Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sœurs Grimké

Philadelphie et la communauté quaker

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est une communauté quaker très orthodoxe qui accueillit Sarah à Philadelphie. La plus grande austérité caractérisait les réunions et Sarah eut du mal à vaincre sa timidité pour prendre la parole de façon convaincante et persuader qu’elle avait l’étoffe d’un guide spirituel ou d’un orateur.

Selon George Fox, qui fonda la secte en Angleterre en 1648, les quakers posaient comme premier principe la lumière intérieure, don divin du Christ, qui éclairait chaque être pour l’amener au salut. Le Saint-Esprit étant accessible à toute âme, personne n’avait le droit de restreindre la portée de l’œuvre de l’Esprit saint à partir de distinctions de sexe, puisque l’âme n’a pas de sexe. Fox insistait sur l’égal don de prophétie des femmes, sur la croissance spirituelle qu’entretient la lumière intérieure, sans distinction de race, de culture ou de sexe. Les communautés quakers accueillaient les femmes à égalité avec les hommes dans les services religieux, mais aussi comme pasteurs, en principe san...

© ENS Éditions, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable