Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les jésuites à Lyon

 | 
Étienne Fouilloux
, 
Bernard Hours

Troisième partie. Les défis de la modernité

Jésuites lyonnais résistants

Bernard Comte

Texte intégral

Je remercie de leur accueil et de leur aide le père de Vrégille à la résidence de Lyon et le père Bonfils aux archives de Vanves, ainsi que le père Collomb et la communauté de la Chauderaie. Et pour leurs témoignages : les pères Beschet, André Fournier, Giuliani, Marillier, Martelet, de Mauroy, Paradis, Rimaud, Sommet ; Mmes et MM. Anne Boudon, Louis Chaine, Georges Combe, Ferdinand Desmurs, Xavier Fontoynont, René François, Jean-Paul Garin, Henri Hours, Albert Lachièze-Rey, Denise Lallich, Odile Marmissolle, Nicole Pelletier, Jacques Perrot, Christian Rendu, Joseph Réty, François et Monique Richard, Colette Verlhac.

  • 1 Bien des questions restent sans réponse, du fait de la non-ouverture des archives romaines et de la (...)

1Les trois mots du titre de cette contribution indiquent clairement un sujet, mais ils n’en définissent pas les limites aussi précisément qu’on peut le penser à première vue1.

2S’il est aisé de savoir qui est « jésuite » et d’en faire le comptage, il est plus difficile de caractériser le contenu de l’identité jésuite dans la France du milieu du XXe siècle, où coexistent des écoles théologiques, des styles apostoliques et des arrière-plans idéologico-politiques bien différents, et parfois conflictuels. Les « Lyonnais » seront définis largement, en prenant en compte les religieux des quatre provinces françaises (Paris, Lyon, Champagne et Toulouse) qui se trouvent à Lyon et dans les environs pendant la guerre, participant peu ou prou du climat de la capitale de la zone non occupée (y compris le scolasticat de philosophie de Vals-près-le-Puy, qui relève de Toulouse mais ressent aussi l’influence de Lyon), et aussi des membres de la province de Lyon éloignés géographiquement mais moralement proches.

  • 2 Au sens de J. Semelin, Sans armes face à Hitler. La résistance civile en Europe, 1939-1943, Paris, (...)
  • 3 Cette brève contribution résume les thèmes d’une étude détaillée en préparation.

3Les résistants, selon la définition des historiens, sont ceux qui s’engagent pour lutter contre la domination allemande et contre le triomphe de l’idéologie nazie, pas nécessairement en combattant ouvertement Vichy, mais en refusant le climat de résignation et d’abandon de la cause alliée qui règne derrière le Maréchal. En font partie, à côté des acteurs de la Résistance organisée, ceux de la résistance humanitaire (sauveteurs) et de ces formes de résistance civile2 qui consistent à défier l’occupant en maintenant des activités qu’il interdit. L’attitude morale de résistance (et déjà la « pré-résistance », face au danger hitlérien, des années 1936-1939) préface souvent un engagement effectif, jusqu’à la plongée dans la clandestinité et à l’action militaire. Mais s’agissant de religieux, prêtres en majorité, engagés par leurs vœux au service de l’Église pour le bien des âmes sous les ordres de leurs supérieurs, l’abstention d’engagement directement politique est de règle, comme le loyalisme envers le pouvoir établi ; attitude renforcée en France par le souvenir de la crise douloureuse liée à la condamnation de l’Action française. Quant au devoir patriotique, si les mobilisés de 1914 ou de 1939 l’ont accompli comme aumôniers, infirmiers ou combattants sans problème de conscience, il en va autrement dans la France divisée de l’Occupation3.

Lyon 1940-1941, pré-résistances et verrouillage

  • 4 Le juvénat suit les deux ans de noviciat (à Mongré pour les Lyonnais) dans la formation des jésuite (...)
  • 5 Après la régence (stage dans un collège ou une œuvre), les études s’achèvent dans les scolasticats (...)
  • 6 P. Droulers, Politique sociale et christianisme. Le père Desbuquois et l’Action populaire, II. 1919 (...)
  • 7 Association catholique de la jeunesse française, qui fédère les mouvements masculins d’action catho (...)
  • 8 B. Comte, « L’environnement lyonnais », Gilbert Dru, un chrétien résistant, B. Comte, J. -M. Domena (...)

4Le poids de Lyon dans la vie de la Compagnie s’accroît considérablement après l’armistice : un seul juvénat pour les quatre provinces de France à Mongré (Villefranche-sur-Saône)4 et un seul scolasticat de théologie à Fourvière5. Cent cinquante pères sont présents à Lyon et Villefranche contre cent auparavant, et trois cent cinquante étudiants, nombre triplé. Trois grandes œuvres nationales se sont partiellement repliées de Paris sur Lyon : l’Action populaire du père Desbuquois, la revue Études6 et les aumôneries d’ACJF7 ; elles profitent des liens qu’avaient noués, avec le vivant milieu lyonnais des intellectuels catholiques et des catholiques sociaux, « la jésuitière » de Fourvière, la Conférence Ampère (CA, le très vivant foyer de lycéens tenu par le père Léon Chaine) et le foyer étudiant de la MEC (Maison des étudiants catholiques, proche des facultés)8.

5Chez ces jésuites lyonnais, trois attitudes s’apparentent à une « pré-résistance ». C’est d’abord le réflexe patriotique, dans sa diversité : style militaire du recteur du collège de la rue Sainte-Hélène, le père Charles Chamussy, qui, après avoir fait campagne dans les Alpes comme commandant d’infanterie, prépare avec ses amis officiers la reconstitution clandestine de l’armée dans un entier dévouement envers le Maréchal ; style plus nuancé du père Chaine, aumônier militaire des deux guerres évadé en juin 1940, qui rappelle aux jeunes de la CA que les raisons françaises et chrétiennes de combattre Hitler restent valables après la défaite ; nette défiance envers le nouveau régime des pères Victor Fontoynont et Pierre Chaillet, professeurs au scolasticat de Fourvière : le premier a refusé d’assister à la réception du Maréchal par le cardinal Gerlier à la primatiale Saint-Jean en novembre 1940, et le second blâme toute participation aux organismes dépendant de Vichy.

  • 9 Les théologiens lyonnais et la persécution contre les Juifs, Les cahiers de l’Institut catholique d (...)

6C’est aussi le secours aux victimes et aux persécutés : assistance aux réfugiés (Pierre Chaillet), embauche dans un collège d’enseignants juifs camouflés, dénonciation aussi de l’injustice des lois antisémites (les pères Henri de Lubac et Joseph Bonsirven à la faculté de théologie de la « Catho » en juin 1941)9.

  • 10 Voir les articles du père Fontoynont (ibid.) et du père de Lubac (H. de Lubac, Résistance chrétienn (...)
  • 11 B. Comte, L’honneur et la conscience. Catholiques français en Résistance, Paris, Éditions de L’Atel (...)

7C’est enfin une action éducative de vigilance et d’alerte, pour armer les catholiques contre la séduction du nazisme et pour combattre les préjugés hérités de l’antijudaïsme chrétien10. Au printemps 1941, les pères Fontoynont, Chaillet et de Lubac adressent de Fourvière à leurs supérieurs ou au cardinal des appels angoissés, demandant que, face aux amorces de contagion du nazisme (imitation de ses méthodes par le pouvoir, pénétration de son idéologie dans les esprits), la parole des autorités religieuses retentisse sans crainte de gêner le gouvernement, quel qu’il soit11.

  • 12 P. Rocher, « Cité nouvelle, 1941-1944. Les jésuites entre incarnation et eschatologie », Chrétiens (...)
  • 13 D. Avon, Paul Doncœur, s. j., Un croisé dans le siècle, Paris, Cerf, 2001.
  • 14 Lettre du révérend père Norbert de Boynes, visiteur, aux pères et aux frères de l’assistance de Fra (...)

8Mais la Compagnie, avec l’épiscopat dont elle tient à ne pas se séparer et l’ensemble des catholiques de la zone libre, a choisi une autre voie. L’influence de deux pères prestigieux et respectés, repliés de Paris, y contribue : Gustave Desbuquois, éminent inspirateur du catholicisme social et de l’Action catholique, voit dans la Révolution nationale la chance d’appliquer la doctrine sociale de l’Église et oriente en ce sens la revue Cité nouvelle qu’il publie à Lyon avec des pères des Études et de l’Action populaire12 ; Paul Doncœur, qui en est un des principaux rédacteurs, transfère sur le Maréchal et son régime la ferveur mystique française et chrétienne qu’il a insufflée au mouvement scout13. Pour mettre fin aux divergences, le père de Boynes, assistant de France à Rome alors établi à Lyon comme visiteur, c’est-à-dire délégué extraordinaire du père général, donne ses directives aux jésuites français avant de repartir pour Rome en juillet 1941. La France ayant un gouvernement établi et légitime, expose-t-il, tout catholique lui doit obéissance en tout ce qui n’est pas contraire à la loi divine et soutien dans son œuvre de redressement ; les religieux, hommes de Dieu qui doivent se tenir éloignés de toute politique, s’interdiront donc toute contestation, surtout au moment où sont négociés les statuts des mouvements de jeunesse et des congrégations14.

  • 15 R. Bédarida, Les armes de l’Esprit. Témoignage chrétien (1941-1944), Paris, Éditions ouvrières, 197 (...)

9Faut-il cesser de dénoncer l’antisémitisme, pour ne pas déplaire au pouvoir, et d’expliquer ce qu’est le nazisme, pour ne pas nuire à la politique de collaboration ? Lorsqu’à Lyon même la revue Esprit d’Emmanuel Mounier et l’hebdomadaire Temps nouveau de Stanislas Fumet sont interdits pour mauvais esprit (août 1941), les tenants d’une parole chrétienne vigoureuse sur ces sujets sont au pied du mur. C’est ainsi qu’ils lancent en novembre un organe clandestin de résistance spirituelle, les Cahiers du Témoignage chrétien dont l’histoire est bien connue15.

Initiatives des résistants, réactions des supérieurs

10À plusieurs reprises, il se trouvera des supérieurs pour couvrir tacitement des initiatives audacieuses prises par des jésuites à l’encontre des directives officielles du père de Boynes. En voici deux exemples.

11Les Cahiers du Témoignage chrétien sont dirigés et rédigés anonymement par des jésuites, imprimés et diffusés clandestinement, au mépris à la fois de la loi de l’État sur la censure et des lois de l’Église et de la Compagnie sur les publications des religieux. Sur le fond, en critiquant sévèrement l’État français pour sa résignation et sa politique de collaboration, ils contreviennent aux directives de l’épiscopat et du père de Boynes. Dans la forme, en élevant de leur propre initiative une voix discordante, ils agissent en rebelles, même s’ils se gardent de critiquer directement l’attitude des évêques ; ils ne seront pas détournés de leur entreprise par les blâmes épiscopaux à l’adresse des « théologiens anonymes et sans mandat » qui usurpent la fonction d’enseignement et de direction des consciences dans l’Église.

12Or les auteurs de cette action de rupture ne sont ni des partisans ni des trublions inconscients, mais, on le saura plus tard, de savants théologiens : Chaillet, professeur à Fourvière, et de Lubac, professeur aux facultés catholiques, conseillés et soutenus par leurs confrères Victor Fontoynont, vénéré préfet des études de Fourvière, et Pierre Ganne, autre professeur à la Catho ; le premier texte qu’ils impriment a pour auteur le père Gaston Fessard, philosophe et théologien des Études. Leur initiative n’a rien d’un « coup » hasardeux au service d’une stratégie de débordement, elle répond à une exigence impérieuse de leur conscience de chrétiens. Elle me paraît poser aux historiens deux problèmes.

  • 16 Voir R. Bédarida, Pierre Chaillet. Témoin de la résistance spirituelle, Paris, Fayard, 1988.
  • 17 H. de Lubac, Résistance chrétienne…, et Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Namur, Culture et Vér (...)
  • 18 H. Rondet, « Les jésuites de Fourvière sous l’Occupation », L’Écho - La Liberté, 7 mai 1972 ; R. Bé (...)

13D’abord, comment ses auteurs peuvent-ils se présenter en chrétiens respectueux de l’autorité de la hiérarchie ? Ils se sont expliqués là-dessus : une ecclésiologie renouvelée aux sources anciennes et un sens biblique de l’intervention prophétique leur ont fourni la distinction entre la parole officielle des responsables de l’Église dans une conjoncture donnée et le témoignage rendu par de simples fidèles armés de l’Écriture et adossés à l’enseignement pontifical16. Autre question : comment des religieux voués à l’obéissance ont-ils pu agir à l’encontre des directives formelles de leur supérieur ? Aucun d’eux, ni aucun des supérieurs locaux, n’a précisément expliqué ce qui s’est passé, les souvenirs tardivement évoqués restent vagues17. De proches témoins ont évoqué le rôle du recteur de l’époque, le père Auguste Décisier, « qui savait, et jouait admirablement »18 ; il est probable qu’il a résolu, fort de demi-confidences, de couvrir l’action de confrères en qui il avait confiance, en faisant en sorte de ne pas trop en savoir, de manière à pouvoir faire comme s’il ne savait rien et en évitant d’en référer au supérieur provincial, qu’il jugeait incapable de comprendre cette situation. Il aurait rempli une fonction d’interface, entre l’auteur de l’action secrète et le supérieur romain qui la désapprouvait ; cette manière de ménager à la pratique de l’obéissance une souplesse respectueuse de la liberté de la conscience de chacun apparaît conforme à l’esprit de la Compagnie, tel du moins qu’il s’affirme en France au XXe siècle.

  • 19 Note du visiteur Demaux-Lagrange (7 juillet 1944) pour le provincial de Lyon.
  • 20 Il entre à Rome juste à temps pour participer le 6 juin (Saint-Norbert) à la fête du père de Boynes (...)

14Trois ans plus tard, c’est le même Décisier devenu provincial qui gère le problème de l’engagement comme combattants FFI (les « maquisards » des Forces françaises de l’intérieur, tenus officiellement pour « terroristes ») de plusieurs jésuites, dont deux prêtres qui se sont portés volontaires comme aumôniers lors de la mobilisation décrétée par Londres le 6 juin 1944 et que le commandement FFI a réclamés comme officiers, vu leurs compétences. La position officielle de la Compagnie est alors d’autoriser le ministère sacerdotal de jésuites auprès des combattants, mais de leur interdire l’activité militaire « tant que ce n’est pas l’autorité légitime qui y convoque officiellement »19. L’autorité légitime, c’est alors le gouvernement du Maréchal, mais la formule n’exclut pas que dans les « zones libérées » un autre « pouvoir établi » devienne légitime – ce qui est déjà le cas, dans la province de Lyon, de l’Algérie : le père Albert Moreau, mobilisé comme capitaine à Alger, se bat alors en Italie20.

  • 21 Entretien du père Fraisse avec l’auteur, 4 août 1990.
  • 22 Formule citée dans sa notice nécrologique, Compagnie, 1963.

15Henri Chambre et Lucien Fraisse, les deux jeunes prêtres en fin d’études à Fourvière qui ont accepté alors des commandements en Rhône-Alpes, semblent n’avoir reçu du provincial Décisier ni approbation ou même autorisation, ni interdiction ou blâme. Le second a fait part à son supérieur de sa décision, sans lui en demander la permission21. Là encore le père Décisier, « plutôt conseiller que supérieur », disait-on22, a choisi avec prudence de ne pas mettre en jeu l’obéissance dans une situation exceptionnelle et, en l’absence de communication sûre avec Rome et même avec le visiteur à Paris, de laisser ces résistants prendre en conscience leurs responsabilités. Sait-il alors que le père Chamussy, alors recteur de Fourvière, collabore avec le commandant régional FFI Descour, fervent catholique issu de la résistance militaire qui cherche à s’entourer d’officiers catholiques ou conservateurs ? Connivences tacites et rencontres involontaires accroissent la subtilité du jeu de l’interface.

16À d’autres moments, des attitudes d’ouverture alternent avec des décisions de barrage, selon l’évolution de la conjoncture et la personnalité des supérieurs responsables.

  • 23 Lettre de Décisier, alors recteur de Fourvière, au visiteur Demaux-Lagrange (28 juin 1943).

17Font Barrage, au début, des supérieurs attachés à leur fonction de gardiens de la discipline qui garantit, pensent-ils, la cohésion de la compagnie ; ils s’accrochent aux directives de Boynes. Ainsi Joseph Du Bouchet, provincial de Lyon jusqu’en 1943 : religieux vertueux et estimé, attaché au strict respect de la règle, il est peu éclairé sur la marche du monde et peu apte, selon son successeur, à prendre en compte les données humaines des problèmes ; étranger aux aspirations des jeunes générations, il ne porte pas son attention à l’enjeu spirituel des événements23. Sa rigidité a été mise en échec dans l’affaire de Louis Tresca, ce scolastique lyonnais exemplaire, combattant de 1939-1940 ainsi que son frère qui a été tué. Tresca s’est engagé dans les Forces françaises libres au moment de l’armistice et a été tué en Syrie en juin 1941, face aux troupes de Vichy qui avaient plusieurs jésuites de Beyrouth comme aumôniers. Le provincial refuse d’abord d’ordonner les prières d’usage pour ce jésuite qui s’est exclu de facto de la Compagnie en adhérant à la « dissidence » que de Boynes a explicitement condamnée ; les protestations indignées des amis de Tresca le font revenir sur sa décision.

  • 24 G. Fessard, Au temps du prince esclave. Écrits clandestins, 1940-1945, présentation de J. Prévotat, (...)

18Une ouverture s’impose après l’occupation de la zone libre en novembre 1942, qui a changé la donne : la confiance dans le régime du Maréchal est ébranlée, d’autant plus que Laval en est le véritable maître. Le nouveau visiteur qui à Paris coordonne les quatre provinciaux les réunit le 27 novembre pour discuter d’une éventuelle « mise au point » des directives du père de Boynes, au vu des consultations de six théologiens. Alors que le père Desbuquois estime qu’il n’y a pas lieu de changer quoi que ce soit, puisque la légitimité du Maréchal demeure entière, les pères Lebreton et d’Ouince tirent d’une analyse rigoureuse de la situation « les règles exceptionnelles de [leur] obéissance ». À un pouvoir en demi-liberté n’est due qu’une obéissance conditionnelle ; si en temps normal l’ordre du chef reconnu détermine le bien commun que les citoyens doivent servir, aujourd’hui c’est l’idée du bien commun, seul critère sûr, qui permet d’apprécier si le chef agit librement ou selon les ordres de l’étranger ; il appartient alors à chacun de discerner en conscience ce qui est ou non conforme au bien commun du pays. Argumentation proche de celle du fameux tract de Fessard dit « du prince esclave » qui circule dans la Compagnie24.

19Le texte finalement adopté par les provinciaux maintient les directives de Boynes, mais ajoute qu’il est des « cas spéciaux » où on doit rechercher les véritables intentions du chef de l’État, peut-être contraires à ses ordres publics, et qu’alors on doit appeler chacun à décider « selon sa conscience ». Sans entrer en résistance spirituelle, on introduit dans la doctrine de Boynes un germe de désintégration en soumettant l’obéissance, même envers un pouvoir « légitime », au jugement de la conscience. Cette directive, plus avancée que les déclarations de l’épiscopat, donne aux supérieurs une latitude d’appréciation et légitime l’opposition à la politique de collaboration. Sous la pression de circonstances qui rendent absurde la stricte application des directives de 1941, les provinciaux français ont desserré le verrou.

  • 25 Dès le 25 février (à la veille du recensement des classes concernées), il vient à Mongré donner aux (...)

20Trois mois plus tard, l’affaire du STO, le service obligatoire du travail suscite un nouveau blocage. Du Bouchet semble avoir décidé dès la publication de la loi de réquisition des classes 41 à 43 que les novices et scolastiques lyonnais donneraient l’exemple de la soumission25. Cependant les provinciaux adoptent le 21 mars un compromis alambiqué : ils condamnent la loi injuste et lui refusent l’obéissance, mais déclarent céder à la contrainte ; ils demandent aux jésuites de vivre la réquisition en esprit de solidarité humaine et de générosité apostolique. Le même jour, le cardinal Liénart déclare que les jeunes catholiques ne sont pas obligés en conscience d’obéir à la loi ; les aumôniers de jeunesse vont se diviser, à Lyon particulièrement, sur l’option à conseiller aux jeunes requis. Le provincial Du Bouchet, lui, envoie résolument les jeunes jésuites « en mission » – moins par volonté d’obéir à la loi que de prendre part à l’épreuve commune, en esprit de sacrifice et d’engagement apostolique. Il les y prépare consciencieusement, en organisant à Mongré une session d’information sur le nazisme et le communisme, la condition prolétarienne et l’action catholique en milieu ouvrier. Une des causeries est faite par le père de Lubac, au moment même où il rédige pour le Témoignage chrétien l’exposé des impérieuses raisons chrétiennes de refuser le STO. Mais c’est du nazisme, sujet d’un large accord, qu’on lui demande de parler.

21Une nouvelle ouverture est pratiquée lorsque Décisier succède à Du Bouchet comme provincial en août 1943, peu après le départ au STO en juillet de plus de quarante novices et juvénistes. Le zèle apostolique rayonnant que certains d’entre eux déploient en Allemagne et le climat de soutien fervent qu’entretient à Mongré le père François Charmot, responsable du juvénat, n’empêchent pas l’émotion indignée d’une partie de la province, à Vals et à Fourvière notamment où l’on sait que d’autres provinciaux ont couvert ou même assuré la défection de leurs jeunes. Les nouveaux provinciaux réunis à Lyon décident de modifier les directives précédentes en s’appuyant sur la déclaration Liénart qu’ont reprise les cardinaux et archevêques : pour les jésuites, seul le travail en France et dans des conditions convenables sera accepté. Décisier, qui déclare que plus aucun jésuite lyonnais ne doit partir pour l’Allemagne, veille au camouflage sous une fausse identité de réfractaires, tel François Fournier dissimulé au collège de Marseille. Mais les jeunes enrôlés dans les Chantiers de la jeunesse et destinés à être embarqués par la police en fin de stage ne peuvent se soustraire qu’en désertant, ce qu’interdisent à Mongré les pères Du Bouchet, devenu supérieur du juvénat, et Charmot, maître des novices. Ils interdisent davantage encore de gagner le maquis, comme le fait dans le Clunysois Francis Hours avec son équipe des Chantiers. Fils de l’historien Joseph Hours dont il partage les convictions résistantes, ce novice fait appel auprès de Décisier de l’interdiction de Du Bouchet. Le provincial le laisse partir, conformément à sa règle : dans les conjonctures délicates, permettre à chacun de suivre la voix de sa conscience.

Trois grandes formes de résistance

22Les activités résistantes des jésuites lyonnais se présentent sous trois formes ; ce sont, en ordre de fréquence décroissante, l’action humanitaire de secours et de sauvetage, le travail d’éducation et d’appel aux consciences propre à la résistance spirituelle, la collaboration enfin avec les organisations de résistance.

  • 26 Recension partielle établie en 1946 pour les jésuites de Chicago qui entreprennent de réparer les d (...)
  • 27 Registres journaliers des scolasticats.

23L’activité de sauvetage, fortement attestée, n’a jamais été précisément recensée26. Plusieurs médailles des Justes ont marqué la reconnaissance des Juifs sauvés : envers le père Pierre Ricard, supérieur du Châtelard, qui a hébergé des Juifs, comme envers le père Henri Révol. Parisien établi en 1942-1943 à Saint-Gervais dans un des chalets de l’établissement jésuite « Fleur des neiges », alors annexe de Fourvière. Ce dernier a organisé, à l’insu de la communauté, un relais pour le passage en Suisse de fugitifs. Le père Roger Braun, Toulousain qui a terminé sa théologie à Fourvière en 1941, est à l’aumônerie des camps d’internement un artisan actif des secours et de l’aide aux évasions. À Lyon, il concourt, avec l’équipe de l’Amitié chrétienne, au sauvetage des enfants arrachés au camp de triage de Vénissieux le 29 août 1942 ; en février 1943, il présente à Vals et à Fourvière la situation dans les camps et le travail qu’il y fait27. En 1944, un groupe de scolastiques de Vals contribue à faire libérer des otages des Allemands au Puy, et ensuite à limiter les vengeances des résistants victorieux.

24Le père Chaillet, actif dans les trois formes de résistance, l’est particulièrement dans le sauvetage, comme animateur de l’Amitié chrétienne lyonnaise et dans les multiples réseaux amis ; la confiance de Gerlier sur ce terrain, depuis le comité de secours aux réfugiés de 1938, lui donne un grand poids. Il est choisi à la fin de 1943 par l’ensemble de la Résistance, organisations de l’intérieur et Délégation générale représentant Alger, pour mettre sur pied et diriger un service social unifié, le COSOR (Comité des œuvres sociales des organisations de la Résistance), qui organisera la solidarité : secours aux détenus, aide à leurs familles et à celles des disparus. Cela lui vaudra d’occuper la fonction d’adjoint au secrétaire général à la Santé (faisant fonction de ministre par intérim) lors de la libération de Paris, épisode pittoresque et assez perturbant pour ses supérieurs, mais aussi de poursuivre ensuite jusqu’à sa mort un obscur ministère de fidélité dans la charité.

25Le père Victor Dillard, fervent soutien pendant plus de deux ans de la Révolution nationale qu’il espère infléchir grâce à son influence d’expert à Vichy, est en même temps très net dans son opposition aux mesures antisémites. Comme lui, de nombreux pères, qui considèrent Vichy comme un bouclier face à l’adversaire nazi et un pouvoir influençable à soutenir, sont indignés par la persécution antisémite. Devant le STO toutefois, il prêche la soumission à la loi et donne l’exemple en s’engageant lui-même comme travailleur volontaire pour être aumônier clandestin auprès des requis, ce qu’il paie de sa vie.

  • 28 Auteur du livre retentissant Catholicisme. Aspects sociaux du dogme, Paris, Cerf, 1938.
  • 29 Voir F. Bédarida, « Une voix dans les ténèbres », La résistance spirituelle, 1941-1944. Les cahiers (...)

26L’action éducative des jésuites résistants, c’est d’abord Témoignage chrétien. Chaillet a évité de choisir des confrères comme responsables de la diffusion (sauf, pour l’Isère, le père Aubé, très actif aumônier des étudiants de Grenoble), mais plusieurs y participent à Lyon, comme les pères André Ravier, préfet au collège Sainte-Hélène, Fraisse à la CA et à Fourvière avec son ami Louis Coignet, André Desqueyrat à l’Action populaire, Chambre dans l’Action catholique. La rédaction est, après le manifeste initial de Fessard et jusqu’à la fin de 1943, l’affaire à Fourvière du tandem Chaillet - de Lubac, avec la collaboration occasionnelle de Ganne et de Chambre. Les Cahiers, interconfessionnels par nature, ne font pas de théologie, mais ils sont nourris des convictions qui animent ces blondéliens liés aux intellectuels catholiques démocrates ou personnalistes des années 1930 : réhabilitation des vertus et des valeurs humaines négligées par un christianisme anémique ; affirmation, chère au père de Lubac28, du caractère historique et communautaire autant que personnel du message chrétien ; exigence du discernement des enjeux spirituels du conflit mondial et appel à la conscience de chacun29. Ainsi Fourvière a imposé sa marque à l’organe qui devient le porte-parole et l’animateur de la résistance spirituelle en France.

  • 30 Son article pour la Chronique sociale, « Défense du Christ et de la Bible », est bloqué en 1941 par (...)

27L’action éducative est menée aussi ouvertement, par la parole et par la plume. Deux exemples : les contributions du père de Lubac à diverses revues, surtout à Cité nouvelle qui reste pluraliste, et ses conférences à divers publics, des scolasticats de la Compagnie à l’École d’Uriage et aux chefs des Chantiers de la jeunesse. Passant de l’analyse de la crise de civilisation – l’humanisme athée – à la réfutation chrétienne des nouvelles mystiques et particulièrement du culte de la force et de l’idéologie raciste, il est parfois victime de la censure de Vichy, ou de la prudence ecclésiastique30 ; recherché par la Gestapo à la fin de 1943, il devra quitter Lyon et se cacher au scolasticat de Vals. Desqueyrat, chroniqueur attitré des revues de l’Action populaire et foncièrement opposé à Vichy, s’attire le blâme de son supérieur Desbuquois ; lié aux syndicalistes résistants, il fait pour les militants sociaux une présentation critique de la charte du travail. C’est un jeu subtil de demi-mots ou de silences, pour faire entendre à chaque auditoire ou lectorat ce qui le fera avancer sans le braquer.

  • 31 R. Bédarida, Les armes de l’Esprit, p. 227.

28Action éducative enfin, non la moindre, auprès des groupes et des individus qui sont dans l’incertitude et attendent des directions, comme on dit alors. À la Conférence Ampère, Fraisse lance aux aînés, sur lesquels il a une forte influence, des questions provocantes, tandis qu’à la MEC le père Édouard Margot enseigne le sens chrétien des responsabilités civiques et assure discrètement aux étudiants résistants un lieu de libre débat et de rencontres secrètes. Les causeries et prédications de Robert Seillon enthousiasment les étudiants et lycéens. Aux Cahiers de notre jeunesse de l’ACJF, le père Lambert reste en retrait, mais Chambre est engagé dans l’équipe d’André Mandouze en 1942, à la fois conseiller doctrinal et relecteur qui ruse avec la censure. Le père Ganne anime au Châtelard, au printemps 1943, des journées de réflexion spirituelle auxquelles participent des résistants catholiques de premier plan31.

  • 32 Voir le témoignage de Pierre Danchin, « Souvenirs d’un étudiant », Spiritualité, théologie et Résis (...)

29Dans l’accompagnement spirituel privé, ces prêtres ont à répondre à des demandes de conseil, de la part des jeunes surtout. Ils ont le souci d’éclairer les consciences plutôt que de les diriger, de manière à aider l’intéressé, par l’écoute et le questionnement, à mûrir la décision qui n’appartient qu’à lui32. Une fois prise la décision, le conseiller jésuite pourra indiquer une filière pour rejoindre un groupe clandestin.

  • 33 Journal inédit d’A. Desqueyrat (archives françaises de la Compagnie) ; X. Léon-Dufour, Dieu se lais (...)
  • 34 F. Calvi, OSS. La guerre secrète en France, 1942-1945, Paris, Hachette, 1990 ; J. Fuchez, Les résis (...)
  • 35 P. Sonneville, Les combattants de la liberté. Ils n’étaient pas dix mille, Paris, La Table ronde, 1 (...)

30Certains pères pratiquent une troisième forme d’action, l’aide directe à la Résistance organisée. C’est surtout dans les réseaux de renseignement et de passage des frontières, activité non directement politique, que les jésuites sont engagés. Réseaux de toute obédience, alliés ou gaullistes. Le réseau britannique Jade-Amicol dont le père Dieuzayde est un des créateurs à Bordeaux est représenté à Lyon d’abord par des habitués du camp de Barèges comme Desqueyrat et le scolastique Xavier Léon-Dufour33, puis par une antenne animée par des officiers et des catholiques conservateurs, avec le père Chamussy qui est lié à l’Armée secrète. À l’instigation du père Chaine sollicité par un ancien de la CA devenu agent secret, l’OSS américaine recrute deux de ses plus brillants étudiants pour son réseau « Jacques »34. Envoyé par le Bureau central de renseignement et d’action (BCRA) de Londres, le commandant Sonneville (Marco Polo) s’appuie sur trois jésuites, Chaine, Fraisse et surtout Adolphe Andrieu, pour monter son réseau de renseignement35. Ganne est engagé aussi dans une organisation clandestine ; menacé en 1943, il quitte Lyon pour Paris d’abord, puis pour Alger par l’Espagne et ses prisons.

  • 36 Documents des archives F. de Menthon communiqués par L. Ducerf.

31Quelques jésuites sont en liaison étroite avec les mouvements de résistance lyonnais. La collaboration établie par le père Chaillet avec Henri Frenay dès le printemps 1941 favorise les échanges de services entre Combat et Témoignage chrétien pour l’impression et la diffusion de leurs publications clandestines ; le remarquable laboratoire de faux papiers de l’Amitié chrétienne devient même en 1943 celui de l’Armée secrète régionale. François de Menthon, chargé par Jean Moulin de mettre sur pied le Comité général des experts qui prépare les réformes de l’après-Libération, embauche au début de 1943 de Lubac et Desqueyrat pour former avec Joseph Hours un groupe de travail, le Comité des catholiques résistants. Un rapport est rédigé sur les relations Église-État et une action envisagée auprès des évêques, pour les inciter à prendre leurs distances d’avec Vichy tant qu’il en est encore temps ; une lettre est remise en ce sens au cardinal Gerlier, mais on ne sait rien de son accueil36.

  • 37 Voir P. Escolan et J. Ratel, Guide-Mémorial du Vercors résistant, Paris, Le Cherche midi, 1994, p. (...)

32Le jeune père Fraisse, étroitement lié aux hommes d’Esprit et à l’équipe d’Uriage, entre en contact, à la demande de Dunoyer de Segonzac, avec le général Giraud installé à Lyon après son évasion ; stupéfait par ses déclarations, il résume son impression pour son ami Desqueyrat : « Militaire : Bien. Politique : 0. Social :-2. » Il contribue à dissuader Segonzac, et à travers lui les officiers de l’Organisation de résistance de l’armée (ORA), alors réticents devant l’action « politique » des mouvements comme devant la « dissidence » gaulliste, de faire fond sur Giraud. Il monte au Vercors (comme le fait de son côté son ami Ganne) à deux reprises : à Noël 1943, remplaçant son ami Henry Grouès (futur abbé Pierre) obligé de se cacher, il dit la messe pour le maquis de Malleval, qui sera anéanti peu après37 ; à Pâques 1944, il fait le tour des camps du massif à la demande des chefs désireux que leurs hommes puissent remplir leurs devoirs religieux. Fraisse et Chambre, comme le père Adolphe Andrieu qui disparaît à la fin de 1943 au retour d’une visite à ses amis du maquis dauphinois, disposent de filières vers les maquis. Des jécistes liés au père François Varillon sont recrutés comme agents de liaison par l’état-major régional des FFI.

  • 38 C. Rendu, « Du Manifeste à l’action politique », Gilbert Dru…
  • 39 Note rédigée par H. Chambre en 1945.

33Henri Chambre est peut-être celui des jésuites lyonnais qui après Chaillet incarne le mieux la gamme complète des activités résistantes. Économe à la Villa Bellecroix (annexe de Fourvière à Sainte-Foy-lès-Lyon), il y cache en 1942 des documents militaires et des séries de Cahiers du Témoignage chrétien (qu’il a diffusés dès l’origine), héberge des Juifs et des clandestins, dont un radio qui émet du jardin. Aumônier de la JEC des élèves-maîtres, il les oriente vers la résistance spirituelle qui en mènera plusieurs au maquis. Lié à Gilbert Dru, il l’aide à préciser son projet politique et devient l’assistant spirituel des Équipes chrétiennes, branche clandestine de l’ACJF que Dru anime dans le Sud-Est avec Francis Chirat38 – Dru et Chirat, deux des fusillés du 27 juillet 1944 place Bellecour. Proche des dirigeants du Mouvement populaire des familles, il les associe à la résistance spirituelle en les faisant travailler pour le Courrier du Témoignage chrétien de Mandouze, auquel il collabore lui-même. Lorsqu’il part pour le Vercors, il vient d’être appelé par le Front national à entrer dans sa direction lyonnaise39. Henri Chambre associe, dans une extrême discrétion, compétence intellectuelle (il est ingénieur des Mines et officier du génie), sens pédagogique et détermination dans l’action.

La lutte armée

  • 40 J. -L. Clément, Les évêques au temps de Vichy, Paris, Beauchesne, 1999, p. 240-241 ; P. Bolle et J. (...)
  • 41 C’est le thème d’un Cahier du Témoignage chrétien : Exigences de la libération (mai 1944).

34La Compagnie a été confrontée à la présence de quelques-uns de ses membres dans la résistance armée sous deux modes : les aumôniers, les combattants. On sait que la plupart des évêques refusaient de donner aux FFI des aumôniers, ce qui a amené une intervention du pape, qui leur a recommandé, à la mijuin 1944, de pourvoir à l’assistance spirituelle de ces combattants40. Est-ce auparavant que Chamussy s’est entremis, toujours grâce à ses contacts militaires, pour le recrutement d’aumôniers ? Pour lui comme pour les militants de Témoignage chrétien, la participation des chrétiens laïcs à la lutte armée va de soi41, et par conséquent la présence d’aumôniers.

  • 42 Registre des affectations des jésuites mobilisés en 1939-1945 tenu par le secrétaire du provincial.

35Parmi les jésuites dont l’engagement de prêtres comme aumôniers de FFI est connu, trois relèvent de la province de Lyon : le père Hubert de Leusse, du collège de Dole, qui rejoint le maquis du Jura, le père Paul Nodet, recherché à Marseille et réfugié auprès du maquis de l’Ain, et le père Camille Champon, alors à la MEC, qui rejoint avec l’accord de ses supérieurs les maquisards commandés par son frère dans le Trièves en bordure du Vercors et les accompagne, toujours comme aumônier, sur le plateau en juillet. Quatre autres jeunes prêtres relevant des autres provinces, en fin d’études à Paray-le-Monial, gagnent aussi des maquis au même titre. Les cinq pères, anciens aumôniers militaires, recensés plus tard dans des unités issues du maquis ne s’y sont probablement engagés qu’après la Libération et l’intégration à l’armée régulière42. Ils ne sont au total qu’un petit nombre à avoir compris l’importance de ce ministère.

  • 43 Correspondance du visiteur Demaux-Lagrange avec le provincial de Lyon.

36Il est plus insolite, pour des religieux, de s’engager en combattants comme l’ont fait quatre jésuites lyonnais déjà cités. Le novice Francis Hours était passé dans le maquis en Saône-et-Loire comme réfractaire au STO, il y a combattu et a intégré la première armée comme sergent puis aspirant. Le père Champon a suivi après la Libération ses FFI dans les combats de Maurienne, mais cette fois comme sous-lieutenant (Michel) du 6 e bataillon de chasseurs alpins. Les deux prêtres officiers FFI ont participé aux combats de l’été dans le Vercors ou la Drôme et ont été intégrés ensuite à des unités régulières : le père Chambre (lieutenant Bovet), adjoint au chef du 6 e BCA dans le Vercors, participe ensuite à la libération de Lyon et, nommé capitaine, est adjoint au commandant de la place de Lyon, chargé du maintien de l’ordre ; le père Fraisse (lieutenant Xavier), adjoint du commandant des FFI de la Drôme, se bat ensuite dans la division alpine en Maurienne et sur le Mont-Cenis. Ces services ont été appréciés de leurs chefs militaires, plus que de leurs supérieurs jésuites impatients dès l’automne 1944 de voir « nos trois officiers » revenir à la vie religieuse – mais ce ne sera pas avant la fin des hostilités43. Leur uniforme désormais « légitime » de l’armée régulière, leurs décorations ont-ils fait oublier leur initiative irrégulière de 1944 ? Ce n’est pas sûr.

  • 44 J. Guillet, Habiter les Écritures. Entretiens avec Ch. Ehlinger, Paris, Le Centurion, 1993.

37Deux Lyonnais, qui n’ont de commun que le courage patriotique, se sont engagés dans les Forces françaises libres. L’un a été fait compagnon de la Libération en 1941, c’est le père Pierre Finet, ancien combattant de 1914-1918, qui de Beyrouth a gagné Le Caire dès juin 1940 pour s’engager comme aumônier. Éprouvé physiquement et psychiquement par les durs combats de Libye, il survivra dans la nostalgie de la croisade gaulliste et le rêve d’un nouvel ordre de chevalerie. Quant au scolastique Jacques Guillet, fait prisonnier en 1940 et évadé d’Allemagne vers la Suède à l’automne 1942, il s’est aussitôt engagé dans les FFL, en soldat qui tient à ne pas déserter le combat ; le BCRA l’a employé à Londres, puis le deuxième bureau, à Paris jusqu’à la démobilisation44.

  • 45 P. Lohéac, Un médecin français en déportation, Paris, Bonne presse, 1949.
  • 46 J. Sommet, L’honneur de la liberté. Entretiens avec Ch. Ehlinger, Paris, Le Centurion, 1987.
  • 47 P. Beschet, Mission en Thuringe, Paris, Éditions ouvrières, 1946 (2 e édition, 1989).

38Plusieurs de leurs confrères sont alors absents. Trois ont été déportés, dont un ne revient pas : le père Joseph Mayet, supérieur de la villa Hélios d’Hauteville, maison jésuite de cure pulmonaire qu’il a fondée ; arrêté, sans doute à cause de ses liens avec les maquis voisins, lors des opérations allemandes de nettoyage de la zone en février 1944 et déporté à Neuengamme, il est mort en janvier 1945, persécuté pour son ministère clandestin45. Le jeune Jacques Sommet est alors à Dachau ; l’activité résistante multiforme de ce Lyonnais devenu étudiant à Paris où il a diffusé Témoignage chrétien appartient à l’histoire de la communauté jésuite parisienne46. Quant à Paul Beschet, parti du juvénat de Mongré au STO en juillet 1943, il a connu en Allemagne la prison, le camp de Flossenburg et une terrible marche de la mort. Avant d’être arrêté comme animateur de l’Action catholique parmi les requis du STO en Saxe et Thuringe, il a vécu avec ses compagnons l’aventure spirituelle d’un apostolat hors normes, soutenu par les exhortations affectueuses du père Charmot ; cette action relève de l’histoire de la mission et des prêtres au travail plutôt que de celle de la Résistance française, dont elle est entièrement coupée, bien que ce soit une forme incontestable de résistance spirituelle47. On ne peut qu’évoquer ici cette aventure missionnaire, comme la traversée de l’enfer concentrationnaire vécue par les trois déportés.

Conclusion

  • 48 P. Droulers, Politique sociale et christianisme, p. 352. J. Sommet, entretien avec l’auteur, 14 mar (...)

39On repère à Lyon comme fortement engagés dans la Résistance une trentaine de jésuites de la province et une vingtaine des autres provinces. C’est une minorité, bien sûr – mais en proportion probablement supérieure à ce qu’on trouve dans le clergé, et a fortiori dans la population. Parmi les supérieurs, souvent déconcertés par l’événement et incapables de comprendre les actes de résistance, certains ont reconnu ensuite qu’ils s’étaient trompés (Desbuquois), ou qu’ils n’avaient pas su éclairer et guider les jeunes religieux (l’ancien provincial Costa de Beauregard)48. Leur formation est en cause, ainsi que l’absence de réflexion politique et les réflexes de retrait légués par la crise de l’Action française ; le mythe du Maréchal qui anesthésiait les esprits en zone libre a fait écran. Il reste que c’est aux jésuites, à ceux de Fourvière particulièrement, que Lyon doit d’être devenue la capitale de la résistance spirituelle catholique.

40Dans la diversité des motifs, des formes et des styles d’engagement résistant, on trouve difficilement le dénominateur commun qui permettrait une synthèse. La résistance patriotique de l’officier Chamussy n’est pas la résistance spirituelle des théologiens, et il existe entre ceux-ci des divergences, sur la place du politique notamment, que le front commun réalisé contre le nazisme n’a masqué que pendant un temps.

  • 49 « Lettre au R. P. Recteur, qui peut être communiquée au R. P. Provincial et au R. P. Assistant » (1 (...)

41À la lecture des directives du père de Boynes en 1941, le père Fontoynont avait aussitôt rédigé une lettre à ses supérieurs, à communiquer éventuellement à l’assistant, dans laquelle il argumentait ainsi : 1) Nous ne devons pas faire de politique, certes. Pour ma part je me garde de faire état de mes préférences personnelles en matière politique. 2) Mais c’est précisément faire de la politique et imposer aux fidèles une politique, que de prôner le soutien d’un régime contesté et fragile et d’embarquer l’Église derrière lui en imitant de fâcheux exemples passés. 3) L’Église a une autre mission à remplir face aux pouvoirs politiques : elle doit exercer souverainement sa mission spirituelle et affirmer les exigences de la foi, de la charité et de la justice – sur la question juive, par exemple – sans se soucier d’aider ou de gêner le gouvernement49.

  • 50 Voir P. Gibert, « L’engagement du théologien dans des circonstances pour lesquelles son travail ne (...)

42Autrement dit, pour servir l’Évangile sans faire de politique, il faut d’abord se débarrasser des préjugés et des calculs propres au monde catholique, par un travail de décapage qui demande la connaissance lucide des mécanismes politiques, afin de ne pas en être dupe. Il faut ensuite discerner comment les valeurs évangéliques fondamentales, dont la justice, sont en cause dans les situations politiques, et dénoncer s’il y a lieu les entreprises qui les violent gravement. Ce sera peut-être considéré comme une ingérence dans la politique, mais, comme le disait Fontoynont, si normalement le théologien n’a pas à faire de politique, son engagement en politique s’impose dans un petit nombre d’occasions – et celles-là, il ne doit pas les manquer50.

  • 51 R. Bédarida, Les armes de l’Esprit, p. 168 et 215-217.
  • 52 R. Bédarida, Pierre Chaillet, p. 259-269.

43Cette position qui met en avant le témoignage de la foi est alors partagée, contre le « pas de politique » du père de Boynes, par tous les dirigeants de la résistance spirituelle, de Fessard à Mandouze. Le désaccord apparu entre eux lorsque la ligne du Témoignage chrétien s’est infléchie avec Mandouze en 194351 a éclaté après la Libération, désaccord sur la question du communisme et plus profondément sur le rapport du spirituel et de la politique52. Le groupe formé par Ganne et ses amis Chambre, Fraisse et Varillon, liés à l’équipe d’Esprit, tient que le témoignage rendu pendant la guerre contre le paganisme nazi doit se prolonger par la participation aux combats politiques pour la justice et la paix, alors que Fessard, de Lubac et Daniélou veulent maintenir le témoignage spirituel de l’Église en dehors des manœuvres humaines de la politique. Chaillet sera quelque peu écartelé entre les deux groupes. Comment associer pureté du témoignage spirituel et engagement dans des combats marqués par les intérêts et les passions ? Comment le politique, part essentielle de l’humain, s’articule-t-il sur le spirituel, sans confusion ni séparation ? Questions qui nourrissent les conflits internes du catholicisme, jusqu’au concile Vatican II et au-delà.

44« Témoignage chrétien » : le nom de la publication clandestine et du mouvement résume exactement l’action du groupe de jésuites lyonnais qui ont voulu alerter et mobiliser les consciences chrétiennes sans visée de prosélytisme, de cléricalisme ni de nationalisme. La vigueur et la clarté de leur position ont été favorisées par plusieurs facteurs, outre la solidité de la formation intellectuelle reçue – le caractère formel d’un enseignement éloigné des réalités et des pensées contemporaines étant corrigé par la conversation de maîtres comme le père Fontoynont, riche d’expérience et de méditation. Le jugement lucide sur les enjeux spirituels de la guerre a été préparé chez les Chaillet et Fessard par la fréquentation de l’Allemagne et de l’Europe centrale pendant leur formation. Leur conception de la fidélité à l’Église, qui intègre le sens des évolutions historiques et l’affirmation de la liberté responsable des consciences individuelles, a pu s’appuyer sur la théologie de l’École de Tübingen du XIXe siècle, dont Chaillet est le spécialiste ; elle a retenu de Péguy l’imbrication du spirituel et du « charnel », c’est-à-dire de l’humain dans ses dimensions sociales et politiques autant que philosophiques et culturelles.

  • 53 Sources : Archives des jésuites de France à Vanves : gouvernement de la province, vie des maisons ; (...)

45Les jésuites auteurs de ce témoignage ont souffert ensuite dans la Compagnie, presque tous, de sanctions ou de suspicions dont on connaît mal les motifs précis, faute d’archives. Les uns ont été accusés de développer des doctrines hétérodoxes, les autres de « faire de la politique » et de favoriser le communisme. N’y a-t-il pas eu aussi une défiance durable envers ceux qui avaient paru défier les autorités, en suivant la voix de leur conscience plutôt que d’appliquer en religieux soumis les directives de leurs supérieurs53 ?

Notes

1 Bien des questions restent sans réponse, du fait de la non-ouverture des archives romaines et de la discrétion qu’ont observée les acteurs et les témoins, aujourd’hui presque tous disparus (voir la note sur les sources ; les documents cités sans référence ont été consultés aux archives françaises de la Compagnie, à Vanves).

2 Au sens de J. Semelin, Sans armes face à Hitler. La résistance civile en Europe, 1939-1943, Paris, Payot, 1998 (2 e édition).

3 Cette brève contribution résume les thèmes d’une étude détaillée en préparation.

4 Le juvénat suit les deux ans de noviciat (à Mongré pour les Lyonnais) dans la formation des jésuites : deux années de culture littéraire, avec examens universitaires pour les meilleurs.

5 Après la régence (stage dans un collège ou une œuvre), les études s’achèvent dans les scolasticats (facultés pontificales) de philosophie (trois années à Vals) et de théologie (quatre années à Lyon-Fourvière, avec ordination sacerdotale en fin de troisième année). Une année de retraite et de stage (le troisième an) précède encore l’entrée en fonction définitive.

6 P. Droulers, Politique sociale et christianisme. Le père Desbuquois et l’Action populaire, II. 1919-1946, Paris, Éditions ouvrières, 1981 ; P. Vallin, “Études”. Histoire d’une revue (1856-1965), numéro spécial d’Études, avril 2000.

7 Association catholique de la jeunesse française, qui fédère les mouvements masculins d’action catholique spécialisée : JOC, JEC, JAC, etc.

8 B. Comte, « L’environnement lyonnais », Gilbert Dru, un chrétien résistant, B. Comte, J. -M. Domenach, C. et D. Rendu éd., Paris, Beauchesne, 1998, p. 1-58.

9 Les théologiens lyonnais et la persécution contre les Juifs, Les cahiers de l’Institut catholique de Lyon, n ° 25, 1994.

10 Voir les articles du père Fontoynont (ibid.) et du père de Lubac (H. de Lubac, Résistance chrétienne à l’antisémitisme. Souvenirs, 1940-1944, Paris, Fayard, 1988).

11 B. Comte, L’honneur et la conscience. Catholiques français en Résistance, Paris, Éditions de L’Atelier, 1998, p. 224 et suiv.

12 P. Rocher, « Cité nouvelle, 1941-1944. Les jésuites entre incarnation et eschatologie », Chrétiens et sociétés, XVIe-XXe siècle, Bulletin du centre André Latreille et de l’Institut d’histoire du christianisme, n ° 2, 1995.

13 D. Avon, Paul Doncœur, s. j., Un croisé dans le siècle, Paris, Cerf, 2001.

14 Lettre du révérend père Norbert de Boynes, visiteur, aux pères et aux frères de l’assistance de France, Lyon, 12 juillet 1941.

15 R. Bédarida, Les armes de l’Esprit. Témoignage chrétien (1941-1944), Paris, Éditions ouvrières, 1977.

16 Voir R. Bédarida, Pierre Chaillet. Témoin de la résistance spirituelle, Paris, Fayard, 1988.

17 H. de Lubac, Résistance chrétienne…, et Mémoire sur l’occasion de mes écrits, Namur, Culture et Vérité, 1989 ; id., Théologie dans l’histoire, II. Questions disputées et résistance au nazisme, Paris, Desclée de Brouwer, 1990, p. 220 et 231.

18 H. Rondet, « Les jésuites de Fourvière sous l’Occupation », L’Écho - La Liberté, 7 mai 1972 ; R. Bédarida, Les armes de l’Esprit, p. 44.

19 Note du visiteur Demaux-Lagrange (7 juillet 1944) pour le provincial de Lyon.

20 Il entre à Rome juste à temps pour participer le 6 juin (Saint-Norbert) à la fête du père de Boynes, maintenant vicaire général de la Compagnie (intérim du père général décédé).

21 Entretien du père Fraisse avec l’auteur, 4 août 1990.

22 Formule citée dans sa notice nécrologique, Compagnie, 1963.

23 Lettre de Décisier, alors recteur de Fourvière, au visiteur Demaux-Lagrange (28 juin 1943).

24 G. Fessard, Au temps du prince esclave. Écrits clandestins, 1940-1945, présentation de J. Prévotat, Limoges, Critérion, 1989, p. 100-108.

25 Dès le 25 février (à la veille du recensement des classes concernées), il vient à Mongré donner aux juvénistes ses directives à ce sujet (registre journalier du juvénat).

26 Recension partielle établie en 1946 pour les jésuites de Chicago qui entreprennent de réparer les dommages causés par la guerre aux maisons de la Compagnie en France.

27 Registres journaliers des scolasticats.

28 Auteur du livre retentissant Catholicisme. Aspects sociaux du dogme, Paris, Cerf, 1938.

29 Voir F. Bédarida, « Une voix dans les ténèbres », La résistance spirituelle, 1941-1944. Les cahiers clandestins du Témoignage chrétien, Paris, Albin Michel, 2001, p. 9-32 ; B. Comte, L’honneur et la conscience, p. 224-283.

30 Son article pour la Chronique sociale, « Défense du Christ et de la Bible », est bloqué en 1941 par la censure, et la revue L’union missionnaire du clergé de France refuse de publier la seconde partie du « Fondement théologique des missions » qui réfute explicitement le racisme nazi ; cependant La vie spirituelle publiera le texte complet l’année suivante.

31 R. Bédarida, Les armes de l’Esprit, p. 227.

32 Voir le témoignage de Pierre Danchin, « Souvenirs d’un étudiant », Spiritualité, théologie et Résistance. Yves de Montcheuil, théologien au maquis du Vercors, P. Bolle et J. Godel éd., Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1987, p. 238.

33 Journal inédit d’A. Desqueyrat (archives françaises de la Compagnie) ; X. Léon-Dufour, Dieu se laisse chercher. Dialogue d’un bibliste avec J. -M. de Montremy, Paris, Plon, 1995. Sur le père Dieuzayde et Barèges, voir É. Petetin, Foi et engagement. Le père Antoine Dieuzayde, 1877-1958, Bordeaux, Imprimerie centrale, 1984.

34 F. Calvi, OSS. La guerre secrète en France, 1942-1945, Paris, Hachette, 1990 ; J. Fuchez, Les résistants ordinaires du silence de la Conférence Ampère, Nogent-sur-Marne, Paul Koch imprimeur (hors commerce), 1995, 153 pages ; F. Desmurs, Passage de témoin, Paris, Paul Koch imprimeur (hors commerce), 1998, 27 pages.

35 P. Sonneville, Les combattants de la liberté. Ils n’étaient pas dix mille, Paris, La Table ronde, 1968.

36 Documents des archives F. de Menthon communiqués par L. Ducerf.

37 Voir P. Escolan et J. Ratel, Guide-Mémorial du Vercors résistant, Paris, Le Cherche midi, 1994, p. 178-179.

38 C. Rendu, « Du Manifeste à l’action politique », Gilbert Dru…

39 Note rédigée par H. Chambre en 1945.

40 J. -L. Clément, Les évêques au temps de Vichy, Paris, Beauchesne, 1999, p. 240-241 ; P. Bolle et J. Godel éd., Spiritualité, théologie et Résistance, p. 333.

41 C’est le thème d’un Cahier du Témoignage chrétien : Exigences de la libération (mai 1944).

42 Registre des affectations des jésuites mobilisés en 1939-1945 tenu par le secrétaire du provincial.

43 Correspondance du visiteur Demaux-Lagrange avec le provincial de Lyon.

44 J. Guillet, Habiter les Écritures. Entretiens avec Ch. Ehlinger, Paris, Le Centurion, 1993.

45 P. Lohéac, Un médecin français en déportation, Paris, Bonne presse, 1949.

46 J. Sommet, L’honneur de la liberté. Entretiens avec Ch. Ehlinger, Paris, Le Centurion, 1987.

47 P. Beschet, Mission en Thuringe, Paris, Éditions ouvrières, 1946 (2 e édition, 1989).

48 P. Droulers, Politique sociale et christianisme, p. 352. J. Sommet, entretien avec l’auteur, 14 mars 2002.

49 « Lettre au R. P. Recteur, qui peut être communiquée au R. P. Provincial et au R. P. Assistant » (13 juillet 1941) ; elle l’a été et l’assistant a fait répondre à l’auteur qu’il n’avait pas les pieds sur terre. C’est un grief courant contre ceux qui critiquent l’allégeance à Vichy.

50 Voir P. Gibert, « L’engagement du théologien dans des circonstances pour lesquelles son travail ne l’appelle pas », Les théologiens lyonnais…, Les cahiers de l’Institut catholique de Lyon.

51 R. Bédarida, Les armes de l’Esprit, p. 168 et 215-217.

52 R. Bédarida, Pierre Chaillet, p. 259-269.

53 Sources : Archives des jésuites de France à Vanves : gouvernement de la province, vie des maisons ; dossiers personnels des jésuites décédés ; catalogues annuels des quatre provinces de France (états de tous les jésuites de la province). Publications : Courriers. Province de Lyon (bimestriel en 1940-1945) ; Compagnie (mensuel, à partir de 1966 ; notices nécrologiques) ; Litteræ annuæ à usage interne (succinctes pour les années de guerre).

Auteur

Maître de conférences honoraire à l’Institut d’études politiques de Lyon

© ENS Éditions, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540