Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Les établissements Asto à l’époque préhispanique

 | 
Danièle Lavallée
, 
Michèle Julien

Chapitre II. Modèles d'établissement et habitat

Danièle Lavallée y Michèle Julien

Texto completo

1 — ORGANISATION DE L'HABITAT

1La recherche systématique des points dominants obligeait les Asto a s'installer sur une surface limitée aux pentes plus ou moins fortes, et souvent parsemée d'affleurements rocheux ou de chaos. Partout cependant, l'espace disponible fut utilisé au maximum, tout en ménageant les espaces nécessaires a la circulation, au rassemblement et a la vie des habitants.. S'il n'existe pas a proprement parler de “plan de village” asto, que l'on retrouverait identique sur tous les sites, on retrouve néanmoins dans chaque cas un schéma d'organisation similaire, comportant un certain nombre d'éléments communs, judicieusement adaptés a la topographie particulière de chaque endroit. Nous avons pu étudier en détail ce schéma d'organisation sur quelques établissements relativement bien conservés, situés au-dessus de 4 000 mètres ; quatre d'entre eux se trouvent sur la rive droite du Vilca-mayo ; ce sont, du sud au nord :

2Astomarka — 4 100 metres
Ollute — 4 200 metres
Chuntamarka — 4 400 metres
Awkimarka — 4 200 metres

3Deux seulement, étant donné l'état de destruction plus avancée des sites, dominent le Mantaro :

4Kuniare — 4 100 mètres
Waraqolaqay — 4 250 metres

Les places centrales

5Les surfaces centrales les plus planes sont occupées par des esplanades entourées de murets et ne comportant pas d'édifices a l'intérieur. Elles peuvent etre multiples, et de petite taille, ou uniques et vastes, selon la configuration du terrain. A Chuntamarka par exemple, il existe plusieurs petites esplanades délimitées par de gros blocs rocheux affleurants ; l'une d'elles comporte un siege grossierement taillé dans le roc, mais c'est la le seul exemple d'aménagement que nous ayons rencontré.

6Ces places occupent le sommet des sites établis sur une éminence arrondie (a Ollute par exemple), et la dépression — l'ensellement — reliant deux sommets lorsque l'implantation s'est faite sur une double éminence (a Astomarka, Chuntamarka et Waraqolaqay) ; elles sont dans ce cas généralement très vastes, et partagent le village en deux ensembles distincts. Il est difficile de ne pas penser alors, bien que nous n'en ayons aucune preuve, a l'organisation traditionnelle en deux moitiés — hanan et hurin — des villages quechua.

L'espace construit

7L'habitat s'étend aux abords de ces places centrales ; il est constitué exclusivement d'édifices circulaires, disposés par petits groupes en ovale ou en polygone autour d'un espace libre. Nulle part en effet nous n'avons trouvé d'édifice rectangulaire. Nous avons donné a ces groupes de constructions rondes ouvrant sur une cour le nom d' “unités alvéolaires” ; le nombre des édifices qui les composent est très variable (de 2 a 12), mais chaque unité semble constituer un tout suffisament cohérent pour que l'on puisse les comparer entre elles (planche 5).

8L'habitat de sommet : sur les sommets faiblement bombés et sur les pentes douces, la ou toute la surface habitable peut etre utilisée en continuité, les unités aux maisons jointives sont accolées et délimitent une suite de replats séparés par de faibles dénivellations. Les unités comportent fréquemment 7 ou 8 constructions, et nous avons meme observé sur le site de Kuniare des unités de 10 ou 12 constructions. Les cours centrales, plus ou moins ovales, atteignent souvent une quinzaine de mètres de long et sept ou huit metres de large. Lorsque les édifices d'une unité sont légèrement espacés les uns des autres, un muret de faible hauteur les relie, fermant ainsi la cour. D'une unité a l'autre, on circule sans difficulté par d'étroits passages en pente douce, mais il ne semble pas exister de véritables axes de circulation qui desserviraient un grand nombre d'unités (fig 2, 3 et 6).

9L'habitat de terrasse : sur les flancs plus abrupts, généralement a la périphérie des structures que nous venons de décrire, l'habitat n'a pu s'implanter qu'après l'aménagement de la pente en paliers successifs, limités par des murs de soutènement de 2 m a 3,50 m de hauteur moyenne. Chacune de ces terrasses supporte une ou plusieurs unités alvéolaires comparables a celles que nous avons étudiées précédemment ; cependant, l'aménagement du sol explique la forme différente des cours, souvent aussi longues, mais plus étroites, presque rectangulaires. Les édifices, moins nombreux, se groupent de préférence vers l'amont, du coté du mur de soutènement de la terrasse supérieure contre lequel ils s'adossent. Pour circule : d'une unité a l'autre sur une meme terrasse, il existe des passages étroits semblables a ceux du modèle d'habitat précédent ; mais pour passer d'un étage de terrasses a l'autre, la brusque dénivellation interdit l'emprunt de simples pentes. Les Asto auraient pu construire des escaliers, or ceux-ci n'existent nulle part. Ils ont préféré organiser la communication verticale des unités en aménageant de véritables rues en pente raide qui, de place en place, interrompent la continuité horizontale des terrasses. Ces axes de communication verticaux sont a leur tour reliés entre eux par un deuxième système de rues, parallèles aux terrasses cette fois. Tout ce réseau de rues perpendiculaires, d'environ 1,50 mètre de largeur, quadrille ainsi l'espace construit sur les pentes abruptes, et le divise en séries d'ensembles clos, dont la hauteur varie (un ensemble peut avoir 2, 3 ou 4 étages suivant les sites), mais dont la longueur est a peu pres égale dans tous les cas : a Astomarka comme a Chuntamarka, les rues parallèles a la ligne de pente sont espacées d'environ 50 mètres. Elles convergent vers le centre du site ou elle débouchent sur les unités alvéolaires accolées ou les esplanades sans édifices. Généralement, elles s'interrompent a ce niveau ou elles ne sont plus nécessaires ; mais il arrive, a Waraqolaqay par exemple, qu'elles se poursuivent et serpentent entre les unités alvéolaires qu'elles isolent les unes des autres (fig. 4, 5 et 6).

10Les édifices en ligne : qu'il s'agisse de surfaces planes ou de fortes pentes, l'habitat semble donc toujours disposé de façon semblable, sa structure de base étant l'unité alvéolaire. Pourtant il existe un schéma différent, que nous avons observé sur le site d'Awkimarka : sur la pente d'accès du site et a la périphérie de l'habitat organisé en unités alvéolaires, c'est-a-dire dans la zone construite la plus extérieure, il existe de longues rangées parallèles d'édifices circulaires, régulièrement espacés de 2 mètres a 2,50 mètres, qui suivent approximativement les courbes de niveau. Il n'existe ici ni cours intérieures ni terrasses, chaque édifice est isolé et s'ouvre vers l'amont, sur l'espace libre entre deux édifices de la rangée supérieure (disposition en quinconce qui dégage largement l'accès de chaque édifice) (fig. 6).

11Il est certes dommage que nous n'ayons pu fouiller l'intérieur d'au moins une de ces constructions alignées. Leur très mauvais état de conservation (elles étaient remplies de blocs effondrés sur plus d'un mètre de hauteur) nous empêcha de les dégager dans le peu de temps, et avec le peu de moyens, dont nous disposions. Cependant, certains éléments nous conduisent a penser qu'il s'agit peut-être non pas d'habitations, mais de qollqa, édifices destinés au stockage de réserves.

  • 1 C. Morris, Storage in Tawantinsuyu, these inédite, Chicago, 1967 ; et “The identification of functi (...)

12Les types d'architecture associés aux activités de stockage de réserves, alimentaires ou de toute autre nature, ont été amplement décrits par Craig Morris et Browman1. Morris remarque que les zones réservées aux qollqa occupent fréquemment la périphérie des sites d'habitat ; toutefois, dans les deux régions ou il a étudié ce type d'édifices — Huánuco et Jauja — ceux-ci se trouvent au sommet des sites, ou du moins a un endroit plus élevé que les zones réservées a l'habitation. Browman, dans le bassin de Huancayo, a trouvé des qollqa. au nombre de 20 a 50 par établissement, sur le flanc d'accès des sites, et formant une ou plusieurs rangées concentriques qui encerclent les groupements (alvéolaires ?) d'habitations. Ceci correspond parfaitement au schéma d'Awkimarka. Malheureusement, il ne subsiste sur ce site aucun édifice en assez bon état pour que les dimensions, surtout la hauteur, de la porte soient appréciables ; or Morris et Browman ont noté tous deux que les portes des qollqa étaient toujours basses, de 60 cm a 70 cm, atteignant rarement 1 mètre.

Figure 2 : Secteur central du village d'Ollute — habitat alvéolaire accolé sur le sommet du site.

Figure 3 : Secteur central du village de Kuniare — habitat alvéolaire accolé sur le sommet du site.

Figure 4 : Secteur central du village d'Astomarka — habitat alvéolaire sur terrasses.

Figure 5 : Secteur central du vilage de Chuntamarka — habitat alvéolaire sur terrasses.

Figure 6 : Représentation schématique des trois types d'organisation de l'habitat. A : alvéolaire accolé ; 6 : alvéolaire sur terrasses ; C : en ligne.

13Les édifices a “puits” : bien qu'il ne s'agisse pas de structures périphériques, comme les édifices en ligne, nous décrirons maintenant un type de structure particulier, qui nous parait offrir certaine relation avec le précédent.

14Dans 6 villages (trois au-dessus de 4000 mètres : Ollute, Waraqolaqay et Wanaqasa, et trois entre 3500 et 3700 mètres : Antas, Marka-orqo et Will-kaymarka), nous avons rencontré des édifices qui renfermaient des cavités ayant plus ou moins l'apparence de puits. En effet, sur ces sites, plusieurs constructions a différents stades de destruction présentaient, en leur centre, soit une dépression circulaire simple que ne délimitait aucune bordure de pierre visible, soit des blocs entassés, probablement tombés du mur, dont rien n'expliquait la concentration si ce n'est l'inclinaison du sol convergeant vers le centre. D'autres édifices mieux conservés montraient encore clairement une cavité centrale limitée par une bordure de pierres, et en partie comblée par l'effondrement des murs. Une fois dégagées, ces structures se révélèrent posséder, avec des variations de détail, un certain nombre de caractéristiques communes :

15— elles ne sont pas en plein air, mais toujours a l'intérieur d'un édifice circulaire de 3,50 a 4 mètres de diamètre, dont elles occupent le centre.

16— les constructions qui les abritent se trouvent le plus souvent sur le sommet des sites, c'est-à-dire près de la zone la plus densément habitée et a proximité des places centrales lorsqu'il y en a. Il est fréquent de rencontrer plusieurs constructions a puits groupées, mais elles ne constituent jamais une unité alvéolaire ; en fait, ces constructions paraissent échapper au schéma d'organisation alvéolaire de l'habitat.

17Le type de ces constructions est assez semblable d'un établissement a l'autre : il s'agit toujours de cavités circulaires ou en forme de fer a cheval ; le diamètre maximal varie de 70 a 90 cm, et la profondeur atteint 90 cm ou 1 mètre. La paroi, verticale ou très légèrement inclinée (puits tronconiques), est constituée par un appareillage de blocs calcaires, identique a celui des murs des édifices, quoique la taille des blocs soit en général moindre ; il n'y a pas trace de mortier, ni d'un revêtement intérieur quelconque. Le sol de ces puits est soit constitué par la roche du sous-sol, calcaire en général, soit grossièrement dallé a l'aide de pierres plus ou moins plates de forme irréguliere (planche 6).

18Lorsque nous avons fouillé les puits, leur remplissage et leur sol se révélèrent ne contenir que relativement peu de vestiges : quelques tessons ou débris osseux répartis sur toute l'épaisseur du remplissage sans que cela forme un niveau, plus rarement un objet volumineux (fragment de meule ou de main de meule). Il semble que tous ces vestiges soient tombés du sol entourant le puits au cours de la destruction progressive de l'édifice.

19La nature même de leur maçonnerie, en blocs calcaires assemblés sans mortier, et de leur sol également calcaire et donc poreux, les rend évidemment impropres au stockage de l'eau ; c'est pourquoi nous avons pensé a des magasins, ou plutôt des sortes de silos ayant pu servir a emmagasiner des tubercules.

20Jusque vers 1900, les paysans de cette région des Andes centrales déposaient leur récolte de tubercules (pomme de terre, et autres) a l'intérieur de puits circulaires ou carrés, appelés shunkullu. creusés en bordure du champ dans la puna. Dans ces puits, dont les parois étaient tapissées d'ichu, et le fond recouvert de pierres, les tubercules étaient déposés en couches alternant avec des couches de cendres et d'ichu. Pour fermeture, on disposait, par dessus une dernière couche de cendres puis d'ichu, une couverture de pierres. Tous les deux ou trois mois, chaque famille allait prendre dans ces sortes d'entrepôts souterrains la quantité de tubercules dont elle avait besoin.

21Il est possible que jadis les tubercules aient été déposés dans des. puits semblables, mais creusés a l'intérieur d'édifices. Comment imaginer en effet que les Asto, si soucieux de protéger leurs villages, aient laissé a la portée d'un ennemi éventuel leur réserve principale de nourriture ?

22Cependant, les shunkullu d'époque récente mesurent jusqu'à 2 m de diamètre, et leur profondeur atteint 2 m a 2,50 m ; ils peuvent contenir par conséquent cinq fois plus de volume que les puits retrouvés dans les villages asto. En réalité, il est possible que ces puits en habitation n'aient été que des silos secondaires, le principal des réserves restant enterré dans d'autres puits, de plus grande capacité, en bordure des champs. Dans ce cas, les stocks de nourriture restaient dangereusement a la portée d'un ennemi” éventuel.

23Ce problème de stockage est d'autant plus important que le volume d'une récolte de tubercules relativement a sa valeur nutritive est considérable, et que les Asto devaient sans doute stocker non seulement pour l'année, mais pour la durée d'un cycle de plusieurs années déterminé par le rythme d'alternance des bonnes et des mauvaises récoltes. Il suffit de quelques millimètres de pluie pour qu'une récolte qui s'annonçait abondante devienne catastrophique. L'organisation de stocks, en assurant l'équilibre alimentaire du groupe, a pu limiter les conséquences de ces fluctuations, et on peut même imaginer qu'il existait un système d'échanges et de redistribution entre villages.

  • 2 C. Morris, “The identification oí function in Inca architecture and ceramics”, Revista del Museo Na (...)

24En ce qui concerne les puits rencontrés dans les édifices asto, nous en sommes réduits aux hypothèses, mais nous constatons deux faits importants : les constructions a puits ne font pas partie des unités alvéolaires, et elles se trouvent toujours dans un secteur du village particulièrement protégé. Il ne s'agissait donc pas de structures a usage individuel, mais plutôt collectif. Nous aurions ici une disposition des édifices de stockage très différente de celle observée a Awkimarka, a moins qu'il ne s'agisse d'un mode de stockage appliqué a des produits de nature différente. Il existe enfin une troisième possibilité, d'ordre chronologique cette fois : la présence des qollqa en ligne est généralement associée a des établissements de l'époque incaique et, bien que nous n'ayons pas trouvé de céramique inca a Awkimarka, il n'est pas impossible que le site ait été remanié par, ou sous l'influence des Incas. En revanche, le stockage en puits semble avoir été largement pratiqué avant l'époque incaique ; Morris, dans la région de Huánuco, note la présence de puits dans les établissements Chupachu, antérieurs a l'arrivée des Incas2.

25Les enclos : toujours en s'éloignant du centre des villages, nous rencontrons, sur les sites bâtis au-dessus de 4000 mètres, de vastes enclos aux larges murs de pierre d'appareillage grossier. Ces enclos se disséminent, sans organisation apparente, mais toujours sur des pentes relativement faibles en contrebas de la zone densément construite. Toutefois, lorsqu'une muraille protège le site, ils se trouvent enfermés a l'intérieur.

26Lorsqu'on accède au site, les enclos ne sont pas immédiatement visibles, car ils se groupent a l'écart de la voie d'accès, parfois sur la pente opposée lorsque la topographie des lieux le permet ; deux sites seulement échappent a cette règle : Awkimarka et Chuntamarka, ou il n'existe qu'une seule pente praticable.

27Ces enclos, de forme ovale ou rectangulaire, et dont la longueur varie de 15 a 50 mètres, ne comportent qu'une entrée. Ils renferment fréquemment une ou deux constructions circulaires, analogues a celles des unités-alvéolaires. La configuration des lieux, liée au type des structures, permet de penser qu'il s'agit d'enclos a bétail ; les constructions circulaires qu'ils renferment auraient alors servi d'abris pour les pasteurs, ou de bergerie pour les très jeunes animaux. En outre, nous avons remarqué que les enclos, protégés par la muraille ou du moins aisément visibles depuis la zone d'habitat, étaient souvent abrités du vent, et situés dans la direction du point d'eau le plus rapproché : a Qawllapa et Kuniare, ils se trouvent sur le chemin allant du village a la source la plus proche, et qui n'est pas celui par lequel on accède normalement au site. Ceci s'explique aisément si l'on admet que les animaux passaient par l'abreuvoir a l'aller et au retour des pâtures.

28Les enceintes : la quête systématique de refuges naturels et l'extraordinaire concentration de constructions sur un espace a priori peu propice a l'établissement de groupes humains met en évidence un souci de protection qui prime les autres contingences matérielles. Il est donc normal que sur plusieurs sites les défenses naturelles aient été prolongées par un rempart, enfermant ainsi complètement l'espace habité. Ce rempart ne constitue pas a proprement parler une enceinte, puisqu'il n'existe que sur les pentes faibles dépourvues d'obstacles naturels, mais il permet de protéger efficacement les habitants contre les agressions extérieures.

29Sur les flancs accessibles, les remparts sont construits largement en contrebas de la zone d'habitat, ménageant un espace non bati de 50 a 100 mètres de profondeur ; nous avons vu que des enclos a bétail occupaient fréquemment cet espace protégé.

30Ces remparts s'étendent parfois, comme a Astomarka, sur plusieurs centaines de mètres de long, ne s'interrompant que la ou il existe une falaise ou un escarpement rocheux. Ils peuvent être simples ou doubles : a Waraqolaqay, deux remparts parallèles s'élèvent a 50 mètres de distance l'un de l'autre.

31La muraille qui les constitue peut atteindre 1 ou même 2 mètres d'épaisseur et, dans son état actuel, mesure 1,50 a 2 mètres de haut (vers l'aval) ; nous ignorons quelle était la hauteur originale de cette muraille, mais nous ne pensons pas qu'elle ait été bien supérieure a ces chiffres. Percée de place en place de larges portes (2 a 2,50 mètres), elle comporte parfois quelques aménagements, tel un chemin de ronde sur la face amont, et des niches rectangulaires ménagées dans l'épaisseur du mur, et qui pouvaient être des niches de guetteur.

32Avec les fortifications se termine la description des structures qui composent l'univers construit des Asto. On s'étonnera peut-être de n'y avoir pas trouvé mentionnée d'architecture en rapport avec l'eau, qu'il s'agisse de constructions destinées a la collecte, l'adduction ou la distribution.

33En effet, sur aucun des sites étudiés nous n'avons trouvé trace d'aqueduc, de réservoir ou de fontaine. Sur les sites établis en position culminante (sur des collines dominant le haut plateau), on aurait pu s'attendre a trouver des vestiges de citernes, destinées a recueillir les eaux de pluie, et, sur les sites les plus bas, des traces de canaux ou d'aqueducs ayant acheminé jusqu'aux villages l'eau des lagunes situées au pied des sommets les plus proches. Or nous n'avons rien trouvé. Nous devons donc admettre que la population des villages s'alimentait en eau aux sources ou nappes d'eau affleurantes les plus proches, et que chaque famille constituait ses réserves journalières, sans qu'il ait été prévu de réserve collective. Compte tenu de l'éloignement des points d'eau, situés en général a trois quarts d'heure ou une heure de marche et toujours en contrebas, ceci supposait un continuel va-et-vient du village a la source. Arriaga note, en 1621, a propos des pueblos viejos :

  • 3 P. de Arriaga, La extirpación de la idolatría del Perú (1621), Lima, 1922, p. 21.

“ils [les indiens qui fuient les concentrations] préfèrent vivre dans des endroits si inhospitaliers et si difficiles — j'en ai vu certains ou il fallait descendre près d'une lieue pour aller chercher l'eau, et a beaucoup de ces endroits on ne peut accéder qu'a pied”.3.

34Cet éloignement relatif des points d'eau explique également que les enclos a bétail aient été placés le plus près possible des sources, tout en se trouvant a l'intérieur du périmètre protégé. Cette absence d'eau devait singulièrement limiter la capacité de défense des villages pourtant organisés en vue de parer d'éventuels assauts. On serait tenté de croire qu'a cette époque, les opérations militaires, sans doute fréquentes et brutales, n'avaient que l'ampleur et la portée de simples razzias.

II — L'UNITE D'HABITATION

35Apres avoir décrit l'organisation générale des villages asto, et les différentes structures construites qui les composent, nous voyons que l'élément principal en est toujours l'unité alvéolaire. Qu'ils soient accolés sur les sommets ou étages sur les pentes, qu'il existe ou non une muraille pour les protéger, ces petits ensembles de constructions circulaires dont le nombre est très variable (de 2 a 12 édifices par unité) constituaient clairement autant d'unités d'habitation indépendantes les unes des autres.

36Pour en comprendre le fonctionnement, nous avons cherché a retrouver la destination des différents édifices. Dans ce but, nous avons dégagé un certain nombre de constructions, et effectué des fouilles afin de voir s'il existait des différences dans l'architecture, les structures et le matériel mis au jour.

Le cadre construit — architecture de l'édifice (planche 7)

37Les constructions comportent une pièce unique avec une seule entrée et semble-t-il un seul niveau. Leur forme, circulaire en général, s'adapte a la configuration du terrain, et les édifices adossés a un mur de soutènement ou une paroi rocheuse sont fréquemment ovales ou irréguliers. Le diamètre intérieur maximal varie de 3 a 6 mètres, et la majorité des édifices ont un diamètre intérieur de 3,50 a 4 mètres.

38Les murs sont constitués par deux assises concentriques de gros blocs non dressés entassés plus ou moins régulièrement, et l'intervalle central est comblé par un blocage de pierraille. La matière première employée sur la grande majorité des sites est le calcaire local, dont le délitage naturel donne des blocs grossièrement parallélépipédiques, refragmentés ensuite en blocs plus petits de 30 a 50 cm de longueur. Dans la plupart des cas, le mortier est absent, et ce n'est que sur un site — Laiwe — que nous avons rencontré un type d'appareillage plus élaboré, ou les blocs calcaires étaient liés par un mortier blanchâtre paraissant fait de terre mêlée de cendres. Le mur ainsi construit, de 50 a 60 cm d'épaisseur (chiffre constant sur tous les sites et quel que soit le diamètre de l'édifice), n'a qu'une vingtaine de cm de fondations (la hauteur d'une assise de blocs) et seulement lorsque l'épaisseur de terre meuble le permet ; souvent, il s'élève directement sur le socle rocheux affleurant dont il épouse étroitement le profil.

  • 4 Fernàndez de Oviedo, Historia general y natural de las Indias, islas y tierra firme dek mar océano (...)

39Aucun site ne renfermait d'édifices suffisamment bien conservés pour que nous puissions apprécier la hauteur totale des murs, qui présentent toujours une légère inclinaison vers l'intérieur ; il semble cependant qu'ils n'aient pas dépassé 2 mètres, ce qui nous a fait dire qu'il s'agissait de constructions a un seul niveau. Quant a leur couverture, nous en sommes réduits aux hypothèses ou aux comparaisons ethnographiques ; dans d'autres régions des Andes centrales ou des édifices analogues sont mieux conservés, le haut des murs est absolument plat, sans la moindre trace d'aménagement susceptible d'avoir supporté des poteaux de charpente. Par ailleurs, des documents graphiques de la période coloniale (dessins ou peintures) nous montrent parfois, représentées dans l'angle d'une scène a caractère historique ou religieux, les petites maisons rondes des paysans surmontées d'un toit de paille conique ; et Oviedo écrit4 :

“les maisons de la sierra ont comme toits d'épaisses couches d'ichu, ce qui est la meilleure façon de couvrir, car cela ne pourrit jamais”.

40Les toits asto devaient être semblables, et soutenus ou non par un poteau, central (dont la présence semblerait logique, mais dont nous n'avons retrouvé aucune trace au cours du décapage des sols des édifices).

41La porte est étroite — 70 a 80 cm de large — et comporte un seuil, fait d'une large dalle plate ; s'il se trouve a peu près au niveau du sol extérieur, ce seuil domine en revanche le sol de terre battue de la maison d'une vingtaine de cm. Nous ignorons la hauteur des portes, mais elles ne devaient guère dépasser 1,30 a 1,50 mètres.

42A l'intérieur, aucune trace de fenêtre, de niche ni du moindre aménagement des parois ; tout au plus les renfoncements accidentels des murs,, dus a l'irrégularité des pierres, nous ont-ils paru avoir été parfois mis a profit pour y déposer de menus objets.

43Telles se présentent les maisons asto sur tous les sites, groupées en unités mais toujours identiques, mises a part de petites variations de dimensions et de forme. Ainsi, l'architecture ne peut nous renseigner sur la fonction des édifices. Quel bâtiment de l'unité — dans notre conception de-l'unité alvéolaire comme habitat familial — servait de cuisine, ou de grenier, ou de logis proprement dit ? seule l'analyse minutieuse du contenu des ; édifices, grâce aux décapages des sols effectués dans 23 constructions, nous, a fourni quelques éléments. Ce sont ces éléments que nous étudierons maintenant.

L'espace intérieur — sol et aires d'activité (planches 8 et 9)

44L'idéal eut été de pouvoir décaper en totalité les sols de tous les-édifices composant une unité alvéolaire, et ceci sur plusieurs sites. L'état de ceux-ci rendit malheureusement ce travail impossible ; nulle part nous n'avons pu trouver une unité alvéolaire dont tous les édifices aient été suffisamment bien conservés. A Chuntamarka, nous avons choisi une unité bâtie sur une terrasse du flanc sud-ouest, qui se composait a l'origine de 6 édifices dont 3, clairement repérables, furent fouillés ; les 3 autres ne comportaient plus de visible qu'une faible portion du mur, et le sol archéologique avait disparu. A Kuniare, l'étude porta sur une unité située sur la pente-sud et comportant 5 édifices relativement bien conservés (tous les murs subsistaient sur environ 50 cm de hauteur, et les sols enfouis a une trentaine-de cm de profondeur sous le sol actuel étaient intacts). Les fouilles effectuées sur ces deux sites nous permirent ainsi d'étudier des ensembles et d'en comparer les éléments significatifs. Par ailleurs, des décapages de sols dans 15 édifices isolés (appartenant a des unités partiellement détruites) sur divers sites, permirent de vérifier certaines hypothèses concernant la destinations des structures ou des restes contenus dans les sols archéologiques.

45En effet, les témoins retrouvés a l'intérieur des édifices sont de deux sortes : d'une part des “structures d'aménagement” qui peuvent être construites (dallages) ou non construites (fosses a déchets, foyers et aires brûlées, amas cendreux), d'autre part des vestiges mobiliers (tessons de poterie, objets de pierre taillée ou polie, objets d'os ou de métal), dont la répartition sur le sol rend compte de l'aménagement intérieur de chaque édifice.

46De l'aménagement de l'espace intérieur et de la répartition du mobilier, il est possible de déduire l'organisation des aires d'activité dans chaque édifice. Quant a l'éventail des vestiges mobiliers, il nous renseigne a la fois sur l'outillage, ou plutôt l'équipement technique des occupants et son usage probable, et enfin — par l'analyse des restes organiques de toutes sortes — sur les produits qui furent utilisés ou consommés par les Asto.

47Il ne sera question dans ce chapitre que des structures, construites ou non. L'analyse des vestiqes mobiliers, tant objets fabriqués que déchets, formera la matière du chapitre suivant, ou ils seront étudiés a la fois comme témoins de gestes techniques et comme reflets des ressources naturelles mises a profit par l'homme.

48Foyers et cendres : les sols de tous les édifices fouillés portent des traces de combustion, qu'il s'agisse de charbons de bois épars, d'amas de cendres, ou d'aires plus ou moins vastes de terre rougie par le feu. Il convient cependant de faire une distinction entre les phénomènes contemporains de l'occupation asto et ceux qui pourraient résulter de remaniements ultérieurs (incendies postérieurs a la conquête espagnole, ou combustion des troncs et racines d'épineux lors de la collecte actuelle du bois).

49Il est très difficile, sur un sol présentant une faible épaisseur, d'affirmer qu'une aire de combustion est ou n'est pas en relation avec la vie domestique ; aussi avons-nous établi notre distinction a partir des éléments composant ces aires, et de leur emplacement dans l'édifice. C'est seulement dans 3 constructions sur 23 que nous avons de vrais “foyers”, c'est-à-dire une structure circulaire, légerement convexe, composée d'une croûte noire reposant sur 5 cm environ de terre rougie, et entourée d'une couronne de cendres plus ou moins large. Dans les trois cas, le foyer se trouve dans la partie centrale de l'édifice.

50Nous avons également considéré comme foyers les structures trouvées dans 5 autres édifices, composées d'un amas de charbons ou de cendres reposant sur de la terre rougie, et qui peuvent avoir été semblables aux précédents, mais abandonnés a un autre stade de leur utilisation. 4 d'entre eux sont au centre de l'édifice et 1 juste devant l'entrée.

51Ainsi, sauf dans un cas, les foyers se trouvent tous vers le centre de la maison, a au moins 1 mètre du mur.

52Associé a chacun de ces foyers, il existe toujours un amas de cendres fines et pulvérulentes, déposé le long du mur, généralement a l'opposé de la porte, directement sur le sol ou dans une fosse lorsque l'épaisseur du sol le permet. A ces cendres sont souvent mêlés de menus fragments de charbons, des petits tessons ou des éclats de pierre brûlés, mais il ne s'y trouve jamais de déchets de grande taille. Il semble bien en effet que ces cendres aient été triées et gardées dans un but précis puisque, dans certains cas, nous avons trouvé de tels tas de cendres dans des édifices ne contenant pas de foyer. Si on se rappelle les hypothèses concernant l'usage des puits décrits a la page 40 on peut penser que les cendres étaient, conservées afin d'être disposées en couches protectrices avec les réserves de tubercules.

53Quant aux aires de terre rougie de grande étendue, et aux petites concentrations de charbon trouvées de place en place, nous pensons qu'elles sont le résultat, non d'activités de combustion contemporaines de l'occupation de l'édifice, mais d'incendies postérieurs (voir page 27).

  • 5 R. Ravines (communication personnelle — 1971).

54Il semble que les Asto aient ignoré l'usage du fogon, cette sorte de fourneau de terre cuite actuellement utilisé dans la majeure partie des Andes centrales, et qui a été aussi retrouvé dans des édifices préhispaniques dans la région de Huancavelica5. Ils devaient poser leurs marmites, dont les fonds sont en effet encroutés de suie, directement sur le feu, a peine calées par quelques pierres de petite dimension ; on retrouve parfois certaines de ces pierres, fendues ou rougies par le feu, mêlées aux cendres déposées le long du mur. De tels foyers, dont ni les flammes ni la fumée n'étaient canalisées, devaient enfumer largement la pièce ; ceci explique probablement leur emplacement au centre de l'édifice, voire en face de la porte, afin de permettre a la fumée de s'échapper plus librement.

55Sols dallés (planche 8) : a deux reprises, dans l'édifice F de Chunta-marka et l'édifice C de Kuniare, nous avons mis au jour un sol, sinon vraiment dallé, du moins empierré. Dans toutes les constructions nous avons toujours trouvé de nombreuses petites pierres mêlées a la terre et aux vestiges, mais jamais elles ne constituaient un revêtement continu et horizontal comme dans ces deux cas, formé d'une seule couche de pierres de forme et de taille irrégulieres (5 a 15 cm) mais plus ou moins posées a plat. Cet empierrement du sol était assez lache, et dans les interstices s'étaient glissés de nombreux petits vestiges (tessons de poterie ou fragments osseux) qui ne se trouvaient cependant jamais sous les pierres elles-mêmes.

56A Chuntamarka, ce dallage grossier couvrait d'une façon continue environ les trois quarts de la superficie de l'édifice. A Kuniare, la partie empierrée formait une bande d'environ 40 cm de largeur, qui traversait en diagonale l'édifice en décrivant une légère courbe, et s'arrêtait un peu au delà du centre ; le reste de la surface présentait l'aspect normal d'un sol de terre tassée.

57Quelle pouvait être l'utilité de l'empierrement ? la présence de pierres rend la surface peu propice a la circulation et, d'une façon générale, a l'habitat. On n'imagine pas tres bien pourquoi les occupants auraient empierré ainsi le sol, alors qu'ils devaient circuler le plus souvent pieds nus et dormir a même le sol sur quelques peaux ou couvertures. Il est peu probable par ailleurs que l'édifice de Chuntamarka ait servi de “cuisine”, car nous n'y avons trouvé ni cendres, ni fragments d'os brûlés. En revanche cet édifice a tiers bien pu servir de grenier ou d'entrepôt ; la partie du sol. décapé contenait en effet un grand nombre de fragments de poterie provenant principalement de jarres d'assez grande taille qui, comme nous le ver-ions plus loin, pouvaient servir a garder des réserves. La présence de pierres sur le sol pouvait dans une certaine mesure isoler de l'humidité des produits, végétaux ou animaux, qui y auraient été étalés.

58A Kuniare, le problème est différent du fait que le sol n'est empierré que sur une superficie très limitée ; le sol alentour reste habitable, et il existe par ailleurs au centre de l'édifice un foyer dont la présence, jointe a celle de cendres et de nombreux fragments osseux, brûlés ou non, prouve que l'on y a fait la cuisine. Enfin, une exceptionnelle abondance de déchets de pierre taillée (21 nucleus ou déchets de nucleus, et 144 éclats de débita -ge) permet de supposer qu'on s'est livré dans cette maison au travail de la pierre. Nous ignorons quelle pouvait erre alors l'utilité de la bande empierrée ; vestige d'une cloison ? ou surface revêtue pour y déposer une sorte particulière d'objets ? aucun élément ne nous apporte le moindre renseignement.

59Edifices composites et annexes : au milieu de tous ces édifices asto étonnamment semblables, que rien ou presque ne distingue ni dans l'aspect externe ni dans les dimensions, nous avons cependant rencontré deux exemples de structures construites composites, ou au local principal d'habitation étaient adjoints un ou deux locaux secondaires de dimensions plus réduites.

Figure 7 : Edifices composites et annexes. A : édifice composite a Shanki ; B : édifice composite a Astomarka.

60Dans l'unité 5 de Shanki, deux petites constructions annexes sont accolées a l'un des édifices circulaires : sur l'un des cotés, un mur semicir-culaire prenant appui sur le mur de l'édifice principal délimite une sorte de pièce contigüe, ouvrant sur la terrasse centrale ; a l'arriére, adjacent a la fois a l'édifice principal et a ce mur, se trouve un second petit édifice rond, d'1, 70 m de diamètre intérieur, et ne comportant pas de porte (fig. 7 - A). L'architecture des trois constructions est identique, et tout indique que l'ensemble fut édifié en une seule fois ; l'épaisseur des murs des deux annexes est toutefois légèrement inférieure a celle du mur de l'édifice principal. L'état actuel des constructions fait qu'il est impossible de savoir si l'annexe latérale comportait ou non un toit, très probable s'il s'agissait d'un espace réservé a la cuisine ; une couverture s'imposait moins dans le cas d'un simple enclos destiné a parquer des animaux ou entreposer des instruments quelconques. Quant au petit édifice de l'arriére, démuni de porte, il ne pouvait par conséquent être couvert, sinon par une claie mobile ; il s'agit sans doute d'une pièce servant de dépôt ou de réserve, dans laquelle il n'était pas nécessaire de pénétrer, et le mur devait en être assez bas.

61A Astomarka, un édifice circulaire isolé comporte a l'arriére un local annexe de diamètre inférieur, ouvrant sur la pièce principale. Le décapage du sol de cette annexe révéla un vaste foyer accompagné d'un tas de cendres et de nombreux fragments osseux brûlés ou non, occupant environ un quart de la surface ; le sol de l'édifice principal ne comportait ni foyer ni cendre (fig. 7 - B). On a donc la un exemple, exceptionnel semble-t-il, de cuisine nettement séparée du reste de l'habitation.

62Il est possible que l'état actuel des sites nous ait empêchés d'observer quelques autres structures du même genre. Cependant, les relevés et plans effectués sur de vastes portions des sites les mieux conservés montrent bien qu'il s'agit de cas exceptionnels puisque, sur un total de 20.000 m2 mis sur plan, deux seulement ont été relevés.

Notas

1 C. Morris, Storage in Tawantinsuyu, these inédite, Chicago, 1967 ; et “The identification of function in Inca architecture and ceramics”. Revista del Museo Nacional, tome XXXVII. Lima, 1971, p. 138. D. Browman, Prehispanic occupations of the Huancayo basin, these indite, 1970. p. 230.

2 C. Morris, “The identification oí function in Inca architecture and ceramics”, Revista del Museo Nacional, tome XXXVII, Lima, 1971, p. 137.

3 P. de Arriaga, La extirpación de la idolatría del Perú (1621), Lima, 1922, p. 21.

4 Fernàndez de Oviedo, Historia general y natural de las Indias, islas y tierra firme dek mar océano (1535), Madrid, 1851-1855, tome IV, livre XLVI, cap. XVII, p. 231.

5 R. Ravines (communication personnelle — 1971).

Índice de ilustraciones

Leyenda Figure 2 : Secteur central du village d'Ollute — habitat alvéolaire accolé sur le sommet du site.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1353/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 684k
Leyenda Figure 3 : Secteur central du village de Kuniare — habitat alvéolaire accolé sur le sommet du site.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1353/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 720k
Leyenda Figure 4 : Secteur central du village d'Astomarka — habitat alvéolaire sur terrasses.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1353/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 688k
Leyenda Figure 5 : Secteur central du vilage de Chuntamarka — habitat alvéolaire sur terrasses.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1353/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 544k
Leyenda Figure 6 : Représentation schématique des trois types d'organisation de l'habitat. A : alvéolaire accolé ; 6 : alvéolaire sur terrasses ; C : en ligne.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1353/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 424k
Leyenda Figure 7 : Edifices composites et annexes. A : édifice composite a Shanki ; B : édifice composite a Astomarka.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1353/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 207k

© Institut français d’études andines, 1973

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar

Volumen papel

Cargando

Unavailable