Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archéologies et espaces parcourus

 | 
Olivier Henry

Tilbeshar, au carrefour d’échanges entre la vallée de l’Euphrate et la côte méditerranéenne à l’âge du Bronze

Christine Kepinski

Résumé

Avec une superficie maximum de 56 hectares, Tilbeshar est une ville majeure du Sud-Est anatolien à l’âge du Bronze. Elle est au centre d’un petit territoire et appartient au vaste réseau d’échanges, particulièrement actif au troisième puis début du second millénaire, qui relie entre elles différentes régions d’Orient.

With a maximum area of 56 hectares, Tilbeshar is a major city of Southeast Anatolia in the Bronze Age. It is the center of a small territory and belongs to the vast network of exchanges, particularly active in the third and early second millennium, which interconnects different parts of the East

Texte intégral

Figure 1 : carte de la région

Figure 1 : carte de la région

H. David

1Situé aux portes de l’Anatolie de l’est, Tilbeshar est aussi au carrefour de voies commerciales importantes.

2Au Bronze Ancien comme au Bronze Moyen, du troisième millénaire à la première moitié du second, Tilbeshar figure parmi les villes majeures d’Anatolie. Elle a des contacts lointains et entretient des échanges réguliers avec la Mésopotamie, différentes villes de la vallée de l’Euphrate, le Caucase et la côte méditerranéenne.

Environnement géographique

3Tilbeshar se trouve dans la vallée du Sajour, affluent de rive droite de l’Euphrate (fig. 1). Il représente avec Gaziantep, à une vingtaine de km, les deux seuls sites jamais fouillés de la vallée. Il domine une petite alvéole entourée par des collines calcaires recouvertes par endroit de coulées basal- tiques. Les sources sont très nombreuses dans les environs et alimentent différents cours d’eau dont le Qoueiq qui mène à Alep, à une centaine de kilomètres au sud. La région reçoit environ 400 mm de précipitations par an. La végétation est de type méditerranéen. Plusieurs voies de communication, suivant le plus souvent les cours d’eau, traversent la plaine.

4Du point de vue géographique, Tilbeshar est très clairement un site de carrefour entre les voies Nord-Sud qui longent l’Euphrate, du Caucase à la Mésopotamie et celles Ouest-Est qui la relient d’une part à la Méditerranée et d’autre part à l’Anatolie de l’Est et au-delà à l’Iran et l’Asie Centrale.

5De nos jours encore, Gaziantep est une halte pour les touristes qui souhaitent visiter l’Anatolie de l’Est de sorte que si Istanbul a été pendant longtemps la porte d’entrée en Orient on peut considérer aujourd’hui que cette frontière se trouve dans la vallée du haut Euphrate et de ses petits affluents, dans des villes comme Gaziantep ou plus au nord, Malatya.

Description générale du site et des travaux entrepris

  • 1 Nos travaux se sont toujours déroulés en collaboration avec le musée de Gaziantep et on trouvera di (...)

6Nos travaux sur ce site ont commencé en 1994 par deux missions de prospection et sondages et la première campagne de fouilles remonte à 19961. Depuis 2006, nos activités de terrain sont suspendues.

7Tilbeshar comprend une citadelle de 40 m de haut et une ville basse conservée entre 2 et 6 m au-dessus du sol vierge et l’ensemble couvre environ 56 hectares (fig. 2).

Figure 2 : Tilbeshar,

Figure 2 : Tilbeshar,

photo Nazih Bazgelen

8Occupée dès le Néolithique, c’est avant tout une ville importante de l’âge du Bronze puis durant la période médiévale. Le programme portant sur la ville du Moyen-âge est placé sous la responsabilité de Marie-Odile Rousset. Durant sept campagnes de fouilles, plusieurs chantiers ont été ouverts dans la ville basse, au nord comme au sud, de même que sur la citadelle. En dehors de l’établissement d’une stratigraphie correspondant aux différentes occupations de Tilbeshar, notre programme comprend plusieurs axes de recherche placés sous la responsabilité de différents collaborateurs : l’urbanisme (programme associé à une prospection géophysique), la céramique, l’architecture domestique, les pratiques funéraires, les périodes de transition et principalement Chalcolithique / Bronze Ancien I et Bronze Ancien / Bronze Moyen, le paléo-environnement associé à des analyses des biocénoses. D’autres programmes étaient aussi envisagés, notamment un portant sur la métallurgie.

Principales étapes de l’évolution de la ville durant l’âge du Bronze

9Il est possible d’esquisser une première histoire du site, en particulier pour les troisième et second millénaires (fig. 3).

10Au BAI, l’occupation est limitée à la citadelle. Tilbeshar est dans un premier temps un établissement fortifié suivi d’une occupation sommaire sans mur d’enceinte. Dès 2700-2600 Tilbeshar devient une grande ville plus ou moins circulaire et comprend une première ville basse au pied de la citadelle, au nord comme au sud. Les résultats du programme portant sur l’urbanisme laissent envisager un espace urbain planifié. À partir de 2300 environ, une partie de la ville basse sud ne sert plus que de cimetière puis Tilbeshar connaît une contraction majeure à la transition entre le Bronze Ancien et le Bronze Moyen. Ainsi au début du second millénaire, au Bronze Moyen I, la ville sud semble être complètement désertée.

11Au Bronze Moyen II, à partir de 1800, d’énormes travaux d’aménagement de la voirie notamment sont entrepris et Tilbeshar retrouve son périmètre maximum avant d’être abandonnée après 1600 pendant plusieurs siècles.

Quelques témoins des échanges lointains entretenus par la ville

12Plusieurs éléments de la culture matérielle importés ou imités, dévoilent l’étendue des contacts lointains entretenus par la ville.

Tilbeshar IIIA (3100-2700)

  • 2 Dessène 2002.
  • 3 Rothman 2011; Braidwood/Braidwood 1960, 235, fig. 175.

13Au Bronze Ancien I, on trouve à Tilbeshar des écuelles grossières à bord biseauté ou de la céramique à engobe réservée (fig. 4)2, deux catégories connues dès le quatrième millénaire qui symbolisent les contacts de cette région avec la Mésopotamie dès la période dite de l’expansion urukéenne. Elles sont bien attestées au nord, sur le haut Euphrate turc, jusqu’à Arslantepe et à l’ouest, jusqu’à l’Amuq3.

Tilbeshar IIIB (2700-2500)

Figure 5 : Terrasse haute sur la citadelle (2700-2500 av. J.-C.)

Figure 5 : Terrasse haute sur la citadelle (2700-2500 av. J.-C.)
  • 4 Orthmann 1981.
  • 5 Zettler 1997, 18.
  • 6 Buccellatti/Kelly-Buccellatti 1988, 59 et 1999, 12, 13 abb. 4, 14
  • 7 Masson 1988, 58, fig. 18.

14La première grande ville de Tilbeshar, celle qui date de notre niveau IIIB et des environs de 2700-2600 aC, s’accompagne de vastes travaux d’aménagement dont la construction sur la citadelle d’une terrasse à degré recouvrant tous les niveaux antérieurs (fig. 5). Des terrasses de ce type se retrouvent le long de l’Euphrate, notamment à Halawa B4ou tell es Sweyhat5mais aussi dans le Khabour, par exemple à Tell Mozan. Les fouilleurs de ce dernier site les mettent en relation avec les Hurrites6. On peut également citer les terrasses d’Asie centrale dont celle d’Altıtepe (Altyndepe)7. Toutefois la correspondance chronologique de tous ces exemples demeure incertaine.

8

Figure 6 : Tombe monumentale US 2676, ville basse nord (2600-2300 av. J.-C.)

Figure 6 : Tombe monumentale US 2676, ville basse nord (2600-2300 av. J.-C.)
  • 9 Roobaert/Bunnens 1999.
  • 10 Peltenburg 1999.
  • 11 Dornemann 1979 et 1980.

15Construite en gros blocs mégalithiques dis- posés en encorbellement et recouverts de dalles plates, elle comprenait une chambre funéraire de 6m de long, 2m de large, 1,50 à 2 m de haut, fermée par deux dalles en pierre à laquelle on accédait fort probablement par un puits d’accès. Exemple unique de cette catégorie en Turquie, elle trouve des parallèles en Syrie, à Tell Ahmar9, Jerablus Tahtani10et Tell Hadidi11. Ce sont en principe des caveaux familiaux utilisés par plusieurs générations. Elle semble accompagner l’émergence d’une élite capable de monopoliser une main-d’œuvre importante et de construire une ville. Elle illustre aussi la montée en puissance de certaines familles dirigeantes soucieuses de conforter leur légitimité en fondant cette dernière sur le culte des ancêtres.

16Cette tombe a été découverte la veille du dernier jour de fouilles de la campagne 2006, nous avons eu le temps d’en extraire une cinquantaine de pots et nous estimons qu’elle devait en comprendre près d’un millier (fig. 7).

  • 12 Gopnik/Rothman 2011, 143, fig. 5.4.

17Elle a été utilisée plusieurs fois entre 2600 et 2300. Parmi l’assemblage le plus ancien, on note une marmite transcaucasienne (fig. 8). Cette catégorie céramique avait été reconnue sous forme de petits tessons de surface mais c’est la première fois que nous en avons dégagé un exemplaire entier. La céramique transcaucasienne est bien attestée plus au nord et à l’ouest de notre région12. Dans l’état actuel de nos connaissances, cet exemple demeure unique pour la vallée du Sajour.

Tilbeshar IIIC (2500-2300)

  • 13 Kepinski 2001, 212.

18Les échanges avec le Caucase sont également perceptibles lors d’une occupation plus récente, au niveau IIIC (2500-2300). Un four en forme de fer à cheval qui forme avec le foyer portatif appelé andiron de très bonnes attestations des contacts avec cette région, a été mis au jour dans une maison13. Il faut rappeler que les habitudes culinaires correspondent à des marques d’identité fortes.

Figure 8 : Tessons de la tombe monumentale US 2676

Figure 8 : Tessons de la tombe monumentale US 2676
  • 14 Perello 2011.

19Par ailleurs un quartier de Tilbeshar renferme le plan oblong d’une maison à deux pièces en enfilade tel qu’il a été défini par Bérengère Perello, plan caractéristique de l’Anatolie de l’Ouest au troisième millénaire14.

  • 15 Matney et al. 1997, 81.
  • 16 Aruz 2003, 273.
  • 17 Aruz 2003, 185.

20Il existe à Tilbeshar bien d’autres témoignages d’échanges lointains dont la présence de depas, gobelet couvert d’un engobe rouge lissé, originaire de Troie (fig. 11). On en connait des exemples dans les environs, provenant de Titris Höyük15ou de Selenkayieh16. Les contacts de la région avec Troie et la côte égéenne sont confirmés par les bijoux en or retrouvés dans une tombe monumentale (Tomb 7) de Tell Banat, sur l’Euphrate syrien, juste au sud de la frontière syro-turque, dont les parallèles avec Poliochni ont été soulignés17.

Figure 9 : Depas, ville basse sud (2300-2100 av. J.-C.)

Figure 9 : Depas, ville basse sud (2300-2100 av. J.-C.)

Tilbeshar IV (2000-1600)

  • 18 Kepinski 2005b.

21Ainsi un peu plus tard au Bronze Moyen deux types de pots se répandent dans la vallée de l’Euphrate depuis Lidar Hoyük jusqu’en Mésopotamie18. Il s’agit d’une part de grandes jarres de stockage avec des lèvres moulurées et un décor de lignes incisées sur le haut de la panse et d’autre part de jarre globulaire avec des petites anses bifides, toutes fabriquées de la même façon, tournées en deux parties jointes (figs. 9-10).

Figure 10 : Jarre de stockage, Tilbeshar (Bronze Moyen)

Figure 10 : Jarre de stockage, Tilbeshar (Bronze Moyen)
  • 19 Michel 1996 ; Durand 1997.
  • 20 Herveux 2007.

22On les a mis en relation avec le transport de denrées alimentaires liquides. De tels échanges sont très bien documentés dans les textes de Mari qui attestent l’approvisionnement de cette ville en huile d’olive, vin et miel en provenance de la région de Carchemish et d’Alep19. La présence à Tilbeshar, dès le troisième millénaire, de vigne et d’oliviers a été confirmée par des analyses anthracologiques de restes végétaux carbonisés20. Cette donnée est nouvelle car l’on pensait auparavant qu’au troisième millénaire, ces espèces se trouvaient uniquement sur le pourtour méditerranéen immédiat. Les textes de Mari signalent aussi l’importation de bois en provenance de cette région. Bois, huile d’olive, vin et miel ont dû constituer des monnaies d’échanges à Tilbeshar et sa région.

Figure 11 : Jarre globulaire (Bronze Moyen II)

Figure 11 : Jarre globulaire (Bronze Moyen II)
  • 21 Kepinski-Lecomte/Ergeç 2000, 218, fig. 3; Matthiae 1985.

23Si l’on ajoute à ces quelques exemples la présence de perles en cornaline, puis dans les environs immédiats, de lapis-lazuli, deux pierres originaires d’Asie Centrale, nous voyons bien que Tilbeshar se trouve au carrefour de voies commerciales21.

Conclusion

24Tilbeshar est une ville, lieu où s’exercent par excellence la complémentarité des activités et la constitution de sur- plus. On y note la circulation de biens mais aussi la production de denrées susceptibles d’être échangés.

25Situé dans une dépression couverte d’alluvions, le site de Tilbeshar dispose d’un terroir fertile mais limité et nécessitant une irrigation intensive. Les contraintes géo- graphiques dans la région justifient une économie fondée fort probablement sur les ressources de l’arboriculture et le commerce à longue distance facilité quant à lui par la position de la ville, au carrefour de voies menant principalement vers la Mésopotamie, le haut Euphrate ou la côte égéenne.

Bibliographie

Aruz, J. (éd.) (2003), Art of the First Cities: The Third Millennium B.C. from the Mediterranean to the Indus, New York.

Braidwood, R.J. / Braidwood, L.S. (1960), Excavations in the Plain of Antioch I, Chicago.

Buccellati, G. / Kelly-Buccellati, M. (1988), Mozan I. The Soundings of the First Two Seasons [Bibliotheca Mesopotamia 20], Malibu.

Buccellati, G. / Kelly-Buccellati, M. (1999), “Das archäologische Projekt. Tall Mozan/Urkes”, Mitteilungen der Deutschen Orient-Geselschaft zu Berlin 131, 7-16.

Dessène, F. (2002), « La céramique à engobe réservé de Tilbeshar (sud-est anatolien) : étude archéométrique d’une production d’inspiration urukéenne », Anatolia Antiqua X, 1-10. URI : http://dx.doi.org/10.3406/anata.2002.972

Dornemann, R. (1979), “Tell Hadidi: A Millennium of Bronze Age City Occupation”, in: D.N. Freedman (éd.), Archaeological Projects from the Tabqa Dam Project – Euphrates Valley, Syria [AASOR 44], Cambridge (MA), 113-151.

Dornemann, R. (1980), “Tell Hadidi: An Important Center of the Mitannian Period and Earlier”, in: J.-C. Margueron (éd.), Le Moyen-Euphrate, Leyde, 218-234.

Durand, J.-M. (1997), Documents épistolaires du palais de Mari 1 [LAPO 16], Paris.

Gopnik, H. / Rothman, M.S. (2011), On the High Road. The history of Godin Tepe, Iran, Toronto.

Herveux, L. (2007), « La crise de 2100 av. J.-C. a-t-elle eu lieu ? Indices archéobotaniques au Levant nord », in : C. Kuzucuoğlu / C. Marro (éds.), Sociétés humaines et changement climatique à la fin du troisième millénaire : une crise a-t-elle eu lieu en Haute-Mésopotamie ? Actes du colloque de Lyon, 5-8 décembre 2005 [Varia Anatolica XIX], Istanbul, 329-340.

Kepinski-Lecomte, C. / Ergeç, R. (2000), “Tilbeshar 1999, occupations de la vallée du Sajour de la fin du Chalcolithique au Bronze Moyen”, Anatolia Antiqua VIII, 215-225. URI : http://dx.doi.org/10.3406/anata.2000.948

Kepinski, C. (2001), “Tilbeshar, site du sud-est anatolien, de la fin du quatrième au milieu du second millénaire av. J.-C. ”, Anatolia Antiqua IX, 207-214. URI : http://dx.doi.org/10.3406/anata.2001.968

Kepinski, C. (2005), “Tilbeshar (Southeast Anatolia): A city in the Sajur valley, West of the bend of the Euphrates, during the Bronze Age”, Anatolica XXXI, 145-159.

Kepinski, C. (2005), “Material Culture of a Babylonian Commercial Outpost on the Iraqi Middle Euphrates: the Case of Haradum during the Middle Bronze Age”, Akkadica 126, 121-131.

Kepinski, C. (2007), “Dynamics, Settlement patterns and Diagnostic Criteria in the Carchemish Area during the third millennium B.C.”, in: E. Peltenburg (éd.), Euphrates Valley River Settlement. The Carchemish Sector in the Third Millennium B.C. [Levant, Supplementary Series], Londres, 152-186. URL : https://www.academia.edu/7553595/Dynamics_Settlement_patterns_and_Diagnostic_Criteria_in_the_Carchemish_Area_during_the_third_millennium_B.C._._In_E._PELTENBURG_ed._Euphrates_Valley_River_Settlement._The_Carchemish_Sector_in_the_Third_Millennium_B.C

Kepinski, C. / Önal, M. / Vallet, R. / Perello, B. / Vella, M.-A. (2007), “Rapport préliminaire sur la septième campagne de fouilles à Tilbeshar en 2006 (Sud-Est anatolien)”, Anatolia Antiqua XV, 275-288.

Masson, V.M. (1988), Altyn-depe, Philadelphie.

Matney, T., Algaze, G. / Pittman H. (1997), “Excavations at Titris Höyük in Southeastern Turkey: A preliminary report of the 1996 season”, Anatolica 22, 61-84.

Matthiae, P. (1985), I tesori di Ebla, Rome-Bari.

Michel, C. (1996), « Le commerce dans les lettres de Mari », in : J.-M. Durand (éd.), Mari Ebla et les Hourrites : dix ans de travaux. Première partie. Actes du colloque international, Paris, mai 1993 [Amurru 1], Paris, 385-426.

Orthmann, W. (1981), Halawa 1977-1979. Vorlaufiger Berichte über die 1 bis 3 Grabungdkampagne, Bonn.

Peltenburg, E. (1999), “The Living and the Ancestors: Early Bronze Mortuary Practices at Jerablus Tahtani”, in: G. Del Olmo Lete / M. Fenollos (éds.), Archaeology of the Upper Syrian Euphrates. The Tishrin Dam Area. Proceedings of the International Symposium Held at Barcelona, Jan. 28th-30th 1998 [Aula Orientalis, Supplementa 15], Sabadell, 427-442.

Perello, B. (2011), L’architecture domestique de l’Anatolie au IIIe millénaire [Varia Anatolica XXIV], Istanbul.

Roobaert, A. / Bunnens, G. (1999), “Excavations at tell Ahmar-Til Barsib”, in: G. Del Olmo Lete / M. Fenollos (éds.), Archaeology of the Upper Syrian Euphrates. The Tishrin Dam Area. Proceedings of the International Symposium Held at Barcelona, Jan. 28th-30th 1998 [Aula Orientalis, Supplementa 15], Sabadell, 193-178.

Rothman, M.S. (2011), “Interaction of Uruk and Northern Late Chalcolithic Societies in Anatolia”, in: S. Steadman / G. McMahon (éds.), The Oxford Handbook of Ancient Anatolia, Oxford, 813-835.

Zettler, R.L. (éd.) (1997), Subsistence and settlement in a marginal environment: Tell es-Sweyhat, 1989-1995 preliminary report [MASCA Research Papers in Science and Archaeology 14], Philadelphie.

Notes

1 Nos travaux se sont toujours déroulés en collaboration avec le musée de Gaziantep et on trouvera divers rapports préliminaires cosignés dans les revues Anatolia Antiqua et Kazı Sonuçları Toplantısı auxquels on peut ajouter Kepinski 2005a et 2007.

2 Dessène 2002.

3 Rothman 2011; Braidwood/Braidwood 1960, 235, fig. 175.

4 Orthmann 1981.

5 Zettler 1997, 18.

6 Buccellatti/Kelly-Buccellatti 1988, 59 et 1999, 12, 13 abb. 4, 14

7 Masson 1988, 58, fig. 18.

8 Kepinski et al. 2007.

9 Roobaert/Bunnens 1999.

10 Peltenburg 1999.

11 Dornemann 1979 et 1980.

12 Gopnik/Rothman 2011, 143, fig. 5.4.

13 Kepinski 2001, 212.

14 Perello 2011.

15 Matney et al. 1997, 81.

16 Aruz 2003, 273.

17 Aruz 2003, 185.

18 Kepinski 2005b.

19 Michel 1996 ; Durand 1997.

20 Herveux 2007.

21 Kepinski-Lecomte/Ergeç 2000, 218, fig. 3; Matthiae 1985.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : carte de la région
Crédits H. David
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Figure 2 : Tilbeshar,
Crédits photo Nazih Bazgelen
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-3.png
Fichier image/png, 6,2M
Crédits P. Lebouteiller
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-5.png
Fichier image/png, 2,1M
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Figure 5 : Terrasse haute sur la citadelle (2700-2500 av. J.-C.)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6 : Tombe monumentale US 2676, ville basse nord (2600-2300 av. J.-C.)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-10.png
Fichier image/png, 6,4M
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 792k
Titre Figure 8 : Tessons de la tombe monumentale US 2676
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Figure 9 : Depas, ville basse sud (2300-2100 av. J.-C.)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Figure 10 : Jarre de stockage, Tilbeshar (Bronze Moyen)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 11 : Jarre globulaire (Bronze Moyen II)
URL http://books.openedition.org/ifeagd/docannexe/image/1037/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 100k

Auteur

CNRS, ArScAn UMR 7041
Maison René-Ginouvès
christine.kepinski@mae.u-paris10.fr

© Institut français d’études anatoliennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Open access

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable