Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La vallée sacrée des Andes

 | 
Antoinette Molinié Fioravanti

Première partie. la société traditionnelle en deux pôles

Chapitre premier. Les étrangers

Texte intégral

1La Vallée Sacrée et ses habitants relevaient directement du Cuzco. Aujourd’hui cette présence de la ville impériale persiste curieusement. D’abord parce que Yucay constitue toujours une sorte de villégiature pour quelques Cuzquéniens fortunés. Mais surtout parce qu’une grande famille d’origine cuzquénienne, dont le doyen est surnommé « l’Inca », contrôle une grande partie de ses terres. Enfin, parce que les institutions ecclésiastiques possèdent, tout comme le culte solaire des Incas, de riches parcelles cultivées par les paysans. Enfin de nombreux Yucavinos résidant au Cuzco ont gardé ici de petites propriétés. C’est cet ensemble extérieur au système proprement paysan que nous étudierons dans un premier temps. D’emblée il faut distinguer deux secteurs : les haciendas aux techniques avancées et aux rendements élevés, sont exploitées en faire-valoir direct ; les propriétés de l’Église, du séminaire et des émigrés, sont morcelées en minuscules parcelles et travaillées en fermage et en métayage suivant des méthodes traditionnelles.

2Nous analyserons d’abord la répartition de la terre dans la Vallée Sacrée, puis nous décrirons les techniques agricoles des grands domaines, enfin nous analyserons le système d’haciendas de cette vallée en prenant des exemples précis.

1. La répartition de la terre

  • 1 Censo Nacional de Población. Primer Censo Agropecuario, 1961, Lima, tableaux 7, 7A, 7B.

3Dans toute la province d’Urubamba la polarisation latifundium-minifundium est très marquée. Des 3 961 exploitations qui couvrent 68 470 hectares, les 241 exploitations de plus de 5 hectares regroupent 64 701 hectares, alors que les 3 720 exploitations de moins de 5 hectares ne couvrent que 3 768 hectares1. La plupart des grandes propriétés appartiennent à des habitants du Cuzco. Les haciendas de la vallée sont de tailles très différentes ; celle de Huayoccari, par exemple, s’étendait, avant l’application de la dernière loi de réforme agraire, sur 1 500 hectares (dont 1 247 improductives). Elle est côtoyée, dans le district de Huayllabamba voisin de Yucay, par de petites quintas très fertiles d’une étendue cultivable de 10 à 30 hectares. Si on regroupe les propriétés par famille, on s’aperçoit que quelque trois familles concentrent l’ensemble de ces quintas. Contrairement aux autres haciendas de la sierra péruvienne, ces propriétés sont gérées avec beaucoup de soin et sont consacrées à une culture très intensive du maïs ainsi qu’à un élevage de qualité.

Carte VII – Crouquis du terroir de Yucay.

Fig. 3 — Répartition de la propriété des terres cultivées à Yucay.

  • 2 Ministerio de Agricultura, Dirección General de Reforma Agraria y Asentamiento Rural, Dirección de (...)

4En aval de Yucay, les haciendas sont beaucoup plus importantes et surtout elles sont exploitées de façon traditionnelle : l’absentéisme y est plus répandu, les techniques sont archaïques, et les colonos sont nombreux ; ceux-ci travaillent des parcelles de l’hacienda que le propriétaire leur cède en échange de prestations de travail sur ses propres terres. L’Hacienda Compone, près d’Ollantaytambo, est un cas limite ; des 78 043 hectares qu’elle regroupe, 77 844 sont travaillés par des colonos et 179 sont laissés en pâturages. On trouve ici d’immenses propriétés comme les haciendas Pamacchura de 4 000 hectares, Silque de 2 884,47 hectares, Pumahuanca de 2 542 hectares, Cachiccata de 1 848,50 hectares, Tiapare de 1 214 hectares. Le district de Machu Picchu, en aval d’Ollantaytambo, groupe également d’immenses latifundia : 8 062 hectares, 3 362 hectares, 7 920 hectares, 14 584 hectares. Plus proche de Yucay, dans le district d’Urubamba, l’Hacienda Yanahuara s’étend sur 50 300 hectares2.

Tableau 1 — Calendrier des cultures

Tableau 1 — Calendrier des cultures
  • 3 Ces chiffres ne valent que pour 1970, date de l’enquête.

5Dans le district de Yucay les terres d’une famille de grands propriétaires, celles de l’archevêché du Cuzco, du Séminaire San Antonio Abad du Cuzco, de l’Église et celles des émigrés occupent au total 154,5 hectares, soit 38,1 % des terres cultivées. De leur côté les paysans ne disposent que de 249,5 hectares, soit 61,8 % des terres cultivées (voir figure 3). Certes les haciendas de Yucay sont plus réduites que les grands domaines que nous venons de citer. Mais la répartition de la terre entre les deux pôles de la structure sociale que nous avons définis par hypothèse est ici assez représentative. La surface moyenne de la propriété pour chacun des deux ensembles le montre bien : 20 ha dans un cas (sans compter les propriétés des émigrés), 0,57 ha dans l’autre3. La densité sur le terroir paysan, nous le verrons, est très forte. Par ailleurs, si la surface de ces domaines est plus réduite que celle des haciendas situées en aval de la Vallée Sacrée et, a fortiori, que celles de la région de Cuzco, il faut noter cependant que la culture intensive de maïs blanc est beaucoup plus rentable que la production de tubercules ou que l’élevage extensif pratiqués dans ces régions. La différence de revenus entre les deux pôles de la structure sociale s’en trouve ici renforcée. Dans ce sens, Yucay est une sorte de miniature des oppositions entre hacendados mistis et paysans indiens.

2. Les techniques

6Les activités agricoles se suivent au même rythme sur les terres paysannes et sur les haciendas (voir le calendrier du maïs, tableau 1, page 38). Cependant les techniques pratiquées sur ces deux secteurs sont différentes. Les sols sont préparés au mois d’août. La terre est inondée pendant une dizaine de jours. On attend quatre ou cinq jours avant de labourer et de répandre du fumier. Puis la terre est labourée en sens inverse et repose pendant trois ou quatre jours. On sème enfin en ajoutant de l’engrais ou du fumier sur la graine. Les hacendados et quelques paysans ajoutent un mélange de nitrate, superphosphate et potasse, ou simplement du nitrate. Environ quarante ou cinquante jours après a lieu de premier buttage qui consiste à tasser la terre autour de chaque tige de maïs. Le paysan fait ce travail à la bêche, et recommence vingt à vingt-cinq jours après, tandis que l’hacendado le fait faire au tracteur. Durant toute cette période, la plante est irriguée tous les huit jours jusqu’à sa maturité. De nombreux problèmes et conflits apparaissent alors ; ils sont dus à la rareté de l’eau en pleine période sèche (nous verrons plus loin comment s’organise l’irrigation). En janvier on arrache les mauvaises herbes. Ce problème ne se pose pas aux hacendados puisqu’ils appliquent un herbicide. Février et mars sont des mois heureux. Les hacendados peuvent s’installer au Cuzco et envoyer les fruits de leur verger par avion à leur famille de Lima. Les paysans vendent les fruits qu’ils récoltent et fêtent le Carnaval indéfiniment jusqu’à la récolte en avril-mai.

7Les techniques de moisson sur l’hacienda et sur la parcelle paysanne sont relativement semblables. Les tiges de maïs sont coupées à 35 ou 40 centimètres du sol et rassemblées en bottes qui sècheront pendant une quinzaine de jours. Une fois effeuillés, les épis sont placés sur une aire réservée à cet effet : elle mesure plusieurs hectares dans une hacienda et quelques ares sur la parcelle du paysan. On laisse sécher ces épis pendant une trentaine de jours. Le mois de mai voit la vallée recouverte des tapis jaunes, blancs, rouges que forment ces tendales. L’hacendado fait ses comptes, paie ses dettes, cherche le meilleur acheteur, tandis que le paysan se consacre aux rites agraires.

3. Les haciendas de Yucay

  • 4 Il est clair que les chiffres cités ici valent pour 1970 (date de l’enquête). Le propriétaire d’un (...)

8Les plus riches propriétaires de la vallée de Yucay font partie d’une famille célèbre depuis le xviie siècle. Les parents des hacendados actuels possédaient d’immenses domaines. Ces terres ont été distribuées aux différents enfants et vendues peu à peu. En 1970, cette famille se partage les plus belles propriétés de la vallée. L’un possède une hacienda de 245 ha dans la vallée de Yucay, dont 43,5 ha sont cultivables, et loue une ferme de 100 ha sur le plateau de Chinchero ; avant la réforme agraire de 1964, il exploitait aussi une importante hacienda à Ollantaytambo, en aval de la vallée. L’autre possède une quinzaine d’hectares d’excellent maïs blanc ; son épouse possède près d’Urubamba 10 ha d’excellentes terres ; il a marié sa fille à l’héritier d’un des grands propriétaires du Cuzco. L’aîné des frères, outre les 23 ha qu’il possède à Yucay et qu’il loue aux paysans, partage avec son beau-fils une riche hacienda dans le district voisin de Huayllabamba, qui est un véritable musée d’art colonial. Des 1 500 ha sur lesquels s’étend cette propriété, seuls 75 ha d’excellentes terres échappent à la loi de réforme agraire du gouvernement du général Velasco. La famille a d’ores et déjà remis au ministère de l’agriculture l’hacienda consacrée à un élevage de qualité qu’elle possédait sur le plateau d’Anta. Enfin, la Granja (23,5 ha de bonnes terres) a été léguée en 1930 par un membre de cette même famille à l’archevêché du Cuzco qui en fait aujourd’hui une ferme expérimentale et un centre de formation agricole4.

9Les haciendas de la Vallée Sacrée ont des caractères spécifiques et relativement homogènes qu’il convient de noter. De façon générale elles sont considérées dans la région comme des entreprises modernes. Les habitations n’ont rien des fermes rustiques et inconfortables des propriétés cuzquéniennes. L’Hacienda Huayoccari possède même des chefs-d’œuvre de l’art colonial dont quelques pièces ont constitué le musée de l’archevêché du Cuzco. Les hacendados n’ont rien du Don Bruno peint par J.M. Arguedas dans Todas las Sangres (1964). Ils suivent de près la politique nationale et internationale à travers la presse et font même des voyages en Europe. Ces adeptes du despotisme éclairé maintiennent curieusement tout au long de la vallée des îlots de culture occidentale : revues américaines ou européennes, vins espagnols, mode à la française... En même temps ils expriment volontiers leur admiration pour la culture andine.

10Les hacendados de Cuzco confient généralement la gestion de leur domaine à un mayordomo tandis qu’ils résident en ville. Au contraire, ceux de notre vallée suivent leur hacienda de très près : ils tiennent des comptes précis, font des recherches pour l’amélioration de la production ; ils déterminent avec beaucoup de soin la date de chacun des travaux et président les différentes tâches tout au long de l’année. Leurs investissements sont considérables au regard des domaines de la région. Si une part importante de leur revenu sert à l’entretien d’une famille au Cuzco ou à Lima et aux études des enfants, les bénéfices sont en grande partie réinvestis dans le domaine et non dilapides en dépenses somptuaires comme dans l’hacienda andine classique. Les investissements de l’Hacienda Huayoccari, pour 38 ha de maïs blanc, en donnent un exemple (cf. tableau 2, page 00).

11Enfin les haciendas de la vallée de Yucay obtiennent d’excellents rendements de maïs : 4 000 kg à l’hectare à l’Hacienda California, 5 000 à 7 000 kg au domaine de Vilcanota, et jamais moins de 7 000 kg à l’Hacienda Huayocarri, le plus fort rendement du Pérou pour le meilleur maïs. La Granja, elle, obtient des rendements inférieurs (2 880 kg à l’hectare pour la campagne 1969-1970) ; mais nous verrons qu’il s’agit d’un cas très particulier puisqu’elle est exploitée par un centre de formation agricole.

Tableau 2 — Investissements courants pour 38 ha de maïs blanc (Hacienda Huayoccari, 1969-1970)

Tableau 2 — Investissements courants pour 38 ha de maïs blanc (Hacienda Huayoccari, 1969-1970)
  • * S/ = isoles, le sol est la monnaie péruvienne ; en 1970,43 soles = 1 dollar.

Note (*)*

12Ici les haciendas n’ont pratiquement pas de colonos depuis plusieurs années, devançant ainsi les recommandations de la dernière loi de réforme agraire. Auparavant les colonos travaillaient une parcelle attribuée par l’hacendado en échange de prestations de travail sur son domaine. Dans la Vallée Sacrée ils ont été remplacés par des salariés depuis les occupations de terre dans la vallée de La Convención toute proche, en 1964. Les anciens colonos ont, en général, gardé leur parcelle. Certains d’entre eux sont devenus salariés « obligés », c’est-à-dire qu’en échange de cette parcelle ils se sont engagés à travailler dans l’hacienda moyennant un salaire. Leurs problèmes font l’objet de la paternelle inquiétude des hacendados qui entretiennent cependant avec eux des relations distantes même s’ils se soucient des bienfaits que laissera la famille au village, et du « rôle social » que doit jouer leur capital.

13Mais qui sont les nombreux travailleurs que requièrent ces cultures intensives de maïs au moment des semailles et des moissons ? La réponse à cette question exige une analyse plus poussée de l’original système d’hacienda dans la Vallée Sacrée dont le fondement est la complémentarité des étages écologiques.

14Nous avons vu que la vallée de Yucay est surplombée par le plateau de Maras-Chinchero-Anta dont la production agricole (tubercules, fèves et blé) est fort différente de celle de la vallée. De nombreux hacendados de la Vallée Sacrée possèdent des domaines sur ce plateau, diversifiant ainsi leur production. C’est ainsi c’est ainsi que l’Hacienda California et l’Hacienda Huayoccari se prolongent en quelque sorte, l’une par l’Hacienda Huaypo près de Chinchero, l’autre par l’Hacienda Chamancalla (qui a été remise au ministère de l’agriculture en vertu de l’application de la dernière loi de réforme agraire). La première, louée au couvent de La Merced qui possède un immense domaine, produit essentiellement des pommes de terre, la seconde un élevage de qualité exceptionnelle. De la même manière, une famille de Huayllabamba (situé à trois kilomètres de Yucay) a une propriété sur le plateau, à Racchi, à quelques heures de marche de son domaine du bas.

15Ces haciendas du haut sont travaillées suivant un système fort différent de celui des haciendas du bas. Des colonos, souvent membres de petites communautés héritières d’ayllu non réduits en villages, travaillent en usufruit des parcelles qu’ils ont reçues des propriétaires en échange de leur travail dans l’hacienda. En ce qui concerne l’élevage, les hierbajeros peuvent faire paître leurs bêtes sur les pâturages de l’hacienda en échange de la garde et de l’entretien du troupeau du propriétaire, auxquels s’ajoutent des travaux divers. Sur la parcelle qu’ils reçoivent en usufruit, ces colonos cultivent les produits essentiels à leur alimentation : cette parcelle assure leur reproduction. Ils ont rarement des surplus, et s’ils en ont, ils s’en servent pour acquérir à travers le troc les produits qu’ils ne peuvent cultiver à leur étage, en particulier du maïs. Sur le plateau, ces colonos n’ont donc guère accès à l’argent dont ils ont besoin pour acquérir certains objets comme le sucre, le sel, les pâtes et le riz. Ils acquièrent l’argent en travaillant comme salariés en bas, dans l’hacienda de vallée de leur patron. Celui-ci peut même leur donner en usufruit une parcelle du bas, dans la vallée, ce qui leur permet de se ravitailler en maïs et en légumes, et de compléter ainsi la production de la parcelle du haut.

16Au moment des gros travaux de semailles et de moisson, les paysans de la vallée sont occupés sur leur propre parcelle qui produit du maïs comme l’hacienda, et sur laquelle les tâches se suivent donc au même rythme. De plus ils répugnent au travail salarié chez l’hacendado, et nous verrons qu’ils peuvent se louer ailleurs à meilleur prix. Quant aux rares Yucavinos qui n’ont pas d’exploitation agricole, ils préfèrent se louer sur les parcelles des parents ou des voisins. En revanche, le calendrier agricole du haut, sur les terres à blé et tubercules, est fort différent. Des familles entières du plateau se déplacent donc chaque année à des moments qui correspondent pour elles à la morte-saison, pour se louer dans l’hacienda du bas appartenant à leur patron du haut. Des paysans du haut, ne faisant pas partie d’hacienda mais vivant dans de petites communautés proches de celle-ci, sont également attirés par les salaires et font de même. L’hacendado de la vallée s’assure ainsi régulièrement une main-d’œuvre saisonnière et va même jusqu’à imposer le travail salarié dans son hacienda de la vallée comme condition de l’octroi d’une parcelle dans son hacienda du plateau.

17Les gens du haut sont traités d’« indiens » avec mépris par les « métis » du bas. Leur culture est proprement andine. Généralement ils portent le costume traditionnel, mâchent de la coca et ne parlent pas l’espagnol. Ils nouent donc peu de contacts dans la vallée. Durant leurs brefs séjours ils ne sortent guère de l’hacienda où ils dorment, mangent et s’enivrent après une dure journée.

18Leur travail, aux moissons, comprend la coupe du maïs, l’effeuillage et l’égrenage. Une équipe d’hommes taille les tiges de maïs. Celles-ci sont transportées à l’aide d’un tracteur vers des équipes d’hommes et de femmes qui effeuillent l’épi. Les épis non effeuillés sont entassés en des sortes de sillons le long desquels les hommes et les femmes prennent place, séparés en rangées, « pour qu’ils ne puissent pas jouer », dit l’hacendado. Les travailleurs mettent les feuilles derrière eux et l’épi effeuillé devant le sillon des épis encore recouverts de leur chaume. Nous avons ainsi, se succédant d’avant en arrière, un sillon d’épis effeuillés, un sillon d’épis non effeuillés, une rangée d’hommes et un sillon de feuilles sèches ; puis un sillon d’épis effeuillés, un sillon d’épis non effeuillés, une rangée de femmes et un sillon de feuilles sèches, et ainsi de suite. Les tiges et les feuilles de maïs seront entassées dans les silos. Pour cela, une autre équipe d’hommes et de femmes tourneront pendant des heures sur les couches de chaumes pour les écraser de leurs pieds. Cette course dans ce matelas de broussailles donne lieu à des jeux étranges, les jeunes garçons bousculant les jeunes femmes quand ils souhaitant montrer leur admiration. Le mayordomo surveille attentivement ces ébats. Sur l’aire de séchage, une fois les feuilles enlevées, il ne reste plus que de longs sillons éclatants d’épis effeuillés qui sécheront pendant une trentaine de jours. Par la suite les épis seront égrenés par des femmes payées à la tâche.

19Pour mieux saisir le système de production des haciendas de Yucay, nous prendrons un exemple. L’ancienne Hacienda Anta, baptisée California depuis l’exportation de son maïs aux États-Unis, s’étend sur 245 ha dont 43,5 sont cultivables. C’est la plus grande hacienda du district de Yucay. Les terres de fond de vallée travaillées en faire-valoir direct sont de bonne qualité, plates et bien irriguées. Elles bénéficient de l’eau d’un canal qui prend l’eau de l’Urubamba au niveau de l’Hacienda Huayoccari, environ cinq kilomètres en amont de Yucay. Cette source d’eau est évidemment plus régulière que celle de l’Amacpunco, et présente l’avantage d’être gratuite. Les terres les plus éloignées du fleuve sont irriguées par l’une des canalisations de l’eau de l’Amacpunco.

Tableau 3 — Prêts du Banco de Fomento Agropecuario à l’Hacienda California en 1970

Tableau 3 — Prêts du Banco de Fomento Agropecuario à l’Hacienda California en 1970
  • * Le taux d’intérêt devait passer à 7 % en 1971.

Note (*)*

20La propriété dispose de deux tracteurs, d’une moissonneuse, d’une ensileuse de fourrage et d’un moulin à maïs. Un mélange de nitrate, superphosphate et potasse est régulièrement appliqué. Les herbicides achetés à Lima sont importés de Suisse. Quant aux paysans, ils appliquent du guano et du nitrate.

21Le propriétaire de California bénéficie de prêts du Banco de Fomento Agropecuario (Banque de développement agricole), qui est une banque d’État. Le tableau 3 en fait une description.

22Les trois hectares attribués aux anciens colonos devenus salariés permanents sont médiocres : le terrain, très sablonneux, est inondé en période de pluies. Les systèmes de production y sont évidemment différents : sur leur parcelle, qui ne dépasse jamais le tiers d’hectare, les paysans ne disposent ni d’engrais chimiques, ni de machines, ni de crédits bancaires. Ils cultivent du maïs mais surtout des arbres fruitiers, plus rentables sur de petites surfaces.

23Aujourd’hui, les terres de l’hacienda sont travaillées essentiellement par des salariés venus de l’Hacienda Huaypo située sur le plateau, et de ses environs. Quinze ouvriers viennent travailler pour les semailles, le désherbage et le buttage, cent pour les moissons. Au total, nous avons estimé que les travaux de la propriété requièrent 4000 journées de travail par campagne, ce qui revient à une dépense de 100 000 soles, avec 25 soles de salaire journalier.

24Sur les 40 hectares exploités en faire-valoir direct, 35 sont consacrés au maïs jaune ; le propriétaire a abandonné provisoirement la culture du maïs blanc il y a deux ans, à cause de l’insécurité du marché.

25Par ailleurs, l’hacienda possède trente-deux vaches, deux taureaux et trente veaux. Les vaches ont été achetées aux États-Unis grâce à un prêt de la banque agraire (450 000 soles en 1968). En plus des déchets de maïs, le bétail se nourrit de concentrés achetés à Lima et de fourrage.

26Le tableau suivant rassemble ces différents éléments de l’analyse de cette exploitation :

Tableau 4 – Analyse de l’exploitation Hacienda California (campagne 1969-1970)

Caractéristiques de l’exploitation

271. Superficie totale : 245 hectares ; superficie cultivée : 40,5 hectares.

282. Main-d’œuvre : 4 000 hommes-journées (ouvriers saisonniers).

293. Capital d’exploitation : pour le cheptel mort, voir le tableau des investissements à long terme ; cheptel vif : 32 vaches, 7 veaux, 1 taureau.

304. Capital foncier : 2 000 000 soles.

Résultats de l’exploitation

31valeur de la production 1 217 200 S/

32revenu brut 802 200 S/

33revenu brut/ha 20 000 S/

34revenu net (1) 549 000 S/

35revenu net (1)/ha 13 515 S/

36revenu net (1)/homme-journée 138 S/

37revenu net (2) 584 400 S/

38revenu net (2)/ha 14 600 S/

39revenu net (2)/homme-journée 146 S/

40Le revenu net (1) est estimé en tenant compte à la fois des charges réelles et fictives, c’est-à-dire de l’intérêt des emprunts et de l’amortissement des investissements. Le revenu net (2) est estimé en tenant compte uniquement des charges réelles, c’est-à-dire de l’intérêt des emprunts.

41On voit que l’Hacienda California ne représente guère le latifundium traditionnel de la sierra, extensif et peu capitalisé. Ici les investissements sont relativement importants pour la région : 47 700 soles à l’hectare. L’exploitation est rationnelle : l’agriculture et l’élevage sont complémentaires puisque le bétail mange les déchets du maïs ; les cultures sont mécanisées. Enfin le propriétaire fait largement appel au crédit de l’État pour ses investissements.

42L’Hacienda Huaypo complète, en haut sur le plateau de Maras-Chinchero, l’Hacienda California de la vallée. Elle est située au bord du lac Huaypo, près de Maras sur la route Urubamba-Cuzco. Elle s’étend sur 100 hectares, et produit des pommes de terre et un peu d’avoine. Propriété du couvent de La Merced du Cuzco, elle est exploitée en fermage depuis 1960, moyennant la somme de 30 000 soles par an. Jusqu’à la loi de réforme agraire de 1964, elle était travaillée exclusivement par des colonos. Depuis lors, elle emploie quelques salariés. Le budget pour la campagne 1969-1970 est estimé dans le tableau suivant qui distingue les deux secteurs de production puisque celui de la pomme de terre est déficitaire par suite d’une forte gelée. Malgré cette perte, le revenu net de la propriété est de 4 000 soles par hectare.

Tableau 5 — Budget en soles de l’Hacienda Huaypo (campagne 1969-1970)

Tableau 5 — Budget en soles de l’Hacienda Huaypo (campagne 1969-1970)

43A partir de 1970, la loi de réforme agraire du gouvernement Velasco commence à être appliquée. Le couvent de La Merced est exproprié et, avec lui, les gros fermiers comme le propriétaire de l’Hacienda Huaypo. Nous verrons dans la troisième partie les effets de cette réforme.

4. Terres d’Église

44L’archevêché du Cuzco possède à Yucay 23,5 hectares de bonnes terres situées sur les terrasses. En 1970, la Granja est exploitée par l’ordre des salésiens qui en font un collège de formation agricole. Les enfants y suivent la dernière année de l’enseignement primaire au cours de laquelle ils sont initiés aux techniques agricoles. Le curé de la paroisse de Yucay est directeur de la ferme. Il est aidé par quatre prêtres et un jeune professeur. Deux Yucavinos enseignent la menuiserie et la couture. Trois employés aident au travail agricole. Ils disposent chacun d’un hectare comme complément à leur salaire, et se sont ainsi déclarés feudatarios au Bureau de la réforme agraire. Ils travaillent pour leur compte 7 topos, soit 2,5 hectares, plantés de maïs. La plupart sont également propriétaires de petites parcelles. Mais la plus grande partie de la ferme (21 ha) est exploitée en faire-valoir direct et travaillée par les vingt-cinq enfants de l’école qui font ainsi leurs « travaux pratiques ». La Granja est assez mécanisée puisqu’elle dispose de trois tracteurs, qui sont quelquefois loués aux paysans de Yucay, d’un hachoir de chaume de maïs, d’une égreneuse de maïs et de moulins. Il y a trois ans, les terres ne recevaient que du guano, mais à présent les rendements sont améliorés grâce au mélange d’engrais adopté dans les haciendas. On applique régulièrement un insecticide mais pas d’herbicide. Pour les sept irrigations nécessaires, la Granja dispose, pour elle seule et pendant toute l’année, de l’une des quatre canalisations, ce qui suscite bien des protestations de la part des paysans de Yucay. Les salésiens font en plus usage d’un autre canal pendant quinze à vingt jours par an.

45La plus grande partie des terres (soit 12 hectares) est consacrée au maïs ; 3 hectares fournissent des fruits et des primeurs, bien connus à Cuzco pour leur qualité, et 4 hectares sont consacrés au fourrage pour le bétail de la propriété. La production de maïs, lors de la campagne 1969-1970 s’est élevée à 34 560 kg, ce qui donne un rendement assez médiocre de 2 880 kg à l’hectare. Beaucoup de Yucavinos se plaignent du manque d’efficacité de la Granja Salesiana. Selon eux, les techniques sont routinières. Les investissements sont en effet assez modestes ; ils s’élevaient à 51 000 soles lors de la campagne 1969-1970 (20 000 soles en engrais, 25 000 soles en main-d’œuvre et 6 000 soles pour les soins des animaux). Ces dépenses sont peu importantes si on les compare à celles d’autres haciendas de Yucay. L’élevage de la propriété n’est pas très développé. Trente bovins ont été achetés en 1932 par la congrégation. Ils se nourrissent du fourrage de la propriété, des déchets de maïs et de concentrés achetés à l’extérieur. Les vaches donnent 120 litres par jour, dont 35 à 40 sont consommés dans la Granja et dont le reste est vendu à des Yucavinos et à des Cuzquéniens. Les excédents sont transformés en beurre ou en fromage vendus sur place ; les prix sont bas et la production n’est donc pas très rentable : 4 soles le litre de lait, 25 soles la livre de beurre, 20 soles la livre de fromage. Douze à quatorze veaux naissent chaque année, dont les mâles sont destinés à la boucherie. Au total, l’élevage rapporte 167 000 soles, bien moins que celui de l’Hacienda California. Nous verrons ce qu’il advient de ce domaine après l’application de la loi de réforme agraire.

46Les 4,5 hectares du Séminaire San Antonio Abad du Cuzco sont travaillés en fermage par treize paysans de Yucay qui y cultivent surtout du maïs et des fruits. Inquiets des expropriations de la réforme agraire, les jésuites chargés de l’administration de ces terres ont commencé à les vendre. Ils n’ont pas grande difficulté à trouver des acheteurs. En principe, les ventes de terre sont interdites depuis la promulgation de la loi de réforme agraire. Mais l’Église semble bénéficier d’une tolérance exceptionnelle de la part de l’administration.

47Les 11 hectares de l’Église sont également exploités par les paysans de Yucay, dans un système un peu particulier. Donation de fidèles à des saints, ces terres étaient, à l’origine, la propriété des confréries religieuses. Chaque année, un mayordomo les mettait en valeur et utilisait la rente pour le financement des festivités de ce saint. On en retrouve la trace dès 1600 dans les archives de la paroisse et dans les toponymes des terrrasses : Madre Iglesia, Niñoc, Patropayoc, Concebidayoc... Avec la disparition des propriétés des confréries au siècle dernier, ces terres sont passées à l’Église qui possédait ainsi un véritable latifundium, comme c’est le cas dans plusieurs provinces du Cuzco. Elle possédait également plusieurs terrains dans la zone urbaine de Yucay. La plus grande partie de ces propriétés a été vendue il y a six ans. Actuellement, la paroisse de Yucay ne possède plus que 11 hectares de bonnes terres situées sur les terrasses. Elles sont travaillées par une trentaine de paysans de Yucay. Les uns sont des fermiers : ils travaillent chacun une parcelle d’environ 0,15 hectare pour laquelle ils paient 300 soles (soit environ 1 800 soles l’ha) ; pour ces 7 hectares en fermage, l’Église perçoit donc une rente de 12 000 soles ; le contrat est annuel et renouvelable. Les autres parcelles sont attribuées aux paysans en échange de services rendus à la paroisse : l’un sonne les cloches, l’autre chante la messe, le troisième est acolyte, etc. De son côté, le curé de la paroisse exploite pour son compte personnel 2,60 hectares de maïs travaillés en faire-valoir direct. Contrairement aux autres paroisses de Cuzco, celle de Yucay est pauvre. Aucune confrérie religieuse ne possède de terre, ce qui est assez rare dans cette région.

5. L’exportation du maïs

48Avant 1967, le maïs blanc produit dans les haciendas était vendu aux États-Unis par une agence du Cuzco créée par le propriétaire de l’Hacienda Huayoccari, le plus gros producteur de la vallée. En mai 1967, l’agence se constitue en coopérative de commercialisation ; elle est reconnue par le ministère de l’agriculture le 4 septembre 1968. En fait, le promoteur en a été le Banco de Fomento Agropecuario qui s’attribuait ainsi des emprunteurs solvables. Dès sa création, la Coopérative Valle Sagrado de los Incas a regroupé exclusivement les vingt-deux propriétaires des provinces d’Urubamba et de Calca, liés entre eux par la parenté et l’amitié. Ses membres, influents du point de vue politique, regroupent avec la grande famille de Yucay et Huayllabamba dont nous avons parlé, les maires de Calca et d’Urubamba et plusieurs ingénieurs agronomes. Cette coopérative se charge d’exporter le maïs blanc aux États-Unis et de regrouper l’action des producteurs face à l’acheteur américain.

  • 5 Au moment de l’enquête, 1 dollar USA valait 43 soles péruviens.

49En Californie, les grains de maïs sont grillés, salés et consommés à l’apéritif. Pour cette transformation, le maïs blanc de Yucay est indispensable. Les tentatives pour le cultiver en Californie ont échoué. L’agence nord-américaine Lastreto Philips Company est aujourd’hui le seul intermédiaire entre les hacendados cuzquéniens, organisés en coopérative, et les fabricants de Californie. Son propriétaire vend au moins à trois usines, dont il est d’ailleurs actionnaire. Grâce à leur coopérative, les producteurs peuvent traiter directement avec lui, sans passer par un intermédiaire liménien. La vente du maïs saute en effet les étapes de Lima et même du Cuzco : le grain est envoyé à Mollendo où il est embarqué pour San Francisco. En éliminant les intermédiaires péruviens, cette coopérative permet de vendre à un prix plus élevé que celui du marché intérieur. Ainsi, en 1970, la Lastreto Philips Company achète le maïs blanc 9,46 soles le kilo5, alors que les acheteurs cuzquéniens et liméniens (Exportadora Sol) payent rarement plus de 7 soles le kilo. Quant au paysan, il ne peut vendre ses maigres surplus de maïs jaune à plus de 5 soles le kilo.

50Enfin, la coopérative permet d’obtenir des crédits à des conditions très avantageuses. En effet, la politique agraire favorise la promotion de ces associations : l’intérêt des crédits qui leur sont accordés a été ainsi fixé à 7 % au lieu de 14 %. C’est ainsi que les membres de la Coopérative Valle Sagrado de los Incas peuvent faire une demande collective à la banque agraire, et payer la moitié de l’intérêt qu’ils devraient chacun individuellement.

51Mais cette coopérative a aussi des problèmes. En 1970, elle est en proie à deux graves difficultés : d’une part sa dépendance de l’acheteur nord-américain, d’autre part son inadéquation à la politique agraire du moment qui consiste avant tout à exproprier les haciendas. La Lastreto Philips Company sait bien que son entreprise présente des avantages considérables pour les producteurs de la vallée de Yucay. Aussi leur impose-t-elle des conditions assez dures. Aucun contrat n’est signé à l’avance : les membres de la coopérative ne savent pas, au moment de semer leur maïs, si celui-ci sera vendu. Ils sont payés plusieurs mois après son envoi aux États-Unis. Les exploitants doivent emprunter de l’argent à la banque pour les semailles, parce que la récolte précédente n’a pas encore été payée. Chaque année, M. Lastreto se rend au Cuzco pour rencontrer ses fournisseurs. Il profite des difficultés des hacendados depuis la promulgation de la loi de réforme agraire pour essayer de baisser les prix. Au cours de ces réunions, l’attitude de soumission de cette « élite » cuzquénienne à l’acheteur nord-américain est assez surprenante.

52Ce regroupement d’hacendados tranche avec la conception de la coopérative « révolutionnaire » préconisée par la nouvelle politique agraire. La Coopérative Valle Sagrado de los Incas est en effet bien différente de celles qui sont mises en place par le gouvernement du général Velasco. Celles-ci s’organisent en effet sur les haciendas expropriées dont elles regroupent les travailleurs. Et, pour les services de la réforme agraire, la Coopérative Valle Sagrado de los Incas est un « groupe d’oligarques vendus aux États-Unis ». Dès 1970, les membres les plus clairvoyants de cette association ont proposé d’ouvrir celle-ci aux petits propriétaires et même aux coopératives paysannes qui venaient de se former. Les syndicats paysans refuseront de participer à cette opération.

53Nous verrons dans la troisième partie les problèmes cruciaux que pose la commercialisation du maïs aux coopératives paysannes créées peu à peu par application de la loi de réforme agraire.

Notes

1 Censo Nacional de Población. Primer Censo Agropecuario, 1961, Lima, tableaux 7, 7A, 7B.

2 Ministerio de Agricultura, Dirección General de Reforma Agraria y Asentamiento Rural, Dirección de Catastro Rural, 1970.

3 Ces chiffres ne valent que pour 1970, date de l’enquête.

4 Il est clair que les chiffres cités ici valent pour 1970 (date de l’enquête). Le propriétaire d’une quinzaine d’hectares notamment ne posséderait plus aujourd’hui que 2,5 hectares.

5 Au moment de l’enquête, 1 dollar USA valait 43 soles péruviens.

Notes de fin

* S/ = isoles, le sol est la monnaie péruvienne ; en 1970,43 soles = 1 dollar.

* Le taux d’intérêt devait passer à 7 % en 1971.

Table des illustrations

Légende Carte VII – Crouquis du terroir de Yucay.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1509/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 716k
Légende Fig. 3 — Répartition de la propriété des terres cultivées à Yucay.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1509/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Titre Tableau 1 — Calendrier des cultures
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1509/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Tableau 2 — Investissements courants pour 38 ha de maïs blanc (Hacienda Huayoccari, 1969-1970)
Légende Note (*)*
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1509/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 197k
Titre Tableau 3 — Prêts du Banco de Fomento Agropecuario à l’Hacienda California en 1970
Légende Note (*)*
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1509/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1509/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 465k
Titre Tableau 5 — Budget en soles de l’Hacienda Huaypo (campagne 1969-1970)
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1509/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 212k

© Institut français d’études andines, 1982

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter