Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco dans sa région

 | 
Jeannine Brisseau-Loaiza

Conclusion

Texte intégral

1L’importance de la ville du Cuzco à l’échelle nationale n’a cessé de diminuer sur le plan démographique depuis 1940 (tableau n° C). A cette date, comme lors du recensement de 1876, elle occupait par son chiffre de population le troisième rang après Lima et Arequipa. Les années suivantes consacrent la suprématie des villes de la Côte Nord : Trujillo et Chiclayo dès 1961, Chimbote et Piura en 1972. Le Cuzco est donc désormais au septième rang, dépassant de peu Huancayo et Iquitos, ces deux villes ayant par ailleurs, depuis 1940, des taux d’accroisement démographique plus importants. Le recul relatif du Cuzco illustre bien les faiblesses que connaît cette agglomération sur le plan du dynamisme et de l’attraction démographique. Pour l’expliquer, il faut évoquer certainement sa situation à l’intérieur des terres, dans un Etat où les centres de décision se trouvent, comme dans beaucoup de pays dominés, sur la Côte. Marginalisée au xixe siècle, elle apparaît aujourd’hui mieux intégrée à l’espace national, mais souffre de ne pas être un centre de production et des mauvaises communications qui l’unissent à la capitale. Pourtant, cet isolement n’est pas sans avantage pour la vieille capitale incaïque. Il justifie en effet la mise en place de certains services à vocation régionale, et c’est grâce à lui que notre ville a pu devenir la seule agglomération importante de la Sierra péruvienne. Ainsi, Cajamarca, au Nord, a été hancicapée par la proximité de Chiclayo, et Puno, au Sud, par celle d’Arequipa, Huancayo même, malgré son dynamisme actuel, pâtissant de l’influence de Lima.

2N’étant pas une cité de la Côte, le Cuzco a pu toutefois compter sur un autre atout : l’ouverture sur les terres chaudes. Son importance a toujours été liée à la possibilité de s’intégrer à l’échelle régionale dans un ensemble géographique associant les différents étages écologiques des Andes péruviennes, et à l’échelle nationale, à l’éventualité de servir de relais entre Costa, Sierra et Montana. Son ancienneté et l’importance qu’elle a su conserver après la conquête espagnole, l’y ont beaucoup aidée. Ceci lui confère un réel avantage sur d’autres cités andines comme Cuenca en Equateur. Mais cette intégration économique, notre ville l’a conduite grâce à un mode de production précapitaliste, celui de « l’hacienda » et du « colonato », qui a permis le peuplement des vallées chaudes, mais a représenté un hancicap décisif pour l’économie régionale. Nous avons souligné à plusieurs reprises, à la fois, la basse productivité de ce système et cette absence d’entrepreneurs locaux qui ont accru la dépendance du Cuzco vis-à-vis des capitaux de la Côte.

3C’est à cette situation de colonialisme interne qu’ont voulu remédier, en partie, les réformes visant à faire du Cuzco, à partir des années 60, un pôle de développement. Nous avons précisé dans la seconde partie les limites qui, dans tous les secteurs d’activités, freinaient le rôle polarisant de notre ville. Dans les régions traditionnelles, il s’agit surtout des limites que constituent la pauvreté des populations, le poids des structures héritées de la Colonie, souvent l’isolement dû au relief comme à certains facteurs historiques. Dans les provinces les mieux situées sur les voies de communication et les plus urbanisées, les influences cuzquéniennes sont court-circuitées par celles des centres supérieurs, Lima et Arequipa. Enfin, cette politique a surtout favorisé les migrations vers les villes et, loin de réduire les différences entre celles-ci et leurs campagnes, elles les ont accentuées. L’exemple du Cuzco montre ainsi combien il est difficile de créer des pôles de développement régionaux dans un contexte général de sous-développement. Ceux-ci en effet, s’ils arrivent à mieux s’intégrer dans l’espace national, n’ont pas le dynamisme et l’autonomie nécessaires pour polariser leur région.

4Cette conception du pôle de développement apparaît fortement remise en question dans les grandes lignes de l’actuel Plan économique, et dans les projets des divers organismes du secteur public. La fonction de la ville comme nœud de voies de communication est fortement menacée par l’éventuelle construction de plusieurs routes. Ainsi, au Nord, son rôle d’étape vers les terres chaudes serait sérieusement atteint si on construisait la route Quillabamba-Ayacucho d’une part, Puerto Maldonado-Puno de l’autre. De la même manière, au Sud, le prolongement de la piste carrossable Arequipa-Santo Tomás jusqu’à la province de Graú, consacrerait l’autonomie de l’ensemble des provinces du Sud déjà peu intégrées à l’espace régional cuzquénien. En second lieu, aucun projet industriel n’intéresse notre agglomération, alors même que l’exploitation éventuelle des richesses minières régionales se ferait indépendamment d’elle. Tout le développement du Cuzco est axé dans les plans péruviens sur le tourisme. Or celui-ci accroît la dépendance vis-à-vis de l’étranger qui fournit les plus importants contingents de visiteurs, et contribue à appauvrir de manière rapide les éléments de la culture indienne. Il favorise d’autre part certaines options comme la construction de la route vers Macchu Picchu ou l’asphaltage de celle vers Puno et Arequipa, alors que le développement régional dépend surtout de l’amélioration de la route vers Lima, par les régions densément peuplées du centre de préférence.

5La réforme la plus positive est la Réforme Agraire. Encore ne doit-on pas seulement y voir l’abolition de systèmes de production archaïques, mais la mise en place de véritables programmes de développement rural. Car c’est dans ces programmes que réside l’avenir de notre ville, ce qui pose le problème même du modèle de développement qui devrait cesser d’être industriel et urbain, pour adopter une optique résolument paysanne.

6On a en effet la chance d’avoir aujourd’hui une ville moyenne (120 000 habitants) dans une région qui reste densément peuplée. Il s’agit de donner à la première les activités nécessaires à sa population et d’autre part les services supérieurs qu’exigent sa région. Mais il ne nous semble pas souhaitable de voir la ville grandir de manière trop importante et ce sont les campagnes qui doivent en fait attirer les principaux investissements afin de pouvoir retenir les paysans. On doit pour cela activer résolument la formation des diverses coopératives de production et autres « entreprises communales » ou complexes agro-industriels (voire agro-miniers). Les paysans quechuas ont fait la preuve plusieurs fois à Yanahuaylla dès 1965, à Huarán ou Lauramarca actuellement, de leur volonté et de leurs aptitudes à travailler collectivement. En fait, dans la faiblesse des résultats de certaines coopératives, la part la plus importante incombe souvent à des méthodes trop dirigistes et, ce qui est pire, à un manque d’accord entre les divers organismes du secteur public. Il convient également d’améliorer l’habitat et l’équipement des villages, ainsi que leurs liaisons avec les grands axes de communication. On peut pour cela profiter de la morte saison agricole en multipliant les travaux collectifs. De la même manière, l’artisanat qui a des débouchés importants avec le tourisme, pourrait être développé dans une perspective coopérative. Sur le plan énergétique, notre région est loin d’être mal placée pour l’hydroélectricité, et certains se préoccupent déjà de voir les possibilités d’utilisation de l’énergie solaire dans la puna où l’ensoleillement est très fort. Enfin, plusieurs réformes sont en cours de manière à transformer le contenu des divers services aussi bien éducatifs que techniques destinés aux populations rurales. On peut souhaiter que cela réussisse à se faire de manière non dirigiste et non technocratique, en laissant s’exprimer le plus possible ce qui était un des caractères essentiels de la région du Cuzco, la culture indienne.

© Institut français d’études andines, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter