Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Correspondance privée

Lettre de Theodore D. Weld à Sarah et Angelina Grimké, 15 août 1837

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Mes chères sœurs,

[…] Les droits des femmes et les torts qu’elles subissent, il y a longtemps que je m’y intéresse. C’est même le tout premier sujet de discussion que j’aie jamais abordé. Dans un petit club de discussion lorsque j’étais enfant, j’ai soutenu que le sexe n’était pas un critère de qualification ou de disqualification pour ce qui est de l’exercice des fonctions mentales, morales ou spirituelles. […] Je suis allé plus loin et ai soutenu que la demande en mariage pourrait tout aussi bien être faite par la femme que par l’homme, et que ce qui est l’usage en ce domaine, le fait que la demande doive venir de l’homme et lui seul, que ce serait une faute de goût et pratiquement immoral de la part d’une femme de faire les premiers pas, équivaut à ne pas voir ou plutôt à dénaturer les fins sacrées de cette institution en la ravalant à un bourbier matériel, vulgairement sensuel, étouffant l’esprit sous la chair. Et comme je n’ai jamais trouvé ni homme, ni femme, ni enfant qui soit...

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable