet se limite à deux thèses de géographie et de droit (...)
  • 49  Darras, 1966 ; Jean-Daniel Reynaud (dir.), 1966. Cités par Chapoulie, ibid.
  • 50 Henri Mendras (dir.) (1980). Cité par Chapoulie, ibid.

10L’étude de l’immigration a en effet longtemps constitué un sujet d’étude marginal dans les sciences sociales françaises. Comme l’a montré Gérard Noiriel, l’étude de l’immigration constitue un domaine à peu près ignoré par les historiens jusqu’en 197046, et elle est considérée par la sociologie française jusqu’en 1980 au moins comme une question d’intérêt sectoriel47. En sociologie, la première recherche sur l’immigration est celle d’une chercheuse du CNRS, Andrée Michel (1956), sur les Algériens en France – un sujet rencontré par l’auteur à l’occasion d’une étude antérieure sur les habitants des hôtels meublés48. L’ouvrage décrit les conditions de travail et d’habitat des travailleurs émigrés, ainsi que les causes de l’émigration et l’adaptation de ces travailleurs à leur situation (ibid. : 62, 89). Une interrogation centrée sur le travail et le même type de ressources documentaires se retrouve dans un ouvrage plus tardif – issu d’une thèse de troisième cycle (Bernard Granotier, 1970). On peut mentionner également l’ouvrage de Charlotte Roland, Du ghetto à l’Occident, deux générations Yiddiches en France, sur les juifs installés à Belleville (Paris, Éditions de Minuit, 1962). Celui-ci relève de l’histoire démographique à la manière de Louis Chevalier et il semble n’avoir eu qu’une audience réduite et peu durable. Dans les ouvrages issus de colloques réunissant dans les années soixante sociologues et économistes sur les évolutions de la société française, la question de l’immigration n’apparaît à peu près pas49. Elle n’apparaît toujours pas, en 1980, dans un colloque sur la société française qui veut dresser un bilan des analyses d’un colloque antérieur50.

  • 51 Alexis Spire, 1999.
  • 52 Spire cite ici Abdelmalek Sayad (1986 : 81).
  • 53 « Pour évaluer un tel arbitrage, l’expertise économique a pendant longtemps constitué une référence (...)
  • 54 Alexis Spire, ibid.: 51, 52.

11On ne peut donc s’étonner que la première thèse de sociologie sur les travailleurs turcs en France soit entreprise seulement au début des années 1970 ; il en aurait été de même s’il s’était agi d’une émigration plus ancienne. On ne peut non plus s’étonner que la première thèse de sociologie sur les familles turques remonte aux débuts des années 1980. En effet, la question de l’intégration des familles d’immigrés ne s’est imposée en sociologie qu’après la suspension des politiques d’accueil de travailleurs immigrés et les procédures de regroupements familiaux au milieu des années 1970. C’est aussi à partir de cette période que des travaux de recherche ont été consacrés à l’immigration. Selon Alexis Spire51, la problématique alors associée à l’immigration portait sur l’évaluation de l’ensemble des coûts et des avantages pour la société d’accueil52. Il s’agissait d’étudier si ce volant de main-d’œuvre supplémentaire ne coûtait pas plus qu’il ne rapportait, ou encore si les effets négatifs (les « coûts ») n’excédaient pas les effets positifs (« les profits »)53. L’image d’une immigration, dont l’installation n’est plus transitoire mais sans terme connu, commence ensuite à s’imposer. La stricte connotation économique de l’immigration est peu à peu supplantée par la thématique de l’intégration des immigrés. L’utilisation du terme d’ « intégration » renvoie à l’idée d’une immigration qui s’installe, qui ne concerne plus seulement une main-d’œuvre, décrite de manière simpliste comme masculine, célibataire et ouvrière, mais aussi une population composée de familles, ayant des enfants nés en France et touchée par un relatif vieillissement. Parallèlement à ce discours institutionnel lié à la politique publique, la formulation du problème social évolue également54.

  • 55 Abdelmalek Sayad, 1985 ; 1986 (textes réunis dans le chapitre trois de La Double Absence. Des illus (...)
  • 56 Pour une critique de Sayad sur les considérations auxquelles ces travaux ont donné lieu, que Sayad (...)
  • 57 Ces recherches ont pour prédécesseur la thèse de géographie de Georges Mauco (1932), spécialiste de (...)
  • 58 Pour reprendre les termes du directeur de l’INED, Alfred Sauvy, dans un article à la première livra (...)
  • 59 Pour les références de ces recherches, voir Chapoulie, ibid.
  • 60 Les chercheurs utilisent « parfois des termes géographiques – Nord-africains et Algériens, puis (...)
  • 61 Abdelmalek Sayad (1999 : 80 ; issu d’un article de Sayad daté de 1977). Les temporalités de l’immig (...)

12Il s’agit bien d’un « discours institutionnel » et d’une « image » qui s’impose. D’abord, comme l’a montré Abdelmalek Sayad, le découpage « immigration de travail » et « immigration de peuplement » est arbitraire ; ainsi, par conséquent, que l’idée d’un passage de l’un à l’autre après la date de la fermeture des frontières55. Et c’est aussi vrai pour l’émigration turque vers la France, comme nous l’avons montré. Enfin, la question de l’intégration des populations immigrées à la société française n’est pas une interrogation nouvelle pour les sociologues (comme nous l’avons signalé, les rares travaux de recherche en sociologie qui ont été réalisés avant les années 1970, s’interrogent sur l’adaptation des « travailleurs immigrés » à la société française56) et elle est encore moins nouvelle pour les démographes. Avant les années 1970, les recherches sur l’immigration sont relativement nombreuses à l’INED, un institut rattaché au ministère de travail après 1946, et qui a hérité en partie de la fondation Carrel créée sous Vichy57. En effet l’étude de l’immigration est un des principaux sujets de recherche à l’INED et la question de l’immigration est présente à l’INED dès la fondation de l’institut, en 1945. La question de la nécessité d’un apport de main-d’œuvre pour l’économie française inspire ces recherches. Et l’idée qu’il ne s’agit pas seulement d’une immigration temporaire de travailleurs, mais d’« une véritable immigration, de personnes appelées à rester et à faire souche », et « à faire des Français »58. Les recherches portent ainsi sur les « attitudes » de la population autochtone et des populations immigrées l’une par rapport à l’autre (par exemple, Alain Girard et Jean Stœtzel, 1953 et 1954) et sur la question de l’assimilation des immigrés à la population française (avec une hésitation significative dans la terminologie, qui porte sur « assimilation », « adaptation », « intégration », etc., avec parfois des qualificatifs comme « politique », « social »)59. L’assimilation des populations immigrées à la population française est considérée comme un avenir inéluctable par les chercheurs de l’INED. Cependant une incertitude porte chez ces chercheurs sur « l’assimilabilité » ou la possibilité d’assimilation des populations venant du Maghreb au reste de la population. La désignation de ces populations est par ailleurs hésitante60. Les incertitudes (ou les inquiétudes) formulées dans les travaux des démographes de l’INED sur le cas des travailleurs algériens entre 1945-1970, appartiennent à un contexte où l’émigration algérienne est déjà familiale : les premiers signes en sont apparus dès 1938, et l’émigration familiale s’accroît après 1952. Les immigrés algériens sont, comparés à ceux d’avant la guerre, « plus intégrés » à la société d’immigration et plus « audacieux », selon les termes de Sayad, par rapport à la société d’arrivée, aussi bien que par rapport à la société d’origine61.

  • 62 Catherine Gökalp, 1973 : 341.

13On voit que, par comparaison avec le cas algérien, l’interrogation qui porte sur les perspectives d’avenir des travailleurs immigrés turcs dans la société française a été assez rapidement formulée – Catherine Gökalp signale dès 1973, « les problèmes que les populations turques sont susceptibles de poser à l’échelle européenne, malgré leur nombre singulièrement réduit par rapport aux autres ethnies » (20 000 personnes environ se retrouvent alors en France, avec une présence depuis quelques années)62.

  • 63 Abdelmalek Sayad, 1999 : 113.

14Il en va ainsi pour la question de l’intégration des familles turques (des enfants et des femmes). C’est dans le contexte d’un début d’intérêt des sciences sociales pour la question de l’intégration des « familles d’immigrés » que la première thèse de sociologie sur les familles turques en France a été entreprise par Riva Kastoryano. Le discours instituant l’idée d’un passage d’une immigration de main-d’œuvre à une immigration de familles à partir des années 1975-1980, établit une base légitime pour la redéfinition d’un problème public antérieur en France, comme étant d’une « nature plus urgente et imposante », selon les termes de Sayad. Il s’agit maintenant de raisonner sur des relations à l’intérieur de la famille turque, « procédant d’une autre morale, régies par d’autres principes et se conformant à d’autres valeurs », comme une forte hiérarchisation entre les sexes, entre les âges, une endogamie parentale ou une polygamie « si contraire à nos mœurs et usages »63.

  • 64 Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, 1991.

15La recherche de Kastoryano ainsi que les recherches et les travaux sur l’immigration turque qui lui sont antérieures et postérieures, sont conformes à la problématique générale autour de laquelle les recherches sur l’immigration en France sont orientées, comme l’ont aussi relevé Gérard Noiriel et Stéphane Beaud. À partir d’une base de données bibliographiques, Noiriel et Beaud remarquent que différents mots clefs (acculturation, adaptation, insertion, intégration) renvoient aux mêmes références. Ces concepts de base sont d’ailleurs rarement définis par les auteurs. Dans tous les cas, les travaux de recherche se donnent comme question « l’intégration » des immigrés dans la société d’accueil – l’usage du terme assimilation négativement connoté étant plus rare64. Il en va aussi ainsi pour les recherches sur l’émigration turque.

Notes

8 Stéphane de Tapia, 1995 a ; 1995 b ; et Ahmet İnsel et al., 2003.

9 Catherine Gökalp, 1973.

10 Des membres d’organisation de gauche, turcs et surtout kurdes. Cf. Hamit Bozarslan, 1997.

11 Ahmet İnsel et al., ibid.

12 Hamit Bozarslan, 1996.

13 Gaye Petek-Şalom, 1996.

14 Gaye Petek-Şalom et Hamit Bozarslan, 1993. Les auteurs ne fournissent pas de détail sur le mode de calcul de ces indices. Idem pour les indices plus récemment rapportés par Gaye Petek-Şalom et Nicole Pope (2009 : 4) : « […] les familles sont encore nombreuses, même si l’indice de fécondité des femmes a fortement baissé (2,2 au lieu de 3,5 dans les années soixante-dix) (en note : Recensement de l’INSEE 1999) ».

15 Verda İrtiş-Dabbagh, 2003 b.

16 Catherine Gökalp (1973) et Stéphane de Tapia (2002) relèvent la variation des évaluations selon la définition adoptée des catégories de population dans les sources statistiques, et selon que les résultats sont fournis par des sources des pays de départ et d’immigration, ou qu’ils proviennent des statistiques européennes.

17 Stéphane de Tapia, 1996 a (issu d’une communication à un colloque organisé en 1995).

18 Verda İrtiş-Dabbagh, op. cit.

19 Claire Autant-Dorier, 2002.

20 Didem Danış et Füsun Üstel, 2008.

21 Ahmet İnsel et al., op. cit.

22 Pınar Hüküm, 2008.

23 Un mémoire d’étude à l’IEP sur les « Problèmes des travailleurs turcs en Allemagne » (Altan Gökalp, 1966) et un article de Louis Marc Battesti (1967) (Battesti aura ensuite rédigé une thèse en Lettres, cf. Battesti, 1972). Il existe des mémoires d’étude qui ne sont pas mentionnés par Catherine Gökalp, par exemple Didier Liger (1972).

24 Avant les années 1970, un numéro de la revue Hommes et Migrations (anciens Cahiers nord-africains) a été consacré à la « Connaissance des Turcs et de la Turquie ». Dans sa contribution, Robert Delerm brosse un tableau idyllique du travailleur turc, sobre, obéissant, discipliné et d’un type physique proche du Français moyen (R. Delerm, 1967 ; tableau repris par Bernard Granotier, 1970 ; et par Mehmet Şehmus Güzel, 1990 ; cités par Stéphane de Tapia, 1995 b).

25 Il faut donc nuancer le recensement d’Isabelle Rigoni (2000 a : 7), selon lequel : « avant 1983, aucune thèse sur ce sujet n’avait été réalisée en sciences sociales. ».

26 Voir Stéphane de Tapia (2007 b) pour les références complètes de ces recherches en économie (Tahsin Özer, 1976 ; Sinan Sönmez, 1978 ; Taja Süslü, 1978 ; et Yıldız Sertel, 1985) et en sociologie  (Ayfur Barışık, 1970, Strasbourg 3 : « L’Émigration des ouvriers turcs vers les pays du Marché commun » ; Önal Sayın, 1975, Lille 1 : « Les ouvriers turcs en Europe (France, Allemagne, Hollande, Belgique) » ; Orhan Çiftçi, 1981, Caen : « Les travailleurs turcs en France » ; Servet Ertul, 1978, Nantes : « Problèmes d'intégration et d'acculturation des immigrés turcs en Loire-Atlantique » ; 1983, Nantes : « La classe ouvrière en Turquie : autochtone et émigrée » ; et Orhan Zengin, 1983, Paris 8 : « La vie quotidienne des travailleurs immigrés turcs en France »). Un mémoire d’étude en géographie peut être ajouté à ces recherches : Stéphane de Tapia, 1980. Dans les années 1970, la question de l’adaptation des travailleurs turcs est également présente dans des publications à vocations religieuses, par exemple André Coquart et Françoise Coquart (1977).

27 Altan Gökalp, 1981.

28 Voir la thèse de Stéphane de Tapia (1984) et les publications issues de cette recherche (1986 a ; 1986 b ; 1996 b).

29 Altan Gökalp, 1984 ; 1986 a ; 1986 b.

30 Gaye Petek-Şalom, 1987 a ; 1990 a.

31 D’après l’interview de Pınar Hüküm, 2008. Cette interview fournit quelques éléments sur les parcours migratoires et les profils sociaux de Pınar Hüküm et de Gaye Petek-Şalom, co-fondatrices de l’association Elele (originaires de Turquie, scolarisées dans des collèges privés, socialisées dans le milieu des militants de gauche émigrés de Turquie en France). C’est au cours des années 1970 qu’elles auraient eu leurs premiers contacts avec les populations émigrées turques, en tant qu’interprète traductrice pour des démarches administratives au sein du Service Sociale d’Aide aux Émigrants (SSAE a été créé en 1926, sur la base d’initiatives privées, pour accompagner les mouvements des réfugiés essentiellement européens, cf. le site Web de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration).

32 Le FAS est d’abord devenu le FASTIF (Le Fonds d'action sociale pour les travailleurs immigrés et leur famille), puis le FASILD en 2001 (Le Fonds d'action et de soutien pour l'intégration et la lutte contre les discriminations), qui a été remplacé en 2006 par l’ACSE (Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances).

33 Benoît Sourou et Françoise Rollan (2006 : 11).

34 L’enquête de Terrasson s’intègre dans une thèse de doctorat d’État en sociologie (Maryse Tripier, 1987), dont les résultats ont été publiés en 1990. Cette enquête a également donné lieu à un mémoire d’étude sous la direction de Tripier (Jean-Pierre Boyer, 1983).

35 Riva Kastoryano, 1986 : 41.

36 Hamit Bozarslan, 1988. Bozarslan réalisera une thèse de doctorat en histoire (Bozarslan, 1992).

37 Maurizio Catani et Salvatore Pallida, 1987 ; et Kamuran Bekir Harputlu, 1986.

38 Gaye Petek-Şalom, 1984 ; et Stéphane de Tapia, 1988 ; 1990.

39 Gaye Petek-Şalom, 1987 b ; 1990 b ; 1991 a.

40 Altan Gökalp, 1986 c ; 1993. Signalons aussi une thèse de troisième cycle en sciences de l’éducation sur « les Problèmes de scolarisation des enfants de travailleurs immigrés turcs » (Şermin Yurdusev, 1984).

41 Stéphane de Tapia, 1995 a : 16.

42 De faibles flux d’entrée féminine sont comptabilisés à partir de 1967 par l’ONI (Office national de l’immigration). À la fin de 1971, un travailleur turc sur vingt se serait fait rejoindre par sa famille (Catherine Gökalp, 1973).

43 Altan Gökalp, et al., 1977 ; Marie-José Delyfer, 1975 ; Martine Charlot, 1979 ; et Asuman Ulusan, 1981.

44 Suite à un mémoire d’étude à l’IEP sur les immigrés turcs en Allemagne, qui a été mentionné plus haut (Altan Gökalp, 1966), l’auteur a réalisé une thèse de doctorat en ethnologie sur le système de parenté d’un village en Turquie (1977), parue en 1980 sous le titre de Têtes rouges et Bouches noires. Une confrérie tribale de l’Ouest anatolien.

45 Altan Gökalp, 1986 b ; 1989 a ; 1989 b. Voir également Altan Gökalp, 1994 ; 1996.

46 Gérard Noiriel, 1988. Cité par Jean-Michel Chapoulie, 2008 (issu d’une communication au « Colloque Voyages transatlantiques » organisé en juin 2007 à l’Université de Nancy. Cf. Chapoulie, 2007).

47 Jean-Michel Chapoulie, 2008.

48 Avant cet ouvrage, la bibliographie sur le sujet se limite à deux thèses de géographie et de droit soutenues avant 1940 : Georges Mauco, 1932 ; Ray Joanny, 1938. Cités par Jean-Michel Chapoulie, ibid.

49  Darras, 1966 ; Jean-Daniel Reynaud (dir.), 1966. Cités par Chapoulie, ibid.

50 Henri Mendras (dir.) (1980). Cité par Chapoulie, ibid.

51 Alexis Spire, 1999.

52 Spire cite ici Abdelmalek Sayad (1986 : 81).

53 « Pour évaluer un tel arbitrage, l’expertise économique a pendant longtemps constitué une référence : en posant la question de la substituabilité entre main-d’œuvre française et main-d’œuvre étrangère, certains rapports ont été commandités dans l’idée de servir de caution scientifique à la politique d’incitation au retour, qui a été mise en œuvre en 1975 et systématisée deux ans plus tard » (Alexis Spire, 1999 : 51).

54 Alexis Spire, ibid.: 51, 52.

55 Abdelmalek Sayad, 1985 ; 1986 (textes réunis dans le chapitre trois de La Double Absence. Des illusions de l’immigré aux souffrances de l’immigré, 1999. Un ouvrage préfacé par Pierre Bourdieu, réunissant une partie des travaux de Sayad après sa disparition en 1998).

56 Pour une critique de Sayad sur les considérations auxquelles ces travaux ont donné lieu, que Sayad qualifie comme tautologiques, voir Sayad, 1977 (texte présenté dans Sayad, 1999 ; voir notamment p. 57, la note 2 de bas de page) et Sayad, 1984 (texte présenté dans Sayad, 1999 ; voir notamment p. 56, la note 1 de bas de page).

57 Ces recherches ont pour prédécesseur la thèse de géographie de Georges Mauco (1932), spécialiste des étrangers en France, dont l’INED publia les contributions (cf. Jean-Michel Chapoulie, 2008). Sur la carrière de Mauco, voir Paul-André Rosental (2003), notamment p. 102-112 ; cité par Chapoulie, 2007.

58 Pour reprendre les termes du directeur de l’INED, Alfred Sauvy, dans un article à la première livraison de la revue de l’INED, Population (1946 : 97) et de Louis Chevalier, dans un texte daté de 1944, qui sert d’introduction au deuxième cahier de l’INED (1947 : 11-14). Cités par Chapoulie, 2008.

59 Pour les références de ces recherches, voir Chapoulie, ibid.

60 Les chercheurs utilisent « parfois des termes géographiques – Nord-africains et Algériens, puisque les Algériens sont alors citoyens français et non soumis aux lois sur l’émigration si bien d’ailleurs que leurs déplacements d’un bord à l’autre de la Méditerranée ne sont pas bien connus – ; parfois des termes ethniques – Arabes, Berbères, Chleuh, dans un article qui estime leurs mérites différentiels en tant que travailleurs ; parfois encore une qualification religieuse (musulmans) », Chapoulie, ibid. : 236.

61 Abdelmalek Sayad (1999 : 80 ; issu d’un article de Sayad daté de 1977). Les temporalités de l’immigration algérienne sont mal connues. Les contributions de Sayad permettent de distinguer « trois âges de l’émigration algérienne » : le premier âge de l’émigration algérienne aurait débuté dans la première décennie des années 1900 et perduré jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale approximativement. Il s’agit d’une émigration saisonnière de paysans, qui s’inscrit dans un processus collectif de survie d’une société paysanne : doté par son groupe d’une mission, vivant parmi ses proches et ses compagnons en France, et objet d’une « réintégration quasi rituelle » quand il est de retour dans son village. À ce « paysan empaysanné » qui « s’efforce de demeurer paysan contre tout et contre tous », s’oppose l’émigré « dépaysanné », qui arrive dans le seconde âge de l’émigration (depuis 1945 jusqu’à l’indépendance de l’Algérie) : parfois d’origine urbaine, considérant son émigration comme une « aventure » individuelle, étant en rupture avec la communauté paysanne, et dont la fréquence des retours augmente (congé annuel, vacances), alors que la durée de séjour s’allonge jusqu’à ce que celui-ci devienne quasi-permanent. Ce second âge d’émigration s’inscrit dans un processus de dépaysanisation déjà entamé (cf. Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad, 1996 [1ère éd. 1964]), qui gagne l’ensemble des campagnes. Une fraction de la population urbaine est aussi concernée : « un ample exode des populations rurales (surtout en provenance des régions anciennement acquises à l’émigration en France) a transféré vers les villes, en Algérie même ; les émigrés potentiels vers la France » (Sayad, 1999 : 72 ; issu d’un article de Sayad daté de 1977). Ce modèle est évidemment à comparer avec les évolutions de l’émigration à partir de la Turquie.

62 Catherine Gökalp, 1973 : 341.

63 Abdelmalek Sayad, 1999 : 113.

64 Stéphane Beaud et Gérard Noiriel, 1991.

© Institut français d’études anatoliennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable