Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Cuzco dans sa région

 | 
Jeannine Brisseau-Loaiza

Première partie. La ville et la région

Chapitre III. L’évolution historique des fonctions et de l’influence régionale de la ville du Cuzco

Texte intégral

1La permanence de la ville du Cuzco, depuis l’époque précolombienne, est un fait original en Amérique. Le phénomène urbain est certes ancien sur ce continent, à la différence de l’Afrique noire, mais la plupart des agglomérations fondées par les diverses civilisations américaines avant la conquête européenne, sont aujourd’hui des villes mortes. Les autres sont coloniales ou même beaucoup plus récentes, nées avec la mise en valeur économique du xixe et du xxe siècles. On peut rapprocher le cas du Cuzco de celui de Mexico, puisque les deux villes, ont été les capitales des deux principales civilisations soumises par les Espagnols, avec même, en raison de leur situation en altitude au cœur de la masse montagneuse, des problèmes d’organisation de l’espace comparables. Là s’arrête cependant nos possibilités de rapprochement, car le Cuzco a perdu son rang de capitale, et sa population actuelle, ses fonctions sont bien moindres que celles de la métropole mexicaine.

  • 1 Cf. Horacio URTEAGA. Las tres fundaciones del Cuzco. Lima, 1933

2Intéressante à étudier pour essayer de mieux comprendre le rôle actuel de la ville, cette permanence du fait urbain n’est pas facile à saisir. C’est un problème de sources (et de leur interprétation sans cesse remise en question par de nouvelles découvertes archéologiques et méthodes de recherche). C’est surtout pour le géographe un problème conceptuel. Le Cuzco a eu en effet trois fondations successives1. Or, chacune d’elles, ou au moins les deux dernières, l’incaïque et la coloniale, non seulement répondent à un concept de ville différent de celui définie pour notre civilisation occidentale, mais en outre, s’intègrent dans un cadre territorial, politique, socio-économique et culturel différent. Aujourd’hui, c’est notre conception occidentale et un nouveau cadre qui essaient de s’implanter en se heurtant souvent à l’héritage des deux civilisations précédentes particulièrement vivace dans l’ancienne capitale incaïque. Il importera donc de définir pour chaque période, à la fois le concept de ville, notamment du point de vue des fonctions, et la structure de l’espace dans lequel il fonctionne.

I. - A L’EPOQUE INCAIQUE, CUZCO CAPITALE D’UN VASTE EMPIRE

  • 2 Voir à ce sujet Angel ROSENBL AT. La poblacion y el mestizaje en América Buenos Aires. 1954, 2 vol (...)
  • 3 John ROWE. « Inca culture at the time of the Spanish Conquest ». Handbook of South American Indian (...)
  • 4 John ROWE. « Inca culture at the time of the Spanish Conquest ». Handbook of South American Indian (...)
  • 5 W. BENNETT & J. BIRD «Andean culture history». Handbook n° 5. New York. 1945.
  • 6 KUBLIR «The Quechua in the colonial world». Handbook of South American Indians, vol. II, Washingto (...)
  • 7 A. ROSENBLAT. Op. Cit. Cet auteur donne 500 000 habitants pour l’Equateur. 2 M pour le Pérou, 800  (...)
  • 8 Nathan WACHTEL. La vision des vaincus. Gallimard. 1971.

3Capitale d’un territoire très étendu dont elle occupait à peu près le centre -ou si l’on veut dont elle était le “nombril”, pour reprendre la signification étymologique la plus couramment admise du mot “qosqo” en quechua- tête d’un empire très centralisé, dans lequel l’économie était contrôlée par l’Inca, il est permis de supposer que les fonctions de la ville étaient très importantes. Avec l’empereur Pachacutec, et ses successeurs Tupac Inca et Huayna Capac, de nouvelles conquêtes étendent la domination des Incas à un territoire immense, s’étirant le long du Pacifique, sur 4 000 km environ et 36° de latitude, du Rio Ancasmayo dans l’actuelle Colombie, au Rio Maule, dans le Chili central, au sud de Santiago. Le chiffre de population de l’Empire est très discuté. Celui de 20 M. d’habitants donné par Vicente Fidel Lopez et Ph. Ainsworth Means (ce dernier allant jusqu’à 32 M.2, a été ramené aux alentours de 10 M. (César Antonio Ugarte, Julio C. Tello, José Carlos Mariategui, Horacio Urteaga, etc..3, puis de 6 M. (John Rowe4, Bennett)5 et même autour de 3 M., 3,5 M. pour Kubler6 et pour Rosenblat7. Cependant, Nathan Wachtel, s’appuyant sur les travaux de S.F. Cook et W. Borah et sur ses propres recherches, parle à nouveau de 7 à 8 M. d’habitants, voire 10 M.8.

  • 9 Henri FAVRE. Les Incas. P.U.F. Que sais-je? 1972.
  • 10 Henri FAVRE. Les Incas. P.U.F. Que sais-je? 1972

4La ville semble avoir été avant tout un centre de décision politique et un sanctuaire religieux. L’Empereur et sa cour y résidaient et il y avait à partir d’elle des déplacements de troupes et de fonctionnaires (Apus des quatre suyus, Curacas des tribus conquises, Tokoyrirok, sortes d’inspecteurs impériaux). Tous les chroniqueurs ont insisté sur la fonction religieuse et sur les grandes fêtes qui attiraient des gens de province (Capac-Raymi en Décembre-Janvier. Inti Raymi en Juin). La ville apparaissait ainsi comme le “lieu à partir duquel l’Empereur ordonnait le chaos pour le transformer en Cosmos. Par elle, communiquaient les trois plans de la création : le plan supraterrestre des dieux, le plan terrestre des hommes et le plan infraterrestre des morts...9. C’était l’ushnu, le site privilégié où les dieux et les ancêtres divinisés consentaient à être évoqués”10.

  • 11 Uriel GARCIA. Sumas para la historia del Cuzco. Cuadernos americanos. Méjico. Mayo-Junio 1969.

5Les centres artisanaux semblent avoir été nombreux dans la ville, ainsi qu’en témoignent les innombrables restes archéologiques. Selon Uriel Garcia11, des ateliers étaient associés aux principaux palais et aux édifices religieux. Beaucoup d’artisans, parfois venus de lointaines provinces, vivaient également dans les douze faubourgs périphériques. On travaillait, au Cuzco, les métaux précieux tels que l’or et l’argent, mais aussi le bronze et le plomb. On y fabriquait les tissus les plus fins (Qompi) pour l’Inca et sa famille, et on y réalisait de somptueux vêtements dans lesquels la laine ou le coton se mêlaient à l’or, aux plumes ou aux coquillages. Il y avait de nombreux céramistes et sculpteurs sur bois. Enfin, la ville s’agrandissant à l’avènement de chaque empereur, on peut imaginer de grands chantiers attirant des tailleurs de pierre, des maçons etc.. De la même manière, les nécessités de la “cour impériale” et des temples appelaient les services de nombreux provinciaux : gardes, cuisiniers, serviteurs, porteurs, musiciens, danseurs, “quipucamayoc” (les responsables des quipus). Certains sujets de l’empire étaient astreints à des déplacements vers le Cuzco pour y accomplir des travaux ; ainsi, les Rucana (de l’actuel département d’Ayacucho), comme porteurs, les Chumpivilca, comme danseurs à la Cour, et même les Chicha du Nord-Ouest argentin livrant des bûches de bois résineux pour les sacrifices. On peut également ranger, dans cette catégorie, les jeunes filles de province envoyées, en raison de leur beauté et de leur habileté manuelle, vers l’Acllahuasi de la capitale.

  • 12 Garcilaso de la VEGA - Obras completas. Biblioteca de autores españoles. Madrid. 1960. 4 volumes.
  • 13 John MURRA The économie organization of the Inca State. Chicago 1956. Thèse polycopiée.

6Tous les chroniqueurs parlent des marchés du Cuzco ou “Katu” ; on en ignore cependant la localisation. Selon Garcilaso de la Vega12, il y avait trois foires par mois “afin que les travailleurs des champs puissent venir au marché écouter ce que l’Inca et son Conseil avaient ordonné”. Le marché avait donc déjà ce caractère économique et social qu’il a toujours conservé. On pouvait s’y ravitailler en produits de la Sierra mais on y échangeait également -toujours selon les chroniqueurs- grâce au troc, des produits rares venant d’autres régions. De la côte, provenaient le coton, certaines teintures, des calebasses, de l’arachide, des algues entrant dans la composition de certains plats, des coquillages, du poisson séché ou frais pour l’Inca. De la ceja de montana et de la montana, on faisait venir la coca, le coton, l’arachide, quelques tubercules, le tabac, des fruits et des fleurs, des haricots, des plantes médicinales, l’achiote et divers colorants ; de ces régions chaudes, provenaient également les plumes (en particulier des peaux de chauve-souris qui servaient à fabriquer un vêtement spécial pour l’Inca). des peaux, des fibres végétales, du bois (dont la chonta, bois noir très résistant), de l’or enfin. On sait enfin que les Espagnols furent étonnés par le nombre de “greniers” (colqas) renfermant en abondance des denrées, des tissus et des armes de toutes sortes. Ces entrepôts étaient remplis par les récoltes des terres de l’Inca ou de la religion et par les tributs versés en produits. La ville drainait donc toute une partie de la production de sa campagne environnante comme des régions plus éloignées. Mais sa fonction de redistribution devait être très limitée. Les répartitions de vivres, en particulier lors des années de pénurie ou pendant les guerres, se faisaient à partir des entrepôts aménagés à cette fin dans chaque région. L’organisation territoriale de l’empire était fondée d’autre part sur une certaine autarcie économique des provinces, dont chacune groupait des milieux naturels différents. A la base, l’ayllu répondait à la même nécessité. Les échanges étaient d’ailleurs limités par les moyens de transport utilisés —essentiellement le portage à dos d’hommes ou de lama— les distances énormes et les obstacles d’un relief très compartimenté. L’historien américain, John Murra13 pense ainsi que le commerce était inexistant dans l’empire.

  • 14 Capacñan . “Chemin des Puissants” : il unissait Quito à Iucuman, par Cajamarca. Jauja. Vilcashuamá (...)

7Le réseau des chemins et des tambos, aussi remarquable qu’il nous paraisse, avait donc une finalité beaucoup plus politique et stratégique qu’économique. Il était réservé aux troupes et aux convois ravitaillant les entrepôts publics. On sait qu’il était formé de deux artères principales : le chemin de la Sierra, long de quelques 5 200 km, appelé Capacnan ou Incanan14, et celui qui longeait la côte du Pacifique, plus court (4 000 km), avec entre les deux des pistes plus étroites. Toutes n’étaient que des voies de terre ou de gazon, rarement pavées, mais souvent protégées par des murailles et remarquablement balisées, à la fois par des “topos” indiquant les distances, et par ces maisons de poste-entrepôt que sont les “tambos”. Ceux-ci ont été d’ailleurs à l’origine de la formation des principales villes et ont pu ainsi établir une première hiérarchie urbaine. Ils étaient répartis selon une distance variant entre 50 et 60 km, ce qui permettait de les atteindre en un jour de marche à pied. A 15 km, puis à 30 km de chaque tambo, on trouvait des relais intermédiaires Chaskihuasi et Tambillo. Enfin, à 250 km de distance, il y avait un Huamani, à la fois tambo et capitale de province.

  • 15 Selon CHAVEZ BALLON, chacun de ces trois chemins aurait eu d’ailleurs une fonction spécifique : le (...)

8On suit très bien cette hiérarchie dans les environs immédiats du Cuzco, d’où partaient les douze chemins principaux de l’Empire, à raison de trois par suyus15. On repère ainsi facilement quatre tambos : vers le Chinchaysuyu, Limatambo, vers le Cuntisuyu, Pacarrectambo (à distance légèrement inférieure) vers l’Antisuyu, deux tambos sur deux chemins menant à la selva : Ollantaytambo et Paucartambo. On ne sait pas exactement si Urcos était le tambo du Collasuyu ou seulement un tambillo et, dans ce cas, si le tambo ne serait pas plutôt Accos ; Pisaq, Chincheros et Izkuchaka, étaient à leur tour des tambillos sur les routes conduisant respectivement à Paucartambo, Ollantavtambo, Limatambo. Sur l’une des pistes de la selva, on suit bien également la succession des relais depuis le Cuzco, chacun à un jour de marche du précédent : Ollantaytambo, Macchu Picchu, Vilcabamba, et enfin, les haciendas de coca, Echarate et Sahuayaco en particulier. De même, Abancay était à un jour de Limatambo, elle-même à un jour du Cuzco.

9Certaines régions étaient plus favorisées que d’autres par l’intensité de leurs liaisons avec la capitale. Ainsi, l’Equateur avant la division de l’empire, Cajamarca, la côte péruvienne centrale autour du sanctuaire de Pachacamac, les vallées de Huánuco et Jauja. Par contre, le nord chilien n’a vraisemblablement connu qu’une domination militaire. La région immédiatement voisine de la capitale semble avoir vécu en étroite association avec elle. Ainsi la vallée de l’Urubamba autour de Yucay, le plateau de Chincheros et même les vallées de ceja de montana, pourtant plus difficiles d’accès.

10En conclusion, le Cuzco exerçait sur l’empire un grand contrôle et en tirait à la fois ses ressources et sa population. La présence de l’Inca, ses temples, lui donnaient un caractère incontestable de capitale et de sanctuaire, qui a survécu dans la mythologie quechua actuelle. Pourtant, si elle recevait beaucoup, la ville donnait peu et elle a été incapable, malgré la volonté de ses souverains, d’unifier l’empire. 11 est vrai que les conquêtes étaient récentes, les peuples soumis très divers et les distances énormes pour une technologie des transports et de la production très limitée. Les déplacements des “mitimaes”, ces colons déportés des territoires annexés pour s’établir au Cuzco -ou ces quechuas, “Incas par privilège”, envoyés pour mettre en valeur les régions récemment conquises n’ont pas suffi pour assimiler les peuples soumis. Le quechua était loin d’avoir remplacé les langues autochtones et ce sont surtout les missionnaires espagnols qui semblent avoir contribué plus tard à son expansion dans le Nord du Pérou, comme en Equateur et en Bolivie. La présence de restes architecturaux et de céramiques incas ne sont pas suffisants pour prouver que toutes les provinces étaient bien intégrées dans l’Empire. La décision de Huayna Capac d’aller s’installer dans la ville qu’il avait créée en Equateur (Tumibamba, l’actuelle Cuenca) semble au contraire consacrer le besoin d’autonomie de certaines régions. Ce choix, à l’origine stratégique et militaire, conduisit au partage de l’Empire entre les deux fils de Huayna Capac, Atahuallpa qui resta au Nord et Huáscar au Cuzco. Ces dissenssions internes ne sont pas une des moindres raisons expliquant le rapide succès des Espagnols.

II. - LE CUZCO A L’EPOQUE COLONIALE, FOYER ECONOMIQUE IMPORTANT DU HAUT-PEROU

11Le destin de la ville change radicalement après la Conquête espagnole, en particulier après son investissement par les petites troupes de Pizarro, le 15 novembre 1533. Les conditions politiques, économiques, sociales et culturelles, sont bouleversées, en même temps que s’impose une nouvelle conception de l’espace. Le centre de gravité du Pérou se déplace alors de la Sierra vers la Côte. Le Cuzco perd son rang de capitale et ne devient plus que le centre secondaire d’un nouveau territoire commandé par Lima, dépendant d’une métropole européenne fort lointaine, mais qui cherche à imposer sa présence en toute chose.

12Les Andes ne perdent pas complètement, toutefois, leur prépondérance et on conserve, au moins jusqu’au milieu du xviiie siècle, la conception d’un Empire andin à cause de l’importance accordée aux mines. Dans un système fondé sur les deux villes de Lima, siège de la Vice-Royauté et port sur le Pacifique et de Potosi, grand centre minier, le Cuzco joue un rôle capital de ville-étape. Elle pouvait, de même, servir de base à d’éventuelles explorations vers la forêt amazonienne et son “Eldorado”. II apparaissait fondamental, par ailleurs, de la surveiller politiquement et militairement pour prévenir de possibles révoltes. Elle conserva donc une importante fonction de commandement politique, militaire et religieux, non plus nationale mais seulement régionale. Elle devint, petit à petit, une ville de résidence pour les propriétaires terriens au fur et à mesure que les plantes et les animaux importés d’Europe s’acclimataient à l’étage tempéré. La région s’incorpora alors, plus étroitement, au système économique du Haut-Pérou minier en fournissant au Potosi, non seulement de la main-d’œuvre, mais la coca, le sucre et les tissus de ses nombreuses manufactures.

A. Le nouveau cadre régional et ses activités économiques

  • 16 Nathan WACHTEL. La vision des vaincus. Gallimard. 1970, p. 140 et suivantes.

13On a insisté à juste titre sur la diminution de la population indienne au début de la Colonie. Les études récentes de Nathan Wachtel montrent qu’entre 1530 et 1560, la population a diminué de 60 à 65 % dans l’ensemble des pays qui formaient l’Empire inca. La vallée de Yucay passerait ainsi de 3 000 hab en 1530 à 800 en 1552, et à 780 en 155816. Cette baisse de la population est le résultat des guerres provoquées par la Conquête, de l’introduction de maladies par les conquérants, de destructuration de l’économie et de la société, du travail forcé vers les mines et des progrès de l’alcoolisme. A une forte mortalité masculine correspondrait alors une diminution de la natalité à partir de 1550 qui se serait poursuivie au xviie siècle. Ce n’est qu’au milieu du xviiie siècle qu’on voit s’amorcer une reprise de la croissance démographique, conséquence du retour à la stabilité après le long traumatisme de la Conquête, et de la réelle prospérité du Cuzco au milieu du xviiie siècle. La fin de la Colonie s’accompagne à nouveau dans notre région d’une sensible baisse démographique, à la suite de la révolte de Tupac Amaru et de la crise de l’industrie et du commerce des textiles.

  • 17 Relaciones geograficas de Indias ; ed. par M Jimenez de la Espada. Madrid, 1881-1897, 4 vol. ; réé (...)
  • 18 COSME BUENO. Geografía del Perú Virreinal. Lima. 1951.

14Cette crise démographique ne saurait toutefois faire oublier la relative richesse de l’économie régionale fondée sur ses propres ressources et sur son intégration dans le système économique du Haut-Pérou minier. En lisant les Relaciones, Geograficas de Indias17 ou la description de la province ecclésiastique du Cuzco, faite par Cosme Bueno dans sa Géographie de !a Vice-Royauté du Pérou18, on est surpris de constater la permanence qui existe dans les paysages et dans l’économie, entre le Cuzco colonial et l’actuel. On y retrouve les mêmes villages avec leurs maisons de pierre ou d’adobe aux toits de chaume, leur église imposante accompagnée, alors, d’un hôpital. Dès 1586, on a ce mélange entre cultures européennes (blé, orge) et autochtones avec des rendements qui sont semblables à ceux qu’obtiennent aujourd’hui la plupart des comuneros. Les provinces hautes apparaissent déjà vouées à l’élevage ovin et les sièges de mines y sont nombreux. Leurs pasteurs troquent la laine et la viande séchée contre les produits des agriculteurs des vallées. Beaucoup vont se louer dans “les Andes” où pousse la coca, afin de se procurer l’argent nécessaire au paiement du tribut. Il est fait allusion à ce commerce du sel qui existe toujours à partir des salines de Maras, San Sebastian et Occopata (Paruro). Cosme Bueno parle de la prospérité de la plaine d’Anta (“le grenier du Cuzco”), des vallées d’Urubamba et d’Oropeza et de la province de Paruro (Partido de Chilques y Masques) qui nous semble pourtant bien pauvre et oubliée aujourd’hui. Il cite les plantations de canne à sucre d’Abancay et apporte la preuve que toutes les vallées de la ceja de montana cuzquénienne et punénienne étaient mises en valeur pendant la Colonie avec des haciendas de coca, canne à sucre et même coton.

  • 19 Les obrajes se distinguaient des chorrillos par leur taille plus importante et surtout par la prés (...)
  • 20 Maximiliano MOSCOSO. Apuntes para la historia de la industria textil en el Cuzco. Revista universi (...)

15Cet auteur nous présente l’artisanat comme une activité florissante, tant dans la ville du Cuzco (travail du bois, imagerie religieuse, dorure, chappellerie, chocolaterie) qu’en province où il y avait de nombreux moulins et surtout d’importantes fabriques de tissus de laine (obrajes et chorrillos)19. Ceux-ci fabriquaient la bayeta ou Ropa de la tierra qui s’opposait à la Ropa de Castilla importée et plus fine. Maximiliano Moscoso a pu dénombrer dans l’évêché colonial du Cuzco 18 obrajes et 24 chorrillos, y ajoutant trois chorrillos importants et de nombreux autres de communautés, dont l’existence est connue mais dont on n’a pas retrouvé de preuve dans les archives20. Ces fabriques étaient situées dans la ville même où l’auteur a repéré 3 obrajes successifs fonctionnant au xvie siècle (K’ayra), en 1664 (Tiobamba) et en 1766 (Huancaro) et de multiples chorrillos en particulier dans les quartiers de Santa Ana, San Blas, Belen. Ils appartenaient le plus souvent à des couvents ou des églises.

  • 21 Ce partido englobait alors l’actuelle province d’Acomayo.
  • 22 Maximiliano MOSCOSO ; Op. cit.

16En dehors de la ville, l’industrie textile semble avoir été particulièrement active dans quatre provinces : Quispicanchis21 (6 obrajes successifs et 6 chorrillos), Paururo (3 obrajes et 5 chorrillos), Chumbivilcas (un obraje et trois chorrillos), Canas enfin avec de multiples chorrillos de communautés indigènes. Plus près du Cuzco, Urubamba et Anta ont eu chacune deux obrajes sucessifs dont celui que les Jésuites possédaient à Pichuychuru dans Zurite et qui avait en 1770,44 métiers à tisser, 22 cardeurs, un batan et une rancheria de 150 chambres pour loger les travailleurs22. La tradition de cette industrie textile subsista dans la région du Cuzco où à la fin du xixe siècle d’importantes manufactures de laine s’installèrent, en particulier à Lucre et Huaro où il y avait des obrajes ; dans les provinces de la puna, on continue aujourd’hui encore à tisser de manière artisanale de la bayeta.

  • 23 Dans la description de la ville et des mines du Potosi faite en 1603 et publiée dans les “Relation (...)

17La production de ces différentes fabriques alimentait un important commerce avec le Potos23 et, au-delà, le Nord-Ouest argentin, se greffant ainsi sur le système économique du Haut-Pérou colonial. Celui-ci reposait fondamentalement sur deux éléments : l’expédition des lingots d’argent du Potosi - ou secondairement de Cailloma (Arequipa) - vers Lima d’où ils étaient exportés vers l’Espagne l’importation de marchandises métropolitaines dont avaient besoin les Espagnols du Cuzco, du Potosi, de Chuquisaka (sucre) ou du Nord-Ouest argentin, qui étaient obligés de les recevoir de la capitale de la Vice-Royauté. Ce trafic empruntait deux routes dans notre région ; l’une, l’ancien chemin royal des Incas, passait par Huamanga, Abancay, et le Cuzco. Outre les produits précédemment cités, elle acheminait vers le Potosi une partie du mercure extrait à Huancavelica. L’autre, plus secondaire, passait par Coporaque et conduisait au port de Chala d’où l’on rejoignait Lima en bateau. D’autres voies existaient depuis Arequipa ou depuis Tacna.

  • 24 Cf. Les “Relaciones Geograficas” et le livre de Cosme BUENO ; op. cit.
  • 25 Maximilio MOSCOSO ; op. cit.
  • 26 Maximiliano MOSCOSO ; op. cit.

18La chance du Cuzco qui se trouvait sur la route la plus longue et la plus difficile, est d’avoir pu créer ses propres échanges régionaux et accaparer ainsi toute une partie du trafic général à son profit. La ville avait alors en effet des atouts économiques bien supérieurs à ceux d’Arequipa. Elle était, en premier lieu, plus peuplée et apparaissait donc comme un centre de consommation plus important pour les produits importés de la Castille. En second lieu, elle pouvait exporter vers Potosí, à la fois des tissus et des produits tropicaux (coca, sucre, alcool) venus des vallées chaudes de la Convención, Paucartambo et même, pour le sucre, d’Abancay24. Ce commerce atteignait les villes du Nord-Ouest argentin Santiago del Estero, Salta, Tucumán et se prolongeait même jusqu’au Rio de la Plata qui faisait partie jusqu’en 1776 de la Vice Royauté de Lima. Le piémont argentin fournissait à son tour un important commerce de mules qui animait toutes les foires de notre région, celles de Tungasuca et de Coporaque en particulier. Dans cette dernière, venaient des acheteurs de Lima qui revendaient par la suite les mules argentines au marché de bétail de Lurín25. Selon Maximiliano Moscoso, ce commerce a duré jusqu’au début de notre siècle où on voyait encore des concentrations de mulets dans les haciendas aux portes du Cuzco (Huánchac, T’tío, Huancaro, Puquín, etc..)26.

  • 27 Cf. Les “Relaciones Geográficas” et le livre de Cosme BUENO ; op. cit.

19De même, les mines du Cuzco, à l’échelle péruvienne ont pu entretenir quelques activités régionales en particulier dans les provinces de Canchis, Paruro, Chumbivilcas, Quispicanchis et Espinar27. Deux mines de cette dernière province, récemment fermées, conservent les traces d’une exploitation coloniale et peut-être même plus ancienne : Condorama et Suykutambo. Dans la ceja de montaña, on exploitait l’or, non seulement à Carabaya qui dépendait alors du Cuzco, mais aussi à Marcapata et dans la Convención.

  • 28 Michèle COLIN. Le Cuzco à la fin du xviie siècle et au début du xviiie siècle. Paris, I.H.E.A.L., (...)

20Ainsi, loin d’être une région très isolée et sans ressources, comme veut le montrer le livre de Michèle Colin28, le Cuzco semble avoir connu, au contraire, pendant la Colonie, une réelle prospérité. Celle-ci était-elle plus ou moins importante qu’à l’époque incaïque, il est très difficile de l’affirmer. Mais elle l’était sans conteste beaucoup plus qu’après l’Indépendance du Pérou, qui marque une très nette décadence du Cuzco à l’échelle régionale, et certainement plus encore nationale. Le Cuzco actuel est riche des témoignages de la prospérité économique de l’époque coloniale. Dans la ville ainsi que dans la plupart des capitales administratives, on rencontre des églises richement décorées et de belles maisons coloniales. Ainsi à Chincheros, Andahuaylillas, Huaro, Tinta capitale de l’immense province de Canas y Canchis, Maras centre d’un actif commerce du sel et des grains et, même, dans des villages aujourd’hui isolés comme Mollepata, Huanoquite, Accha et Colquemarca...

Fig. 12.- La Haut-Pérou colonial

  • 29 Maximiliano MOSCOSO ; op. cit.

21Quant à la population, il est difficile d’insiter, comme le fait Michèle Colin, sur la misère et l’exploitation des indigènes car leur situation ne devait pas être pire que celle qu’ils ont subi jusqu’à une époque très récente. Les usurpations de terre et les abus des grands propriétaires se sont en effet accentués après l’Indépendance et l’essor démographique actuel rend de plus en plus exiguës les terres cultivables disponibles. Sur la fortune des Espagnols et des créoles, M. Moscoso cite le témoignage de testaments et de dots de Cuzquéniennes comportant des richesses en terres, en maisons, en argent, en vêtements29. Ils n’étaient inférieurs qu’à ceux de Potosí, mais étaient aussi importants que ceux de Lima et de Buencs-Aires. Cette richesse de la classe dirigeante n’a cessé d’augmenter au début du xviiie siècle. En province, on devine l’existence d’une classe métis aisée, celle de caciques locaux ou d’arrieros enrichis dans le commerce. C’est de cette classe que sont issus Tupac Amaru et plusieurs héros de l’Indépendance péruvienne (les frères Angulo, Mateo Pumacahua...). Dans l’opposition du cacique de Coporaque, Sinanyuca, à celui de Tungasuca, Tupac Amaru, on devine les rivalités économiques des deux villes de foires du Sud cuzquénien.

B. Les fonctions et l’influence régionale de la ville

22Comme sa structure et son paysage urbain le montrent, le Cuzco était avant tout une ville de gens d’église, de fonctionnaires civils et militairs, tous en outre propriétaires terriens. Son rôle commercial et artisanal apparaît secondaire et surtout ne lui confère pas une influence aussi étendue que la fonction administrative, par suite de l’existence, nous l’avons vu, de centres économiques rivaux dans la même région. Administrativement, comme économiquement, la ville avait perdu son rôle de commandement, son pouvoir de décision et de contrôle ; elle n’était plus qu’un relais dans les influences de Lima ou, épisodiquement pour la justice, de Charcas.

  • 30 Cet hôtel de la Monnaie est important à signaler car c’est le seul au Pérou en dehors de ceux de L (...)

23Son aire d’influence administrative était sensiblement plus étendue qu’à l’époque actuelle. Elle n’est pas facile à définir car, d’une part, les limites varient pour chaque administration et, d’autre part, parce qu’il y a eu une évolution dans les divisions administratives au cours de la Colonie. La circonscription de base à la fois administrative, militaire et dans une certaine mesure judiciaire, était le Corregimiento. Au point de vue financier, en particulier pour la collecte du tribut, le Cuzco était la tête d’un des partidos de la Vice-Royauté du Pérou et le siège d’une Caja Real (avec un hôtel de la MOnnaie30 de laquelle dépendaient quinze provinces. Judiciairement, le Cuzco, à partir de 1563 a appartenu à la Real Audiencia de la Plata ou Charcas dont le siège était à Sucre. Dès 1568, il était cependant rattaché à celle de Lima, dont la frontière fixée en 1573 à Ayaviri, Asillo et Hatuncana, laissaient cependant dans l’Audiencia de Charcas, certaines provinces dépendant de l’évêché du Cuzco. Tardivement, en 1788, le Cuzco devint à son tour siège d’une nouvelle Audiencia, dont la juridiction recouvrit celle de l’évêché.

  • 31 Huamarga et Arequipa dépendaient également, à l’origine du prélat du Cuzco, avant de devenir à leu (...)

24Les circonscriptions religieuses sont les plus intéressantes, car elles ont été les plus stables et les plus hiérarchisées. Le Cuzco était le siège d’un évêché, dépendant de l’archevêché de Lima et contrôlant 14 provinces ecclésiastiques, elles-même subdivisées en curatos ou doctrinas31 ; ces 14 provinces étaient d’ailleurs toutes des corregimientos. Enfin, au xviiie siècles, en 1784, on créa les intendances et le Cuzco fut placé à la tête de l’une d’entre elles groupant 14 partidos correspondant également aux anciens corregimientos ; la ville avait alors un rôle de commandement et de contrôle régional, puisque s’inspirant de l’administration française, les intendants espagnols avaient des fonctions de police, justice, finances et guerre.

25Ces 14 partidos du xviiie siècle correspondant aux corregimientos et aux 14 provinces ecclésiastiques de l’évêché du Cuzco, constituent une division commode pour connaître l’aire d’influence de la ville. Ce sont : Cuzco, Calca y Lares (qui englobait à la fois l’actuelle province de la Convencion et une partie de celle d’Urubamba), Paucartambo, Quispicanchis (qui groupait les actuelles provinces d’Acomayo et de Quispicanchis), Chilques y Masques (aujourd’hui Paruro), Urubamba, Canas y Canchis (dont la capitale était Tinta et qui comprenait les provinces républicaines de Canchis, Canas et Espinar), Chumbivilcas (avec une partie de l’actuel département d’Arequipa appelé le partido de Condesuyos del Cuzco), le corregimiento d’Abap, cay (qui englobait les actuelles provinces d’Anta et d’Abancay), enfin les corregimientos d’Aymaraës, Cotabambas, Carabaya, Lampa et Azangaro. L’assise territoriale de la Caja Real, qui comprenait 15 provinces, modifiait un peu ce shéma en excluant Carabaya, mais en rattachant à l’autorité du Cuzco, Andahuaylas et Parinacochas qui dépendaient de l’évêché de Huamanga. Ainsi, l’autorité de l’évêque du Cuzco, puis à la fin du xviiie siècle celle de son intendant, s’étendait à tout le territoire de l’actuel département du Cuzco (y compris les “Andes” où opéraient deux curés délégués par l’évêque), au département d’Apurimac, à l’exception, en partie, de la province d’Andahuaylas, au Nord du département d’Arequipa, et surtout à l’Ouest et à la ceja de montaña du département de Puno.

  • 32 Certains corregimientos ont été toutefois divisés au xixe siècle en deux provinces (Calca y Lares. (...)

26Cette aire d’influence administrative de l’époque coloniale est intéressante à rappeler pour deux raisons. D’une part, si l’on excepte les provinces punéniennes et aréquipéniennes, c’est celle des principales administrations actuelles. D’autre part, les divisions administratives républicaines correspondent à celle de la Colonie. Les provinces actuelles sont héritières des corregimientos espagnols32 et la grande majorité des districts aux curatos et à leurs anexos. Si l’on tient compte, par ailleurs, du fait que les divisions administratives coloniales étaient en grande partie copiées sur les limites principales tribus incorporées dans l’Empire incaïque (à l’échelle des corregimientos comme parfois à celle, inférieure, des doctrinas), on ne peut que constater la permanence et l’ancienneté de ces divisions dans la région du Cuzco. C’est là un fait essentiel au moment où les flux économiques cherchent à établir de nouveaux espaces régionaux.

27Ces services administratifs du Cuzco étaient-ils créateurs de relations nombreuses entre la ville et sa région ? Il est permis d’en douter, étant donné les difficultés et la longueur des communications, les répugnances des Espagnols fonctionnaires à demeurer longtemps dans les provinces, en particulier celle de puna ou de ceja de montaña. Pour la plupart des affaires administratives et judiciaires, comme pour la perception des impôts, tout devait se régler localement par le biais des caciques indigènes, des alcaldes de Indios et, à l’échelle supérieure, par celui des corregidores de chaque province. Tout au plus, y avait-il parfois quelques appels et références à des échelons supérieurs : Cuzco, Charcas, plus rarement encore Lima. Les liaisons entre la ville et la région se limitaient à quelques visites et inspections épisodiques.

  • 33 En 1691, un collège fonctionna éphémèrement dans le couvent de San Francisco.
    Deux hôpitaux étaient (...)
  • 34 En 1691, un collège fonctionna éphémèrement dans le couvent de San Francisco.
  • 35 En 1692, on transforma le collège de San Antonio Abad en Université et celle-ci fut reconnue offic (...)
  • 36 Michèle COLIN ; op. cit.
  • 37 Michèle COLIN ; op. cit.
  • 38 Cf. Las Relaciones Geograficas ; op. cit.

28Cette faiblesse des relations administratives tient aussi à la conception même de l’administration qui était uniquement comprise pour surveiller, punir, percevoir des impôts, et non comme devant fournir des services sociaux, culturels et économiques aux populations colonisées. La seule administration ayant en quelque sorte, de son point de vue, une mission civilisatrice, était l’église, par le biais de ses prêtres, mais aussi de ses oeuvres d’assistance et ses écoles. En fait, dans ce domaine, son action était presque uniquement limitée à la ville du Cuzco où il y avait trois hôpitaux33, un hospice pour les enfants abandonnés, deux collèges pour les Espagnols (celui des Jésuites, San Bernardo fondé en 1575, et celui de San Antonio Abad créé en 1598), un collège pour les fils de caciques (San Borja fondé en 1620)34 et une Université créée en 162535. Il est possible que la ville ait eu un certain rayonnement universitaire, Michèle Colin disant que ses collèges recrutaient jsuqu’à Arequipa, La Paz et le Potosi 36. Son actuel prestige intellectuel en serait l’héritier. Son influence comme centre artistique a dû, de même, être important dans le domaine de la peinture et de l’artisanat religieux en particulier. En dehors de la ville, il n’y aurait eu au xviiie siècle, d’hôpitaux ou d’hospices qu’a Abancay et San Salvador 37 et il semble dont que les hôpitaux établis dans les reducciones38 fonctionnèrent peu de temps. Il est de même permis de douter que le décret royal du 30 mai 1691, ordonnant la création d’écoles dans toutes les villes et villages, avec des maîtres enseignant l’espagnol aux Indiens, ait été bien appliqué.

29Ville de propriétaires terriens, le Cuzco avait-elle, à cause de cela, de profondes liaisons avec sa régions ? En fait, les relations ville-campagne se faisaient selon un schéma linéaire, unissant la maison de l’hacendado en ville à la casa-hacienda rurale, sans que le reste de la ville ou de la campagne s’en trouve concerné. Cette relation s’exerçait, d’ailleurs, presque exclusivement au profit de la ville, ou du moins, des propriétaires qui y résidaient. Rien de comparable à cette emprise des centres urbains sur leur campagne, comme nous le voyons, dès le Moyen Age en Flandres et dans l’Italie du Nord, ou dans le Languedoc sous l’Ancien Régime. La ville ne donne rien à la campagne, ni capitaux, ni engrais, ni instruments de travail pour la plupart faits sur place par les colons de l’hacienda. D’elle, vient seulement le propriétaire foncier et plus rarement sa famille, lors des récoltes ou des semailles. A l’inverse, de l’hacienda proviennent non seulement les produits de l’agriculture et de l’élevage, mais des travailleurs servant à tour de rôle comme domestiques (“pongos”) ou utilisés dans un chorillo ou à la construction d’une maison. Les investissements faits par les plus riches propriétaires ont-ils vraiment contribué beaucoup à l’économie de la ville ? Ils constitaient surtout en la construction de maison et en d’importants achats d’objets de luxe, le plus souvent importés de Castille. Les dimensions des maisons coloniales ne doivent pas faire illusion sur les revenus de leurs propriétaires. Elles étaient faitres presque gratuitement, car la main d’oeuvre était celle des colons de l’hacienda qui fabriquaient en outre les principaux matériaux, briques et tuiles.

30Il y avait, d’ailleurs, certainement moins d’hacendados au Cuzco à l’époque coloniale que dans la première moitié de ce siècle ou même, peut-être, qu’actuellement. D’une part, à cause de la plus grande importance des biens d’église, souvent usurpés par la suite par les particuliers. D’autre part, parce que bien des hacendados devaient résider dans les petits villages et bourgs créés par les Espagnols où ils exerçaient leurs fonctions administratives ce qui justifie la présence de belles constructions coloniales dans ces agglomérations. Ce n’est que récemment que le Cuzco est devenu, par ses activités, ses services et sa modernisation, un centre d’attraction où tout le monde veut aller vivre. En troisième lieu, l’emprise terrienne du Cuzco était beaucoup plus limitée à la zone quechua, la puna comme la ceja de montana, ayant été surtout mises en valeur par les métis aux xixe et au xxe siècles.

  • 39 Nathan WATCHEL. Travaux historiques en cours.
  • 40 Relaciones Geograficas de Indias op. cit.

31La ville avait-elle un rôle important dans la commercialisation et la transformation des produits agricoles ? Il y avait bien un marché que Cosme Bueno (82) décrit comme très animé, mais son rayonnement devait être réduit aux campagnes voisines. Une partie de la production régionale était utilisée également par l’artisanat, (bois, cacao, produits de meunerie, laine). Mais la plupart des fabriques appartenant aux ordres religieux, l’essentiel des matières premières provenait de leurs domaines et ne nécessitait pas une organisation commerciale, un collectage, au niveau de la ville. Les registres notariaux semblent pourtant prouver qu’à partir du Cuzco, se réalisait une partie de la commercialisation des produits de la ceja de montana (coca, alcool et sucre) destinés au Potosí39. Il semble également qu’elle ait été un marché pour le sel40, comme actuellement d’ailleurs. Par contre, sa fonction de redistribution des produits importés d’Espagne était limitée par l’existence d’autres voies menant au Potosi. La classe des marchands était certainement peu nombreuse dans le Cuzco colonial. Les principaux auteurs de la Colonie n’en parlent pas, alors qu’ils décrivent volontiers la richesse des fonctionnaires et même des ecclésiastiques.

32Ainsi, le Cuzco nous apparaît, à l’époque coloniale et surtout aux xviie et xviiie siècles comme une juxtaposition de cellules ayant chacune une vie locale agricole et artisanale relativement animée. Ces cellules entretenaient des relations commerciales entre elles ou à l’intérieur du système économique du Alto Peru dans lequel elles étaient intégrées. La ville du Cuzco, bourgade de 30 à 40 000 habitants, centre d’un de ces foyers de la Sierra du Sud, connaissait à la fois une agriculture florissante, un artisanat diversifié, une vie artistique active. Pour l’ensemble de sa région, elle avait une supériorité religieuse, dans certains cas administrative, et d’autre part, bénéficiait du prestige un peu mythique que lui conférait le souvenir de l’Empire vaincu.

III. - LE CUZCO REPUBLICAIN

A. La décadence de l’économie régionale

  • 41 Maximiliano MOSCOSO. Op. cit.

33On observe une dédadence certaine de l’économie cuzquénienne dès la fin du xviiie siècle pour des raisons à la fois générales et locales. Cela est particulièrement net pour l’industrie textile et pour les échanges commerciaux. L’agriculture en a moins souffert, sauf vraisemblablement la petite partie de la production qui était commercialisée vers le Alto Perú. C’est dans la situation de l’ensemble de cette dernière région que l’on doit d’abord chercher les causes de la décadence économique du Cuzco et en particulier dans la rupture des courants commerciaux qui en avait cimenté l’unité. Dès le milieu du xviiie siècle, pénètre par le Río de la Plata la contrebande portugaise et anglaise, remontant jusque dans le Nord-Ouest argentin et au Potosi. Les conséquences en sont doublement néfastes pour le Cuzco, puisqu’il y a une concurrence pour ses tissus et qu’une nouvelle voie commerciale se dessine au profit de l’Atlantique. Ces menaces se précisent avec la création, en 1776, de la Vice-Royauté du Rio de la Piata, dont la capitale est Buenos-Aires, et avec le règlement établissant la liberté du commerce en 1778. Dès lors, la contrebande pénètre jusqu’au Cuzco41 ; dès lors également, une grande partie du commerce minier du Potosi, d’ailleurs déclinant - ce qui est un autre problème fondamental pour l’économie du Cuzco - se dirige vers Buenos-Aires, le chemin étant à la fois plus court et plus facile que celui de Lima.

34L’Indépendance des colonies espagnoles allait accentuer cette rupture, avec la division du Haut Pérou en plusieurs pays indépendants tiraillés d’autre part - sauf la Bolivie - entre les intérêts de métropoles nationales côtières : Lima et Buenos-Aires. On passe ainsi nettement d’une économie qui, à cause des mines, était restée en grande partie andine, à un développement essentiellement côtier. On comprend alors les efforts des Cuzquéniens pour essayer de sauvegarder des liens privilégiés avec le Haut Pérou par l’intermédiaire d’une Confédération Pérou-Bolivie dont l’idée resta vivante jusqu’au milieu du xixe siècle.

  • 42 Idem, Ibidem.
  • 43 Nathan WACHTEL. Travaux en cours. Les repartos découlent d’une institution coloniale obligeant les (...)

35Les causes locales apparaissent aussi importantes, mais peut-être moins irrémédiables que les générales. Le déclin de l’industrie textile aurait eu pour cause, selon M. Moscoso42, les troubles sociaux du xviiie siècle, en particulier la révolte de Tupac Amaru qui détruisit de nombreux obrajes. Il faut y voir surtout, comme le suggère Nathan Wachtel, les conséquences de l’abolition, après cette révolte, des repartos faits par les corregidores et qui comportaient beaucoup de tissus43. Plus tard, les luttes et les incertitudes de la guerre d’indépendance ne pouvaient pas favoriser une économie gravement condamnée et en décadence. On doit supposer, aussi, que de nombreux Espagnols et riches métis, à moitié ruinés, ou préoccupés par les troubles, abandonnèrent les Andes pour Lima.

36Jusqu’à la fin du xixe siècle, le Cuzco ne devait pas arriver à arrêter ce déclin ; on peut même affirmer jusqu’à maintenant, malgré les sursauts économiques de la fin du xixe siècle et du début du xxe. L’évolution économique péruvienne, après l’Indépendance, favorise désormais la côte du Pacifique et la Sierra devient de plus en plus marginalisée. L’exploitation du guano et les plantations de cultures tropicales donnent au milieu du xixe siècle toute son importance à la frange côtière et surtout à celle du Nord et du centre, Des villes s’y développent et prennent rapidement le pas sur les cités coloniales de l’intérieur. La capitale, en particulier, grandit et concentre peu à peu la plupart des activités péruviennes. Les mines ne sont pas négligées, mais ce sont cette fois les Andes du Nord et surtout du Centre, autour de Cerro de Pasco, qui sont alors très importantes.

37Toute cette économie agricole ou minière, continue à être dépendante des marchés extérieurs, non plus espagnols, mais anglais et bientôt nord-américains. Un système de voies de communication, routes et chemins de fer, est créé pour l’exportation des produits ; partant des ports de la côte, il remonte vers l’intérieur, s’arrêtant le plus souvent dans la partie centrale des Andes, sans que l’on ait des liaisons transversales complètes. Parallèlement, on s’emploie à relier les diverses oasis entre elles par des routes, unifiant ainsi la Costa. Les Andes, peu favorables à quelques exceptions près à l’agriculture de plantation et, surtout, apparaissant désormais comme mal placées dans un système de relations dépendant de l’extérieur, sont rejetées de plus en plus en marge de l’économie péruvienne. Pendant la première moitié du xixe siècle, elles aident le système côtier à fonctionner, en lui fournissant quelques produits vivriers (céréales et tubercules) et également de la main-d’œuvre. A la fin du siècle, elle entrent, cependant, dans l’économie moderne de marché, comme fournisseurs de laine, et sur le versant amazonien, de produits tropicaux. La région et le ville du Cuzco connaîtront alors, en fonction de ces deux nouvelles possibilités économiques, de profondes transformations et un incontestable réveil.

  • 44 Cf. Anuario del Ministerio de Hacienda. Presupuestos departementales. Archivo historico del Minist (...)

38L’évolution politique et administrative favorise par ailleurs le centralisme beaucoup plus qu’à l’époque coloniale. Tout se passe désormais à Lima et aucune autre ville ne lui dispute le pouvoir. Les Espagnols, pouvant craindre à tout moment des révoltes locales, avaient été obligés de respecter les populations vaincues, en particulier autour de l’ancienne capitale déchue. Les Péruviens indépendants perdent ce souci et ne se préoccupent plus que de percevoir les impôts (le Cuzco restant dans ce domaine au premier plan, car très peuplé)44, exercer un contrôle administratif et policier, et, éventuellement, lever quelques troupes. La masse indigène est de plus en plus oubliée et laissée à l’exploitation des métis qui accaparent ses terres en constituant de grands domaines.

  • 45 Paul MARCOY. Viaje por los valles de la quina Publié en 1780 dans la revue “Le Tour du Monde”.
  • 46 El Cuzco y sus provincias. Arequipa 1848.
  • 47 Sir Clements R. MARKHAM. Cuzco ; A journey to the ancient capital of Peru. Londres 1856.
  • 48 George SQUIER. Incidents of travel and exploration in the land of the Incas. London. Macmillan and (...)
  • 49 Pour tous ces récits, lire “Antologia del Cuzco” de Raul PORRAS BERRENECHEA. Lima 1961.
  • 50 Markham écrit : “à Lima, on sait beaucoup moins de choses du Cuzco que de Berlin ; pour un Liménie (...)
  • 51 Récit anonyme de 1848 ; op. cit.

39Ce déclin de la ville du Cuzco et de sa région au xixe siècle, apparaît dans tous les récits des voyageurs et en particulier dans ceux de Paul Marcoy en 1846,45 d’un anonyme en 184846, de Sir Clements R. Markham en 185647 enfin de Georges Squier en 186348 et49. Tous soulignent la décadence économique de la région, son isolement50, le mauvais état des liaisons avec Lima, le délabrement et la saleté de la ville, l’exploitation à laquelle elle est soumise de la part du pouvoir central qui ne se rapelle d’elle “que quand il s’agit de former des armées et de lever des ressources pour la guerre”.51

  • 52 Voir chapitre I.
  • 53 Hildebrando FUENTES. El Cuzco y sus ruinas Lima 1905.
  • 54 Alberto GIESECKE. Censo del Cuzco. Informe sobre el censo leventado en la provincia del Cuzco el 1 (...)

40Deux critères fondamentaux nous permettent de souligner ce déclin : la diminution de la population, et la très faible expansion urbaine52. La population qui était en 1795 de 31 983 hab. était tombée à 18 370 hab. et à 23 108 pour l’ensemble de la province, au recensement de 1876 ; au début du xxe siècle, Hildebrando Fuentes53 l’évalue à 15 000 hab., précisant qu’elle en comptait 50 000 en 1850 ; un recensement de la municipalité nous donne, pour 1906, le chiffre de 18 167 hab. ; une reprise semble s’amorcer peu après, puisque l’étude du recteur de l’université Alberto Gieseke donne, en 1912, 26 939 hab. en incluant les populations de San Sebastian et San Jeronimo54.

  • 55 Vicomte de SARTIGES, Cité par Raul Porras Berrenechea. Op. Cit.
  • 56 George SQUIER. Op. Cit.
  • 57 Paul MARCOY Op. Cit.
  • 58 Cité par Raul PORRAS BARRENECHEA Op. Cit. p. 253.

41Les renseignements que nous possèdons avant le recensement de 1876 sont contradictoires. Certains auteurs parlent de 40 à 50 000 hab. (le Général Miller, en 1825, le Vicomte de Sartiges55 en 1834 et même Georges Squier56 en 1863 (ce qui contredit nettement les données du recensement de 1876). Un recensement fait en 1850 (sous la présidence de Ramon Castilla), semble pourtant confirmer leurs évaluations, en donnant le chiffre de 41 152, mais pour l’ensemble de la province. Quant à Paul Marcoy57, en 1846, faisant allusion à d’autres recensements (peut-être celui ordonné en 1836 par le Général Don Andrès Santa Cruz), il parle de 20 360 âmes, ainsi d’ailleurs que S.S. Hill58 en 1850. Si l’on retient le premier chiffre, la population aurait donc surtout diminué dans la seconde moitié du xixe siècle, peut-être à la suite de plusieurs épidémies : hépatite, vers 1855-56 (selon Hildebrando Fuentes, elle fit 25 000 morts), variole en 1885. Dans la deuxième hypothèse, la diminution de la population aurait été plus régulière au cours du xixe siècle. Il y avait, en particulier, une constante émigration des familles riches vers Lima alors même que les fonctions somnolentes de la ville ne lui conféraient pas de pouvoir attractif sur la population régionale.

B. Les fonctions de la ville au xixe siècle

  • 59 Registre des patentes du Cuzco 1839 (réf. 238) et 1851 (réf. 420). Archivo del Ministerio de Hacie (...)
  • 60 Il y avait III étudiants et 18 professeurs en 1909. selon Hiram Bingham, et 80 en 1933 - dont 8 fe (...)
  • 61 Anuarios del Ministerio de Hacienda. Presupuesios departamentales. Archivo histórico del Ministeri (...)

42Elles prolongent celles de l’Epoque coloniale, mais semblent être, surtout en ce qui concerne le commerce et l’artisanat, beaucoup moins animées. Depuis 1822, capitale d’un département qui englobe toujours l’Apurímac (sauf Andahuaylas qui appartenait à Ayacucho) et la selva de l’actuel Madre de Dios, la ville est encore avant tout un centre administratif important. Elle est le siège d’une préfecture, d’une cour supérieure de justice, d’une trésorerie avec un Hôtel de la Monnaie, d’une intendance de police. La fonction religieuse était toujours très importante, mais dans les aspirations des fils de la bonne société, la robe concurrençait sérieusement la carrière ecclésiastique (on avait 37 avocats en 1839 et 47 eb 1851)59. Les services offerts par la ville étaient limités à 2 hôpitaux, 2 collèges (Educandas et Ciencias fondés par Simon Bolivar en 1825) et une université groupant, au début de ce siècle, une centaine d’étudiants60. On note cependant, au cours du xixe siècle, un recul de cette fonction administrative par rapport aux autres départements, Arequipa et ceux de la côte en particulier. A la fin de la Colonie, le Cuzco venait après le Fotosi et la Paz, mais avant Lima et Chucuito, dans les dépenses et les salaires payés par la Vice-Royauté. Après l’Indépendance, en 1831, il était, dans le budget du ministère des Finances, second derrière Lima pour les dépenses de la “Junte” départementale et de la Cour Supérieure de Justice. Dès le milieu du siècle (budget de 1850-51), le budget d’Arequipa vient tout de suite après celui de Lima, laissant Cuzco en troisième position. Ce dernier récupère la seconde place à la fin du xixe siècle, pour la perdre après 1900 et la retrouver, éphémèrement, à partir de 1920, signe d’une réelle amélioration de la situation économique régionale61.

  • 62 Sir Clements MARKHAM ; op. cit.

43Préoccupés principalement d’archéologie, les voyageurs du xixe siècle donnent peu de détails sur l’activité économique de la ville, à l’exception des marchés dont ils se plaisent à souligner l’animation. Les registres des patentes de 1839 et 1851 fournissent quelques renseignements sur les magasins et les artisans. On note une très sensible diminution dans le nombre des établissements entre : les deux dates, ce qui pourrait témoigner en faveur d’un certain déclin révélé, nous venons de le voir par r les chiffres de population. On comptait 146 magasins du type “commerce” (c’est-à-dire vendant avec ; l’alimentation une grande variée de produits) en 1839, dont 10 de première catégorie et 102 de : quatrième ; en 1851, il n’y en avait plus que 104 dont 7 de première catégorie. Les établissements ; vendant des alcools, ainsi que l’avaient souligné Paul Marcoy et George Squier, étaient presque aussi nombreux : 102 en 1839, 72 en 1851. 302 artisans en 1839 et 286 en 1851, exerçaient une très grande variété d’offices avec une grande place à l’artisanat de service (forgerons, tailleurs chapeliers, tanneurs, cordonniers, charpentiers, céramistes, boulangers, etc..) et à l’artisanat religieux (argentiers, peintres, fabricants de franges dorées etc.). Seul Markham62 cite l’artisanat textile qui semble, ainsi, être assez somnolent depuis l’époque coloniale. Les activités commerciales étaient tellement réduites qu’on peut émettre l’hypothèse que le xixe siècle a été une période de régression dans l’usage de la monnaie. Celle-ci intervenait, en effet, à l’époque coloniale dans le paiement du tribut or, actuellement, sa circulation est très limitée comme on peut le constater sur les marchés ruraux où l’on éprouve de grandes difficultés à échanger un billet de 50 sols (8 F).

  • 63 Sir Clements R. MARKHAM ; op. cit.
  • 64 William Eleroy CURTIS cité par Raul Porras Barrenechea. Op. cit: p. 314

44Markham insiste beaucoup sur le rôle joué par Cuzco dans la commercialisation des produits de la ceja de montana : coca, cacao, eau de vie de canne, bois, quinquina et même caoutchouc63. Il va jusqu’à dire que l’espérance pour le Cuzco est : “à l’Ouest, dans les forêts inépuisables de fertilité, dans , les rivières abondantes qui relient à l’Amazone”, ajoutant que “si les cours d’eau qui naissent dans les cordillères du Cuzco étaient explorés (...), on pourrait établir une liaison plus courte entre le Cuzco et l’Europe, et la ville pourrait alors redevenir la capitale du Pérou”. A la fin du xix siècle, il semble qu’il y ait eu également un certain commerce de la laine venue des punas voisines ; William Eleroy Curtis écrit en 189964 ; “la plus grande partie de l’argent qui parvient actuellement au Cuzco, est envoyé pour acheter de la laine, car les sierras sont couvertes de troupeaux d’alpacas et de moutons, dont les toisons atteignent un prix élevé, sur le marché étranger”. C’est l’intensification de ces deux types de production, la laine et les produits des terres chaudes, qui, grâce à l’apparition de nouveaux moyens de communication, allait provoquer un réveil certain des activités économiques dans notre région et l’ensemble de la Sierra du Sud.

C. Le réveil économique et ses conséquences (fin du xixe et début du xxe siècle)

45Les besoins de l’industrie des pays européens, de l’Angleterre principalement, suscitent dès le milieu du xixe siècle, un développement de la production lainière dans les Andes du Sud. L’exportation se fait à partir de Mollendo, mais c’est Arequipa qui en tire tous les bénéfices, en devenant le siège des principales maisons anglaises de commerce, et le centre des laveries et établissements de premier traitement de la laine. En 1871, le chemin de fer relie cette ville à Mollendo, puis à Juliaca sur l’Altipiano, en 1876. Le Cuzco ne profite que des conséquences indirectes de cet essor de la production lainière. Ce sont, en effet, des provinces excentriques et où la terre ne semble pas avoir été appropriée intensivement par les Cuzquéniens, qui sont concernés par l’élevage des ovins et lamas. Encore sont-elles d’ailleurs beaucoup moins touchées par les capitaux et les liaisons commerciales que le département de Puno qui devient l’arrière-pays d’Arequipa.

46Dans le département du Cuzco, le grand centre lainier est Sicuani que le chemin de fer de la Peruvian atteint en 1893, alors qu’il n’arrivera au Cuzco qu’en 1908. Les maisons commerciales d’Arequipa, relais du capitalisme anglais s’y installent, drainant à bas prix la production de laine régionale et vendant en échange, souvent à crédit, des produits fabriqués importés d’Europe. Quelques capitaux aréquipéniens s’investissent également dans l’élevage. Plus tard, dans les années 1920-1930, apparaîtront des centres de commercialisation secondaires indépendants de Sicuani et en liaison directe avec Arequipa : Yauri. puis Tocroyoc.

47Si Cuzco n’a jamais joué un rôle important dans la commercialisation de la laine, il a su, par contre, tirer profit de la renaissance de l’industrie textile locale. Des quatre usines travaillant la laine apparues à la fin du xixe siècle et au début du xxe, une seule, Marangani (1890), appartient au système sicuanénien et n’a que des relations commerciales avec le Cuzco. Les deux autres fabriques. Lucre, la plus ancienne (1861) et Urcos (1910), fonctionnent dans le cadre d’haciendas provinciales, mais ont des liens étroits avec la ville où se trouvent leurs propriétaires, leur direction et leur service de vente. Plus tard, c’est dans la ville même que des Italiens créeront les usines “Huáscar” en 1918 (pour la laine et le coton) et “La Estrella” en 1928. Comme la production de tissus, couvertures et châles, trouve beaucoup de clients dans toute la Sierra, l’influence de la ville se fait sentir dans tout le sud et jusqu’en Bolivie.

48Dans la ceja de montaña, on assiste à de profondes modifications économiques. Dans la vallée de la Convención, au circuit commercial presqu’essentiellement régional fondé sur la coca, l’alcool de canne et secondairement le cacao et le bois, se substitue un nouveau système orienté vers l’exportation de café, thé, cacao à destination de l’Europe et bientôt des Etats-Unis. Nous avons vu comment, avec ces cultures, progressèrent la grande propriété et le peuplement dans cette vallée. Au milieu du xixe siècle, celui-ci semble être assez important pour qu’on fasse de la Convención une province indépendante (1857) dont la capitale, Quillabamba, est créée en 1881 sur une terrasse de l’hacienda Santa Ana. La construction du chemin de fer dans les années 20-27 favorisera une deuxième étape de peuplement, interrompue aussitôt par une triple épidémie de paludisme, fièvre jaune et variole de 1928 à 1940.

  • 65 Registre de la propriété et immeuble du Cuzco.
  • 66 Registre de la propriété et immeuble du Cuzco.
  • 67 Isaiah BOWMAN qui voyage à une époque où la fièvre du caoutchouc de cueillette a beaucoup diminué (...)

49Plus bas. dans la forêt, c’est le caoutchouc de cueillette qui, avant la guerre de 1914, attire les aventuriers ; ils se font concéder par l’Etat d’immenses gomares (étendues de selva où les arbres à caoutchouc sont très dispersés). Certains sont péruviens comme les Pancorbo de l’hacienda Paltaytamba, qui obtiennent dans les années 1908 et 1912 quelques 26 600 ha de forêt à exploiter dans la vallée de San Miguel65. Le plus souvent, ce sont des étrangers : des Espagnols comme Lambarri (29 551 ha en 1915), Maximo Rodríguez et les frères Perdíz dans le Manu ; des Italiens ou surtout des Américains créent d’éphémères sociétés : la Emery Leta Card y hermanos (338 500 ha dans le Madre de Dios en 1909-1910), la Rubber Estates Ltd (74 956 ha dans le Manu en 1909), la Compañía gomera de Mainique (26 000 ha), la Compañía gomera Paucartambo (26 600 ha dans le Manú en 1909), Martín Willis qui obtient en 1907, 50 000 ha dans le Manu (sa famille fera souche dans la Convención et deviendra propriétaire des haciendas Sahuayaco et Potrero), The Inambari Para Rubber Soc. Ltd (13 184 ha en 1910 près de l’Inambari), etc...66 Une piste aurait été construite vers 1906 par le gouvernement, de Rosalina (dernière plantation de canne à sucre) jusqu’au Yavero et au Pongo de Mainique. Depuis Rosalina, on expédiait le caoutchouc en deux semaines à Cuzco à dos de mulets et il gagnait ensuite le port de Moliendo en chemin de fer67. Une partie descendait également l’Urubamba-Ucayali vers Iquitos et, en deux semaines, était expédiée vers le Brésil atlantique. Le Cuzco n’a pu donc jouer dans cette exploitation un rôle très important, mais il y a gagné une certaine animation et la venue de nombreux étrangers, dont certains firent souche (les Willis, les Romainville, les Lambari en particulier). Après 1910, l’importance du caoutchouc déclina brutalement, en raison des difficultés locales d’exploitation et, plus encore de la baisse des prix devant la concurrence du caoutchouc des plantations d’Extrême-Orient.

  • 68 Paul MARCOY ; Op. cit.
  • 69 Sir Cléments MARKHAM ; op. cit. Cet auteur cite en 1853, trois haciendas produisant coca, cacao, m (...)

50Après la Première Guerre Mondiale, c’est la recherche de l’or qui allait provoquer une deuxième vague d’émigrants étrangers et redonner vie à la vallée de Marcapata, bien oubliée depuis la Colonie. Elle avait suscité à la fin du xixe siècle un certain intérêt pour le quinquina68. Mais la “fièvre de l’or” allait provoquer une vraie mise en valeur avec la formation, autour des lavaderos où l’on extrayait le métal à la batée, de petites exploitations défrichant la forêt pour planter des cultures vivrières et même de la canne à sucre. Une ville naît au pied du Cerro Camanti : Quince Mil qui compta dans les années 30 près de 4 000 habitants parmi lesquels de nombreux étrangers, Allemands et Yougoslaves chassés par les troubles de la guerre de 1914-18 en particulier. L’or était expédié vers Lima à dos de mulets, via le Cuzco où des maisons de commerce, la firme Lomellini notamment, prenaient en charge son transport. Les vallées chaudes de la province de Paucartambo (Laceo et Cosñipata), très importantes pour la coca pendant l’époque coloniale, connurent un grand déclin au xixe siècle et les Indiens de la forêt y détruisirent, selon Markham, de nombreuses demeures abandonnées69. La colonisation reprendra au début du xxe siècle, avec l’espoir des cultures qui réussissaient alors dans la Convención. Elles connurent beaucoup moins de succès et plus d’irrégularités dans la mise en valeur car ces vallées étaient plus humides et dépourvues jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale de bonnes voies de communication.

  • 70 Leurs gérants nous ont donné ces dates, mais nous n’en trouvons pas trace dans le récit d’H. Fuent (...)
  • 71 Selon le registre de la propriété et immeuble du Cuzco.

51Le Cuzco sut profiter de la colonisation des terres chaudes du versant oriental des Andes : c’est d’ailleurs peut-être pour cela que, sollicité vers le Nord, il se désinterressa de l’économie des punas du Sud. Au débouché du chemin de fer de Santa Ana et des pistes, il contrôlait le transbordement nécessaire vers le train de la Peruvián, conduisant au port de Moliendo. Le commerce des denrées tropicales et la vente, dans ces vallées, de produits fabriqués, provoquèrent l’installation de nombreux magasins. A côté de la vieille maison Braillard, d’origine française, créée en 1821, s’installent des firmes anglaises déjà établies à Arequipa, Gibson et Ricketts ( 1894-1898)70. Un peu plus tard, des étrangers fondent d’autres maisons commerciales : Italiens (Lomellini, Calvo), Espagnols (Lambarri), Anglais (Stafford), plus tard Allemands, (Barten, dans les années 20)71. La courbe des affaires commerciales de la ville commençait à suivre, alors, celle des récoltes et du prix du café.

52Les riches propriétaires de la Convención, viennent s’établir dans l’ancienne capitale incaïque construisant une maison moderne sur l’avenue Pardo que l’on aménage à partir de 1920. Ils sont heureux d’y trouver les services, les magasins, les relations sociales, les distractions, que ne peut offrir Quillabamba restée un petit village jusqu’en 1940. Beaucoup de métis provinciaux, enrichis dans le négoce des produits des terres chaudes ou comme arrendires, y ouvrent une boutique (originaires en particulier des provinces d’Acomayo, Urubamba, Calca, Paruro et même Canchis).

  • 72 Hildebrando FUENTES dans “El Cuzco y sus ruinas”, a très bien décrit en 1904 cette animation de la (...)

53Ce renouveau économique est limité géographiquement et socialement. Il n’intéresse guère que les zones traversées par les voies de communication modernes - chemins de fer et routes améliorées par l’administration du Président Leguía (1911-1920) - c’est-à-dire essentiellement la vallée du Vilcanota de Sicuani à Urubamba72, la plaine d’Anta et dans une moindre mesure la Convención. Ces provinces commencent à acquérir, avant les autres, un certain nombre de caractères propres à faciliter les relations ville-campagne. Les nombreux bourgs et villages créés par les Espagnols y sont promus au rang de capitales de province ou de district, et voient s’installer écoles primaires, bureaux de postes (avec souvent le télégraphe), et déjà des petites boutiques. Leurs habitants adoptent au cours de leurs contacts avec les marchés de Sicuani et Cuzco, l’habitude de l’économie monétarisée, l’usage de l’espagnol et une incontestable mobilité géographique. Le changement est ici bien souvent plus culturel qu’économique, car il ne s’accompagne que d’une amélioration très lente des revenus. Mais on sent, en particulier dans la vallée de la Convención, le début de la promotion d’une classe de mestizos et de cholos et c’est là une différence fondamentale avec le reste des provinces, celles de la puna en particulier.

  • 73 Cf. Hildebrando Fuentes ; Op. Cit.

54Les autres vallées quechuas, moins bien desservies par les communications comme celles d’Acomayo, de Paruro et de Paucartambo qui avaient été des petits pays prospères à l’époque coloniale, commençaient à être marginalisées par rapport à celle du Vilcanota. Un début d’émigration les vidaient de leurs éléments, les plus aisés ou les plus dynamiques. De même les vallées de l’Apurimac se dépeuplaient au profit de Lima. Dans les provinces de la puna, très mal desservies jusqu’à une époque récente par les voies de communication et situées à plusieurs jours de cheval de toute ville, les progrès étaient fort limités. La laine, loin d’y enrichir les masses indigènes, n’avait fait qu’accentuer la dure exploitation des “gamonales” et des nombreux “rescatadores”73.

D. Les progrès de la ville au début du xxe siècle

  • 74 Recensement effectué par la municipalité du Cuzco en 1906
  • 75 Censo nacional de población. 1940 Lima. Dirección nacional de estadísticas y censos.
  • 76 Voir chapitre I.
  • 77 H. FUENTES. El Cuzco y sus ruinas ; Op. Cit.
  • 78 Guía comercial, professional y industrial del Cuzco. Kaminsky y Cía. Arequipa, 1928.

55Plus que l’ensemble de sa région, la ville du Cuzco, sous l’influence de ces nouvelles conditions économiques, commença à grandir et à se moderniser. Les migrations provoquent la reprise de la croissance de la population qui passe de 18.167 habitants en 190674 à 40.657 au recensement de 194075. Deux nouveaux quartiers apparaissent vers l’Est, celui de l’avenue Pardo entre les deux gares, celui de Huánchac près de la station de la Peruvián76. Deux documents très importants nous renseignent sur les activités économiques urbaines au début de ce siècle : la description faite, en 1904, par Hildebrando Fuentes77 et un annuaire des commerces, professions et industries du Cuzco établi en 192878. Ils nous permettent d’évaluer les progrès du commerce et de l’industrie entre ces deux dates, bien supérieurs en particulier à ceux des services.

56Lorsque H. Fuentes devient préfet, en 1904, la ville n’a encore ni eau potable, ni électricité, et bénéficie depuis trois ans seulement d’un système de ramassage des ordures et nettoyage des rues. Elle ne compte que deux hôtels et aucun théâtre ; il n’y a pas de banque (alors qu’Arequipa, Tacna, Trujillo et Piura en possèdent déjà), mais seulement une maison de prêt, percevant des intérêts très élevés. La première banque sera toutefois ouverte peu après, en 1906. Sept maisons assurent la majeure partie du commerce des produits fabriqués dont trois existent toujours (Braillard, Lomellini et Lambarri). La chambre de commerce, créée en 1903. compte déjà 35 membres. Dans le commerce de détail. H. Fuentes note une grande importance des Arabes (appelés Turcos). Il y a quatre brasseries, quatre fabriques de cocaïne et une petite industrie du bois. Par contre l’artisanat traditionnel textile ou religieux est, selon l’auteur, “en voie de disparition”. Le commerce des produits de la région porte surtout sur le cacao, la coca, le quinquina, les fruits et le sel, l’auteur citant une dizaine de salines.

  • 79 Guía comercial, professional y industrial del Cuzco. Kaminsky y Cía. Arequipa, 1928.
  • 80 A côté des vieux établissements de Ciencias et d’Educandas, s’étaient fondés le séminaire de San A (...)

57Au point de vue culturel, la ville compte huit écoles primaires et treize collèges (sept garçons et six de jeunes filles)79. L’université a 80 étudiants, alors que l’ensemble de la population scolaire comprend en 1902, 3 608 élèves (1916 garçons et 1 692 filles)80. L’hôpital de l’Almudena est aggrandi et soigne 1 464 malades en 1904 ; la ville bénéficie des services de 5 médecins, de 3 sage-femmes et de 3 pharmaciens diplômés. Elle continue à garder des fonctions judiciaires et religieuses importantes avec en particulier 94 avocats, une dizaine de curés et 10 couvents et béguinages. La vie culturelle et sociale doit être déjà assez active, puisqu’il n’y a pas moins de 4 journaux (dont les deux actuels : El Commercio et El Sol), deux revues, quatre associations scientifiques ou artistiques, quatre groupes professionnels, quatre confréries religieuses et deux clubs sociaux.

58En 1928, la ville est déjà mieux équipée en services et son commerce s’est diversifié. L’enseignement a peu progressé, puisqu’il n’y a plus que 6 écoles primaires et toujours 13 collèges dont un anglais et une école nationale des Arts et Métiers. Par contre, l’Assistance Publique a commencé la construction de l’hôpital Antonio Lorena (terminé en 1933) et de l’orphelinat Maria Salomé Ferro (achevé en 1939). Il y a 10 pharmacies et 9 dentistes. Le commerce est beaucoup plus important qu’en 1904. avec 11 maisons d’importation-exportation et 17 grossistes. Avec les épiceries et les marchands de tissus, on note un représentant de matériel électrique, un de machines à coudre (Singer & Cie) et un d’articles de musique et de sport. Cette diversification apparaît plus encore dans le commerce de détail. A côté des boutiques traditionnelles (4 épiceries importantes, 14 magasins de tissus - dont 8 appartiennent à des Arabes - 13 négoces de produits de l’agriculture, des terres chaudes surtout), on note déjà : 6 librairies et 3 kiosques à revues, 3 quincailleries, 8 bijouteries, 9 bars et pâtisseries, 3 restaurants, 1 photographe (Martin Chambi), 2 cinémas et 1 théâtre, ce qui montre que les goûts d’une partie de la population sont déjà urbains. La présence de 2 garages, d’un représentant de machines, de 4 hôtels et 2 pensions, souligne un certain développement des transports automobiles, pourtant assez lent avant les années 50. Les agences commerciales sont très nombreuses et c’est là une grande nouveauté par rapport à 1904 (2 agences de transport, 5 agences maritimes, une de douane -Lomellini & Cie - et 3 de commerce en général). L’autre fait important est la présence à côté de deux maisons de prêt, de trois banques (del Peru y Londres. Italiano et Gibson qui a une section de crédit agricole).

  • 81 En 1919, des Allemands, Gunther et Tidow achètent l’ancienne brasserie française de Léoncio Vignes (...)

59Les industries se sont multipliées dans la ville entre 1904 et 1928 avec deux secteurs essentiels : l’imprimerie et la transformation des produits de l’agriculture et de l’élevage. Les imprimeries, dont certaines sont aussi maisons d’édition (Rozas, Los Andes), en publiant de nombreuses revues et journaux (dont trois quotidiens et un hebdomadaire), font du Cuzco un des centres intellectuels les plus actifs du Pérou, en particulier un des foyers du mouvement indigéniste. Dans la deuxième catégorie d’industries, on peut citer 4 moulins. 4 chocolateries (dont la Continental), une brasserie, ancêtre de l’actuelle81, trois fabriques de boissons gazeuses, 2 scieries, deux ateliers de meubles, 2 usines de chaussures et 2 fabricants de carreaux de faïence. Enfin, la manufacture Huascar est en pleine activité et “La Estrella” sera construite en 1928.

E. Le Cuzco en 1950

60Malgré ce réveil de l’économie régionale, au début du xxe siècle, la ville apparaissait toujours comme très isolée à l’intérieur de l’ensemble national. Les deux routes du centre qui. à partir d’Abancay, conduisent à Lima - l’une par Ayacucho et Huancayo, l’autre par Puquio et Nazca - ne sont terminées qu’en 1938-1939, sous la présidence de Benavidès. La circulation automobile y est très réduite et la plupart des échanges commerciaux se font encore à dos de mulet. Vers Arequipa, la route depuis 1930 est un peu meilleure et surtout, il y a le chemin de fer. Ensuite, on gagne Lima, de prérérence par bateau, à partir de Mollendo en trente-deux heures, la route panaméricaine n’étant achevée qu’en 1945. Malgré l’apparition de l’avion en 1929, les liaisons avec la Côte, et en particulier avec Lima, restaient donc lentes et incertaines.

61Aussi le Cuzco maintenait-il avant 1950, et surtout au début du siècle, plus de relations avec la Bolivie, l’Argentine et le Chili qu’avec la capitale péruvienne, prolongeant d’une certaine manière le système économique du Haut-Pérou colonial avec des produits, des modalités, et à l’intérieur de cadres nationaux, différents. Le train permettait de gagner la Paz, puis après une semaine de voyage, Buenos-Aires. Des revues et journaux argentins arrivaient hebdomadairement et étaient plus demandés que ceux de Lima. Des ambulants de Bolivie, les Qamili. fréquentaient les foires et se déplaçaient le long de la vallée du Vilcanota, de village en village. Dans les punas du Sud, des commerçants aréquipéniens vendaient (ou le plus souvent échangeaient) des mules argentines ou de la côte, de l’eau de vie. des vins, des fruits de Majes, Tacna ou du Chili. De même, les relations intellectuelles étaient plus fortes avec l’étranger qu’avec Lima. La plupart des étudiants, en dehors des disciplines traditionnellement cuzquéniennes. Droit et Letres, allaient en Argentine et dans une moindre proportion, au Chili. Au début du siècle, ils étudiaient même en premier lieu en France, les médecins en particulier.

62Le développement économique était bloqué en second lieu par les modes de production précapitalistes qui dominaient largement dans l’agriculture et l’industrie rurale. Les haciendas - et les usines qui s’y installaient - utilisaient une main-d’œuvre quasi-gratuite, dépendant étroitement du maître pour toute question administrative, pour tout négoce, pour tout déplacement et tout accès à un quelconque service. Dotés de larges extensions de terrain et d’une main d’oeuvre relativement disciplinée, leurs propriétaires ne se préoccupaient pas de réaliser les investissements et les améliorations techniques que demande toute exploitation moderne. Tout au plus, certains produisaient un peu d’orge en liaison avec la brasserie et de pommes de terre pour les marchés, urbains. Même dans les deux zones se consacrant à la production de denrées exportables, il n’y avait pas eu, à de rares exceptions près, de progrès techniques. Les cultures de café et cacao de la Convencion étaient loin d’être des “plantations” bien entretenues et les haciendas de la puna étaient très en retard par rapport à celles de l’altipiano punénien. Quant aux communautés, toute évolution dans leur production était bloquée fondamentalement par le manque de terres, par l’isolement culturel, la pauvreté et le système de dépendance administrative et économique où se trouvaient leurs membres.

63Les revenus des hacendados n’étaient pourtant pas négligeables. Aux ressources provenant de l’agriculture ou de l’industrie rurale, beaucoup ajoutaient celles venant de l’exercice d’une profession libérale urbaine, et de la perception de certains loyers. Mais il a manqué à cette oligarchie terrienne un esprit d’entreprise nécessaire au développement des forces de production capitalistes. Les plus entreprenants d’entre eux ont fait quelques investissements dans une petite industrie, fonctionnant en fait comme une hacienda (moulins, tissage de laine, usines d’élaboration du thé), ou se sont associés pour créer des petites usines hydroélectriques locales (au Cuzco, comme à Acomayo ou à Urubamba). La grande majorité se contentait d’investir dans la construction de maisons au Cuzco, comme à Lima où les possibilités de location étaient plus nombreuses. Leur nombreuse famille, les lourdes dépenses imposées par la vie de société, absorbaient le reste de leur fortune.

64Très peu se sont lancés dans des entreprises commerciales ou des industries modernes, laissant le champ libre aux capitaux étrangers ou plus rarement, avant 1950, liméniens. Ceux-ci ont accentué la dépendance du Cuzco à l’intérieur de la chaîne de domination qui liait le Pérou aux pays industrialisés, à travers le relais de la capitale nationale et d’Arequipa.

65La persistance des influences coloniales se reflète aussi dans le type de relation unissant la ville et sa région. Le rôle de l’agglomération était essentiellement parasitaire. Elle tirait de ses terres son ravitaillement, une maigre rente foncière, une main-d’œuvre gratuite. La fonction de redistribution au service de la région était très limitée géographiquement et socialement. Les magasins avaient une clientèle essentiellement urbaine, les ruraux ayant un pouvoir d’achat très limité, une économie peu monétarisée, des habitudes de consommation éloignées de celles des métis. Ils étaient soumis d’autre part à l’exploitation des gamonales et des riches métis des bourgades provinciales. Les services d’éducation, de santé, encore modestes, fonctionnaient au profit des seuls urbains. De nombreux hacendados s’opposaient à la création d’écoles chez eux et les communautés ne pouvaient assumer l’entretien d’un maître. La plupart de ces dernières, très isolées, obéissaient d’ailleurs à des modèles culturels très différents. Quelques échanges régionaux persistaient ; certains, en particulier ceux qui se réalisaient par le chemin de fer, étaient contrôlés, nous l’avons vu, par la ville. Mais les autres se faisaient entre les diverses unités géographiques, ignorant les villes et les moyens de communications modernes, encore rares, et laissant une très grande importance au troc.

F. Les conditions nouvelles du développement après 1950

66Ce n’est donc ni dans la ville, ni dans la torpeur de la vie régionale, que l’on peut espérer voir surgir dans les années 50, des facteurs de changement : ceux-ci se produiront en effet à l’échelle nationale, comme conséquences de la pénétration du capitalisme étranger, nord-américain surtout désormais, et de l’évolution de ses intérêts.

67Pourtant, un facteur local, complètement fortuit, a eu des conséquences imprévisibles pour l’avenir de la ville : le tremblement de terre du 21 mai 1950. Les nécessités de la reconstruction de l’ancienne capitale incaïque entraînèrent la formation d’un organisme, la “Junta de reconstruccion del Cuzco”, qui reçut l’appui technique et financier de l’U.N.E.S.C.O. et d’autres organisations nationales ou étrangères. On a là une première rupture dans l’isolement dont souffrait le Cuzco depuis l’indépendance. Sur le plan international, le tourisme se développe au fur et à mesure où les monuments sont restaurés et où la ville commence à acquérir les éléments du confort moderne. Désormais, les “tours” américains l’inscrivent obligatoirement, avec Macchu Picchu, dans leurs itinéraires. Des hôtels, des restaurants s’ouvrent, créant de nouveaux emplois, et l’artisanat se transforme pour cette nouvelle clientèle.

68A l’échelle nationale, on se préoccupe surtout d’améliorer les liaisons aériennes avec l’ancienne capitale et à y reconstruire de modernes édifices publics : Palais de Justice, lycées, (Garcilaso et Clorinda Matto et Turner), Université (1955). plus tard hôpital (terminé en 1964). Ces derniers établissements indiquèrent la direction d’un nouvel axe de croissance urbaine le long de la route de Puno devenue l’avenue de la Culture. Ces divers chantiers attirèrent des migrants de plus en plus nombreux qui trouvaient là un complément de revenus pendant la morte-saison agricole. Par la suite, beaucoup s’établirent définitivement en ville, rejoignant dans des quartiers improvisés les sinistrés du tremblement de terre et les mal-logés fuyant le centre. C’est le début de cet amphithéâtre de faubourgs mal structurés et pauvres qui a envahi progressivement depuis 1950 les collines entourant la cité coloniale.

69C’est au développement, à l’échelle nationale comme internationale des forces productives capitalistes, et non plus à un épiphénomène extraordinaire, qu’il faut se référer pour expliquer l’essor des activités économiques et administratives qui allaient donner au Cuzco une fonction régionale. La bourgeoisie de la Côte accède au pouvoir après la chute de la dictature du général Odria en 1956 et l’élection du Président Prado. Celui-ci incarne l’alliance de l’oligarchie foncière et des milieux d’affaires au sein du Banco Popular dont il est justement le Président. Ces classes se font les relais des impérialismes nord-américain et européen disposés à vendre brevets de fabrication, techniques et matériel industriels, et plus encore à s’associer aux capitalistes péruviens, pour créer les filiales des sociétés multinationales. Ces activités commerciales et industrielles s’installent sur la Côte et ne premier lieu dans la capitale Lima.

70La conquête du marché intérieur de la Sierra devient pour elles une nécessité et elles pensent l’obtenir de deux manières. Elles implantent, en premier lieu, leurs succursales et agences dans les principales villes et en particulier au Cuzco. Celui-ci apparaît comme une place encore vierge et une plaque tournante commerciale, notamment vers la ceja de montana où. après la seconde guerre mondiale, on a commencé la construction des routes. Ces nouveaux magasins rompent le monopole des anciennes maisons d’import-export. vendant des articles fabriqués sur la côte, moins luxueux et meilleur marché. Utilisant des techniques modernes de diffusion, de crédit et de publicité, il nouent entre la ville et sa région des liens nouveaux, beaucoup plus intenses et réguliers que les précédents.

71En second lieu, une intervention de l’Etat apparaissait nécessaire pour, sinon éliminer, du moins atténuer, les facteurs qui freinaient la pénétration de l’économie de marché et le développement des forces productrives capitalistes. On se préoccupa tout d’abord des problèmes d’infrastructure des transports, afin de rompre l’isolement des départements de la Sierra. Dans notre région, on améliora les liaisons avec Lima, on construisit quatre routes dans la ceja de montana - l’une d’entre elle se prolongeant jusqu’à Puerto Maldonado - et on élargit dans la puna les mauvaises pistes du temps de Leguia. Le trafic de camions et d’autobus désormais s’intensifia. On entreprit également des programmes de construction d’écoles, puis de dispensaires, qui ne reçurent pas en général le personnel et le matériel nécessaire à leur bon fonctionnement. Il s’agissait d’intégrer culturellement à la société nationale, à la civilisation urbaine et industrielle de type occidental, les populations indiennes. Les réformes plus profondes, et surtout celle concernant le problème de la terre et le blocage formé par l’hacienda, furent longtemps différées, bien qu’on en ait senti la nécessité à partir de 1958. On se limita dans ce domaine à des programmes de développement rural et surtout agricole.

72Le gouvernement péruvien fut aidé dans ses projets de réforme par les organismes internationaux de l’O.N.U., ainsi que par les pays développés, en premier lieu les Etats-Unis. Ces derniers décidaient, après la révolution cubaine et l’apparition de plusieurs mouvements de guérilla-qu’ils aidaient parallèlement à réprimer - un vaste plan d’aide technique et financière. C’est “l’Alliance pour le Progrès”, formulée en 1961, à la conférence interaméricaine de Puntadel Este (Uruguay). Or le Cuzco était devenu un des points chauds du sub-continent, avec de 1947 à 1965, un vaste mouvement de syndicalisation agricole, des invasions d’haciendas et même quelques foyers de guérilla. Des réformes apparaissaient de plus en plus urgentes afin de calmer les violents troubles agraires et l’intervention devint plus importante avec le gouvernement Belaunde (1964-1968). Dans le domaine administratif, des programmes régionaux, avec d’importants crédits et de nombreux techniciens, furent mis en place. Ils étaient nécessaires en raison de l’incapacité des cadres traditionnels liés à l’oligarchie foncière à effectuer les réformes en raison de la faiblesse des classes moyennes locales. Ils reflètent ainsi, en grande partie, le développement des contradictions au sein de l’oligarchie péruvienne, entre la bourgeoisie d’affaires qui contrôlait le gouvernement et les grands propriétaires fonciers de la Sierra. Depuis le coup d’état de 1968, cette intervention de l’Etat s’est trouvé encore renforcée. La Junte militaire de gouvernement a pris l’initiative d’importantes réformes, la réforme agraire en particulier, qui vont bouleverser complètement le type de relation entre la ville et sa région. Il s’est développé, par ailleurs, un capitalisme d’Etat, à côté d’un secteur coopérativisé, qui veut limiter à la fois le rôle de l’oligarchie péruvienne et celui de l’impérialisme étranger.

73Le Cuzco a vu depuis 1964 se développer sa fonction administrative qui s’élargit aux départements voisins d’Apurímac et de Madre de Dios. Dans le secteur industriel, la mise en marche en décembre 1963 de la centrale hydroélectrique de Macchu Picchu, suivie en février 1965 de celle de la fabrique nationale d’engrais de Cachimayo, laissaient espérer beaucoup de l’implantation d’usines modernes dans la région. Une foule de petites entreprises plus ou moins rentables, d’ateliers souvent issus de l’artisanat, s’installaient dans la ville. Ils encourageaient l’ouverture d’une agence du Banco Industrial en 1966 et l’élaboration d’un projet de parc industriel dès 1964. Parallèlement, le tourisme s’intensifiait et devenait le secteur clef des programmes de développement.

  • 82 79. Recensement de 1972. Résultats provisoires O.N.E.C., Lima, août 1972.

74La ville fut, beaucoup plus que sa région la principale bénéficiaire de ces divers progrès. Sa population passait de 40.657 habitants en 1940 à 79.857 en 1961. Elle doublait ainsi en vingt ans, alors que ce phénomène avait nécessité auparavant une période de quarante ans (du début du siècle à 1940) pour ne retrouver d’ailleurs que le chiffre de population de la fin de la Colonie. En 1972, sa population atteignait 120.88182 habitants. Elle connaissait d’autre part de profondes transformations sociales. Alors que grand nombre de propriétaires terriens allaient vivre à Lima, s’établissaient dans la ville des gérants de sociétés commerciales, venus d’Arequipa ou de la Côte, des employés, des fonctionnaires : tous avaient des revenus réguliers et des habitudes de consommation nouvelles et résolument urbaines. De même, la possibilité de trouver un emploi rémunéré et de vivre mieux, attirait vers la ville aussi bien la bourgeoisie provinciale que les paysans pauvres. Aussi l’industrie de la construction ne s’arrêta pas après la réparation des dégâts du tremblement de terre. Elle trouva à la fois de nouveaux clients parmi les classes moyennes de la ville, de nouveaux terrains vendus par des hacendados se sentant menacés par la réforme agraire, des entrepreneurs actifs, ingénieurs et architectes formés dans les nouvelles facultés, enfin, une main d’oeuvre abondante. Nous avons vu comment dans la vallée du Huatanay et sur les collines périphériques se forma un nouveau Cuzco très différent de celui de la Colonie.

75Dans la région, les progrès économiques ont accentué le clivage entre les provinces les mieux situées ou bénéficiant de conditions plus favorables, et celles qui demeurent très isolées ; de même, dans la population, entre les éléments traditionnels et ceux qui s’intègrent dans le système urbain. Ce clivage apparaît aussi à l’échelle nationale et malgré les progrès réels qu’il a connus ces vingt dernières années, le Cuzco a vu à la fois s’accroître son retard par rapport aux autres régions péruviennes et sa dépendance vis-à-vis de cités plus grandes, comme Arequipa et bien plus encore Lima.

Notes

1 Cf. Horacio URTEAGA. Las tres fundaciones del Cuzco. Lima, 1933

2 Voir à ce sujet Angel ROSENBL AT. La poblacion y el mestizaje en América Buenos Aires. 1954, 2 volumes.

3 John ROWE. « Inca culture at the time of the Spanish Conquest ». Handbook of South American Indians, vol. II, Washington, 1946 p. 183-330.

4 John ROWE. « Inca culture at the time of the Spanish Conquest ». Handbook of South American Indians, vol. II, Washington, 1946 p. 183-330.

5 W. BENNETT & J. BIRD «Andean culture history». Handbook n° 5. New York. 1945.

6 KUBLIR «The Quechua in the colonial world». Handbook of South American Indians, vol. II, Washington, 1946.

7 A. ROSENBLAT. Op. Cit. Cet auteur donne 500 000 habitants pour l’Equateur. 2 M pour le Pérou, 800 000 pour la Bolivie et 200 000 pour le Chili et le Nord-Ouest Argentin.

8 Nathan WACHTEL. La vision des vaincus. Gallimard. 1971.

9 Henri FAVRE. Les Incas. P.U.F. Que sais-je? 1972.

10 Henri FAVRE. Les Incas. P.U.F. Que sais-je? 1972

11 Uriel GARCIA. Sumas para la historia del Cuzco. Cuadernos americanos. Méjico. Mayo-Junio 1969.

12 Garcilaso de la VEGA - Obras completas. Biblioteca de autores españoles. Madrid. 1960. 4 volumes.

13 John MURRA The économie organization of the Inca State. Chicago 1956. Thèse polycopiée.

14 Capacñan . “Chemin des Puissants” : il unissait Quito à Iucuman, par Cajamarca. Jauja. Vilcashuamán, le Cuzco. Il n’est pas inutile de rappeler que la plus longue voie romaine, joignant Jérusalem au mur d’Hadrien en Ecosse, était sensiblement plus courte.

15 Selon CHAVEZ BALLON, chacun de ces trois chemins aurait eu d’ailleurs une fonction spécifique : le chemin militaire passait par les sommets, le commercial suivait la vallée, et à mi-pente, on aurait eu une troisième piste à vocation religieuse. Tous les trois s’unissaient généralement dans les tambos qui leur étaient ainsi communs.

16 Nathan WACHTEL. La vision des vaincus. Gallimard. 1970, p. 140 et suivantes.

17 Relaciones geograficas de Indias ; ed. par M Jimenez de la Espada. Madrid, 1881-1897, 4 vol. ; réédition, Madrid. 1965. 3 vol. Voir en particulier les Relations faites des 1586 sur les corregimientos d’Abancay et de Chumbivilcas et celle de Don Bazco de Contreras y Valverde. en 1669, sur les actuelles provinces de Cuzco, Anta, Urubamba.

18 COSME BUENO. Geografía del Perú Virreinal. Lima. 1951.

19 Les obrajes se distinguaient des chorrillos par leur taille plus importante et surtout par la présence d’un “batán” (moulin à foulon) qui permettait la fabrication de toiles plus fines.

20 Maximiliano MOSCOSO. Apuntes para la historia de la industria textil en el Cuzco. Revista universitaria, Cuzco, n° 122-125 (1962-63).

21 Ce partido englobait alors l’actuelle province d’Acomayo.

22 Maximiliano MOSCOSO ; Op. cit.

23 Dans la description de la ville et des mines du Potosi faite en 1603 et publiée dans les “Relations géographiques des Indes ; on lit : “et quand il n’y a pas de fruits (au Potosí), il y a les pommes venues du Cuzco. qui est à 190 lieues et d’où l’on transporte de grandes quantités de sucre et toute sorte de conserve”. Maximiliano Moscoso (op cit.) dit même que de Paucartambo. on envoyait de la bouse de lama séchée comme combustible pour les fours du Potosí.

24 Cf. Les “Relaciones Geograficas” et le livre de Cosme BUENO ; op. cit.

25 Maximilio MOSCOSO ; op. cit.

26 Maximiliano MOSCOSO ; op. cit.

27 Cf. Les “Relaciones Geográficas” et le livre de Cosme BUENO ; op. cit.

28 Michèle COLIN. Le Cuzco à la fin du xviie siècle et au début du xviiie siècle. Paris, I.H.E.A.L., 1966. L’auteur présente à ce sujet un argument très discutable : la place du Cuzco en cinquième ou sixième position dans les rentrées d’argent de la Caja Real. En fait, il se place après des centres où le contrôle était très facile (Potosi et Cailloma, centres miniers, Chucuito, province royale, et Lima, la capitale), alors qu’au Cuzco il devait y avoir, en raison de la difficulté des communications, beaucoup de fraude dans la transmission du tribut, à tous les niveaux de l’administration coloniale.

29 Maximiliano MOSCOSO ; op. cit.

30 Cet hôtel de la Monnaie est important à signaler car c’est le seul au Pérou en dehors de ceux de Lima et de Potosi.

31 Huamarga et Arequipa dépendaient également, à l’origine du prélat du Cuzco, avant de devenir à leur tour évêché

32 Certains corregimientos ont été toutefois divisés au xixe siècle en deux provinces (Calca y Lares. Quispicanchis, Abancay, Aymaraës, Cotabambas) ou même en trois (Canas y Canchis).

33 En 1691, un collège fonctionna éphémèrement dans le couvent de San Francisco.
Deux hôpitaux étaient réservés aux Espagnols, San Juan de Dios pour les hommes, San Andrès pour les femmes, et un aux “Naturales” celui de San Pedro créé en 1556 et transféré en 1698 à la Almudena.

34 En 1691, un collège fonctionna éphémèrement dans le couvent de San Francisco.

35 En 1692, on transforma le collège de San Antonio Abad en Université et celle-ci fut reconnue officiellement en 1699, malgré l’opposition des Jésuites.

36 Michèle COLIN ; op. cit.

37 Michèle COLIN ; op. cit.

38 Cf. Las Relaciones Geograficas ; op. cit.

39 Nathan WATCHEL. Travaux historiques en cours.

40 Relaciones Geograficas de Indias op. cit.

41 Maximiliano MOSCOSO. Op. cit.

42 Idem, Ibidem.

43 Nathan WACHTEL. Travaux en cours. Les repartos découlent d’une institution coloniale obligeant les indigènes à acheter certaines marchandises.

44 Cf. Anuario del Ministerio de Hacienda. Presupuestos departementales. Archivo historico del Ministerio de Hacienda. Lima.

45 Paul MARCOY. Viaje por los valles de la quina Publié en 1780 dans la revue “Le Tour du Monde”.

46 El Cuzco y sus provincias. Arequipa 1848.

47 Sir Clements R. MARKHAM. Cuzco ; A journey to the ancient capital of Peru. Londres 1856.

48 George SQUIER. Incidents of travel and exploration in the land of the Incas. London. Macmillan and C. 1877.

49 Pour tous ces récits, lire “Antologia del Cuzco” de Raul PORRAS BERRENECHEA. Lima 1961.

50 Markham écrit : “à Lima, on sait beaucoup moins de choses du Cuzco que de Berlin ; pour un Liménien qui est allé au Cuzco, cent ont visité Paris. Le voyage à New-York se fait en moins de temps et avec le quart des inconvénients et des fatigues que celui de Lima à la hautaine ville de la Sierra”. Markham op. cit.

51 Récit anonyme de 1848 ; op. cit.

52 Voir chapitre I.

53 Hildebrando FUENTES. El Cuzco y sus ruinas Lima 1905.

54 Alberto GIESECKE. Censo del Cuzco. Informe sobre el censo leventado en la provincia del Cuzco el 10 Setiembre de 1912. Boletin de la Sociedad Geografica de Lima. Tomo XXIX 3° 4° trimestre. Lima 1913. (p. 142- 167).

55 Vicomte de SARTIGES, Cité par Raul Porras Berrenechea. Op. Cit.

56 George SQUIER. Op. Cit.

57 Paul MARCOY Op. Cit.

58 Cité par Raul PORRAS BARRENECHEA Op. Cit. p. 253.

59 Registre des patentes du Cuzco 1839 (réf. 238) et 1851 (réf. 420). Archivo del Ministerio de Hacienda. Lima.

60 Il y avait III étudiants et 18 professeurs en 1909. selon Hiram Bingham, et 80 en 1933 - dont 8 femmes - selon Charles Wendell Townsend, cités par R. Porras Barrenechea dans Antología de! Cuzco Op. Cit.

61 Anuarios del Ministerio de Hacienda. Presupuesios departamentales. Archivo histórico del Ministerio de Hacienda. Lima.

62 Sir Clements MARKHAM ; op. cit.

63 Sir Clements R. MARKHAM ; op. cit.

64 William Eleroy CURTIS cité par Raul Porras Barrenechea. Op. cit: p. 314

65 Registre de la propriété et immeuble du Cuzco.

66 Registre de la propriété et immeuble du Cuzco.

67 Isaiah BOWMAN qui voyage à une époque où la fièvre du caoutchouc de cueillette a beaucoup diminué depuis 1911, nous a décrit dans “Les Andes du Sud du Pérou” (op. cit.), quelques établissements de caucheros, en particulier celui de Mulanquiato, peu avant le Pongo de Mainique, appartenant à un certain Pereira.

68 Paul MARCOY ; Op. cit.

69 Sir Cléments MARKHAM ; op. cit. Cet auteur cite en 1853, trois haciendas produisant coca, cacao, maïs et riz: San Miguel, Chaupimayo et Cosñipata.

70 Leurs gérants nous ont donné ces dates, mais nous n’en trouvons pas trace dans le récit d’H. Fuentes “El Cuzco y sus ruinas”.

71 Selon le registre de la propriété et immeuble du Cuzco.

72 Hildebrando FUENTES dans “El Cuzco y sus ruinas”, a très bien décrit en 1904 cette animation de la vallée, entre Cuzco et Sicuani que reliait en 2 jours une diligence hebdomadaire depuis 1898.

73 Cf. Hildebrando Fuentes ; Op. Cit.

74 Recensement effectué par la municipalité du Cuzco en 1906

75 Censo nacional de población. 1940 Lima. Dirección nacional de estadísticas y censos.

76 Voir chapitre I.

77 H. FUENTES. El Cuzco y sus ruinas ; Op. Cit.

78 Guía comercial, professional y industrial del Cuzco. Kaminsky y Cía. Arequipa, 1928.

79 Guía comercial, professional y industrial del Cuzco. Kaminsky y Cía. Arequipa, 1928.

80 A côté des vieux établissements de Ciencias et d’Educandas, s’étaient fondés le séminaire de San Antonio Abad, le collège de la Merced pour les hommes, et celui des “filles de Sainte-Anne” pour les jeunes filles.

81 En 1919, des Allemands, Gunther et Tidow achètent l’ancienne brasserie française de Léoncio Vignes (passée, entre temps, en 1916. a d’autres Allemands d’Hambourg, les Ariansen), l’hacienda Calera et la quinta Ccollacalle ; la nouvelle usine devient succursale de la fabrique créée à Arequipa par les mêmes propriétaires. D’après le registre de la propriété et immeuble du Cuzco.

82 79. Recensement de 1972. Résultats provisoires O.N.E.C., Lima, août 1972.

Table des illustrations

Légende Fig. 12.- La Haut-Pérou colonial
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1406/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 865k

© Institut français d’études andines, 1981

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter