Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitalisme agraire au Pérou. Premier volume

 | 
Jean Piel

Introduction

Texte intégral

1. LA GRAVITÉ DU PROBLÈME AGRAIRE PÉRUVIEN DANS LA SECONDE MOITIÉ DU xxe SIÈCLE

  • 1 Il s’agit de MM. Ernesto Alayza Grundi, Carlos Moreyra y Paz Soldan, José Antonio Saco, Miro Quesa (...)

1Le 10 août 1956, le nouveau Président de la République péruvienne, Manuel Prado, crée par Décret suprême une Commission nationale chargée d’élaborer un « plan intégral pour la diffusion de la petite et moyenne propriété urbaine et rurale ». La direction en est confiée à Pedro Beltrán, l’un des principaux propriétaires fonciers du pays, directeur du journal conservateur « La Prensa ». Tous les membres, ou presque, de cette Commission sont recrutés au sein de la grande oligarchie foncière et financière du Pérou1.

2Le 21 septembre 1960, cette Commission remet ses conclusions au Gouvernement. Elle conseille la promulgation d’une réforme agraire contrôlée et appliquée par étapes à l’ensemble du territoire national ; réforme qui affecterait les grandes propriétés foncières les plus archaïques, jusque-là maintenues dans des rapports de production précapitalistes ; réforme qui ne toucherait pas au contraire les grandes propriétés ne dépassant pas 800 ha de bonnes terres irriguées sur la côte péruvienne — ce qui exempte dans les Andes ou dans la forêt amazonienne des grands domaines de plusieurs dizaines de milliers d’hectares. De plus, les grandes propriétés foncières capitalistes ayant consenti un seuil minimal d’équipement industriel de leur exploitation sont préservées de l’application de la réforme préconisée, quelle que soit leur étendue. On le voit, la grande oligarchie foncière, dont les membres ont siégé dans la Commission, entend préserver ses intérêts essentiels — investis dans le grand domaine capitaliste et modernisé — en sacrifiant à la pression sociale et économique la fraction la plus retardataire de la classe des grands propriétaires fonciers traditionnels.

3C’est au Président Belaunde Terry qu’il revient d’appliquer ces recommandations, dans un climat d’agitation agraire qui se généralise dans tout le Pérou après 1962. Il le fait en promulgant la première loi générale de réforme agraire du Pérou, en 1964. Très vite toutefois, cette loi révèle ses limites. Faite pour parer au plus pressé devant l’effervescence sociale qui parcourt les campagnes péruviennes et, en dernière analyse, pour RENFORCER le grand domaine capitaliste moderne, elle ne répond pas à l’extraordinaire menace d’explosion agraire dénoncée à l’échelle panaméricaine dès 1956 à la conférence de Punta del Este. Très vite, la situation économique, politique et sociale du Pérou se détériore, jusqu’à provoquer des guerrillas en 1965 et un effondrement du système politique civil en 1968. Face à cette situation, l’armée péruvienne prend le pouvoir par un coup d’État, nationalise les entreprises pétrolières américaines dont le sort était en suspens depuis plusieurs années, et promulgue à son tour une nouvelle loi de réforme agraire, beaucoup plus radicale, en 1969.

4Devant la résistance de l’oligarchie foncière, l’armée frappe un grand coup au cours de cette même année en occupant militairement quelques-unes des plus grandes unités de production sucrières dont les propriétaires étaient parmi les membres les plus représentatifs et les plus actifs de l’oligarchie foncière et financière péruvienne. Le radicalisme de cette intervention militaire dans les affaires agraires du pays, douze ans après que Manuel Prado ait reconnu officiellement l’existence du problème agraire nécessitant l’intervention de l’État, au plus haut niveau d’autorité, prouve la gravité atteinte par la question agraire au Pérou dans la seconde moitié du xxe siècle. Un autre indice de cette gravité, encore plus probant, c’est l’importance de l’agitation agraire au Pérou après 1950, et surtout après 1960. Malgré un climat répressif extrêmement dur, sous la présidence du général Odria, une fermentation agraire existe dans tout le Pérou depuis la Seconde Guerre mondiale. Sur la côté nord, des grèves de coupeurs de canne ou de métayers du coton réapparaissent régulièrement, malgré leur interdiction légale. Des communautés villageoises, comme celles de Chepen, se heurtent violemment aux grandes propriétés foncières voisines qui les ont dépouillées de leur terre. Dans les Andes, des événements semblables se produisent çà et là. Après 1950, des avocats et cadres du parti communiste péruvien organisent et défendent les premiers syndicats de tenanciers précaires et de communautés dans la vallée de La Convención et près du Cuzco.

  • 2 Cf. Victor Villanueva, Hugo Blanco y la rebelión campesina, Lima, 1967.
  • 3 Cf. Hugo Neira, Cuzco : tierra y muerte, Lima, 1964.

5En 1957, une grève importante se produit dans cette région sur l’hacienda « Huadquiña », qui mobilise l’ensemble de la main-d’œuvre du fond — peones, arrendires, arrendatarios, allegados, etc. Ce que voyant, le militant trotskyste Hugo Blanco décide de s’implanter dans cette région de La Convención. Il organise bientôt des milliers de paysans indiens, particulièrement sur les haciendas « Paccha Grande », « Chancamayo », « Chaupimayo », dès 1959. En 1960, devant ses succès, la question d’une possible voie insurrectionnelle de la paysannerie péruvienne est posée par un congrès trotskyste réuni à Arequipa. De 1960 à 1962, les grèves se multiplient et, en 1962, une tentative de recourir à une action armée plus généralisée échoue au terme d’une probable provocation2. Malgré cela, le mouvement paysan autour de Cuzco poursuit sa phase ascendante, débordant largement son encadrement de militants politisés. Au cri de « La terre ou la mort ! » tenanciers précaires, travailleurs agricoles et communautés indiennes envahissent, drapeau en tête, les terres dont ils ont autrefois été dépouillés par les haciendas sur lesquelles ils sont contraints de travailler pour des salaires misérables3. Des dizaines, sinon des centaines de milliers d’indiens contraignent ainsi les grands propriétaires à négocier avec eux au siège des syndicats agraires qui ne sont pourtant même pas officiellement reconnus par la loi. Par voie de fait, la paysannerie andine commence d’obtenir alors, par la menace et l’action, ce que tous les projets de réforme agraire n’ont fait jusqu’ici que timidement formuler sur le papier : la liquidation d’un régime agraire latifundiste qui durait depuis quatre siècles. Devant l’importance de cette agitation, des révolutionnaires issus des secteurs radicalisés des classes moyennes urbaines nourrissent un instant l’illusion qu’ils peuvent la transformer en insurrection armée généralisée à tout le secteur rural du pays. Hugo Blanco tombe les armes à la main au pouvoir de la police en mai 1963. En 1965, le leader du M.I.R. (Movimiento de la Izquierda Revolucionaria) d’inspiration castriste, Luis de la Puente Uceda, échoue dramatiquement à lancer un foyer de guerrilla dans la région. Malgré tous ces revers, cette agitation permanente manifeste, plus encore que la politique officielle, l’urgence d’une solution au problème agraire du Pérou.

  • 4 Carlos Malpica, Guerra a muerte al latifundio, Lima, 1964.
  • 5 In ibid., d’après Instituto Nacional de Planification, Primer censo nacional agropecuario.
  • 6 In ibid., d’après Tomas F. Caroll, Formación de nuevas unidades agricolas.

6Ce problème agraire, vers 1955-1960, quel est-il ? Les chiffres varient beaucoup d’une source à l’autre, faute de statistiques rigoureuses et selon les critères d’appréciation variables des observateurs. Néanmoins, les ordres de grandeur restent sensiblement les mêmes à travers les auteurs. Pour Carlos Malpica4, 2.800 propriétés dont la surface est supérieure à 500 ha monopolisent, vers 1960, de 55 à 57 % des terres cultivées de la côte ; 87,2 % des terres exploitées en sierra et 93,42 % des terres mises en valeur dans la jungle amazonienne. Au total, 81,2 % des terres agricoles du pays sont possédées par moins de 3.000 propriétaires5 et 1.404 haciendas supérieures à 1.000 ha possèdent plus de 76 % des terres agricoles nationales6.

  • 7 Oswaldo B . Gonzalez Tafur, Fundamentos de la prosperidad nacional (Peru agropecuario), Lima, 1959
  • 8 In ibid., p. 261. d’après Forum de desarrollo economico, Lima, 1957.

7Quoique, a priori, moins hostile au système de la grande propriété foncière monopoliste, Oswaldo Gonzalez Tafur donne des chiffres également dénonciateurs de l’extraordinaire accaparement de la richesse foncière nationale par une poignée de grands propriétaires vers 19557. D’après lui, il existe alors au Pérou 68.798 propriétés agricoles dont la surface totalise environ deux millions d’hectares. 50.170 de ces propriétés — soit 73 % — couvrent de quelques ares à 5 ha et correspondent à ce qu’il est convenu d’appeler le minifundio. Ces minifundios totalisent 157.525 ha, soit 7,9 % de la surface agricole du pays. Par contre, 1.140 grandes propriétés, supérieures à 500 ha, couvrent ensemble un million d’hectares ; soit 2 % des propriétés monopolisant 50 % de la surface agricole8. L’opposition latifundio-minifundio — l’un provoquant l’autre — est donc radicale. Elle écrase littéralement le pourcentage de la moyenne propriété, comprise selon les régions entre 5 et 50 ha.

  • 9 In ibid., p. 208, d’après Banco Central de Reserva, Renta nacional del Peru : 1955, Lima, 1956.
  • 10 In ibid., p. 225.

8Au plan social, ces chiffres signifient qu’en 1955 les 682.296 salariés agricoles péruviens touchent moins de 7,6 % du revenu national, cependant que 62 % du revenu national officiellement recensé sont versés aux catégories privilégiées non salariées, et non productives9. Au plan humain, ces chiffres signifient que pour trois millions de Péruviens qui consomment 3.200 calories quotidiennes, plus de sept millions de Péruviens ne parviennent pas au seuil minimal des 1.800 calories par jour10, faute d’emploi, de salaire décent ou parce qu’ils sont condamnés à vivre en quasi autarcie sur des parcelles agricoles minuscules.

9Dans un pays où 63 % de la population dépend en 1955 directement ou indirectement de l’agriculture, un tel excès de concentration monopolique de la terre et des richesses aux mains d’une poignée de latifundistes d’une part, un tel dénuement de l’immense majorité de la population agricole d’autre part, signifie que la structure agraire qui est à la racine de cette situation est une structure en CRISE. Et cette crise est grosse de danger car elle bloque l’évolution économique et sociale de la nation et menace de provoquer des explosions de colère terribles. On le voit bien en 1956, lorsqu’une sécheresse qui sévit dans le monde andin suscite une véritable famine et l’exode accéléré, vers les villes, de paysans indiens sans terre qui se convertissent en chômeurs au sein de bidonvilles misérables. Arrivée à ce point, la crise agraire menace de provoquer une crise généralisée à l’ensemble de la société péruvienne.

***

2. CONSTITUTION HISTORIQUE DU PROBLÈME AGRAIRE PÉRUVIEN ET PLAN DE L’ÉTUDE

10D’où vient alors que les gouvernants successifs du Pérou, et les fractions de classe dirigeante qui les soutenaient, aient laissé se développer une situation agraire aussi explosive ? Formuler la question, c’est évoquer l’histoire agraire du Pérou. Si, en effet, le problème agraire du Pérou contemporain est celui de la crise d’une structure agraire outrancièrement dominée par le monopole du grand domaine foncier, le latifundio, force est de se poser la question de savoir comment s’est constitué historiquement au Pérou ce latifundio. Ce qui nous renvoie non seulement à l’histoire de la grande propriété foncière elle-même, mais aux conditions — géographiques, économiques, sociales, culturelles — qui lui ont donné naissance et aux effets que l’existence du latifundio a eu sur la société péruvienne au point de lui imprimer, comme nous le verrons, son empreinte dominante. Il n’est donc pas seulement question de faire dans ces pages l’histoire du latifundio péruvien, mais le procès historique du latifundisme au Pérou — ce qui pose immédiatement le problème non seulement de la terre et de sa propriété, mais de ses formes de mise en valeur et de son importance dans la société globale. Le thème de la recherche n’est donc pas centré exclusivement sur la propriété, mais à la fois sur la terre, l’agriculture et la société, dans leurs relations réciproques.

11Tout ce que nous savons de l’histoire agraire du Pérou nous pousse en effet vers cette solution. C’est à partir de la fin du xvie siècle, quelques quarante à soixante ans après la conquête de l’empire des Incas par les Espagnols, que commence de se constituer la grande propriété foncière péruvienne coloniale aux dépens des terres communales indiennes. Or, ce processus est inexplicable par lui-même si l’on ne tient compte des conditions nouvelles, économiques et sociales, qui poussent alors la société coloniale dominante à préférer le contrôle des populations conquises par les mécanismes juridiques et économiques de la propriété terrienne — l’hacienda — plutôt que par la domination administrative-fiscale qu’elle avait exercée jusque-là sous la forme du repartimiento ou de l’encomienda. Dès le début de son existence, la propriété de la terre au Pérou, en terme de droit romain, ne s’explique qu’en corrélation avec le marché mercantiliste colonial de monopole et avec la crise traversée par la société indigène subjuguée depuis la Conquête.

12Au dix-neuvième siècle, lorsque la structure agraire coloniale du Pérou indépendant est altérée par le capitalisme commercial de libre échange et la promulgation d’un droit agraire libéral favorisant en principe la mobilisation et la libre circulation des hommes, des biens et des produits, c’est à des facteurs extérieurs au strict procès juridique interne de la propriété terrienne qu’il faut faire référence pour comprendre l’essor d’un néo-latifundisme républicain au Pérou. Mais, inversement, la consolidation et l’extension du latifundio péruvien au cours de quatre siècles et demi de vie coloniale et néo-coloniale finit par bloquer l’évolution du reste de la société péruvienne dans le sens d’un véritable libéralisme économique et d’une industrialisation en rapport avec les besoins du pays. Le capitalisme colonial et néocolonial, mercantiliste commercial puis commercial libre-échangiste, s’étant développé au Pérou dans le cadre d’une économie agricole dépendante de métropoles économiques extérieures à la nation, ne pouvait donner naissance qu’au monopole terrien en faveur des rares détenteurs de capital ou de prestige social. Ce monopole constitué, il devenait impossible de disposer, à ses marges, des hommes et des ressources du pays qu’il avait accaparés à son exclusif profit. Le fait devient patent au lendemain de la Première Guerre mondiale, et plus encore après la grande crise économique de 1930, lorsque le Pérou tente — vainement — d’échapper au caractère latifundiste et dépendant de son économie dominante.

13Toutes ces considérations décident donc non seulement du thème, mais de la périodisation et du plan général de l’étude. Dès 1920-1930, pensons-nous, les éléments de la crise agraire, manifeste après 1956, sont déjà réunis. Nous arrêterons donc l’étude au lendemain de la Première Guerre mondiale, en l’étendant éventuellement, concernant certains thèmes spécifiques, jusqu’à la crise économique et politique traversée par le Pérou en 1930. Où la commencerons-nous ? La solution tentante était de suivre l’histoire agraire du Pérou républicain à partir de 1821, date de son indépendance. Mais, outre que cela ne rendrait pas compte des origines de la structure agraire alors déjà en place, cela ne nous permettrait pas davantage de situer dans le temps la rupture qui se produit, au sein de la société agraire péruvienne, entre la période coloniale et la période républicaine. L’indépendance n’est en effet qu’un phénomène politique et juridique, une volonté de changement, non le changement lui-même. Surtout dans le domaine d’une structure agraire qui, par définition, évolue plus lentement que la conjoncture politique ou économique. En fait, la véritable rupture ne s’accomplit avec la société agraire héritée de la période coloniale qu’après 1840, lorsque, avec l’exportation de son guano et de son salpêtre, le Pérou entre véritablement au sein du marché mondial de libre échange. De 1840 à 1920, en effet, le Pérou, comme le reste du monde capitaliste, entre dans une phase de croissance économique de longue durée — phase A du cycle de Kondratieff — qui correspond à la phase d’expansion et de croissance de l’agriculture péruvienne d’exportation, donc au néo-latifundisme républicain.

14D’où le plan général de notre étude : dans une première partie, nous analyserons les origines historiques de la société agraire péruvienne telle qu’elle existe vers le milieu du xixe siècle, société encore largement dominée par des caractères archaïques coloniaux à peine récemment modifiés par une législation libérale républicaine ; dans une seconde partie, nous analyserons, en rapport avec l’essor du capitalisme contemporain au Pérou, l’expansion néo-latifundiste et ses conséquences pour le reste de la société agraire nationale. Pour finir, nous tenterons de cerner à quel point la crise agraire, déjà mise en place vers 1920-1930, se manifeste dans la vie nationale de cette époque.

3. LES LIMITES HISTORIOGRAPHIQUE, THÉMATIQUE ET MÉTHODOLOGIQUE DE CETTE ÉTUDE

15Bien entendu, ainsi délimitée, notre étude est insatisfaisante, parce qu’elle évoque plus de problèmes qu’elle ne contribue à en résoudre. A l’historien de l’économie, elle emprunte plus qu’elle n’apporte, l’histoire économique n’intervenant ici que comme toile de fond du développement agricole et agraire. A l’historien spécialisé dans l’étude de la propriété foncière, elle ne livre qu’un nombre, jugé par lui insuffisant, de documents d’archives juridiques et notariales. A l’ethnologue et à l’écologiste, elle n’apporte pas d’éléments nouveaux sur le processus de formation des techniques agricoles et de l’aménagement du sol dans les civilisations andines. Au sociologue, elle apparaît comme n’évoquant qu’à peine finalement l’empreinte culturelle et structurelle du latifundio sur les comportements tant des peuples du Pérou andin que de l’aristocratie foncière. A l’historien social enfin, elle semble passer bien rapidement sur l’histoire des grands conflits agraires qui ont vu se dresser dans les Andes la masse indienne ou métisse contre le système latifundiste. Aux uns, elle va apparaître insuffisamment développée dans chacun des thèmes évoqués ; aux autres, elle va apparaître comme trop riche de thèmes, donc insuffisamment centrée sur l’histoire de la propriété de la terre au Pérou à l’époque contemporaine.

16C’est pourtant bien cette histoire de la propriété de la terre qui est en définitive le centre d’intérêt de cette étude, de l’ère du guano au lendemain de la Première Guerre mondiale. Mais, s’agissant de l’histoire d’une structure agraire, comment éviter de remonter dans le temps jusqu’au moment où cette structure s’est constituée historiquement, avant et après la conquête du Pérou par les Espagnols ? Mais, s’agissant de l’essor du néo-latifundisme républicain, forme agricole prise par le développement capitaliste dans le Pérou contemporain, comment ne pas évoquer l’histoire plus générale du capitalisme — économie, société et technique — au Pérou dans la période ? Mais, s’agissant du latifundisme, comment ne pas évoquer les victimes, non latifundistes, de cette expansion ? Faire autrement nous semble impossible.

  • 11 Gainesville (Florida), 1962, 172 p.
  • 12 Klaren Peter, La formación de las haciendas azucareras y los origenes del Apra, Lima, 1970, 214 p.
  • 13 Chevalier François, La formation des grands domaines au Mexique, Paris, 1952.

17D’autant que, ce faisant, nous pensons que nous pouvons rendre service. Rares en effet — et plus rares encore en 1965, au moment où ce travail put commencer sur le terrain — sont les ouvrages consacrés à l’histoire agraire ou à l’histoire de la propriété foncière au Pérou. Hors quelques articles, techniques le plus souvent, consacrés par des spécialistes péruviens de la Sociedad Nacional Agraria aux problèmes du développement agricole, nous n’avons trouvé dans notre bibliographie, concernant l’histoire agraire du Pérou contemporain, que des essais, polémiques et statistiquement peu argumentés, de journalistes et d’hommes politiques. Les plus notoires étant sans doute les essais consacrés à ces thèmes par José Carlos Mariategui avant 1930. Certes, liées au processus de réforme agraire mis en route après 1956, sont apparues des études de sociologues, d’agronomes et d’anthropologues sociaux, péruviens et anglo-saxons — mais exclusivement consacrées aux problèmes agraires actuels, immédiats, généralement sans arrière-fond historique. Le modèle du genre au moment où fut commencée cette recherche était le Man and land in Peru de Thomas R. Ford11. A notre connaissance, le seul travail paru depuis cette époque et qui traite les problèmes agraires de la côte nord du Pérou dans le sens d’une véritable histoire agraire — du moins dans quelques-uns de ses principaux chapitres — est le livre du Nord-Américain Peter Klaren sur les origines de l’Apra12. Bref, l’ouvrage de François Chevalier sur les grands domaines mexicains13 n’a pas d’équivalent au Pérou.

18Dans ces conditions, non seulement les modalités de recherche sur le terrain ont dicté les limites thématiques et historiographiques du travail — en particulier les limites imposées par une documentation dont les manques apparaissent dans la bibliographie ajoutée en annexe à ces pages — mais elles nous ont obligé à réinventer notre propre méthode. Entendons-nous bien : quant aux principes méthodologiques, nous n’avons rien créé. Nous avons tout emprunté à la méthode du matérialisme historique, du marxisme. Du moins, nous avons essayé, en nous attachant davantage à l’esprit qu’à la lettre, aux principes qu’aux tables de la loi. Mais comme toute méthode de pensée, et plus particulièrement celle-là, elle doit prouver sa validité scientifique moins par sa rigueur épistémologique interne, que par sa capacité à rendre compte par une analyse concrète d’un problème concret. Pour ce travail, le problème concret, c’est le problème agraire du Pérou. Or, Marx n’a jamais contemplé un champ de pommes de terre cultivé en terrasse à la chaquitaclla dans une vallée andine et, depuis son maître en anthropologie, Morgan, l’ethnologie scientifique a fait heureusement d’innombrables progrès. C’est dire qu’il m’a fallu, sans rien renier de ma formation d’historien français et d’ancien militant, me mettre à l’école des sociologues, des anthropologues et des ethnologues péruviens ou américains connus sur le terrain. D’eux, j’ai appris les techniques d’observation, de description et de compréhension de certains problèmes qui, sans cela, m’auraient totalement échappé. D’eux, j’ai dû aussi souvent me garder, car l’idéologie théorique dominante dans leur discipline était le plus souvent l’empirisme pragmatique anglo-saxon, cette forme abâtardie et décadente du formalisme positiviste du siècle dernier. Il reste que, grâce aux meilleurs d’entre eux, j’ai acquis une sensibilité, une « méthode du regard », que ma formation livresque antérieure ne m’avait pas permis d’acquérir.

19Telles furent donc les méthodes, les limites et les ambitions de ce travail de recherche. Tel quel, il peut présenter un intérêt.

Notes

1 Il s’agit de MM. Ernesto Alayza Grundi, Carlos Moreyra y Paz Soldan, José Antonio Saco, Miro Quesada, Luis de las Héros, Romulo A. Ferrero, Edgardo Seoane, Alberto Eduardo de Amat, Jorge M. Zegarra L., d’après Comision para la reforma agraria y de la vivienda, La reforma agraria en el Perú : exposicion de motivos y proyecto de ley, Lima, 1960, p. 19.

2 Cf. Victor Villanueva, Hugo Blanco y la rebelión campesina, Lima, 1967.

3 Cf. Hugo Neira, Cuzco : tierra y muerte, Lima, 1964.

4 Carlos Malpica, Guerra a muerte al latifundio, Lima, 1964.

5 In ibid., d’après Instituto Nacional de Planification, Primer censo nacional agropecuario.

6 In ibid., d’après Tomas F. Caroll, Formación de nuevas unidades agricolas.

7 Oswaldo B . Gonzalez Tafur, Fundamentos de la prosperidad nacional (Peru agropecuario), Lima, 1959.

8 In ibid., p. 261. d’après Forum de desarrollo economico, Lima, 1957.

9 In ibid., p. 208, d’après Banco Central de Reserva, Renta nacional del Peru : 1955, Lima, 1956.

10 In ibid., p. 225.

11 Gainesville (Florida), 1962, 172 p.

12 Klaren Peter, La formación de las haciendas azucareras y los origenes del Apra, Lima, 1970, 214 p.

13 Chevalier François, La formation des grands domaines au Mexique, Paris, 1952.

© Institut français d’études andines, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter