Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Su-açu

 | 
France-Marie Renard-Casevitz

3 - L'univers culturel de la chasse

VII Position Sémantique du Cervidé

Texte intégral

1Plusieurs éléments de ce bref parcours de l’univers de la chasse nous on permis de cerner diverses significations accordées au cervidé, en fonction de ses interlocuteurs, par la pensée amazonienne. Il nous reste à rassembler ces éléments et à les étayer, le cas échéant pour dégager la position sémantique du cervidé.

Cervidé. Beauté et Séduction

  • 1 Aire culturelle du Xingu.

2Nous avons retracé le portrait du cervidé par les Desana. Nombreuses sont les tribus amazoniennes qui. comme eux, vante l’harmonieuse beauté des cervidés ; nombreux sont les mythes qui se servent du nom de cerf ou du daguet comme symbole de la séduction. Il suffit de savoir que cinq invités à une cérémonie mortuaire choisissent de s’adosser à la « maison du cerf », nom donné à l’une des maisons d’un village Kamaiura1 mythique, pour présumer qu’ils ne tarderont pas à oublier l’interdit sexuel qu’ils devraient observer en cette occasion ; en effet ils passent la nuit avec les deux femmes de la maison qui se présentent comme grandent amantes puisqu’elles y consentent(Villas Boas.(1973) 1975. p. 68). Dans un mythe Kuikuru(1), les trois survivantes des six filles sculptées en bois par le héros Kuatungue rencontrent cerf sur leur chemin : « il était orné et très beau, dit-on ; les filles s’arrêtèrent pour le regarder. Elles l’appréciaient. Il était très beau... »(Villas. Boas. Ibid. p. 77).

3Ce thème de la beauté du cervidé est si largement répandu qu’on le retrouve en Amérique du Nord dans de nombreux mythes sur la grenouille voleuse d’enfants parce que les siens sont laids . « On connaît des variantes Klamath... et Modoc... où la grenouille vole l’enfant d’un cervidé »(Levi-Strauss. 1968. p. 47, 48).

4Beauté et jeunesse sont souvent synonymes dans les langues sud-américaines et signifiés par un seul terme qui s’oppose au vieux-laid et forme en revanche un ensemble indivisible avec la séduction. C’est Haperonkali qui, transformé en homme à la voix irrésistible, vient chanter des sérénades si belles et si romantiques aux femmes seules que la plus fidèle des épouses ne peut lui résister(cf. p. 76), Alvarez R. 1960. p. 114-115). C’est cet homme tacana, auquel ses parents refusaient une épouse, qui convole avec une biche transformée en belle jeune femme jusqu’à ce qu’elle redevienne biche et mère de ce genre. C’est le daguet Yaomona, c’est à dire pénis géant, nom sans voile pour que nul n’en ignore la fonction et qu’on retrouve ailleurs pour désigner le serpent, c’est Yaomona donc qui a des rendez-vous amoureux dans une plantation de coca avec la maîtresse des lieux jusqu’au jour où le mari le surprend et le tue avant d’assomer son épouse(Tacana. Hissink. p. 164). Ce sont des récits fort communs que ces aventures entre les cervidés et les hommes ; on les retrouve des Guyanes aux groupes arawak du piémont andin.

  • 2 Il est intéressant de rapprocher cela du rôle de la couverture de mariage en cuir de cervidé chez (...)

5Tantôt séducteur de femmes mariées ou époux de filles, tantôt épouse de garçons ou séductrice de chasseurs, le cervidé a donc une forte signification érotique. Il conjoint ceux qui, culturellement, sont trop éloignés pour l’être, les humains et les cervidés, il disjoint les couples humains qui culturellement devraient rester conjoints. Insupportable séduction qui corrompt l’ordre social par cette union des gens de culture et des gens de nature et dont la sanction ne peut être que la mort, aspect négatif de la jeune beauté du cervidé, traduction de ses excès... c’est la sentence qu’énoncent les « contes immoraux » qui narrent les ébats amoureux d’un couple cervidé-humain. Les amantes d’Haperonkali, séparées de leur séducteur par le retour de l’époux, se consumment de folie amoureuse et meurent en quelques jours(Alvarez. Ibid.), alors que Yaomona et sa maîtresse succombent sous les coups de l’époux bafoué, sort que partagent les amants cervidé-humain dans les contes matsiguenga2. A moins qu’il ne survive à ces amours asociales engendrant alors le masque mortuaire : les cervidés.

Cervidé. Vie Brève et Mort

6Excès amoureux, nous venons de le voir, mais aussi excès de vitesse. Muni de sabots imputrescibles de la tortue, il brûle les étapes distançant quiconque se lance à ses trousses, chasseur animal ou humain ; il est déjà là-bas quand il devrait encore être ici et rétrécit l’espace avalé dans un temps démesuré, écourté. C’est bien la morale des fables de la tortue : il dévore à folles enjambées la longue et sinueuse coulée de sa vie.

7Dans un groupe de mythes amazoniens « où la tortue joue un rôle constant avec, pour antagoniste, tantôt le jaguar ou le crococile - parfois les deux ensembles -, tantôt le sarigue, C. Levi-Strauss(1. 1964. p. 182) démontrait qu’« à un double titre, la tortue est... maître de la pourriture : parce qu’elle est imputrescible, et parce qu’elle est un « mange-pourri »... Dans tous nos mythes, l’opposition permanente est entre puant et non-puant, putrescible et imputrescible »(ibid. p. 184).

  • 3 Tout le long de l’Ucayali, sur le maranon et jusqu’aux Vaupes, le cervidé tient en effet le rôle i (...)
  • 4 A cet égard, jaguar et cervidé seraient à nouveau associés ; de nombreux mythes mettent en scène u (...)

8A cet égard et face à l’animal carapaçonné, le cervidé3 est substituable au jaguar et au crocodile, au renard et au tapir(Desana. Les astuces des Tortues), à l’autruche du chaco. Mange-cru, mange-vert, il est de srucroît mange-poison. Qu’il soit putrescible, le fragment desana(cf. appendice 4. p. 31) l’atteste, comme l’atteste le mythe Taulipang opposant la tortue terrestre et le cerf de savane : le cerf pourrit et se transforme en plante magique pour la chasse au cerf(Koch. Grundberg. 1923. 2. p. 139) , et cela suffirait sans doute. Mais il nous revient en mémoire cet épisode Ayore où c’est la puanteur interne de l’Anaconda qui tue les hommes avalés sans dommage(cf. p. 82-3), alors que, dans l’univers cynégétique, c’est la puanteur, externe du cerf des pampas qui rebute certains chasseurs - comme la puanteur, - le mauvais goût -, des chairs du cerf des marais -. Cette relation de corrélation entre l’Anaconda et le cervidé, bien que nous n’ayons aucun exemple présent à l’esprit pour l’étayer, n’est peut-être pas absente de la pensée amazonienne ; l’un et l’autre puants mais de façon inverse4, de même qu’ils sont cannibales mais l’un dans la diachronie puisqu’il est devenu herbivore, l’autre dans la continuité ; là comme ailleurs ils seraient substituables au prix d’inversions dont nous avons suivi les enchaînements dans le couple serpent venimeux-cervidé(cf. p. 83-86) : ces enchaînements élaboraient, en forme de chiasme, les positions respectives des deux protagonistes, opposant le serpent-crache poison éternellement jeune par le dépôt de sa peau et à puanteur interne au cervidé-mange poison précocement vieilli par le dépôt de ses bois, et à puanteur externe.

  • 5 Dans le texte espagnol, le terme constamment employé par N. Uscategui est « quemar ».(cf. p. 84.).

9Détour en forme de bouche : confronté à la tortue ou confronté au serpent, nous retrouvons un daguet pleureuse de la vie brève. Le temps qui s’écoule et l’espace qui s’étend sont métaphores l’un de l’autre. C’est l’image amplement développée dans le Vaupes de l’arbre dressé exprimant la succession diachronique des générations et qui, abattu, illustre les ramifications synchroniques du corps social. C’est l’image du cervidé, en quelque sorte arbre d’eau : les sabots dans l’eau où on l’abat fréquemment, chtonien par son habitat et sa nourriture - sauf le cerf des marais à nourriture aquatique -, il accroche le ciel de ses bois ; c’est le cerf-peyolt des Huicholes qui, de ses bois, empêche les nuages menaçants entre lesquels doivent se faufiler les initiés(-oiseaux) de se refermer sur eux. Celui qui étrécit les espaces en brûlant les étapes ou qui rétablit la jonction d’éléments naturels séparés(eaux du ciel-eaux terrestres... cf. aussi à ce sujet le séjour de daguet gris chez le poisson Bagadu. p. 68-9), accélère également les périodes et les saisons, en brûlant le temps et son temps. Voilà ce qu’exprime Bunkueiji, la fille daguet dont les dagues, brûlant5 les jeunes feuilles de coca, les font tournoyer à ses pieds, feuilles mortes ; voilà ce qui se murmure sous l’utilisation instrumentale des dagues et des bois : imputrescibles bois morts, conjonction de l’éphémère et de la durée.

10Et c’est un autre excès du cervidé qui surgit à la pensée : l’abroutissement. Pas plus qu’il ne sait ménager sa course et ses forces, se tuant de précipitations, il ne sait ménager ses chacras - d’adoption - ; il consomme les jeunes pousses, les écorces tendres, écourtant le temps de vivre des plantes, les tuant de précipitation avant qu’elles ne soient mûres et reproductrices. Il est un maître des plantations négatif, disions-nous, nocturne par rapport à son corollain diurne, la femme, mais aussi parce que, la devançant, il saccage par une récolte prématurée ce qu’elle surveille jusqu’à maturité.

  • 6 Dû à l’obligeance de P. Bidou. Le cervidé n’étant plus celui qui opère l’union de la nature et de (...)

11C’est pourquoi un mythe Tatuyo6 fait naître tous les cervidés des amours d’une femme avec le fantôme « jaune, vieux et laid » de son défunt mari ; c’est pourquoi chez les Guarayu de Bolivie, un fantôme frappé aux jambes avec un bâton se transforme en cervidé ; c’est pourquoi enfin tant de cultures amazoniennes les associent aux âmes des morts qu’ils en soient la vêture, le refuge provisoire ou les commensaux. De même qu’ils unissent l’eau du bas. la terre et l’eau d’en haut, de même ils conjoignent dans leurs foulées précipitées la naissance, l’adolescence et la mort ; adolescents jeunes et beaux et dans le même temps vieillards dépouillés de leurs bois(chauves ou édentés), filles rouges, filles pubères qui engendrent des aïeux ou des défunts(cf. par exemple la fille de Paressi, p. 101).

  • 7 De ce point de vue, une bouche édentée, un crâne tondu ou chauve et la perte des bois seraient équ (...)

12Surgit alors l’image de cette « grand-mère libertine » du mythe clackamac(Chinook, Amérique du Nord) : c’est une vieille femme toute ridée qui s’adonne à des amours nécrophyles avec l’arrière-train d’un cerf, puis à des amours hors saison avec son petit-fils, Troglodyte. Quand il est découvert et pour faire taire sa honte, il la noie, enveloppée « du cuir de cervidé avec lequel elle se confondait ». Un chaman arrive à la ressusciter et même à la débarasser du cuir de cerf et du même coup de ses rides. Jeune et jolie jeune fille, tant qu’elle garde close sa bouche édentée7, elle est présentée à son petit-fils qui l’épouse, séduit. « Mais un jour que Troglodyte la chatouillait de trop près, elle ne put résister et ouvrit la bouche en riant. Aussitôt, le cuir de cerf sauta sur elle et la recouvrit comme une peau ridée...(in Levi-Strauss. 4. 1971. p. 149).

13Oui c’est bien le thème du cervidé lui-même qui nous est conté là : grand-mère libertine et fille séduisante à la bouche trop usée, l’une et l’autre à la fois dans un kaléidoscope des saisons. Nous retournons les thèmes sud-américains traités ici. séduction et mort, confusion des âges et des époques.

Le Cervidé, un mixte

14Bel adolescent chenu ou jolie fille édentée, le cervidé est apparu plusieurs fois au cours de ces pages comme un mixte soutenant parfois une conjonction des extrèmes en sa personne, s’intercalant souvent comme moyen terme dans un couple dont il éloigne les conjoints quand ils sont trop proches, dont il rapproche les termes quand ils sont trop éloignés.

  • 8 De même qu’il s’interpose sous forme de couverture de mariage entre les époux algonkins pour évite (...)

15Ce sont, du point de vue de la voracité, l’homme riche et le cannibale(ou « jaguar ») mis en scène par les hommes de Huarochiri ; ils seraient équivalents si le cervidé ne venait s’intercaler pour défaire l’aspect tautologique de leur relation et permettre une série de transformations8.

16C’est ce mort-vivant qui organise, dans la forêt, la rencontre fulgurante des gens et des défunts, ou c’est le maître du manioc amer qui opère le passage d’une vie aquatique de la plante à une vie sylvestre. C’est encore celui qui illustre l’union de l’eau(céleste) et de la terre(Levi-Strauss 2. 1966. p. 294). Et cette position que lui accordent les mythologies amazoniennes, nous la retrouvons en Amérique Centrale : le chaman huichole, après le meurtre rituel du cerf-peyotl, ne dit-il pas avoir vu « l’essence vitale du cerf...(qui) s’élevait, s’élevait, comme un arc-en-ciel étincelant, vers les cîmes des monts sacrés »(Furst P. 1974. p. 170).

17Apparié et opposé à chacun des termes qu’il disjoint ou unit, il est l’être des volte-face : blanc d’un côté, rouge de l’autre, il soutient un jeu infini d’inversions parce qu’il est lui-même duel, fille-mâle disent les Kogi. Rouge sang, quand on le surprend au gîte ou au bain, il s’enfuit, tache blanche, comme s’il était brusquement vidé de son sang, déjà fantôme ou prémonition de son destin précaire.

  • 9 Héroïne toute puissante qui se transforme en Cerro de la Sal, grande montagne de sel située dans l (...)

18Don Juan et « Pénis géant », il est pourtant du côté des femmes dans bien des langues, pour divers rites et croyances, par son origine telle que la posent divers mythes. Ainsi c’est une fille de Paressi9 qui, au sortir d’une longue réclusion et alors qu’elle se dirigeait vers la rivière pour y prendre le bain rituel et purificateur, est transformée en daguet, origine et mère des cervidés. Ce qui, disent les Matsiguenga, est la raison du genre grammatical de ces animaux. Mais c’est un daguet séducteur qui chez eux vient détourner, comme chez les Piro, les femmes de leurs devoirs conjugaux. C’est encore ce vieillard précoce, pantelant qui noue une relation privilégiée avec l’indécision de l’adolescence(cf. p. 64 et sq.). Femelle et mâle, il prend les traits de la belle androgyne Bunkeiji. mais aussi du terrible Boraro(de Boreri, blanc) et de sa face féminine Boraro Numio. Mais alors en tant que Curupir vindicatif, à nouveau le réseau de ses relations séductrices-destructrices aux humains s’inverse : si nous l’avons vu enlacer les épouses des chasseurs, nous l’avons vu également étreindre les chasseurs et les vider de toute substance ; s’appariant souvent à ses semblables, il figure la perversion anti-sociale d’amours stériles, comme les jeux des adolescents desana avec les flûtes en os de cervidé. Il est de Sodome et de Lesbos, destructeur de la sexualité reproductrice, empoignant les chasseurs dans des luttes farouches pour les percer de sa flèche, nous content d’innombrables histoires de Curupir.

19Dans une autre de ses volte-face, le cervidé est un agresseur-agressé ; agresseur dans le mythe bororo du dénicheur d’oiseaux(cf. p. 44), lui qui embroche son propre père, dans des mythes tacana où une héroïne meurt transpercée par la ramure du cerf auquel elle se refusait, sa peau devenant un grand marais marécageux, où une autre femme est blessée à coups de sabots par un cervidé pris au piège et feignant d’être mort, imitation de sa symbolique(Hissink. p. 58-59, n. 18 et p. 159). Agresseur de serpents sans doute, de plantes cultivées sûrement. Cannibale chez les Tukuna, les Kaiova(cf. p. 112) et ailleurs : par exemple chez les Mundurucu qui mettent en scène un homme cerf, époux d’une femme jaguar. Ayant assisté, horrifié, à la consommation d’un cerf par ses alliés, il s’en va chasser le lendemain et rapporte un jaguar comme gibier, semant la terreur dans sa belle famille. Il fut jaguar cannibale et cette époque n’est pas révolue puisqu’il demeure ogresse cubeo(cf. p. 81-82) ou, chez les Tacana, moustique suceur de sang dénommé daguet rouge. Jaguar, il est aussi serpent, parce que, maître de poison, muant partiellement, il apporte la mort dans ses étreintes amoureuses après avoir été dépossédé, comme le serpent, des plantes cultivées. Mixte donc au confluent de plusieurs sources.

  • 10 Le maître de cette coca, trouvant une partie de sa plantation dévastée, pense que ce désastre fut (...)

20En tant que séducteur, autre aspect de la consommation qui, nous l’avons vu, entretient un lien étroit avec le cannibalisme, il tient un rôle que jouent également le jaguar, le tapir, le caïman et le serpent(cf. Levi-Strauss. 2. 1966. p. 34) et leur est substituable. Mais il faut noter que le théâtre de ses amours, plantations de coca(Bunkueiji10), de yuca(histoires campa, matsiguenga, etc.), de bananes(Yaomona) selon les mythes, s’oppose souvent aux leurs qui, de préférence, prennent pour décor, soit la maison, soit la plage ou la forêt. C’est que le cervidé est le maître des jardins et que son lieu est l’entre-deux, ni le village, ni la forêt mais la terre cultivée qui opère le passage de l’un à l’autre, comme nous l’avons vu être le passeur du manioc, comme il réalise l’intersection de la nature et de la culture, bête et homme, robe du maître des animaux et dépouille flèchée. C’est ce que sous-entend sa qualification desana, le plus humain des sylvains, termes qui se trouvent inversés chez les Urubu-Kaapor, en tant qu’il est âme des morts, c’est à dire humain transformé et rejeté dans la forêt où il erre, le plus sylvain des humains. C’est la sanction de celui qui, chez eux, conjoindrait la flamme et la chair du daguet ; il devient kau, fou, terme par quoi on désigne, expliquent-ils, le solitaire dont les pas divaguent dans la forêt sans jamias le ramener vers la société des hommes. Mais bientôt, devenu daguet, il viendra au seuil de la culture se livrer à l’abroutissement dans les plantations de ses anciens congénères.

21Mangeur de cru comme le jaguar et le serpent, après avoir été désaisi du feu, mais opposé à eux par la nourriture : végétale/animale ; mangeur de plantes cultivées comme les humains mais opposé à eux par le mode de consommation : plantes jeunes/plantes mûres, cru/cuit. Mangeur de poison comme Boraro et inverse des serpents et des hommes qui le dardent. Le cervidé renvoie aux uns et aux autres dont il est la proie ou le gibier, leur proche contraire : l’agressé aux yeux de biche inquiète(cf. le chant du tushau, p. 75). Mixte qui n’a pu garder ni le feu, ni ses dents carnassières, ni ses griffes ; qui perd ses bois au lieu de sa peau, qui possède le poison mais s’équivoque en l’ingérant, le cervidé est irrévocablement disjoint des hommes, des jaguars et des serpents et leur énonce désormais, dans son destin de « su-açu », leur propre sort que le serpent feint d’ignorer en déposant son vieux cuir : êtres putrescibles dont triomphe la tortue, rondeur imaginaire d’un temps et d’un espace sinon immobiles, du moins ralentis, lentement égrenés, se déplaçant au rythme de la maloca et non des gens.

Notes

1 Aire culturelle du Xingu.

2 Il est intéressant de rapprocher cela du rôle de la couverture de mariage en cuir de cervidé chez les Algonkins ; couverture qui opère la disjonction minimum des sexes en s’interposant entre les époux,(cf. à ce propos in Levi-Strauss. 3. 1968. p. 319-20).

3 Tout le long de l’Ucayali, sur le maranon et jusqu’aux Vaupes, le cervidé tient en effet le rôle imparti aux animaux précités ailleurs.

4 A cet égard, jaguar et cervidé seraient à nouveau associés ; de nombreux mythes mettent en scène un jaguar puant - hors du cadre de son opposition à tortue - par les gaz qu’il lâche ; tandis qu’au niveau ethnozoologique, les glandes tasiennes des cervidés dégagent une forte odeur qui imprègne leur trace. Toutefois cette association reste aventureuse tant qu’il n’est pas prouvé que la pensée mythologique utilise cette donnée zoologique concernant les cervidés.

5 Dans le texte espagnol, le terme constamment employé par N. Uscategui est « quemar ».(cf. p. 84.).

6 Dû à l’obligeance de P. Bidou. Le cervidé n’étant plus celui qui opère l’union de la nature et de la culture, mais celui qui transgresse la séparation des morts et des vivants : Formulation équivalente dans son registre propre optant pour l’un des deux aspects permanents du cervidé, le plus humain des naturels ou le plus mort des vivants. Notons que ce mythe prend soin de caractériser daguet par l’abroutissement.

7 De ce point de vue, une bouche édentée, un crâne tondu ou chauve et la perte des bois seraient équivalentes.

8 De même qu’il s’interpose sous forme de couverture de mariage entre les époux algonkins pour éviter que l’homme ne s’effémine, que la femme ne se masculinise, préservant la société du désordre social de l’androgynie, l’un des caractères du cervidé.

9 Héroïne toute puissante qui se transforme en Cerro de la Sal, grande montagne de sel située dans l’ancien territoire campa et appelée Paressi par les Matsiguenga et les Campa.

10 Le maître de cette coca, trouvant une partie de sa plantation dévastée, pense que ce désastre fut provoqué par des amants qui s’étaient donné rendez-vous là. Plus tard, Bunkueiji, épiée et attrapée, devra en punition de son vol, cohabiter avec lui.

© Institut français d’études andines, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter