Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Capitalisme agraire au Pérou. Premier volume

 | 
Jean Piel

Avant-propos

Texte intégral

1L’ouvrage qu’on va lire est incomplet, imparfait. Une part de ses insuffisances sont celles de l’auteur lui-même. Pour celles-là, il n’est pas question de se dérober aux critiques qu’on voudra bien lui faire. Mais une autre part de ces insuffisances tient aux circonstances de confection de l’ouvrage, en partie indépendantes de ma volonté, en partie dérivées d’un choix rendu nécessaire par ces circonstances. C’est de celles-ci dont je veux m’expliquer pour commencer.

2L’auteur est français, formé et intégré dans des institutions universitaires et scientifiques françaises. Cela décide des éventuelles qualités qu’on voudra bien lui reconnaître. Cela décide aussi de certaines limites. Une des plus graves, c’est que le Pérou est loin de la France. Y voyager et y séjourner dans de bonnes conditions de travail n’est donc pas facile. Pourtant, compte tenu du sujet d’histoire contemporaine choisi, la documentation et la bibliographie ne peuvent essentiellement être réunies que sur place, en tout cas outre-Atlantique. Au terme de deux séjours au Pérou et en Amérique, l’un de trois ans — d’octobre 1965 à octobre 1968 —, l’autre de trois mois — durant l’été boréal 1969, au terme d’une dizaine d’années de documentation et de réflexion sur le sujet, il me faut donc choisir : ou perfectionner ma recherche — mais loin de mon terrain et de mes sources — ou publier dès maintenant, si imparfait soit l’ouvrage — compromis, entre l’essai argumenté et l’érudition inachevée.

3C’est évidemment au second terme de l’alternative que je dois me résoudre. D’abord pour répondre enfin à l’attente de ceux — maîtres, amis, institutions — qui ont bien voulu pendant tout ce temps me faire confiance et m’aider matériellement et moralement dans mon travail. Ensuite parce que je ne saurais différer d’apporter la contribution de ce livre — si académique soit l’apport, mais en témoignage d’amitié sincère et profonde pour le Pérou — à l’énorme effort de progrès entrepris dans des conditions difficiles par le peuple péruvien et certains de ses dirigeants, particulièrement concernant les problèmes agraires. Enfin parce qu’il est temps, sous la forme de ce livre par exemple, de faire le bilan des efforts et des idées de l’homme que j’ai été au cours de ces huit dernières années de recherche. En somme, parce qu’il faut savoir terminer une thèse.

4Au début des années soixante de ce siècle, la France terminait à peine une longue série de combats d’arrière-garde qu’elle avait dû soutenir face à des peuples paysans, par elle jadis colonisés, et qui revendiquaient leur indépendance nationale. Nous étions plusieurs jeunes gens, issus de diverses familles de pensée qui formaient le mouvement étudiant d’alors — certains normaliens et/ou chercheurs scientifiques — à nous poser en conséquence des questions sur le rôle des nations paysannes dans l’histoire contemporaine. Les maîtres du marxisme n’avaient certes pas nié le rôle important des paysanneries dans cette histoire. Mais ils insistaient, à juste titre compte tenu des conditions historiques de leur expérience et de leur projet internationaliste, sur le rôle prééminent du prolétariat industriel et des intellectuels en rupture de classe. Or, nous nous trouvions concrètement confrontés à un mouvement, international bien que se réclamant souvent de revendications nationalistes, où les paysans SEMBLAIENT jouer le rôle principal dans la lutte de leurs nations pour plus d’indépendance et de progrès. Il nous apparaissait donc que tout n’avait pas été dit sur la question, et que cela méritait d’être étudié de plus près.

5Tout naturellement, certains d’entre nous tournèrent leurs yeux vers l’Amérique latine, toute bruissante d’une agitation agraire séculaire, manifestée dès 1910 pendant la révolution mexicaine, et qui venait d’atteindre son apogée en 1953 avec la révolution bolivienne, et plus récemment surtout avec la révolution cubaine. De plus, pour notre méditation, l’Amérique hispanique nous offrait, près d’un siècle et demi avant l’indépendance de nos anciennes colonies, le précédent d’un empire colonial affranchi de la tutelle de sa métropole. Pour l’un d’entre nous — notre camarade Régis Debray — cette passion pour l’Amérique latine devait prendre la forme d’une aventure assez dangereuse. Pour d’autres, comme moi, nous échut la chance de pouvoir aller travailler sur place, dans de bonnes conditions matérielles, et dans le cadre d’une mission officielle.

6Tout ne fut pas pour autant facile. Entre 1960 et 1964, le Pérou venait de traverser une intense période d’agitation agraire qui avait mobilisé contre le vieux système latifundiste des centaines de milliers de paysans indiens et métis du nord au sud du pays. En 1965, quand j’arrivai pour la première fois à Lima, des corps spéciaux de l’armée péruvienne étaient engagés dans une lutte armée visant à liquider des foyers de guerrilla d’inspiration castriste. Entre 1968 et 1969 enfin, j’assistai au conflit devenu insoluble entre le désir réformateur du pouvoir exécutif péruvien et les résistances de certains grands propriétaires fonciers traditionnels organisés en groupes de pression. Au terme d’une difficile période de chantages et de tractations au sein de l’organisme politique civil, la crise avait exigé le recours à un coup d’État militaire.

7Mener dans ces conditions une enquête, si « scientifique » soit-elle, sur l’histoire récente des problèmes agraires péruviens, soulevait beaucoup de difficultés. Mes curiosités remuaient des souvenirs d’affrontements agraires, anciens ou récents, qu’on aurait préféré oublier. Elles heurtaient des habitudes de pensée liées à des intérêts matériels établis, mais menacés. Elles m’amenaient à interroger des témoins de l’histoire agraire péruvienne habituellement récusés, parfois clandestins. Bref, comme à d’autres chercheurs qui travaillaient au même moment dans les mêmes régions, il m’est arrivé d’être un personnage suspecté de mauvaises intentions — et pas seulement par des Péruviens, au contraire. Tant il est difficile parfois, surtout dans ce genre de circonstances, de faire admettre ce que nous déclarait un jour le Pr Bastides : « ...que la recherche scientifique ne supporte aucun tabou. » Ma gratitude est donc grande pour les personnes et institutions qui voulurent bien comprendre cela et m’honorer de leur attention, de leur confiance ou de leur aide pendant mon travail de recherche. Je pense à toutes les autorités péruviennes, civiles, militaires et ecclésiastiques avec lesquelles j’ai eu souvent à entretenir d’excellents rapports au cours de mes enquêtes. Je pense aussi à M. Guy Dorget, ambassadeur de France à Lima, et à Jacques Decourcelles, alors conseiller culturel.

***

8L’école Normale Supérieure de Saint-Cloud, en m’accordant une année de recherche après que j’aie été reçu au concours d’agrégation, m’a permis de parfaire ma formation de chercheur avant mon départ sur le terrain. Pendant trois ans j’ai été l’hôte à Lima de l’Institut Français d’Études Andines qui dépend du ministère des Affaires étrangères. Depuis mon retour en France, j’ai été accueilli comme attaché, puis chargé de recherche par le Centre National de la Recherche Scientifique. J’ai pu y travailler à la rédaction de ma thèse et compléter ma documentation au cours de diverses missions effectuées dans le cadre de la « Recherche collective sur programme n° 147 » et du « Laboratoire associé n° 111 », qui fonctionnaient dans les locaux de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine à Paris.

9Pendant tout le temps de ma recherche, l’aide ou les vœux de mes amis m’ont accompagnés. Parmi eux, il me faut citer d’abord les aînés qui m’aidèrent, dans l’isolement intellectuel où je me trouvais quelquefois, à garder le contact avec les problèmes concrets du Pérou, de la France et du monde. Je pense en tout premier lieu à Laurent Casanova qui sut toujours me rappeler, même à distance, les exigences du monde réel où nous vivons et m’aider ainsi à situer le rôle de mon effort de recherche solitaire. Je pense aussi, sur un plan plus universitaire, à Jean Chesneaux. Parmi ceux de ma génération, ma pensée va à Annie et Jean Meyer, à Jeanine Brisseau, à Jo et François Mégard, amis hospitaliers et bons compagnons. Ma gratitude est grande pour les Péruviens qui m’ont soutenu, matériellement et moralement : Anibal Quijano, Heraclio Bonilla, Hugo Neira et Matilde — qui était alors sa compagne et dont la famille se mit en quatre lors de mes débuts à Lima, justifiant ainsi la réputation de gentillesse des Péruviens envers leurs amis.

10Esther Martinez, fille humble et dévouée du peuple péruvien, en s’occupant avec affection de mes enfants, encore petits à l’époque, et des tâches matérielles de ma maison de Lima, a rendu possible mon travail de chercheur scientifique au Pérou.

11Ma femme, Frédérique, et mes deux enfants, Ève et Laurent, ont supporté les indisponibilités d’un époux et d’un père livré à une recherche artisanale et solitaire, telle qu’on la pratiquait encore dans la France des années 60. Je sais qu’ils m’ont déjà pardonné le purgatoire que, de ce fait, j’ai dû parfois leur imposer.

***

12Sur le plan universitaire, c’est mon maître Pierre Vilar qui, lorsqu’il nous préparait à l’agrégation d’histoire dans ses cours à l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, ou lorsque je suivais ses séminaires à la VIe Section de l’École Pratique des Hautes Études à Paris, commença de diriger méthodiquement mon intérêt pour le nouveau continent. Depuis, sa sollicitude ne s’est jamais démentie, particulièment quand il vint me rejoindre au Pérou et qu’ensemble, nous parcourûmes des paysages agraires dont j’étudiais l’histoire sous sa direction. Si cet ouvrage présente quelques qualités, c’est d’abord à lui qu’il les doit.

13C’est M. François Chevalier, alors directeur scientifique de l’Institut Français d’Études Andines, qui chercha avec insistance à m’orienter vers l’étude de la grande propriété foncière dans le Pérou du xixe siècle. Il était évidemment tout désigné pour cela puisque son ouvrage sur La formation des grands domaines au Mexique, sa vieille connaissance de ce pays, son intérêt pour le Pérou en faisaient, pour les jeunes chercheurs que nous étions alors, le maître sur les problèmes agraires latino-américains.

14Olivier Dollfus a été pour moi, dans notre université, l’observateur le plus curieux, le moins académique, des problèmes de développement du Pérou contemporain. Ensemble, tour à tour en compagnie des professeurs Jean Dresch et François Bourricaud, des Péruviens Julio Cotler ou Carlos Penaherrera, nous avons accompli de longues randonnées à travers le Pérou et contemplé les « admirables paysages des Andes ». Claude Collin-Delavaud, avec cette obligeance très empressée qui n’est qu’à lui, m’a emmené sur son terrain de prédilection : la côte nord du Pérou. Il m’a introduit à la connaissance de ses problèmes agraires. Avec lui, j’ai passé des moment mémorables à réparer nos voitures sur les routes, à fouiller dans les archives locales, à pérégriner dans le désert et ses oasis.

15Avant mon départ pour le Pérou, les séminaires qu’animait M. Pierre Chaunu à l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine ont été une étape nécessaire de ma formation de chercheur. M. Pierre Monbeig, malgré ses tâches à la direction de l’Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine et du Centre National de la Recherche Scientifique, a toujours personnellement suivi mes efforts. Il est intervenu en ma faveur chaque fois qu’un problème s’est posé qui aurait pu entraver le bon déroulement de mon travail. Grâce à lui, j’ai pu animer un séminaire de recherche sur l’histoire agraire de l’Amérique latine en compagnie des étudiants de l’Institut d’Amérique Latine. A leur contact, j’ai beaucoup appris. M. Frédéric Mauro a bien voulu accepter d’être mon parrain lorsque j’ai été accueilli comme attaché de recherche par le C.N.R.S.

16Trop nombreux sont les amis péruviens qui ont apporté à ce travail, directement ou indirectement, pour que je puisse les citer tous. Force m’est donc d’évoquer comme en passant ce que je dois d’idées et de chaleur humaine aux étudiants, chercheurs et professeurs de l’Université San Marcos, de l’Institut Raul Porras Barrenechea, de l’Université Agraire de La Molina où, sous prétexte de donner cours et conférences, j’ai surtout reçu sous forme de suggestions et critiques pendant les discussions qui s’instauraient ensuite. A YInstituto de Estudios Peruanos, l’équipe scientifique dirigée par José Matos Mar, en confrontant ma formation d’historien français aux problèmes et méthodes des ethnologues, anthropologues et sociologues péruviens a eu sur moi une influence bénéfique.

17L’ingénieur Jorge Bravo Bresani, homme de culture et d’expérience, m’a permis de saisir bien des problèmes de l’histoire péruvienne. M. Gonzalo de Reparaz, vieil ami de mon maître Pierre Vilar, m’a ouvert ses archives personnelles avec beaucoup de cordialité. M. Jorge Puccinelli m’a toujours bien accueilli, dans son Institut comme à la bibliothèque de l’Université San Marcos. Au cours de mes trois ans de séjour chez le maître de l’histoire républicaine du Pérou, le Dr Jorge Basadre, a bien voulu m’accorder trois entrevues. Avec l’ingénieur Chaparro, directeur-gérant de la Sociedad Ganadera del Centro, j’ai pu visiter les immenses domaines d’une des plus grandes sociétés d’élevage de l’Amérique andine — nationalisée depuis en application de la loi de réforme agraire de 1969.

18Mlle Sanchez Cerro, à la direction du département de recherche de la Bibliothèque nationale de Lima, m’a considérablement aidé en m’offrant des directions de recherche dans les bibliothèques et les archives péruviennes. Je lui dois d’avoir évité bien des tâtonnements et pertes de temps. C’est elle qui eut la gentillesse de me mettre en contact avec le Dr Félix Denegri Luna. Dans la magnifique bibliothèque privée de cet amateur éclairé d’histoire, j’ai passé en sa compagnie, les samedis après-midi, de longues heures de conversation concernant le passé péruvien. Souvent se mêlait à nos propos l’un des nombreux chercheurs de toutes nationalités, qui comme moi fréquentaient sa demeure de San Isidro. Malgré la déférence que je lui dois pour la différence d’âge et d’expérience qui existe entre nous, j’espère qu’il pardonnera ma présomption si je dis qu’il s’est créé là une sorte d’amitié grave, fondée sur l’estime intellectuelle. Dans cette classe sociale dont les événements récents du Pérou affectent le pouvoir traditionnel, cet ami est sûrement un des rares membres qu’il m’ait été donné de connaître capable de tant de curiosité intellectuelle et de largeur de vue. Je sais donc qu’il tolérera, sur l’histoire agraire de son pays, un point de vue parfois très différent du sien.

***

19Durant les premiers mois de mon séjour au Pérou, l’anthropologue nord-américain John Murra, alors résidant à Lima, fut pour moi un guide irremplaçable. C’est lui, et le regretté ethnologue et écrivain péruvien Jose Maria Arguedas, qui me donnèrent à entrevoir, puis peu à peu à comprendre, la véritable nature indo-métisse de la paysannerie andine et de la grande majorité du peuple péruvien. Grâce à eux, je pris vite conscience que me limiter à l’histoire juridico-économique de la grande propriété foncière dans le Pérou indépendant ne me permettrait pas de saisir le problème essentiel de l’histoire agraire contemporaine de ce pays — et même de son histoire tout court. Ce problème c’est le conflit, permanent depuis l’Indépendance, entre un droit, un État, une société libéral-créoles dominants et la réalité originale, autonome, du peuple paysan, dominé certes, mais jouissant de sa tradition propre, façonnée par des millénaires d’incubation culturelle autochtone, remodelée par quatre siècles de contact colonial ou néocoloniale avec la société européo-occidentale.

20Cette intuition, je devais la voir confirmée jusqu’à l’évidence intime durant chacun de mes voyages, chacune de mes enquêtes dans le Pérou d’entre 1965 et 1970. J’aurai passé en effet plus du tiers de mon temps hors des archives et bibliothèques de la capitale péruvienne à courir les routes du ciel et de la terre en avion, en camion, en train, en jeep, en barque, à cheval, à pied, pour interroger les hommes, les paysages et les vestiges du passé. Pendant ces enquêtes, j’essayais d’avoir l’œil et l’oreille du géographe, du sociologue, de l’ethnologue, au service de l’historien. D’avion ou d’auto, je tentais de comprendre la signification d’une structure agraire embrassée du regard, ayant parfois la chance que des témoins archéologiques me révèlent d’anciennes formes d’occupation du sol. Je passais de longues heures à observer la foule paysanne qui affluait dans les divers marchés, foires, fêtes, processions, meetings et manifestations syndicales ou politiques. J’interrogeais tout ce qui, dans la province, forme l’élite locale en contact avec les problèmes agraires : sous-préfets, gouverneurs, commerçants, colporteurs, curés, propriétaires fonciers, ingénieurs de mines, administrateurs, politiciens, etc. Tour à tour, je vivais dans des haciendas, des campements miniers, des chaumières indiennes, partageant les heures et les repas de mes hôtes. Non sans risque parfois — pour eux hélas plus que pour moi — je m’accointais avec des leaders du mouvement paysan, passé ou récent, officiel ou souterrain. Ceux-ci se révélaient souvent d’extraordinaires témoins d’une histoire non écrite : l’histoire des paysans du Pérou.

21Comment évoquerais-je sans émotion, par exemple, ce vieillard qui, dans une humble chaumine perdue dans la puna, au sud du Cuzco, dévidait devant Jacqueline Weller et moi-même, le récit lancinant d’une jacquerie à laquelle il avait participé, vers 1920, sur les lieux mêmes. Il contait comment, malgré ses blessures, il avait échappé par miracle à une répression féroce. En ce mois de février 1966, il était le seul témoin encore vivant de cet épisode dont il n’existait aucun témoignage écrit accessible. Et cet homme savait, et nous savions avec lui, qu’il allait bientôt mourir et qu’une fragile bande d’enregistrement magnétique serait la seule trace de son histoire.

22Ce sont là les hauts moments d’une enquête. De ceux qui rendent au sujet d’histoire le plus académique son contenu réel de chair et de sang. Si donc le présent travail réussit parfois à être autre chose que le simple exercice d’érudition et de rhétorique nécessaire à l’obtention d’un titre universitaire, c’est parce qu’en m’inspirant de tels épisodes, la multitude basanée de quatre générations de paysans péruviens m’a fait entendre et parvenir un peu de sa rumeur et de sa voix.

23A des milliers de kilomètres de la France, séparée d’elle par l’immensité d’un océan, l’épaisseur moite de la forêt amazonienne, l’âpreté d’une des plus hautes cordillères du monde, cette multitude a donné naissance au peuple péruvien. Ce peuple paysan, sévère et sombre comme son passé tragique, a commencé d’imposer un processus historique qui l’amènera tôt ou tard, progressivement ou violemment, à réaliser ce que notre propre peuple, du temps où il était encore en majorité paysan, a imposé d’abord sourdement à ses rois, puis de plus en plus impérieusement aux grands dirigeants d’après 1789 : une révolution agraire. Malgré les décalages dans le temps et dans l’espace, malgré les différences ethniques ou raciales, ce commun destin trouvé entre deux peuples si dissemblables méritait qu’on en témoigne d’abord, avant toute autre forme d’introduction.

Fig. 1. — Carte du Pérou.

TABLEAU DES MESURES AGRAIRES COUTUMIÈRES DU PÉROU

24Malgré l’adoption officielle du système métrique à partir du xixe siècle, le Pérou contemporain continue d’employer couramment les mesures coutumières héritées de la période coloniale espagnole :

25le « TOPO » (mesure d’origine incaïque) :

  • 5.000 varas cuadradas,
  • 3.445 mètres carrés (à Lima) ;

26la « LEGUA » :

  • 5.549 mètres (en 1801),
  • 5.000 mètres (en 1900) ;

27la « FANEGADA » :

  • 144 x 288 varas,
  • 41.472 varas cuadradas,
  • 2,85 hectares ;

28la « FANEGA » :

29— 55 litres environ ;

30le « QUINTAL » :

  • 100 livres environ,
  • 46 kilogrammes.

***

31Nota : Dans ce volume on emploie les abréviations suivantes :

32A.M.T.A.I. : Archivo del Ministerio de Trabajo y Asuntos Indígenas.

33R.P.I. : Registro de la Propriedad Inmueble.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. — Carte du Pérou.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 177k

© Institut français d’études andines, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter