Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco dans sa région

 | 
Jeannine Brisseau-Loaiza

Première partie. La ville et la région

Conclusion

Texte intégral

1Dans un cadre dessiné par les sommets de la Sierra occidentale où naissent les affluents de l’Apurimac-Urubamba, et défini autour de notre ville par l’histoire, et pour le Madre de Dios par les conditions récentes du peuplement et de la mise en valeur, les facteurs naturels semblent introduire dans la région Sud-Est autant d’éléments de variété et de diversité. En raison de l’altitude et d’un relief très hâché, on a sans arrêt de grands changements écologiques sur de très courtes distances. Les faits humains renforcent cette diversité ; l’étage tempéré (quechua), et en particulier la vallée du Vilcanota, apparaissent beaucoup plus peuplés et urbanisés que la puna ou la montana qui n’ont toujours été que des régions périphériques, plus ou moins bien intégrées au cours de l’histoire.

2Et pourtant, cette diversité même des milieux naturels contient son principe d’unité et d’organisation de l’espace qui est fondé sur la complémentarité et la réciprocité. A l’échelle locale, chaque cellule de production agraire (hacienda ou communauté) tend à regrouper ainsi plusieurs étages. On a le plus souvent l’association dans un même terroir de deux ou trois niveaux écologiques ; vallée et versant, vallée, versant et puna. Plus rarement intervient un quatrième niveau, représenté par les terres chaudes, comme c’était le cas à l’époque précolombienne.

3La période coloniale a en effet rompu un système qui était plus complet pendant l’Empire inca, mais elle ne l’a pas complètement fait disparaître. On peut même dire qu’elle l’a repris et en quelque sorte institutionnalisé, tant au sein de l’hacienda, qui, nous l’avons vu, tend à juxtaposer plusieurs terroirs de manière à assurer la subsistance des Espagnols nouveaux maître du sol, que dans le cadre des divisions administratives. Celles-ci, au moins au coeur de notre région, c’est-à-dire de part et d’autre de la vallée du Vilcanota, associent ainsi plusieurs niveaux : deux généralement pour les districts, terres tempérées et froides, trois souvent pour les provinces (terres tempérées, froides et chaudes).

4En second lieu, la conquête espagnole n’a pas supprimé les échanges entre étages biogéographiques qui servent de ciment à cette organisation de l’espace en fonction du milieu naturel. Toute l’économie coloniale s’établit en fait sur trois échelles d’échanges entre étages écologiques : locale, régionale et inter-régionale. A l’échelle locale (les unités de peuplement et les districts), et régionale (la province ou même l’Intendance du Cuzco), ils demeurent fondamentaux dans une économie d’auto-subsistance qui est loin d’être autarcique. A l’échelle inter-régionale, ils s’intègrent dans l’économie du Haut-Pérou. Celle-ci était en effet fondée sur les liens commerciaux entre l’altiplano où étaient les centres miniers, la côte avec la capitale et son port, enfin ce centre de ravitaillement et de main-d’oeuvre qu’était le Cuzco. Il convient d’ajouter d’ailleurs que ce système s’élargissait à la métropole espagnole qui, par l’intermédiaire de Lima, le commandait.

5Après l’Indépendance, les échanges inter-régionaux furent modifiés avec la fin des activités minières et le développement des fonctions de la capitale et de l’économie de la Côte péruvienne. A un espace qui était resté andin, se substituait un ensemble qui prétendait être national (Côte, Sierra, montana), mais était en fait dirigé par la Côte. Celle-ci apparaissait comme davantage capable de s’intégrer dans une économie plus que jamais fondée sur la dépendance vis-à-vis des centres extérieurs (européens, puis nord-américains). La Sierra fut ainsi progressivement marginalisée. Si les relations avec les niveaux nationaux ou même inter-régionaux furent considérablement ralenties, les échanges furent maintenus à l’échelle locale et régionale, s’amplifiant même avec les terres chaudes où progressait la colonisation.

6Les agglomérations ont eu leur place dans cette structure régionale. Elles ont été fondées au contact de deux ou trois unités écologiques et sont suffisamment anciennes pour avoir su s’insérer dans les échanges. Elles ont été d’ailleurs conçues en quelque sorte pour cela, puisqu’elles étaient des marchés et des lieux de résidence pour les fonctionnaires-propriétaires terriens. Elles devinrent petit à petit des points de concentration du commerce muletier. Les plus petites le furent à l’échelle locale, les autres à celles du corregimiento ou de la province. Certaines réussirent à s’intégrer dans l’économie du Haut-Pérou qui suscita un intense trafic muletier entre Lima, Potosi et le Nord-Est argentin. Au contraire, au xixe siècle, à une époque de rétraction des échanges inter-régionaux, leur activité se concentra à nouveau au seul niveau local. Le rythme des activités des villes reflétait donc celui de l’économie péruvienne avec ces trois niveaux écologiques, et ses trois dimensions spatiales.

7Les liens entre ces agglomérations et leur campagne étaient essentiellement de domination et d’exploitation. Celle-ci se faisait par l’intermédiaire de la possession de la terre, du contrôle du marché, et de la détention du pouvoir et de l’autorité. La perception du tribut, puis au xixe siècle de l’impôt sur les indigènes, de même que tous les dons exigés ou les charges imposées pour le fonctionnement des services administratifs et religieux, étaient également un contrôle économique sur les excédents des paysans. Au niveau social et culturel, les agglomérations enfin, symbolisaient la domination des métis sur le monde rural indigène.

8Les fonctions du Cuzco n’étaient pas fondamentalement différentes de celles des autres agglomérations ; elles étaient seulement hiérarchiquement supérieures. La ville avait un poids historique et démographique beaucoup plus important que celui des autres agglomérations régionales. Mais son rôle sur les campagnes était essentiellement parasitaire et les relations s’établissaient surtout avec des propriétés terriennes des Cuzquéniens, suivant le schéma précédemment défini.

9Aujourd’hui un rôle nouveau est proposé aux villes. Il s’agit à partir d’elles d’intégrer les régions rurales à l’économie de marché et d’y faire pénétrer les modèles de consommation, et les valeurs de la société urbaine occidentale. On essaie ainsi de mieux unifier l’espace national et d’accroître ses liens avec les centres urbains industriels de la côte, et en premier lieu avec Lima. On a donc à nouveau une tentative d’élargissement de l’espace régional, alors même que des fonctions plus dynamiques sont proposées aux villes, au Cuzco en particulier. Nous étudierons donc quelles sont en premier lieu les nouvelles influences de l’ancienne capitale incaique, puis comment les structures maintenues depuis la Colonie, et en particulier notre organisation régionale définie par le milieu naturel et l’histoire, ont été capables d’enregistrer ces changements.

TABLEAU XX : MILIEUX NATURELS ET NIVEAUX D’ORGANISATION DE L’ESPACE

TABLEAU XX : MILIEUX NATURELS ET NIVEAUX D’ORGANISATION DE L’ESPACE

10La disposition verticale des accolades est par ordre de fréquence décroissante du haut vers le bas.

Table des illustrations

Titre TABLEAU XX : MILIEUX NATURELS ET NIVEAUX D’ORGANISATION DE L’ESPACE
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1407/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 656k

© Institut français d’études andines, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter