Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régions côtières du Pérou septentrional

 | 
Claude Collin Delavaud

Première partie. Les fondements de l'occupation du sol

Chapitre IV. La petite exploitation

Texte intégral

1Avec la grande entreprise agricole, c’est une des deux composantes essentielles de la structure agraire. La moyenne exploitation reste en effet un phénomène encore trop récent et de peu d’amplitude et, surtout, sa seule originalité, d’ordre social, ne l’empêche pas de s’identifier à la grande exploitation par la morphologie agraire et par les systèmes de culture.

  • 1 Proyectos de San Lorenzo, 150 ; Olmos, 188 ; Chao.-Virú, 66.

2La petite exploitation, sur terres irriguées, est définie par les administrations et dans les statistiques agricoles comme étant d’une superficie égale ou inférieure à 10 ha. Arbitraire, cette limite correspond pourtant à des réalités nombreuses. Les exploitations de communautés et celles des colons et des métayers d’haciendas dépassent rarement cette superficie. Les systèmes de culture traditionnels ou de cultures vivrières autres que le riz ne sont conservés que par des exploitations de moins de 10 ha ; enfin, il est admis par les économistes qu’en régime d’irrigation régulière, le seuil au-delà duquel une famille peut économiser, tous ses besoins satisfaits, se situe entre 8 et 10 ha1. Il n’en demeure pas moins que cette limite de 10 ha peut être dépassée, et la meilleure preuve en a été fournie par la loi de Réforme agraire. Dans son titre 15, celle-ci a fixé à 15 ha la surface des exploitations de faire-valoir indirect qui devaient être transférées en toute propriété à ceux qui les travaillent, se basant sur des critères sociaux traditionnels.

3On réservera, dans cette étude, le terme de microfundio aux entreprises de moins de 5 ha, limite adoptée par le recensement agricole de 1961 et reprise par l’Institut de la statistique dans ses publications générales de 1964. Dans ce dernier cas aussi, la limite de 5 ha, pour arbitraire qu’elle soit, correspond à un large secteur rural de très petits cultivateurs occupant les plus vieilles communautés indigènes.

4La petite exploitation représente, comme il vient d’être vu dans le chapitre précédent, le contenu social presque exclusif du paysage rural composé de petits champs clos. Elle est groupée par zone de superficie très variable, en aval des vallées ou sur les terrasses hautes et, pour cette raison, dispose d’une irrigation aussi irrégulière qu’insuffisante. Elle ajoute à ces caractères géographiques des fondements historiques et raciaux. Refoulée, elle exprime en effet la survivance des cultivateurs précolombiens, indigènes des communautés ou métayers métis des grands domaines, face au monde des créoles et des étrangers. Sans que s’arrêtent les empiétements et sans que diminue la pression sur les terres des réductions, les communautés de petits cultivateurs se sont maintenues jusqu’à nos jours, diminuées et fractionnées, ombres d’elles mêmes dans la province de Trujillo mais à peine entamées en Lambayeque et Piura où elles couvrent des aires importantes. Enfin, la petite exploitation et, surtout, la microfundio ont conservé les systèmes de culture préhispaniques et coloniaux. Economiquement, leur faible productivité les menace en les exposant à la concurrence victorieuse des grands et moyens domaines et à la lassitude des pouvoirs publics. Cependant, seules à pratiquer des cultures vivrières autres que le riz et le maïs, elles jouent un rôle régulateur dans une agriculture déséquilibrée par les cultures d’exportation pratiquées par les grandes et moyennes entreprises.

5Géographiquement bien localisée, ethniquement homogène et, enfin, économiquement originale, la petite exploitation est un des éléments fondamentaux du paysage, de la société et de l’économie côtière.

A. — LES CARACTERES DE LA PETITE EXPLOITATION

1. REGISTRES ET CADASTRES

6L’étude de la petite exploitation doit s’effectuer obligatoirement à partir de deux uniques documents. Le premier, le Padrón de regantes ou registre de la direction de l’irrigation du ministère de l’Agriculture, se présente comme un recueil des droits d’eau, malheureusement classé par lots d’irrigation, groupant les parcelles juxtaposées d’une même exploitation et dépendant d’un même canal de distribution locale ou subramal. Ce classement géographique et technique rend très difficile la recherche des différents lots desservis par des canaux distincts et appartenant à un même exploitant. L’administration péruvienne et bon nombre des universitaires qui se sont penchés sur les problèmes agraires ont le plus souvent confondu les lots d’irrigation avec l’exploitation, ce qui constitue une source d’erreur non négligeable. Les superficies indiquées ne correspondent pas à la totalité des terres de l’exploitation mais à celles qui bénéficient d’un droit d’eau. Or, par suite de l’explosion démographique, de nouvelles terres ont été aménagées au cours des dernières cinquante années qui ne sont pas enregistrées et d’autres n’ont pas été déclarées par peur des taxes, comme en Lambayeque et en Piura. C’est également dans ces deux départements que des terres traditionnellement irriguées par résurgence et par puits ne sont pas inscrites.

7Une autre très grave lacune, en Libertad et en Piura surtout, provient de la non-déclaration des colonos ou yanaconas, petits exploitants en métayage dont l’eau dépend de la grande hacienda propriétaire et qui, de ce fait, ne sont pas portés sur les registres de l’eau. Deux dizaines de milliers de métayers échappaient ainsi à toute statistique dans le Haut Piura et le Chi-cama avant que la Réforme agraire n’entamât la très délicate entreprise de leur recensement, en 1965. Le Padrón de regantes, d’autre part, n’indique pas toujours le mode de faire-valoir. Si les directions du Lambayeque et de Tumbes ont eu l’initiative d’enregistrer, et le nom du propriétaire et celui du conducteur, celles du Piura et de la Libertad ne l’ont pas fait, contraignant le chercheur à d’interminables enquêtes auprès des ingénieurs chargés des différents secteurs de chacune des vallées. La deuxième source officielle est le premier recensement agricole de 1961. Publié en 1965, il constitue un outil beaucoup plus exact, parce qu’établi non pas en fonction des droits de l’irrigation mais de la surface des exploitations. Enfin, ces dernières sont classées suivant le faire-valoir. Malheureusement, les résultats ont été publiés par province et non par vallées, et le document ne distingue que le micro-fundio de superficie inférieure à 5 ha, tout le reste étant rangé dans une même catégorie.

8En dehors de ces deux sources générales, fort utiles mais peu précises et très incommodes pour les études comparatives, on dispose d’enquêtes de détail effectuées par les directions des zones agraires du ministère de l’Agriculture. Dénombrements partiels ne concernant que les haciendas ou propriétés moyennes comme celui que l’on doit à la Direction de Piura sur la vallée du Chira, destiné à vérifier si les grands domaines respectent l’obligation de consacrer 20 % de leurs superficies irriguées aux cultures vivrières, ou tableaux systématiques comme celui de la même Direction pour le département de Tumbes, ils présentent l’inconvénient majeur de toute enquête locale sans aucune norme générale. Les buts de l’étude, les unités, les rubriques et les catégories varient d’une enquête à l’autre, rendant très malaisée leur utilisation à l’échelle régionale.

  • 2 Instituto nacional de planificacion, 132.

9Les bureaux départementaux de la Réforme agraire ont, eux aussi, entrepris des recensements concernant les feudatarios, métayers et fermiers d’une exploitation de moins de 15 ha. Ces renseignements sont pratiquement les premiers qui soient consacrés à une classe oubliée dans les recensements et non reconnue par l’administration des eaux. Il reste à classer et à contrôler tous ces éléments, puis à entreprendre toutes les vérifications possibles sur le terrain. L’exemple suivant, celui du département de Tumbes, est assez significatif de l’incohérence qui règne en matière de statistiques de l’exploitation agricole et du faire-valoir. Ainsi, le tableau général, dressé par le service départemental de la Première Zone Agricole, dénombre en juin 1964 1 788 exploitations dont 1 641 de 10 ha au moins. Une liste détaillée de toutes les exploitations du département, publiée par la même administration, dénombrait pourtant en 1962, 1 972 entreprises distinctes. Le même office, en 1962, dans une enquête sur le faire-valoir, comptait 2 368 exploitants. Enfin, le premier recensement agricole de 1961, dont les résultats furent publiés en 1964, a enregistré 3 173 déclarations d’exploitation2.

10Le chercheur doit se livrer à la critique systématique de tels documents et surtout effectuer des enquêtes sur le terrain. La direction des eaux ignore trop souvent les fermiers et métayers et, presque toujours, la cohorte famélique des sous-locataires. La direction locale du ministère de l’Agriculture (zona agraria) est amenée à repérer, au contraire, ces petits exploitants dont les cultures vivrières l’intéressent. Des recoupements existent en Tumbes grâce au monopole des tabacs, à la maladie de la banane, etc. Quant aux cultures sèches et temporaires, éparses dans les grands domaines qui s’étendent sur le sahel, elles échappent à toute enquête et, seul, le survol en petit avion de toute notre zone pendant l’été exceptionnellement pluvieux de 1965 a permis d’en dresser une estimation très lâche. Tous les tableaux qui illustreront ce chapitre seront donnés à titre d’indication, les ordres de grandeur étant malgré tout respectés, et ils seront accompagnés de nos observations sur le terrain.

2. L’IMPORTANCE RELATIVE DE LA PETITE EXPLOITATION DANS LE NORD

11Le Nord côtier tient une place à part au Pérou, par le nombre important de petites exploitations sur terres irriguées. L’étude détaillée du microfundio, au paragraphe suivant, démontrera que les surfaces irrigables et irriguées sont déclarées dans le recensement d’une façon pessimiste mais les ordres de grandeur subsistent. Ainsi, sur le tableau 35, il apparaît que si la petite exploitation côtière, dans l’ensemble du Pérou, tient une place beaucoup moins importante que celle de la Sierra, celle du Nord groupe près de la moitié des petites entreprises des plaines littorales et que le total de leur superficie irriguée approche de la moitié. Les exploitations de microfundio sont donc plus nombreuses sur la Côte nord que sur tout le reste des provinces côtières mais leurs aires mises en culture sont moins importantes. A l’intérieur de ces provinces du Nord le pourcentage des surfaces des petites exploitations par rapport au total des terres irriguées qui est de 11,9 % est inférieur au pourcentage général côtier qui est de 13 %. Le microfundio du Nord est donc caractérisé, par rapport à celui du Sud et du Centre, par un plus grand nombre de petites entreprises et par leur moindre superficie et aussi par leur plus faible importance relative, vis-à-vis des grandes et moyennes exploitations.

12Le tableau 35 indique également quelques nuances régionales. Avec 3 854 très petites exploitations, couvrant 7,2 % des surfaces irriguées, le département de la Libertad est celui où le microfundio est le moins représenté dans le Nord. Avec respectivement 9 970 et 14 853 petits cultivateurs, les provinces côtières de Lambayeque et Piura abritent de forts noyaux de petites exploitations qui occupent 13,1 et 12,5 % du total des terres cultivées. Enfin, le tout petit département de Tumbes, avec une population huit fois inférieure à celle de celui de La Libertad, a 2 900 petits exploitants qui cultivent 54 % du total des terres irriguées.

TABLEAU 35. Nombre d’exploitations de moins de 5 ha sur la Côte nord. (Provinces côtières.)

TABLEAU 35. Nombre d’exploitations de moins de 5 ha sur la Côte nord. (Provinces côtières.)

SOURCES : Primer censo agropecuario, 1961, p. 14 à 23, 23 à 33 et 102 à 117

  • 3 Dirección de aguas de irrigación de Chiclayo.
  • 4 Dirección de aguas de irrigación de Piura.

13Le microfundio et la petite exploitation inférieure à 10 ha ont des caractères assez divers, en fonction des régions, des zones géographiques et et des origines sociales. Le tableau 36 dont les éléments sont tirés du Padrón de regantes est ici fourni à titre indicatif. Les pourcentages reproduits sont très approximatifs mais permettent une approche globale du problème. Il s’agit du droit d’eau. Toutes les terres arrosées librement en période de crue échappent à cette statistique, soit environ 20 % à 30 %, d’après nos sondages et l’enquête effectuée avec le concours de l’ingénieur José Portugal en Lambayeque3 et celui de l’ingénieur Luis Zegarra en Piura4. Cette marge concernant pratiquement aussi bien la petite exploitation que la moyenne et la grande les pourcentages sont peu modifiés avec cette omission.

  • 5 L’ensemble des études publiées sur la distribution de la terre et le faire-valoir n’ont fait, jusq (...)

14Il n’en est pas de même de la quasi-disparition des petites exploitations de faire-valoir indirect de cette statistique. En effet, l’administration des eaux enregistre les exploitations munies d’un droit d’eau, qu’elles soient travaillées ou non. C’est ainsi que toutes les parcelles des communautés de petits cultivateurs apparaissent dans la statistique. Mais il n’en est pas de même des terres des grandes haciendas, réparties entre les petits métayers ou fermiers. Chacune y figure, avec un seul droit d’eau et pour une seule exploitation. Cela modifie considérablement les statistiques et les pourcentages, d’autant plus que ce type de faire-valoir existe essentiellement dans les provinces de Trujillo et Morropón, et que les omissions ne concernent vraiment que quatre vallées, rendant illusoire une étude comparative des vallées sur la foi des renseignements de la Direction des eaux5.

TABLEAU 36. Importance de la petite exploitation dans les oasis du Nord. (Pourcentages.)

TABLEAU 36. Importance de la petite exploitation dans les oasis du Nord. (Pourcentages.)

SOURCES : Padron de Regantes, ministerio de Agricultura (73). Voir aussi la thèse de Molina, 197.

15L’Office de Réforme agraire a par contre entrepris le dénombrement de ces exploitations, se heurtant à l’hostilité systématique des grands propriétaires et au silence des métayers, puisque ceux-ci préfèrent exploiter indirectement une terre pourvue d’eau, même selon le bon vouloir du propriétaire, que posséder cette même terre, sans droit d’eau.

16Les communautés indigènes rénovées, généralement dépourvues d’eau, dépendent du ministère du Travail et des Affaires indigènes. On distinguera donc, dans cette étude, trois catégories de petites exploitations : celles des communautés de petits irrigateurs, celles des grandes haciendas et, enfin, celles des communautés indigènes.

3. LA PETITE EXPLOITATION DES COMMUNAUTES D’IRRIGATEURS

a) Ses origines

17Elle nous est assez bien connue, et c’est elle qui apparaît dans le tableau 36.

18Bien groupée géographiquement à l’aval des deltas, elle est l’héritière directe des terres de réductions indigènes, et son état contemporain est le résultat de l’éclatement juridique des communautés et de l’explosion démographique (fig. 41).

  • 6 Collin Delavaud (C), 55.

19En mai 1824, un décret de Simon Bolivar6 met fin au régime communautaire des terres de communidades. Considéré comme une atteinte à la liberté individuelle et comme contraire au développement de la production en économie libérale, le carcan colonial est brisé et l’Indien rendu maître de sa terre et de son sort. Un partage doit lui assurer la pleine possession de son domaine qu’il peut céder ou vendre. Pour éviter les opérations catastrophiques qu’un paysan illettré risque d’effectuer face à un créole éduqué et rompu aux affaires, un décret interdit les ventes de terres jusqu’en 1850, date à laquelle on espère que la scolarisation aura fait des indigènes des propriétaires avisés. On ignore pratiquement tout de ces partages initiaux, effectués par les dirigeants des communautés. On sait qu’ils furent réalisés selon des modes peu équitables, ce qui se traduit par certaines inégalités visibles actuellement. Pourtant, la distinction entre les irrégularités de départ, les ventes, les échecs économiques et l’explosion démographique dans la distribution actuelle des terres de communautés de petits agriculteurs reste à faire.

20Les braderies inconsidérées, effectuées par des caciques ou personeros inconscients ou corrompus, ont été le fait de toutes les communautés. Elles sont inscrites dans le paysage rural par ces trouées claires de la grande et moyenne propriété au cœur même des terres des anciennes réductions. Certaines communautés ont pratiquement disparu, comme Huamán et Mansiche dans la vallée du Moche, ou encore, comme dans celle du Chicama, elles sont encerclées et tronçonnées en plusieurs campiñas isolées et peu à peu absorbées, ainsi Chocope et Santiago de Cao. Ce mouvement, commencé dans la deuxième moitié du siècle dernier en Libertad et en Lambayeque atteint le Bas Piura à l’orée de ce siècle et le Chira à la fin de la première guerre mondiale dans la communauté de Querrecotillo. Les noyaux des communautés ont dans l’ensemble résisté et, seules, les terres périphériques ont été imprudemment vendues ou achetées. Ces lots, dans la plupart des cas sans droit d’eau, furent cédés à l’époque où la stabilité de la démographie empêchait de songer à garder des réserves, par ailleurs considérées comme inutiles, faute d’eau en l’état contemporain des techniques.

21Si l’on étudie soigneusement les patronymes des exploitants de micro-fundio, on constate que l’explosion démographique a morcelé en trois générations des propriétés très suffisantes pour faire vivre un foyer. L’exemple de la famille Chaname de Ferreñafe est typique du fractionnement par héritage de la terre dans une communauté (tableau 37). On voit qu’en trois héritages, les terres des Chaname, soit 157 ha, ont été divisées entre trois fils, puis entre six petits-fils, et enfin entre vingt-sept arrière petits-fils et petites-filles. Encore nous manque-t-il les terres distribuées aux filles et petites-filles qui, par le changement de nom, échappent à cette étude. En règle générale, on peut dire qu’à chaque génération, la petite propriété est divisée par trois. Comme il s’agit d’une moyenne, et que ce quotient varie de 1 à 6, sans compter les cas, moins fréquents sans être exceptionnels, de 7 à 10, chaque partage successoral accroît les inégalités en fonction de la fécondité familiale, des caprices des épidémies et des préférences paternelles envers tel ou tel de ses héritiers.

Fig. 41 LA PETITE EXPLOITATION

Fig. 41 LA PETITE EXPLOITATION

TABLEAU 37. Famille Chanane (Ferrenafe, Lambayeque)

TABLEAU 37. Famille Chanane (Ferrenafe, Lambayeque)
  • 7 Ci-dessus, p. 199.

22La succession des générations nivelle pourtant peu à peu les aspérités du hasard et, dans les communautés de petits cultivateurs, la propriété s’achemine vers le microfundio. Le tableau 367 donne une idée approximative de la situation en 1958, situation qui n’a fait que se détériorer depuis. La petite exploitation groupe 88 % des exploitants et n’occupe que 11,1 % des terres irriguées. Or, sur les 15 813 exploitants, 13 352 travaillent moins de 5 ha et 3 258 parmi ces derniers doivent se contenter d’une superficie inférieure à l’hectare. Ces chiffres doivent être légèrement corrigés puisqu’ils correspondent à des parcelles et non à des exploitations. Faire la distinction entre les deux revient à faire l’étude de la dispersion de l’exploitation.

b) La dispersion de la petite exploitation

23Elle apparaît très faible, conséquence logique de l’extrême partage successoral de la terre en régime d’irrigation. Un lot peut être juridiquement divisé et, avec lui, son droit d’eau. Encore faut-il que la disposition des lieux, c’est-à-dire la topographie et le réseau de canaux, se prête à l’autonomie d’irrigation des nouvelles parcelles. Pour ces raisons techniques et pour les autres avantages inhérents au groupement de l’exploitation sur des terrasses aux sols homogènes, la propriété est divisée en lots souvent inégaux mais d’un seul tenant. Cette règle est d’autant plus systématique que l’aire de l’exploitation est petite.

24L’exemple du district de Villa Eten dans le Bas Chancay est caractéristique de celui d’une communauté indigène peu altérée où l’on parlait encore le Muchik à la fin du siècle dernier. Sa position sur la rive gauche du Reque opposée à celle des capitales provinciales, Lambayeque et Chiclayo et son ager fractionné et sans cesse menacé par les inondations et les dunes mouvantes ont découragé les créoles. On n’y compte qu’une seule exploitation moyenne, celle de la famille Campodonico établie au xixe siècle.

TABLEAU 38. Nombre de lots d’irrigation et d’exploitations suivant leur surface (en ha)

TABLEAU 38. Nombre de lots d’irrigation et d’exploitations suivant leur surface (en ha)

SOURCES : D’après le Padrón de regantes, 73.

25Une enquête exhaustive, effectuée par nos soins, sur les 236 parcelles, a permis de faire la distinction entre le lot d’irrigation du Padrón de regantes et la petite exploitation (tableaux 38 et 39).

26Sur le tableau 38, on constate que le pourcentage de correction entre les lots d’irrigation et les exploitations, 15,2 % reste faible. Les petites entreprises agricoles sont très peu dispersées et la rangée inférieure indique que, seules, les exploitations de plus de 3 ha ont en moyenne 2 parcelles et celles de 5 à 10 ha en ont 1,5.

TABLEAU 39. Dispersion de l’exploitation à Villa Eten (Lambayeque). Nombre d’exploitations suivant leur nombre de parcelles

TABLEAU 39. Dispersion de l’exploitation à Villa Eten (Lambayeque). Nombre d’exploitations suivant leur nombre de parcelles

27Pour significatif que soit l’exemple d’Eten, il reste établi sur une base statistique trop faible pour que les résultats soient applicables à la totalité des 16 000 parcelles irriguées du Nord côtier sur lesquelles il n’existe aucune étude de dispersion de l’exploitation. Aussi avons-nous effectué des sondages étendus en analysant les registres des importantes communautés suivantes qui permettent de confirmer l’analyse d’Eten (tableau 39). Le pourcentage d’exploitations ayant plusieurs parcelles ne dépasse pas 18 %, il s’abaisse même à 9 et 7 % dans le Bas Piura et à Tumbes. La très faible dispersion des exploitations est donc un des éléments fondamentaux de la petite entreprise agricole au Nord du Pérou, et elle apparaît comme un corollaire du microfundio dans les deltas où la qualité des champs est assez homogène et où les impératifs techniques de l’irrigation freinent la subdivision des parcelles.

c) Le faire-valoir

28Le deuxième trait fondamental de la petite exploitation des communautés d’irrigateurs dans l’ensemble du Nord côtier est la nette prédominance du faire-valoir direct. En effet, exploitation et propriété coïncident en grande partie dans le microfundio et les exploitations conduites directement dominent dans les entreprises de 5 à 10 ha (tableau 40). Encore l’ensemble des pourcentages serait-il très sensiblement modifié si l’on ôtait le Chira, sur lequel ne figurent que les exploitations dépendant d’un canal ce qui, dans cette vallée favorisée par un régime de prise libre, exclut tout le microfundio de la communauté de Miramar.

  • 8 180 F 1966 ou 37 US %.

29Le tableau 40 rend également compte de l’augmentation du faire-valoir indirect avec la taille des exploitations. Les exploitants indirects sont, dans les vieilles communautés de petits irrigateurs, des arrendatarios, fermiers astreints au paiement d’une somme fixe qui oscille autour de 1 000 s/ha8, selon la qualité de la terre ou la régularité de l’irrigation. Le prix du fermage s’élève ainsi à 1 500 soles pour les bonnes terres à coton du Haut Piura assurées d’une irrigation libre mais il tombe à 400 soles dans la zone du canal de Sechura, aux terres moins fertiles et menacées dans leur droit d’eau.

TABLEAU 40. Le faire-valoir dans les petites exploitations des communautés d’irrigateurs

TABLEAU 40. Le faire-valoir dans les petites exploitations des communautés d’irrigateurs

Nota. — Les vallées de Chao et Virú, représentées sur les registres d’irrigation par les seuls propriétaires, sont étudiées au paragraphe suivant.

  • 9 Essentiellement recensés dans le Censo agropecuario de 1961, sous la rubrique Otras formas, à caus (...)

30Dans les zones d’irrigation délicate, on préfère les systèmes de métayage de la quinta, au cinquième, comme en Libertad. La sous-location, en principe interdite, est assez fréquente mais on manque de données numériques et même d’ordre de grandeur puisque le pourcentage de 25 % n’est avancé par les ingénieurs des directions de l’irrigation qu’avec les plus expresses réserves. La sous-location prend, du reste, deux formes très distinctes dont une seule correspond vraiment au sens classique du terme. Le sous-locataire paie un loyer en argent, de l’ordre de 1 250 soles, ce qui laisse au locataire un revenu de l’ordre de 25 % puisqu’il a dû verser environ 1 000 soles. La forme la plus fréquente reste pourtant l’association, ou aparcería, système employé aussi bien par les propriétaires que par les locataires. Tout le train de culture est fourni par le tenancier et l’aparcero n’apporte que sa main-d’œuvre et sa vigilance. La récolte est partagée par moitié. L’aparceria peut prendre des formes moins rigides et toutes sortes d’arrangements, depuis la fin de la guerre, lui ont fait perdre son caractère original pour en faire une sorte de métayage avec lequel on l’identifie souvent. Elle conserve ses traits originaires en Libertad où elle prévaut sur toutes les autres formes de faire-valoir indirect et notamment en sous-location, mais elle s’est dégradée en Lambayeque et en Piura où elle ne concerne respectivement que le tiers et la moitié des cas9.

31En fait, la sous-location échappe déjà à tout recensement, dans la mesure où elle est interdite, et surtout, elle tend à se confondre avec le salariat agricole. La ligne de partage entre un ouvrier agricole et un aparcero est bien sinueuse, le second étant en réalité aussi bien un ouvrier intéressé à la récolte qu’un métayer.

4. LES PETITES EXPLOITATIONS DES GRANDS DOMAINES

a) Origine et évolution du « yanaconaje »

  • 10 Cf. plus haut, chap. II, p. 90.

32Les Espagnols trouvèrent en arrivant des domaines de nobles, de temples et de l’Assistance publique (la puira), travaillés par des yanaconas dont la condition tenait de celle de l’esclave, dans certains cas, de celle des serfs dans la plupart des autres cas10. En saisissant les terres ils contraignirent les yanaconas à y demeurer. Le yanaconaje est donc une institution géographiquement liée, au départ, au moyen et haut cours des vallées, sur lés terres des couvents et des créoles.

  • 11 450 livres de 456 g de riz par cuadra de 0,7 ha (Hildebrando Castro Pozo).

33Le yanacona était astreint au paiement d’une redevance en nature fixe11 dans le Piura, et à la cuarta, le quart de la récolte, en Lambayeque et Libertad où il porte le nom de colono. Mais il devait en outre vendre sa récolte par l’intermédiaire du propriétaire et lui emprunter tout ce qui était nécessaire pour le train de culture, à des taux compris entre 14 et 20 % ! Bien de mainmorte, attaché à la terre mais échappant à la mita dans les deux premiers siècles de la période coloniale, il n’est plus qu’un tenancier endetté à vie et corvéable à merci.

34Les haciendas du Nord étaient donc divisées en deux parties. La première, morcellée en petites métairies travaillées par les yanaconas ou colonos, était consacrée aux cultures vivrières. La deuxième, conduite directement par les propriétaires ou régisseurs, était destinée à l’élevage en Piura et Lambayeque, et à la culture du riz et de la canne à sucre en Libertad, la main-d’œuvre étant assurée par des corvées de yanaconas ou d’esclaves noirs. Ce véritable système domanial va se perpétuer jusqu’à la première moitié de notre siècle en Piura et, jusqu’à la loi de réforme agraire de 1965, dans les haciendas du haut cours des vallées.

35Par contre, dès la deuxième moitié du siècle dernier, la concentration capitaliste et l’évolution des systèmes de culture vont faire reculer le yanaconaje dans le cœur des grandes vallées où les plantations de canne à sucre de Moche, Chicama, Saña et Chancay amorcent le mouvement, suivies par les haciendas rizicoles du Jequetepeque et du Piura. Dans ce dernier, dès 1868, Pabur va cultiver directement son riz et son coton, dirigeant désormais l’eau vers sa « couture ». Le yanacona est refoulé ou laissé sur les terres marginales où il assure son irrigation par puits, comme à Chulu-canas en Haut Piura, ou sur la terrasse haute, comme en Chicama et Moche. La fin de l’esclavage contraint les grands exploitants à employer une main-d’œuvre fixe au moment même où la production va, enfin, progresser. Dans les départements de La Libertad et du Lambayeque les bras, serviles ou libres, ont manqué jusqu’en 1950 et, de ce fait, la condition des métayers s’est améliorée de 1870 jusqu’à cette date. Un nouvel équilibre social s’est instauré, le colono ou yanacona gardant sa métairie mais travaillant aussi comme ouvrier fixé et rémunéré.

PHOTO 21. Chacra de métayer à Salitral sur le Haut Piura. Polyculture et arboriculture au contact des grands champs dénudés de la grande exploitation.

36Deux fois interrompu par la catastrophe économique qui suit la guerre du Pacifique en 1883 et par la grande crise en 1930, le mouvement d’émancipation des yanaconas s’est poursuivi dans les départements du Sud, jusqu’en 1965 qui vit les débuts d’application de la Réforme agraire. En Piura, l’action législative, notamment la poursuite par le député Hildebrando Castro Pozo pendant tout l’entre-deux-guerres d’une campagne en faveur des yanaconas, a déjà allégé le sort de ces derniers en leur donnant le droit de vendre leur récolte à leur gré, en limitant à 12 %, l’intérêt des prêts du train de culture et, surtout, en obligeant les propriétaires à rémunérer les services effectués sur leur terre propre.

  • 12 110,80 F 1966 ou 2,2 US $.

37Il faudra pourtant attendre le grand essor de la production cotonnière, l’irruption des insecticides, l’introduction de la technique des puits tubulaires et, en 1953, la dérivation des eaux du Quiroz, pour voir entamé le système du yanaconaje. Dès lors, les haciendas essaient de se débarrasser de leurs yanaconas qui leur rapportent moins que la conduite directe de leur exploitation modernisée. Les plantations les plus vastes les gardent mais ne leur donnent de l’eau que dans la mesure où elles n’en ont pas besoin. Yapatera et Morropón dirigent, le samedi et le dimanche exclusivement, l’eau d’un canal d’environ 1 m3/s de débit sur les 2 000 ha de leurs métayers. En 1964, chaque cuadra (0,7 ha) reçut trois tours de 300 m3. En revanche, faute d’assurer l’eau, les entreprises ne perçurent plus qu’un loyer symbolique de 60 soles par cuadra12.

  • 13 11 800 F 1966 ou 370 US $.

38D’autres haciendas préfèrent se débarrasser de leurs locataires en leur vendant l’hectare sans droit d’eau fixe, au prix exhorbitant de 10 000 soles l’hectare13. Payable par l’intermédiaire d’une banque en dix annuités, cette somme doit être augmentée d’un intérêt annuel de 14 % ! La Réforme agraire a mis fin à ce mouvement qui concernait un millier de yanaconas de Chulu-canas. L’hacienda Yapatera avait alors vendu à elle seule 964 ha à 460 yanaconas parmi les 1 500 qu’elle possédait.

39Depuis un siècle les districts sont nés de ces villages de yanaconas devenus propriétaires ou, plus souvent, remerciés. En effet, dès l’époque républicaine le serf a retrouvé sa liberté en même temps qu’il perdait la sécurité de sa tenure. Il faudra attendre 1962 et l’annonce de la Réforme agraire pour que le tenancier ne puisse plus être chassé mais, à cette époque, les jeux étaient faits.

40Entre temps, cinq villages sont devenus districts, dont Chulucanas et Morropón en Haut Piura, tandis que le même mouvement atteignait le Lambayeque où Chongoyape est né de l’éclatement au siècle dernier de l’hacienda qui porte son nom, renforcé par l’expulsion de la totalité de ses 300 métayers faite par l’hacienda Almendral entre 1952 et 1962. Les trois districts de la tête de la vallée du Jequetepeque, cinq autres de la Haute Saña ou de son affluent le Nanchó, Ascope en Chicama et Laredo en Moche sont nés de la dégradation du yanaconaje. Ces villages accueillirent les métayers chassés, ceux qui avaient racheté leurs exploitations et, naturellement, dès le début de l’explosion démographique, tous les héritiers qui n’avaient pu se partager des tenures trop réduites.

b) Le « yanaconaje » et la Réforme agraire

41La première application, dans le Nord, d’une loi dont l’ensemble sera étudié deux chapitres plus loin, est celle du titulo 15. Les tenures travaillées par des feudatarios, c’est-à-dire par des exploitants indirects, leur reviendront en toute propriété si leur superficie est inférieure à 15 ha quel que soit le type des contrats. Il a fallu entreprendre un recensement qui n’avait jamais été fait. Deux types de déclaration étaient sollicités, l’une du propriétaire, l’autre du tenancier. Les législateurs, et surtout les fonctionnaires virent les premiers résultats dépasser leurs appréhensions les plus fortes. Les bureaux provinciaux se trouvèrent obligés de travailler sans cadastre et sans inventaire, face à des propriétaires qui, dans la plupart des cas, déclarèrent très peu de feudatarios. En revanche, les tenanciers affluèrent au départ mais, faute d’être reconnus par les propriétaires comme légitimes, ils posèrent des problèmes juridiques qui ne pouvaient être résolus sans l’établissement, sinon d’un cadastre, du moins d’un registre composé à la suite de milliers d’enquêtes sur le terrain.

  • 14 L’article 113 stipule que la propriété de la terre doit être transférée avec le droit d’eau qui y (...)

42Les cas les plus évidents, à Morropón en Piura et à Ferreñafe en Lamba-yeque, firent l’objet en juin 1965, six mois après la mise en application de la loi, des premières cérémonies de remises de certificats de propriété. Elles furent suivies immédiatement des premiers troubles car, dans tous les cas où la terre ainsi distribuée ne correspondait pas à une parcelle juridiquement pourvue d’un droit d’irrigation, elle était immédiatement privée d’eau par le propriétaire14. On a vu plus haut que ce droit est attaché à une propriété en bloc, à charge pour le propriétaire de le diviser comme il l’entend. S’il place sur ses terres des métayers, il peut leur accorder tout ou partie de son droit ou rien du tout, ne leur laissant que l’eau des sobrantes, des crues éventuelles, ce qui est le cas général. Il peut aussi diriger l’eau sur une partie directement conduite de son domaine, voire sur une autre propriété lui appartenant. Les parcelles des yanaconas n’avaient pas d’existence juridique devant la Direction des eaux.

43Les propriétaires, contraints de céder la terre, gardèrent leur eau, source tout à fait indispensable de leurs revenus. Cela mit fin pour trois ans au mouvement. D’une part, les métayers, effrayés à l’idée d’échanger une tenure pourvue d’eau contre une propriété stérile, abandonnèrent parfois toute prétention, si légitime qu’elle fût, sur cette dernière. La répartition continua dès lors à un rythme très lent et un juridisme d’une implacable lenteur remplaça le grand élan des premiers mois. Avocats et géomètres parcoururent la campagne tandis que les législateurs hésitaient devant l’application de la réforme de l’eau. Enfin, plus de la moitié des feudatarios en Lamba-yeque et des trois quarts en Libertad, établis comme ouvriers dans les haciendas, ne voulurent pas courir le risque de perdre cet emploi privilégié.

44Ces enquêtes eurent cependant le mérite de faire le premier dénombrement de ces exploitations. Le tableau 41 est déjà une approximation sérieuse, car il est fait de déclarations spontanées, effectuées avant que le problème de l’eau n’éclate. Quelques oublis ou réticences en altèrent la rigueur mais ne faussent pas les ordres de grandeur. Nous rapporterons les déclarations des métayers, et non pas celes des propriétaires. Il s’agit, en effet, non pas de connaître les droits véritables des petits exploitants mais de constater, géographiquement, combien il y a réellement de petits tenanciers, que l’hacienda les reconnaisse ou non.

TABLEAU 41. Nombre des exploitations de faire-valoir indirect par province sur la Côte nord

TABLEAU 41. Nombre des exploitations de faire-valoir indirect par province sur la Côte nord
  • 15 Seulement pour la partie côtière de cette province.

Note 1515

c) Situation géographique des petites exploitations indirectes

  • 16 La haute vallée côtière du Jequetepeque fait partie du département de Cajamarca.

45Le tableau 41 fait apparaître nettement pour le Piura, que les petits exploitants sont surtout groupés dans les provinces de Sullana, Ayabaca et Morropón, c’est-à-dire, dans les hautes vallées côtières du Chira, de son affluent, le Quiroz et du Piura. Une étude de détail montre que, pour le département de Lambayeque, 1 013 feudatarios sur les 1 351 de la province de Ferreñafe sont répartis dans sept haciendas de la Haute Leche. Les grandes haciendas de Chiclayo et les moyennes de Lambayeque se distribuent les colonos le long du rio Reque dont la terrasse basse se prête peu à la culture mécanisée et il en est de même dans les vallées de la Sana et du Jequetepeque. En outre, les haciendas de l’amont groupent plus de 50 % des feudatarios avec 467 petits exploitants en Haute Sana contre 240 dans le reste de la vallée, et environ 1 60016 pour le Haut Jequetepeque contre 1 458 dans le delta. Dans ce dernier, les moyennes exploitations se répartissent dans les districts de Pacanga et Pueblo Nuevo où le fractionnement de l’ager a empêché la mécanisation et la concentration de l’exploitation. Les grandes haciendas du cœur du delta ont loti les leurs sur la haute terrasse difficilement irrigable. Il en est de même dans les vallées de Chicama et de Moche où les très grandes exploitations Casa Grande et Laredo, avec respectivement 1 213 et 567 métayers, les ont groupés sur les terrasses hautes qui encadrent les vallées.

46Les vallées de Virú et de Chao en Libertad, comme celles de Zarrumilla et Bocapân en Tumbes, ou certaines quebradas secas sur toute la côte Nord comme San Gregorio du Chamán, sont en grande partie cultivées par des petits exploitants, l’absence de ressources régulières ayant découragé l’exploitation directe. Tomabal du Virú, Bella Vista du Chao et l’hacienda Zarrumilla ainsi travaillées dans leur totalité par des petits métayers. La Réforme agraire a donc permis de recenser en grande partie les petits exploitants indirects mais elle a aussi rendu compte de leur très faible et problématique attribution d’eau et, partant, de leur faible productivité. Elle a, enfin, révélé l’amplitude du phénomène de la sous-location.

  • 17 Partidario, autre nom l’aparcero.
  • 18 La mandatario, comme l’aparcero travaille une terre sous la direction et avec les capitaux du prop (...)
  • 19 Exploitation de petite dimension.

47Le titre 15 ayant stipulé que la terre serait à celui qui la travaillait, les aparceros ou partidarios17 et les mandatarios18 et tous les sous-locataires en ont réclamé le bénéfice et, sous réserve de vérification, le droit des aparceros ou partidarios fut reconnu. Or, les ouvriers des grandes exploitations, les colonos de La Libertad et du Lambayeque exploitant une chacra19 appartenant à l’hacienda et ne pouvant la travailler eux-mêmes, la faisaient fructifier généralement par un frère ou un oncle, ou encore par un étranger à leur famille, partageant la récolte par moitié après avoir donné à l’hacienda sa quinta. Plus des trois quarts des colonos de Casa Grande et Laredo sont dans ce cas et l’absence de contrat écrit et les arrangements familiaux posent des problèmes délicats à l’Office de la Réforme agraire et soulèvent des conflits entre les coexploitants.

48La précipitation fort compréhensible de l’application de la Réforme agraire a, en réalité, fait reculer l’espoir pour nombre de feudatarios des grands domaines de la côte de posséder leur terre. Paradoxalement, les grands domaines contre qui cette réforme était dirigée restent intacts et, seuls, les moyens propriétaires, notamment les veuves qui faisaient exploiter leur terre indirectement, ont été frappés les premiers, et avec toutes les rigueurs de la loi.

d) La taille des exploitations en « yanaconaje »

49La loi, en fixant à moins de 15 ha la superficie des terres des bénéficiaires du titre 15, n’avait fait que suivre les lois sur le yanaconaje, votées pendant l’entre-deux-guerres et reprises en 1962. Ces dernières avaient été établies en se basant sur l’usage, mais 15 ha étaient une surface très rarement atteinte par une exploitation en métayage. En l’absence de tout cadastre, nous ne disposons que de deux enquêtes effectuées par la Direction de l’irrigation de Chulucanas dans le Haut Piura, dans les haciendas de Morropón et Buenos Aires, une autre de la Direction du rio Chicama dans l’hacienda Pampa, et enfin, une étude personnelle dans l’hacienda Laredo. Ces résultats partiels sont toutefois très significatifs et permettent de cerner les ordres de grandeur de la taille des chacras des yanaconas. Il en ressort que la répartition générale de la petite exploitation des grands domaines est peu différente du microfundio des communautés d’irrigateurs. L’insécurité permanente qui pèse sur les exploitations de yanaconas en l’absence de tout droit d’eau leur confère, par contre, une toute autre signification économique (tableau 42).

5. LES COMMUNAUTES INDIGENES

50Ces comunidades de indigenas ne doivent pas être confondues avec les comunidades de pequeños regadores qui ont été vues plus haut. Il s’agit ici d’un cadre juridique pouvant éventuellement coïncider partiellement avec celui des districts politiques ou agricoles mais qui, dans l’ensemble représente une unité géographique et sociale distincte.

a) Origine

51En 1920, tout un mouvement indigéniste dont les racines plongent dans la deuxième moitié du siècle dernier aboutit à faire reconnaître, sous la présidence de Leguïa, les communautés indigènes supprimées par Simon Bolivar en 1824. Des raisons sociologiques, économiques et sociales ont poussé à cette reconnaissance qui doit permettre aux indigènes de préserver leur cohésion ethnique, de sauvegarder leurs dernières réserves territoriales et, enfin, de préparer les cadres d’une exploitation communautaire nécessaire pour bénéficier des progrès techniques et donc indispensables à l’essor économique et à une amélioration de la condition indigène.

TABLEAU 42. Nombre d’exploitations selon la superficie (en ha)

TABLEAU 42. Nombre d’exploitations selon la superficie (en ha)

1. Sondage portant sur 16 °/o du total des feudatarios, effectué par l’Oficina departemental de Reforma Agraria de Chiclayo.

52On exigeait pour reconstituer une communauté des titres faisant foi de son existence antérieure. Cela revenait, en s’appuyant sur les procès des parcialidades coloniales entre elles, ou contre leurs voisins espagnols et créoles, à ne recréer des communautés que sur les terres des réductions de Toledo, en interdisant juridiquement toute autre constitution sur les villages ou districts, fondés à partir des rancherías de métayers et ouvriers d’haciendas depuis le siècle dernier.

TABLEAU 43. Divers stades d’avancement de l’application du titre 15 sur les tenanciers indirects au 1er janvier 1967

TABLEAU 43. Divers stades d’avancement de l’application du titre 15 sur les tenanciers indirects au 1er janvier 1967

SOURCES : Informe annal de la Jefatura central de areas de Reforma Agraria, 1967, 155.

53Pour être comunero, il faut être, soit un paysan sans terre, soit un propriétaire qui apporte son bien à la communauté. La terre communautaire est partagée sans intervention de l’Etat par le conseil qui est souverain en la matière et la répartit au gré des services rendus, ou de l’importance des foyers, ou encore des influences. Les lots sont attribués aux familles qui disposent de leur usufruit et du choix des héritiers, mais pas de leur cession ni de leur vente.

b) Les réalités économiques des communautés indigènes rénovées sur la Côte nord

54La comunidad de indigenas est par la force des choses un syndic de gestion et de défense des réserves territoriales non mises en valeur et ne disposant pas de droit d’eau. Reconnue par l’Etat, elle est habilitée à entreprendre des procès de récupération de terres ou de droits d’eau usurpés par de puissants voisins. L’Etat intervient en sa faveur pour lui attribuer des terres domaniales et communales non mises en valeur et, depuis 1960, pour apporter l’aide des ministères de l’agriculture et de l’équipement afin de constituer des coopératives, les équiper et les financer par des prêts.

55Le sort économique des communautés n’en est pas moins très variable selon leur importance et il dépend essentiellement, jusqu’à nos jours, des conditions naturelles ou des ouvrages techniques ayant remis en marche le système de distribution de l’eau depuis leur création. Ainsi, la communauté de Querecotillo-Salitral et celle de Colán, composées respectivement de 800 et 112 comuneros dépourvus de droit d’eau, sont maintenant deux zones de petites exploitations irriguées grâce aux nouveaux canaux Miguel Checa et Pueblo Nuevo. Ici, l’abondance des eaux du Chira a permis de doter les nouveaux venus sans diminuer les droits des anciens propriétaires. Cette catégorie, en fait, est à inclure avec celle des petits irrigateurs et elle est inscrite sur le Padrón de regantes. Ses mœurs ont évolué dans le même sens et, non seulement l’individualisme a prévalu, mais encore certains comuneros, contre la législation et contre toute solidarité, ont vendu leur terre à des étrangers au district et notamment à des grands exploitants de Querecotillo.

TABLEAU 44. Répartition de la propriété dans la communauté indigène de Miramar

TABLEAU 44. Répartition de la propriété dans la communauté indigène de Miramar

56Dans le Bas Chira la communauté de Miramar constitue le cas unique de 480 comuneros bénéficiant d’une prise libre d’eau, échappant au contrôle de la Direction des eaux. Encadrés par un conseil énergique, ils ont revendiqué toutes les terres du district de Vichayal, y compris le territoire urbain, et perçoivent des taxes sur chaque maison, entrant même en conflit avec le conseil municipal.

  • 20 Cruz Villegas Jacobo, fils du personero, à partir de documents personnels communiqués par lettre.
  • 21 3,80 F 1966.

57Les districts de Sechura et Catacaos représentent le cas de communautés envahies par imprudence ou vénalité entre 1890 et 1920, et sur la défensive depuis cette époque20. Les 58 terroirs groupant 3 700 comuneros sont pourvus d’un droit d’eau depuis la dérivation du Quiroz survenue en 1953 et possèdent encore 8 000 ha de terres arables et irrigables. Sur le sahel, l’immense communauté d’Olmos est la seule de toute la côte septentrionale à faire coïncider à 90 % sa population et ses terres avec celles du district. Les 850 familles, réparties en 65 finages, possèdent en commun des pâturages sur lesquels ils peuvent élever librement des animaux en payant une taxe de 20 soles21 par an et par animal. Les comuneros se sont, en outre, répartis des terres cultivables suivant les possibilités de cultiver de chaque famille. Les terres situées sur les vegas des deltas intérieurs de l’Olmos et de Cascajal sont irriguées à partir de puits, tandis que d’autres sont des temporales, champs temporairement mis en culture pendant les années exceptionnellement pluvieuses.

58Plus au Sud, les communautés indigènes ne sont plus que l’ombre de ce qu’elles furent. Elles occupent une place insignifiante, tant dans les effectifs que dans les superficies réellement cultivées. Minées parfois par la corruption des personeros ou présidents de leurs conseils, entraînées par les avocats dans des luttes juridiques incessantes contre les haciendas et les municipalités voisines, elles demeuraient au stade de collectivités juridiques quand la Réforme agraire leur a redonné quelque espoir. Elles appartiennent, en grande partie, au Lambayeque (fig. 42 et tableau 45).

Figure 42. LES COMMUNAUTES D’INDIGENES

Figure 42. LES COMMUNAUTES D’INDIGENES

Légende : 1. Communautés majoritaires dans leur district. — 2. Communautés minoritaires dans leur district mais possédant des terres irriguées. — 3. Communautés pratiquement sans terres. — 4. Commnauté d’éleveurs d’Olmos.

TABLEAU 45. Les communautés indigènes du Nord

TABLEAU 45. Les communautés indigènes du Nord

59La notion de comunero elle-même devient très floue. A Mórrope, 4 750 personnes prétendent à ce titre et aux 35 000 ha de terres attribuées à la commune mais ces terres, ni dotées d’un droit d’eau ni le plus souvent cultivables, ont déjà été partagées en lots de 5 à 30 ha. Quelques familles ont même construit leur maison au lieu-dit La Cruz. A côté de ces comuneros potentiels, les 192 fondateurs de la commune s’étaient répartis, fort inégalement du reste, les 2037 ha irrigables reconnus par la Direction des eaux.

60A Monsefú, district agricole le plus représentatif du microfundio, 300 familles sur les 2 400 du district ont tenté d’adhérer à la communauté, toutes ces familles étant dépourvues de terre au départ. En fait, le conseil n’en a accepté que 200 et n’a alloué un lopin de terre irriguée qu’à 100 d’entre elles. Ces dernières se sont partagé 228 ha inscrits au registre des eaux tandis que deux procès interminables doivent faire récupérer deux lots de 400 et 200 ha appartenant actuellement à l’église de Monsefú et à la municipalité d’Eten. La Féforme agraire ne peut leur donner satisfaction que très partiellement car ces terres sont déjà réparties entre des petits locataires qui deviennent automatiquement propriétaires !

  • 22 Collin-Delavaud (Cl.), 55.

61Des communautés de fait, comme celle de Sásape, se heurtent aux héritiers de propriétaires absentéistes qui les avaient laissées s’établir en 1930. Jamais reconnues elles devaient se dissoudre quand la Réforme agraire a gelé leur cas. La commune de Santa Lucia de Ferreñafe, après avoir occupé de force les terres de l’église, s’est vue confinée le long du rio Taymi sur la bande de 18 m qui appartient à l’Etat. 247 familles y cultivent des lopins de 1 à 5 ares, en puisant de l’eau dans le canal, attendant que la Réforme agraire mette fin à un procès avec l’hacienda Batán Grande voisine22 qui dure depuis onze ans.

  • 23 2Negociación agrícola Jequetepeque, dépendance de la Negociación agrícola Chicama, plus connue sou (...)

62En Libertad, dans la vallée du Jequetepeque, c’est une situation du même ordre qui a bloqué les comuneros de Chepén le long du canal de Pacanga, après leur lutte devenue légendaire contre l’hacienda Casa Grande entre les deux guerres et, sur 12 km, s’étirent les 280 minuscules parcelles qui bordent le canal et constituent le callejón de Chepén23.

63Les autres communautés sont encore plus pauvres. Celle de San Pedro de Lloc ne possède qu’une colline incultivable à Sincape, celle de Paiján des terres salées ou sablonneuses et celles de Huanchaco en Moche, qui fut une des plus belles réductions mochica, ne dispose que des atterrissements de la mer, en contrebas de la falaise où 200 familles tentent de faire pousser quelques légumes quand l’eau qui sourde en provenance de l’hacienda Cortijo n’est pas trop salée.

64Les communautés indigènes ont donc connu un sort très différent suivant les vallées. Celles du Piura, aux cohésions sociologiques et géographiques puissantes, dominent dans de nombreux districts et bénéficient d’eaux superficielles abondantes provenant d’ouvrages hydrauliques récents, ou encore des pluies estivales. Plus au Sud, elles n’ont pu se faire que très exceptionnellement une place entre les grandes haciendas et les zones de petits paysans individualistes qui s’étaient déjà partagé toute l’eau. Dans les unes comme les autres, l’esprit communautaire reste faible.

65Ainsi, les petites exploitations se distinguent suivant leur origine juridique et celle-ci est le plus souvent déterminée par la localisation géographique. A chacun des types juridiques et sociaux correspond un droit d’eau différent et des systèmes de culture originaux.

B. LES SYSTEMES DE CULTURE ET LES TYPES DE PETITES EXPLOITATIONS

1. TRAITS GENERAUX

66Un certain nombre de conditions défavorables caractérisent l’ensemble des petites exploitations. Leur rejet sur des terres moins fertiles, les inégalités du droit de l’eau et des conditions techniques de sa répartition, la petite taille des champs et surtout l’insuffisance des moyens financiers les empêchent d’être conduites rationnellement, d’obtenir des rendements satisfaisants, de s’équiper et donc de modifier rapidement ses systèmes de culture en fonction de l’évolution du marché.

a) La situation géographique

67Les terres basses de l’extrême aval des deltas sur lesquelles sont rejetées les communautés de petits exploitants sont en elles-mêmes fertiles mais elles sont aussi les premières victimes des excès climatiques. Les inondations les dévastent et s’y attardent, les sécheresses prolongées font affleurer le sel qui provient des terrains situés en amont, enfin, les superficies cultivées sont menacées tant par les recoupements de méandres libres que par les dunes littorales. Les sols ont une fertilité variable, surtout, à cause de leur pH alcalin, et leur respiration est constamment interrompue par les fluctuations du niveau de la nappe phréatique.

68Les terres des yanaconas d’hacienda ne sont guère mieux loties. Les vieilles terrasses caillouteuses et sablonneuses n’offrent, en effet, que des sols, certes légers, mais le plus souvent squelettiques. Les vallées sèches sont mieux partagées ; leur sol alluvial, limoneux et fertile, possède en outre un horizon humifère. Cependant, l’absence d’eau qui est leur lot le plus fréquent s’oppose à toute culture permanente et rentable.

b) Les déficiences de l’irrigation

69Le droit colonial a déjà défavorisé les réductions et l’époque libérale a vu déposséder en grande partie les métayers ; quant au peu d’eau qui parvient à la petite exploitation il est fort mal employé. Cheminant interminablement tout au long de canaux sinueux, perméables et mal entretenus, l’eau se perd en cours de route, et ceci d’autant plus que les parcelles sont nombreuses et petites. D’un autre côté, les champs, faute d’aplanissement régulier, doivent être divisés en petits casiers qui augmentent encore les pertes. Enfin, la petite exploitation ne peut pas jouer sur les grandes quantités ; réduite le plus souvent à un seul lot d’irrigation, elle est tenue de l’arroser quand survient le tour d’eau, sans aucune possibilité d’assouplir cette rigueur en jouant sur différentes parcelles, comme la moyenne et la grande entreprise.

c) Le microfundio s’oppose à la mécanisation

70A l’époque même où les travaux effectués par les tracteurs reviennent moins cher que ceux accomplis par l’homme et la mule, par suite de la hausse très sensible des salaires depuis 1962, la petite exploitation ne peut posséder son tracteur et la location, toujours chère au Pérou, est en outre grevée des pertes de temps occasionnées par la petite taille des champs. Des motoculteurs pourraient rendre des services mieux adaptés mais la mécanisation de type nord-américain y est peu ouverte et les machines de ce type, tchèques ou japonaises, sont encore très peu diffusées ici. Encore faudrait-il que le petit paysan puisse les acquérir.

PHOTO 22. Labours à l’araire dans une petite exploitation de Túcume (vallée de La Leche, Lambayeque).

d) L’absence de crédits

  • 24 Banco de Fomento Agropecuario.

71Le petit exploitant ne peut pratiquement pas obtenir de prêts bancaires, faute de garantie et à cause de taux d’intérêt voisins de 17 % ; quant à la Banque nationale d’équipement pour l’agriculture24, elle prête à des taux plus raisonnables, variant de 7 à 13 % mais, conçue pour aider la moyenne propriété ou les nouvelles colonisations, son action demeure sans effet sur le microfundio. Faute de capital et de crédit, le petit paysan ne peut non plus utiliser les engrais chimiques. Ceux-ci sont en outre très mal distribués au Pérou et restent destinés aux grandes exploitations qui en contrôlent la vente, avec les faveurs du monopole du guano et celles des douanes qui les attribuent en priorité aux cultures d’exportation. Il en est de même pour les insecticides et les herbicides, pour la vaccination du bétail comme pour sa sélection et pour celle des semences (tableau 46).

TABLEAU 46. Montant des prêts alloués à la petite, moyenne et grande exploitation en 1962-1963 (en milliers de soles)

TABLEAU 46. Montant des prêts alloués à la petite, moyenne et grande exploitation en 1962-1963 (en milliers de soles)

SOURCES : D’après les montants bruts des prêts relevés dans le tableau 13 du Memoria del Banco de Fomento agropecuario del Peru ; 32° ejercicio, 1962-1963, Lima, 1965.

72Par sa localisation et ses structures fondamentales la petite exploitation, notamment le microfundio, vit dans un état d’insécurité permanente et ses rendements sont trop faibles pour que sa production puisse entrer en compétition avec celle des moyennes et grandes entreprises. Faute de capital et trop petite pour rembourser d’éventuels emprunts, elle apparaît dans le cadre individualiste où elle se meut très mal armée pour se moderniser. Elle reste adaptée cependant à des conditions naturelles ingrates qui excluent la grande entreprise.

73Tous les exemples de spécialisation agricole correspondant à un ager fragmenté de sols variés et où l’emploi de la main-d’œuvre l’emporte sur celle de la machine ont démontré que la petite exploitation pouvait tirer parti des zones marginales impropres à la grande exploitation. Ainsi, doit-on distinguer plusieurs types de petites exploitations avant d’analyser plus loin les premières expériences de coopératives.

2. LES EXPLOITATIONS DE POLYCULTURE TRADITIONNELLE

a) La polyculture de subsistance

74Il n’y a pas de vestige contemporain d’une vie rurale préhispanique qui se serait perpétuée jusqu’à nos jours, indifférente aux bouleversements de la conquête puis de l’économie libérale. L’ensemble des communautés indigènes, par leur voisinage avec les haciendas et les contacts de sa main-d’œuvre, mais également par un exceptionnel don d’assimilation que nous avons systématiquement observé, ont adopté les plantes et les animaux introduits par les Espagnols et ils ont su profiter de l’ouverture de l’économie depuis un siècle quand cela n’exigeait pas de capitaux. La polyculture de subsistance est le fait d’une partie du microfundio des grands domaines où la tenure est trop petite pour assurer l’existence d’un foyer et ne sert que d’appoint à des ouvriers agricoles. Les haricots et le maïs en constituent alors les éléments de base, peu exigeants en eau et directement consommés par les familles. Les arbres fruitiers et les légumes dépendent de la localisation des petites exploitations. Celles situées sur la terrasse haute sont dénudées mais, au contraire, celles que les haciendas ont placé sur la terrasse inondable des rivières comme tout au long des rios Piura, Chancay et Chicama, peuvent, grâce à la proximité de la nappe phréatique, semer des légumes et planter des arbres fruitiers. Haricots, pois, fèves, tomates, courges et aubergines, concombres, melons et pastèques, mêlés ou alignés par rangées intercalées, poussent à l’abri des papayers et bananiers.

75La précarité naturelle et juridique des terrains interdit, en général, de planter de véritables arbres. L’élevage de porcs, de chèvres et de volaille reste lié aux déchets de cette petite culture, ce qui le limite aux besoins d’une consommation fort modeste. Ce sera le caractère général de ce petit élevage, réduit à la portion congrue dans la polyculture mais appoint non négligeable à l’alimentation.

b) La polyculture commercialisable

76Dès que l’exploitation dépasse environ 2 ha, surtout si elle est travaillée par un métayer, une grande part de la récolte est commercialisée, que l’exploitation soit située dans une communauté de paysans ou dans un grand domaine. Le choix des cultures est alors lié tant aux débouchés locaux qu’au marché national, tout en exploitant le plus souvent au mieux les aptitudes des sols et les nuances climatiques.

77On peut ainsi distinguer deux types de polyculture suivant la position en aval ou en amont des vallées. Dans le premier cas, les graminées et les légumineuses l’emportent ; dans le second, ce sont les arbres fruitiers, sans du reste qu’aucun des deux systèmes excluent les uns ou les autres ; mais les produits commercialisés et ceux consommés sur place s’inversent alors. Une vache à l’hectare environ, une paire de bœufs pour les exploitations de plus de 3 ha, quelques chèvres, plus rarement un ou deux moutons, quelques porcs à longs poils noirs et une ou deux dizaines de volailles complètent ce type d’exploitation qui dépasse rarement 6 ou 7 ha pour en avoir généralement 1 à 3.

78Le matériel est composé par une forte bêche, la palana, un coupe-coupe, la machete, un bâton ou une barre à mine pour casser les mottes et fouir, nommé barro ou pico, une serpe à long manche, le cabalozo, une fourche à trois dents, la horca, un râteau, le rastro et une hache, la hacha que l’on porte sur soi. Une charrue à main, à soc unique courbe et en acier, a remplacé l’araire dans les basses vallées. Mobile, elle est attachée par une chaîne, et non par un timon, à un joug de bois ficelé aux cornes.

79Les petites exploitations utilisent trois systèmes d’irrigation. Le plus répandu, pour les graminées et les légumineuses notamment, est dit de regaderas et consiste en longs sillons parallèles. Celui des posas, consistant en une série de petits casiers de 10 à 20 m2, appelés melgares, convient spécialement au riz, aux légumes et à la luzerne. Enfin, le caracol, ou escargot, fait serpenter un même sillon d’un bout à l’autre du champ. On l’aménage généralement pour la culture du manioc. Alors qu’en Libertad et en

80Lambayeque on utilise les trois systèmes, dans le Piura on préfère nettement celui des petits carrés qui convient aux terrasses de très faible pente.

81La notion de sillon est assez large. Ce dernier dépend des cultures, de la fréquence des tours d’irrigation, sans parler des techniques de labourage, restant, sauf dans le cas de l’irrigation par casiers, toujours assez profond. La graine est placée, et non jetée, sur le côté du sillon pour éviter le pourrissement.

82L’enrichissement du sol est assuré par plusieurs moyens et de manière assez satisfaisante ; d’abord par l’eau d’irrigation qui comporte une part de limon assez importante, du moins quand il s’agit de celle des rivières ; ensuite par le guano de corral, mélange de déjections des animaux et de terre car l’absence de litière empêche la constitution d’un véritable fumier (esîiercol) et la fermentation est faible. Enfin, l’abondance des légumineuses dans le système de culture régénère les sols en azote. L’emploi des engrais chimiques est rare mais celui du guano apporte un complément bien équilibré que seuls les mystères du quota du monopole et les fantaisies de la distribution rendent aléatoire.

83L’éventail des cultures est large. Les haricots blancs, gris et noirs, composent la série des pallares précolombiens qui ont été rejoints par les lentilles, les fèves, les pois et les pois chiches européens dès la conquête espagnole. A leur côté, les graminées sont essentiellement représentées par le maïs, visible dans presque toutes les exploitations de la côte, même en quantité symbolique. Des graminées méditerranéennes présentes jusqu’au xixe siècle dans les oasis littorales, seule l’avoine a conservé une petite place. Le riz, par contre, pour des raisons d’irrigation, entre de moins en moins dans la polyculture. Il a pratiquement disparu des zones de communautés aval du Lambayeque pour devenir une culture spécialisée ou localisée. Cependant, les agriculteurs de la basse Sana l’incorporent encore dans leur éventail agricole.

84Pour les tubercules, la pomme de terre reste très rare, étant remontée sur la Sierra, sauf en Virû où elle a reparu depuis 1960. Par contre, la Camote, la patate douce péruvienne, est omniprésente. Elle constitue avec la yuca (manioc) moins fréquente, les carottes, les gros poivrons verts et l’incroyable gamme des cucurbitacées, ces dernières aux sources de l’agriculture américaine, l’essentiel des légumes. L’ail, les oignons et le piment font partie de tous les potagers comme ils sont de tous les mets. Melons et pastèques (sandias) composent avec la papaye, les bananes et la ciruela, sorte de prune acide, le plateau de fruits des communautés de l’aval, exposées au vent et au brouillard frais. Mais dès que l’on s’éloigne de quelques kilomètres du rivage vers l’intérieur, la profusion des fruits tropicaux apparaît dans sa réelle exubérance. Le manguier tient la première place et donne le ton, par sa masse comme par les reflets moirés de son feuillage, aux bocages de la Lèche et du Haut Piura. Il est présent en tous lieux, mais rarement en groupe car il doit garder ses distances pour puiser eau et subsistance dans un sous-sol asséché pendant le long hiver côtier. A ses pieds, les papayers et les figuiers s’ordonnent pour constituer des haies avec le moelle aux baies jaunes comestibles.

  • 25 Ci-dessus, p. 49.

85Les cinq arbres caractéristiques des yungas côtières se retrouvent dans toutes les communautés, disposés au hasard des exploitations. L’avocatier est malgré tout assez rare, le délai de huit années avant les premiers fruits décourageant les petits exploitants, mais, les Lucumos, Chirimoyos (pommier canelle), Goyaviers et ciruelos de fraile ou pruniers américains25, consolident les haies et les remblais des canaux d’irrigation. Les bananiers, peu nombreux et isolés à l’aval des deltas, forment de véritables fourrés dans les angles des champs ou près des maisons à l’intérieur des terres et deviennent dans le haut piémont des cultures de plein champ. Les bananes à frire constituent un des éléments de l’alimentation paysanne, et légumes ou fruits, elles ont un débouché assuré dans les bourgades et les villes voisines.

86D’autres arbres fruitiers apportent, quoique plus rarement, leur note au paysage des communautés, contribuant à donner une impression de profusion des espèces et de confusion au bocage septentrional. Ainsi, aux guanabas à gros fruits verts pulpeux et douceâtres, aux grenades et aux grenadillers, ou passiflores américains, il faut ajouter les figuiers, les palmiers dattiers, la vigne et les oliviers des rivages méditerranéens. Le cocotier, enfin, arbre décoratif des haciendas coloniales devenu arbre de plantation, n’a été adopté par les petits exploitants que dans les vallées de Tumbes, Zarumilla et, dans une moindre mesure, de Chira.

87Aux côtés de la canne à sucre qui, en Bas Chancay, est destinée aux moulins de miel de canne et, dans toutes les hautes vallées, aux alambics des distillateurs, les plantes industrielles ne sont pas ignorées des indigènes que n’entrave pas la routine. Ainsi, le Monopole du tabac a trouvé dans les chacras du Tumbes autant de terrain qu’il voulait et les agriculteurs du Piura et du Nord du Lambayeque sèment du coton à côté de leur maïs ou des pois chiches. Récemment, l’essor des industries des jus de fruits a introduit la tomate et les ananas dans les petites fermes des deltas de la Libertad et du Lambayeque.

88Les arbres fruitiers de l’Europe tempérée manquent pourtant à ce tableau si riche. Sans être inconnus, les pommiers, poiriers et abricotiers sont très rares et les pêches guère plus fréquentes. Le cerisier seul s’est acclimaté mais occupe une très faible place. 11 en est de même des légumes verts. On ne trouve que des haricots verts et des choux, des artichauts et des laitues, encore sont-ils bien rares sauf dans les moyens Chira et Virû où ils voisinent avec toute la gamme des cultures nord côtières.

  • 26 Gillin (J.), 105, p. 15.

89Quant aux rotations de culture, les paysans péruviens font preuve d’une grande indépendance à leur égard. L’exemple relaté par Gillin26 montre l’absence de rotation rigide mais le désir de suivre le marché tout en laissant malgré tout à la terre des occasions de se reposer ou de se régénérer (tableau 47).

TABLEAU 47. Rotation des cultures à Moche (Libertad)

TABLEAU 47. Rotation des cultures à Moche (Libertad)

90Ce robuste non-conformisme se retrouve dans la coltura promiscua qui, sans être de règle, est très fréquente dans les communautés des deltas. Les champs de luzerne sont coupés de rangées de mais, sorgho ou gramalote. Maïs et lentilles sont semées dans le même trou. Les haricots, lentilles et pois chiches sont mélangés entre eux et avec le maïs sous lequel on peut encore trouver des curcubitacées ! Le coton et le riz sont par contre cultivés de très nombreuses années consécutives sans changement ni repos. Les arbres fruitiers ne sont pas plantés en plein champ mais toujours mélangés tout au long des haies et des canaux. Pourtant, manguiers et caroubiers, quand ils sont isolés dans les parcelles, sont le plus souvent épargnés sauf par les planteurs de coton qui ont commis de véritables hécatombes d’algar-robos dans le Piura.

PHOTO 23. Exploitation de F. Sandoval. Bocage comptante de manguiers et de rares dattiers ¿1 la Raya de Tûcume (vallée de La Leche).

c) Exemple d’une exploitation de polyculture commercialisable à Tucume sur la moyenne Leche (Lambayeque)

  • 27 2En deux générations de neuf enfants survivants, le patrimoine des Sandoval, soit 30 ha il y a cinq (...)
  • 28 Chaque arbre rapporte environ 150 kg à 2 soles, soit 60 F chacun.

91Félix Sandoval possède en toute propriété 1,56 ha qu’il a hérité de son père et exploite aussi 1 ha qui appartient à sa femme27 (fig. 43). Sa terre bénéficie de trois à quatre tours d’eau par an et de la possibilité de puiser quelques tonneaux d’eau dans le canal voisin. Il cultive suivant les années du maïs, des haricots ou des pois chiches, des patates douces, parfois du manioc et quelques légumes. Il entretient enfin avec difficulté un carré de luzerne. L’exploitation possède en outre trois vaches et quelques volailles mais elle vit surtout de la vente des fruits provenant de dix-neuf manguiers28 en pleine production, d’un guanabana et d’un pumarosa, d’un dattier et de sept mauvais pruniers.

92Deux fils aînés ne parviennent guère qu’à trouver quatre-vingt-dix jours d’emploi par an comme peones temporaires ce qui permet à cette famille d’être décemment vêtue et de paraîtr en bonne condition physiologique.

Figure 43. L’EXPLOITATION DE SANDOVAL (TUCUME)

Figure 43. L’EXPLOITATION DE SANDOVAL (TUCUME)

Légende : 1. Haies. — 2. Murs de Torchi. — 3. Restes de murs précolombiens. — 4. Habitations en briques crues. — 5. Huttes de branchages. — 6. Etables de branchages. — 7. Corrals. — 8. Bambous. — 9. Datiers. — 10. Manguiers. — 11. Guanabanas. — 12. Ciruelas. — 13. Luzerne. — 14. Patates douces. — 15. Primeurs.

93Avec cet exemple d’une exploitation non comptabilisée, on constate plus que l’on ne calcule, que le niveau de vie très bas de ces paysans ne peut être assuré sans le recours à un travail extérieur. Neuf enfants ont été élevés sur ces 2,5 ha, mais ils doivent trouver du travail au dehors pour huit d’entre eux et renoncer à un partage successoral.

3. LES EXPLOITATIONS DE CULTURES SPECIALISEES

94Si l’on excepte la riziculture, la monoculture est très rare dans les petites exploitations. Il s’agit en général bien plus d’une culture dominante et dans la zone et dans chaque exploitation. Bien adaptée au milieu, elle est généralement traditionnelle et subit les contrecoups du marché, s’efforçant, avec quelque retard, de suivre son évolution.

a) Le coton

  • 29 Contre 4 000 soles dans les moyennes et 7 000 soles dans les grandes exploitations.

95C’est le type même des navrantes spéculations de la petite entreprise, voire du microfundio dans le Bas Piura et la Moyenne Leche. Les hauts prix mondiaux et les excellents rendements des longues fibres du Pima durex dans le Piura ont sonné dès l’après-guerre le glas du maïs et des légumineuses traditionnellement cultivés dans ces régions. Cependant, faute d’eau régulière, d’insecticides et d’engrais, le coton des chacras rapporte à Sechura entre 1 500 et 2 000 soles à l’hectare29. En Lambayeque la variété Del Cerro, introduite depuis 1962 dans les chacras, a rapporté environ 3 000 à 3 500 soles/ha jusqu’en 1964 et les deux années désastreuses suivantes ont détourné, à regret, les petits agriculteurs de cet essai.

PHOTO 24. Chacra d’un petit propriétaire de la communauté de Catacaos, à Tamarindo. Culture du maïs et élevage d’un petit bétail sous caroubiers.

b) Le tabac

96Pratiquement localisée dans la vallée de Tumbes et un peu dans celle du Chira, cette culture dépend du monopole de l’Etat. Celui-ci veille à ce que les petits paysans n’y consacrent pas la totalité de leurs terres. Le marché est assuré, les prix sont garantis, et la qualité est en revanche surveillée.

EXEMPLE DE CULTURE DU TABAC A SAN JACINTO DANS LA VALLÉE DE TUMBES

97Grégorio loue pour 300 soles par an, en attendant que la Réforme agraire le fasse propriétaire, quatre cuadras, ou 2,8 ha, à l’hacienda Plateros. Il a installé sa hutte sur son exploitation qui est d’un seul tenant. Cette dernière, comme toutes celles du district, était jusqu’en 1964 consacrée à une polyculture basée sur le manioc. A côté des cocotiers qui lui apportent leur ombre diaphane croissaient des papayers, des manguiers, des orangers et surtout des bananiers. En 1964, un contrat de 10 000 plants de tabac, suivi en 1966 d’un second de même importance, va transformer l’exploitation. 20 000 plants couvrent 1 ha mais le tabac exige du soleil et Grégorio ne possède pas 1 ha sans arbre, ni même 3 décares. Finalement, il répartit son tabac en neuf lots, pris sur la bananeraie atteinte du mal de Panama et sacrifiée sans regret.

TABLEAU 48. Bilan de l’exploitation (en soles)

TABLEAU 48. Bilan de l’exploitation (en soles)

SOURCES : D’après notre enquête et celle de l’Instituto nacional de planificación y ministerio de Fomento y obras públicas, Proyecto de desarrollo de Tumbes, Estudio de factilibidad, t. 1, p. III, 7-8, Lima, 1965.
1. Les prix ont été rapportés à ceux de 1966 en fonction des barèmes publiés par la Banque centrale du Pérou in Boletín del Banco central de reserva del Pera, Lima, Diciembre 1966.

  • 30 33 850 soles = 6 093 F 1966 ou 1 230 US %.

98Le revenu net des terres est de 23 650 soles auquel il faut ajouter 1 000 soles de noix de cocos du champ de manioc, soit 24 650 soles. Mais le revenu exact de l’exploitant doit comprendre en plus sa main-d’œuvre et celle de sa famille, soit 9 200 soles. Le revenu familial est donc de 33 850 soles plus la jouissance d’une maison, de fruits et légumes, d’une vache et de quelques porcs et volailles30.

c) Les fruits

99Les vallées de Zarumilla, Tumbes, du Bas et Moyen Chira, des Hauts Piura et Jequetepeque sont le siège de petites exploitations spécialisées dans la culture des fruits. Les bananeraies à Tumbes et généralement dans les chacras des hautes vallées sont les plus fréquentes. Les manguiers sont certes une spécialité des huertas de Chilete en Haut Jequetepeque mais ils sont partout ailleurs associés à d’autres arbres ; enfin, les agrumes encore peu développés avant la dernière guerre, délicats et très exigeants en eau, en quantité comme en fréquence de tours, sont timidement introduits dans les exploitations des vallées du Tumbes et du Chira, ensoleillées et bien irriguées. Les citronniers de Chulucanas sur le Haut Piura côtier font exception. Il s’agit d’une véritable culture spécialisée pratiquée dans tout un district peuplé de métayers descendant de Yanaconas et actuellement en passe de devenir propriétaires.

EXPLOITATION D’AGRUMES A CHULACANAS, DANS LA PROVINCE DE MORROPÓN

100La chacra d’Alberto Hidalgo comprend 13 ha sans droit d’eau. Ancien yanacona de l’hacienda Yapatera, il a entrepris d’acheter son exploitation pour 130 000 soles payables en huit ans, par l’intermédiaire de la Banco popular qui lui demande 14 % d’intérêt annuel. Il avait un retard de deux ans en 1965 quand les décrets de la Réforme agraire ont suspendu les paiements de ses intérêts. Il avait alors versé 97 500 soles pour sa terre et 56 625 pour les intérêts bancaires ! Faute d’eau d’irrigation, sauf un ou deux tours d’une demi-heure, (300 m3 ha) accordés sur ses excédents par l’hacienda, l’exploitation ne peut compter que sur trois puits qui atteignent a 14 m de profondeur la nappe phréatique débitant 12 litres à la seconde en bonne année et 1,5 en année sèche. Deux moto-pompes de 15 1/s puisent l’eau mais elles devaient s’arrêter neuf temps sur dix en 1964..

101Sur les 13 ha, 5 sont incultes mais complantés d’algarrobos qui sont convertis en enclos de bétail sous ombrage où six vaches sont nourries avec des gousses de caroubiers et des feuilles d’arbres. Les huit autres sont plantés d’arbres. Des manguiers forment l’étage supérieur mais sans que leur feuillage recouvre plus du quart de la surface totale. Quelques cocotiers dressent aussi leurs troncs élancés vers le ciel tandis que les bananiers forment des fourrés et, seuls, les pamplemousses, orangers et citronniers sont répartis dans toute la chacra à raison de 80 plants par hectare.

102Les dix-huit enfants qu’il a eus de ses deux femmes étant tous partis travailler ailleurs ou étant encore à l’école, trois ouvriers l’aident environ deux cent soixante jours par an avec un salaire de 30 soles par jour. Les labours sont effectués à la bêche mais Hidalgo emploie, outre le fumier de ses bêtes, du guano des îles et même du nitrate d’ammonium. Enfin, depuis 1962, il utilise des insecticides au cours des années humides. Sur les 480 plants d’agrumes, 450 sont des citronniers du type lime petits et verts, avec un jus acide dont on se sert dans toute l’Amérique latine pour « cuire » poissons et viandes.

  • 31 Les prix ont été réajustés sur ceux de 1966.

TABLEAU 49. Revenu de la «chacra» en 196331 (en soles)

TABLEAU 49. Revenu de la «chacra» en 196331 (en soles)
  • 32 Chaque citronnier en pleine production fournit 125 kg.
  • 33 Cinq vaches en production neuf mois par an égalent 6 à 7 litres par jour. Le lait est vendu 3,10 s (...)

Note 3232
Note 3333
Revenu net : 88 000 soles ou 15 840 F 1966 ou 3 250 US $.

d) La riziculture

103C’est la seule monoculture véritable qui soit pratiquée dans le Nord du Pérou. De nombreuses petites exploitations des vallées de Tumbes, du Haut Piura, du Haut et Moyen Chancay et de la Haute Sana en Lambayeque et de toute la vallée du Jequetepeque en Libertad cultivent le riz, favorisé par des sols légèrement salins et le climat ensoleillé des moyennes et hautes vallées, adapté à la petite exploitation familiale et assuré d’un marché protégé par l’Etat.

104Seules les difficultés de l’irrigation l’entravent, notamment en Lam-bayeque où le nombre des petits producteurs est tombé de 1 151 à 283 entre 1958 et 1966 alors qu’il passait de 70 à 151 en Piura, pendant le même temps (Tableau 50).

TABLEAU 50. Les petits riziculteurs du Nord côtier

TABLEAU 50. Les petits riziculteurs du Nord côtier

EXEMPLE D’UNE PETITE EXPLOITATION DE RIZICULTURE A FERRENAFE EN LAMBAYEQUE

105Alfonso Zapata conduit une exploitation de 2 ha qu’il sous-loue pour 2 500 soles/an à trois frères qui louent en commun les 22 ha du Fundo de San Salvador à sa propriétaire la Sra Perla pour 20 000 soles. Il y vit avec sa femme et quatre enfants mineurs mais aussi sa sœur et son beau-frère qu’il accueille sur ses terres, ce type de solidarité familiale étant un des traits les plus solides de la société populaire péruvienne. L’exploitation est composée de deux champs d’environ 1 ha, séparés par la parcelle d’un autre fermier. La maison est établie sur un petit tertre comme il y en a dans toutes les zones irriguées du Nord, ancien site d’habitat et de tombes. Des algarrobos donnent leur ombre à la hutte et aux divers corrals qui sont installés sur la butte. Sur un autre tumulus, des caroubiers protègent aussi la maison du beau-frère et son petit bétail. Les deux hectares sont entièrement aménagés en rizières. La riziculture est pratiquée depuis le siècle dernier sur cette terre sans aucun repos ni rotation.

PHOTO 25. Exploitation de A. Zapata à Ferreñafe. Rizière en casiers, haie de manguiers, maison sur un tumulus précolombien, à l’ombre de caroubiers.

106Le riz, de type minagra, est semé en novembre sur des parcelles aménagées et labourées au tracteur, ce dernier étant loué avec les services de son mécanicien pendant six heures. La technique du repiquage a été introduite en 1928. Cette opération est pratiquée en janvier et la moisson est effectuée vers la mi-juillet. Il n’y a pas de double récolte annuelle, faute d’eau mais aussi à cause de l’hiver qui retarderait trop la maturité. La double récolte est pourtant pratiquée au Pérou, mais toujours dans les têtes de vallées, loin du littoral, à l’abri du vent froid et au-delà de la mer de stratus.

107Le district rizicole jouit d’un droit et d’une fréquence de tours de riziculture, soit 1 800 m2 pour les 2 ha tous les huit jours. Il arrive pourtant, en année désastreusement sèche comme 1963, que les tours se soient espacés jusqu’à un mois et que le rendement soit tombé de moitié. Zapata utilise du sulfate d’ammonium et désherbe scrupuleusement son riz avec l’aide de son fils aîné qui est un peón temporaire d’hacienda, spécialisé comme lui-même dans ce travail. La récolte est en année normale de 60 fanegas de 300 livres de 0,46 kg, soit un rendement de 4,18 t/ha pour 1964. Mais il avait été de 2 seulement en 1966.

TABLEAU 51 (En soles.). Bilan de l’exploitation.

TABLEAU 51 (En soles.). Bilan de l’exploitation.
  • 34 En soles 1966 = 0,18 F.
  • 35 4 soles ou 0,72 F les 600 m3.
  • 36 3 474 F 1966 ou 705 US $.

Note 3434
Note 3535
Note 3636

108Enfin, lui et son fils aîné travaillent comme peones temporaires environ cent cinquante jours par an, dans les années normales, avec un salaire quotidien de 28 soles ou 1 US $.

109Pour mieux comprendre la précarité de ce type d’exploitation il faut sans cesse avoir à l’esprit l’irrégularité climatique qui impose son rythme heurté au niveau de vie. Si l’année est bonne, le revenu annuel de la chacra plus celui du travail des deux hommes, est de 28 000 soles soit un millier de dollars, ce qui apparaît très supérieur au revenu d’un ouvrier péruvien, de l’ordre de 14 400 soles ; mais que l’année soit mauvaise, la récolte est plus faible sans que le coût baisse et, surtout, les haciendas embauchent beaucoup moins de peones alors que les petits exploitants ruinés sont plus nombreux à offrir leurs bras. En 1963, la moisson, inférieure de moitié aux normes, avait fait baisser le revenu de la chacra à 3 000 soles seulement au lieu de 19 000, les investissements restant identiques. Seul le père, ouvrier connu et apprécié, avait trouvé à s’embaucher cent vingt jours, gagnant ainsi 3 600 soles et la famille entière avait dû se contenter de 6 600 soles.

110Pour entreprendre les travaux de la campagne 1964, Zapata sollicita un prêt de 10 000 soles du Banco de Fomento Agropecuario qui le lui accorda au taux très généreux pour le Pérou de 7 %. La récolte de 1964 fut, suivant un euphémisme péruvien, bien regular, c’est-à-dire médiocre, et il fallut payer 700 soles d’intérêts bancaires. En 1965, elle fut excellente, mais en 1966 faillit être catastrophique. Cependant, des pluies très tardives et inespérées, en début de mai, sauvaient la région. En 1967, elle fut convenable et Zapata reçut son exploitation et son droit d’eau inscrit des mains de l’Institut de la Réforme agraire, étant dans un des rares cas non litigieux. En 1968 enfin la faiblesse et le retard des pluies entraînèrent une récolte de nouveau médiocre.

e) Les petites exploitations d’élevage intensif

  • 37 Ci-dessus, p. 99.

111Dans tous les cas précédents, l’élevage n’était, soit qu’un apport à la consommation familiale, soit qu’un complément secondaire à l’économie de l’exploitation. Or les terres de l’aval des deltas permettaient, grâce à la proximité de la nappe phréatique, la culture de la luzerne avec seulement six mois d’irrigation superficielle en Chancay et même sans aucune irrigation dans le Bas Jequetepeque. Les communautés aval dont il a été vu plus haut37 qu’elles sont restées ethnographiquement les plus homogènes sont aussi les moins routinières de tout le Nord et les plus réceptives à tout nouveau système de culture. Individualiste, âpre au gain, le paysan indigène de ces réductions est un cultivateur soigneux et prompt à assimiler une nouvelle technique ; enfin, il est apte à suivre les évolutions du marché. Le système de culture le plus représentatif de cet esprit et le plus répandu dans ces terroirs est l’élevage laitier sur luzernière avec appoints de mélasse de canne à sucre et de tourteau de graines de coton achetés au dehors.

EXEMPLE D’UN ÉLEVAGE INTENSIF SUR LA LUZERNE

112Manuel Eneque Atención a reçu de son père un lot de 2,5 ha et sa femme lui en a apporté un autre de 1,25. Ils ont réussi à acheter trois autres lots de 0,75, 1 et 1,5 ha par la suite au prix de 8 000 soles l’hectare (1 440 F 1966). Les cinq parcelles sont pourvues d’un droit d’eau. Il loue 4 ha à des fermiers qui lui versent 4 000 soles en tout par an, et travaille directement les trois autres. Les deux champs de 1,25 et 0,75 ha étaient en 1965 plantés de luzerne et celui de 1 ha de manioc. Au cours des dix dernières années, les deux premiers champs avaient connu la succession de culture suivante :

1131955 : Eté Manioc

114Hiver Manioc.

1151956 : Eté Maïs et haricots blancs.

116Hiver Paccage du bétail.

1171957 : Eté Fèves et haricots.

118Hiver Paccage.

1191958 à 1965 Luzerne à raison de six à huit coupes annuelles et paccage en fin des saisons sèches.

120Il utilise comme engrais, outre le fumier, un peu de nitrates d’ammonium. Il a possédé jusqu’à trente vaches qu’il nourrissait avec son propre fourrage, de la luzerne achetée et un mélange de paille et de mélasse que vendent les haciendas sucrières. Ayant spécialisé son élevage dans la production laitière, il garde ses vaches pendant cinq à sept ans et ces dernières lui fournissent environ 9 litres de lait par jour pendant neuf mois. Il le commercialise à raison de 3,10 s ou 0,66 F le litre en 1965. En se déplaçant lui-même à Chiclayo, distante de 13 km, il pouvait même le vendre dans la rue à 0,72 F le litre et ses fils s’en chargeaient en partie.

  • 38 14 200 F 1966 ou 2 150 US $.

121L’exploitation n’est pas comptabilisée. Le propriétaire estime que les 2 ha de luzerne irriguée produisent chacun en année normale sept coupes de 7 à 12 t/ha. Cela lui permet de nourrir six vaches dont quatre en production. En 1963, il avait acheté pour « environ » 120 000 soles d’alimentation pour son bétail et la vente du lait avait dû lui rapporter près de 230 000 soles, auquel il faut ajouter la vente de quelques veaux et de quatre vaches. L’affaire paraissait donc rentable mais sur la base des 2 ha de luzerne et des six vaches qu’il pouvait nourrir. La location de 4 ha et une patiente économie lui avaient permis d’avoir jusqu’à vingt-quatre vaches. La vente de deux d’entre elles pour acheter 1 ha de terrain fut malheureusement suivie d’une hécatombe due à la fièvre aphteuse et ne lui laissa que sept vaches en production, soulignant l’équilibre fragile de cette spéculation. Il demanda alors un prêt de 14 000 soles38 pour acheter deux vaches et la Banque agricole nationale ne lui en accorda que 2 000.

PHOTO 26. Petit exploitation de polyculture de Monsefû (Lambayeque). Coltura promiscua de maïs et luzerne sur laquelle on fait paître le bétail laitier.

122En fait, le mélange à base de mélasse et de luzerne entrant pour moitié dans l’alimentation du bétail laitier font qu’en consacrant ses 3 ha à la production de luzerne il peut espérer nourrir économiquement entre douze et quatorze bêtes dont les trois quarts en production. Le revenu laitier est de 100 litres à 3,1 soles par jour ou 113 000 soles par an. La vente des veaux et de deux vaches équilibre à peu près les achats de mélasse et de tourteau de graines de coton nécessaires pour assumer la moitié de l’alimentation du bétail, soit 20 000 soles. Le revenu total de la ferme, compte tenu des engrais, des vaccinations et des transports ne doit pas dépasser 80 000 soles.

123Manuel Eneque, qui a eu neuf enfants vivants, ne peut faire vivre sa famille sur sa chacra. Deux fils ont émigré à Chimbote, un autre est tailleur à Monsefú même ; deux garçons restent sur la ferme et deux filles aînées sont mortes en lui laissant quatre orphelins. Manuel travaille donc comme peón à l’hacienda Pomalca qui l’emploie deux cents jours par an à 28 soles par jour. Il en est de même d’un des deux fils restés chez lui. Cet exemple d’une famille courageuse et entreprenante, dotée de 7 ha, ce qui, de beaucoup, est supérieur à la moyenne, montre les limites de rentabilité de la petite entreprise, même spécialisée.

f) Les exploitations d’élevage extensif

124Elles échappent en grande partie à tout contrôle. Localisées sur la zone sahélienne qui s’étend du nord du delta de La Leche à la frontière équato-rienne, ces exploitations sont les seules à pouvoir tirer parti des conditions climatiques très irrégulières. Nombreuses sur les terres des communautés indigènes du nord de Lambayeque et surtout de celle très vaste d’Olmos, elles sont encore fréquentes sur les despoblados des grandes haciendas coloniales du haut Piura. Mais ici la vocation primitive d’élevage de ces domaines a créé de véritables déserts humains, immensités steppiques parcourues par le bétail de l’hacienda où, seuls, les gardiens avaient droit à un petit bétail soigneusement parqué dans les secteurs difficiles.

125Peu à peu le despoblado s’est « peuplé » de yanaconas mis à la porte des grands domaines, tels Pabur ou Yapatera, et sous l’emprise de l’explosion démographique.

126Les ressources sont limitées à l’élevage de petit bétail, ânes et chèvres en règle très générale, et accessoirement de mules. Cet élevage est parfois associé à la coupe d’algarrobos pour le charbon de bois dans les communautés indigènes et plus rarement sur les haciendas.

127Il faut ajouter à ces exploitations de Sahel celles des deltas secs des rios Motupe, Salas et surtout La Leche où, faute d’eau, les champs sont transformés en potreros, enclos sans herbes où le bétail divague à l’ombre des algarrobos qui lui fournissent aussi fruits et feuilles auxquels on ajoute des feuilles ou fanes de tous les végétaux cultivés, tiges de maïs, feuilles de canne, paille et balle de riz, vendues dans les exploitations de culture de l’amont et transportées inlassablement sur des ânes. Ici l’exploitation ne se mesure guère en terrain, encore que celui-ci et les algarrobos soient indispensables, mais surtout en main-d’œuvre familiale et en opiniâtreté.

128A Mórrope, l’exploitation des Gonzalez de Arbol Sol qui, contrairement à son nom, compte de 2 à 5 ha de potreros recouverts par 65 caroubiers, élève une vache, soixante chèvres et cinq ânes. Les femmes, au nombre de six, fabriquent de la chicha ou bière de maïs, véritable artisanat et commerce puisque la matière première est intégralement achetée et le produit vendu pour plus de la moitié, le reste donnant cœur, force et santé aux hommes qui sont réputés, avec tous ceux ceux de Mórrope, comme les meilleurs peones riziculteurs du Nord côtier. A Olmos, le système est différent. L’exploitation d’un terrain en propre est plus faible, mais la jouissance des pâturages communaux explique la vocation pastorale.

EXEMPLE D’UNE EXPLOITATION D’ÉLEVAGE EXTENSIF A OLMOS (LAMBAYEQUE)

129Pedro Oscar Garcia possède en propre quatre cuadras ou 2,80 ha juste à côté, dispose de l’usufruit de quatre autres de la communauté indigène, et sa femme, la Sra Orchilla, en possède six à titre personnel. Le père a neuf enfants survivants dont trois sont établis à Lima et Lambayeque, deux autres travaillent comme braceros environ cinq mois par an, et les quatre derniers demeurent sur l’exploitation paternelle.

130Une noria, puits ouvert de 25 m de profondeur et manœuvré à la main, lui permet de cultiver un potager d’une cuadra, tout le reste de l’exploitation étant composé d’un potrero d’algarrobos sur lequel on peut élever deux vaches et quarante à cinquante chèvres en propre.

131Mais la principale activité de P. Garcia était, jusqu’à la grande sécheresse de 1961 qui a ruiné le sahel, d’être un criero, un éleveur de vaches pour le compte d’un propriétaire et sur les terres communales. Il en gardait avec l’aide de ses fils entre cent quatre-vingts et deux cents qu’il poussait sur l’herbe verte ou jaunie sous les caroubiers des communaux, moyennant un droit modique de 20 soles par tête et par an, là où il le désirait, après entente préalable avec les autres éleveurs. A lui de trouver un pâturage satisfaisant, pas trop encombré, ni trop éloigné.

132Ces pâturages étant généralement secs, seuls pouvaient se livrer à cet élevage les possesseurs d’un puits et d’un potrero de préférence pour abriter le bétail pendant la nuit.

  • 39 Il a été vu plus haut que ces catastrophes ont duré six années de suite.

133Le propriétaire fournit les vaches et les taureaux et en partage par moitié les nouveau-nés que le paysan élève jusqu’à l’âge adulte. Ce système dit al partir est aussi celui des éleveurs de la Sierra plus connu sous le nom de huaqui. Le criero a, évidemment, très intérêt à bien développer le troupeau et, en cas de catastrophe, le propriétaire perd son capital et, lui, tout le travail investi. Son grand-père avait été ruiné pendant la grande sécheresse de 191639 et il le fut à son tour en 1961 alors qu’il avait patiemment accumulé les bénéfices d’un demi-siècle d’efforts de deux générations. Les grandes pluies de 1965 auraient permis puisqu’elles assuraient trois années d’excellent pâturage sec et encore deux ans de racines et de vitalité arbustive de reconstituer le troupeau. Mais elles surviennent après une série de six années noires et la famille Garcia n’a pas le capital nécessaire pour acheter une seule bête. Les propriétaires de bétail, ruinés ou même endettés, n’ont guère plus de possibilités et l’année s’achève sans que personne n’ait proposé à P. Garcia, ni aux autres crieros, un bétail inachetable sans emprunt coûteux et trop risqué. La sécheresse de 1966 devait leur donner raison.

134Les gens d’Olmos survivent grâce à leurs chèvres qui se nourrissent de racines et de feuilles d’arbustes et de gousses de caroubier, grâce aussi au travail de peón qu’ils trouvent occasionnellement sur les exploitations des vallées voisines, ou encore à la coupe du bois. Les fils émigrent dans les haciendas du département et même à Lima, le plus souvent sans esprit de retour.

CONCLUSION

135La petite exploitation a donc des origines, des formes de faire-valoir et des systèmes d’exploitation très divers. Son aptitude à tirer parti de l’infinie variété des conditions naturelles, d’une part, et l’ingéniosité et l’opiniâtreté du cultivateur indigène, d’autre part, évitent à des entreprises dont la taille exclut toute rentabilité d’abriter des paysans misérables et socialement privés de toute initiative et d’espoir, comme ceux de la Sierra méridionale péruvienne qui ont fourni l’image type de l’indien des pays andins. La petite exploitation de 4 à 10 ha, pourvu qu’elle soit cultivée par un propriétaire et qu’elle soit dotée d’un droit d’eau relativement régulier, apparaît dans ces conditions rentable car elle est seule à pouvoir utiliser des terrains aux agers fragmentés et aux sols variés. Enfin, elle est désignée pour tous les systèmes de culture exigeant une main-d’œuvre très importante assurée par les nombreux bras familiaux et permettant d’ajouter au revenu de la terre celui du travail des tenanciers. Les exemples qui ont illustré la dernière partie de ce chapitre ont pourtant indiqué les limites de la rentabilité ; faut de bénéfices suffisants, pas de capitaux ni de garantie d’emprunt, pas de modernisation ni même de possibilité d’utiliser les engrais chimiques et les insecticides. Des exploitations de 5 à 8 ha ont été analysées et, si la précarité de leur condition a été surtout attribuée à l’irrégularité de l’irrigation, que celle-ci soit due au climat ou à des injustices sociales, il est apparu que pour celles de 2 à 4 ha le placement comme ouvrier agricole d’une partie des hommes était pratiquement inévitable. Enfin, pour les exploitations de moins de 2 ha qui constituent près de la majorité et qui échappent à toute comptabilité, elles ne sont plus qu’un appoint au budget d’une famille d’ouvriers agricoles. Mais la précarité de l’emploi, l’embauche temporaire et le grand nombre des haciendas sur lequel elle s’effectue font que le bracero ou peón temporaire d’hacienda qui possède un demi-hectare, voire un quart, n’est pas un ouvrier possédant un lopin de terre qui lui sert de potager comme dans les haciendas industrielles ; il est bien un paysan, vivant sur sa terre à laquelle il reste attaché, et, dans ses réactions politiques et sociales, il est moins solidaire du prolétariat que de la classe des petits propriétaires.

  • 40 Elle assure pourtant dans cette région de culture d’exportation entre 25 et 30 % de la production (...)

136En cas de crise de l’embauche, il se replie sur sa terre qui va lui fournir une récolte qui sera sa seule ressource d’argent car, lui aussi, va vendre sa récolte. Les 1 500 à 3 000 soles que lui rapportera l’hectare de sa chacra paieront à peine les 500 kg de riz et de maïs dont sa famille a besoin, mais les fruits de ses arbres et les produits de son petit élevage renforceront ce sentiment de sécurité qu’il éprouve sur sa terre qui, finalement, lui évitera de mourir de faim, en attendant la reprise de l’embauche. Ainsi, les 28 000 exploitations de moins de 2 ha apparaissent à peine dans l’économie du Nord du Pérou mais elles assurent la survie de 200 000 personnes et forment la base de l’opposition paysanne face au latifundio industriel et prolétarien.40

Notes

1 Proyectos de San Lorenzo, 150 ; Olmos, 188 ; Chao.-Virú, 66.

2 Instituto nacional de planificacion, 132.

3 Dirección de aguas de irrigación de Chiclayo.

4 Dirección de aguas de irrigación de Piura.

5 L’ensemble des études publiées sur la distribution de la terre et le faire-valoir n’ont fait, jusqu’ici, que reprendre les statistiques du droit d’eau, tel, le Proyecto de la irrigación del Chao, Viru, Moche, Chicama, p. 32 ; le Proyecto de Tinajones, Anexo n° 24 Seul, le Proyecto de desarrollo de Tumbes (vol. 1, p. 1111) a fait siennes les conclusions de l’enquête de la primera zona agricola de 1962.

6 Collin Delavaud (C), 55.

7 Ci-dessus, p. 199.

8 180 F 1966 ou 37 US %.

9 Essentiellement recensés dans le Censo agropecuario de 1961, sous la rubrique Otras formas, à cause de ses formes multiples.

10 Cf. plus haut, chap. II, p. 90.

11 450 livres de 456 g de riz par cuadra de 0,7 ha (Hildebrando Castro Pozo).

12 110,80 F 1966 ou 2,2 US $.

13 11 800 F 1966 ou 370 US $.

14 L’article 113 stipule que la propriété de la terre doit être transférée avec le droit d’eau qui y est attaché.

15 Seulement pour la partie côtière de cette province.

16 La haute vallée côtière du Jequetepeque fait partie du département de Cajamarca.

17 Partidario, autre nom l’aparcero.

18 La mandatario, comme l’aparcero travaille une terre sous la direction et avec les capitaux du propriétaire, mais son contrat est annuel et sa rémunération est variable et n’atteint généralement pas la moitié.

19 Exploitation de petite dimension.

20 Cruz Villegas Jacobo, fils du personero, à partir de documents personnels communiqués par lettre.

21 3,80 F 1966.

22 Collin-Delavaud (Cl.), 55.

23 2Negociación agrícola Jequetepeque, dépendance de la Negociación agrícola Chicama, plus connue sous le nom de Casa Grande, Cf. plus bas, p. 254.

24 Banco de Fomento Agropecuario.

25 Ci-dessus, p. 49.

26 Gillin (J.), 105, p. 15.

27 2En deux générations de neuf enfants survivants, le patrimoine des Sandoval, soit 30 ha il y a cinquante ans, a éclaté en vingt et un lots de 1 à 2,5 ha.

28 Chaque arbre rapporte environ 150 kg à 2 soles, soit 60 F chacun.

29 Contre 4 000 soles dans les moyennes et 7 000 soles dans les grandes exploitations.

30 33 850 soles = 6 093 F 1966 ou 1 230 US %.

31 Les prix ont été réajustés sur ceux de 1966.

32 Chaque citronnier en pleine production fournit 125 kg.

33 Cinq vaches en production neuf mois par an égalent 6 à 7 litres par jour. Le lait est vendu 3,10 soles.

34 En soles 1966 = 0,18 F.

35 4 soles ou 0,72 F les 600 m3.

36 3 474 F 1966 ou 705 US $.

37 Ci-dessus, p. 99.

38 14 200 F 1966 ou 2 150 US $.

39 Il a été vu plus haut que ces catastrophes ont duré six années de suite.

40 Elle assure pourtant dans cette région de culture d’exportation entre 25 et 30 % de la production des cultures vivrières. Elles pèsent aussi dans une certaine mesure sur les prix ; les grosses entreprises préfèrent en effet, dans une économie de pénurie et donc sans concurrence, aligner leurs prix sur ceux de la petite exploitation.

Table des illustrations

Titre TABLEAU 35. Nombre d’exploitations de moins de 5 ha sur la Côte nord. (Provinces côtières.)
Légende SOURCES : Primer censo agropecuario, 1961, p. 14 à 23, 23 à 33 et 102 à 117
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre TABLEAU 36. Importance de la petite exploitation dans les oasis du Nord. (Pourcentages.)
Légende SOURCES : Padron de Regantes, ministerio de Agricultura (73). Voir aussi la thèse de Molina, 197.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 297k
Titre Fig. 41 LA PETITE EXPLOITATION
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 752k
Titre TABLEAU 37. Famille Chanane (Ferrenafe, Lambayeque)
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 550k
Titre TABLEAU 38. Nombre de lots d’irrigation et d’exploitations suivant leur surface (en ha)
Légende SOURCES : D’après le Padrón de regantes, 73.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre TABLEAU 39. Dispersion de l’exploitation à Villa Eten (Lambayeque). Nombre d’exploitations suivant leur nombre de parcelles
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre TABLEAU 40. Le faire-valoir dans les petites exploitations des communautés d’irrigateurs
Légende Nota. — Les vallées de Chao et Virú, représentées sur les registres d’irrigation par les seuls propriétaires, sont étudiées au paragraphe suivant.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Légende PHOTO 21. Chacra de métayer à Salitral sur le Haut Piura. Polyculture et arboriculture au contact des grands champs dénudés de la grande exploitation.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 991k
Titre TABLEAU 41. Nombre des exploitations de faire-valoir indirect par province sur la Côte nord
Légende Note 1515
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre TABLEAU 42. Nombre d’exploitations selon la superficie (en ha)
Légende 1. Sondage portant sur 16 °/o du total des feudatarios, effectué par l’Oficina departemental de Reforma Agraria de Chiclayo.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre TABLEAU 43. Divers stades d’avancement de l’application du titre 15 sur les tenanciers indirects au 1er janvier 1967
Légende SOURCES : Informe annal de la Jefatura central de areas de Reforma Agraria, 1967, 155.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 257k
Titre TABLEAU 44. Répartition de la propriété dans la communauté indigène de Miramar
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Figure 42. LES COMMUNAUTES D’INDIGENES
Légende Légende : 1. Communautés majoritaires dans leur district. — 2. Communautés minoritaires dans leur district mais possédant des terres irriguées. — 3. Communautés pratiquement sans terres. — 4. Commnauté d’éleveurs d’Olmos.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 649k
Titre TABLEAU 45. Les communautés indigènes du Nord
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 352k
Légende PHOTO 22. Labours à l’araire dans une petite exploitation de Túcume (vallée de La Leche, Lambayeque).
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 919k
Titre TABLEAU 46. Montant des prêts alloués à la petite, moyenne et grande exploitation en 1962-1963 (en milliers de soles)
Légende SOURCES : D’après les montants bruts des prêts relevés dans le tableau 13 du Memoria del Banco de Fomento agropecuario del Peru ; 32° ejercicio, 1962-1963, Lima, 1965.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Titre TABLEAU 47. Rotation des cultures à Moche (Libertad)
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende PHOTO 23. Exploitation de F. Sandoval. Bocage comptante de manguiers et de rares dattiers ¿1 la Raya de Tûcume (vallée de La Leche).
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 930k
Titre Figure 43. L’EXPLOITATION DE SANDOVAL (TUCUME)
Légende Légende : 1. Haies. — 2. Murs de Torchi. — 3. Restes de murs précolombiens. — 4. Habitations en briques crues. — 5. Huttes de branchages. — 6. Etables de branchages. — 7. Corrals. — 8. Bambous. — 9. Datiers. — 10. Manguiers. — 11. Guanabanas. — 12. Ciruelas. — 13. Luzerne. — 14. Patates douces. — 15. Primeurs.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 970k
Légende PHOTO 24. Chacra d’un petit propriétaire de la communauté de Catacaos, à Tamarindo. Culture du maïs et élevage d’un petit bétail sous caroubiers.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 920k
Titre TABLEAU 48. Bilan de l’exploitation (en soles)
Légende SOURCES : D’après notre enquête et celle de l’Instituto nacional de planificación y ministerio de Fomento y obras públicas, Proyecto de desarrollo de Tumbes, Estudio de factilibidad, t. 1, p. III, 7-8, Lima, 1965.1. Les prix ont été rapportés à ceux de 1966 en fonction des barèmes publiés par la Banque centrale du Pérou in Boletín del Banco central de reserva del Pera, Lima, Diciembre 1966.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre TABLEAU 49. Revenu de la «chacra» en 196331 (en soles)
Légende Note 3232Note 3333Revenu net : 88 000 soles ou 15 840 F 1966 ou 3 250 US $.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre TABLEAU 50. Les petits riziculteurs du Nord côtier
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende PHOTO 25. Exploitation de A. Zapata à Ferreñafe. Rizière en casiers, haie de manguiers, maison sur un tumulus précolombien, à l’ombre de caroubiers.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 891k
Titre TABLEAU 51 (En soles.). Bilan de l’exploitation.
Légende Note 3434Note 3535Note 3636
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende PHOTO 26. Petit exploitation de polyculture de Monsefû (Lambayeque). Coltura promiscua de maïs et luzerne sur laquelle on fait paître le bétail laitier.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1305/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 957k

© Institut français d’études andines, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter