Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les régions côtières du Pérou septentrional

 | 
Claude Collin Delavaud

Introduction

Texte intégral

1La division régionale du Pérou est à la fois simple et bien contrastée. Trois grands ensembles géographiques, parallèles et de direction grossièrement méridienne, s’ordonnent à partir de la cordillère des Andes qui en forme l’armature, flanquée de part et d’autre de ses piémonts amazonien et pacifique.

2Ainsi l’architecture du Pérou assemble trois éléments : la Costa, la Sierra et la Selva, fortement individualisés par le milieu, les populations, l’occupation du sol et l’aménagement de l’espace. L’Amazonie, malgré des efforts récents de pénétration et de colonisation, reste un monde encore vide et dont la richesse demeure potentielle, sauf sur ses marges andines. La Sierra, qui fut le centre de gravité de l’empire inca et le siège d’une forte activité espagnole, n’est plus qu’un vaste centre d’exploitation minérale et un réservoir d’hommes et d’énergie, mosaïque de hautes contrées mal reliées, soumises à une économie coloniale et asphyxiées par la surpopulation rurale. La Côte, malgré des conditions climatiques rigoureusement arides, est un cadre favorable à l’occupation humaine. Les températures tièdes y sont clémentes à l’homme et aux plantes, la montagne toute proche fournit l’eau en relative abondance et la configuration du relief comme sa position littorale favorisent la vie de relations. De vieilles civilisations ont façonné pendant près de trois millénaires de vastes oasis admirablement bien aménagées, puis le vice-royaume des Indes y a bâti sa capitale, Lima ; enfin, la révolution économique et politique du siècle dernier et les bouleversements techniques du siècle présent ont fait de la Côte l’ensemble le plus peuplé, le plus productif et le plus dynamique du Pérou.

3Les caractères de la Côte ne sont cependant pas uniformes du Sud au Nord. L’aridité diminue du Chili à l’Equateur et les oasis augmentent donc en densité et en importance. L’occupation précolombienne avait déjà été marquée par des cultures régionales fortement originales au Sud et au Nord, mais la conquête espagnole, en bâtissant la nouvelle capitale sur la Côte centrale, va déterminer successivement l’établissement des grandes plantations créoles, du commerce, des banques et des industries à l’ombre de l’administration, déclenchant une migration humaine vers ce large marché de consommation et de l’emploi.

4La Côte sud, à la belle exception de la vaste et industrieuse oasis d’Arequipa, est pratiquement déserte et livrée à la seule exploitation minérale.

5La Côte nord est d’une tout autre facture. Sans disputer à la Côte centrale son rôle de premier plan dans la production agricole et industrielle et dans la conduite administrative et économique du pays, elle occupe le premier rang dans la hiérarchie des ensembles provinciaux par le niveau de sa production agricole et énergétique, par le total de son produit des exportations et par le revenu per capita de ses habitants. Elle forme, de surcroît, un groupe régional géographiquement original et homogène.

6Le voyageur qui se rend de Lima vers l’Equateur en longeant la Côte perçoit des nuances sensibles dans l’évolution du paysage au cours de la longue étape qui le mène de la vallée du Santa à celle du Virû, à travers 130 km de rivages ou de chaînons désertiques. La mer de stratus qui domine en permanence la Côte centrale, presque neuf mois par an, se fait moins dense et se déchire dans la matinée. Le soleil, si rare pendant tout le long hiver liménien, éclaire ici un décor sensiblement plus tropical. La patine gris jaunâtre qui recouvre uniformément les versants rocheux et les épandages désertiques de la Côte centrale va peu à peu évoluer vers des teintes plus vives. Les parois des versants passent au brun ou même au rouge et les grands glacis, suivant l’âge des terrasses, offrent une palette qui varie de l’ocre au mauve, tandis que l’alizé pousse vers le Nord des barkhanes de sable clair ou jaune vif. Le désert quasi absolu du Centre et du Sud se fait plus accueillant en Libertad quand les taches vertes des nebkas font suite aux coussinets gris sombre des épiphytes à brouillards et surtout, au nord de Lambayeque, quand il fait place à une steppe à caroubiers.

  • 1 Universidad agraria, 181
  • 2 O.N.P.U., 144.

7Les limites de ce domaine sont donc assez franches. Au nord, la frontière équatorienne correspond, à quelques faibles retouches près, historiquement, à celle de l’Audience de Quito et géographiquement, au terme de l’anomalie tropicale aride littorale. Au sud, si ethniquement, climatiquement et économiquement la zone septentrionale côtière commence bien, comme il a été vu, au-delà du grand no man’s land désertique qui sépare les oasis de Santa et de Chao, en revanche une certaine confusion administrative préside à sa délimitation. Le département d’Ancash, situé entre Lima et notre domaine, fut souvent et reste parfois inclus dans le Nord dans certaines statistiques. Enfin, contre toute cohérence géographique, on a tenté, chez certains planificateurs, de lier son sort à La Libertad en créant un « petit Nord » à l’imitation du Norte Chico du Chili voisin. Depuis 1965, cependant, une réaction est venue de la part de plusieurs organismes publics. Le ministère de l’Agriculture a établi ses statistiques1 en classant régionalement l’Ancash dans le Centre et l’Office national de planification urbaine2 rompt avec le découpage artificiel des petit et grand Nord en accordant à chacun des trois centres urbains du Nord côtier une influence régionale propre dans la zone septentrionale. Ces décisions facilitent heureusement l’étude économique en faisant coïncider la documentation statistique et la géographie.

8Les limites du domaine côtier vers l’intérieur sont plus délicates. Admi-nistrativement, le découpage départemental est indifférent au milieu. La Libertad s’étend sur la Côte, la Sierra et même l’Amazonie ; le Piura, sur la Côte et la Sierra ; et, seuls, le Tumbes et le Lambayeque ont des territoires uniquement côtiers à de très faibles exceptions près. Par contre, le dépar­tement andin de Cajamarca atteint la Côte dans les trois vallées de Jeque-tepeque, Saña et Chancay. Les provinces, soit au Pérou nos arrondissements français, correspondent déjà plus aux milieux côtiers et montagneux avec toutefois de nombreuses approximations, notamment dans le Piura. Les recensements et publications de statistiques agricoles ont adopté avec l’administration générale, le critère de 2 000 m pour délimiter la Côte et la Sierra. Cela correspond pour la plus grande partie du Pérou à une réalité de géographie physique et humaine. La courbe des 2 000 m coupe le versant occidental des Andes entre le piémont et les bassins de réception des fleuves côtiers, c’est-à-dire en plein désert. Le cours de rivières est alors limité à une longue et profonde gorge de raccordement pratiquement inhabitée. Au-dessus vivent les peuples andins avec leur occupation du sol liée aux systèmes de culture sèche. Au-dessous, se sont établis les peuples côtiers avec leur aménagement des oasis, inséparable de l’irrigation.

9Le schéma est rigoureux jusqu’à la rivière Chancay en Lambayeque. Plus au nord, il existe tout en étant un peu moins net, les pluies estivales permettant une occupation des versants intermédiaires entre le piémont et les bassins andins. Le relief fort raide et l’irrégularité des précipitations limitent cependant considérablement leur occupation. Seule la vallée du Quiroz, dans la province d’Ayabaca, n’offre aucune solution de continuité entre la Côte et la Sierra, et le critère de 2 000 m reste purement administratif.

10La grande originalité du Nord côtier réside dans le nombre et l’importance des oasis. Des Andes bien arrosées descendent en effet une douzaine d’oueds et dix fleuves d’écoulement pérenne qui sont à l’origine d’autant de belles vallées montagnardes se terminant par de vastes plaines alluviales côtières. Les larges éventails deltaïques de six d’entre elles couvrant plus de 100 000 ha arables dont un bon tiers irrigable grâce aux généreux débits de ces rivières andines, de grandes civilisations pré-incaïques y ont trouvé de puissants supports agricoles. Ainsi le survol de ces régions fait apparaître d’innombrables témoignages de l’aménagement du sol préhispanique et notamment des ouvrages de grande hydraulique. Actuellement, l’occupation du sol est marquée par l’opposition fondamentale entre les terres des commu­nautés indigènes, avec leurs villages et leurs hameaux disséminés dans des bocages touffus, et les champs immenses et nus dominés par les grandes exploitations modernes. Pareille confrontation est un trait particulier au Nord. Elle a pratiquement disparu au Centre et au Sud où les communautés villageoises indigènes et leur mosaïque de petits champs ne sont plus que des reliques totalement isolées. La permanence d’un fort secteur rural populaire est propre à tout le Nord côtier, mais son importance croissant au fur et à mesure que l’on progresse vers l’Equateur, souligne les nuances régionales de tout l’ensemble. En effet, le contraste entre l’occupation indigène et la grande exploitation créole ne fait pas que s’imprimer dans le paysage ; il commande en fait l’économie tout entière.

11Agricole d’abord, l’activité est marquée par l’opposition entre les cultures vivrières et d’exportation, leurs proportions variant tout au long de notre domaine. Au Sud, la canne à sucre écrase, encercle ou relègue sur les marges ou sur les oueds les cultures vivrières traditionnelles. Au Centre, elle s’équilibre avec le riz sur les grandes plantations tandis que les terroirs de petite polyculture occupent de larges secteurs. Ici commencent les campagnes densément boisées qui caractérisent notre zone par rapport à tout le reste de la côte péruvienne d’où l’arbre a été proscrit par les grandes exploitations dominantes. Au Nord, enfin, les grandes exploitations de coton ou de riz se réduisent à de larges trouées claires dans la masse sombre des caroubiers ou des bocages. Dans ces derniers, une profusion extrême de plantes vivrières croît à l’ombre des manguiers, bananiers ou cocotiers. Nous sommes parvenus aux confins septentrionaux du Pérou et le désert tiède et triste chilo-péruvien cède enfin la place à l’exubérance tropicale.

12Mais le Nord ne limite pas toute son activité à l’agriculture. Après le véritable désert urbain qui caractérise la côte péruvienne de Lima à La Libertad sur 540 km, à la seule exception de la nébuleuse industrielle de Chimbote, le Nord côtier abrite sur moins de 500 km trois cités de 100 000 hab. : Trujillo, Chiclayo et Piura, alors que tout le reste du Pérou provincial n’en totalise que cinq autres, dont quatre de 30 000 à 70 000 hab. Cette zone paraît donc relativement équilibrée. Géographiquement, les secteurs méridionaux, centraux et septentrionaux ont pratiquement les mêmes aires cultivables et des ressources hydrauliques semblables. Y correspondent des populations, sinon égales, du moins de même ordre de grandeur et ce sont plus les différences sociologiques et sociales qui confèrent leurs véritables nuances à ces régions. Outre les orientations agricoles, les rapports numériques entre les grandes plantations et les communautés de petits cultivateurs déterminent la plus ou moins grande vitalité urbaine et par là une relative autonomie régionale.

13Le Nord côtier est donc un ensemble régional bien délimité. Son accessibilité et une cartographie au 1/100 000e ou au moins au 1/200 000e en facilitent l’étude sur le terrain, de même qu’une documentation statistique plus avancée que celle de la Sierra en favorise l’étude économique. Mais c’est avant tout un domaine original dans le Pérou, tant par son cadre naturel et son évolution historique que son dynamisme économique.

Notes

1 Universidad agraria, 181

2 O.N.P.U., 144.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/ifea/docannexe/image/1300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 475k

© Institut français d’études andines, 1968

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter