Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco dans sa région

 | 
Jeannine Brisseau-Loaiza

Deuxième partie. Les influences de la ville du Cuzco dans sa région

Chapitre VII. Le rôle du Cuzco dans l’administration et les services

Texte intégral

  • 1 Cf. Première partie. Chapitre III. Paragraphes I A et II B.

1Le Cuzco, à l’époque incaïque comme capitale d’un Empire vaste et centralisé, puis, dans une moindre mesure, pendant la Colonie, comme capitale de Province religieuse ou d’Intendance, a toujours eu un rôle administratif de premier plan1. Siège des pouvoirs civil, religieux et militaire, la ville a pu s’affirmer à l’époque coloniale comme un relais privilégié dans le système de domination externe et interne. Actuellement encore, la fonction administrative est l’une des principales de l’agglomération, mais son contenu et ses méthodes d’action ont beaucoup évolué. Par les services qu’elle propose sur le plan culturel ou socio-économique, elle vise à faciliter l’intégration des populations locales à la culture nationale urbaine et la pénétration de l’économie de marché. Pour cela, elle a essayé, en premier lieu, de définir et de réorganiser un espace régional regroupant autour de Cuzco les trois départements de Cuzco, Apurímac et Madre de Dios.

2Mais, nous venons de le voir, l’activité économique, commerciale surtout, révèle, d’une part, l’influence d’autres villes plus dynamiques (Arequipa, Lima) et, d’autre part, cherche à délimiter de nouveaux espaces qui ne tiennent plus compte des divisions administratives. Nous étudierons dans la troisième partie, comment toute notre structure régionale est profondément marquée par cette dualité entre l’empreinte du passé dans la hiérarchie et le fonctionnement administratif et les facteurs économiques nouveaux qui imposent, à la fois, des modifications de limites et une nouvelle conception des services et des administrés.

3En second lieu, la distribution des services comme les nouvaux découpages administratifs, visent à réduire les différences existant entre les villes et les campagnes. Les services proposés sont en effet ceux qu’exige le modèle de culture urbain et la grande masse de la population rurale se tient encore à l’écart d’eux. Malgré les importants efforts réalisés, la ville du Cuzco continue à en concentrer la plus grande partie, surtout au point de vue du personnel qui ne recherche guère les postes de province. Elle apparaît ainsi bien souvent suréquipée et pourtant l’aire d’influence de ses principaux services est réellement limitée. Dans les campagnes, le problème le plus important reste celui de l’accessibilité qui est surtout gênée par la persistance des rapports de domination.

I.- LE CUZCO CONSERVE LE CONTROLE DES DIVISIONS ADMINISTRATIVES REGIONALES

  • 2 P.I.P. Policía de Investigación del Peru.
  • 3 Depuis 1969, le S. I. P. A (Servicio de Investigación y de Promoción Agraria) et la onzième zone f (...)
  • 4 Ces deux derniers ministères sont nouveaux (1970) et ils étaient intégrés auparavant dans le Minis (...)

4C’est sur la base des trois départements de Cuzco, Apurímac et Madre de Dios qu’ont été créées les circonscriptions des divers ministères. C’est là, rappelons-le, un héritage colonial et républicain, puisque c’est récemment que l’Apurímac, en 1873, et le Madre de Dios en 1912, sont devenus des départements indépendants. La ville de Cuzco est ainsi à la tête de la quatrième région militaire, la quatrième région de police (gendarmerie ou Guardia Civil, et police judiciaire ou P.I.P.2, d’une région sanitaire, de la cinquième région d’Education, d’une direction des affaires indigènes du Ministère du Travail, de la onzième zone agraire (service du Ministère de l’Agriculture3, et du Banco de Fomento Agropecuario) d’une direction des postes et télécommunications, de l’industrie et du commerce4, de la onzième zone minière (tableau n° LXX V). Enfin, notre ville est le siège d’une Cour Supérieure de Justice dont l’action s’étend au Madre de Dios et à la province de Cotabambas, et d’un archevêché (depuis 1943, malgré l’ancienneté du siège épiscopal qui date de 1537). C’est seulement en ce qui concerne le Travail (sauf les affaires indigènes), et la direction d’irrigation du Ministère de “Fomento y Obras Publicas”, que le Cuzco dépend d’une zone plus vaste qui groupe tout le sud du Pérou et que dirige Arequipa. Enfin, pour les impôts, chacun des trois départements dépend directement de Lima, le Cuzco gardant toutefois la direction régionale du Banco de la Nación.

  • 5 Districts de Marcapata et Camanti (province de Quispicanchis), Echarate (province de la Convención (...)
  • 6 Le Banco de la Nación gérait en outre le commerce de certains produits de première nécessité (sel, (...)

5Chaque service administratif est très hiérarchisé, et on retrouve en général pour tous un schéma à quatre niveaux : celui du Cuzco tête de zone, celui des deux autres capitales de département, Abancay et Puerto Maldonado, celui des capitales de province, et enfin celui des districts. Seules, l’administration générale (relevant du Ministère de l’Intérieur) et celle de la Justice, respectent, toutefois, cette hiérarchie d’une manière stricte (tableau n° LXXV). Les petites villes - Quillabamba, Sicuani et parfois Andahuaylas - viennent de plus en plus s’intégrer soit dans le niveau 2, avec les capitales départementales, soit entre les niveaux 2 et 3, se plaçant ainsi au-dessus des autres capitales de province. Ainsi, dans la hiérarchie religieuse, Sicuani est diocèse (depuis 1959) à l’égal d’Abancay (1958) qui partage d’ailleurs l’exercice de cette fonction avec Chuquibambilla depuis 1968 (pour les provinces d’Antabamba, Cotabambas et Graú). Puerto Maldonado quant à lui est à la tête d’un “vicariat apostolique” pour son département, et les districts de ceja de montaña du Cuzco5 étendant l’influence de notre ville à la région du Haut Purus dans le département de Loreto. Pour la gendarmerie (B.G.C. : Benemerita Guardia Civil), c’est Quillabamba qui rejoint les trois capitales départementales au rang de comandancia (commanderie), hiérarchiquement inférieur à celui de efatura (chefferie) détenu seulement par les trois chefs-lieux, Sicuani n’est qu’à la tête d’un secteur rural contrôlant 7 “lignes” dont deux, situées dans le département de Puno (Sandia et Carabaya), rappellent qu’à l’époque coloniale la province de Carabaya relevait de l’administration du Cuzco. A la suite des troubles des années 60. Quillabamba et Sicuani ont reçu, comme les capitales départementales, un commissariat de la P.I.P. Ces deux petites villes conservent de même un niveau égal à celui d’Abancay et Puerto Maldonado pour le “Banco de la Nación”, qui est à la fois Trésorerie et Perception6.

  • 7 Centro de Salud ; on les appelait avant 1969 Posta Médica. Quelques capitales de district comme Pi (...)

6Ce sont les ministères concernant les aspects sociaux, culturels, et économiques qui cherchent le plus à échapper à la hiérarchie administrative traditionnelle et à lui superposer de nouveaux regroupements tenant mieux compte de la vocation productive de chaque zone ou des facilités d’accès et de communication. L’accent est ainsi mis, non pas seulement sur le bon fonctionnement de la bureaucratie hiérarchisée, mais sur l’efficacité, la rentabilité du service mis en place. C’est ainsi que pour le Ministère de la Santé, ce sont les hôpitaux qui ont été choisis, depuis 1970, pour diriger des aires d’action sanitaire : les deux hôpitaux du Cuzco (3 provinces et demi pour l’hôpital Antonio Lorena, 2 provinces et deux demi-provinces pour l’hôpital régional), celui de Sicuani (5 provinces), celui de Quillabamba ( !a Convención et Lares) celui de Puerto Maldonado et celui d’Abancay (figure n° 31). A un niveau inférieur, chaque capitale de province a un dispensaire, “Centre de Santé”, dirigé par un médecin assisté d’infirmiers et très rarement d’un dentiste. Enfin, au niveau du district, et même dans certaines communautés, on rencontre théoriquement un petit dispensaire tenu par un infirmier (“Posta Sanitaria”), mais tous, surtout dans la puna, n’en ont pas (annexe n° 4 et figure n° 31)7.

  • 8 Anta est également devenue en 1972 “oficina agraria”.

7La cinquième région d’éducation, qui jusque là respectait la hiérarchie classique des provinces, chefs-lieux d’une inspection primaire et secondaire (supervision de educacion) et des districts, a adopté, en 1970, un regroupement en quatre zones (Tableau n° LXXV et fig. n° 32) respectivement dirigées par Cuzco (10 provinces), Sicuani (5 provinces), Abancay et Puerto Maldonado. Les provinces de Cotabambas et de Manu ont été séparées de leurs départements d’origine pour être rattachées directement à l’aire d’influence du Cuzco, découpage adopté également par la nouvelle division administrative du Ministère de l’Agriculture. Celui-ci accorde toujours une supériorité aux “Bureaux agraires” (“Oficinas agrarias”) de Quillabamba, Abancay et Puerto Maldonado8 qui ont une influence régionale. Mais les secteurs créés tiennent davantage compte des conditions écologiques et du réseau des voies de communication, ce qui devrait faciliter le travail des techniciens.

  • 9 S.I.P.A. Servicio de Investigación y Promoción Agraria.

8A la tête de chacun des quatorze secteurs et de certains sous-secteurs est une agence agraire, généralement située dans une capitale de province (sauf Acomayo) et dirigée par un agronome ou un vétérinaire. Anta, Calca, Urubamba, Cuzco, Sicuani, Yanacoa, Yauri, Ocongate, Abancay, Andahuaylas et Puerto Maldonado, conservent les agences créées par le SIPA9 sous le gouvernement Belaunde ; Pillcopata et Paucartambo, Curahuasi et Chalhuanca en obtiennent une, cependant que 8 autres sont créées dans la vallée de la Convención sous le contrôle du Bureau agricole de Quillabamba. Chaque secteur ou sous-secteur agricole regroupe à son tour un certain nombre de districts dont quelques uns ont un bureau local avec un technicien (tableau n° LXXV et figure n° 33).

TABLEAU N° LXXV : NIVEAUX ADMINISTRATIFS DANS LA RÉGION SUD-EST

TABLEAU N° LXXV : NIVEAUX ADMINISTRATIFS DANS LA RÉGION SUD-EST

(1) B.G.C.: Benemerita Guardia Civil.
(2) Les secteurs correspondent, pour les aires rurales, aux commissariats urbains et regroupent généralement plusieurs provinces, « les Jefaturas de linea » correspondant au niveau de la province. Paruro et Paucartambo n’ont toutefois pas rang de ligne alors qu’Ocongate, simple district de Quispicanchis, en dirige une.
(3) P.I.P. : Policía de Investigación peruana.
(4) S.I.Ν.Α.M.O.S. : Sistema nacional de apoyo a la movilización social.

Fig. 31.- Répartition des services de santé dans la région Sud-Est
1. Hôpital. Centre de santé.- 2. Hôpital.- 3. Dispensaire médical.- 4. Dispensaire sanitaire avec local.- 5. Dispensaire sanitaire sans local. - 6. Limite del aire d’influence des hôpitaux. Centre de santé.

Fig. 32.- Établissements scolaires dans la région Sud-Est
1. Collège secondaire mixte.- 2. Collège secondaire de filles.- 3. Collège secondaire de garçons.- 4. Collège secondaire de garçon nocturne.- 5. Collège secondaire de filles nocturne.- 6. Collège agricole.— 7. Collège industriel.— 8. Centre artisanal.- 9. Institi de commerce.— 10. Ecole Normale.— 11. Université.- I. Zone Cuzco.- II. Zone Puerto Maldonado.— III. Zone Abancay. IV. Zone Sicuani.

Fig. 33.- Répartition des services d’encadrement agricole dans la région Sud-Est
1. Limites des secteurs agricoles.– 2. Limites des sous-secteurs.– 3. Bureau tête de zone agraire – 4 Bureaux agraires (oficinas agrarias). – 5. Agences agraires.– 6. Bureaux de base.

Fig 34 - zones (OZAMS) de la ORAMS VII – Cuzco de SINAMOS.
1. Siège du bureau de la ORAMS VII.– 2. Siège du bureau de la OZAMS.– 3. Numéro de la OZAMS.–4. Limites de la OZAMS.
SINAMOS : Sistema nacional de apoyo de la movilización social
OZAMS : Oficina zonal de SINAMS
ORAMS : Oficina regional de SINAMOS.

9Etroitement associé aux activités du Ministère de l’Agriculture, le Banco de Fomento Agropecuario contrôle depuis le Cuzco, les bureaux de Quillabamba et Puerto Maldonado dans les terres chaudes, et d’Urubamba (Urubamba, Calca), Sicuani (pour Canchis, Canas, Yauri), Acomayo (Acomayo et le sud de Paruro), Andahuaylas, et tout récemment Paucartambo, dans l’étage quechua (figure n° 28).

  • 10 La CRYF a été supprimée comme les J.O.P. (Juntas de Obras Publicas) de Quillabamba, Puerto Maldona (...)
  • 11 ONDECOOP (Office des Coopératives) avait des bureaux au Cuzco et dans les provinces de Desarrollo (...)
  • 12 Cooperación Popular avait des bureaux dans les villes ci-dessus et à Urubamba, Paucartambo et Yaur (...)

10Créée en 1972, la O.R.A.M. VII de S.I.N.A.M.O.S. (“Oficina regional” du “Sistema nacional de apoyo a la movilización social”), la dernière née des administrations cuzquéniennes, est aujourd’hui la plus importante par son personne), son budget, ses moyens techniques et politiques. Elle vise surtout à susciter, organiser et promouvoir la participation populaire à la “Révolution péruvienne”. Elle regroupe divers organismes antérieurs : la C.R.Y.F. (Corporación de recontrucción y fomento del Cuzco)10 et tous les organismes sociaux créés par le gouvernement Belaunde : ONDECOOP11, Cooperación Popular12 et, enfin, le récent bureau de Pueblos Jovenes fondé en 1969 pour les faubourgs populaires. La région Sud-Est compte dix OZAMS dont le découpage s’inspire des mêmes principes que celui du Ministère de l’Agriculture (tableau n° LXXV et figure n° 34).

II.- LE DESEQUILIBRE DES SERVICES ENTRE LE CUZCO ET SA REGION

11Malgré la multiplication des bureaux et services en province, la ville du Cuzco continue à concentrer la majeure partie du personnel et des moyens financiers et techniques des divers organismes. Les administrations traditionnelles se contentent généralement en province d’un local très sommaire, le plus souvent loué. Elles n’ont pas provoqué de constructions nouvelles, à l’exception des gendarmeries. Elles n’ont qu’un personnel réduit, dépassant rarement 3 employés en comptant l’indispensable “porta-pliegos”, à la fois commissionnaire, concierge, balayeur... Les fonctionnaires supérieurs viennent généralement du Cuzco. Us sont souvent très mobiles, attendant d’un poste temporaire en province une possibilité d’ascension professionnelle plus rapide, ainsi qu’un moyen de s’enrichir, en ajoutant à un traitement des revenus variés provenant souvent de l’exploitation des administrés ruraux. Leurs liens avec le Cuzco restent très forts tant professionnellement que pour des raisons de famille.

  • 13 On comptait 141 inscrits sur le registre municipal de 1970 auxquels on doit ajouter les juges et p (...)

12Parmi ces fonctionnaires, une place spéciale est à faire, pour leur grande activité, aux juges et avocats. Ces derniers sont en train d’éliminer dans les capitales de province, et en particulier celles de la puna, les “tinterillos”, ces personnages véreux qui, sans aucune formation juridique, défendaient les plaignants devant les tribunaux. Malgré cette récente dispersion des avocats dans les provinces, 80 % environ restaient dans la ville du Cuzco13 où il y avait plusieurs tribunaux de grande instance et, pour l’ensemble de la région : un tribunal du travail, un pour mineurs, un militaire et deux tribunaux agraires.

  • 14 Anuario eclesiástico del Perú - Lima - 1969.

13On constate de même une concentration des prêtres dans les agglomérations et une diminution de leur nombre dans les campagnes. 68 paroisses sur les 116 de l’archevêché du Cuzco (soit 59 %), ont un curé (soit 37 paroisses -73 %- pour la prelature du Cuzco, 10 paroisses sur 27 pour celle de Sicuani et 14 sur 37 pour l’Apurimac14. La répartition des curés montre combien les districts de puna sont délaissés à cause de leur isolement et de leur pauvreté. Ainsi Paruro et Chumbivilcas n’ont que deux prêtres, Espinar, Paucartambo et la Convención - mais dans cette province les missions dominicaines sont nombreuses - n’en ont qu’un seul. Dans beaucoup d’églises, on ne dit ainsi la messe qu’une fois l’an, avec célébration des divers baptêmes, mariages, communions, etc… En revanche, la ville du Cuzco compte une soixantaine de prêtres, 64 religieux, 200 religieuses, 126 séminaristes. L’Eglise y conserve un rôle régional important dans l’Education, grâce au séminaire, aux collèges, (5 pour les garçons et 4 pour les jeunes filles) et à diverses institutions professionnelles (deux écoles normales, quatre centres pour l’artisanat et le commerce, une école d’assistantes sociales).

14Paradoxalement, ce sont les fonctionnaires des organismes de développement qui sont souvent les moins disposés à aller en province, en particulier les instituteurs et plus encore les médecins. Le Ministère de l’Agriculture lui-même, groupe dans la ville du Cuzco 38 % du personnel de la zone XI (sans compter les ouvriers non permanents) et 40 % des employés. Le nombre d’agronomes et vétérinaires travaillant au Cuzco, et se contentant de visites périodiques en province, était nettement supérieur en 1970, à celui de ceux qui dirigeaient les diverses agences agraires.

  • 15 B.I.D. Banque Interaméricaine de Développement.
  • 16 Faena : travail collectif d’intérêt public.
  • 17 SINAMOS qui a englobé cet organisme, a repris à son compte ses principaux objectifs.

15Un gros effort a été entrepris dans les zones rurales depuis 1950, dans le domaine de la santé et, après 1958, dans celui de l’Education, grâce à l’aide internationale. Dans les années 64/68, ils ont été intensifiés dans le cadre du “plan de développement des communautés” qui a reçu des fonds du B.I.D.15. Un organisme nouveau, “Coopération populaire”, devait aider les communautés indigènes à construire leur école et leur dispensaire, ainsi que d’autres œuvres d’intérêt collectif. Il exploitait les “faenas”16 traditionnelles des paysans, en apportant une partie du matériel industriel (toit de tôle ondulée, portes et fenêtres, équipement intérieur), et les conseils techniques. Cet organisme a été particulièrement actif dans les deux zones de “Desarrollo Comunal”, Canas-Canchis et Andahuaylas, ainsi que dans la province de la Convención17. L’émulation se propageant rapidement, de nombreuses communautés ont bâti ou aménagé leur propre école, avec un enthousiasme remarquable et beaucoup de sacrifices financiers. Mais l’équipement est souvent très déficient : peu de pupitres et même de sièges, aucun tableau, très peu de livres, de cahiers, de crayons, quelques grandes images historiques... Aussi le nombre théorique d’enfants par école ne doit pas faire illusion (tableau n° LXXVI).

  • 18 Nous avons utilisé les statistiques de la Ve région d’Education (Relation des établissements scola (...)

16On avait, en 1970, dans le département du Cuzco, une école primaire pour 180 enfants de 5 à 15 ans18. La proportion d’enfants était plus forte dans les provinces les plus urbanisées : Cuzco (1 école pour 301 enfants) et Canchis (1 pour 198 enfants), ou très proches de la ville comme Anta (1 pour 249 enfants). Toutes les autres descendaient au-dessous de la moyenne départementale. Pour l’Apurimac, le chiffre est d’une école primaire pour 147 enfants, pour le Madre de Dios une pour 56, et pour l’ensemble de la région Sud-Est, 1 pour 164 enfants. On a donc une densité d’écoles remarquable pour un pays sous-développé et une région montagneuse. Mais cet avantage est atténué, en premier lieu, par le fait que la plupart des écoles rurales n’offrent que les trois premières années du primaire, au lieu de cinq, et sont dépourvues de maternelles. 63 % des écoles du département du Cuzco et 64 % de celles de l’Apurímac (le Madre de Dios étant de ce point de vue mieux pourvu), ne permettent ainsi qu’une scolarité incomplète. Là encore, les zones proches des villes sont plus favorisées, puisque le pourcentage descend à 38 % pour la province du Cuzco et à 47 % pour celle d’Abancay, alors que certaines provinces, comme Cotabambas et même Quispicanchis, atteignent 81 %. On doit également considérer d’autres données, telles que la distance souvent importante séparant l’école des habitations (en particulier, dans les provinces de puna) et surtout de facteurs comme le faible rendement d’enfants sous-alimentés, découvrant l’espagnol à l’école ; il faut tenir compte, enfin, de l’absentéisme important des élèves retenus par leurs parents pour les travaux agricoles, ou des maîtres pour des raisons professionnelles (stages nombreux, poursuite d’études universitaires) ou familiales.

Fig 35 – Pourcentages d’enfants scolarisés dans l’enseignement primaire (par rapport aux enfants de 5 à 14 ans).
1. 100 %.– 2. 60 à 90 %.– 3. 50 à 60 %.– 4. 40 à 50 %.

TABLEAU N° LXXVI : ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES DE LA RÉGION SUD-EST (1970)

TABLEAU N° LXXVI : ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES DE LA RÉGION SUD-EST (1970)

Sources : V Region de Educación - Cuzco - Bulletins statistiques (oct. 1970-avril 1971).

  • 19 Pourtant malgré toutes ces insuffisances, les taux d’analphabétisme avaient partout baissé entre l (...)

1765 % de la population d’âge scolaire primaire (5 à 15 ans) de l’ensemble de la région Sud-Est était inscrite dans une école (18). Ce taux descend à 62 % pour le Cuzco alors qu’il est de 71 % dans l’Apurîmac (mais les chiffres de population des provinces d’Antabamba et surtout Aymaraës, ont été sous-estimés). Dans le département du Cuzco, 5 Provinces seulement dépassent la moyenne départementale : Cuzco, Canchis (62 %), la Convención (70 %), Urubamba (62 %) et même Canas (63 %), où on note le résultat remarquable des efforts de construction scolaire du programme de Desarrollo Comunal (tableau n° LXXVII et figure n° 35). Dans la province du Cuzco, le nombre d’élèves du primaire dépasse sensiblement celui des tranches d’âge correspondantes ; mais si l’on enlève les adolescents et les adultes suivant les cours nocturnes, on constate que tous les enfants ne sont pas scolarisés. Le taux de scolarisation est supérieur à 50 % dans les 5 autres provinces (Acomayo, Anta, Calca, Paruro, et Espinar) ; mais il descend au-dessous pour Paucartambo (45 %), Quispicanchis (46 %), et surtout Chumbivilcas (42 %).19.

  • 20 Boletin estadistico V Region de Educacion. Cuzco - octobre 1970.

18Pour le personnel pédagogique, le poids du Cuzco est beaucoup plus sensible sur le plan de la qualité et de la permanence, que sur celui du nombre des enseignants. La ville groupait en 197020 23 % des instituteurs, alors qu’elle rassemblait 27 % des élèves. Mais 86 % de ses pédagogues avaient reçu une formation complète (enseignants de première catégorie), contre 60 % pour l’ensemble du département. Toutes les provinces de l’étage quechua voisines du Cuzco, dépassaient 50 % d’instituteurs de première catégorie (Anta et Urubamba dépassant même 70 %), alors que le taux se maintenait à 45 % pour la Convención, et descendait à 33 % pour l’ensemble des 4 provinces de la puna (Canas, Espinar, Chumbivilcas et Paruro), avec un minimum de 18 % pour Chumbivilcas (tableau n° LXXVI). Ce même déséquilibre apparaît dans l’Apurîmac, avec pour la province d’Abancay 70 % des instituteurs de première catégorie, contre 48 % pour l’ensemble du département.

19Dans l’enseignement secondaire, la supériorité du Cuzco est moins sensible. Chaque province a maintenant un collège mixte et Andahuaylas en compte même 7 (tableau n° LXXVI). Ces établissements sont récents (après 1961), sauf à Sicuani, Calca, Urubamba, Abancay et Andahuaylas. Ceux des villes et bourgades de l’étage quechua sont assez importants pour être dédoublés en collèges de filles et de garçons. Quillabamba, Sicuani, Abancay. Andahuaylas, Chalhuanca et Puerto Maldonado, ont même des cours du soir pour les garçons. La ville, avec 16 établissements secondaires (dont trois ayant des sections nocturnes), groupe 67 % des professeurs, mais elle a aussi 64 % des élèves et nombreux sont les provinciaux qui y étudient. D’autre part, le nombre total de professeurs de la ville est grossi par le fait que certains d’entre eux exercent dans deux collèges à la fois, en particulier dejour dans un collège religieux et de nuit dans un établissement public. Les professeurs diplômés ne représentent que 46 % des enseignants du secondaire du Cuzco, proportion à peine supérieure à celle de l’ensemble du département (42 %). Dans l’Apurímac, la part d’Abancay, avec 53 % est bien supérieure à celle de l’ensemble du département (37 %), et dans le Madre de Dios, celle de Puerto Maldonado, avec 12 enseignants diplômés sur 13, encore plus écrasante (tableau n° LXXVI).

TABLEAU N° LXXVII : POPULATION SCOLAIRE DE LA RÉGION SUD-EST EN 1968

TABLEAU N° LXXVII : POPULATION SCOLAIRE DE LA RÉGION SUD-EST EN 1968

Source : Pour la population scolaire : V Region de Educación. Cuzco, 1970.
Pour la population : évaluation par les services du Ministère de la Santé. Cuzco.
(1) Les chiffres concernant la population de ces provinces sont très insuffisants.

  • 21 Boletín estadístico - V Region de Education - Cuzco - octobre 1970.

20Dans l’enseignement technique, plus encore qu’entre la ville et ses campagnes, la différence est notoire entre les provinces quechuas et celles des terres froides ou chaudes (tableau n° LXXVI et figure n° 32). Seules nos petites villes ont des établissements pour le commerce ou l’industrie, la mieux équipée étant Quillabamba avec trois instituts. Les écoles d’agriculture sont plus dispersées. Anta, Calca, Sicuani, Quillabamba, Puerto Maldonado, et dans l’Apurimac, San Jerónimo (Andahuaylas) et Coyllurqui (Cotabambas), ont un institut d’agriculture, et Urubamba une importante école (277 élèves en 1970). Paruro et Acomayo n’ont qu’une école agricole plus élémentaire. De même, quelques centres d’artisanat ont été créés à Pisaq, Tinta, Paucartambo, Sicuani et Antabamba. A l’exception de cette dernière, les provinces de puna (Espinar, Canas, Chumbivilcas, Graú et Aymaraës), comme celles de la selva - Tambopata mise à part - n’ont ainsi aucun centre d’enseignement technique. La ville du Cuzco compte deux lycées techniques pour les garçons et les filles et plusieurs instituts publics (2 instituts industriels et 2 écoles de commerce pour hommes et femmes, les premiers ayant chacun des cours diurnes et nocturnes, et un centre artisanal), ou privés (5 “Académies” dont deux pour l’enseignement commercial). Elle a enfin une Ecole de Musique et une Ecole Normale Supérieure, ainsi que 4 centres privés pour la pédagogie religieuse ou l’enseignement ménager. Sicuani, Abancay et Urubamba, à leur tour, ont des écoles normales primaires, les deux premières villes ayant des établissements féminins et masculins. L’agglomération cuzquénienne absorbait en 1970, 30 % du budget départemental du Ministère de l’Education pour l’enseignement primaire, 37 % pour le secondaire et 60 % pour le technique (écoles normales incluses).21

21Le rythme de construction des dispensaires s’est accéléré après 1958-60. Avant 1950, seuls existaient dans le département du Cuzco 5 dispensaires (Urubamba, Paucartambo, Acomayo, Quince Mil et Limatambo), à côté des hôpitaux de Sicuani (1938), Puerto Maldonado (1950), Quillabamba (1938), Abancay et Andahuaylas appartenant à l’Assistance publique ; au Cuzco, à l’hôpital Antonio Lorena construit en 1933, s’était joint une clinique privée en 1946. En 1960, il n’y avait que 3 nouveaux dispensaires sanitaires. De 1960 à 1965, sont créés tous les dispensaires médicaux des autres provinces, ceux du Madre de Dios, ainsi que les 17 de la vallée de la Convención (y compris le petit hôpital du Cuquipata dans la vallée de Lares) ; enfin, après 1966, 20 postas sanitarias apparaissent en particulier dans la zone de Canchis-Canas et la Convención. Les dispensaires médicaux ont un bon local mais leur équipement est assez élémentaire et même fort incomplet, en particulier les salles prévues pour la chirurgie, la maternité ou même le cabinet dentaire qui restent vides. Ils n’ont même pas toujours l’électricité (ainsi à Santo Tomás, Paruro ou Paucartambo) et sont dépourvus de tout véhicule facilitant à leur personnel une influence régionale. Beaucoup de “postas sanitarias” n’ont pas de local propre, et elles permettent tout au plus de panser quelques blessures et de faire des piqûres.

22Plus grave encore était le manque de médecins dans les zones rurales. Parmi les 24 docteurs travaillant en dehors du Cuzco en 1972, 18 exerçaient dans nos petites villes (8 à Quillabamba, en incluant les 2 de l’armée et de la police, 5 à Sicuani, un à Puerto Maldonado, 4 à Abancay, 3 à Andahuaylas). Ils étaient en fait rattachés aux hôpitaux de ces agglomérations, tout en ayant un cabinet privé. Leur clientèle étaient ainsi principalement urbaine. Le reste des provinces du Cuzco n’avait que 6 médecins. Ils étaient installés d’ailleurs, à proximité de la ville (Anta, Urubamba, Calca et Urcos), sauf pour Paucartambo et Quince Mil (ceux d’Acomayo et de Yauri étaient partis en 1971). Ainsi, aucune des provinces de puna n’avait de médecin, et les habitants de l’ensemble de la zone sanitaire de Canchis ne pouvaient s’adresser qu’à ceux de l’hôpital de Sicuani au nombre de 5. La Convención, de même, comptait 1 médecin à Cuquipata et 8 à Quillabamba. C’étaient la modicité du salaire (7 000 sols mensuels en 1971, soit 840 F), et l’insuffisance de l’équipement des dispensaires ruraux, qui n’encourageaient pas les médecins à aller en province et les faisaient préférer, malgré une lourde concurrence, la ville.

  • 22 Les chiffres de population sont ceux du recensement de 1972.

23Cette dernière avait ainsi 74 médecins en 1971 (dont 32 travaillant à l’hôpital régional, et 36 à l’hôpital Antonio Lorena), auxquels on peut ajouter 7 sages-femmes pour les deux établissements. Certains docteurs étaient des spécialistes : 3 radiologues avec un équipement particulier, 2 cardiologues, une dizaine de pédiatres et 2 oculistes. Il faudrait y ajouter une douzaine de médecins au service de diverses institutions comme la municipalité, l’Université et surtout l’armée et la police (9 médecins, 3 dentistes, une sage-femme, un pharmacien). La ville comptait ainsi un médecin pour 1 406 habitants alors qu’en dehors de sa province, on en avait 1 pour 31 057 habitants ; si l’on enlevait les provinces de nos petites villes relativement pourvues, on obtenait 1 médecin pour 90 197 habitants22. Pour les dentistes, on constate la même concentration dans la ville ; en province, on en a seulement un à Paucartambo et à Urubamba, 2 à Calca, 2 à Sicuani et 7 (dont 3 fonctionnaires) à Quillabamba, soit un total de 13, alors que le Cuzco en compte 47. L’Apurimac et le Madre de Dios étaient très mal pourvues puisque seules leurs grandes villes avaient des médecins et des dentistes (soit 5 médecins et 2 dentistes à Abancay, 3 médecins et 2 dentistes à Andahuaylas et 2 médecins, 1 sage-femme et 3dentistes à Puerto Maldonado).

  • 23 Boletín estadístico del Area de Salud del Cuzco, Madre de Dios, Apurímac, Cuzco 1967-68.

24La ville, avec 652 lits d’hôpital, auxquels ils faut ajouter une soixantaine appartenant à 2 cliniques privées (Paredes et Ochoa à Santiago), groupe 61 % des lits de sa région (1 pour 169 habitants). Ses établissements sont également les mieux équipés et bénéficient du personnel le plus compétent et le plus varié, celui de l’hôpital Antonio Lorena restant cependant insuffisant. Les services de la seule ville recevaient en 1968, 80 % du budget régional de la santé, les 2 hôpitaux bénéficiant à eux seuls de 66 % du total23. Ce budget a été multiplié par 9 entre 1961 et 1968, et s’est accru de 50 % depuis 1965, ce qui illustre l’effort réalisé dans ce domaine, la part du Cuzco augmentant d’ailleurs puisqu’elle n’était que de 58 % en 1965.

  • 24 Nous avons adopté le chiffre de scolaires de 1968 donné par la V région d’Education et le chiffre (...)
  • 25 La población, el empleo y los ingresos en ocho ciudades-S.E.R.H. (Servicio del Empleo ν Recursos H (...)
  • 26 Estudio socio-económico y de salud de la urbanización de Ttío. Hospital regional del Cuzco.

25Le Cuzco apparaît ainsi, sur le plan des services, comme un centre bien équipé, soutenant la comparaison avec les capitales de département de la côte. Il se place, d’autre part, nettement en tête de la hiérarchie urbaine régionale, tant par le nombre que par la qualité de ses services. Toutefois, ceux-ci apparaissent souvent encombrés, en particulier dans le domaine de l’Education. Les grands collèges, après avoir créé des sections diurnes et nocturnes, ont dû établir des “tours” d’une demi-journée, afin de pouvoir accueillir un nombre sans cesse croissant d’élèves. La population scolaire, en incluant les cours du soir et les étudiants de l’Université, constituait près de la moitié de la population totale de la ville24. C'est là un service qui touche la grande majorité de la population, même dans les quartiers populaires. Selon l’enquête réalisée par le SERH en 196925, 96 % des garçons et 90 % des filles de 10 à 14 ans étaient scolarisés, le pourcentage restant supérieur à 80 % pour les enfants de 7 à 10 ans, et les adolescents de 15 à 20 ans. On ne saurait en dire autant des services de santé. Dans le lotissement de Ttío, en 1969, 33 % des chefs de famille interrogés allaient à l’hôpital ou au dispensaire en cas de maladie, 31 % s’adressant au guérisseur26. Il y a donc à l’intérieur de la ville même de profondes inégalités face à l’accès aux services. Quant à l’aire d’influence régionale de ces derniers, elle apparaît très limitée sauf pour l’Université.

Fig. 36. — Aire d’influence de l’hôpital régional du Cuzco (1968).
1.4 450 hospitalisés. – 2. 50 à 70. – 3. 30 à 50. – 4. 10 à 30. – 5. Moins de 10 hospitalisés.

III. - L’AIRE D’INFLUENCE DES GRANDS SERVICES CUZQUÉNIENS.

26Malgré sa vocation régionale, l’hôpital de l’avenue de la Culture est presque essentiellement un service urbain ; sur près de 5 000 hospitalisés en 1968 (4 889), 91 % (4 444) venaient de la ville, 8 % des provinces et 1 % des départements voisins, avec une douzaine de malades de Puno et une dizaine de l’Apurímac. Dans le département, venaient en tête les provinces voisines de la ville : Quispicanchis (70 malades), Anta (61), et Calca (55), et un peu plus loin Urubamba et Paucartambo ; la Convención, malgré son bon équipement local, était au 4e rang (52 malades) (figure n° 36). Pour les autres provinces, le nombre des hospitalisés était insignifiant (par exemple il n’y en avait que 5 d’Espinar, 3 de Canas et un seul de Chumbivilcas). On aurait vraisemblablement le même résultat pour l’hôpital Antonio Lorena, avec une plus forte proportion des gens d’Anta et de l’Apurimac, et une moindre de Quispicanchis. La part de la ville est cependant exagérée par le fait que beaucoup de malades ont dû donner l’adresse d’un parent cuzquénien et il faudra attendre des statistiques plus précises pour déliminer l’aire d’influence exacte des hôpitaux. Toutefois, nous avons pu constater que, le plus souvent, les médecins ruraux se heurtent à un refus lorsqu’ils parlent d’hospitalisation ; les malades, d’ailleurs, lorsqu’ils acceptent, préfèrent souvent le Cuzco qui leur paraît plus sûr que les hôpitaux des petites villes ; ainsi, par exemple, à Acomayo, bien que l’établissement de Sicuani soit plus proche et d’autre part à la tête de la zone sanitaire.

  • 27 Boletín estadístico, V Region de Educación, Cuzco, octobre 1970.
  • 28 Boletín estadístico del Area de Salud del Cuzco, Madre de Dios, Apurímac, Cuzco, 1967-1968. Évalua (...)

27La population scolaire de la ville du Cuzco avec 48 444 élèves en 196927 (non compris l’Université), dépasse celle de la tranche d’âge comprise entre 5 et 19 ans (40 863 enfants et adolescents28. Même en tenant compte des adultes suivant les cours du soir, l’excédent semblerait montrer une certaine attraction régionale de notre ville dans le domaine de l’Éducation. La capitale incaïque garde une solide tradition quant à ses collèges (16 établissements dont 5 publics et 11 privés, 4 d’entre eux ayant en outre une section nocturne), et à son Université ; elle groupait ainsi, en 1969, 64 % des étudiants du secondaire de la région. Les établissements de province, très récents, sont surtout fréquentés par les enfants des classes populaires des districts voisins. Les fils d’hacendados, et même ceux des classes moyennes, vont au Cuzco, au collège “ Sciences » en particulier. D’autre part, seul le Cuzco a des collèges religieux et ils jouissent d’une réputation traditionnelle dans les classes aisées, en particulier pour les jeunes filles. Les liens familiaux entre le Cuzco et sa région sont tels qu’on est pratiquement sûr de voir son enfant accueilli chez des parents. L’éducation des enfants est également un prétexte invoqué par les femmes d’hacendados et de fonctionnaires afin d’habiter au Cuzco. Les internats n’existant que dans quelques collèges de jeunes filles, bien des lycéens pauvres ont une vie matérielle souvent précaire, et doivent gagner leur vie tout en étudiant.

  • 29 G.U.E. : Gran Unidad Escolar. On appelle ainsi les collèges secondaires comportant des classes du (...)

28Nos enquêtes réalisées dans les principaux collèges du Cuzco pour connaître leur aire d’influence sont imprécises, car les élèves donnent souvent une adresse cuzquénienne et ne signalent pas celle de leur école d’origine. Cela est encore plus vrai pour les jeunes filles qui, dès le primaire, fréquentent les collèges de la ville. Aussi, nous ne les avons menées que dans les deux principaux collèges de garçons (Ciencias et la G.U.E.29 Inca Garcilaso de la Vega) pour les sections diurnes, et dans le collège technique de garçons. La G.U.E. Inca Garcilaso, semble avoir une influence plus régionale que l’autre collège, puisque 53 % des élèves du secondaire (section diurne) viennent de la ville, contre 62 % pour Sciences. Il est beaucoup plus récent et n’a pas le prestige de ce dernier dans l’élite de la ville. Construit à l’est de l’agglomération, il attire la clientèle populaire des faubourgs. C’est la province de Quispicanchis qui y est la mieux représentée (8 %), suivie de Canchis et de la Convención ; pour l’établissement de la place San Francisco, c’est Anta et la Convención (5 %), qui viennent en tête, suivies de Quispicanchis (3 %), Urubamba, Canchis, etc. “Ciencias” a 6 % de ses élèves venus de l’Apurîmac contre 5 % au premier qui a, par contre, une légère supériorité en ce qui concerne les Punéniens (3 % contre 2 %). Enfin, il y a dans chacun des élèves de tous les départements du Sud, Arequipa en tête, Madre de Dios, Ayacucho, etc. Ce sont souvent des fils de commerçants ou de fonctionnaires, comme ceux de Lima (tableau n° LXXVIII).

29Le collège technique est le plus important par son influence régionale, puisque 59 % de ses élèves ne sont pas cuzquéniens ; 49 % viennent du département, avec en tête la Convención (11 %), et Quispicanchis (10 %), puis Urubamba (5 %), et Canchis (4 %) ; 10 % viennent d’autres départements dont 5 % de l’Apurîmac et 2 % de Puno. Il est le seul établissement de ce type dans toute la région, les provinces étant dépourvues du point de vue de l’enseignement technique en dehors de nos 6 villes.

30C’est l’Université San Antonio Abad qui a, de tous les services cuzquéniens, la fonction régionale la plus étendue. Jusqu’à une époque récente, elle était la seule des Andes du Sud avec celle d’Arequipa ; il en existe aujourd’hui une à Puno, d’ailleurs uniquement technique, et une autre à Ayacucho. Mais moins célèbres, leur influence est plus locale bien que la concurrence de la dernière se fasse sentir dans la province d’Andahuaylas. 62 % des 4 808 étudiants inscrits en 1969 au Cuzco (5 112 en 1971), viennent de son département (tableau n° LXXVIII et figure n° 37), mais la part de la ville n’est que de 34 % du total général ; pourtant comme pour les lycées, de nombreux étudiants de province ont dû donner une adresse cuzquénienne, à plus forte raison s’ils ont réalisé leurs études secondaires dans la ville. La part des provinces, avec 28 % du total, est donc importante, mais elle est à peine supérieure à celle des autres départements qui est de 25 %. Parmi ces derniers, Puno vient en tête avec 626 étudiants, soit 13 % du total, puis l’Apurîmac avec 522 étudiants (11 %), la part du Madre de Dios étant insignifiante (13 étudiants : 0,2 %). L’ensemble des étudiants des départements du Sud représente 36 % du total, soit plus que notre ville, ceci malgré la concurrence d’Arequipa. Dans son département, sont en tête, comme pour les lycées, les provinces urbanisées (Canchis : 276 étudiants, la Convención : 172), et celles qui sont proches de la ville (Quispicanchis : 179 étudiants, Urubamba : 146, Anta : 127, Calca : 86 seulement). La proportion d’étudiants d’Espinar et de Chumbivilcas reste plus forte que celle de provinces proches, mais un peu isolées, comme Paruro et Paucartambo. En fait, les étudiants de ces circonscriptions de puna, et surtout de la seconde, vont plus étudier au Cuzco qu’à Arequipa. Ce n’est qu’à partir de Tocroyoc et Ocoruro que l’attraction de cette dernière domine ; par contre, son influence sur Canchis serait intéressante à préciser.

  • 30 Ces travaux ont été réalisés en particulier, dans les provinces de Canchis (Occobamba, Onocorra, C (...)
  • 31 Projet de budget de la C.R.Y.F. pour 1970.

31Nous voudrions présenter, enfin, l’aire d’influence des institutions cuzquéniennes qui ont (ou ont eu récemment) une politique de développement régional et en particulier de la Corporación de reconstrucción y fomento del Cuzco (C.R.Y.F.). Créée pour diriger les travaux de reconstruction de la ville après le séisme de 1950, la C.R.Y.F. s’était vu conférer progressivement un rôle régional, à partir de 1958 et surtout après 1964-1965. Celui-ci fut d’abord important dans l’agriculture, grâce à une politique de crédit et d’assistance technique (distribution d’engrais, location de tracteurs) aux agriculteurs à partir des agences rurales d’Izkuchaka, Sicuani, Urcos et Yucay ; elle a financé également des travaux d’irrigation dans diverses provinces30. Ses efforts dans le domaine industriel, ont conduit à la construction de la centrale hydroélectrique de Macchu Picchu et de la fabrique d’engrais de Cachimayo, cette dernière passant sous sa gestion directe en 1968. Grâce au courant de Macchu Picchu, elle a réalisé l’électrification de la vallée du Vilcanota, d’Urubamba à Calca, puis de la plaine d’Anta Elle a accordé de même, des subventions pour de petites centrales locales à Paucartambo et même Yauri. Sur le plan du tourisme enfin, la C.R.Y.F. a aménagé l’auberge de Chincheros et dirigé la restauration des églises d’Andahuaylillas, de Huaro et même de Santo Tomás. Pourtant, malgré ces interventions régionales, il est certain que la fonction de la C.R.Y.F. était avant tout urbaine, puisque c’est à des travaux réalisés en ville qu’allaient en 1970, 90 % de son budget31.

TABLEAU N° LXXVIII AIRE D’INFLUENCE DE CERTAINS ÉTABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT DU CUZCO

TABLEAU N° LXXVIII AIRE D’INFLUENCE DE CERTAINS ÉTABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT DU CUZCO

(1) Il s’agit uniquement ici des élèves inscrits dans les sections secondaires diurnes.
(2) Il s’agit pour les provinces du Cuzco du pourcentage par rapport au chiffre départemental.

Fig. 37. — Aire d’influence de l’Université du Cuzco.
1. 1 650 étudiants. — 2. Plus de 250. — 3. Plus de 150. — 4. 100 a 150. — 5. 65 à 100. - 6. 40 à 60. — 7. 600 étudiants (département de Puno).

32A partir de 1964, l’Institut National de Planification, essaya de faire de cet organisme son intermédiaire dans la politique de développement régional. Les liaisons entre les deux organismes ont été mal assurées et pleines de préjugés et de méfiance réciproques, pour des raisons où interviennent, en premier lieu, des facteurs sociologiques et de mentalité. A de rares exceptions près, la direction de la C.R.Y.F. a été assurée par des représentants de la classe des hacendados et des hommes d’affaires de la ville. Le mépris de l’élite cuzquénienne pour tout ce qui est rural et provincial, son conservatisme social et politique, le jeu des clientèles sociales ou familiales, du favoritisme et de la corruption, ne pouvaient pas favoriser une politique de développement régional. Avec le gouvernement de Belaunde, une nouvelle catégorie de fonctionnaires apparut, aux côté des anciens qui conservèrent souvent les postes-clefs. Les techniciens prirent le pas sur les notables ; ingénieurs et architectes surtout, ils n’avaient, toutefois, pas la formation nécessaire pour être des planificateurs régionaux. En groupant d’ailleurs autour du Cuzco, l’Apurímac et le Madre de Dios, on élargissait trop la compétence d’un organisme aux moyens très limités. Inversement, au Cuzco, la C.R.Y.F. qui, dans la ville même, se heurtait souvent aux élus du Conseil Municipal, ne pouvait tolérer ce qu’elle considérait comme la tutelle et l’ingérence de Lima. Il convient de souligner, également, la mauvaise connaissance des problèmes régionaux de bien des technocrates liméniens, leurs préjugés face aux Cuzquéniens, enfin d’importantes différences dans les méthodes de travail.

  • 32 J.M.G. : Junta Militar de Gobierno.
  • 33 O.R.D.E.S.U.R. : Oficina Regional de Desarrolle del Sur — Bureau Régional de l’Institut National d (...)
  • 34 S.I.N.A.M.O.S. : Sistema Nacional de Apoyo a la Movilización Social.

33Avec la J.M.G. 32bien des attributions de la C.R.Y.F. passèrent à des organismes nationaux (Ministère du Logement, Services Électriques), cependant qu’en 1971, un bureau d’O.R.D.E.S.U.R.33 s’installait dans notre ville. L’intervention du pouvoir central, par le relais d’Arequipa placée à la tête des départements du Sud, devenait donc de plus en plus forte. Elle triomphait, en 1972, avec l’absorption de la C.R.Y.F. au sein de S.I.N.A.M.O.S.34, organisme au caractère nettement plus politique et qui apparaît, malgré les réformes en cours, comme une accentuation de la main-mise du pouvoir central et de Lima sur les problèmes régionaux.

34Malgré les importants services mis en place et les programmes définis au cours de ces quinze dernières années, le Cuzco ne saurait être considéré dans ce domaine comme un véritable pôle de développement régional. Les progrès de son équipement ont, en fait, surtout renforcé son rôle comme pôle d’attraction. Certains services ont accru les migrations vers la ville, par exemple ceux du secteur éducation. D’autres, ont eu un impact très limité sur les populations rurales, ayant ainsi souvent accru les différences entre la ville et la campagne, contrairement à ce qui était leur but initial.

IV. - L’INFLUENCE DES SERVICES ET DES FONCTIONNAIRES DANS LES AIRES RURALES

  • 35 Julio Cotler : La mecánica de la dominación interna y del cambio social en el Peru. América Latina (...)
  • 36 I.E.P. : Instituto de Estudios Peruanos.
  • 37 Cf. le titre de l’article de Julio Cotler (note 35).

35C’est là, la clef principale pour la politique de développement et d’intégration assumée par les gouvernements péruviens depuis 1958 environ, la part du secteur privé étant en dehors des villes très réduite. Tous les services mis en place répondent à un désir d’encadrement, d’intégration et de plus en plus de développement. Mais dans une région restée rurale et indigène, ils s’adressent à des gens ayant une culture différente, et sont, d’autre part, assurés par des métis. Ceci pose donc le double problème de leur accessibilité, et de la domination du groupe des métis, dans la mesure où on peut définir celui-ci, avec Julio Cotler et François Bourricaud, comme soumettant à sa domination les indigènes35. Cette situation a été remarquablement analysée, ces dernières années, par les sociologues et en particulier par ceux de l’I.E.P.36. Nous ne voudrions rappeler ici que quelques aspect du « mécanisme de la domination interne »37, nous attachant plus particulièrement au problème de l’accessibilité des services.

A. Le mécanisme de la domination interne

  • 38 Repartos : Institution coloniale obligeant les indigènes à acheter certains objets.

36On peut distinguer trois étapes historiques dans le processus de domination du groupe des métis sur celui des indigènes. Dans un premier temps, la domination née de la Colonie est évidente et en quelque sorte avouée. Dans les deux autres étapes, beaucoup plus récentes, elle se dissimule sous les mots d’intégration, puis de participation et de mobilisation. La conquête a établi un système de domination des Espagnols sur les indigènes. Il faut voir là, la conséquence du droit du plus fort, le désir de surveiller la population, de l’évangéliser, et enfin de l’encadrer pour la levée du tribut et l’exploitation de la main-d’œuvre. Ce système dissimulait mal l’exploitation qui était faite des indigènes par les Espagnols puis rapidement par les métis des villes. Celle-ci s’exerçait, officiellement, grâce au tribut et aux “ repartos »38 obligatoires et, officieusement, par les diverses prestations de service et les dons que chaque fonctionnaire essayait d’obtenir à l’échelle locale.

37La domination s’accentua après l’Indépendance et jusqu’à nos jours, lorsque les métis s’introduisirent dans tous les niveaux de l’administration nationale, régionale et locale. Hacendados et petits propriétaires métis, jouèrent le rôle d’intermédiaires entre le pouvoir central et la population indienne, car ils parlaient espagnol et savaient lire et écrire. Ce rôle fut renforcé lorsque, récemment, la loi électorale réserva le droit de voter et d’être élu aux seuls alphabètes. Les conseillers municipaux, les députés et sénateurs, s’introduisirent alors dans la chaine de domination de la société rurale et reçurent l’appui des autorités désignées par le pouvoir (gouverneurs, lieutenants-gouverneurs, juges, etc.).

  • 39 Le « Gamonal » est le propriétaire foncier abusif et exploiteur.

38Jusqu’à une époque très récente, l’hacendado, ou bien représentait par sa fonction l’autorité politique ou judiciaire, ou bien se substituait à elle, dans son hacienda comme souvent dans l’ensemble du district où il habitait. C’est là un des éléments fondamentaux du “gamonalismo”39Cette domination politique était évidemment liée à la domination économique, dans la mesure où l’hacendado possédait la terre de ses colons, et où, par ailleurs, la rapidité de toute démarche administrative ou judiciaire, dépendait de la capacité du sujet à payer certaines sommes et à accorder des dons. Des métis dépourvus de toute autorité, s’intercalaient volontiers dans cette chaine, proposant leur aide et exigeant en échange certaines compensations.

  • 40 Compadrazgo : il s’agit des relations et obligations d’aide mutuelle se nouant, sous le prétexte d (...)
  • 41 Antoinette Molinié Fioravanti : Influences urbaines et Société rurale au Pérou, le cas de Yucay. T (...)
  • 42 Le cargo est la prise en « charge » d’une fête religieuse.

39Les éléments de la structure sociale andine favorisaient d’autre part l’établissement des liens de domination et en premier lieu le “compadrazgo” ou compérage40. Antoinette Molinié Fioravanti insiste sur ce fait que l’institution a perdu de son sens religieux primitif, pour se transformer en une “relation de clientèle entre les paysans et les “urbains”, “confirmant ainsi et symbolisant la dépendance d’une classe sociale à l’autre”41. De même, “l’ayné” et les “faenas”, ont pu être utilisés, dans la mesure où la part de réciprocité qui incombe au métis est constituée par le service administratif rendu. L’institution du “cargo”42 de même, est un instrument de domination. En premier lieu, parce que pour prétendre à une charge politique dans la communauté, il faut avoir assurer un ou plusieurs “cargos” religieux. En second lieu, parce que le curé (ou l’hacendado), font supporter à la communauté des charges que l’église devrait assurer, faisant en outre travailler les terres paroissiales par le “carguyoc”. On peut considérer, également, qu’ils stimulent les fêtes et les beuveries, pour renforcer leurs liens et leur contrôle sur le groupe social. Enfin, beaucoup de sociologues ont montré que le “cargo”, qui nécessite des dépenses coûteuses de la part de celui qui en est responsable, est un moyen de contrôler les ressources économiques des indigènes.

40On a donc une chaîne de domination et d’exploitation qui relie les indigènes et les métis, et contredit ainsi le schéma des tenants du dualisme social. Cette chaîne pouvait même faire intervenir les indigènes les plus acculturés et surtout les dirigeants de la communauté, dont l’autorité reposait moins sur la confiance de leurs congénères, que sur celle dont ils bénéficiaient de la part des autorités du district ou de la capitale de province.

41Les fonctionnaires et les professionnels s’introduisirent également dans cette chaîne de domination. D’une part, à cause de leur origine sociale, et, d’autre part, grâce au jeu du favoritisme et des clientèles bureaucratiques qui leur facilitaient les contacts avec les tenants du pouvoir politique régional ou national. Cette chaîne trouvait sa consécration dans le système politique national commandé par l’oligarchie foncière, les paysans indiens étant dépourvus de tout droit de vote et de représentation.

42A partir de 1958 et surtout de 1964, les services et l’administration adoptèrent un contenu différent et la classe des fonctionnaires évolua sensiblement. Des programmes “d’intégration des populations indigènes”, de “développement communal ou rural”, de “réforme agraire”, furent progressivement mis en route. Dans une nouvelle étape, à partir de 1969, des réformes plus profondes furent entreprises et le gouvernement militaire chercha à solliciter et entretenir tout un climat “révolutionnaire”. On parla alors, non plus seulement “d’intégration”, mais de “participation”, de “mobilisation”, de “prise de conscience” (concientización), des changements intervenus dans les structures socio-économiques de par la volonté de la Junte militaire se substituant au peuple. Le colonialisme interne et ses formes de domination étaient violemment dénoncés, et la propagande gouvernementale faisait volontiers apparaître les éléments dominants de la société urbaine comme des forces contre-révolutionnaires qu’il fallait briser.

43Un nouveau cadre régional fut défini pour la réalisation de ces divers projets qui visent en fait, nous l’avons vu, à favoriser la pénétration de l’économie capitaliste. Or, les classes dominantes locales, dans la Sierra en particulier, apparaissaient comme des freins, des obstacles à la réalisation de ce projet. Il importait donc d’affirmer le rôle de l’État, en tant que représentant de l’oligarchie péruvienne de la Côte sous le gouvernement de Belaunde, puis comme expression du pouvoir “révolutionnaire” des militaires. C’est l’interprétation que l’on peut donner à la nouvelle politique régionale dans son désir d’élargir les cadres administratifs traditionnels et de superposer aux autorités locales, des fonctionnaires “régionaux” plus indépendants et, dans l’ensemble, mieux préparés.

44Car, et au Cuzco plus qu’ailleurs semble-t-il au Pérou, c’étaient les mêmes fonctionnaires qui, incorporés auparavant dans le système de domination, furent chargés d’appliquer les programmes de développement. Il faut voir là une conséquence de la faiblesse des classes moyennes dans notre région. Tout au plus celles-ci donnèrent-elles quelques techniciens locaux et quelques cadres moyens, qui restaient très soumis aux cadres supérieurs et aux chefs des diverses administrations. Ainsi en 1968, alors que de nombreux commerçants arrivaient à être élus maires, le préfet du Cuzco et les sous-préfets étaient tous des hacendados, les gouverneurs et juges de paix continuant à être choisis parmi les moyens et petits propriétaires métis. Tous les chefs de bureaux cuz-quéniens, bien que “profesionales”, étaient dans une immense majorité, hacendados ou liés à des familles de terratenientes. On en arriva à voir les responsables de l’application de la loi de réforme agraire être eux-mêmes des grands propriétaires, jusqu’en 1972 où les paysans réussirent à imposer leur mutation pour d’autres zones agricoles. Or l’accessibilité des services dans notre région dépend fondamentalement de ce rapport dominant-dominé.

B. Le problème de l’accessibilité des services

45Certains critères très importants dans les pays développés pour mesurer l’accessibilité des services, tels que la distance et le jeu de la concurrence, le sont comparativement moins ici. Leur faible densité d’implantation, et d’autre par leur capacité de fonctionnement rapidement limitée, font que chacun d’eux est pratiquement sans rival. La concurrence ne pourrait d’ailleurs s’exercer qu’au niveau de la classe aisée ou même moyenne qui exige rapidement un équipement meilleur que celui offert sur le plan local ; on la voit ainsi déjà se manifster pour les collèges comme pour les dispensaires.

46Les déficiences dans l’équipement sont déjà un critère plus important pour apprécier l’accessibilité des services : locaux sommaires, insuffisances du matériel et des véhicules qui seuls assureraient un certain rayonnement. Ces défauts de matériel et de personnel sont particulièrement graves dans une région où on devrait concevoir chaque dispensaire, ou chaque agence agricole, comme un service pionnier. L’organisation même du service n’a pas été pensée en fonction de la nouvelle dynamique à lui conférer. Dans un pays aux traditions bureaucratiques très solides, ils apparaissent ainsi comme trop hiérarchisés, autoritaires, paperassiers, avec une coordination entre les divers échelons, très limitée. On a souvent l’impression que toutes les constructions réalisées par les divers ministères — avec l’aide ne l’oublions pas de la main-d’œuvre indigène — sont surtout là pour justifier les crédits accordés, et non pas destinées à fonctionner véritablement.

47Tous ces critères d’accessibilité du service : distance, importance et qualification du personnel, équipement des locaux, éventuellement prix du service, peuvent être chiffrés. En faisant intervenir également la densité de la population et la densité des services de l’aire d’influence théorique, on pourrait définir un certain seuil d’accessibilité pour chacun d’eux. Mais il serait évidemment plus difficile d’évaluer ces phénomènes de mentalité et de rapport dominant-dominé qui continuent à être, au Cuzco, fondamentaux. Car, malgré la propagande qui est faite, c’est essentiellement ce problème qui éloigne encore les ruraux des services mis en place et ceci pour plusieurs raisons. Tout d’abord, parce que ce sont les agglomérations qui ont bénéficié de la grande majorité des implantations, ce qui est certainement logique, puisqu’on est assuré ainsi d’un minimum de clients, mais ce qui a facilité l’accaparement des services par les métis. Ce sont eux qui apparaissent ainsi comme les grands bénéficiaires de la politique de développement. En second lieu, parce que les indigènes, en particulier dans le domaine de la médecine, apportent leurs propres éléments de réponse à leurs besoins. Enfin, parce qu’on sent une réelle méfiance de la part des paysans vis-à-vis des fonctionnaires qui appartiennent trop à la classe des “mistis” et ont conservé des habitudes autoritaires et souvent méprisantes. Leur attitude prête d’autant plus à confusion que, nous l’avons vu, la plupart d’entre eux, pour compléter des salaires souvent modestes, se constituent toujours une clientèle privée et payante, parallèlement à l’exercice d’une fonction gratuite.

48Les jeunes techniciens et professionnels issus des classes moyennes ou populaires, se sentent à la fois plus respectueux de la personnalité indigène, et plus enthousiastes. Mais il est rare qu’ils restent longtemps dans le même poste, soit qu’ils sollicitent leur changement afin d’échapper à l’isolement et à la monotonie de la vie des petits villages, soit qu’on exige en haut lieu leur départ. Car l’équilibre est difficile à maintenir entre des réformes qu’on cherche à imposer bureaucratiquement et les désirs de la population qui sont rapidement jugés comme subversifs.

49Remplacer les fonctionnaires d’origine locale par des gens d’une autre région, de la Côte en particulier, ne résout pas davantage les problèmes, car ceux-ci ne parlent pas quechua et méconnaissent le milieu indien qu’ils ont trop souvent tendance à idéaliser. D’autre part, leur séjour au Cuzco est souvent temporaire, ce qui nuit à la continuité d’une action où le contact personnel a tellement d’importance.

50En raison de tous ces facteurs, la diffusion des services pénètre de manière très lente dans les zones rurales. Destinés à réduire les différences entre les villes et les campagnes, ils ont en fait souvent accru celles-ci. Les petites villes apparaissent ainsi relativement bien équipées, mais l’aire d’influence rurale de leurs services est extrêmement limitée. De la même manière, cette politique a accru les différences entre le centre de la zone Sud-Est, c’est-à-dire les provinces quechuas voisines du Cuzco, et ses périphéries de la puna ou des terres chaudes beaucoup moins bien pourvues.

Notes

1 Cf. Première partie. Chapitre III. Paragraphes I A et II B.

2 P.I.P. Policía de Investigación del Peru.

3 Depuis 1969, le S. I. P. A (Servicio de Investigación y de Promoción Agraria) et la onzième zone forestière ont été intégrés dans le Ministère de l’Agriculture, de la chasse et de la pêche.

4 Ces deux derniers ministères sont nouveaux (1970) et ils étaient intégrés auparavant dans le Ministère de Fomento y Obras Publicas dont le Cuzco constituait la sixième zone.

5 Districts de Marcapata et Camanti (province de Quispicanchis), Echarate (province de la Convención).

6 Le Banco de la Nación gérait en outre le commerce de certains produits de première nécessité (sel, riz. alcool à brûler) ou soumis à un monopole de l’Etat (coca, alcool, tabac). Aujourd’hui l’Empresa de la Sal commercialise le sel et E.P.S.A. (Empresa Publica de Servicios Agropecuarios), la coca et le riz.

7 Centro de Salud ; on les appelait avant 1969 Posta Médica. Quelques capitales de district comme Pillcopata et Quince Mil dans la Ceja de Montaña, ou Uripa près d’Andahuaylas, en ont également un.

8 Anta est également devenue en 1972 “oficina agraria”.

9 S.I.P.A. Servicio de Investigación y Promoción Agraria.

10 La CRYF a été supprimée comme les J.O.P. (Juntas de Obras Publicas) de Quillabamba, Puerto Maldonado et Abancay et leurs attributions sont passées aux OZAMS (Oficina Zonal de SINAMOS) de chacune de ces villes.

11 ONDECOOP (Office des Coopératives) avait des bureaux au Cuzco et dans les provinces de Desarrollo Comunal : Andahuaylas, Sicuani, Quillabamba.

12 Cooperación Popular avait des bureaux dans les villes ci-dessus et à Urubamba, Paucartambo et Yauri.

13 On comptait 141 inscrits sur le registre municipal de 1970 auxquels on doit ajouter les juges et procureurs dispensés de patentes soit environ 200 personnes sur les 243 que comptait le registre professionnel de la Cour de Justice.

14 Anuario eclesiástico del Perú - Lima - 1969.

15 B.I.D. Banque Interaméricaine de Développement.

16 Faena : travail collectif d’intérêt public.

17 SINAMOS qui a englobé cet organisme, a repris à son compte ses principaux objectifs.

18 Nous avons utilisé les statistiques de la Ve région d’Education (Relation des établissements scolaires du Primaire - Cuzco. Avril 1971) et pour la population, celle des services de santé régionaux (Area de Salud del Cuzco, Madre de Dios y Apurimac. Estimations de population en 1968 par districts et tranches d’âges).

19 Pourtant malgré toutes ces insuffisances, les taux d’analphabétisme avaient partout baissé entre les recensements de 1961 et 1972, n’étant plus que de 23 % et 56 % de la population urbaine et rurale du Cuzco pour la tranche d’âge de 6 à 16 ans, et de respectivement 31 % et 68 % pour celle de plus de 17 ans (contre 35,5 %, 77 %, 41 % et 79 % en 1961). Les différences très nettes entre les agglomérations et les campagnes soulignent l’importance des désiquilibres qualitatifs dans l’équipement scolaire et pédagogique.

20 Boletin estadistico V Region de Educacion. Cuzco - octobre 1970.

21 Boletín estadístico - V Region de Education - Cuzco - octobre 1970.

22 Les chiffres de population sont ceux du recensement de 1972.

23 Boletín estadístico del Area de Salud del Cuzco, Madre de Dios, Apurímac, Cuzco 1967-68.

24 Nous avons adopté le chiffre de scolaires de 1968 donné par la V région d’Education et le chiffre de population urbaine du S.E.R.H. (Servicio del Empleo y Recursos Humanos) en 1969.

25 La población, el empleo y los ingresos en ocho ciudades-S.E.R.H. (Servicio del Empleo ν Recursos Humanos) Lima. Abril 1971 (enquête réalisée en novembre 1969).

26 Estudio socio-económico y de salud de la urbanización de Ttío. Hospital regional del Cuzco.

27 Boletín estadístico, V Region de Educación, Cuzco, octobre 1970.

28 Boletín estadístico del Area de Salud del Cuzco, Madre de Dios, Apurímac, Cuzco, 1967-1968. Évaluations faites pour 1968.

29 G.U.E. : Gran Unidad Escolar. On appelle ainsi les collèges secondaires comportant des classes du Primaire. Cet établissement, qui abrite le collège technique, rassemblait avec l’ensemble de ses sections, toutes diurnes et nocturnes, 6 000 élèves en 1971 ; il avait une annexe à San Jérónimo.

30 Ces travaux ont été réalisés en particulier, dans les provinces de Canchis (Occobamba, Onocorra, Cangalli), de Calca (Pisaq, Coya, Lamay, Taray) et d’Anta.

31 Projet de budget de la C.R.Y.F. pour 1970.

32 J.M.G. : Junta Militar de Gobierno.

33 O.R.D.E.S.U.R. : Oficina Regional de Desarrolle del Sur — Bureau Régional de l’Institut National de Planification. Depuis janvier 1975, s’est installé au Cuzco un bureau régional de l’I.N.P. pour la région Sur-Oriente, complètement indépendant d’Arequipa et doté de moyens plus importants.

34 S.I.N.A.M.O.S. : Sistema Nacional de Apoyo a la Movilización Social.

35 Julio Cotler : La mecánica de la dominación interna y del cambio social en el Peru. América Latina ano 11, n° 1. Janeiro-Março de 1968. Rio de Janeiro, Brasil.

François Bourricaud « Changements à Puno ; Étude de sociologie andine » I.H.E.A.L. Paris-1962.

36 I.E.P. : Instituto de Estudios Peruanos.

37 Cf. le titre de l’article de Julio Cotler (note 35).

38 Repartos : Institution coloniale obligeant les indigènes à acheter certains objets.

39 Le « Gamonal » est le propriétaire foncier abusif et exploiteur.

40 Compadrazgo : il s’agit des relations et obligations d’aide mutuelle se nouant, sous le prétexte d’un événement familial souvent religieux (mariage, baptême, etc.), entre les parents de celui qui est l’objet de l’événement et ses parrains et marraines.

41 Antoinette Molinié Fioravanti : Influences urbaines et Société rurale au Pérou, le cas de Yucay. Thèse de 3e cycle. Paris, novembre 1972.

42 Le cargo est la prise en « charge » d’une fête religieuse.

Table des illustrations

Titre TABLEAU N° LXXV : NIVEAUX ADMINISTRATIFS DANS LA RÉGION SUD-EST
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1412/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 755k
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1412/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Légende (1) B.G.C.: Benemerita Guardia Civil.(2) Les secteurs correspondent, pour les aires rurales, aux commissariats urbains et regroupent généralement plusieurs provinces, « les Jefaturas de linea » correspondant au niveau de la province. Paruro et Paucartambo n’ont toutefois pas rang de ligne alors qu’Ocongate, simple district de Quispicanchis, en dirige une.(3) P.I.P. : Policía de Investigación peruana.(4) S.I.Ν.Α.M.O.S. : Sistema nacional de apoyo a la movilización social.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1412/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Fig. 31.- Répartition des services de santé dans la région Sud-Est1. Hôpital. Centre de santé.- 2. Hôpital.- 3. Dispensaire médical.- 4. Dispensaire sanitaire avec local.- 5. Dispensaire sanitaire sans local. - 6. Limite del aire d’influence des hôpitaux. Centre de santé.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1412/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 909k
Légende Fig. 32.- Établissements scolaires dans la région Sud-Est1. Collège secondaire mixte.- 2. Collège secondaire de filles.- 3. Collège secondaire de garçons.- 4. Collège secondaire de garçon nocturne.- 5. Collège secondaire de filles nocturne.- 6. Collège agricole.— 7. Collège industriel.— 8. Centre artisanal.- 9. Institi de commerce.— 10. Ecole Normale.— 11. Université.- I. Zone Cuzco.- II. Zone Puerto Maldonado.— III. Zone Abancay. IV. Zone Sicuani.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1412/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 33.- Répartition des services d’encadrement agricole dans la région Sud-Est1. Limites des secteurs agricoles.– 2. Limites des sous-secteurs.– 3. Bureau tête de zone agraire – 4 Bureaux agraires (oficinas agrarias). – 5. Agences agraires.– 6. Bureaux de base.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1412/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 679k
Légende Fig 34 - zones (OZAMS) de la ORAMS VII – Cuzco de SINAMOS.1. Siège du bureau de la ORAMS VII.– 2. Siège du bureau de la OZAMS.– 3. Numéro de la OZAMS.–4. Limites de la OZAMS.SINAMOS : Sistema nacional de apoyo de la movilización socialOZAMS : Oficina zonal de SINAMSORAMS : Oficina regional de SINAMOS.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1412/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Légende Fig 35 – Pourcentages d’enfants scolarisés dans l’enseignement primaire (par rapport aux enfants de 5 à 14 ans).1. 100 %.– 2. 60 à 90 %.– 3. 50 à 60 %.– 4. 40 à 50 %.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1412/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 801k
Titre TABLEAU N° LXXVI : ÉTABLISSEMENTS SCOLAIRES DE LA RÉGION SUD-EST (1970)
Légende Sources : V Region de Educación - Cuzco - Bulletins statistiques (oct. 1970-avril 1971).
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1412/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 918k
Titre TABLEAU N° LXXVII : POPULATION SCOLAIRE DE LA RÉGION SUD-EST EN 1968
Légende Source : Pour la population scolaire : V Region de Educación. Cuzco, 1970.Pour la population : évaluation par les services du Ministère de la Santé. Cuzco.(1) Les chiffres concernant la population de ces provinces sont très insuffisants.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1412/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende Fig. 36. — Aire d’influence de l’hôpital régional du Cuzco (1968).1.4 450 hospitalisés. – 2. 50 à 70. – 3. 30 à 50. – 4. 10 à 30. – 5. Moins de 10 hospitalisés.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1412/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 563k
Titre TABLEAU N° LXXVIII AIRE D’INFLUENCE DE CERTAINS ÉTABLISSEMENTS D’ENSEIGNEMENT DU CUZCO
Légende (1) Il s’agit uniquement ici des élèves inscrits dans les sections secondaires diurnes.(2) Il s’agit pour les provinces du Cuzco du pourcentage par rapport au chiffre départemental.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1412/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 795k
Légende Fig. 37. — Aire d’influence de l’Université du Cuzco.1. 1 650 étudiants. — 2. Plus de 250. — 3. Plus de 150. — 4. 100 a 150. — 5. 65 à 100. - 6. 40 à 60. — 7. 600 étudiants (département de Puno).
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1412/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k

© Institut français d’études andines, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter