Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Étude géologique des Andes du Pérou central

 | 
François Mégard

Deuxième partie. La chaîne andine

Introduction à la deuxième partie

Résumé

Le terme de cycle andin désigne ici une suite d’événements qui se déroulent sur l’emplacement des Andes et à leurs abords depuis le début du Mésozoïque jusqu’à nos jours.
Il commence par une longue période de stabilité au cours de laquelle se déposent des séries essentiellement marines, de lithologie et d’épaisseur très variables. Ce régime de stabilité s’achève à la fin du Crétacé, et une période très mouvementée lui succède, marquée par plusieurs phases tectoniques, par la mise en place de quantités importantes de roches intrusives et extrusives et par l’élaboration de plusieurs surfaces d’érosion. Le modelé actuel de la chaîne résulte de la déformation ultérieure de ces surfaces sous l’action de la néotectonique et de leur destruction sous l’action constante de l’érosion.
Avant d’aborder l’étude du matériel andin, nous examinerons comment s’effectue le passage du cycle hercynien au cycle andin. C’est là un épisode peu étudié de l’histoire de la chaîne et qui reste difficile à situer dans le temps.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La transition du cycle hercynien au cycle andin

Dans le nord et le centre du Pérou et jusqu’à la latitude d’Abancay, le cycle hercynien finit avec le groupe Mitu et le cycle andin commence avec la transgression du Trias moyen ou supérieur.

Cette limite s’inscrit dans le paysage par une nette opposition de couleur et de morphologie, le Mitu lie de vin donnant des reliefs lourds, souvent déchiquetés dans le détail, cependant que les dolomies et calcaires du groupe Pucara du Trias et du Lias, beige ou gris clair, bien stratifiés, homogènes, forment des corniches régulières et lorsque le pendage s’y prête, des falaises vigoureuses.

On peut suivre cette limite sur des centaines de kilomètres au long du flanc sud-ouest de la Cordillère Orientale et on la retrouve au pourtour des massifs paléozoïques des Hauts Plateaux.

Dans la plupart des cas, les couches supérieures du Mitu et les couches inférieures du Norien ou du Lias sont parallèles malgré un ravinement fréquent du toit du Mitu ; en un c...

© Institut français d’études andines, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter