Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Lettres à Catherine E. Beecher, Letters to Catherine E. Beecher, 1838

Extrait de la « Lettre pastorale de l’Association des Églises congrégationalistes du Massachusetts »

« Pastoral letter of the General Association of the Congregational Churchesof Massachusetts », publiée le 28 juillet 1837 et reproduite dans The Liberator, le 11 août 1837

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le clergé congrégationaliste1 condamna, par une lettre envoyée le 28 juillet 1837 à toutes les paroisses, les femmes abolitionnistes qui s’exprimaient en public. Les sœurs Grimké, qui avaient entrepris une tournée de conférences sur l’esclavage, étaient particulièrement visées par cette réprobation. Dans cette lettre, le clergé insistait sur la place de la femme, assignée à résidence dans la sphère privée.

*

Nous voudrions attirer votre attention sur les dangers qui, actuellement, risquent de grandement meurtrir la réputation des femmes, et de façon irréversible.

Les devoirs et l’influence qu’il est convenant pour une femme d’exercer sont clairement indiqués dans le Nouveau Testament. Ces devoirs et cette influence sont discrets et d’ordre privé, mais aussi la source d’un grand pouvoir. Lorsque l’influence, douce, modeste, apaisante de la femme s’exerce pleinement sur la pensée rigoureuse de l’homme, la société en perçoit les effets de mille manières. Le pouvoir de la femme est dans sa...

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable