Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régions côtières du Pérou septentrional

 | 
Claude Collin Delavaud

Première partie. Les fondements de l'occupation du sol

Chapitre premier. Le milieu

Texte intégral

1La frange côtière septentrionale est beaucoup plus variée que son homologue du Pérou central. L’étagement en altitude des formes du relief et de la couverture végétale y apparaît déjà dans toutes ses nuances depuis les crêtes et les versants boisés d’espèces amazoniennes et de modelé tropical jusqu’aux rivages plats et désertiques de l’océan Pacifique. Mais la gamme des paysages qui s’échelonnent du Sud au Nord est plus subtile encore, depuis le désert à lomas couvrant les grandes nappes d’épandage du piémont de Virû jusqu’à la savane parc des collines de Tumbes, en passant par les ergs ou les regs du Sechura et le sahel à caroubiers d’Olmos et du Piura.

2Par ailleurs, la simplicité des plaines littorales du Centre disparaît à partir de Chiclayo. La bande côtière réduite, vers le Sud, au seul piémont à peine large de quelques dizaines de kilomètres, s’ouvre brusquement, vers le Nord, sur un grand bassin. Cette cuvette est partiellement fermée à l’Ouest par les maillons isolés et déchiquetés d’une chaîne littorale qui pénètre, au Nord du rio Chira, à l’intérieur du continent pour posséder à son tour un large et original piémont océanique. Parallèlement, les hautes et sombres silhouettes de la grande barrière andine s’enfoncent dans le territoire équatorien après avoir amorcé une ample courbe vers le Nord-Est.

3Sur le piémont même, les fleuves côtiers, plus denses et mieux alimentés sous ces basses latitudes, ont construit de nombreuses et grandes plaines alluviales qui forment autant d’oasis, vastes et bien arrosées, minces coulées de verdure éclatante s’insinuant au cœur des chaînes aux parois nues, brunes et rougeâtres, ou encore, cônes amplement ouverts sur le Pacifique où les damiers verdoyants viennent butter sans transition sur les regs mauves ou ocres du désert.

4Au bord du Pacifique, le déferlement puissant et régulier de la houle portée par l’alizé du Sud taille, indifféremment, en fafaises vives les masses sombres des caps granitiques ou volcaniques, les grands épandages conglomératiques et les terrasses marines de coquillages ou de gypse aux couleurs étincelantes ou, encore, construit de gigantesques cordons successifs de galets ou de dunes dont les éventails somptueux isolent des lagunes aux auréoles immenses et grisâtres que les salines trouent brusquement de leurs casiers nets et brillants.

5Les forces de la terre dans leurs manifestations les plus récentes ont érigé les hautes cordillières qui ceinturent l’horizon côtier comme les modestes chaînons qui jalonnent la ligne du rivage.

6Elles ont cependant dû composer, avec les agents de destruction, ceux des climats tropicaux disparus, arrachant aux crêtes et versants les sédiments qui comblent les bassins, édifient les immenses glacis qui s’appuient au pied des grands flancs et submergent ou entourent les pics isolés en avant-garde. A leur tour, les climats récents et contemporains aux nuances arides renforcées ou atténuées par des courants marins côtiers de sens contraires ont momifié les vastes épandages et conservé aux terrasses fluviales leur rigoureuse ordonnance. Ils leur ont, en effet, épargné les morsures de l’érosion et assuré la protection des plus anciennes au nord de notre domaine par l’élaboration de croûtes très résistantes à leur sommet. Enfin, depuis la fin du Pliocène et encore dans un passé très récent, les mouvements continentaux et les variations eustatiques du niveau de la mer ont combiné leurs efforts pour abraser les reliefs côtiers, tailler des gradins superposés sur lesquels l’océan, en se retirant, a laissé de puissantes terrasses marines. La côte présente donc une alternance de grands épandages de galets, de graviers, de sables ou de limons, vivement colorés au gré des climats anciens et de vastes terrasses alluviales, bien étagées. Pour ces dernières les plus basses sont de sol brunâtre souvent recouvert de végétation et les plus hautes tantôt sont teintées par les patines climatiques rouges ou violettes, tantôt étalent leurs travertins et leurs croûtes gypseuses d’un blanc étincelant. Cet univers apparemment fossilisé est cependant animé par la progression régulière des dunes poussées par l’alizé Sud, nebkas un temps retenues par la végétation rampante, barhkhanes mobiles aux formes stylisées, appareils dunaires grandioses et complexes de 30 à 80 m de haut enfin, qui se meuvent au rythme de la brise de mer sur les tables planes et dénudées des grands regs.

A. — LA RETOMBEE OCCIDENTALE DES ANDES

  • 1 La mise en place des grands ensembles commence dès le Paléozoïque inférieur et, peut-être même, dè (...)
  • * Dollfus (O.), 81 ; Ollson, 206 ; Petersen (G.), 219 ; Welter, 292.

7Le genèse des Andes occidentales du Nord correspond au moins jusqu’à la latitude de Chiclayo à celle des Andes centrales dont elles ne forment que l’extrémité septentrionale1*.

Fig.2. CROQUIS GEOLOGIQUE DU NORD OUEST

Fig.2. CROQUIS GEOLOGIQUE DU NORD OUEST

Légende : 1. Paléolozique. — 2. Batholithe côtier mésozoïque et céno-zoïque. — 3. Volcanisme tertiaire. — 4. Jurassique. — 5. Crétacé. — 6. Eocène-Oligocène. — 7. Miocène. — 8. Pliocène-Pléistocène. — 9. Holocène.

8A la fin du Pliocène seulement, comme pour le reste des Andes, le Nord-Ouest du Pérou a dans l’essentiel acquis son architecture actuelle. Au Sud de Chiclayo, la coupe d’Est en Ouest (fig. 3) fait apparaître successivement la masse des calcaires et grès du Crétacé surmontée de laves andésitiques et portée à 5 000 m d’altitude à la latitude de la vallée du Chao, flanquée à l’Ouest par le grand batholite de granodiorites qui descend jusqu’à la côte. Cette dernière est constituée par un secteur subsident remblayé depuis la fin du Pliocène jusqu’à nos jours par les sédiments terrigènes arrachés aux Andes par de nombreux fleuves côtiers tandis que la ligne de rivage s’appuie sur un horst ponctué d’une série de petits massifs rocheux de matériel parfois paléozoïque ou volcanique du trias comme à Eten ou surtout formant les postes avancés du batholite comme à Guañape ou Macabí.

9Au Nord du Lambayeque intervient un changement profond dans la structure. Le sommet du batholite côtier encore bien visible de part et d’autre de la vallée du Chancay s’enfonce et disparaît au Nord de La Leche, tandis que les schistes du paléozoïque dominent de 1 500 m le grand bassin tertiaire à l’Ouest et que les quartzites du Crétacé inférieur et les calcaires du Crétacé supérieur qui les flanquent à l’Est constituent l’axe des contreforts occidentaux des Andes de Piura. Mais, ici, un ensellement abaisse la chaîne à 3 000 m, point le plus bas de toute l’Amérique du Sud, et le col Porculla n’est même qu’à 2 200 m (fig. 5, p. 25).

  • 2 Dollfus (O.), 77.

10A leur pied, le bassin de Sechura est une vaste zone déprimée de 300 km de longueur sur 200 km de largeur, où s’entassent en strates horizontales des marnes, argiles, grès, diatomites et phosphates du Miocène et les conglomérats du Pliocène entaillés par les terrasses marines et alluviales quaternaires. Au Nord-Est, au bassin tertiaire fait suite un large synclinal dans lequel s’est bien conservé le Crétacé, entre les Andes et les Amotape. Cette dernière montagne constitue le premier maillon de la cordillière côtière nord péruvienne. Cet arc ouvert et brisé de massifs anciens commence en effet, en venant du Nord, par le gros horst des Amotape, bloc de schistes et de quartzites dévoniens et carbonifères injectés de granites syntectoniques accompagnés de gneiss sur leurs bordures. La surface d’érosion sommitale, inframiocène exhumée, est légèrement basculée vers le Nord-Ouest et culmine à 1 200 m d’altitude2.

  • 3 Collin Delavaud (C), 61.

11Au Sud du fossé du Chira, les deux blocs schisteux et gréseux qui constituent la Silla de Paita ne s’élèvent qu’à 350 m tandis que l’amande cristalline et schisteuse des Illescas, à l’extrémité occidentale du bassin de Sechura3, incline sa belle surface d’érosion, taillant uniformément les schistes et les granites, de 500 m au Nord-Ouest jusqu’à l’océan où elle s’enfonce, au Sud-Est. Les îles Lobos de Tierra et de Afuera sont les derniers termes de cette chaîne extérieure immergée dans le Nord du Pérou.

Fig.З. Coupe de Huamachuco à Guanape (Libertad)

Fig.З. Coupe de Huamachuco à Guanape (Libertad)

Fig.4 Coupe de Penachi aux Illescas

Fig.4 Coupe de Penachi aux Illescas

12Enfin, à l’Ouest de la cordillère côtière, c’est-à-dire au pied des Amotape, entre la vallée du Chira et la frontière équatorienne, les sédiments paléozoïques, crétacés, éocènes et miocènes, ployés et faillés, arasés après plusieurs phases de plissement, de soulèvement et d’effondrement, ont été depuis la fin du Pliocène abrasés à l’Ouest par les transgressions marines quaternaires et recouverts à l’Est par de grands glacis d’accumulation.

13La structure des Andes occidentales est également caractérisée par une néo-tectonique active, semble-t-il, depuis le Pliocène. Elle est responsable de l’essentiel des reliefs actuels, dernier terme d’une série d’actions tectoniques qui ont depuis le Paléozoïque plissé, ployé, faillé et surtout diaclasé roches cristallines et sédimentaires facilitant à l’extrême les attaques ultérieures de l’infiltration, de la dissolution et naturellement du ruisellement.

14Les mouvements se poursuivent pendant tout le Quaternaire, attestés au Nord par le soulèvement et le basculement des terrasses à lumachelles pléis-tocènes à plus de 300 m, dans les environs de Cabo Blanco ou par les subsi-dences d’égale amplitude du bassin inférieur de La Leche. L’instabilité est aussi marquée par les séismes qui affectent non seulement le grand versant mais aussi la côte proprement dite le long des lignes de failles du horst littoral. Leur violence est montrée par les destructions de Trujillo et Piura entre le 14 et le 16 février 1619, de Piura également le 20 octobre 1687, de Trujillo à nouveau le 2 septembre 1759 qui, sans être aussi totale que la précédente, n’épargne pas la cathédrale, jetée bas malgré sa construction en briques crues propres à l’amortissement des secousses.

15Entre-temps, en 1725, le contrecoup du tremblement de terre qui détruit Lima ébranle sérieusement la même cathédrale de Trujillo et les églises de San Pedro de Lloc et Paiján, plus au Nord. Plus proche de nous, le séisme qui affecte le champ de failles qui croise le cañon del Pato à l’orée méridionale de notre domaine, provoque des secousses du neuvième degré dans l’échelle de Mercali.

16Il semble donc que ce sont les deux systèmes de failles parallèles, tant à la ligne du littoral qu’à la direction générale du relief, qui rejouent plus que les cassures obliques qui ont pourtant déterminé le détail de la structure en décrochement SE-NW des caps et baies littoraux. En effet, les tremblements de terre se répercutent sur de très vastes distances, suivant un parallélisme rigoureux aux directions générales. Celui de 1725 se ressent de Lima à Lambayeque, celui de 1759 éprouve avec une intensité, semble-t-il, très forte, Virú, Moche, Trujillo, Chicama, Magdalena de Cao, Paiján, Saña, Lambayeque et Piura, soit plus de 500 km de destruction presque totale au point que Magdalena de Cao sera reconstruite à côté et le couvent des franciscains de Chicama à Chocope à 10 km plus au Nord.

17La fréquence des séismes y est pourtant beaucoup moindre qu’au Sud du Pérou où Arequipa vit sous la menace des secousses fatales ainsi qu’au centre. Les tremblements de terre de 1940 et 1966 de Lima à Huacho n’ont guère été ressentis, tsunamis évidemment mis à part. Le volcanisme tertiaire est déjà moins important au Nord qu’au centre Nord puisque les grands épanchements d’Andésites de l’Ancash ne sont plus que des champs de laves intermittents à partir de la Sierra de la Libertad et surtout du Lambayeque. Le volcanisme paraît bien éteint comme le souligne la faible importance des sources chaudes, encore que celles-ci ne soient pas nulles comme l’atteste le Baño del Inca au Sud de Cajamarca.

18Le cadre structural du Nord-Ouest apparaît donc un peu plus complexe que celui du centre Ouest, puisqu’à une seule grande flexure à laquelle correspond un grand versant de 5 000 m qui se termine par un piémont très étroit en contact avec l’océan, se substituent, à partir de Chiclayo, deux axes de moyenne et basse altitude, enserrant un large bassin sédimentaire.

B. — LE PIEMONT ET LES PLAINES COTIERES

19Le Nord côtier se divise donc en deux parties, de part et d’autre de Chiclayo, la moitié Sud étant composée par l’alternance de remblaiements détritiques et de massifs rocheux et la moitié Nord, plus complexe, étant constituée par les plaines et les plateaux d’un bassin sédimentaire situé entre les Andes de la cordillère côtière et, tout au Nord, par le piémont de cette dernière chaîne.

20Au Sud, le domaine côtier se borne au contact du grand versant occidental andin avec l’océan Pacifique. Les crêtes transversales découpées par une hydrographie conforme à la grande flexure et donc perpendiculaire au grand versant occidental, s’abaissent rapidement et les derniers pitons isolés par le jeu des affluents secondaires forment une série de massifs puis d’îles et d’îlots qui disparaissent en une vingtaine de kilomètres seulement dans l’océan. Le piémont proprement dit est constitué par le matériel détritique arraché soit aux Andes et transporté par les rivières de la Sierra jusqu’à la côte, soit par des nappes d’épandage au pied des versants côtiers.

21L’alternance des glacis ou des grands cônes alluviaux fossiles et des plaines alluviales actives ou de colmatage littoral avec les caps rocheux caractérisent donc la portion méridionale de la Côte nord. Or. l’ensemble du piémont, à ces latitudes, est une zone de remblaiement d’un secteur subsident au pied de la grande retombée des Andes occidentales, affaissement limité à l’Ouest par un bourrelet tectonique jalonné par de petits massifs anciens littoraux, granitiques ou volcaniques, sur lesquels s’appuient la ligne de rivage.

22Les nappes d’épandage des versants forment de grands glacis d’alluvions qui ceinturent les crêtes transversales et les massifs isolés. On distingue généralement trois nappes distinctes dont la chronologie est marquée par la granulométrie du matériel et son degré d’altération. La plus récente, formée de galets, graviers, sables et limons, est pratiquement inaltérée et de couleur jaune. La seconde constituée surtout par des galets et des graviers superficiellement altérés est légèrement indurée en surface et recouverte d’une patine rose ou ocre. La troisième et la plus ancienne contient de véritables blocs, fortement attaqués, certains galets de granites n’étant plus que des poches d’arènes tandis qu’en surface l’induration est souvent forte, généralement due à la percolation d’eaux gypseuses, et que le reg a pris une patine brune ou rouge foncée.

23Ces glacis d’accumulation semblent avoir été formés sous des climats semi-arides à grosses averses dans la Sierra, mais la quasi-absence de glacis d’érosion fait douter d’une phase semi-aride à très grosses averses sur la côte et l’altération fait plutôt penser à des phases tropicales modérées du type équatorien. Les grands cônes alluviaux fossiles au débouché des quebradas secas telle celle de Cupisnique au Sud du rio Jequetepeque offrent sur 20 km de largeur le spectacle de chaos peu communs de blocs pouvant encore atteindre jusqu’à 1 m de diamètre à 10 km à l’aval de la sortie des gorges. Ces cours d’eau ne sont parcourus que par des inféroflux et très exceptionnellement par de faibles crues superficielles telles celles de 1953 et 1965 qui mobilisèrent seulement des sables et des graviers. Témoins de climats différents, ces cônes gigantesques seraient, selon O. Dollfus, moins imputables à des précipitations nettement plus importantes qu’à un régime d’averses beaucoup plus violentes.

24La houle méridionale de l’océan entaille en falaises vives les conglomérats ou les sables consolidés en grès contenant ainsi la progression du piémont en maintenant le tracé du littoral dans l’alignement des petits massifs rocheux qui jalonnent le bourrelet côtier.

25Des îles légèrement plus avancées ont cependant déterminé la construction de tombolos, généralement antérieurs au dernier glaciaire, sapés et parfois même recoupés, comme à Malabrigo, sous l’attaque du maximum de la transgression flandrienne, qui a laissé en se retirant des falaises mortes. Leur pied est entre 4 et 5 m au-dessus du niveau actuel et des cordons de galets ou de sables ont reformé les tombolos qui isolent les lagunes ou plaines de colmatage en contrebas des vieilles nappes d’épandage. Tels sont les caps de Guañape en Virú, de Macabí en Chicama et Cherrepe en Saña (fig. 5).

26Mais la partie active du piémont est constituée par les plaines alluviales des fleuves actuels. Leur domaine débute à la sortie des gorges de raccordement, par une auge alluviale d’axe générale encore perpendiculaire à la retombée des Andes mais de tracé de détail quelque peu sinueux en fonction des inégalités lithologiques. Les quartzites, notamment en Jeque-tepeque, Saña, Chancay et Leche, offrent ainsi des obstacles que les rivières contournent ou scient en canyons étroits. Au débouché de la Sierra, la vallée s’élargit brutalement en éventail, et l’auge passe à un vaste cône alluvial, englobant lui-même quelques massifs isolés.

27Malgré leur forme en Δ, ces cônes ne sont pas de véritables deltas, sauf, et encore pour certains d’entre eux seulement, à l’aval du cône, quand celui-ci tombe dans une baie bien abritée.

28Nous distinguons en effet le cône alluvial proprement dit, avec une pente de l’ordre de 3 à 15 ‰, et ses terrasses étagées et réentaillées et le delta qui peut éventuellement le prolonger çà et là, avec des terrains amphibies et des lagunes à l’abri de cordons de galets ou de sables. Ces cônes sont en effet des formations de piémont dues à une brusque sortie d’un cours montagnard et non pas une avancée des atterrissements d’un fleuve dans une mer relativement calme. La faible marée de 1,5 à 2 m ne doit pas faire oublier ni la houle constante ni la dérive littorale qui emportent immédiatement les alluvions.

29Les cônes se sont élaborés pendant tout le Quaternaire et la subsidence générale au Sud du Sechura, pendant cette période, a simplifié les terrasses. On en distingue trois dans les auges alluviales de l’amont : le lit d’inondation, une terrasse intermédiaire de 4 à 10 m au-dessus de la précédente, au matériel limoneux et provenant de la dernière phase pluvieuse andine, enfin une troisième terrasse dominant souvent de 10 à 20 m la seconde, formée de matériel plus grossier, souvent lessivée ou encore indurée par percolation.

30Se confondant le plus souvent avec les cônes de déjections coalescents d’affluents torrentueux et n’existant ailleurs que sous la forme de lambeaux, cette haute terrasse n’en est pas moins systématique sur tous les rios de la Côte nord mais elle peut englober en fait plusieurs terrasses anciennes maintenant difficiles à différencier. Elle disparaît sous la seconde à la hauteur de la tête du cône alluvial ou un peu plus en aval comme sur le rio Chancay, en liaison soit avec un niveau eustatique plus bas soit avec la subsidence de la côte.

  • 4 Banco de Fomento, 17.
  • 5 Ces terrasses seront décrites en détail pour chaque vallée dans la deuxième partie de l’ouvrage co (...)

31Celle-ci est prouvée en Lambayeque où elle aurait atteint 900 m pendant le Quaternaire dans le delta de La Leche4. Elle est moins probable pour le secteur du rio Jequetepeque où une grosse terrasse de conglomérats domine la mer par une falaise de quelque 25 m. Mais ce niveau est sub-horizontal et disparaît à l’amont sous la terrasse intermédiaire qui la recouvre donc à l’amont et l’entaille à l’aval pour rejoindre l’océan5. Il s’agit d’une énorme accumulation de galets et de petits blocs déposés dans une lagune et cimentés en conglomérats par des eaux gypseuses.

Figure 5. Géomorphologie de la côte nord

Figure 5. Géomorphologie de la côte nord

Légende : 1. Ligne de crête. — 2. Escarpement de faille. — 3. Escarpement de flexure. — 4. Falaise. — 5. Cordon dunaire. — 6. Talus. — 7. Formations éoliennes. — 8. Massifs anciens. — 9. Versant occidental des Andes. — 10. Bassins sédimentaires. — 11. Formations alluviales. — 12. Terrasses marines. — 13. Dôme. — 14. Cuvette fermée. — 15. Cônes de déjections.

PHOTOS 1 et 2. — Le Chira au coude d’Amotape.

32Dans les cônes mêmes, on distingue un niveau principal qui est en fait la terrasse intermédiaire de l’auge alluviale et qui forme la surface du cône littoral proprement dit. Son matériel est hétérogène, formé de lits de galets et d’argiles intercalés en profondeur et d’éléments plus fins en surface, limoneux et argileux. D’origine alluviale, ils sont parfois recouverts de limons et de sables éoliens. Cette terrasse, actuellement entaillée par les cours d’eau, correspondant au dernier pluvial et dont les constituants fossilisés sous un climat aride ne sont ni lessivés ni indurés par percolation, forme donc l’armature des cônes alluviaux. Très régulièrement convexe, plane et inclinée en pente douce, donc facile à irriguer, elle offrira pendant longtemps à l’homme le seul milieu colonisable, celui d’oasis alluviales classiques dans un piémont désertique (fig. 6).

33Au Nord, le piémont s’éloigne de l’océan et les rivières ont construit de véritables deltas intérieurs se jetant dans le bassin sédimentaire désertique. Le piémont septentrional, qui court le long des Andes jusqu’au bassin de Lancones sur le moyen Chira, est constitué par des glacis d’accumulation aussi importants qu’au Sud mais ils diffèrent par leur matériel et leur pente. L’ensellement des Andes et l’étroitesse de la chaîne qui abaissent le point de départ et le climat chaud et humide déterminent un matériel plus fin et une pente plus faible. Les rios Salas, Motupe, Olmos et Cascajal ont ainsi construit de vastes cônes dont la coalescence a formé de grands glacis d’alluvions qui ont été masqués par une grande épaisseur de limons et de sables éoliens, probablement pendant la dernière régression océanique d’après leur altération et leur couleur jaune dorée.

Encaissement de l’auge alluviale dans le tablazo désertique.

  • 6 Collin Delavaud (Cl), 61.

34Ce piémont recouvre complètement les séries sédimentaires du bassin de Sechura jusqu’à la Quebrada Namuc6, à 100 km du pied des Andes où il est prolongé par les deltas intérieurs de l’Olmos et du Cascajal. A l’Ouest de la diagonale SW-NE du bassin de Sechura, les glacis d’accumulation ont été déformés par des mouvements tectoniques récents. Le rio Piura décrit une ample courbe vers le Nord pour contourner une croupe axée SE-NW soulevée dans le piémont même. Le matériel détritique grossier du gigantesque cône plio-quaternaire commun aux grands fleuves Piura et Chira a été modelé en trois glacis emboîtés à l’amont qui sont actuellement entaillés par une reprise d’érosion linéaire tandis que la partie aval subissait des déformations tectoniques importantes.

35Depuis l’embouchure de la Quebrada Ñamuc au Sud-Ouest du Sechura jusqu’à Máncora, le piémont de conglomérats et les terrains éocènes et miocènes ont été en effet soulevés d’une dizaine de mètres au Sud jusqu’à 400 m au Nord depuis le début du Quaternaire, mouvements attestés par des surfaces d’abrasion marine et des terrasses à lumachelles déformées, soulevées et inclinées. Aussi, les beaux éventails alluviaux des oasis du Sud font-ils place, au Nord, à des vallées encaissées. Rejeté vers le Nord par le soulèvement du désert de Séchura, le Piura s’enfonce de 35 m dans son propre cône d’alluvion à la Peñita avant d’être attiré par la subsidence de la baie de Bayovar. Le Chira a creusé un canyon de 50 à 100 m de profondeur, imprimé dans les conglomérats de son cône de déjection puis dans les couches miocènes et éocènes avant de construire un delta dans la baie bien abritée de Paita. Ces deux rivières sont donc fortement épigéniques et, outre leurs deux terrasses intermédiaire et inondable, elles possèdent un troisième niveau supérieur à matériel grossier (fig. 7).

Fig. 6. – L’OASIS DU JEQUETEPEQUE

Fig. 6. – L’OASIS DU JEQUETEPEQUE

Fig. 7. Les terrasses du moyen Chira a Jibito en 1965

Fig. 7. Les terrasses du moyen Chira a Jibito en 1965

36La vallée du Tumbes, enfin, à l’extrême Nord, est une auge alluviale où l’on distingue aussi trois terrasses qui se rejoignent un peu en amont du débouché d’une falaise morte taillée dans les argiles miocènes. Au-delà, vers l’aval, commence un véritable delta commun aux rios Tumbes et Zarrumilla où les quatre cordons littoraux successifs isolent des lagunes et des terres de colmatage encore très salées.

37Un dernier élément domine la vie de la côte : les sables éoliens. Leur origine directe ne pose guère de problème. Ils proviennent tous du littoral, apporté par les courants marins qui les ont reçus des rivières ou des effets de la houle sur les glacis. Repris par l’alizé ou la brise de mer, ils sont transportés suivant des itinéraires remarquablement rectilignes vers l’intérieur. Les pampas, c’est-à-dire les regs de grands glacis, sont parcourus en longues files parallèles orientées SSW-NNE de barkhanes très régulières dont la hauteur varie entre 3 et 15 m.

  • 7 Ci-après, p. 48.

38Dans le centre ou encore près du littoral le sable est fixé en nebkas de 1,5 à 5 m par des arbustes à forme rampante7. Le sable se déplace alors de nebkas en nebkas courant sur le reg sans s’arrêter jusqu’à la nebka suivante. Enfin, le Nord côtier possède quelques dunes géantes de 30 à 70 m, peut-être même plus, deux au Nord de Virù appelées Purpur, et cinq autres dans le désert de Sechura dont les célèbres Perritos. Ces appareils complexes ont eux aussi la forme d’une énorme demi-lune dont les deux cornes seraient composées elles-mêmes par des barkhanes successives et de taille décroissante. Sur l’ensemble de la côte, les dunes progressent en ligne mais isolées sur la surface plane des regs. Elles ne constituent des ergs qu’au pied des premiers versants où elles s’accumulent, et elles finissent par franchir en construisant des crêtes en forme de sif des cols de 100 à 400 m de dénivellation.

39Leur arrivée dans des cuvettes provoquent aussi des ergs comme dans les dépressions internes du désert de Sechura ou dans les vallées encaissées du Jequetepeque et Chira et les canyons secs du tablazo de Talara. Leur tracé Sud-Nord les fait forcément rencontrer les oasis généralement orientées Est-Ouest. Les vallées du Sud absorbent et fixent de très grosses dunes non sans difficulté comme celles qui repoussent les cultures dans les haciendas Tumán et Pomalca du Chancay. D’autres comme Piura les laisse traverser, envahir les terrasses cultivées, détourner les branches du fleuve. Le delta de La Leche est totalement envahi par un erg et les eaux de l’embouchure du Piura sont bloquées par de grandes dunes.

40Ainsi, le sable est partout présent, disposé en larges cordons dunaires sur la côte du Lambayeque, aligné en files parallèles de barkhanes ou de nebkas sur les regs des pampas et des plateaux, accumulé en champ de dunes au pied des versants ou en ergs dans les dépressions du Sechura, il repousse aussi les marges méridionales des oasis ou, encore, franchit en gros massifs isolés les vallées les moins arrosées.

41Le Nord côtier proprement dit est donc non seulement formé par l’alternance des môles littoraux rocheux et des épandages grossiers ou des alluvions des fleuves côtiers en lutte avec l’océan Pacifique, mais aussi par de larges plaines ou des auges alluviales encaissées dans des plateaux intérieurs auxquels des nuances climatiques moins arides vont ajouter, de surcroît, une physionomie originale.

C. — LE CLIMAT

42Il n’est pas uniforme pour tout le Nord côtier. Le Pérou septentrional échappe parfois et partiellement à la tyrannie de l’anticyclone méridional qui marque les paysages depuis le Nord du Chili jusqu’à Chiclayo. Ainsi, au Nord de cette ville, les pluies d’été pratiquement inconnues dans tout le désert chilo-péruvien constituent un facteur de plus en plus décisif du climat au fur et à mesure que l’on se déplace vers la frontière équatorienne, modifiant les couleurs du désert puis faisant apparaître une végétation qui va passer par tous les stades qui conduisent de la steppe arbustive à la savane arborée tropicale.

L’ANTICYCLONE SUD PACIFIQUE le 14/7/1965

L’ANTICYCLONE SUD PACIFIQUE le 14/7/1965

1. LES FACTEURS CLIMATIQUES

a) L’anticyclone du Pacifique sud et l’alizé

43Il commande la circulation atmosphérique et le climat pendant l’hiver austral pour l’ensemble du Pérou côtier et pendant l’été, pour tout le Nord jusqu’à Chiclayo et éventuellement, suivant les années, pour tout le Nord côtier sauf les provinces de Tumbes et Zarrumilla. En fait, à quelques mois près et encore pendant une trentaine de journées, au Nord du Lambayeque, l’anticyclone du Pacifique sud domine étroitement sur toute la Côte nord.

44Sa position moyenne au large des côtes du Chili septentrional à une latitude relativement basse, 26°, est due au dynamisme de la circulation cyclonale tempérée nettement plus rapide que celle de l’hémisphère boréal. Entre l’anticyclone subtropical et les aires déprimées qui prennent en écharpe le continent sud-américain de l’Amazonie à la Colombie, le gradient moyen de 40 mb pour 3 000 km met en mouvement l’alizé dont la direction semble autant déterminée par la barrière andine que par une force de Coriolis faible aux latitudes équatoriales.

  • 8 Il s’agit de l’alizé seul, sans l’apport de la brise marine qui le renforce considérablement entre (...)

45L’alizé souffle en permanence toute l’année du Sud ou du Sud-Est, et seul l’éloignement de l’anticyclone vers le Sud ou son rapprochement vers le Nord en fonction du balancement apparent du soleil modifie la vitesse de la circulation. Pendant l’hiver austral, l’anticyclone monte vers le Nord et l’alizé passe sur toute la côte péruvienne et pénètre parfois dans le golfe de Guayaquil, progressant à une vitesse moyenne de 18 km/h au Sud de notre domaine et encore de 10 km/h tout au Nord8 (fig. 8).

46Pendant l’été austral, l’anticyclone descend vers le Sud et l’alizé faiblit sans disparaître, soufflant à 6-8 km/h dans le Sud et le centre des régions septentrionales. Il entre pendant quelques semaines en lutte d’influence avec l’alizé du Nord-Est de l’hémisphère nord à partir de Piura, ou encore se dilue dans les calmes équatoriaux qui s’interposent en Amazonie et sur la côte équatorienne et colombienne aux deux masses subtropicales. En fait, l’anticyclone du Pacifique sud ne cède du terrain que quelques journées, une vingtaine environ entre décembre et mai, généralement de janvier à mars, et encore pas toutes les années mais deux ans sur trois à la latitude de Tumbes et une seule année sur trois environ, à la hauteur de Piura.

47Enfin, lors de certains automnes, l’anticyclone reste anormalement près de la côte sud-américaine et, faute d’un couloir entre les hautes pressions et les Andes, l’alizé ne se forme plus. Ainsi, de mai à août 1965, le maximum du Pacifique sud est demeuré non seulement à des latitudes anormalement basses, par son dynamisme et sa forte expansion, mais aussi il s’est étendu jusqu’à la côte centrale du Pérou, y faisant régner des pressions de 1 014 mb, anormalement hautes pour la saison (fig. 9). Le vent du Sud a pratiquement disparu pendant tout l’automne et une partie de l’hiver tandis qu’un beau temps ensoleillé s’installait sur Lima qui n’y est point habitué à ses époques. Puis, le 18 août, l’anticyclone a décroché brusquement vers le Sud et l’Ouest, l’alizé s’est rétabli, le ciel s’est couvert et un vent frais et humide a balayé la ville ; l’hiver liménien était arrivé.

b) L’océan Pacifique et le courant de Humboldt

48Depuis les observations du géographe allemand Humboldt qui sillonna les côtes péruviennes entre 1802 et 1825, on sait que la température de l’eau de mer à proximité de la côte péruvienne présente de grandes anomalies négatives de l’ordre de 8 à 10 °C entre Salavery et Cabo Blanco, soit 16 °C à 18 °C contre 26 °C à 28 °C à environ 100-180 milles au large, en hiver, et encore seulement 18 °C à 20 °C en été. La direction, régulière toute l’année, parallèle à la côte, et son sens Sud-Nord étaient connus de tous les navigateurs qui depuis l’aventure de Pizarre avaient dès 1531 tiré bordées sur sur bordées contre le vent mais aussi contre le courant méridional qui les forçait à l’abandon du cabotage côtier dès la rade de Buenaventura de Paita.

REMONTEE HIVERNALE DE L’ANTICYCLONE Le 17-5-1967

REMONTEE HIVERNALE DE L’ANTICYCLONE Le 17-5-1967
  • 9 Humboldt, A. 116.
  • 10 Le courant est alors appelé ainsi. Il sera baptisé ensuite Humboldt malgré plusieurs énergiques et (...)

49Au Sud de ce point, tant la régularité et la force de l’alizé et du courant « péruvien » que l’absence de bon mouillage entre Paita et Chimbote décourageaient la navigation. Ce courant franchement froid et provenant en apparence des latitudes très méridionales fut vite attribué à une dérive des eaux glaciales antarctiques comme le dit Humboldt en 1802 justement à propos de la côte septentrionale9 : « Déjà, à Trujillo, en m’approchant pour la première fois de la côte, je parvenais à la conclusion, confirmée depuis par de nombreux voyageurs, que le courant péruvien10 est un courant polaire qui, se déplaçant des hautes aux basses altitudes, épouse les sinuosités de la côte vers le NNW. »

50Mais Bougainville note dès 1823 que l’eau n’est guère plus froide à Valparaiso qu’à Lima, plus de 3 000 km au Nord, et met en doute que les eaux froides proviennent superficiellement de la banquise australe. On considère actuellement que le « courant péruvien » ou de Humboldt n’est qu’un maillon du grand anneau de la circulation marine circumpacifique sud qui est dû à la rotation de la terre et à des déséquilibres de densité d’eau de mer en fonction de la température et que son amplitude exceptionnelle vers le Nord est le produit de la vigueur de l’alizé, elle-même due à la hauteur, à la longueur et à la direction Sud-Nord de la barrière andine.

51Le courant de Humboldt, de fait, est accéléré par l’alizé qui renforce les facteurs thermique et planétaire. La vitesse du courant semble lui devoir beaucoup si l’on observe qu’elle s’abaisse considérablement en été, au Pérou et notamment au Nord, après le retrait vers le Sud de l’anticyclone et l’affaiblissement consécutif de l’alizé.

52Or, la température de l’eau subit des modifications inverses. Elle diminue quand la vitesse du courant augmente en hiver et progresse quand la dérive perd de son dynamisme. Ces variations expliquent l’origine des eaux froides qui ne proviennent pas d’un déplacement horizontal des eaux polaires antarctiques tout au long de 5 000 km de côte sud-américaine mais bien de remontées verticales d’eaux froides intermédiaires d’origine polaire beaucoup plus ancienne, aspirées par la dérive littorale dont le débit est une fonction de la vitesse du courant, lui-même en grande partie fonction de la circulation atmosphérique, sans nier l’importance initiale des mises en mouvement planétaires et de la dynamique des fluides de densité variable.

  • 11 Schweigger, 249.
  • 12 Id., ibid.

53Pour les côtes péruviennes, les sondages entrepris dès 1928-1929 par l’expédition Carnegie11 puis par ceux du bateau de Scoresby en 1931 sous la direction de l’Anglais Gunther12 mettent en évidence les remontées d’eau froide intermédiaire, de 300 m de profondeur, affleurant en certains points particuliers de la côte chilo-péruvienne dont les îles Guañape, au Sud de notre domaine.

  • 13 Instituto del Mar, 121, 122 et 123.
  • 14 Schweigger (E.), 249.
  • 15 Notamment les croisières 6503 de l’Explorador entre le 3 et le 22 mars 1965 et les croisières 6502 (...)

54Par la suite, les travaux systématiques effectués par les croisières de l’Instituto del Mar du Callao13 depuis 1961 ont permis de confirmer la thèse d’Erwin Schweigger14 suivant laquelle les eaux froides affleurent pratiquement partout avec une recrudescence au Nord des caps, tels Guañape, Macabí, Eten et Punta Aguja, précisant que les eaux froides intermédiaires se tiennent au-dessous de 300 m de profondeur, à une température de 10-12 °C. Celle-ci va se réchauffant graduellement jusqu’à 19 °C en été et à 16 °C en hiver tout auprès de la côte, alors que plus au large les températures superficielles sont notablement plus élevées, soit respectivement 19 °C et 22 °C en hiver et été à 40 milles15 (fig. 10, 11, 12 et 13).

55Enfin, il a été constaté que lors des étés exceptionnellement chauds le courant de Humboldt ralentissait à l’extrême dès les latitudes de Pisco dans le centre sud, pour s’annuler complètement au Nord et même s’inverser à la latitude de Punta Pariñas, alors que généralement en été, le contre-courant équatorial Nord-Sud ne s’avançait guère plus au Sud que Cabo Blanco.

  • 16 Croisières 6503 et 6504 de l’Explorador.

56Connue sous le nom d’El Niño parce qu’elle apparaît aux alentours de la Noël, cette branche méridionale du contre-courant équatorial ne possède pas un dynamisme tel qu’elle puisse repousser le courant de Humboidt et elle ne descend « anormalement » vers le Sud que quand cesse de souffler l’alizé méridional et quand s’annule presque, par voie de conséquence, le courant de Humboldt. En mars et avril 1965, le « Niño » roule ses eaux chaudes jusqu’à Talara et effectue, peut-être, des pointes jusqu’à Punta Aguja, provoquées par des pulsations de l’alizé nord qui s’aventure très au-dessous de son champ d’action. Pendant tout l’été 1965 et même jusqu’à la mi-août, en plein hiver austral, l’absence de tout alizé sud à partir de Lima favorise cette pénétration de l’alizé nord et, partant, du Niño, si loin vers le Sud. Encore plus bas, l’eau est anormalement plus chaude de 4 °C à Salaverry, à Chimbote et à Lima16.

57Mais la dérive, si lente soit-elle, reste bien jusqu’à Punta Aguja de sens Sud-Nord et le courant du Niño n’est nullement responsable de cette « contre-anomalie » positive. Le ralentissement du courant de Humboldt atténue les remontées d’eaux froides intermédiaires et les eaux superficielles se réchauffent.

58Alors, le dynamisme du courant de Humboldt s’est tellement affaibli que des langues d’eaux chaudes intertropicales venues du large viennent lécher les côtes péruviennes. Ces flux superficiels souvent confondus par le passé avec le Niño sont évidemment fantasques dans les mouvements de détail mais le mécanisme général du phénomène semble bien la double rémission de l’alizé du Sud-Est et du grand courant côtier.

59En résumé, les rivages péruviens sont longés par une dérive superficielle méridionale dont la progression et la température des eaux sont liées au dynamisme et à la position de l’anticyclone du Pacifique sud. Mais l’extrême Nord échappe presque toute l’année à son influence et le moyen Nord, à partir de Cabo Blanco, subit son action pendant l’hiver austral puis celle du contre-courant équatorial ou Niño pendant l’été. Enfin, au Sud de ce cap, les régions septentrionales sont baignées lors de certains étés exceptionnels, tous les dix à qinze ans environ, soit par les eaux du contre-courant équatorial soit par les eaux intertropicales du large.

Figures 10 à 13 PROFILS DE TEMPERATURE DES EAUX SUPERFICIELLES Mars 1965

Figures 10 à 13 PROFILS DE TEMPERATURE DES EAUX SUPERFICIELLES Mars 1965
  • 17 Schweigger (E.), 249.

60L’océan Pacifique mérite bien son nom à ces latitudes tropicales et sur cette bordure occidentale puisqu’il n’y a ni tempêtes cycloniques, ni typhons. Il est par contre agité par la houle du Sud-Ouest mise en mouvement et entretenue par l’alizé, à la vitesse presque constante de 7 m/s17. Pendant l’hiver austral, l’océan devient bravo, c’est-à-dire parcouru par d’amples vagues, espacées de 190 m mais dont le creux dépasse 1 m pour parfois en atteindre 2. Arrivées au rivage elles déferlent en rouleaux successifs sur les barres prélittorales, certains pouvant atteindre 3 et même 4 m, avec des périodes très stables de 10 à 20 s suivant les époques.

61Les courants de marée sont faibles, du type semi-diurne à amplitude inégale. Le marnage, sensiblement plus fort que sur la côte centrale, demeure peu accentué puisque le maximum à Zorritos en Tumbes est de 2,5 m (Tableau 1).

TABLEAU 1. Marriages maxima en 1967 (en mètres)

TABLEAU 1. Marriages maxima en 1967 (en mètres)

62Si relativement faibles que soient ces grandes marées, elles sont généralement accompagnées, en septembre mais pas en mars, par une recrudescence de la houle dont le déferlement puissant leur donne une apparence beaucoup plus forte, pourtant non comparable à nos tempêtes équinoxiales de l’Atlantique nord, et naturellement, sans commune mesure avec les typhons des Caraïbes ou du Japon. Ces bravezas seraient les contrecoups lointains des grandes tempêtes de la zone des Westerlies.

63L’été, le glissement vers le Sud de l’anticyclone et l’assoupissement de l’alizé apaisent sur les rivages du Nord côtier la houle et ses rouleaux, et le Pacifique n’est plus cet océan dompté certes, mais à la surface perpétuellement en mouvement de la région de Lima, il est devenu une immensité calme où le battement régulier et peu violent du déferlement et du ressac rassure plus qu’il n’en impose. Le creux ne dépasse pas alors 60 cm et la période évolue entre 9 et 10 s.

64L’océan, par le jeu de ces courants et, notamment, par la température de leurs eaux, apparaît comme un facteur sinon décisif du climat puisque ses mouvements dépendent de la circulation atmosphérique pour une grande part, du moins un élément important dont les effets peuvent renforcer ou atténuer les manifestations climatiques dues aux masses d’air.

2. LES CARACTERES CLIMATIQUES

65Ils sont directement tributaires de l’influence du centre des hautes pressions du Pacifique sud, de l’alizé méridional et du courant de Humboldt. Mais la rigueur climatique dépend de leur dynamisme et de leur permanence, aussi ces derniers s’atténuant vers le Nord, va-t-on rencontrer, des latitudes méridionales aux septentrionales, des variations sensibles dès le parallèle de Chiclayo à partir duquel commence une zone de transition sous l’influence alternée des masses subtropicales côtières du Sud et tropicales humides du Nord.

a) Le climat de la frange littorale

66L’anticyclone du Pacifique sud détermine non seulement l’alizé du Sud-Est en surface mais provoque en altitude une subsidence propre à toutes les cellules de haute pression qui maintient une aridité quasi absolue sur le Nord de la côte chilienne et sur toute celle du Pérou, à l’exception des parages de l’embouchure du rio Tumbes. Or, ce climat subtropical occidental, au lieu d’être celui d’un désert chaud et ensoleillé, est en fait caractérisé par des températures nettement plus basses que celles que l’on rencontre à ces latitudes, la moyenne annuelle du Sud de notre domaine évoluant autour de 20 °C et celle du Nord ne dépassant pas 24 °C.

67Ce désert « tiède » est dû à la présence des eaux froides du courant de Humboldt qui se manifestent de deux façons, par leur plan d’eau frais et par la nébulosité qu’elles engendrent. Tout d’abord, l’air superficiel est refroidi à leur contact parfois jusqu’à 12 °C. Cet air est poussé vers la côte par l’alizé et surtout par la brise de mer qui prend au Pérou une amplitude considérable jusqu’à une centaine de kilomètres et une force de 20 à 50 km/h peu commune. Elle bénéficie, en effet, de conditions de développement très favorable puisque l’océan présente sur 100 à 200 milles une surface de refroidissement considérable et que le gradient thermique entre l’eau froide et le sol fortement ensoleillé de l’arrière-côte est très grand, de l’ordre de 16 à 20 °C pour une cinquantaine de kilomètres.

68Enfin, la brise marine diurne est renforcée par la brise de vallée des Andes quand celles-ci ne sont pas trop éloignées, ce qui est le cas général. Dans le Lambayeque, la brise de vallée se met en mouvement au pied des Andes à Chongopaye à 80 km de la mer, alors que les rivages du Pacifique, vers Pimentel, sont encore en plein calme. La brise de terre nocturne équilibre pratiquement l’alizé, tant par sa force que par sa direction, ce dernier l’emportant généralement un peu, surtout pendant l’hiver austral.

69Entre 10 et 11 h seulement se déclenche la brise de mer qui va renforcer considérablement l’alizé. La composante SSW-NNE pénètre loin en avant, régénérée par la brise de vallée avec laquelle elle ne forme plus jusque vers 19 h, soit une heure après le coucher du soleil, qu’un seul flux. A ce moment la brise de montagne, beaucoup plus sensible, s’inverse mais, par contre, l’élan et l’amplitude de la brise marine sont tels que cette dernière poursuit son action jusque vers 20 à 21 h loin dans les terres et que le vent ne souffle des Andes à Chongopaye que tard dans la nuit. La brise marine est plus puissante là où la côte s’infléchit vers l’Ouest et quand le piémont s’élargit. Le Nord côtier connaît le même phénomène que dans la presqu’île de Paracas avec le désert de Sechura où le vent atteint, de 15 h à 18 h, 60 et même 70 km à l’heure en hiver, alizé et brise de mer joignant leur force dans le même axe méridien (fig. 14).

FIG. 14. Les composantes du vent à Pimentel et Chongoyape

FIG. 14. Les composantes du vent à Pimentel et Chongoyape

70Les régions littorales proprement dites sont donc envahies par l’air froid, d’où des températures moyennes annuelles si basses et surtout l’existence d’un hiver marqué. L’alizé sud souffle en effet avec vigueur et la brise de mer est renforcée par la température très froide de l’eau alors que l’insolation varie peu sous ces latitudes aussi basses du 8e au 4e parallèle et ainsi diminue moins proportionnellement en hiver.

71Or, alizé et brise marine poussent l’air froid et humide du large vers la côte et les températures et l’humidité vont s’en ressentir considérablement sur une frange littorale d’une cinquantaine de kilomètres en profondeur au minimum. Les températures moyennes annuelles, comme l’indique le tableau 2, évoluent entre 17,3 et 24,7 entre Trujillo et Zorritos, c’est-à-dire dans le domaine côtier soumis à l’influence presque totale de l’alizé et du courant de Humboldt. Ces moyennes sont approchées, étant établies sur vingt ans seulement. D’autre part, elles sont médiocrement significatives puisque les...

TABLEAU 2. Températures sur la frange littorale au nord du Pérou (en degrés C)

TABLEAU 2. Températures sur la frange littorale au nord du Pérou (en degrés C)

72Les températures maxima absolues sont assez faibles au Sud de notre domaine avec 33,5 °C pour le 8e parallèle et encore relativement réduites au Nord avec 37,1 °C. Par contre, les températures minima absolues sont particulièrement basses sous ces latitudes avec 8 °C à Trujillo et encore seulement 13,4 °C sous le 4e parallèle à Zorritos.

73La Côte nord est plus favorisée que la côte centrale, où une moyenne annuelle de 19,2 °C à Lima, un été pendant lequel la moyenne mensuelle évolue seulement de 20 à 23,3 °C et un long hiver où elle s’abaisse jusqu’à 16 °C, définissent un climat tiède. Dans notre domaine, l’été est bien tropical au Nord et encore chaud au Sud mais, ici, une saison fraîche bien marquée caractérise cette région où les effets de l’insolation subéquatoriale sont fortement contenus par le passage des masses d’air refroidies au contact du courant de Humboldt.

74En fait, l’insolation est aussi filtrée ou arrêtée par la brume qui est un des traits fondamentaux du désert chilo-péruvien. La subsidence de l’air de la cellule anticyclonique devrait assurer la limpidité de l’atmosphère et maintenir un ciel clair en tous lieux où elle s’exerce si l’air frais et humide poussé sur la côte n’entrait en jeu. Pendant tout l’hiver, quand l’alizé et la brise marine se font le plus sentir et que la subsidence est à son maximum par suite de la remontée des hautes pressions du Pacifique Sud, la lutte entre l’élévation de l’air humide côtier, déterminée par l’insolation ou par l’obstacle du relief et la subsidence subtropicale, aboutit à un équilibre marqué par une inversion thermique de l’ordre de 9 °C vers 8 à 900 m d’altitude à Lima. Elle bloque à ce bas niveau les convections et provoque la formation d’une mer de stratus épaisse de quelque 200 à 400 m, sans aucune possibilité de précipitation à si faible altitude.

FIG. 15. Courbes de températures mensuelles moyennes maxima et minima à Zorritos (Tumbes) et Trujillo (La Libertad)

FIG. 15. Courbes de températures mensuelles moyennes maxima et minima à Zorritos (Tumbes) et Trujillo (La Libertad)

75Au-dessus de ce plafond, le soleil brille dans un ciel azur limpide et sec ; au-dessous, les régions baignent dans la grisaille d’un temps très couvert et dans une atmosphère où l’humidité relative évolue entre 80 et 95 %. Enfin, une heure avant la tombée du jour, c’est-à-dire vers 17 heures sous ces latitudes, alors que souffle la brise marine à son maximum et que cesse l’insolation, l’air humide se sature et un brouillard au sol très dense et froid envahit la frange côtière sur quelques dizaines de kilomètres, pouvant éventuellement se concentrer en un crachin que l’on appelle ici garúa. Ces uniques précipitations du désert central se manifestent à la tombée de la nuit et au petit matin alors que s’inverse la brise des Andes, attirant les brouillards marins avant que l’insolation ne déclenche les premières convections côtières.

76Pendant un bref été, de décembre à avril, le brouillard au sol matinal, moins épais, se disperse vite et la mer de stratus disparaît à son tour vers 11 heures du matin, ni l’alizé ni la brise marine ne soufflant l’air humide vers le continent. Enfin, certains été et même au cours de l’automne, comme en 1965, l’anticyclone colant à la chaîne des Andes, la disparition de tout couloir d’alizé et de toute convection d’air humide entraîne la permanence d’un beau temps ensoleillé de mars à la mi-août.

77Ce régime s’étend jusqu’à Trujillo, se dégradant un peu à cause de la latitude et du plus fort ensoleillement, tandis que la couche d’inversion thermique se relève à 1 200-1 400 m. Le ciel est bien dégagé pendant l’été et, pendant l’hiver la mer de stratus se disperse vers midi. Les nuits enfin sont souvent claires entre 23 h et 6 h par suite du renversement plus net de la brise de terre consécutif à l’affaiblissement de l’alizé.

78Les pluies sont insignifiantes, dues encore à des garuás hivernales, et les pluies d’été restent très exceptionnelles comme celle de 1925 malheureusement non enregistrées ou encore des pluies extraordinaires de 40 jours de 1728 relatées par Feijó ou, plus loin, de 1578 qui a provoqué la destruction de tous les villages et couvents de la région.

79Les pluies « normales » sont dérisoires jusqu’à la vallée du Chicama comme l’indique le tableau 3 où Cartavio reçoit 10 mm en moyenne et où le maximum absolu depuis 1944 a été de 30 mm.

TABLEAU 3. Humidité relative, ensoleillement, précipitations et évaporation dans la frange littorale du Nord côtier (1937-1963)

TABLEAU 3. Humidité relative, ensoleillement, précipitations et évaporation dans la frange littorale du Nord côtier (1937-1963)

80Le climat désertique de la frange littorale qu’il ne faut pas confondre avec celui de l’intérieur qui règne à une soixantaine de kilomètres du rivage et à une altitude de 150 à 300 m se poursuit jusqu’aux abords de la vallée de Tumbes, mais le régime des pluies s’inverse à partir de la vallée du Chicama où le maximum d’été devient systématique. Les garûas d’hiver y sont, sinon inconnues, du moins très rares et plus faibles que les petites pluies vespérales des chaudes journées d’été. A la hauteur du Lambayeque, la moyenne annuelle de 32,7 mm et le maximum absolu connu de 79 mm trahissent les rares invasions de l’alizé atlantique qui franchissent la Sierra relativement peu large et peu élevée et débordent sur le piémont pacifique.

81Plus au Nord, le bassin de Sechura, trop écarté, à plus de 150 km des Andes, ignore ce phénomène d’où le régime de désert, absolu au Sud et encore très rude au Nord, où quelques passages exceptionnels du front intertropical descendu des latitudes colombiennes provoquent de maigres pluies tous les cinq à sept ans, inconnues au Sud du massif des Illescas. A Lobitos et à Zorritos, la frange littorale désertique s’est rétrécie à une dizaine de kilomètres, voire moins, d’autant plus que l’altitude du piémont se relève très vite vers l’intérieur.

82Les précipitations estivales, même au niveau de la mer, sont en nette augmentation avec des moyennes annuelles respectives de 63 et 128 mm et un maximum de 614 mm à Zorritos. Nous entrons ici dans le domaine équatorien aux pluies de basses pressions équatoriales ou de front intertropical peu abondantes et surtout très irrégulières. Le maximum et le minimum des précipitations annuelles de Tumbes, point septentrional extrême de notre domaine, furent de 1 872 mm en 1932 et 0,6 mm en 1952 !

83Les pluies violentes exceptionnelles du Nord côtier, survenant dans une zone désertique où le vent a détruit toute hiérarchie de drainage depuis les dernières inondations et que ne peuvent absorber une végétation steppique et des sols encroûtés sont généralement catastrophiques. Leur mécanisme, longtemps attribué à une avancée énigmatique du contre-courant équatorial vers le Sud, est, en fait, d’après les observations faites surtout en mars 1965 lors des violentes averses qui sévirent de Tumbes à Saña, maintenant mieux connu. Le « Niño » qui se manifeste de décembre à avril ne dépasse pas cette année-là les parages de Talara, très en deçà de la zone des pluies.

84Par contre, le Humboldt perd de sa vitesse tout le long de la côte péruvienne et les eaux marines aux abords de la côte accusent une température supérieure de 4 à 8 °C sur la moyenne de Trujillo à Talara. Cette hausse paraît bien consécutive à la faiblesse des remontées d’eaux froides liées comme il a été vu au dynamisme du courant. En fait, tout semble bien lié à la circulation atmosphérique. L’alizé ne souffle pratiquement pas de février à la mi-août en 1965, les basses pressions équatoriales s’installent dans le Nord entre mars et mai et quand les hautes pressions remontent vers le Nord, en juin, elles débordent sur le continent, bloquant toute circulation de l’alizé au sol jusqu’au 16 août sur la Côte centrale et entrent en conflit avec les hautes pressions de l’hémisphère boréal au Nord où des pluies très tardives, de juin et juillet, se produisent le long du front intertropical (fig. 16).

85Les eaux chaudes du contre-courant équatorial ou les langues d’eaux tropicales du large, ou encore les eaux du Humboldt moins froides qu’à l’accoutumée de 4 à 8 °C ne déclenchent pas les pluies, elles ne sont pas une cause mais bien une conséquence de la circulation atmosphérique ; elles doivent cependant accélérer le mécanisme des pluies en offrant une tension superficielle de vapeur supérieure, soit une évaporation plus importante. Dans quelle mesure ? Relativement faible à notre sens, après nos observations de 1965, mais ici enregistrements et calculs restent à faire.

b) Le climat du Haut piémont

86En s’éloignant de la mer et en prenant de l’altitude le climat évolue rapidement. A une cinquantaine de kilomètres de la côte, parfois un peu plus, suivant la pente des vallées et leur encaissement, et entre 300 et 600 m d’altitude, suivant la latitude du Nord au Sud, les brumes au sol, vespérales ou matinales, de l’hiver, et donc l’air refroidi sur la mer et poussé par les vents sur la côte, disparaissent et si la couverture de stratus subsiste, notamment pendant les matinées d’hiver, elle est moins continue et plus tôt dissipée.

Figure 16. Situation le 28-3-1967

Figure 16. Situation le 28-3-1967
  • 18 Pilgar Vidal. (J.), 226.

87C’est le domaine de la Yunga, des terres chaudes et ensoleillées par opposition à celui de la Chala, de la frange littorale fraîche et humide, suivant la terminologie incaïque remarquablement mise en évidence par le géographe et naturaliste péruvien contemporain Pulgar Vidal18. Les vallées des Yungas sont de petits mondes fermés que la faible circulation d’air aux limites des brises de mer et de montagne et la réverbération des parois le plus souvent abruptes et dénuées de végétation transforment en serres torrides l’été.

88Il y règne encore pendant les mois d’hiver des températures moyennes supérieures à 24 °C avec toutefois des contrastes diurnes plus élevés que sur la côte, de l’ordre de 12 à 14 °C, par suite du grand rayonnement et de la longueur de la nuit subéquatoriale. A 2 300 m, aux extrêmes limites de notre domaine, la moyenne annuelle reste à Magdalena du Jequetepeque de 20 °C et celle du mois le plus froid de 17,5 °C ! Les garúas d’hiver sont inconnues au Nord de Trujillo mais les pluies d’été sont partout nettement plus fréquentes que celles de la frange littorale, en liaison directe avec celles de la Sierra proprement dite dont les ultimes manifestations débordent la ligne des crêtes occidentales.

FIG. 17. Courbe des précipitations annuelles de 250 mm en fonction de l’altitude et de la latitude

FIG. 17. Courbe des précipitations annuelles de 250 mm en fonction de l’altitude et de la latitude

89La figure 17 montre toutefois que la courbe des précipitations de 250 mm en fonction de la latitude et de l’altitude ne s’abaisse à 500 m qu’au 5e parallèle, soit vers Piura, et qu’entre le 8e et le 7e parallèle, soit Trujillo et Chiclayo, il faut encore monter à 1 200 et 1 000 m pour recevoir ces mêmes 250 mm. Mais il s’agit de moyennes et les pluies, certaines années, peuvent être très fortes comme celles qui tombent sur la moyenne Sana le 13 mars 1965, mal enregistrées, mais qui à 300 m d’altitude paraissent avoir été de l’ordre de 60 mm en une seule nuit, corrélatives de celles qui tombèrent pendant trois jours sur le haut bassin de la Sana en Sierra.

90Les précipitations augmentent évidemment aussi avec l’altitude et, si les enregistrements remontent à peine à vingt-cinq ans et sont encore peu nombreux, on peut citer dans des bassins très voisins, Tambo du Chicama avec 119 mm à 750 m et Namas du Jequetepeque avec 750 mm à 1925 m. Il reste malheureusement encore tout à faire en ce domaine mais une loi semble se dégager. Les facteurs latitudinaux et altitudinaux ne sont pas des éléments exclusifs pour expliquer les précipitations du haut piémont. Un autre intervient à ses côtés qui paraît aussi déterminant ; l’enfoncement de la vallée au cœur de la cordillière. Si le fleuve côtier prend sa source loin a l’intérieur des Andes, son cours moyen se trouve enfoncé dans des massifs occidentaux, terme ultime des nuées atlantiques, et il reçoit alors une plus grande part de pluies estivales montagnardes.

91L’abaissement général des crêtes aussi intervient probablement, mais il est difficile de la mettre en évidence puisque l’ensellement septentrional coïncide avec la progression en latitude. La Yunga n’est donc pas uniforme ni même tributaire de facteurs simples et systématiques mais elle conserve des caractères spécifiques rigoureux, les hautes températures moyennes et l’ensoleillement à défaut de précipitations importantes et régionales.

c) Le climat du piémont au nord de Lambayeque

92C’est de beaucoup le plus original de toute la côte péruvienne. Chaud et ensoleillé, pourvu de quelques précipitations non négligeables mais terriblement irrégulières, il est lié à la proximité de la montagne, à l’ensellement septentrional et à la latitude. Une bande de 40 à 60 km de large courrant de Jayanca, au Nord de Lambayeque, jusqu’à Tumbes constitue ce domaine, haut piémont de 100 à 500 m d’altitude environ, éloigné du littoral d’au moins 70 km mais parfois de 150 à 250 km dans le Sud et le centre, et se rapprochant peu à peu de la mer vers le Nord pour l’atteindre seulement à Tumbes. C’est la bande sahélienne du Nord qui n’est donc pas zonale mais oblique prenant en écharpe le domaine côtier septentrional, comme le prend à travers toute l’Amérique du Sud la marge sub-aride faisant suite, à l’Est, à la diagonale désertique du continent.

93Ce sont moins les températures que les précipitations qui caractérisent cette fois cet ensemble. Les premières sont de l’ordre de celles des hauts cours côtiers des vallées voire inférieures, au Nord quand on se rapproche de la mer. Les moyennes annuelles sont toutefois toujours supérieures à 24 °C, soit 25 °C à Olmos et 25,5 °C à Pabur, à 140 et 110 m au Sud, encore 24,2 °C à 500 m à San Lorenzo et 25,4 °C à 80 m à Mallares au centre. Enfin, les 25,3 °C de Zorritos au Nord, au bord de la mer, restent une limite inférieure dont nous devons nous satisfaire faute de station à l’intérieur des terres, celle de Cedros étant encore trop récente. Les températures dans l’interfluve des rios Tumbes et Zarrumilla semblent devoir être nettement plus fortes.

94Mais c’est avant tout l’intensité et le régime des pluies qui caractérisent ce secteur. Les garúas hivernales sont inconnues comme la brume qui les apporte, la mer de stratus ne se forme que l’hiver, le matin, mais en revanche le haut plafond nuageux d’origine atlantique recouvre cette zone presque tout l’été et le coefficient moyen annuel de nébulosité atteint 5/8 à Pabur. Enfin, l’humidité relative bien représentée par les 68,8 % de Pabur à 100 km de l’océan est légèrement plus faible que sur le littoral, tandis que l’évapo-ration y est plus forte par suite d’une température plus élevée et malgré la nébulosité, atteignant 6,8 à San Lorenzo et 7,7 à Piura, respectivement à 110 et 55 km de la mer et à 500 et 50 m d’altitude.

95Les précipitations estivales commencent en novembre pour se terminer en mai avec un maximum très net de février-mars, 91 et 89 mm de module mensuel, et la moyenne annuelle de Pabur, 283 mm, en indique l’ampleur. Mais ce total va s’abaisser très vite au fur et à mesure que l’on s’éloigne de la montagne d’une part, et que l’on descend vers le Sud d’autre part. Faute de station, la limite de la végétation sahélienne permet de fixer la bordure de ces pluies à Jayanca au Sud en Lambayeque et aux Cerros Chalpón et Huacrupe à l’Ouest. Piura, à 50 km de la mer mais aussi à 70 km de la montagne, où la moyenne annuelle n’est plus que de 73 mm et où le sahel disparaît, constitue un jalon clé pour définir les précipitations limites occidentales de cette frange.

TABLEAU 4. Fréquence des années pluvieuses en Tumbes, entre 1932 et 1960

TABLEAU 4. Fréquence des années pluvieuses en Tumbes, entre 1932 et 1960

SOURCES : Instituto Nacional de Planificacion, 146.

96Au Nord, Tumbes est le terme de ce domaine sahélien et on entre ici dans le domaine tropical humide qui correspond à une savane arborée. Mais la régularité relative des pluies plus que leur ampleur est à l’origine de cette transformation. L’irrégularité des pluies caractérise en effet le climat du haut piémont de Lambayeque et Piura. A Piura même, la moyenne de 73 mm cache en effet des inégalités de 7 et 366 mm en 1938 et 1943. Les périodes au cours desquelles les précipitations sont inférieures à 50 mm peuvent s’étendre sur six années comme entre 1958 et 1965. A San Lorenzo, vers 500 m et à 20 km de la Sierra, elles varient encore de 984 à 89 mm entre 1957 et 1960. A Zorritos, tout au Nord, le maximum d’été reste aussi marqué, avec 0 % des pluies de juin à novembre et 72 % pour février et mars réunis et à égalité. Les pluies y demeurent aussi irrégulières comme le montre le tableau 4, avec les maximum et minimum absolus annuels déjà cités de 1872 et 0 mm en 1932 et 1952, au bord de la mer. Mais les totaux augmentent vite vers l’intérieur. Ici, nous sommes aux limites extrêmes du climat tropical équatorien et aux pluies régulières de l’Atlantique s’ajoutent les grandes tornades convectives du type de celles qui font tomber respectivement 375, 200 et 198 mm en une seule journée les 16, 20 et 27 février 1925. On comptera 75 jours pour 22 années d’enregistrement entre 1925 et 1964 où la hauteur des pluies atteindra ou dépassera 20 mm. Mais il est à noter que 50 de ces journées furent, en 1925, 1926 et 1932, et 17 seulement pour les 19 autres années pour les périodes 1927-1931 et 1943-1964, les mesures ayant été fâcheusement interrompues de 1933 à 1942.

97C’est donc un climat nettement différent des deux premiers analysés qui recouvre le piémont septentrional à partir de Jayanca-Motupe, au Nord du Lambayeque, en Piura et en Tumbes. La moyenne des précipitations y est beaucoup plus élevée et l’irrégularité reste extrême ; le total des pluies tombées en sept ou huit ans, quelle qu’en soit la distribution annuelle, va permettre la survie d’une couverture végétale pratiquement continue à condition qu’elle soit très adaptée à ces variations particulièrement heurtées et à des cycles de sécheresse longs de quatre à six ans.

D. — LES GRANDES DIVISIONS BIOLOGIQUES DE LA COTE

98Les formations végétales et la faune correspondent pour les quatre principales au découpage climatique que nous venons d’établir, soit le désert côtier à épiphytes et à Capparis, le demi-désert du haut piémont à cactées et xérophites, le sahel à caroubiers et tapis herbacé occasionnel et la savane arborée des confins équatoriens. Quatre formations végétales particulières d’origine non climatique sont établies sur les rives des rios, les nappes phréatiques dans la frange désertique, les lagunes littorales et les deltas à Mangrove du Tumbes. Enfin, l’océan produit plancton et poissons et nourrit des oiseaux en quantités fabuleuses.

1. LE DESERT COTIER

99Presque absolu sur les pampas interfluves, le désert de la frange littorale recèle malgré tout une végétation éparse et chétive aux limites de la survie dans ces régions qui ne reçoivent pas de pluies véritables pendant plusieurs années. Les brouillards hivernaux, au Sud du rio Chicama, sont cependant mis à profit par les épiphytes succulentes, qui telles les tillandsas, gros « artichauts » posés à même la surface des regs ou des épandages, puisent la totalité de leur eau dans l’atmosphère. Leurs colonies de boules, grises l’été et vertes l’hiver, s’étalent sur les versants exposés aux vents et à une altitude généralement supérieure à 150 m. Elles disparaissent au Sud même de notre domaine par l’affaiblissement des brouillards et on n’en trouve plus, au Nord du Chicama, que sur les cerros rocailleux en bordure de mer sur les seuls versants exposés au vent. Le relèvement brutal fait se condenser à 100 m d’altitude environ la brise marine, comme sur le Cerro Eten en Lambayeque où l’on distingue de belles colonies de Bromelyacées. On en observe ainsi sur tous les môles rocheux sur lesquels s’appuient le littoral, sur les versant Sud et Ouest du massif des Illescas et elles ne disparaissent qu’au Nord de la Silla de Paita.

  • 19 Oasis d’épiphytes mais aussi de graminées, de plantes vivaces et d’arbustes dues aux garúas hivern (...)

100La dernière loma19 proprement dite vers le Nord est accrochée au flanc Sud-Ouest du Cerro Campana à environ 1 000 m au 8e de latitude, à 20 km au Nord de Trujillo. Les tillandsias y sont dominées par les cucurbitacées (Apodanthera ferreyrana) et les amaryllidacées (Fourcroya) plantes annuelles enracinées. Dans la vaste pampa qui s’étend sur l’interfluve des rios Chicama et Jequetepeque, apparaissent les premières nebkas fixées par des lacis de racines et de tiges feuillues entrecroisées de la forme dégradée et rampante des Sapotes (Capparis angulata). Cet arbre à feuilles vernissées et à gros fruit vert à pépins est apprécié des fourmis, des oiseaux et rongeurs qui constituent l’unique faune du désert en dehors des escargots des lomas.

101Ces formes arbustives finissent par recouvrir le versant au vent de bar-khanes de 1 à 3 m de haut. La végétation fixe la dune avec laquelle elle vit en symbiose, lui donnant de l’ampleur et lui assurant une grande stabilité, lui prenant en échange l’humidité atmosphérique qu’elle capte en faisant obstacle à la brise marine et qu’elle conserve dans sa masse meuble au contraire du reg plat et encroûté.

PHOTO 3. Erg de la dépression des phosphates du désert de Sechura

PHOTO 3. Erg de la dépression des phosphates du désert de Sechura

2. LE DEMI-DESERT DU HAUT PIEMONT MERIDIONAL

102L’étage chaud et ensoleillé des Yungas bénéficie de quelques pluies estivales qui permettent la survie des vichayos (Capparis ovalifolia Ruiz et Pav.) et d’espinos ou huarangos (Acacia macracantha H. Bk) arbustes particulièrement résistants qui se contentent de 30 à 80 mm de précipitations annuelles sur un substratum détritique grossier ainsi que des cactus candélabres (Necraimondia macrostibas [Schum.]), les gigantons du Nord, ou encore les cactus porgons (Espostoa lanata) qui fournissent une fibre laineuse très utilisée. Dès que la nappe phréatique est accessible, dans le fond des gorges, les fortes températures et l’ensoleillement favorisent une végétation luxuriante formée d’arbres fruitiers dont cinq caractérisent les Yungas : le palto ou avocatier (Persea Gratissma) au fruit vert parfumé constituant un aliment riche et bien équilibré, le lucumo (Lucuma ovovata) au fruit vert jaune également très nourrissant, le chirimoyo ou pomme canelle (Annona Cherimolla) au gros fruit pulpeux très sucré et à pépins noirs, le guayabo (Psydium guayava) aux goyaves très sucrées et les cirruelos de frailes (Bunchosia armeniaca) aux prunelles jaunes et acides. Il faut y ajouter les espèces amazoniennes, relictes ou acclimatées sur le versant Pacifique, les manguiers (Mangifera indica) aux énormes silhouettes et au feuillage mordoré dont les fruits à chair jaune et gros noyau ont un curieux arrière-goût d’essence térébenthine et les papayers (Carica papya) au large feuillage vernissé et aux très gros fruits pulpeux et sucrés.

103Entre les cactus apparaît vers 500 m un tapis herbacé, fugitif au cours des étés pluvieux, composé de graminées, de cucurbitacées et de légumineuses tandis que le long du torrent les bougainvillées jettent une note violette éclatante dans cette verdure terne et poussiéreuse.

104La faune y est beaucoup plus variée que sur la bande littorale et s’y ajoute en partie celle de la montagne et de l’Amazonie, renards, ocelots et petits cervidés tandis que des fourrés qui bordent les torrents s’envolent par dizaines des perruches jacassantes (fig. 18).

3. LE SAHEL

  • 20 La marge aride de la mosaïque forêt savane de Pierre Birot, 29.

105Au nord de Jayanca, en Lambayeque et surtout à partir de Motupe commence la frange sahélienne de la Sierra septentrionale aux pluies encore irrégulières mais dont la moyenne annuelle évolue entre 100 et 350 mm par an, entre 100 m et 500 m d’altitude. La formation végétale dite Algarrobal-Zapotal est en effet une steppe arborée à sous-bois herbacé20 exceptionnel.

106C’est bien un sahel, où l’emporte d’abord la couverture boisée claire avec en tout premier lieu le caroubier américain, l’algarrobo (Prosopis chilensis juliflora et Prosopis limensis), une légumineuse à feuilles caduques dont le tronc tourmenté, les branches évasées en parasol et le feuillage vert foncé très grêle composent la silhouette la plus familière de tout le Nord côtier. Il couvre des milliers de kilomètres carrés dans le Sahel, mais peuple aussi toutes les terrasses sèches des oasis et les lits des oueds ou des rios secos de tout le Piémont septentrional, grâce à ses aptitudes à enfoncer ses racines à 30 m du pied et à 15 ou 18 m de profondeur. Enfin, cette légumineuse est dans les secteurs dépourvus de pâturages et d’écoulements superficiels, l’arbre miracle des communautés d’éleveurs auxquelles il fournit son ombre, son bois, son feuillage et surtout ses gousses constituant un aliment très concentré. Sa taille peut atteindre 20 m.

107Le sapote (Capparis angulata), petit arbre fruste, de silhouette chétive, au feuillage plus large et vernissé, est encore moins exigeant que l’algarrobo. Ses troncs tordus se dressent solitaires en sentinelles avancées aux confins du sahel et du désert, ou encore comme il a été vu, sa forme dégradée à l’extrême rampe sur les nebkas. Dans le sahel même, beaucoup moins utile que le caroubier, il a été sacrifié au profit de ce dernier par les éleveurs mais son habitat primitif semble être le même et l’un et l’autre se tolèrent parfaitement comme l’indique leur totale imbrication sur les marges du sahel vers Apurlé au Sud de Motupe dans le Nord du bassin de la Leche ou encore vers Piura.

108Au fur et à mesure que l’on avance vers le Nord le nombre des espèces augmente et la formation végétale sahélienne acquiert sa composition la plus complète entre Olmos en Lambayeque et Pabur sur le Moyen Piura. Au-delà, l’éloignement vers le Nord-Est de la chaîne andine fait diminuer les précipitations d’origine atlantique et il faut atteindre le Tumbes et son climat tropical humide pour que le nombre des espèces réaugmente. Leur diversité et leur pluralité sont à Olmos assez considérables et les légumineuses l’emportent avec notamment le faique (Acacia macracantha) très voisin de l’algarrobo mais plus délicat, et deux épineux, le Palo verde (Cerdicium praecox) épineux dont le tronc vert cru assure l’assimilation chlorophyllienne et l’Uña del Gato (Mimosa acantholoba) « griffe de chat » ainsi bien dénommé. Des veranos, les bougainvillées qui égaient en été de leurs massifs rouge violacé ce paysage sévère, des palos blancos (Celtis iguanea) appelés encore Olmos par les premiers Espagnols à cause de leur ressemblance avec les ormes dont le bois blanc a fait baptiser tout le sahel méridional « Pampa de Olmos », achèvent de donner leur physionomie à cette steppe arborée.

Figure 18. LES FORMATIONS VEGETALES DU NORD COTIER

Figure 18. LES FORMATIONS VEGETALES DU NORD COTIER

PHOTO 4. Sahel d’algarrobos à Olmos (Nord du Lambayeque)

PHOTO 4. Sahel d’algarrobos à Olmos (Nord du Lambayeque)

109Mais de nombreux arbustes s’intercalent, les cuncûn (Vallesia dichotoma) aux grosses baies claires et gorgées si appréciées des chèvres, les vichayos (Capparis ovalifolia) qui leur donnent leurs feuilles, enfin les étonnantes Yuca de Caballo et Yuca de Monte, le manioc des chevaux et le manioc sauvage (Proboscidea altheaefolia et apodanthera biflora) dont les grosses racines conservent dans les sols limoneux leur eau pendant trois, quatre, voire cinq années de sécheresse et que les ânes ensauvagés savent déterrer pour assurer leur survie.

110Le substratum de limons fluviaux ou éoliens propre à toute cette zone donc formé d’éléments fins et homogènes, favorise le long végètement des rhisomes et la croissance rapide d’un tapis herbacé. Cette explosion de la savane est un des spectacles les plus surprenants que puisse offrir la végétation de tout le Nord côtier. Après trois à sept ans de sécheresse presque absolue, de fortes pluies estivales totalisant environ 90 à 100 mm font surgir d’un sol dénudé une herbe prodigieusement dense et haute puisque les graminées atteignent en trois semaines de 1 à 1,60 m. La steppe arborée grisâtre et pelée se transforme brutalement en une savane-parc verdoyante où les arbres se couvrent de feuilles vert tendre tandis que le sol nu disparaît pour quelques semaines sous un tapis herbacé continu et très vivace.

111Dans un premier temps apparaissent en proportion à peu près égale les graminées et les légumineuses dont le mélange fait du sahel d’Olmos et de Pabur un immense pâturage temporaire d’excellente qualité. Parmi les premières dominent les Aristides, les Panicas et les Eragrostis et chez les secondes les haricots sauvages, les Neptunia et les Desmodia. Mais, si le temps pluvieux se maintient plus de cinq semaines, surgit alors une cucurbitacée rampante et grimpante, le Jabonillo (Buffa operculata). Cette dernière, semblable à un lierre tendre ultra rapide, se développe sur le sol, surmontant les herbes qu’elle étouffe puis elle enlace les arbres qu’elle finit par recouvrir complètement, estompant totalement leur silhouette au point de donner à la savane-parc un aspect de prairies incroyablement bosselées. Au terme de la saison des pluies, ce jabonillo se sèche et tombe en poussière, soit en général au bout de trois à quatre semaines, aussi vite qu’il était sorti de terre, laissant apparaître le tapis herbacé et les arbres.

112Si les seconds vont garder leurs feuilles vertes pendant environ quatre mois, l’herbe va vite périr et donner à la savane une couleur rousse éclatante dans le premier mois, puis une teinte fauve, puis jaune et enfin grisâtre sombre. Elle se maintiendra sur pied durant deux années au cours desquelles elle demeurera comestible pour le grand comme le petit bétail.

  • 21 Ci-dessus, p. 49.

113Vers les premières pentes du grand versant andin et sur les flancs des vallées montagnardes apparaissent avec l’altitude et les plus fortes précipitations de nouvelles espèces. Le Hualtaco étant le plus résistant de tous, descend jusqu’à 300 m et s’agrippe sur un sol rocheux, ses racines puisant l’eau de la saison des pluies dans des diaclases ou des poches plus meubles. Cette Anacardiacea fournit un bois très dur qui sert à faire un parquet très court, faute de dimension, mais très résistant. Au-delà apparaissent les arbres de l’étage des Yungas déjà décrits21, les figuiers américains (Ficus sp.), dont la taille majestueuse et la ramure évoque plus nos grands platanes et, enfin, à partir de l’isohyète 600 mm sur les versants même, le fameux Pasayo ou fromager (Bombax discolor) dont le tronc à gros contreforts et le kapok s’effilochant et pendant aux branches annoncent la flore amazonienne.

  • 22 Weberbauer (A.), 287 et 290.

114En s’élevant vers les crêtes, se forme peu à peu une forêt tropicale à saison sèche marquée. On trouve cette exubérance dans les hauts cours montagnards, entre 500 et 2 000 m, de La Leche de la Chochope de l’Olmos du Chipillico et du Quiroz, dans le prolongement direct du sahel, mais on remarque une avancée isolée de cette forêt tropicale dans la moyenne Saña dont la présence est déjà considérée comme « fósila » par Weberbauer22 et qui nous a paru certes amazonienne et donc une relique mais dont la conservation était liée à un étage marneux au pied de grandes masses calcaires.

115La faune du sahel, surtout à proximité des premiers contreforts des Andes, est beaucoup plus variée que dans le désert ou les hautes vallées du Sud. Les petits cervidés, les félins tels l’ocelot et enfin les ours sont rares mais non disparus. Les renards, les iguanes, les rongeurs et surtout les oiseaux sont nombreux et variés. Il faut y ajouter les ânes et chèvres ensauvagés qui errent aux confins désertiques du sahel se nourrissant de gousses et de feuilles et ne trouvant pour toute boisson que des baies gorgées de jus ou des racines pulpeuses.

4. LA MOSAIQUE FORET-SAVANE DU TUMBES

116Aux confins de notre domaine entre les rios Tumbes et Zarrumilla, soit une bande d’une quarantaine de kilomètres au Sud de la frontière équa-torienne, sous la double influence des basses pressions équatoriales et des courants chauds de la baie de Guayaquil, le climat devient tropical à saison sèche marquée. La formation est bien une mosaïque forêt tropicale-savane, bien différenciée du sahel par l’abondance des espèces forestières et le retour annuel de la savane. En fait, l’orientation pratiquement Est-Ouest de la côte et l’élévation rapide des collines de l’arrière-pays jusqu’au Cerro Caûcho et l’augmentation brutale des précipitations qui en résulte font que l’on passe en 40 km de la brousse d’arbustes xérophiles et de cactées géantes de l’extrémité Nord des collines des argiles miocène à la savane arborée à Xérophytes denses sur une vingtaine de kilomètres de profondeur puis à la forêt tropicale sempervirente sur les versants même du Caûcho où il tombe environ 1 500 mm.

117La physionomie générale est donnée par les arbustes épineux et les cactus candélabres et colonnes dominés par la silhouette imposante des kapokiers américains. La savane, sauf sur la bordure septentrionale ou dans les clairières aménagées par l’homme, se réduit à un sous-bois herbacé qui ne souffre pas trop de l’ombre grêle des épineux mais qui doit disputer au sol un terrain fort encombré. L’herbe est plus ou moins dense et plus ou moins haute suivant les années en raison de l’irrégularité consisérable, mais elle pousse, sauf très rares exceptions, tous les ans entre janvier et mai.

118Enfin, le mélange est moins riche que dans le sahel, les graminées l’emportent sur les légumineuses et d’autres espèces ligneuses les encombrent et les étouffent, faisant des touffes de « refus » vite transformés en buissons d’épineux qui oblige les éleveurs à des incendies répétés et fâcheux pour l’équilibre des espèces utiles. La forêt qui recouvre les flancs du Caûcho est la plus belle réserve d’espèces tropicales de la côte, où les bombacées, kapok, balsa et platanes américains tiennent la place la plus importante devant les moracées, caoutchouc et Ficus sp.

119La faune reste semblable à celle du sahel moins les ours, bien renforcée de plusieurs fauves et de cervidés ainsi que de reptiles et sauriens. Mais avec ces derniers nous entrons dans le deuxième domaine du département de Tumbes, la zone amphibie qui s’étend entre les deltas des rios Tumbes et Zarrumilla.

5. LA MANGROVE DU TUMBES

120Cette zone est l’extrémité méridionale de la grande mangrove qui tapisse le fond du golfe de Guayaquil. Elle est entretenue ici tant par les pluies que par les apports d’eau douce du fleuve pérenne Tumbes. Aussi ne sort-elle pas du cadre étroit des bouches multiples de ce rio. La plaine de colmatage passée, avec ses cordons dunaires et ses lagunes saumâtres successives, on pénètre dans cet univers trouble où le continent se prolonge dans la mer par l’avancée des forêts de palétuviers dont les racines inextricables apparaissent à marée basse.

121La flore est presque uniquement composée par les deux avicennia, fomentosa et sp., dits palétuviers noirs et salés. La faune n’en fait pas un lieu très attrayant, composée de petits crabes rouges à pattes grêles très agressifs, d’alligators de taille moyenne et de squales, car les faunes d’eau douce et d’eau de mer s’y rencontrent. Enfin des myriades de moustiques voraces achèvent de maintenir l’homme à distance de cet univers peu accueillant.

6. LES FORMATIONS VEGETALES LIEES AUX COURS D’EAUX ANDINS

122Elles doivent leur existence à des eaux superficielles ou souterraines allogènes puisque descendues de la Sierra voisine et elles demeurent donc étroitement circonscrites aux périmètres fluviaux ou deltaïques.

a) En bordure des rios

  • 23 Dorst (J.), 88, p. 29.

123De part et d’autre des fleuves côtiers, quand ceux-ci n’ont pas été entièrement captés et aménagés par l’homme et notamment pour les rios pérennes, surtout ceux dont les cultures exigent un lit-déversoir ou encore un lit consacré au drainage, les rives sont le plus souvent occupées par des roseaux géants dont les plus répandus, la caña brava (Gynerium sagit-tatun) et la gramalote (Panicum purpurascens Raddi) de haute taille, forment des fourrés impénétrables verts crus dans lesquels les mimosées sensitives jettent tous leurs éclats. Ces marécages sont peuplés par une faune de rongeurs amphibies, de batraciens, sauriens, grands lézards et iguanes, de serpents enfin, dont le terrible corrail aux côtés des vipères et couleuvres. De leur masse, que dominent çà et là les saules (Salix Chilensis Molina) s’envolent une multitude d’oiseaux colorés communs à toute la zone voire l’Amazonie et spécialement la tourterelle (Zenaïda asiatica) et l’oiseau-mouche23. Ceux-ci n’ont qu’à choisir leur subsistance parmi les myriades d’insectes rampant ou tournoyant où des magnifiques papillons forment l’enveloppe chatoyante d’un monde obscur et répulsif de fourmis rouges, de moustiques et de moucherons, ces derniers étant les moins inoffensifs, d’araignées venimeuses, enfin, dont la tarentule responsable de véritables déplacements de villages devant ses invasions.

b) Etangs et lagunes

124Ces derniers sont appelés ici lagunas s’ils présentent des plans d’eau libres ou cienagas quand ils sont essentiellement colonisés par des plantes aquatiques. Leur origine, colmatage marin imparfait à l’abri d’un cordon dunaire, ancien méandre, ancien arroyo du delta, résurgence des eaux d’irrigation infiltrées à l’amont, affleurement de la nappe phréatique, albuferas, charcas, jagueyes, puquios, étangs, mares, lagunes littorales se différencient par leur plus ou moins grande salinité. La gramalote et la caña brava qui ne croissent que dans des eaux douces et relativement renouvelées sont absentes à l’aval des deltas, relayées par les joncs que leur tolérance au sel favorise ici.

125Les plantes hallophytes, graminées rampantes aux entrelacements inextricables de la Grama Salada (Distichlis Spicata [L.] Geene) qui prend son eau dans les mares et part à l’assaut des dunes riveraines, les salicornes (Salicornia fructicosa [L.]), les héliotropes font place dès que la salinité s’abaisse aux innombrables espèces de plantes hidrophytes, spirillacées, beggiatocées, rivulariacées et surtout au joncs qui dominent les marais littoraux aux côtés de la fameuse totora. Celle-ci (Scirpus californicus Steud), une Cypéracée très proche des Joncacées, est utilisée depuis les temps précolombiens par les pêcheurs pour construire leurs radeaux de joncs, les caballitos del mar.

126Ici, la faune se réduit au petit monde d’écrevisses et d’escargots dont les millions de coquilles blanchissent les dunes, mais aussi de poissons d’eau saumâtres qui attirent les flamands roses dont les envols au crépuscule anoblissent soudainement ces tristes confins du continent désertique et d’un océan grisâtre et hostile, lorsque se profile la silhouette menaçante du plus grand des rapaces, le condor. Ce dernier, contrairement à une idée largement répandue, n’habite pas exclusivement les cimes des Andes mais se rencontre, notamment dans le Nord du Pérou, beaucoup plus sur le littoral que sur les crêtes ou les versants.

c) Sur les nappes phréatiques de la frange désertique

127Les terrasses moyennes et hautes des fleuves côtiers à écoulement superficiel, les terrasses d’inondation des oueds et le lit même des quebradas secas des torrents fossiles de la région désertique littorale sont colonisés par les quatre principaux arbres du sahel qui vont y puiser, parfois jusqu’à 18 m, l’eau des nappes phréatiques. L’algarrobo, le faique, le sapote et le vichayo, en ordre serré ou lâche suivant la profondeur de la nappe, se rassemblent généralement par espèces en fonction de leurs exigences limites, le plus résistant, le sapote, subsistant sur les terrasses les plus ingrates avec le vichayo, l’algarrobo colonisant en rangs serrés les terrasses intermédiaires des fleuves pérennes, Jequetepeque, Saña et surtout la Leche ou encore les terrasses inondables des oueds, comme le Chao, le Chamán ou la Motupe. Le faique affectionne à la fois les nappes phréatiques proches, les terrains meubles et les sols légèrement alcalins et ce qui explique sa plus relative rareté.

128Les vallées mortes se présentent donc comme des coulées de verdure sombre telle l’extraordinaire Quebrada honda au Nord de Talara, mince ruban de couverture dense de caroubiers au fond d’un impressionnant canyon nu et déchiqueté, imprimé dans le tablazo désertique.

7. L’OCEAN PACIFIQUE ET SA FAUNE

129La richesse ichtyologique du littoral péruvien a été mise en évidence quand brutalement l’essor de la pêche dans le courant de Humboldt a fait du Pérou la première ou la seconde puissance de pêche mondiale suivant les années, devant ou derrière le Japon, à partir de 1960. L’explication générale est connue et elle tient aux remontées d’eaux froides intermédiaires fortement chargées en phosphates, donnant en surface et au Nord une concentration de 1 à 1,5 μ g par litre de PO4 près de la côte et de 0,25 à 1 μ. g/1 entre 100 et 200 milles. La teneur en PO4 augmente en profondeur jusqu’à 3,5 μ g/1 évoluant donc en fonction inverse de la température, c’est-à-dire en fonction des remontées d’eaux froides profondes. Le Nord, dont les eaux sont plus chaudes, est à cet égard moins favorisé que le centre. La variation est également saisonnière, la proportion augmentant pendant la saison froide, passant en surface de 1-2 à 1,5-2,5 μ g/1 de l’été à l’hiver.

130Les phosphates sont en grande partie responsables de l’alimentation de masses de plancton colossales dont le développement est favorisé par ailleurs par une excellente oxygénation imputable à la houle. Le plancton est ici constitué par une gamme étendue de végétaux et animaux, algues microscopiques, foraminifères, globigérines radiolaires, diatomées, dinoflagelles, éponges, crustacés, vers, etc., le tout formant une sorte de nuage vert entre 40 à 200 m de fond jusqu’à la surface. Ce « pâturage », qui tire sa subsistance des minéraux de la mer et réalise sa photosynthèse chlorophibienne, s’auto-consomme partiellement mais surtout alimente le necton, c’est-à-dire les êtres mobiles de l’océan, poissons, mammifères marins et, indirectement, les oiseaux de mer.

131La richesse ichtyologique du courant de Humboldt est assez extraordinaire, 800 espèces dont 100 autochtones, mais ces nombres concernent la côte centrale de Pisco à Punta Aguja et encore diminue-t-il en quantité et diversité vers le Nord où l’insolation trop vive et les eaux chaudes repoussent le plancton dans les profondeurs. Les intrusions vers le Sud du contre-courant équatorial ou celles des eaux tropicales du large sont suivies du retrait des poissons vers le Sud ou vers le fond. Aussi l’anchoveta, anchois de 10 à 14 cm de long (Anchoa et Engraulis Rigens), qui évolue dans des eaux de 17 °C et se nourrit de plancton végétal, est-il peu abondant au Nord de Chimbote alors que l’on en pêche entre 5 et 7 millions de tonnes par an de Pisco à Chimbote, destinés à la production de farine de poisson.

132Le Nord, par contre, est le domaine de la bonite (Sarda Chilensis), petit thon blanc acheminé vers les conserveries et de multiples espèces de poissons de consommation fraîche, telles les Corvina (Micropagon altipinnis), les lenguados, limandes du Pacifique et les Cabrillos ou Serrans (Paralabrax humeralis). Au Nord de Punta Aguja, on rencontre encore ces espèces auxquelles s’ajoutent de plus en plus fréquents, au fur et à mesure que l’on pénètre dans les eaux chaudes, les thons à nageoire jaune, des squales, les requins-bonites, et les requins-toyos de 1 à 3 m, les « mangeurs d’hommes » (Carcharodon Carcharias), requins gris-bleus qui atteignent 12 m et pèsent jusqu’à 2 t. Des requins-marteaux et enfin les plus grands spécimens d’espadons connus ont été pêchés au large de Cabo blanco.

133Les mammifères sont bien représentés avec la gamme des cétacés et celle des pinnipèdes. La première est presque complète avec la baleine bleue géante, la baleine à fanons et le cachalot dont près de 1 200 à 1 600 exemplaires sont pêchés chaque année à partir de Paita dans le Nord. Les dauphins deviennent un élément familier de toutes les plages au Nord des Illescas et les otaries, par contre, affectionnant les eaux fraîches, diminuent considérablement sans disparaître toutefois à partir de Punta Aguja. On les voit actuellement surtout dans les îles Lobos qui témoignent de leur existence par leur nom (loups de mer) et nous en avons vu très exceptionnellement sur les plages aux abords escarpés du Cerro Eten. Le lion de mer ou énorme phoque à crinière a pratiquement disparu.

134Les crustacés, notamment les langoustes et les crabes bleus, affectionnent les lieux de rencontre des courants et aussi se pêchent-ils entre Lobitos et Zorritos. Les coquillages, peu développés au Sud de Punta Aguja, se rencontrent en quantités croissantes vers le Nord, notamment à Tumbes, les huîtres, les moules et les arcas noires, les conchas negras à la chair très appréciée.

135Les oiseaux de mer complètent ce tableau très riche de la faune océanique, surtout au Sud de Punta Aguja, puisqu’ils sont étroitement tributaires des grands bancs de petits poissons eux-mêmes liés au plancton des eaux froides. Les manchots subsistent seulement sur les îles Lobos où ils évoquent avec les Pinnipèdes l’océan polaire d’où ils sont venus en suivant le courant froid. Les cormorans de Bougainville, les Fous variés et les pélicans bruns accrochent leurs nids à toutes les falaises escarpées ou sur les îlots déserts et s’y reposent en bandes compactes de milliers d’individus, accumulant des épaisseurs de guano considérables que le climat sec a conservé au point d’en faire la principale richesse du pays dans la deuxième moitié du siècle dernier.

136La flore et la faune côtières septentrionales sont donc d’une grande richesse et d’une variété surprenante. La substitution de la savane arborée au désert, les coupures des rivières pérennes, l’abaissement et l’amincissement de l’obstacle andin entre l’Amazonie et la côte expliquent cette biogéographie privilégiée à laquelle n’échappe pas l’océan lui-même, lieu de rencontre entre les eaux froides et les eaux tièdes. C’est bien cet affrontement entre les caractères désertiques tièdes et tropicaux chauds et humides qui originalise le paysage et la vie de la côte septentrionale.

E. — LES SOLS

137Les sols sont assez uniformes dans toute cette zone en fonction de la relative unité de la roche mère et du climat. La matrice est en effet un mélange d’alluvions descendues de la Sierra et de limons et de sables éoliens. Les alluvions provenant de rivières qui ont toutes traversé successivement, depuis leur bassin de réception, les épanchements volcaniques, les masses calcaires du crétacé, puis le batholite granitique au Sud et des terrains paléozoïques métamorphisés au Nord, présentent donc une grande uniformité, une richesse et un équilibre minéral assez grand.

138Ces alluvions, en dehors des sables (10 à 40 %), sont essentiellement limoneuses, pour 30 à 60 % et les argiles des montmorillonites et parfois des illites mais rarement des kaolinites n’y entrent donc que pour 10 à 30 %. Les limons éoliens qui ont pu recouvrir çà et là les terrasses paraissent des des alluvions fines des deltas découverts par la régression du dernier glaciaire entraînées vers le continent par le vent. Ils recouvrent en effet uniformément vieilles et récentes terrasses et le phénomène s’est interrompu avec la transgression flandrienne et ce sont uniquement des sables que l’alizé Sud et la brise de mer poussent actuellement vers le continent, recouvrant à leur tour les limons éoliens.

  • 24 Dollfus (O.), 79.

139La matrice est donc composée de trois éléments stables du Sud au Nord, sauf à Tumbes, et ce sont les proportions de sable, de limons et d’argiles qui vont la différencier initialement. L’âge des terrasses intervient ensuite de façon décisive. Les plus anciennes et les plus hautes ont connu des climats moins arides, sinon sur place du moins dans la Sierra et d’importants processus de percolation provoqués par des balancements verticaux de nappes phréatiques ont formé des croûtes superficielles ou encore cimenté un matériel généralement beaucoup plus grossier en rapport avec un climat à grosses averses24 et, très probablement, des soulèvements tectoniques pleistocènes. L’actuel climat aride prive cette matrice de toute évolution bio-climatique dans le Sud et la ralentit considérablement encore dans le sahel et seuls les sols de savane forestière du Nord de Tumbes échappent à cette rigueur stérilisatrice. Mais l’homme fait évoluer les sols par l’irrigation.

1. LES REGOSOLS ET LES CROUTES

  • 25 Taltas (P.), communication orale.

140Sur les grands glacis d’accumulation qui s’étendent au pied des reliefs rocheux et sur les vieilles terrasses alluviales le sol est généralement recouvert par une croûte superficielle. Il s’agit dans la quasi-totalité des cas d’une cimentation gypseuse du matériel alluvial, donc plus d’une induration, d’un encroûtement, que d’une croûte véritable. Ces dernières existent pourtant entre le Piura et le Chira et un peu au Nord de ce fleuve au sommet des conglomérats, et l’hydro-géologue Taltas25 les attribue à des battements de nappes phréatiques entre les marnes gypsifères du Miocène et la surface.

141Le gypse semble provenir en effet de deux sources, marine à l’aval, et de la décomposition du feldspath à l’amont. Il semble difficile d’attribuer les encroûtements gypseux des grands glacis de San Lorenzo dans le vaste cône plio-quaternaire commun au Piura et Chira à une origine marine que l’altitude, 360 m, et l’absence du Miocène excluent. Ces couches très dures forment les regs les plus solides, recouverts par une fine pellicule de sable éolien et parfois par du matériel de glacis d’érosion, galets fracturés et sables très grossiers, tandis que les sables fins mobilisés par le vent filent sur la surface plane, se groupent en barkhane ou se fixent en nebkas, laissant toujours de larges couloirs de reg apparent.

142Des terrasses marines à lumachelle très dure apparaissent à partir du désert de Sechura, à l’aval du piémont et, enfin, des croûtes ferrugineuses violettes sont visibles sur le sommet des plus vieux épandages pleistocènes au Nord du Chira, témoignage de climats tropicaux à saison humide. Toutes ces terrasses indurées peuvent être recouvertes de limons éoliens de la dernière régression glaciaire et on se retrouve dans un cas de sol extrêmement jeune, sans horizon humifère et non lessivé, équilibré minéralement.

2. LES SOLS BRUNS ALLUVIAUX

143Initialement, il s’agit de lithosols en l’absence de précipitations et de végétation. La texture varie suivant l’importance des sables éoliens entrant dans le complexe alluvial essentiellement composé de limons et d’un peu d’argiles. C’est donc une texture relativement légère à l’amont des deltas et très légère à l’aval exposé aux migrations des sables littoraux. La structure est élémentaire et la floculation serait assez faible en raison de la faible part des coloïdes si les nombreux ions de calcium non hydratés ne la facilitaient par ailleurs. Par contre, la cimentation reste très faible, faute d’humus, et les agrégats sont peu développés.

144Il en résulte des sols faiblement grumeleux à bonne porosité capillaire mais à porosité non capillaire médiocre, ce qui revient à dire que ces matrices alluviales respirent moyennement mais ont un pouvoir de rétention d’eau considérable que seule l’adjonction de sables modifie dans le sens inverse, le sol respirant mieux et retenant moins. Ils évoluent vite, sous ce climat tiède ou chaud, vers des sols bruns par l’action de l’irrigation. Si l’on évite l’écueil d’un lessivage par un arrosage trop fort d’un sol limoneux faiblement grumeleux, il se forme en cinq à dix ans un sol brun du type step-pique, l’humus de la végétation et l’eau d’irrigation favorisant la cimentation d’agrégats. On a alors des sols d’une texture et d’une structure exceptionnelle. Il est noter que dans le sahel cette évolution est favorisée par les pluies et par la savane temporaire et les sols de la pampa d’Olmos sont réputés pour leur fertilité.

145La composition minérale est assez favorable puisque les sols ont un pH qui varie de 7 à 9,6 du Sud au Nord, et en général supérieur à 8, avec bien naturellement de nombreuses nuances locales. Le calcium est abondant ainsi que le potassium. Pour ce dernier, l’irrigation en augmente le poids disponible. Initialement, un hectare non irrigué contient en moyenne, dans la zone de Casa Grande du Chicama, 127 kg/ha disponible et 273 kg se libèrent du sol par suite de l’arrosage à raison de 18 000 m3 par hectare. Le phosphore y est encore relativement abondant aussi. L’azote est par contre presque absente. Les engrais verts, les légumineuses, le guanc puis les nitrates, notamment le nitrate d’ammonium dont on fait un grand usage, ont enrichi les sols.

TABLEAU 5. Résumé des analyses de 143 échantillons de sols dans le département de Lambayeque

TABLEAU 5. Résumé des analyses de 143 échantillons de sols dans le département de Lambayeque

NOTA. — Analyses effectuées par le laboratoire du S.I.P.A. de la II zona agraria de Lambayeque en 1963-1964, sur les districts de Lambayeque, Muy Finca, Motupe, Paçora, Chongoyape et Chiclayo.

3. SOLONETZ, SOLONCHAK ET GLEYS

146Les sols bruns steppiques sont menacés par une salinité trop forte provenant non plus des bases mais des chlorures et des sulphates allogènes. Plusieurs causes sont responsables de cet état salin. Au bord de l’océan, les déferlements des énormes rouleaux et la forte brise marine entraînent le sel loin à l’intérieur des terres, parfois à plus de deux kilomètres, stérilisant les sols. Mais ce sont surtout les percolations de la nappe phréatique à travers un sol limoneux de texture fine qui sont la cause principale des efflorescences salines qui ruinent des milliers d’hectares à l’aval des Virú, Saña et Chancay et plus d’une vingtaine de milliers d’autres dans le Bas Piura.

147Ici, le mécanisme a été expliqué par la stratigraphie des terres du delta. Se succèdent en effet, de haut en bas, une couche limoneuse, une couche sableuse et enfin un lit d’argiles compactes (greda). Les eaux d’irrigation de l’amont, où plus de 50 000 ha reçoivent entre 7 000 et 12 000 m3 chacun, dissolvent les sels et s’écoulent dans la couche sableuse, ne pouvant s’infiltrer à travers les argiles compactes. Arrivés près du niveau de la mer, les sables constituant un grand réservoir d’eau salée, la nappe phréatique affleure ou encore, par capillarité dans la couche supérieure de texture fine les eaux salées remontent et s’évaporent laissant de larges efflorescences blanches à la surface. Chlorures et sulfates forment ainsi des solonchak en Bas Piura et Basse Leche sur de grandes étendues, et encore sur quelques milliers d’hectares pour les embouchures de tous les autres rios. Sur les terrasses intermédiaires et plus à l’amont, les sols évitent ces problèmes mais les terrasses inondables sont par contre victimes de ce phénomène, comme à Tuman et Pomalca du rio Chancay, où les sols évoluent comme des solonetz.

148L’argile reste dispersée et s’accumule dans un horizon B très compact tandis que des efflorescences noires d’humates alcalins et de carbonates de soude se forment en surface. Les sols originaires de pH alcalin élevé sont, en effet, lessivés par la grande irrigation. Enfin, l’engorgement de certaines zones par une nappe phréatique trop proche de la surface mais composée par des eaux douces et non salées aboutit à l’asphyxie du sol et à la formation de Gleys. C’est le cas des zones marécageuses en aval de Ferrañafe, à Mocce en Lambayeque et de l’aval du Jequetepeque, au pied du Cerro Sanjón. Au total, les sols de la zone septentrionale sont essentiellement des lithosols alcalins bien équilibrés en matières minérales et de haute fertilité à condition d’y ajouter des nitrates, à texture sablo-limoneuse et à structure très légèrement grumeleuse ayant de très grandes qualités de rétentions d’eau ou, encore, des sols argileux favorables à la riziculture qui évoluent grâce à l’arrosage et aux apports de matières organiques vers des sols bruns. Ils sont malheureusement menacés par une irrigation massive, les uns de lessivage en amont, d’autres de salinisation par percolation d’eaux salées, d’autres enfin par engorgement de nappes, phréatiques, rançon de gros travaux d’irrigation qui n’ont pas toujours été accompagnés de systèmes de drainage suffisants.

F. LES EAUX SUPERFICIELLES ET SOUTERRAINES

149La vie des sols, des plantes et des animaux et tout établissement humain permanent de quelque importance dépendent des eaux descendues de la Sierra plus ou moins proche. Les fleuves côtiers les plus puissants ont créé les oasis les plus importantes et fixé le plus grand nombre d’hommes et permis leur évolution la plus rapide à chaque stade de civilisation. Les eaux souterraines au Nord du rio Casma permettent la colonisation des terrasses sèches intermédiaires par les caroubiers et les acacias qui ont été mis à profit par les éleveurs. Elles ont aussi plus récemment été utilisées par de grandes villes industrielles de 10 000 habitants comme Trujillo, Chiclayo et Piura et elles fournissent un appoint considérable aux grandes cultures industrielles. Eaux superficielles ou souterraines sont les uniques sources de vie dans le Nord côtier à de rares et faibles exceptions près, mais l’irrégularité de leur distribution géographique et de leur régime hydrologique forment de véritables goulets qui imposent à la nature et à l’homme les termes implacables de leur développement.

1. UNE HYDROGRAPHIE DE PIEMONT DESERTIQUE

150Les cours d’eau autochtones de la Côte nord, même dans la tropicale Tumbes, n’existent pas autrement qu’à l’état de rigoles sans hiérarchie rejetant, au prix de mille détours imposés par des contrepentes d’origine éolienne, l’eau des averses exceptionnelles entre Trujillo et Zorritos et l’eau des faibles pluies estivales plus au Nord. Il n’y a pas de fleuves côtiers, au sens géographique, mais des réseaux hydrographiques d’origine andine traversant la côte pour se jeter dans l’océan Pacifique.

151Le bassin de réception situé entre 2 000 et 5 000 m au Sud du Chancay et entre 1 000 et 3 000 m plus au Nord, est tout entier montagnard. La gorge de raccordement, sciant le batholite au Sud et les terrains paléozoïques au Nord, voussés l’un et l’autre jusqu’au Quaternaire, est encore désertique jusqu’au rio Chancay et seuls les cours moyens de La Leche, du Piura, du Chira et de son affluent le Quiroz reçoivent des précipitations estivales, faible et occasionnel appoint. La quasi-totalité des eaux écoulées par ces fleuves provient en effet des pluies sur leur bassin supérieur en dehors des précipitations exceptionnelles, tous les quinze à cinquante ans. Le rio Tumbes lui-même reçoit ses eaux de la cordillère côtière, le bassin de réception étant du reste situé, dans sa majeure partie, en territoire équatorien.

152La bande côtière est désertique, mais se confondant avec le piémont d’une haute chaîne relativement bien arrosée, elle bénéficie donc de masses d’eau importantes et allogènes (fig. 19).

2. LE BILAN HYDRIQUE

153Il demeure très aventuré de faire des calculs sur le bilan hydrique parce que les stations en altitude restent non seulement peu nombreuses mais aussi, le plus souvent, ne fonctionnent que depuis quelques années. Or, dans cette zone où l’irrégularité des pluies est extrême, le faible recul dans le temps dont on dispose exclut de faire des moyennes approchées. On ne connaît, même approximativement, aucune des données élémentaires, ni la hauteur d’eau tombée sur le bassin de réception pour chaque altitude, ni celle pour chaque enfoncement à l’intérieur de la cordillère ce qui importe beaucoup. On connaît mal par ailleurs la superficie des bassins de réception faute de cartographie satisfaisante de la Sierra.

154On ignore, d’autre part, l’évapotranspiration aux différents étages. On approche, enfin, du quotient de l’évaporation à la somme des précipitations, c’est-à-dire du bilan que par les observations faites sur les débits des rivières, effectuées généralement à la tête des vallées côtières dans le domaine aride. Les eaux souterraines sont encore très mal mesurées or, entre la tête de la vallée et les bouches de la rivière il y a des infiltrations et des résurgences qui modifient parfois considérablement les débits superficiels.

155Dans de telles conditions, les calculs effectués sur les bassins-versants restent illusoires. Prenons cependant l’exemple du Jequetepeque. On dispose de trois stations en altitude, Namas à 1 925 m qui a reçu en moyenne depuis 1957 750 mm par an, Huacraruco à 2 800 m reçu 1 010 mm et Chontayoc à 3 000 m 1 200 mm. Mais Chontayoc, qui est en fait plus ancienne, a reçu entre 1940 et 1960 1 500 mm de moyenne au lieu de 1 094 mm entre 1957 et 1965 ! Les hydrauliciens ont proposé l’échelle suivante (tableau 6) avec le coefficient de base 1 à 3 000 m et au-dessus et des coefficients correspondant aux autres altitudes de 1 000 m en 1 000 m, d’après deux points seulement. Il tomberait ainsi 2,6 milliards de m3 par an sur le bassin de réception pen dant une période considérée comme très sèche entre 1957 et 1960 et pendant cette période on a enregistré à la tête du delta des masses totales écoulées de 1,18, 0,57, 0,88 et 0,62 milliards de m3, soit une moyenne de 0,81 x 109 ou 34 % des précipitations et un déficit d’écoulement de 66 % qui nous paraît exagéré, la végétation et la température étant assez faible à partir de 2 000 m. D’autre part, la hauteur des pluies tombées entre 1 000 et 2 000 m, 525 mm, retenue par les auteurs du rapport, nous paraît optimiste puisqu’à 1 000 m, il tombe 250 mm et à 1 900 m 750 mm.

LES RESEAUX HYDROGRAPHIQUE DE LA COTE NORD

LES RESEAUX HYDROGRAPHIQUE DE LA COTE NORD

TABLEAU 6. Estimation des masses d’eau tombées sur le bassin du Jequetepeque entre 1957 et 1960

TABLEAU 6. Estimation des masses d’eau tombées sur le bassin du Jequetepeque entre 1957 et 1960

1. D’après les observations et les calculs de Soldi, Chavez y Cia, Jequetepeque, p. 17, 264.

156Les écoulements calculés sur les bassins hydrographiques totaux ne présentent guère d’intérêt. Savoir que le Tumbes, le Chira, le Piura, le Chancay ont des écoulements moyens respectifs en 1/s/km2 de 21,8, 6,8, 3,4 et 11,2 ne fait que souligner la part désertique relative des bassins mais n’a aucune signification sur les déficits d’écoulement relatifs entre ces bassins hydrographiques. Ce sont les régimes saisonniers et l’irrégularité des volumes annuels qui peuvent actuellement caractériser des fleuves dans leur cours côtier.

3. LE REGIME SAISONNIER

157Il est fortement accentué dans une région où les précipitations accusent des rythmes saisonniers très marqués. A l’alternance tropicale de l’été pluvieux et de l’hiver rigoureusement sec répond donc une oscillation des débits de forte amplitude (fig. 20 et tableau 7).

158On peut distinguer cependant trois catégories de fleuves côtiers, suivant qu’ils sont systématiquement, éventuellement ou jamais à sec pendant les mois d’été. A la première correspondent les chao et Chamán en Libertad et les Bocapân, Zarrumilla en Tumbes qui sont des Ouadi. Dans la seconde, il faut ranger les rios Virû, Moche, Leche et Piura dont le module mensuel minimum tombe souvent à moins de 1 m3, et parfois à 0, entre juillet et septembre en amont des oasis, pour devenir nul au milieu du grand cône et retrouver par résurgences d’affleurement de nappe phréatique quelques mètres cubes tout en aval. Les autres fleuves sont pérennes, dont le Jeque-tepeque, le Chancay, le Piura, le Chira et le Tumbes où le même module mensuel minima à la tête des deltas ne descend pas au-dessous de 3 m3, et les rios Sana et Chicama où il s’abaisse parfois entre 1 et 2 m3.

FIG. 20. Volumes mensuels des fleuves côtiers du Nord

FIG. 20. Volumes mensuels des fleuves côtiers du Nord

Figure 21. MODULES MENSUELS

Figure 21. MODULES MENSUELS

TABLEAU 7. Régime des fleuves côtiers : volume moyen et module mensuels et annuels

TABLEAU 7. Régime des fleuves côtiers : volume moyen et module mensuels et annuels

1. VM : Volume moyen mensuel en 10° m3.
2. M : Module mensuel en m3/s.
SOURCES : Servicio de agrometeologia e hidrologia 179, et O.N.E.R.N.. 203.

159Le régime est surtout contrasté accusant, en effet, de fortes différences entre les modules maxima de février-mars et les modules minima d’août-septembre. On constate (fig. 21 et tableau 7) que les modules mensuels moyens du Chicama, au Sud du Chancay au centre du Chira au Nord, varient respectivement de 5 à 101 m3/s, 7 à 70 et 30 à 320, soit des rapports de 20 au Sud, 10 au centre, 11 au Nord, le Tumbes tropical n’échappant pas au régime national avec 29 et 318 m3 et donc un rapport de 11 aussi. Pour les rivières moyennes des mêmes zones, le Moche au Sud avec 0,74 à 34,17 m3 et le Piura au Nord avec 1,1 à 110,8 m3 présentent des rapports encore plus forts, 45 et 100, alors que les rivières moyennes du centre, la Saña et La Leche, accusent des différences moindres avec 2,3 à 17,5 m3 et 2,8 à 17,2 dues, semble-t-il, aux énormes masses calcaires dans lesquelles s’impriment leur bassin de réception.

160Mais il s’agit de modules mensuels moyens et, certaines années, les différences entre les modules mensuels d’été et d’hiver sont beaucoup plus fortes, les records étant tenus par le Chicama au Sud avec 569 et 4 m3/s, en 1915, tandis que les volumes d’eau totaux écoulés en janvier et février se montaient à 2,56 x 109 m3 et pour les dix autres mois à 0,42 x 109 m3, dont février avec 1,37 x 109 m3 et août avec 0,01 x 109 m3, soit des rapports de 142 pour les modules mensuels et 133 pour les volumes mensuels totaux extrêmes. Au centre, le Chancay présente des inégalités aussi fortes en 1925, avec 1 462 et 6 m3/s en mars et septembre et 1,23 et 0,015 X 109 m3 pour les mêmes mois, soit des rapports respectifs de 77 et 80. Au Nord, le rio Chira a successivement connu en février et novembre 1961 des modules de 1 384 et 20 m3/s et des volumes totaux de 3,34 et 0,05 X 109 m3, soit des rapports de 69 et 64. Les inégalités vont en diminuant du Sud au Nord par suite de la prolongation de la saison des pluies sur la Sierra. Ainsi, pour le Tumbes, les plus grands rapports connus, en 1953, sont de 40 et 39 seulement, ce qui reste évidemment encore très important.

4. LES CRUES

161La vie de la rivière est certes rythmée par les pluies saisonnières mais ni la période ni l’amplitude des oscillations n’offrent, en aucun cas, l’aspect régulier des crues de régime tropical. Le volume annuel est irrégulier à l’extrême, l’époque des montées des eaux est variable et, surtout, les hautes eaux ne constituent pas une courbe unique montante puis descendante mais des dents de scie très pointues. Le débit est donc sujet à des pulsations brutales dont la fréquence et l’amplitude très inégales déterminent des volumes annuels aussi différents.

a) L’irrégularité annuelle

162Les fleuves côtiers connaissent des alternances d’abondance très marquées, suivant des cycles climatiques irréguliers de sécheresse et de pluies dans la Sierra. Les tables de volumes annuels (fig. 22) montrent pour les trois fleuves représentatifs de la côte du Sud au Nord de très grandes inégalités annuelles extrêmes de l’ordre de 1 à 12 en Chicama (1911-1960), de 1 à 6 pour le Chancay (1914-1964) et le Chira (1937-1966). Le tableau 8 exprime d’autre part deux faits essentiels qui achèvent de tracer le caractère difficile de rivières pourtant destinées à l’irrigation. Entre 44 % et 72 % des volumes annuels totaux sont compris entre — 25 et +25 % de la moyenne ; entre 14 et 24 % sont inférieurs de 25 à 50 % à la moyenne et encore 14 et 16 % pour le Chicama et le Chira, inférieurs de plus de 50 %. Enfin la courbe de la figure 22 laisse apparaître des séries irrégulières d’années humides et sèches, en général de l’ordre de deux à quatre années, mais de longues sécheresses telle celle de 1958 à 1964 peuvent se présenter cependant. Il ne peut être question d’enfermer ces variations dans des cycles mathématiques en l’absence d’observation séculaire mais de constater que les années humides et sèches sont grossièrement groupées. On peut également noter que pour le Chicama et le Chancay, et c’est également vrai pour toutes les rivières au Sud du Chancay, le volume annuel moyen des vingt-cinq premières années est plus fort que celui des vingt-cinq dernières soit 960 et 808 X 109 m3 pour le Chicama et 1 040 et 750 X 109 m3 pour le Chancay. Assèchement progressif et général comme le prétend la tradition agricole ou cycle de période plus longue ? Cela reste impossible à établir, mais il demeure incontestable que les fleuves andins qui traversent la Côte nord connaissent des séries accentuées de sécheresse depuis 1935, entre les grandes crues de 1941, 1953 et 1965.

TABLEAU 8. Fréquence des volumes annuels en fonction de la moyenne

TABLEAU 8. Fréquence des volumes annuels en fonction de la moyenne

1. Sur 50 années de 1911 à 1960.
2. Sur 50 années de 1914 à 1963.
3. Sur 25 années de 1937 à 1965 (1943, 1949 et 1950 n’ont pas été enregistrées). D’après Boletin de Estadistica meteorológica hydrológica, n° 2, 6 et 10, 179, et la communication de l’ingénieur Arturo Cornejo t. au symposium des déserts côtiers de Lima, 65.

Figure 22. VOLUMES ANNUELS

Figure 22. VOLUMES ANNUELS

FIG. 22. — Rio Chicama.

b) Les débits

163Si les modules mensuels reflètent déjà des contrastes saisonniers heurtés de l’ordre de 30 à 100, les débits maxima et minima expriment des variations incomparablement plus fortes.

164Dans le Sud, le petit rio Moche connaît en mars 1933 un débit de 550 m3/s et à plusieurs reprises entre juin et novembre des débits de 0,7 m3/s soit le rapport 1 300 entre les extrêmes. Mais alors que 1933 possède le record de volume annuel de 1912 à 1967 avec 738 millions de mètres cubes dont 690 de janvier à avril, ces quatre mois connaissent cependant des débits maxima et minima de 21 et 5, 148 et 12, 550 et 19 et 178 et 18 m3/s. Le record du débit absolu est du 8 janvier 1948 avec 557 m3/s, mais le précédent record en 1933, 550 m3/s était d’un mois de mars. Dans le premier cas on a eu deux grandes crues dans le seul mois de janvier, séparées par un maigre de 24 m3/s (fig. 23). On compte pour les vingt années où le volume annuel moyen a été dépassé depuis 1914, une moyenne de six crues de cinq à sept jours de décembre à avril.

FlG. 23. Modules quotidiens du rio Moche en janvier 1948

FlG. 23. Modules quotidiens du rio Moche en janvier 1948

FIG. 24. Modules quotidiens du rio Chira en février 1943

FIG. 24. Modules quotidiens du rio Chira en février 1943

165Le rio Chicama connaît pour mars et novembre 1933 des débits extrêmes de 1 441 et 3,17 m3 et, au cours du même mois de mars 1933, le débit tombe de 1 444 à 189 m3/s et il y aura de décembre 1932 à avril 1933 sept crues faisant passer le débit d’au moins du simple au quintuple.

166Dans le Nord, le fantasque rio Piura connaît en 1943 des débits extrêmes de 1 770 et 0,3 m3/s et au cours du seul mois de février subit deux maigres de 5 et 67 m3 et deux crues de 910 et 1 600 m3 avec donc le rapport 320 entre les débits extrêmes dans le même mois de saison pluvieuse.

167Le Chira, rivière pérenne, voit, toujours en 1943, son débit passer de 6 500 à 13 m3/s entre février et novembre, soit un rapport de 500, et de 6 500 à 185 m3/s en février, soit un rapport encore élevé de 35 en période de crue. De janvier à la mi-avril, les riverains fuient devant neuf crues et la moyenne des pulsations du simple au quintuple depuis 1937, de janvier à avril, s’établit à 6 et chaque pulsation s’étend sur trois à six jours (fig. 24).

168Les fortes crues sont donc toutes bien localisées entre janvier et avril, mais au cours de cette période, elles peuvent survenir à n’importe quel moment et ne durent que quelques jours, les débits accusant en saison humide des variations de 1 à 250 m3/s dans le Sud à 1 à 35 m3/s dans le Nord.

169Aussi, à l’irrégularité annuelle déjà catastrophique s’ajoute la violence des crues puisque 80 % de l’eau s’écoule en soixante jours. L’irrégularité fait succéder années sèches et années trop abondantes au cours desquelles l’eau se perd dans la mer et, aux crues, il faut attribuer non seulement des inondations mais aussi, parfois même en année sèche, l’impossibilité de capter toute l’eau et de la voir ainsi partir vers l’océan.

5. LA SALINITE ET LA SEDIMENTATION

170Les éléments en suspension sont inévitablement importants dans des rivières qui parviennent sur le piémont après avoir parcouru entre 50 et 250 km et descendu entre 3 000 et 4 500 m à une allure torrentielle dans leur section andine. Les lits sont encombrés à la tête des grands cônes de galets puis de graviers et de sables et leur rehaussement posent des problèmes, du moins à l’amont du piémont. Dès la section moyenne et ensuite vers l’aval, le moindre débit du fleuve depuis le dernier pluvial ayant entraîné un entaillement du cône, la faible charge du rio est composée essentiellement de limons arrachés aux versants du bassin de réception à plus de 2 000 m, dans le Sud, et de limons et de montmorillonites formées entre 1 000 et 3 000 m sous un climat tropical, au Nord.

  • 26 Proyecto de Tinajones, 185; Estudio de Planificacion, Aprovechamiento de agua de las cuencas de Pi (...)

171Les crues brutales consécutives à de fortes pluies en Sierra augmentent considérablement la charge de rivières qui ne rencontrent aucun réservoir naturel ou anthropique où elles puissent se décanter, aux seules exceptions récentes des barrages de San Lorenzo et Tinajones. Cette charge solide est donc extrêmement variable comme le débit. Des études précises ont été effectuées par les hydrologues chargés des travaux préliminaires des dérivations du Chancay et du Chira26. Pour ce dernier fleuve, la charge solide varie de 2 à 16 g/1 suivant un débit de 100 à 4 000 m3/s et représente une charge totale par jour de 100 à 10 000 tonnes par jour de sédiments. La sédimentation totale dans le barrage de Poechos atteindrait 530 millions de m3 en cinquante ans. Par contre, cette sédimentation, à raison de 2 à 16 g/1, est une bénédiction pour les terres irriguées et de ce point de vue les paysans redoutent les effets de décantation des réservoirs de retenue. En moyenne, les ingénieurs de Tinajones ont estimé qu’une terre située au cœur du cône alluvial du Chancay recevait pour 12 000 m3 d’eau par hectare et par an à 1,5 g/1 de moyenne, une charge de 18 t par hectare. Or, ces éléments sont équilibrés sauf en période de grande crue où, surtout en amont, les canaux charrient des sables stériles.

TABLEAU 9. Analyse chimique des eaux des rios Moche, Virú, Jequetepeque et Chancay. (Milliéquivalents par litre.)

TABLEAU 9. Analyse chimique des eaux des rios Moche, Virú, Jequetepeque et Chancay. (Milliéquivalents par litre.)

SOURCES : D’après A. CORNEJO, 65.

172La salinité est généralement faible, du moins à la tête des cônes alluviaux, le pH est alcalin et les divers sels en solution constituent des apports nutritifs. Les eaux du rio Moche à certaines époques de faible débit présentent une singulière baisse du pH qui passe à 5,4 ; cette acidité a été attribuée aux eaux de lavage des minerais de cuivre et plomb des mines du haut cours (tableau 9).

173Enfin, la proportion de CINa augmentera pourtant vers l’aval de tous les fleuves dont le lit sert de collecteur des eaux de drainage, atteignant parfois des seuils dangereux.

174Au total, les particules en suspension et les sels en solution sont un des facteurs très positifs de l’amélioration des sols par irrigation sur toute la côte Nord.

6. LES EAUX SOUTERRAINES

175Il faut en effet ajouter aux ressources hydrauliques superficielles les eaux infiltrées dans un piémont dont le matériel terrigène se prête à leur emmagasinement et à leur circulation. La grande taille des cônes alluviaux, leur altitude dépassant souvent 300 m à la tête, leur composition hétérogène surtout, faisant alterner les lits de galets et de sable ont favorisé l’étagement de nappes aquifères profondes. Distinctes de la nappe phréatique superficielle, elles constituent de véritables flux dynamiques, en charge depuis le contact des Andes et de leur piémont.

  • 27 Tumân et Pucalâ du Lambayeque et Casa Grande et Cartavio de Libertad.

176Leur connaissance demeure très pragmatique basée sur l’expérience très inégale des puits tubulaires forés par des agriculteurs. Certaines grandes haciendas sucrières27, de même que les entreprises chargées des études préliminaire des projets d’irrigation ont tenté d’établir les profils de ces nappes dynamiques. Ils sont donc relativement connus pour les rios Moche, Chicama, Chancay et Piura. Mais la complexité de la sédimentation terrigène des cônes alluviaux est telle que la notion de nappe doit souvent être ramenée à celle de flux, dont la largeur, le tracé et le profil paraissent n’obéir qu’à la disposition très complexe des constituants du cône. Enfin, des barres cristallines souterraines isolent de vastes secteurs des plaines alluviales. Seules quelques couches d’argiles compactes, les gredas, permettent une certaine hiérarchie.

177Dans la vallée du Chicama on distingue trois niveaux, le premier ou la nappe phréatique, de 5 à 1 m de l’amont vers l’aval, le second, de 25 à 15 m et le troisième de 50 à 35 m. Mais il en existe un quatrième reconnu sinon suivi et exploité à environ 70-90 m. On rencontre un étagement pratiquement semblable en Chancay et Moche, une nappe phréatique et trois flux dynamique. En Leche, le cône alluvial est barré à faible profondeur par le soubassement cristallin et les nappes sont en fait des poches mal reliées et mal alimentées aux eaux souvent saumâtres comme celles rencontrées par les ingénieurs du Fomento à Tûcume ou à Finca. Le Piura possède lui aussi quatre étages mais la nappe phréatique est mal alimentée et sujette à des baisses de l’ordre de 5 à 15 m en période de sécheresse et la seconde est chargée en eau saumâtre. La troisième entre 40 et 90 est abondante et fournit de l’eau douce. Une quatrième nappe enfin a été reconnue à 170 m (fig. 25).

FlG. 25. Croquis schématique des nappes aquifères du Bas Piura

FlG. 25. Croquis schématique des nappes aquifères du Bas Piura

FIG. 26. Courbe des niveaux des nappes aquifères pendant la sécheresse de 1950-1951. (Les puits 33 et 42 sont hors service.)

FIG. 26. Courbe des niveaux des nappes aquifères pendant la sécheresse de 1950-1951. (Les puits 33 et 42 sont hors service.)

178L’ensemble des flux dynamiques est en charge directe avec le cours montagnard du fleuve, seul le haut bassin recevant des pluies et les terrains cristallins barrant l’aval. Aussi sont-elles très sensibles aux sécheresses accentuées et leur niveau baisse-t-il en fonction d’une utilisation massive pendant les années sèches (fig. 26).

179Sur les rivières pérennes, Moche, Chicama, Chancay et Piura les eaux souterraines sont plus importantes que les eaux superficielles en saison sèche et notamment les eaux pompées représentent 70 % des eaux hivernales sur le rio Chicama. Leur importance est certaine mais leur connaissance reste encore très imparfaite et l’anarchie des forages a souvent empêché une étude systématique des profils et des débits.

180Les ressources hydrauliques de la côte sont donc allogènes mais très abondantes et c’est plus leur irrégularité annuelle et la brièveté et la violence des pulsations qui constituent les difficultés majeures de leur utilisation. Leur maîtrise par l’homme supposera au-delà du travail opiniâtre des générations, le contrôle des manifestations intempestives saisonnières et l’emmagasinement des excédents annuels.

CONCLUSION

181Le milieu de la Côte nord reste parmi les plus originaux qui puissent se rencontrer à la surface du globe. Cette plaine côtière, malgré sa situation sub-équatoriale, connaît en effet une aridité absolue dans sa moitié méridionale et des hivers frais. Apparemment, le cadre naturel est inhospitalier, mais il s’agit d’un piémont traversé par de nombreuses rivières pérennes et des oueds aux inféroflux abondants. Or, ceux-ci sont beaucoup plus denses et mieux alimentés que ceux de la côte centrale et méridionale. Les cours d’eau ont imprimé dans le désert des vallées et des cônes qui constituent avec leurs terrasses et leurs plaines alluviales de grandes superficies cultivables et facilement irrigables. Le milieu oppose donc en alternance des interfluves désertiques ou steppiques et de vastes oasis où l’homme va trouver des conditions favorables à son établissement. Les agriculteurs pourront facilement aménager les éventails des cônes deltaïques, cultiver des sols le plus souvent très fertiles et y diriger les eaux limoneuses des crues estivales. Or, les nuances climatiques propres au Nord interviennent pour favoriser encore plus la colonisation humaine. Le climat moins frais que dans le reste de la côte raccourcit les cycles agricoles de la canne à sucre et du riz et fait croître jusqu’à la maturité toutes les plantes ou fruits tropicaux. Le sahel avec ses caroubiers et sa savane occasionnelle est la seule formation végétale à permettre l’élevage sans irrigation et les forêts du haut piémont et des collines de Tumbes forment l’unique ressource en bois d’œuvre de toute la côte.

182Enfin, la position littorale facilite les relations par voie de terre en évitant les rudes obstacles des Andes et autorise le cabotage à partir de quelques abris naturels tandis que le courant de Humboldt recèle les richesses de sa faune qui accumulera indirectement les nitrates des îles et surtout fournira en crustacés et poissons toute la côte.

183Avec un milieu naturel qui allie un arrière-pays d’oasis de grande taille et de potentiel agricole très fertile à un littoral favorable à l’exploitation de la mer et aux relations commerciales, la Côte nord apparaît comme une zone privilégiée et apte à recevoir des sociétés de tout degré technique.

Notes

1 La mise en place des grands ensembles commence dès le Paléozoïque inférieur et, peut-être même, dès la fin du Précambrien par le creusement du géosynclinal andin qui se poursuit pendant tout le Paléozoïque et le Mézozoïque inférieur. En fait, à l’Ouest du géosynclinal, et ceci dès la fin du Paléozoïque inférieur, d’énormes accumulations de pélites sont soumises à des plissements qui les transforment en schistes et phyllades que trouent la montée de batholites granitiques suivis d’épanchements volcaniques.(a)
L’ensemble du Paléozoïque comprend donc essentiellement des schistes et phyllades injectés de filons de quartz et localement renforcés par des granites, des laves, surtout ryolithiques, où des gres, des conglomérats et des calcaires s’intercalent parfois, indiquant une sédimentation épicontinentale, voire des émersions, dans une guirlande insulaire volcanique. Tout ce matériel est plissé, diaclasé et même broyé au point d’être plus souple que sa couverture calcaire. Pendant le Trias et le Jurassique, les dépôts gréseux et les laves andésitiques du type de celles d’Eten s’interstratifient à l’Ouest dans des mers peu profondes et sont même marqués par des érosions et des dépôts continentaux tandis qu’à l’Est, sur l’emplacement de l’actuelle cordillère de Chachapoyas, les mers épicontinentales voient se déposer de très puissants bancs calcaires au Trias et au Jurassique, séparés par les marnes du Lias.
Le Crétacé est une période d’élargissement de la fosse andine dans laquelle s’entassent en épaisseur considérable conglomérats et craie. Dès cette période commence la lente montée du batholite côtier qui s’allonge sur plus de 1 400 km de la frontière chilienne à Chiclayo : elle va se poursuivre jusqu’au début du Miocène, laissant la masse considérable et continue des granodiorites émerger des marnes et grès du Crétacé inférieur, métamorphosés en schistes et quartzites.
Le Miocène voit succéder les grands épanchements de laves andésitiques aux remontées magmatiques et à la fin de cette période et au Pliocène a lieu la principale mise en place des chaînes occidentales de direction SSE-NNO, dite phase incaïque dans la terminologie de Steinman, puissant soulèvement vertical accompagné de décrochements par failles poursuivi à la fin Pliocène et au Quaternaire par la surrection à grand rayon de courbure de la phase dite « Quechua ».
Ce schéma applicable pour les Andes dans leur ensemble, se nuance cependant pour les Andes du Nord. En fait, les deux chaînes issues du nœud de Cerro de Pasco courant parallèles du SSE au NNW se rejoignent dans le Nord du Lambayeque vers l’Abra de Porcullo pour ne plus former qu’une chaîne qui s’infléchit alors vers le Nord-Est en pénétrant dans le territoires équatorien (fig. 2).
A leur pied, pendant toute l’époque tertiaire s’est élaboré un vaste bassin sédimentaire, constitué tour à tour par des sédiments de mer épicontinentale, lagunaires et même détritiques lors de phases de faible émersion tandis que les mouvements tectoniques basculaient vers l’Ouest l’Eocène mais laissaient pratiquement horizontaux le Miocène. Au Pliocène, les guirlandes d’archipels occidentaux dont la permanence remonte au Paléozoïque inférieur sont soulevés en bloc et forment la cordillère côtière, alignement de massifs discontinus, qui décrit un grand arc à partir de l’Equateur des Amotape de direction NE-SW à l’amande des Illescas, en passant par le fer à cheval de la Siila de Paita pour s’enfoncer dans l’océan Pacifique et ne plus paraître que dans les îles Lobos, où la chaîne immergée a pris sa direction parallèle aux Andes péruviennes centrales, NNW-SSE. Elle ne se rattachera plus au continent avant la presqu’île de Paracas.

2 Dollfus (O.), 77.

3 Collin Delavaud (C), 61.

4 Banco de Fomento, 17.

5 Ces terrasses seront décrites en détail pour chaque vallée dans la deuxième partie de l’ouvrage consacrée aux oasis.

6 Collin Delavaud (Cl), 61.

7 Ci-après, p. 48.

8 Il s’agit de l’alizé seul, sans l’apport de la brise marine qui le renforce considérablement entre 11 et 20 heures.

9 Humboldt, A. 116.

10 Le courant est alors appelé ainsi. Il sera baptisé ensuite Humboldt malgré plusieurs énergiques et modestes protestations du grand géographe. Les géographes américains ont repris le premier terme depuis une vingtaine d’années.

11 Schweigger, 249.

12 Id., ibid.

13 Instituto del Mar, 121, 122 et 123.

14 Schweigger (E.), 249.

15 Notamment les croisières 6503 de l’Explorador entre le 3 et le 22 mars 1965 et les croisières 6502 et 6602 de l’Unanue, entre les 29 mars et 22 avril 1965 et les 3 et 22 février 1966, auxquelles il faut ajouter les études systématiques entreprises en février et juillet 1966 en collaboration avec les sociétés de pêche de Chimbote, Chancay et Callao (opérations « Euraka », I, II et V).

16 Croisières 6503 et 6504 de l’Explorador.

17 Schweigger (E.), 249.

18 Pilgar Vidal. (J.), 226.

19 Oasis d’épiphytes mais aussi de graminées, de plantes vivaces et d’arbustes dues aux garúas hivernales sur la côte centrale et méridionale péruvienne.

20 La marge aride de la mosaïque forêt savane de Pierre Birot, 29.

21 Ci-dessus, p. 49.

22 Weberbauer (A.), 287 et 290.

23 Dorst (J.), 88, p. 29.

24 Dollfus (O.), 79.

25 Taltas (P.), communication orale.

26 Proyecto de Tinajones, 185; Estudio de Planificacion, Aprovechamiento de agua de las cuencas de Piura et Chira, 147.

27 Tumân et Pucalâ du Lambayeque et Casa Grande et Cartavio de Libertad.

Notes de fin

* Dollfus (O.), 81 ; Ollson, 206 ; Petersen (G.), 219 ; Welter, 292.

Table des illustrations

Titre Fig.2. CROQUIS GEOLOGIQUE DU NORD OUEST
Légende Légende : 1. Paléolozique. — 2. Batholithe côtier mésozoïque et céno-zoïque. — 3. Volcanisme tertiaire. — 4. Jurassique. — 5. Crétacé. — 6. Eocène-Oligocène. — 7. Miocène. — 8. Pliocène-Pléistocène. — 9. Holocène.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre Fig.З. Coupe de Huamachuco à Guanape (Libertad)
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 438k
Titre Fig.4 Coupe de Penachi aux Illescas
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Figure 5. Géomorphologie de la côte nord
Légende Légende : 1. Ligne de crête. — 2. Escarpement de faille. — 3. Escarpement de flexure. — 4. Falaise. — 5. Cordon dunaire. — 6. Talus. — 7. Formations éoliennes. — 8. Massifs anciens. — 9. Versant occidental des Andes. — 10. Bassins sédimentaires. — 11. Formations alluviales. — 12. Terrasses marines. — 13. Dôme. — 14. Cuvette fermée. — 15. Cônes de déjections.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 573k
Légende PHOTOS 1 et 2. — Le Chira au coude d’Amotape.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Légende Encaissement de l’auge alluviale dans le tablazo désertique.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 743k
Titre Fig. 6. – L’OASIS DU JEQUETEPEQUE
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Titre Fig. 7. Les terrasses du moyen Chira a Jibito en 1965
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 415k
Titre L’ANTICYCLONE SUD PACIFIQUE le 14/7/1965
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Titre REMONTEE HIVERNALE DE L’ANTICYCLONE Le 17-5-1967
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Figures 10 à 13 PROFILS DE TEMPERATURE DES EAUX SUPERFICIELLES Mars 1965
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Titre TABLEAU 1. Marriages maxima en 1967 (en mètres)
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 49k
Titre FIG. 14. Les composantes du vent à Pimentel et Chongoyape
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 250k
Titre TABLEAU 2. Températures sur la frange littorale au nord du Pérou (en degrés C)
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre FIG. 15. Courbes de températures mensuelles moyennes maxima et minima à Zorritos (Tumbes) et Trujillo (La Libertad)
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre TABLEAU 3. Humidité relative, ensoleillement, précipitations et évaporation dans la frange littorale du Nord côtier (1937-1963)
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Titre Figure 16. Situation le 28-3-1967
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 817k
Titre FIG. 17. Courbe des précipitations annuelles de 250 mm en fonction de l’altitude et de la latitude
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre TABLEAU 4. Fréquence des années pluvieuses en Tumbes, entre 1932 et 1960
Légende SOURCES : Instituto Nacional de Planificacion, 146.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Titre PHOTO 3. Erg de la dépression des phosphates du désert de Sechura
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre Figure 18. LES FORMATIONS VEGETALES DU NORD COTIER
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 387k
Titre PHOTO 4. Sahel d’algarrobos à Olmos (Nord du Lambayeque)
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Titre TABLEAU 5. Résumé des analyses de 143 échantillons de sols dans le département de Lambayeque
Légende NOTA. — Analyses effectuées par le laboratoire du S.I.P.A. de la II zona agraria de Lambayeque en 1963-1964, sur les districts de Lambayeque, Muy Finca, Motupe, Paçora, Chongoyape et Chiclayo.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre LES RESEAUX HYDROGRAPHIQUE DE LA COTE NORD
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre TABLEAU 6. Estimation des masses d’eau tombées sur le bassin du Jequetepeque entre 1957 et 1960
Légende 1. D’après les observations et les calculs de Soldi, Chavez y Cia, Jequetepeque, p. 17, 264.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre FIG. 20. Volumes mensuels des fleuves côtiers du Nord
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Figure 21. MODULES MENSUELS
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre TABLEAU 7. Régime des fleuves côtiers : volume moyen et module mensuels et annuels
Légende 1. VM : Volume moyen mensuel en 10° m3.2. M : Module mensuel en m3/s.SOURCES : Servicio de agrometeologia e hidrologia 179, et O.N.E.R.N.. 203.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre TABLEAU 8. Fréquence des volumes annuels en fonction de la moyenne
Légende 1. Sur 50 années de 1911 à 1960.2. Sur 50 années de 1914 à 1963.3. Sur 25 années de 1937 à 1965 (1943, 1949 et 1950 n’ont pas été enregistrées). D’après Boletin de Estadistica meteorológica hydrológica, n° 2, 6 et 10, 179, et la communication de l’ingénieur Arturo Cornejo t. au symposium des déserts côtiers de Lima, 65.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Titre Figure 22. VOLUMES ANNUELS
Légende FIG. 22. — Rio Chicama.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre FlG. 23. Modules quotidiens du rio Moche en janvier 1948
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre FIG. 24. Modules quotidiens du rio Chira en février 1943
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre TABLEAU 9. Analyse chimique des eaux des rios Moche, Virú, Jequetepeque et Chancay. (Milliéquivalents par litre.)
Légende SOURCES : D’après A. CORNEJO, 65.
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 165k
Titre FlG. 25. Croquis schématique des nappes aquifères du Bas Piura
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre FIG. 26. Courbe des niveaux des nappes aquifères pendant la sécheresse de 1950-1951. (Les puits 33 et 42 sont hors service.)
URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1302/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 88k

© Institut français d’études andines, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter